lundi 23 mai 2022

Maintenant








A l'aube, j'ai entendu comme la voix d'un ange. Elle disait.
« Maintenant. Là, tout de suite. Tu sais, le gérondif latin « manu tenendo » est clair. (C'était un ange érudit et linguiste) Il signifie : 
« Pendant que l'on tient quelque chose dans sa main ». Main, tenant. Tenant dans la main.
C'est joli comme étymologie, non ? C'est comme une évidence.
Mais que tiens-tu de si précieux dans ta main, qui donne à ce moment-cadeau le doux nom de « présent » ?
Mais la Vie, tout simplement. La putain de Vie.  (C'était un ange brut de pomme, qui ne mâchait pas ses mots)
Le fait de ne pas être allongé dans une boîte obscure, figé sur l'infini, décomposé, ou dispersé en poussière dans la mer ou au pied d'un arbre. Y penses-tu chaque matin, en ouvrant les yeux sur ce miracle ? 
La mort aura son tour. Elle le sait. Elle gagne toujours à la fin. Mais pour l'instant, tiens-la en respect. Traite-la en amie, apprivoise-la, je connais pour cela un moyen génial (C'était un ange sûr de lui) : prête ton attention à la Vie.  Profite. (Et hédoniste, avec ça !)
Ressens. Bouge, même si ce n'est que d'un battement de cil. Tu as un corps qui dégage de la chaleur, frissonne,  produit des fluides, des bruits, des borborygmes même. Nourris-le de belles et bonnes choses, bichonne-le, tendrement, car il héberge ton Être. C'est la plus belle des maisons. Ton vaisseau dans l'aventure. (C'était un ange poète, assurément)
Ecoute battre ce petit morceau de chair palpitante qui te maintient (encore cette idée de la main qui tient) droit·e sur ton fil d'Ariane, toujours étonné·e. 

La chance, c'est le principe actif infinitésimal d'une dilution magique. ( C'était un ange se soignant à l'homéopathie). Même quand tu traverses d'horribles tempêtes, elle est là. Ouvre ta main. Saisis-là, ne la laisse pas s'envoler.
Et dis-moi ce qui te rend vivant.  Maintenant. » 
Je le lui ai dit. 
Mais la liste est trop longue pour que je vous l'écrive.

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆


58 commentaires:

  1. Moi ce qui me rend vivant, c’est de vous lire. J’ai apprécié votre voyage et je vous retrouve telle qu’en vous même, toujours inspirée par la vie.
    Que je vous souhaite longue et heureuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cher Lorenzaccio, allez, vous êtes le premier de mes fans. Je vous souhaite de bien jolies années encore.
      Et merci pour votre indéfectible fidélité.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Tu me l'envoies, cet ange? j'aime les érudits linguistes philosophes de bon conseil ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'envoie immédiatement madame Adrienne. Il a des ailes ultra-rapides, il sera chez toi dans la soirée.;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Bien dommage que la liste soit si longue : je suis preneur de tous les petits trucs qui aident à vivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que cela fait plus de treize ans maintenant que je fais cette liste sur ce blog...
      Des milliers de bonnes raisons de me sentir complètement vivante.
      Et plus j'avance, plus j'en trouve !
      Bisettes ma bourlingueuse.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Woaw, moi la linguiste, férue d'étymologie, tu m'as bluffée. Jamais je ne me suis penchée sur celle de "maintenant". Et c'est tellement parlant que j'en suis toute retournée. Hic et nunc, telle est ma devise que j'essaye vainement de mettre en pratique. Mais maintenant, je regarde mes mains d'un autre oeil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant, c'est effectivement le seul instant que l'on tient dans sa main, et le temps de l'écrire il est déjà passé...Autant le serrer solidement !
      Quant à "nunc", je me demande quel mot il a donné en français...
      Kisses my sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Tu as toujours cet art poétique de nous ramener à une partie essentielle de nous-mêmes. Et tu sais le mêler à du réalisme de nos vies telles qu'elles sont.
    Tenir dans ses mains le plus précieux de ce qui existe : la Vie, la nôtre et celles de tous les autres parce que nous ne sommes plus rien si nous cassons le fil qui nous lie et nous relie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien...j'ai déjà tellement écrit sur le lien, ce fil ténu si indispensable...
      J'essaie tant bien que mal de le maintenir (!) avec une personne de mon entourage que tu connais. Pas facile quand la personne s'arme de ciseaux pour couper toute tentative de passerelle... mais je ne perds pas espoir.
      Merci pour tes analyses toujours très bienveillantes de mes écrits. Tu sais à quel point c'est important pour moi, ce retour.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Si l’étonnement, c’est le commencement de la philosophie, un peu de croûte encore chaude de ta miche (photo) :) bien dorée généreusement beurrée, c'est un motif de bonheur :)
    Moi, c'est la vie qui me rend vivante :)
    Beau billet, revigorant... merci maîtresse. Bonne soirée, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison : je n'ai pas choisi cette image par hasard. Le pain, le blé, l'eau, la terre, tous ces fondamentaux que le monde moderne a tendance à oublier, ou à reléguer au rang des choses peu importantes... Pour moi, le bonheur de manger des choses simples et saines est la première des raisons de me sentir vivante, pleinement vivante.
      Le pain, c'est la vie.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Toujours un plaisir de te lire, même si ton ange en sait trop pour être un ange tranquille. Quant à la mort, au fond elle ne gagne ni ne perd, il n'y a pas de combat, elle attend, on arrive, mais pas tout de suite, et elle est souvent miséricordieuse, allez!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine que la mort, surtout quand elle est violente, comme celle d'un enfant, soit très miséricordieuse. Je crois aussi qu'il y a un combat, perpétuel, pour vivre, c'est dans la nature. Mais ce n'est pas parce que je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi que je ne trouve pas tes mots intéressants. Ils le sont, comme toute expression d'une vérité qui n'est pas la mienne, et qui me fait prendre conscience de l'altérité.
      Baci sorella
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Main tenant mon téléphone, pendant que la Nature se réveille, je lis tes mots magnifiques.
    Je vais rester encore un peu sous la couette, écouter le coucou, la tourterelle.
    A chaque seconde mon maintenant va évoluer et m'apportera une sensation différente à savourer. Et mon présent n'en finira pas de beauté, de joie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que c'est joli ce que tu dis, ma Suzame. En ce moment, chaque matin et chaque soir, il y a chez moi un merle qui se prend pour Léo Ferré. Son chant est clairement fait des trois notes de "jolie môme", répétées ad libitum. C'est ravissant. Rester sous la couette en écoutant la nature s'éveiller, voilà une chose qui n'arrivera plus quand on sera six pieds sous terre ;-)
      Bisous de fée•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Pas le moindre grain de sable dans ta petite machine à fabriquer de l'âme. Et quelle âme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu la vois, la légère couleur cramoisie qui est en train d'envahir mes joues, me transformant en pomme d'api ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. https://www.youtube.com/watch?v=1ne_hd13VYc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle jolie chanson ! Je ne la connaissais pas. Elle est nouvelle sans doute.
      Je me permets de remettre le lien cliquable ici :
      La Baraka
      Bisous Mister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Tu connais de ces anges, toi...

    Bleck

    RépondreSupprimer
  12. Ce qui me rend vivant "main tenant" , pas le temps d'y réfléchir lorsque l'on , une miche de pain frais , du bon beurre salé , quelques huitres et du vin blanc charentrais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors des huîtres de Bouzigues, avec un Picpoul et un petit coucher de soleil sur l'Etang de Thau... Une merveille.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Ô Célestine , ton texte est très plaisant, ta plume est alerte et vivace elle entraîne le lecteur.
    Au choix, on peut faire la liste de ce qui rend vivant ou alors chanter pour passer le temps
    "Comme on dessine sur le givre
    Comme on se fait le coeur content
    A lancer cailloux sur l’étang "

    https://www.youtube.com/watch?v=vcxGQiMgGS0

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Marco, tu es en train de faire exploser mon compteur de statistiques, et ça c'est un vrai petit bonheur.
      Quant à Léo, respect. Voilà un monsieur qui avait le sens du temps.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Ce qui me rend vivante : les jours de petits bonheurs gagnés contre le cancer de mon mari!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que ce n'est pas facile ma Cathy. Mais vous vous battez ensemble, et tu ne lâches rien. C'est beau.
      Je t'embrasse de tout coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. A mains levées nous pouvons te décerner le prix du texte le plus rafraîchissant dans la chaleur actuelle.
    Savourons ces moments delicieux de lecture....

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça c'est très gentil mon cher Petrus!
      Il est vrai que j'apprécie la fraîcheur de ma vie, comme on boit à une fontaine après une traversée caillouteuse...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Vraiment chouette ce moment de bonheur.
    On devrait en vivre plus souvent...
    C'est simple pourtant, suffit de ragrder autour de soi !
    Tu as vu comme le truc que je t'ai montré est chouette ?
    Il était magnifique, non ?
    (les autres, pas de remarques graveleuses s'il vous plaît.
    Et ne levez pas les yeux au ciel d'un air innocent, je vous connais.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton truc était super, une petite merveille de précision. Je ne dis que ça. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Maintenant, à mains-tenants... tu sais bien que j'aime ces mots et que je les utilise souvent... superbe billet rempli de ta poésie qui dit tant et tant. Merci Céleste pour ces brindilles de bonheur, à te lire, te relire, oui nourrissons-nous des belles et bonnes choses que nous offre la Vie tant qu'il est encoeur' temps !
    bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brindilles de bonheur.
      Voilà un titre qui me parle.
      Je me permettrai sans doute de te l'emprunter pour un prochain billet.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Je crois à la chance, pour les anges, je suis dubitative, sauf celui de Raphaël, je le vendrais pour vivre, comme Chanel, à l'hôtel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'hôtel Raphaël, du coup ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. J'ai appris beaucoup de choses en lisant ton billet et pas seulement l'étymologie de maintenant qui soit en dit en passant est fabuleuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours aimé apprendre des choses, pour moi même, et aux autres aussi. Ah le joli mot que « apprendre » !

      Supprimer
  20. Eh oui, Célestine, c'est maintenant...

    Aux portiques du soir
    Et de l'invisible parcours
    Les coupes encapuchonnées
    Du mouron sauvage
    L'ami rouge des oiseaux
    M'ont envoûtée
    Je me suis délectée de leur fragilité
    De leur joliesse
    J'ai suivi leurs signes esquissés
    Qui m'ont laissée soumise
    Je me suis délectée de leur agilité
    De leur pouvoir magique
    Afin de trouver un sens au chemin
    Escarpé et plein d'embûches
    Leurs délicates tiges graciles
    Ont battu un lent tempo...

    Pour garder le cap
    Il faut saisir sa chance
    Celle qui chuchote dans la profondeur du temps
    et chanter à voix haute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en parles tellement bien que l'on se demande d'où vient l'expression "se faire du mouron" ... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Parce que c'est une plante qui "se fait des cheveux blancs".
      You're welcome.

      Supprimer
  21. Ce qui me rend vivante, c'est le chant du merle ce soir. Je t'envoie quelques notes. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Frangine des Alpes. le mien se prend pour Léo Ferré, il chante "Jolie môme"...
      Bises de mon sud
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Un bien beau message que celui de cet ange !
    Bises.
    Lydia

    RépondreSupprimer
  23. Une belle ode à la vie.
    Tout ton blog en est une magnifique.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  24. La chance , un état d’esprit?
    La chance le hasard hasardeux qui passerait ?
    La chance pour moi c’est pouvoir être en état de résilience,
    La chance c’est d’être sans cesse émerveillée
    Ma chance à aube de mes 87 printemps c’est d’être sans cesse étonnée
    Bises chère amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un exemple pour nous tous, ma jak !
      Et je souhaite de tout coeur te ressembler un jour, quand j'aurai atteint ton âge.
      Je t'embrasse de tout coeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Question du jour : Demain te nantirai-je d'un maintenant te tenant la main pour te conduire vers après-demain ?
    (oui, d'accord, j'abuse, c'est un peu tiré par ces cheveux frisés qui se balancent devant mes yeux )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire capillotracté ? Mais non, c'est de la poésie !
      Bisous Marco
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Je comprends que tu n'aies pas pu énumérer tout ce qui te rend vivante, car il y a une infinité de choses, de raisons pour qui sait voir et observer, et sentir, ressentir aussi ! (sourire)
    Un bien joli billet, Célestine. Belle semaine à toi, bisous.

    RépondreSupprimer
  27. Étonnants ces échos de pierres philosophales ricochant sur nos textes.
    J'applaudis celui-ci pour son côté solaire - ton parti, indéniablement ! qui fait le contrepoint avec le mien (dont je t'ai signalé en réponse à ton comm' que tu as débarqué trop tôt dans sa publication 😁; il s'y trouve qques ajouts).
    Et d'appuyer : ben voui, Marco, c'est même de la #prosésie ;)
    (très improbable #hastag; j'adore en balancer ici où là, juste pour encombrer les moteurs de recherche)

    RépondreSupprimer
  28. Maintenant, tout de suite, ou bien tout à l'heure. La différence entre les trois est infime. La différence entre l'étroit est infime. Là, je chipote. Je préfère l'expression de mon père, à savoir : séance tenante, qui, étymologiquement parlant, est très proche de main-tenant.

    Bisous du soir

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.