jeudi 5 mai 2022

Lettres d'Italie (2) : Les îles Borromée

 


Le Lac Majeur est une légende. Un endroit cerné de montagnes où les fées ont déversé un sortilège dans chaque goutte d'eau. Et au beau milieu de ces flots transparents, nés des neiges éternelles, trois îlots surgissent. Trois cailloux fascinants entre ciel et eau.
Isola dei Pescatori, l'île des pêcheurs, petit village blotti sur lui même, aux ruelles obscures et tordues, aux façades peintes. Le mot pittoresque a sans doute été inventé pour lui.
Isola Bella, la plus célèbre, où Charles Borromée fit ériger un palais ahurissant, baroque, démesuré, au milieu de jardins fabuleux. Les rhododendrons et les azalées sont les rois de la saison. Ils y explosent de couleurs.
Isola Madre, l'île mère, pour moi la plus belle. La plus secrète. Presque intime. Chaque recoin de son immense jardin est un enchantement pour les yeux. Mille espèces de plantes et de fleurs s'y côtoient. Les paons blancs y font leur show, sans aucune peur des touristes, au côté des faisans et des perroquets. C'est de toute beauté. Un autre palais, moins prétentieux, et empli de mystère et de curiosités, comme des théâtres de marionnettes géants, se dresse dans cette luxuriante nature.
Une journée à s'ébahir et à s'interroger en même temps sur ce qui a toujours poussé les hommes à mener à bien d'aussi incroyables réalisations.

... /...







19 commentaires:

  1. Si tu écrivais les guides touristiques, c'est sûr que je me mettrais à les lire ! Bises...

    RépondreSupprimer
  2. Un endroit merveilleux et qui plus est à partager à deux. C'est extraordinaire.
    Merci de nous offrir ce coin de paradis sur terre.
    Je t'embrasse Célestine.

    RépondreSupprimer
  3. Comme par un coin du voile soulevé , tout en soi est soudainement nu, neuf, frissonner de cette première fois , et laisser guider ses pas à l'aulne de l'émerveillement secrètement partagé.
    Gardez cette joie offerte !

    RépondreSupprimer
  4. Voyager par toi est un sublime honneur

    RépondreSupprimer
  5. C'est superbe ! Je ne savais même pas que les paons blancs existaient. Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  6. Je dirai même un sublime bonheur !
    Frère Ignacio ne maîtrisait pas plus la plume de cygne que la plume de paon blanc !... Son parkinson... ;-)
    PS : j'ai une faculté pour me projeter dans les photos... C'est fou ! :-)
    Un grand merci Célestine pour ce voyage partagé.

    RépondreSupprimer
  7. ça donne envie !!

    RépondreSupprimer
  8. mon rêve, mais pour quand? jamais atteint
    merci de cette belle visite

    RépondreSupprimer
  9. "Entre Monaco et Asti...", c'est vague et c'est vaste....
    Dans une diagonale vers Asti je découvre Alba ..... , ce n'est sûrement pas un hasard de famille....
    Neigeait il sur le Lac Majeur ?
    Moi j'ai pris des routes au dessus en direction du sud Tyrol....
    Mais tes trois cailloux j'aimerais bien les decouvrir un jour, au moins la Mama.....
    J'attends la suite du récit avec curiosité !

    Bises en voyage

    RépondreSupprimer
  10. Je n'avais jamais vu de paon blanc! ☺☺
    Merci et gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
  11. Magique moment décrit avec bonheur!
    Même le paon blanc est majestueux.
    Bises de voyage.

    RépondreSupprimer
  12. Belle invitation au voyage. Merci donc de nous mettre l'eau à la bouche, de fouetter en nous tes lecteurs le désir de parcourir le monde, la fringale de beautés, l'Italie merveilleuse (' attention au syndrome de Stendhal), les photos sont superbes !
    Bon voyage Célestine .

    RépondreSupprimer
  13. Je ne savais pas qu'il existait des paons albinos ! Bon, OK, il faut que j’arrête l'asti spumante :-)

    RépondreSupprimer
  14. Ces Italiens ! Ils ont un diapason qui donne le lac majeur... Ont-ils aussi un mic mineur, un fac dièse et un sic bémol transitant le Gloria mundi de Vivaldi ?

    RépondreSupprimer
  15. Un endroit de toute beauté, le paon est magnifique et souvenirs de course d'école à Isola Bella où tout était déjà somptueux avec des jardins de rêve.
    Bisous Célestine ♥

    RépondreSupprimer
  16. Quelle merveille ! Merci pour le partage, profites bien de chaque moment

    RépondreSupprimer
  17. En avril 2015, je me trouvais en ce lieu si beau. Il y avait déjà ce paon blanc, que j'avais d'ailleurs photographié.
    Je continue la visite avec plaisir...

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.