jeudi 12 mai 2022

Lettres d'Italie (9) : Vérone

 



J'ai toujours beaucoup d'émotion à découvrir une ville fortement empreinte d'histoire. Et celle de Vérone est pour le moins époustouflante. Roméo et Juliette, même s'ils ne furent que des personnages de légende, restent le symbole de cette folie des hommes que l'on nomme la haine, et qui mène à tant de débordements outranciers. 
En flânant dans les rues et ruelles de cette majestueuse cité, je n'ai pu m'empêcher de songer à ces riches familles qui s'entre-dévoraient. A ces luttes de pouvoir et d'influence qui empoisonnent l'humanité depuis si longtemps. Où sont-ils, à présent, les Cappelletti, les Montecchi qui ont inspiré Shakespeare ? Un peu de poussière de tombe dans le vent de l'oubli... Leurs murailles leur ont largement survécu. Et le balcon de Juliette.
Heureusement, ces sombres relents d'histoire n'ont pas entamé ma bonne humeur et mon émerveillement continuels depuis le début de ce voyage.
L'étape d'aujourd'hui s'est achevée sur Mantoue, une autre belle cité regorgeant de merveilles.
Il faudrait plusieurs vies pour tout voir de ce coin d'Italie. 
Demain, je serai à Venise...

... /...
















12 commentaires:

  1. Tu vas gagner le Giro, dis donc !

    RépondreSupprimer
  2. Ah , "ces luttes de pouvoir et d'influence qui empoisonnent l'humanité depuis si longtemps" , mais en miroir il y a le baiser de Roméo et Juliette, ce baiser dure depuis si longtemps aussi : depuis l'aube de l'humanité est-ce toujours le même scénario qui sans cesse renaît de ses cendres ? . Le petit apéro devant les arènes, ça devait être bien agréable. Il faudrait plusieurs vies pour visiter l'Italie certes , mais peut-être que la Célestine telle une chatte en goguette en a sept ? Chi lo sa ? Buon viaggio, grazie mille per questo racconto della tua visita a Verona.

    RépondreSupprimer
  3. Comme je ne peux marcher présentement à cause d'un petit bobo au pied gauche, je passe beaucoup de temps devant mon ordi au lieu d'aller me promener, alors ce matin j'ai lu "le rose d'une nouvelle aurore" publié le 27 mars 2020 , en plein confinement et puis tous les commentaires qui suivent ce texte .On y cause de cesser de voyager, de renoncer au luxe, de la sortie de l'ère pétrole, du monde d'après , chacun y mettant ses espoirs d'un monde plus sage, moins axé sur la consommation, chacun faisant son examen de conscience, se préparant au monde d'après , on ne savait pas trop ce qu'il serait ce monde d'après : ben c'est boire un apéro devant les arènes de Véronne et ça c'est super chouette, malgré toutes les grandes déclarations le monde d'après dont on parlait tant ressemble étrangement au monde d'avant. Rire joyeux .

    RépondreSupprimer
  4. Merci Céleste pour cette 9ème lettre transmise de Vérone : c'est superbe....
    douce balade dans ces rues remplies à ras bord d'histoire.
    Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  5. Un beau voyage qui se savoure dans la douceur italienne !

    RépondreSupprimer
  6. Un beau voyage qui se savoure dans la douceur italienne !

    RépondreSupprimer
  7. et voilà que vous sautez Vicenza, ma ville, dommage on aurait pu partager un spritz.sur la Piazza dei Signori, plus modeste que celle de Vérone mais tout de meme agréable. Impossible de vous proposer mieux que Venise, Vous avez choisi la première semaine de beau temps. Bon séjour.

    RépondreSupprimer
  8. Il faut absolument que je découvre la saveur s'un spritz (assorti à tes cheveux) ! Ce doit être l'équivalent du tinto de verano des andaloux :-)

    RépondreSupprimer
  9. Heureusement, il n'y a pas qu'à Veronne que les sentiments s'expriment....
    Mais comment ne pas être" foule sentimentale " , avec une "soif d'idéal " en pareil lieu....
    Et quand le but prochain est Venise, pas besoin de masque carnavalesque pour afficher son humeur romantique et joyeuse

    Profitez bien du pont des soupirs et de toutes les merveilles de la cité.

    Bises

    RépondreSupprimer
  10. Toujours aussi agréable de te suivre dans ce périple italien et d'être abreuvé de jolies photos qui donnent l'impression de participer.
    Pourquoi se déchirer, comme tu l'évoques avec les amants de Vérone, alors qu'il y a tant de belles choses à vivre et contempler. En regardant toutes ces beautés antiques, et sans vouloir être rabat-joie, j'avais aussi dans les yeux les destructions qu'un fou furieux a décidé de poursuivre encore et encore en Ukraine.
    Mais revenons à Vérone et à l'amour partagé, celui qui sauve.

    RépondreSupprimer
  11. C'est toujours un plaisir de te lire, tu sais raconter et nous emmener avec toi. J'adore ce voyage et je le savoure. Merci beaucoup, lumineuse Célestine. PaoDora

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.