jeudi 9 juin 2022

Lettres d'Irlande (1) Skerries



Je voudrais être aussi ignorant que l’aube
Qui contemplait de là-haut
La course des planètes insouciantes
Et les étoiles blêmir au passage de la lune
Je voudrais être aussi ignorant que l’aube
Qui se dressa simplement, son chariot chatoyant branlant
Sur les épaules brumeuses des chevaux 
Je voudrais être — car le savoir n’est qu’un fétu de paille —
Aussi ignorant et exubérant que l’aube.

William Butler Yeats




Les hasards du calendrier post-covidien ont fait que, sitôt rentrée de Venise, je me projetasse sur un autre voyage mythique, un autre rêve à réaliser. Et prévu de longue date.
Un rêve ancien, profond, puisant à d'autres racines, plus celtiques, plus nordiques. J'ai déjà parlé plusieurs fois de cette ambivalence qui me caractérise, de ces feux latins et celtes qui fusent en moi en tirs croisés. Et de cette attirance que j'ai pour les landes, les falaises, les murets séparant des prés constellés de moutons noirs.
Bref, je pars pour l'Irlande. A l'heure où j'écris ces mots, l'avion survole des paysages rendus à l'apparence de maquettes, avec de petits bouts de coton symbolisant les nuages et de la mousse pour les forêts. Bref, je plane à dix mille, à tous les sens du terme. 
Tout à l'heure, je prendrai ma première leçon de conduite à gauche : une grande bourrasque d'air frais pour les neurones ! 
En suite, tout dépendra de l'état du réseau, bien sûr. Cette terre ancestrale n'est pas forcément équipée des derniers cris de la technique informatique. Du moins dans les contrées reculées où je compte bien me perdre, ivre de bruyères, de vent et de bruine.
Mais j'espère vraiment pouvoir, comme pour l'Italie, vous écrire mon road trip quotidien à travers la verte Erin...


... /...


A nous deux, vertes prairies...

Une blonde, une rousse, une brune...comme la bière.

Le port de pêche

Déjà le mariage de l'herbe et du ciel...

Le restaurant où nous avons mangé notre premier repas irlandais, un délicieux gâteau de poisson.

23 heures...on n'est pas loin du soleil de minuit...


15 commentaires:

  1. Sourire. Ah ! sacrée Céleste. Tu nous étonneras toujours..... te voilà repartie.. pour notre plus grand plaisir....
    Profite bien de ces merveilleux paysages où l'air doit être plus frais qu'ici en Provence..... profitez bien. Quelle chance !
    bisous.
    Douce journée.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que ça faisait un bout qu'on en parlait, de ce voyage !
    :o) :o) :o) :o) :o) :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhâââh, foutu couillon qui se prend les pieds dans le tapis d'une nouvelle interface de commentaires !
      Mais comme je n'aurais pa
      L'âne Onyme, c'est Francis

      Supprimer
  3. 'tain mais c'est pas vrai que je vais pas y arriver !
    Mais comme je n'ai pas pour habitude de me planquer derrière l'anonymat, je réitère :
    L'âne Onyme, c'est Francis, le vrai nom de celui que d'aucuns habitués connurent en des temps reculés sous le trop réaliste pseudo de "Candide" et qui donc réitère (je sais maîkresse, y'a une répétition, pôô bieen !) :

    "C'est vrai que ça faisait un bout qu'on en parlait, de ce voyage !"
    :o) :o) :o) :o) :o) :o)

    Bon, faut peut-être que j'arrête la Guiness, moi ?

    Bizzz à tous les anciens dont Andy dont j'espère qu'il "va" toujours bien, n'est-ce pas Andy !

    RépondreSupprimer
  4. Coucou. L'Irlande! J'avais adoré la sillonner il y a de cela quelques années maintenant. La conduite à gauche? J'ai plutôt joué à la copilote à gauche. Bises alpines et profite!

    RépondreSupprimer
  5. Bon retour chez toi ! Conduite à gauche, je connais, c'est facile (sauf dans les moments de panique où le réflexe te fait te jeter vers la droite alors que le gars d'en face dans le même élan se jette sur sa gauche : toi ! :-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça ! J'ai la même expérience ! Surtout en ville quand on tourne à droite… et qu'on reste à droite… j'ai failli comme ça m'empaler à Londres dans un bus à double étage en plus ! Le chauffeur, un Black, s'est marré de toutes ses dents blanches !

      Supprimer
  6. En avant pour les longues balades à travers les landes irlandaises sous le vent et la pluie. Il ne reste plus qu'à de faire sécher en allant au pub boire une bonne bière brune !

    RépondreSupprimer
  7. ô Célestine tu vas nous offrir encore un voyage par procuration : des photos, des récits, des anecdotes !
    Ah ça va être chouette !

    RépondreSupprimer
  8. Enfin la Grande Aventure tant attendue…

    RépondreSupprimer
  9. Ah ! Un nouveau voyage !
    L'apprentissage de la conduite à gauche est peut-être plus facile pour un dyslexique ? Je me pose la question :-)
    Bon voyage Célestine

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Maîtresse, puisqu'il ne fait pas encore nuit chez vous :)
    Je vous souhaite un merveilleux voyage... et hâte de découvrir la suite.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  11. Comme tu sais, la découverte des paysages irlandais c'est rêve qui est tout autant le mien....
    Depuis qu'un premier voyage m'avait contenu au bord de l'Ecosse ...
    Depuis que certains films, dont en particulier TAXI MAUVE, m'avaient sensibilisé à la beauté sauvage de cette contrée. .
    Oui j'en rêve tout autant que toi...
    Je sais qu'un jour prochain je parcourerai ce pays en mal d'unité...
    Mais je te fais confiance pour m'en donner un chouette avant goût.

    Merci d'avance...😊

    RépondreSupprimer
  12. Heula ! Comment elle éclate son bilan carbone, la Céleste nièce ! ;-)

    Mais ses arguments sont irréfutables !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.