jeudi 13 juillet 2017

Maud








Maud est une jeune fille remarquable. Côté physique, on la dirait tout droit sortie d'un roman des soeurs Brontë ou de Jane Austen. Longues nattes sages, petites lunettes rondes.
Elle n'est pas comme les autres filles de son âge, Maud. Mais elle s'en colle.
 Sourire espiègle. Atypique. Délicieusement romantique. Mais la fougue tempétueuse de l'étudiante de ce film soixante-huitard de Godard, comment s'appelait-il déjà...
Maud aime écrire. Elle aime jouer au théâtre à ses heures. Elle joue bien, même, carrément bien. Elle aimait déjà ça, en classe, quand je l'avais comme élève. Et tout le temps fourrée dans les livres, je me souviens...Ça détonnait. Ça m'étonnait.
Elle, toute timide en cm2, voilà qu'elle m'annonce qu'elle a eu vingt à l'oral de français. Vingt sur vingt, non mais allo, quoi ! Vous mesurez le truc ? Même si le bac ne vaut plus rien, vingt sur vingt, faut y aller...
Je ne sais pas pourquoi, cette nouvelle m'a envahie d'une joie profonde.
Peut-être parce que c'est la fille d'une amie chère.
Mais aussi parce que, quelque part, c'est moi qui lui ai donné le goût de la littérature... Enfin, ça, c'est ce qu'elle dit. Mais j'ai bien envie de la croire. Un peu d'auto-satisfaction ne nuit pas. Poil au bras.

61 commentaires:

  1. Sûr !

    On aurait presque envie de vous féliciter l'une et l'autre, mais ça vous semble tellement naturel !
    Mais j'y pense... le jury qui a noté 20/20 ne risque-t'il pas l'ex-communication pour cause d'harmonisation des notes ?
    Et puis comme tu nous parles d'un personnage réel, on aurait envie de savoir si Maud a des projets...

    Bizouillàtous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, la fameuse harmonisation...
      Une prof a balancé sur facebook tout ce qu'on l'obligeait à faire pour la correction des copies...
      Alors l'excommunication ce serait plutôt pour celui qui note trop bas, tu vois...
      Et ça ne donne pas une très belle image de l'éducation nationale, tout ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La référence de l'article me laisse quand même très suspicieuse...

      Supprimer
  2. Oui, un peu d'autosatisfaction.....et même tiens, j'en rajoute une couche juste pour flatter ta modestie: Bravo Célestine de transmettre ton goût des livres, des mots, de la poésie et du bien et beau parler. Comment partager avec les autres quand on n'aime pas sa propre langue ? Juste une chose, pourrais tu lui apprendre d'autres petites ficelles de la vie et lui expliquer comment avoir autant de "peps" que toi..... ça pourrait lui être utile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'elle admire beaucoup ce « peps » un mot délicieux que l'on ne trouve plus guère que dans les mots fléchés...
      Et j'ai toute confiance en elle.
      Merci de souligner avec tant de grâce mon amour des mots et de la belle langue.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Poil au bras fait peau de pêche, c'est bien connu ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui c'est bien pour elle et pour toi... oui à l'autosatisfaction ! Ca ne peut pas faire de mal !
    Et que ceux que ça agacent passent leur chemin !

    J'ai une amie qui a un fils avec des pbs de santé dont une dyslexie importante. Son fiston a eu 10 à l'écrit (alors qu'il n'avait pas dépassé les 9 durant l'année) et 14 à l'oral... Je ne te raconte pas la satisfaction de la Maman (pourtant une instit qui est par contre très exigeante avec sa fille qui est très douée).
    Ca fait plaisir à voir les personnes fières de leur rejeton ou de leur ancienne élève :-).
    Bises Madame La Fée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui l'amour peut faire des miracles, contrairement aux préconisations officielles qui demandent de ne surtout pas faire intervenir l'affectif dans nos pratiques...Genre si on dit qu'on aime les enfants, on est évincé du concours...
      Je l'ai entendu dire, jamais vérifié mais bon, ça ne m'étonnerait même pas de cette bande de bras-cassés...
      (Tiens ça me fait penser à Jargonos, ma supérieure hiérarchique (mais seulement hiérarchique, parce que pour le reste ...)
      Bref, tu as raison. Si j'ai « sauvé » quelques élèves du naufrage, ce n'est que par passion et amour du métier.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ca doit faire super plaisir ! Bravo à elle et à toi. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait super plaisir !
      Tu ne peux imaginer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Chère Céleste,

    Je ne suis pas enseignant de formation ou de fonction officielle.
    Mais en ma qualité de parent de trois enfants je crois comprendre ce sentiment de fierté légitime qui t'anime en écrivant ce billet.
    La fierté d'une mère ou d'un père quant à la brillante réussite d'un de ses enfants doit
    bien en effet ressembler à ce que tu exprimes : un double sentiment de fierté à l'égard de l'élève ou de l'enfant , comme un sentiment diffus de fierté à l'égard de soi-même....
    Se dire "Tout l'amour, toute l'attention que j'ai portés à cet enfant n'ont sans doute pas été inutiles. Sans doute ne suis-je pas totalement étranger à sa réussite" .......

    Voilà en tout cas de quoi réchauffer le coeur de tout être en semblable situation.

    Merci Céleste pour cette évocation

    Bises matinales
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà, c'est bien exprimé. Un sentiment de profonde satisfaction sans fausse modestie, même si je sais bien que je ne représente qu'un infime pourcentage des professeurs qui ont croisé sa route...
      Mais enfin, c'est elle qui le dit, que je lui ai donné l'amour des livres. Je ne lui ai pas mis un revolver sur la tempe pour qu'elle parle...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Vous parlez souvent de graines que vous semez dans la tête de vos élèves...Eh bien, il me semble que votre joie est celle d'un jardinier qui voit sa graine donner une belle plante.
    Et cela fait mon bonheur ce matin.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, cher ami. Un bonheur de jardinière d'enfant.
      Ineffable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Tu m'en vois tout à fait ravi. La vie parfois dépose des pépites sur notre chemin montant, sablonneux, malaisé. Elles sont sans prix mais elles font tout le prix de notre passage. Bravo à Maud l'atypique et à la relayeuse qui lui passa le témoin, discrètement mais ô combien efficacement. Küssen Liebe Miss W.(je m'entraîne un peu). Bis sehr sehr bald.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ach so, préparerais-tu un voyage en Germanie ?
      Alors tout ça c'est bien joli, le chemin, le sable, le relais, tout ça...belle métaphore.
      Mais tu pourrais me dire à quoi ça sert que je me décarcasse à glisser une petite référence cinématographique exprès pour toi, si tu n'y fais pas plus attention qu'à une capsule de bière posée sur un guéridon ? ;-)
      Küssen, mein freund
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu chinoiserais pas un peu? Godard n'est pas le cinéaste que je connais le mieux et je n'ai jamais vu La Chinoise. Mais le prénom évoque davantage un autre Nouvelle Vague, Eric "ma nuit chez Maud" Rohmer. Jawohl, Berlin September. Bises à toi et à Maud.
      Je prépare un recueil "La première capsule de bière sur le guéridon et autres plaisirs minuscules." ATTB.

      Supprimer
    3. Mdr, j'ai hâte de lire ce recueil !
      La Chinoise, bon sang mais c'est bien sûr. Je trouve que ma Maud lui ressemble en plus...
      Je transmets tes bises à la demoiselle qui va rougir car, en plus, elle est modeste.
      Kisses from AB
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Voilà une histoire vraie comme je les aime ! Oui, une grande part du mérite te revient, c'est certain et Maud s'en souviendra toute sa vie. Tu es une passeuse et elle saura à n'en pas douter passer sa passion à d'autres.
    Tu es sa Madame Sévilla ou sa Madame Bulteau...oui, je suis têtue (poil au ...nez) je reviens toujours à une chanson...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es comme mon ami Xoulec qui a toujours une chanson au coin de la lèvre, une pour chaque situation de la vie..
      Bienvenue au club, chère eMmA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. C'est marrant, je pense au "Gai Savoir" avec ses discussions entre les étudiants et les ouvriers.
    Il y avait les mêmes boulevard Saint Michel.
    C'était animé.
    Et avoir 20/20 en français était impossible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles du temps où l'on étudiait Ovide en quatrième...
      Alors oui, c'est sûr, c'était avant qu'un président s'agite comme un zébulon sur sa chaise en déclamant que la Princesse de Clèves, c'était chiant...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. J'ai déjà eu vin sur vin, c'était en Bourgogne il me semble ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi ! trop drôle Andiamounet.
      Remarque pour un vin, titrer quatorze c'est déjà l'excellence..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'était juste parce qu'il avait fait du mélange....
      J'espère pour la moquette qu'Andy avait pu garder sa cotation... :-P
      Baci

      Supprimer
  12. Une bonne nouvelle.... c'est formidable de voir comment certains enfants peuvent se développer d'une manière que l'on n'attendait pas... donc faut savoir attendre, et comme le jardinier, patienter, que les petites graines semées avec précaution et amour grandissent et offrent des splendeurs... Cette demoiselle Maud a certainement une personnalité différente des autres... qui sort du lot et c'est tant mieux.... quand on voit que les adolescents essaient tous de se ressembler, et se ressemblent.. ils ont tellement peur d'être écartés du groupe, qu'aucun ne veut faire plus et différemment que les autres... identiques ils sont .. trop peu d'entre eux se démarquent, et pourtant parvenus à l'âge adulte tout un chacun s'affirmera dans ce qu'il est... comme Maud, qui a engrangé les pépites distribuées au cours de sa scolarité et les a faites siennes.
    Bravo à elle, à toi Célestine qui a très certainement contribué à cette révélation littéraire, artistique,... cela ne m'étonne nullement...
    J'ai eu quelqu'un très très proche de moi, qui après une année scolaire en CM2 est arrivé à "débloquer" une de ses élèves qui ne parlait pas... combien d'heures, d'attentions pour parvenir à ce résultat... rien n'y faisait... aucun psychologue n'y parvenait... elle ne voulait pas parler.... elle comprenait tout, mais aucun son ne sortait de sa bouche... l'instit au bout d'un an y est parvenu. Tu imagines la joie des parents et des autres enseignants.. des élèves... tout ça pour dire que l'amour, l'attention, l'empathie peuvent faire des miracles !

    merci Célestine

    Den


    ****

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que l'identification à un groupe est un passage obligé chez les ados. Ils râleraient contre l'uniforme, mais en réalité ils sont tous habillés de la même façon.
      Maud a eu du mal à être comme elle est, ça ne se passe pas toujours facilement quand on se sent différent.Mais est-ce le théâtre qui lui a donné confiance en elle ? Toujours est-il que maintenant, elle s'assume comme elle est.
      N'est-ce pas un signe de maturité précoce, ou de mûre précocité ?
      Bisous belle d'âme
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Une jeune personne qui a 20/20, qui aime la littérature, et tu ne serais pas satisfaite, ce n'est pas possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce serait de la science-fiction, à tout le moins !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Enseigner, le plus beau métier du monde. Tu le fais à merveille, précieux guide pour les esprits assoiffés de culture. Bises alpines de midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, je le fais toujours, quelque part, avec la même passion, parce qu'enseigner c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas...Même si j'ai su négocier le virage de ma vie avec la même jubilation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai quelques problèmes avec ma messagerie. J'espère que tu n'as pas envoyé de mail durant ces trois derniers jours. Bises alpinse

      Supprimer
    3. Je viens de te renvoyer le mail que j'avais envoyé il y a deux jours.
      j'espère que tu le recevras cette fois.
      Bises inquiètes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Quelle jolie histoire, Célestine !
    Les histoires vraies sont souvent les plus émouvantes.
    Tu as beau avoir quitté l'école tu en parles toujours avec des étoiles dans les yeux.
    Bravo à toutes les deux et merci pour ce billet qui donne beaucoup d'espoir.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, de l'espoir, du positif, du joyeux. On en a tellement besoin...
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ah, Godard et Anne Wiazemsky, ou quand ça ne choque personne qu'un homme soit en couple avec une fille qui a la moitié de son âge...
    20 c'est la perfection, et la perfection n'existe pas, disait un de mes profs de maths... Mais il n'empêche, quand un prof décide qu'elle est atteinte, il y a de quoi "bicher"! Surtout quand elle vient t'en remercier!
    Bises clap clap clap

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était bizarre ton prof de maths, car s'il est bien une matière où on peut avoir 20, c'est bien les maths...
      En philo ou en français par contre c'est beaucoup plus subjectif !
      Enfin, ne boudons pas notre plaisir, ce n'est pas tous les jours, hein, quand même...
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ben je suppose qu'il raisonnait façon "tout est relatif..."! En tout cas il n'a pas fait de moi une matheuse ;-)
      Ma fille avait eu 19, ça m'a fait le même effet qu'un 20 :-))

      Supprimer
    3. Wouaou 19 ! c'est une tronche !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Un beau métier que tu as exercé ! Avec des difficultés, certes, mais aussi de satisfactions. Maud en est un exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus beau du monde, Daniel...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Putain, Celle, ça me bradasse!
    A la télé, y a pas longtemps, j'ai entendu qu'une candidate dans un D O M, me semble - t - il, avait eu son bac avec plus de 21 de moyenne.
    Là, ton ancienne élève a eu 20 sur 20 au bac français.
    J'espère de tout cœur que le ministère de l'éducation nationale va créer urgemment et en tout état de cause avant la prochaine session du bac, une commission et toutes les sous - commissions qui vont avec pour trouver le nom aux mentions correspondant à de telles moyennes.
    Lors des repas qui ne manqueront pas à conclure les réunions de pré - rapports, puis de rapports et de rapports plus définitifs, sûr segur, que les membres distingués de ces commissions et sous - commissions en profiteront aussi pour revoir l'échelle des notes du guide Michelin.
    Un misérable qui n'avait obtenu que 11 et 11 au bac français...
    Honte sur lui!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce misérable écrit pourtant très bien, je trouve, il faut croire quand même que le bac de l'époque avait plus de valeur que maintenant...Mais chut ! allez j'aime bien quand tu es bradassé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Tu as raison! Pour ce qui est de l'autosatisfaction,on est jamais si bien servi que par soi-même.Poil à l'abdomen.
    Je me réjouis toujours de la réussite de quelqu'un à un examen.Pour que Maud t’attribue son gout de la littérature,il faut que tu l'aies agréablement marqué...
    Je ne sais pas si ce sont les instits qui donnent le gout de ceci ou cela.Mais ce sont eux qui savent percevoir,déceler les pré-dispositions d'un élève et font office de révélateur comme en photographie argentique.Le papier impressionné ne "donnera"rien sans le précieux passage dans le bain du "révélateur" qui fait apparaitre l'image,qui disparaitra si elle ne passe pas dans le bain du "fixateur". Les instituteurs et institutrices en sont les artisans.La photographie est un art,l'enseignement aussi et voici un exemple de réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment beau ce que tu écris, Didier.
      j'aime beaucoup ta métaphore photographique.
      Je suis émue.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  20. Je pense souvent, et de plus en plus d'ailleurs, depuis que je lis beaucoup à ma prof de français du lycée. J'ai même pensé à un moment que je pourrai lui écrire. La gratitude, quoi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je n'ai pas de conseil a te donner, bien sûr, mais tu devrais le faire.
      je suis sûre qu'elle apprécierait énormément. ;-)
      Ravie de te revoir, ElLinda
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Vous me faites penser à ma petite fille de 15 ans qui vient de passer son brevet des collèges. Appel mardi de ma fille en larmes: Elle a eu son brevet avec la mention très bien. Tu te rends compte Maman, mention très bien !!Mamou à la voix chevrotante, ben oui, c'est très bien. Je dois dire que les parents d'Elisa sont dans l'enseignement tous les deux et l'ont mise sur la voie du travail, de la curiosité d'apprendre, du goût des belles lectures. Ils n'ont pas le temps de s'occuper d'elle mais ce qu'ils ont semé porte ses fruits et ils sont super fiers. Mamou aussi ( même si elle n'y est pour rien ). On ne dira jamais assez combien le travail des enseignements est important. Trop de parents l'ignorent. Belle récompense pour vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli témoignage, chère anonyme.
      Vous ne voudriez pas vous inventer un pseudo, que je vous reconnaisse...Et puis me dire si vous avez un blog, aussi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. L'auto-satisfaction n'a jamais fait de mal à personne, et tu es certainement pour quelque chose dans la réussite de Maud, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise. Ta bienveillance m'émeut.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Je ne trouve là rien d'étonnant ou de particulier.
    Je ne vois que le résultat logique de ta façon d'enseigner.
    Si Maud assume sa différence, c'est probablement parce qu'elle a eu un modèle incitatif.
    Mais je me joins, néanmoins, au concert de louanges pour la jeune prodige.
    Et soyons sérieux, il est normal que tu en prennes ta part.
    Molto Baci Cara
    Un cancre scolaire qui a eu le mauvais goût de naître trop tôt pour passer dans ta classe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cancre solaire...comme c'est beau.
      Tu imagines, si tu avais été dans ma classe...JJe serais quand même passée à côté de quelque chose de rare...
      grazie mile
      e ti voglio bene
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'aime bien ton clavsus....
      J'ai bel et bien écrit "cancre sColaire"...
      Durant toute ma scolarité, je me suis débrouillé pour ne pas redoubler (je m'ennuyait déjà assez à faire une fois chaque degré pour vouloir ne pas doubler la mise...)

      Imagine que si j'avais aimé l'école, j'aurais peut-être fini énarque...
      Tu me vois, la tête bourrée de stéréotypes et complètement déneuronisé.... :-D
      Baci e ti voglio bene anche

      Supprimer
    3. Cancre scolaire, c'est pas un pléonasme, ça ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Allons, allons...
    Pas de fausse modestie (ni même de vraie...).
    Si Maud te dit que c'est toi qui lui a donné le goût de la littérature, c'est sûrement vrai.
    Elle n'a pas de raison particulière de te faire de basses flatteries, n'est-ce pas? ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
  25. On est toujours fière de la réussite de ses anciens élèves, n'est-ce pas Maîtresse?
    bises

    RépondreSupprimer
  26. Merci les filles, ça fait chaud au coeur.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  27. Crois-la ! Quand nos ptits monstres reviennent nous voir alors qu'ils font 2 têtes de plus que nous (et pourtant, je ne suis pas petite), c'est toujours sincère. Personne ne les force à venir nous revoir, s'ils le font, c'est qu'ils en ont envie.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.