dimanche 2 juillet 2017

Billet de train


Sous-titre : chroniques ferroviaires (2)
La première est ici.







J’aime le train. L’attendre. Monter dedans. Trouver ma place près de la fenêtre.
J’aime les paysages qui semblent courir, les vaches qui paissent, les châteaux dans les vignes. Les villages filants. Les ciels moutonnants.
Le swing du rail m'évoque irrésistiblement un morceau de jazz manouche, allez savoir pourquoi ?
Tiens, la fille en face de moi tapote avec fièvre sur son téléphone, elle a laissé son amoureux sur le quai il y a une heure à peine, avec des yeux de volubilis. Elle lui susurre par écrit le fameux «  Tu me manques déjà » 
A moins qu'elle ne soit en train de rompre ? Qui peut savoir avec le petit bonhomme aux flèches assassines ?
A côté d’elle, un jeune homme charmant à la mèche rebelle surligne au crayon vert des passages d’un essai sur le mensonge. Un prof de philo ? Un sociologue ? Un mythomane ?
Plus loin un vieux monsieur,  larme au coin de l’œil, cheveux jaune paille. 
Tristesse existentielle ? Rhume des foins ?
Le petit garçon qui suce son pouce. La dame qui mord dans son sandwich.
J’aime imaginer leur vie à tous.  Tels des astéroïdes, chacun est lancé sur sa  propre trajectoire par le hasard et la nécessité, et ces particules en mouvement sont en conjonction éphémère juste maintenant…Et moi, au milieu...
 Des héros sombres, ordinaires et humains de nos tragi-comédies quotidiennes.
Dans une autre vie, j'aurais peut-être été enfermée avec ces compagnons d'infortune dans un wagon plombé. On aurait déchiré la nuit de nos ongles battants. 
A quoi tient la chance ?


¸¸.•*¨*•



Un peu tard, je me rends compte que je suis dans le thème chez Lakevio...
Musique: Romane, Swing 98

88 commentaires:

  1. Ah! Le train, les voyages, ce plaisir pris à deviner la vie des autres et à un moment la partager. Comme une petite friandise qu'on grignoterait miette par miette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un plaisir subtil, d'écrivain, en tous cas d'humaniste...
      Avec une pensée pour ceux pour qui ce ne fut vraiment pas un plaisir. (Sans doute suis-je influencée par toutes les images terribles que l'on a ressorties à l'occasion de la mort de Simone Veil)

      Supprimer
  2. Ah oui, qu'est-ce que j'aime ce billet ! J'aime presque autant ce billet qu'un voyage dans un train de trois ou quatre heures, comme toi tout d'abord c'est trouver une place qui me convient c'est à dire être en mesure de choisir, de soupeser l'intérêt d'untel ou d'unetelle et si je me plante comme souvent de changer de place ensuite c'est parti pour une longue observation, j'aime souvent l'ambiance du train, plus encore celle du wagon/comptoir ou il est plus facile de partager... les aéroports sont intéressants également même si je ne prends pas l'avion...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je choisis souvent le train quand je suis seule, car il présente beaucoup plus d'avantages que la voiture en terme d'autonomie, car je peux lire, écrire ou...observer mes voisins...
      Changer de place dans le TGV c'est moins facile car les places sont numérotées. Alors, comme à la loterie, on se demande avec qui on va partager notre voyage. Il m'est arrivé de faire des rencontres étonnantes, comme celle que je raconte dans le billet mis en lien.
      Une bise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oh mais tous les TGV ne sont pas complets, loin de là et lorsque je suis seul je marque mon siège par un objet et je me promène dans toutes la rame afin de trouver l'endroit qui me conviendra, chose qu'il est plus délicat de faire en couple ou pire en famille...

      Bleck

      Supprimer
    3. Ah oui, c'est une bonne méthode, en effet...
      Mais les TGV que je prends sont souvent pleins comme un oeuf, je dois mal me débrouiller...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Très bonne question !
    On revient demain pour la réponse :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te renverrai à la belle chanson de Maxime le Forestier
      Etre né quelque part...
      On choisit pas ses parents,
      on choisit pas sa famille
      On choisit pas non plus
      les trottoirs de Manille
      De Paris ou d'Alger
      Pour apprendre à marcher
      Etre né quelque part
      Etre né quelque part
      c'est toujours un hasard

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Légère et grave, une très belle évocation du croisement des trajectoires.
    J'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Légère et grave, oui, comme la vie, c'est un peu ma marque de fabrique...
      Nous sommes des particules, de la poussière d'étoile, catapultés dans le néant, nous tentons de mettre du sens.
      Parfois deux particules accrochent leurs atomes et une étincelle de bonheur se produit.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Les têtes, les mains, attitudes, occupations des passagers sont une pépinière de croquis. Un rêve à réaliser: monter à bord du mythique Orient express. Bises impatientes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ça j'aimerais bien...
      Les ors, les velours du plus beau train du monde...et au bout du voyage...des souvenirs pour toute une vie...
      Bon je commence à économiser. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais alors fais attention à ne pas croiser les personnages d'Agatha Christie...
      Ti Bacio

      Supprimer
    3. Oui, je ferai attention...il y a Hitchcock aussi, dans l'inconnu du nord express, un film grandiose.
      Et Prudence et Belisaire Beresford, associés contre le crime...
      Que du beau monde dans les trains romantiques...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. L'aspirateur, une lessive à étendre, un repas "soleil" à préparer...
    ce matin, tes mots voyageurs pour accompagner,
    en TER plutôt qu'en TGV !
    Belle journée
    Nicmo



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miam, un repas soleil, ça fait envie ...
      Oui en TER je prends davantage mon temps et puis c'est la surprise à chaque fois.
      (je fais ma positive, je ne parle pas des mauvaises, du type retard, annulation ou clim en panne)
      Belle journée chère nicmo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Je ne sais pas si j'aime les trains.
    Je ne sais pas si j'aime les gares. Trop de chagrin, quand pendant plusieurs années nous accompagnions, à la fin de l'été, mon père à la gare pour un départ pour toute une année scolaire dans un lointain pays d'Afrique.. Et mon frère pour son service militaire... et, et.. Chaque départ d'une personne aimée est pour moi un arrachement.
    Mais ce que j'aime aller attendre quelqu'un qui arrive.. ce que j'aime !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est très subjectif le rapport aux trains. Je connais quelqu'un qui a la boule au ventre dès qu'il entend le jingle de la SNCF. Pour lui, les trains sont synonyme de souffrance.
      Mais que tu aimes attendre quelqu'un qui arrive me réjouit. e suis heureuse de l'apprendre, ainsi quand je viendrai te voir, j'apercevrai ton beau sourire sur le quai de la gare. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Je me pose toujours la question de savoir "Pourquoi le hasard a-t-il réuni ces gens plutôt que d'autres ?", quel est notre lien, notre espoir commun, notre possible... mais je n'ai jamais osé interpeller les voyageurs. Là, c'est ce que m'inspire ton billet parce que je prends très rarement le train, j'ai imaginé la situation... Bises céleste Célestine, à tout bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des questions qui restent souvent sans réponses...
      J'aime le train, car au bout du voyage il y a toujours des gens que j'aime.
      Je t'embrasse chère Plume au vent
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Les trains ont toujours stimulé l'imagination des écrivains.
    Combien de halls de gare, combien de quais, combien de compartiments, dans lesquels se sont déroulés des intrigues, des idylles, des meurtres aussi, parfois ...
    En quelques mots bien placés vous faites surgir une ambiance, et démontrez combien vous aimez les gens , leur mystère et leurs petits travers.
    Et moi je reste coi d'admiration.
    Tous les jours un billet, je suis aux anges.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aime les gens, et j'essaie de faire jouer mon « feeling » au maximum.
      Je ressens les ambiances, les auras, les atomes crochus ou non, c'est passionnant.
      C'est l'été. La saison des voyages, de la matière à billets en somme.
      Ravie de vous ravir, Lorenzaccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Je suis du train qui me fit connaître tout ce que peut avoir le transe pores. Un avantage que seul l'âge peut avoir. Il me l'a fait connaître à l'époque où la bataille du rail, fut d'abord pacifiste avec les trains de plaisir des premiers congés payés, avant de se faire guerrière pour refuser les convois de marchandise humaine, pillage de biens juifs et des richesses de nos musées...Le train c'est le frisson dans lequel la nuit les sens éveillent une sensualité pleine de charmes. Quelle conquête dans le bon sens le train a donné à l'humanité. Puis après la France, vinrent plus tard les voyages dans un autre monde. Trains d'Asie, d'Inde et d'Europe centrale qui déraillaient totalement du rail du monde formaté pour rouler que dans la découverte de l'absolu. Je suis de cette aventure un cheminot accompli Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une histoire compliquée que celle des trains. Comme toutes les belles inventions, détournées au profit du mal, utilisées pour détruire, pour avilir ou opprimer...Mais aussi symbole de liberté, et de ces choses qui relient les hommes.
      De tout temps, les choses comportent cette dualité. Vois ce que certains font d'internet, pourtant la plus formidable invention de tous les temps, à mon sens.
      Je garde le frisson, les mouchoirs blancs qui s'agitent, « puisque vous partez en voyage » et Docteur Jivago...
      Bisous cher cheminot des mots.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. J’aime regarder passer les trains. J’imagine une voyageuse, aux cheveux de miel de bruyère. Silencieuse, l’âme volubile. Son front appuyé contre la fenêtre laisse un rond de buée, qui s’évapore par magie. Des gouttes de pluie filent comme des zèbres capricieux sur la vitre. Trop loin, trop vite, le train s’éloigne, faisant fuir une harde de chevreuils roux dans la forêt, et flotte comme une écharpe entre les collines. Je me remets à ruminer, l’âcre renoncule et la fléole des prés, mais sous mon crâne bovidé, les cloches pourpres des fritillaires tintent du matin au soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la vache ! Quel beau commentaire Bricabrac.
      Tout empreint de ta poésie soyeuse et parfumée.
      Allumant des images subtiles dans mon coeur de voyageuse...
      merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Jolie réflexion. En train, manque l'autonomie du trajet au volant d'une auto, mais le fait de se laisser porter, le temps du voyage, permet une observation plus pointue, ou une rêvasserie plus vagabonde...
    (((tu es encore avec Simone, toi...)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai été un peu secouée de revoir certaines images jamais oubliée, mais parfois mise entre parenthèses...
      Train et voiture, ce sont deux moyens différents, comme tu le sais j'aime aussi beaucoup ma "cage de farfaday"
      mais le train me permet autre chose.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Moi aussi, j'adore les voyages et surtout en train. J'aime le rythme du train. Et oui j'aime observer, deviner, inventer la vie des passagers et puis m'endormir. Merci pour ce petit voyage !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'endormir, je le fais parfois, mais j'ai toujours un peu peur de ne pas me réveiller à temps...une fois, je me suis retrouvée à Marseille Saint Charles. J'avais loupé la gare. Grand moment de solitude.
      Bisous Miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Quel beau texte qui me remplit de nostalgie, quand pendant longtemps je prenais le train que j'aimais plus que tout autre moyen de voyager. J'aimais les rencontres dans ces lieux mobiles, J'aimais aussi l'arrivée à destination dans un lieu quelque part où m'attendent parfois des êtres chers; J'ai un jour composé quelques mots en souvenir d'un petit voyage en train:
    Un matin clair, j'étais parti d'un port
    Prendre le train des vents lointains
    Il était l'heure qu'il fallait
    Le train tel une abeille enivrée
    Butinait les paysages en fuite
    Pour humecter mes yeux épatés
    Avant que le paysage à l'arrivée
    Ne me happait tout entier
    J'ai vu la rosée pétillante, assise
    Sur une terrasse jonchée de mimosas
    Et posée sur le banc des amoureux
    Elle m'a pris dans sa bulle
    M'a guidé sur l'asphalte et le pavé
    Des promenades et des valses
    Passerelle que nous voilà !
    La pluie mijotait sur ses épaules
    Ses gouttelettes mirifiques
    Noyant ses cheveux ondoyants.

    Me bises,voyageuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression d'être dans cette bulle que tu décris si bien...
      Il me semble presque entendre les goélands. C'était un port, voilà pourquoi...
      Mon petit billet t'inspire de bien jolis mots, cher Prince.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Juste dire qu'il existe aussi des wagons plombés de l'intérieur. Les enfermements de l'indifférence, les emprisonnements de l'indécision, les fers de l'absurdité des jours. Trop de liberté est une prison, c'est bien connu. Et les geôlières libératrices sont rares...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un commentaire de Dorian G, voilà qui n'est pas commun... un aquoiboniste, une seule nuance de Gray, enfermé dans son mystère, et si vous m'en disiez plus ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Superbe comme chaque fois. De mon côté j'aime l'ambiance des aéroports.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense à la chanson de Brel, en écho à Bécaud...
      Orly...
      Là, on peut parler de superbe ...

      Voilà qu'elle se retourne
      Et se retourne encore
      Ses bras vont jusqu'a terre
      Ça y est elle a mille ans
      La porte est refermée
      La voilà sans lumière
      Elle tourne sur elle-même
      Et déjà elle sait
      Qu'elle tournera toujours
      Elle a perdu des hommes
      Mais là elle perd l'amour


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Ce que j'aime par contre Célestine c'est photographier les rails... De voir des rails s'enfoncer dans les campagnes m'invitent toujours au rêve d'un voyage dans un pays de douceur et d'émerveillement.. une promesse d'un bonheur à vivre.
    (Je n'ai pas de réminiscence négative qui existe dans certaines familles - cela ne fait pas partie de ma mémoire familiale).

    En écho à ton texte, ici un éventail de rails qui invite au voyage : http://aujourpresent.blogspot.fr/2017/07/en-echo-une-feee.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très belle invitation au voyage en effet, merci pour ce bel écho à mon petit billet.
      J'aime aussi beaucoup voir le long ruban des rails filer devant le train, et s'entrelacer au fil des aiguillages. C'est très beau à regarder.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ah les trains...je connais une maîtresse d'école qui a emmené ses élèves découvrir Paris en TGV...
    Une passionnée. Qui a mis des étoiles dans les yeux de ses élèves pour toujours.
    Je comprends mieux désormais pourquoi mon schtroumpf était béat. Il avait pris un coup de baguette magique sur la tête...
    Bises, émue
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel souvenir ! Levés à quatre heures du matin, TGV à 5h30, arrivés à paris pour 8h40, métro, Tour Eiffel, re-métro, pique nique au jardin des Tuileries, puis le Louvre, puis Beaubourg, et revenus à pied jusqu'à la garde de Lyon en passant par les îles... saint Louis, la Cité, Notre dame...Retour à onze heures du soir, un marathon...
      Un souvenir fabuleux, mais que de soucis! Et ma jambe coincée dans une porte automatique du métro...
      Mes élèves traumatisés...
      Que du bonheur !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Seras-tu étonnée que je te dise ne pas aimer les voyages dont je ne maitrise pas le déroulement...
    Train, avion, bateau, ça ne me branche pas trop.... Etre coincé sur un siège à ne pas pouvoir remuer, être encombré de bagages durant les transferts, tout ça n'est pas spécialement agréable. Et puis, j'aime le voyage à taille humaine, à mon rythme.

    Mais il est vrai aussi qu'il n'y a que dans les transports en communs qu'on peut nouer des liens avec les voisins. Moralité, à petite dose, ça va encore...
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et puis écologiquement, la voiture individuelle, pas terrible au niveau empreinte carbone. Tu me diras l'avion non plus..
      Il reste le chameau ou l'âne...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Zeu Blutchy : Tiens, voilà un truc qui nous rapproche mon Blutch. Moi non plus je n'aime guère les voyages dont je ne maitrise pas le déroulement. J'ai besoin de respecter mes rythmes personnels. De plus, je vais rarement aux mêmes endroits que le train... Ou dans des endroits tellement paumés que même le train y sait pas que ça existe: pas un troquet, pas une mobylette, c'est dire !
      Alors bien sûr la voiture individuelle c'est pas terrible au niveau empreinte carbone. Mais quand je fais 400 km avec 30 litres de GPL qui émet presque rien question CO/CO2, les pétroliers en brûlent ou en rejettent 150 milliards de mètres cubes chaque année parce que ça leur demande des investissements trop coûteux pour leurs pauvres petite bourses ! Moi j'veux bien faire le colibri, mais y'a de sacrés buses dont j'aimerais bien qu'elles fassent l'effort aussi, voire même qu'elle donnent l'exemple. On peut rêver, non ?
      ...'fin moi Jdissa...

      Supprimer
    3. J'oubliais : https://fr.wikipedia.org/wiki/Torchage_et_rejet_de_gaz_naturel

      Comme ça vous en saurez autant que moi...

      Supprimer
    4. Et pendant ce temps, cette pauv' buse de Célestine s'applique à prendre les transports en commun...
      Je suis sûre que tu aimerais les transports en commun avec Célestine... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Evidemment, si tu me prends par les sentiments !
      Mais ça ressemble furieusement à un abus de faiblesse,ça !

      Non ?

      Supprimer
    6. 'fin pour moi c'était pas toi les buses puisque toi t'es un gentil colibri !
      Mais ça me gonfle juste un peu qu'on s'emmerde à faire des efforts pendant que ces gougnafiers continuent à dilapider l'énergie en nous faisant crever par-dessus le marché !
      ...'fin moissquejendis !...

      Supprimer
    7. Bah voui, je sais bien que chuis pas une buse...
      Mais le raisonnement de dire : je fais pas d'efforts parce que les autres en font pas, je trouve que c'est pas correc !
      Je dis ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Je roule au GPL, je suis formateur en conduite éco, mes stagiaires font entre 3 et 15% d'économie par rapport à leur conduite antérieure et je fais pas d'efforts ?

      Je trouve juste à vomir qu'on passe le temps à nous culpabiliser pendant que les pétroliers dilapident l'énergie et salopent l'atmosphère en toute impunité !

      Supprimer
    9. l'âge dit ça.
      C'est vrai que j'ai tendance à faire péter mon bilan carbone avec la voiture et avec la fâcheuse tendance, Blutchamine et moi, de disséminer nos baraques aux quatre coins de l'hexagone. Mais Célestine serait mal placée pour faire une remarque, puisque l'une d'entre elles est l'occasion de passer la voir...
      En compensation, je me chauffe en bilan carbone neutre.
      Accolade et de céleste baci à qui de droit

      Supprimer
    10. Moi faire des remarques ? que nenni...
      Je me dis juste que près de chez moi, il y a une gare, c'est tout...
      hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. @jdissa

      Si tu veux j'ai des sacs vomitoires...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Chère Céleste,

    Comme ce que tu évoques si bien ans ce billet, ce matin en gare, j'ai pris mon billet pour le train en direction de Grenoble.

    Une fois confortablement installé, certes , comme toi j'ai regardé un instant le paysage.
    Mais , sauf à ce qu'une voyageuse ou un voyageur de voisinage soit ouvert au dialogue que j'aime improviser au gré des occasions, à défaut je préfère communiquer avec mes connaissances par mail ou autre.....

    Sans parler du TGV , pour moi le défilement du paysage en général est trop rapide.
    Bien sûr j'admire au passage tel cours tempêtueux qui cascade de rocher en rocher sous le viaduc que nous franchissons.....

    Mais cette découverte du paysage et des humains qui le peuplent je préfère l'effectuer
    comme ce matin, depuis le tram . Et je découvre alors émerveillé qui le visage d'un beau bébé, ou la vitrine alléchante d'un magasin nouveau pour moi, ou je m'amuse à mémoriser les devantures, les enseignes....
    Et je reviens à ces humains mes frères et soeurs qui m'entourent dans ce tram...

    Voilà mon petit témoignage que je vais clore en allant bientôt manger.

    Bisous
    Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton « petit « témoignage Petrus. ;-)
      C'est amusant que tu voyages juste le jour où j'écris mon billet ferroviaire...
      Pour le paysage qui défile trop vite, tout dépend où tu regardes...Si tu regardes au loin, ça va ...
      Mais le nez sur les rails tu as vite le tournis c'est vrai...
      Dans le tram ou le métro, c'est bien aussi. Même si les gens font davantage des mines renfrognées.
      Le but pourrait être alors de les faire sourire , voire rire ?...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tiens pour changer un peu, je vais m'appeler Candidelundi, 03 juillet, 2017

      Fabuleux le rieur !
      Et les voyageurs vont l'emporter avec eux tout au long de leur journée, répandant son humeur positive autour d'eux !
      Tiens, la prochaine fois qu'on prend le métro ensemble, je le fais !
      Cap' ou pas cap' ?

      Supprimer
    3. Oui, j'adore ce film, c'est communicatif et ça fait un bien fou...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @ Candide
      Rire de rien étant encore plus ardu que de vouloir rire de tout, avec le nombre de susceptibilités que tu vas croiser (juifs, noirs, arabes, frouziens mal lunés...), ça peut être sportif....
      Accolade et baci à la taulière

      Supprimer
    5. Tu sais bien qu'on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Pour avoir plusieurs fois pris le train aux USA, je sais qu'on peut dormir tranquille : le contrôleur vérifie votre billet et glisse un carton au-dessus de votre siège. Un quart d'heure avant votre arrivée, on vient vous réveiller !
    Souvenirs d'enfance d'une vieille dame : les voyageurs d'autrefois avaient toujours un casse-croûte à manger dans le train, même si le trajet ne durait que deux ou trois heures. Je me souviens avoir fait l'étonnement d'un monsieur qui m'a vue boire au goulot (de l'eau bien sûr)surpris que si jeune, je sache boire à la bouteille.
    Il est vrai qu'à l'époque, même les express ne roulaient pas si vite... alors les omnibus, j'vous raconte pas !
    Et les escarbilles qu'on prenait dans l'oeil quand on mettait le nez à la fenêtre ! Car nos trains de ce temps-là roulaient au charbon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Bourlingueuse !
      Tu as connu les trains à charbon ? Et les escarbilles dans l'oeil...Toute une époque, c'est romanesque...
      Merci beaucoup Bourlingueuse, pour ce témoignage d'un autre temps.
      Et d'un autre lieu aussi, où l'on prend soin des voyageurs en venant les réveiller avant l'arrivée...
      Au plaisir de te revoir. En attendant tu prends place sur mon totem entre Bonheur du jour et Bourgeon créatif...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il y en a un qui fait la côte, en vallée de Somme... Un train qui roule au charbon, l'été vitres ouvertes, je te laisse imaginer la dose de suie que tu te prends de partout, surtout dans le nez et les oreilles! :-D

      Supprimer
    3. Oui en Ardèche nous avons aussi le Mastrou, petit train à vapeur pittoresque qui escalade la montagne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Lire ton billet est un vrai bonheur car je trouve fascinant les voyages en train. Tout comme toi, j'aime voir les paysages défiler, me poser des questions en regardant les voyageurs. Merci Célestine pour ce beau moment de vie.
    Bisous et à demain :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute le fait tous ceux qui s'intéressent un peu à leurs semblables...Ou comment passer un moment intéressant quand on est assis, coincé dans un train pendant des heures...
      Bisous belle rêveuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Ah, les trains, je n'en ai pas pris souvent mais ils parcourent la musique que j'aime. Le jazz oui et le blues et la musique américaine en général.
    La fin de ton billet m'évoque une autre chanson : Le petit train des Rita Mitsouko. J'ai appris à quelqu'un à mon travail il n'y a pas si longtemps la signification de cette chanson.
    Et ta première chronique était elle aussi très belle. Trois générations lancées à la même vitesse grâce au train, que l'âge fait relativiser.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! merci Patrick d'avoir suivi mon lien vers ce billet déjà ancien, mais que j'ai relu avec plaisir comme l'évocation d'un très beau souvenir.
      Dans ma dernière phrase, je pensais surtout à la chanson de Ferrat « Nuits et brouillards »
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. A la compagne de voyage
    Dont les yeux charmant paysage
    Font paraître court le chemin...

    https://youtu.be/DmRzcGEzkqc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait toi pour citer cette si belle chanson...
      Merci du fond du coeur, Andiamounet.
      Je sais que tu n'es pas insensible aux belles passantes.
      Bisou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Ne pose pas de questions sur la chance, profite-z-en, Farébalise !

    Et dis à Isadora Duncan de ne pas faire trop l'andouille avec son écharpe : E pericoloso sporgersi ! Nicht hinaus lehnen ! Do not lean out of the window !

    Tiens, je vais participer demain avec ces deux lignes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pose pas de question, promis. je profite, et je gare mon écharpe...
      Je ne voudrais pas finir en charpie sous les roues...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Nous sommes donc ... sur la même ligne !
    Comme nous n'avons pas de voiture - et nous n'en avons jamais eue ! nous passons donc beaucoup de temps en train ou en avion. je préfère de loin le train et comme toi, je regarde de tous mes yeux les passagers et les paysages. Largement de quoi entretenir des pages et des pages de suspense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tous cas je suis heureuse d'avoir participé (à mon insu) à ton défi de la semaine...
      Je n'en suis pas revenue d'avoir vu le tableau que tu proposais ce matin , en me baladant sur les blogs...
      Il faudrait que je sois plus attentive à tes propositions, quelle mauvaise élève je fais !
      Bises et belle fin de soirée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. J'aime le train plutôt les TER que les TGV, je n'aime guère l'avions sauf Paris-Tel-Aviv ou le contraire, j'ai fait si souvent ce trajet que j'avais l'impression de prendre un bus bruyant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi il n'y a que toi pour comparer un avion à un bus...
      Mais était-il bruyant par ses moteurs, ou par le bruit des passagers qui papotaient ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Bonsoir Célestine,
    Tu dois être pleine d'empathie pour t'intéresser comme cela à tes voisins de voyage!
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que mes semblables m'intéressent...Je ne sais pas si c'est de l'empathie...Oui sûrement un peu, mais aussi de la curiosité. Oh , pas de la curiosité malsaine, non, plutôt une sorte de curiosité scientifique, tu vois ?
      Bises ma jardinière !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Mon premier grand voyage en train fut pour me rendre dans le midi de la France avec mes frères.J'avais alors douze ans,et c'était la première fois que je prenais le train.Émerveillé que j'étais par un si long voyage sans les parents! c'était a bord d'un train "corail" sur la ligne Paris/Marseille qui traversait le massif central,et qui s’appelait "le cévenol".
    C'était un train de découverte,un voyage de découverte,un séjour de découverte.Quarante ans sont passés,et je n'aie pas oublié.Dés années plus tard,alors que j'étais appelé sous les drapeaux,j'ai connu d'autres trains que je n'ai pas aimés,des trains remplis de "bidasses".
    Je préférais ceux qui me ramenaient chez moi.Un particulièrement,parti de Gap ,direction marseille,départ aux petit matin ,direction chez moi.Peu de monde aux départ,puis,quand ce vieux train entama les Cévennes,il commença à être presque vide.Après avoir récupéré un peu de sommeil,je m’aperçus que j'étais seul!Le conducteur qui devait aimer papoter m'interpela et m'invita dans sa cabine,ou son poste de pilotage(je ne connais pas le terme exacte). Tandis que nous discutions de choses et d'autres,je découvrais le "paysage" vu de face.Le tain qui avale les rails comme une grosse machine dévoreuse de kilomètres.Devant moi,se déroulait un paysage,une nature,des endroits parfaitement inaccessible autrement qu'en train,ou peut-être en kayak dans les gorges de l'allier au fin-fond de la Lozère.Il me montra l'endroit où son collègue le laissait descendre du train pour aller taquiner le poisson dans un lieu parfaitement sauvage,et le reprenait le soir dans le trajet retour.
    Voyage assez merveilleux,puisque j'avais une "permission" de quatre vingt seize heures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces merveilleux souvenirs d'enfance et de jeunesse...
      On n'imagine pas qu'un train puisse être "presque vide" de nos jours...Quoique, certaines régions sont assez surprenantes. je me souviens avoir fait un des multiples déménagements dont est émaillée la vie étudiante, entre Lyon et Montpellier, un samedi 1° août.
      Je pensais qu'il nous faudrait 10 heures pour faire le trajet, ils annonçaient 400 kms de bouchons cumulés dans la vallée du Rhône.
      Nous fûmes bien inspirés de prendre l'autoroute du centre (celle qui passe par le viaduc de Millau)
      Aussi étonnant que cela puisse paraître, nous ne rencontrâmes pas un chat pendant des centaines de kilomètres, c'était hallucinant...
      Les Cévennes, la Creuse, l'Aveyron, la Lozère, le Massif central, les causses, voilà des endroits où l'on peut encore parler de tranquillité...Mais je m'égare...
      Bisous nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Les chats ne sont pas fous!Ils ne veulent pas se faire écraser sur la route des vacances!Tu as donc emprunté "la méridienne",et tu as traversée "mon pays".

      Supprimer
    3. La méridienne...Quel joli nom... tu m'étonnes qu'on ait fait le trajet comme dans un fauteuil... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Comme toi, j'emprunte beaucoup le train et c'est vrai que les gares, les wagons, sont des endroits rêvés pour croiser des tas de gens, très différents, qu'on aurait peu l'occasion de rencontrer ailleurs. Alors, l'imagination se met à travailler : à partir de quelques observations, une ou deux pièces de puzzle, on commence à construire des tranches de vies, on émet des hypothèses, on suppute, on croit deviner. (en fait, souvent on ne fait que se projeter). Ce que j'aime aussi observer, ce sont les saisons des trains : maintenant a débuté la saison des grosses valises et des grands départs, des sacs à dos et des langues étrangères, des regards perdus et des appels à l'aide, des vêtements bigarrés et des bouteilles gazeuses, des retards imprévus et des codes enfreints. Là aussi, ces gens croisés, d'où viennent-ils et que voient-ils de notre pays? De quoi occuper largement le temps du trajet... Belle journée, Célestine! D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu es une rêveuse comme moi.
      Une imaginative...C'est un peu comme des gammes.
      Pour écrire, il faut entraîner sa capacité à inventer des vies...
      Belle journée, chère voyageuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. la chance !!! tu as de ces mots subversifs ! disons le destin, aveugle comme l'amour... ah les trains, quel décor promesse de roman fabuleux...du moins les anciens trains, avec des compartiments et des couloirs... va rêver dans un TGV ! oui, tu peux ? je me souviens d'un paris Nice à coté d'une charmante dame dotée d'une charmante fillette, laquelle avait une poupée parlante dont le mécanisme était bloqué, et couinait en boucle une horripilante comptine métallique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais moi, je rêve n'importe où...même dans un TGV...
      Et des poupées qui parlent au mécanisme coincé, si ça se trouve il peut y en avoir aussi dans l'Orient Express... ;-)
      Je réponds à ton mail dès que possible, chère emma.
      Bises étoilées.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. La fin du texte est inattendue ! J'aime aussi le train, les trains, mais pas tous non plus, certains n'ont aucun charme , ni même certains endroits traversés.

    RépondreSupprimer
  33. Tous ces destins réunis le temps d'un voyage : toutes ces trajectoires dans une seule. Étrange, effectivement. L'autre voyage, évoqué dans les dernières lignes bouleverse...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.