mercredi 17 avril 2019

Mitigée et perplexe



Sous titre : 
Billet un peu iconoclaste
ou Toute médaille a son revers.









Les événements fortuits et dramatiques ont pour effet de déclencher des réactions variées, où la palette des émotions s'épanouit tel un arc-en-ciel aux teintes étonnantes.
L'incendie de Notre-Dame est en soi un événement fortuit et dramatique. Comme tous les accidents. Il a généré en moi une salve de ressentis, comme en chacun d'entre vous. Des ressentis différents selon que l'on croie au ciel ou que l'on y croie pas. Selon que l'on soit la rose ou bien le réséda. Selon que l'on soit sensible aux symboles ou pas. Selon que l'on ait ou pas un bout d'histoire personnelle avec le lieu.
Je suis sensible aux symboles. Et dans un premier temps, ma fibre littéraire, artistique et aussi française s'est sentie atteinte, et triste. Un peu éberluée, même. Parce que le Bossu. Parce que les gargouilles, les chimères. Parce qu'Esméralda et sa fougue de femme indomptable. Parce qu'un pan de mon enfance, celui qui a étudié Hugo. Hugo qui avait quand même imaginé et décrit cet incendie, c'est surprenant...
Et puis le Paris éternel, les quais, les bouquinistes, l'accordéon, les peintres, Chagall le premier... les Grandes Orgues sublimant Bach...La faiblesse tendre que l'on a pour les joyaux d'art et d'architecture qui font la beauté de la ville et le renom de la France. Et l'appartenance au patrimoine de l'humanité...Oui, tout cela... Soupir...

Mais une cathédrale, c'est aussi, d'une certaine manière, le symbole d'un pouvoir asservissant. C'est un monument que des milliers d'anonymes ont construit, dans des conditions sans doute difficiles, et, pour la plupart, morts sans avoir contemplé le résultat de leur travail. Mais ils y allaient, le coeur content, la fleur au fusil comme en quatorze, convaincus d'oeuvrer pour leur salut éternel et la gloire de Dieu. 
Dans les divers reportages sur l'histoire de Notre Dame, il a été dit qu'elle avait été « malmenée » et endommagée pendant la Révolution. Le peuple d'alors connaissait bien le sens de ces édifications pharaoniques. Il n'en pouvait plus de crever de faim depuis des millénaires devant des ors et des trésors inaccessibles et arrogants. Il sortait de ses peurs obscures. Il osait dire stop à une élite hautaine.
Deux cents ans après, il est prêt à donner de ses deniers pour la réparer, c'est quand même étonnant, l'histoire des hommes. 
Et puis, je m'interroge aussi sur cette communion nationale interchangeable, quel que soit l'événement. On retrouve la même ferveur, les mêmes discours, les mêmes larmes, les mêmes rassemblements, les mêmes surenchères médiatiques, les mêmes déferlements sur les réseaux sociaux, que ce soit pour la Coupe du Monde de Football, pour les attentats faisant des centaines de morts, pour le décès de Johnny Halliday ou pour l'incendie d'une cathédrale, fût-elle la plus célèbre. Comme si tout se valait. Ça me gêne. Ça m'interpelle quelque part au niveau du vécu, comme disait Coluche.
Enfin, je me demande pourquoi tout à coup les Grandes Familles ouvrent largement leur pécule, et je me prends à rêver à tout ce que l'on pourrait faire de bien et de bon avec cette manne...Et je ne dis pas ça parce qu'on ferme encore des classes, des lits d'hôpitaux, des lignes de trains,  des maternités...Ni parce que la cour des miracles existe toujours, au coeur des villes, des mendiants, des Quasimodos sans dents, des miséreux. 
Non, pas taper, pas taper ! Je ne fais que m'interroger, je suis comme une truie qui doute...Et même si j'ai conscience de dissonner comme un bourdon fêlé, je ne peux m'empêcher d'exprimer ces questionnements. Sinon je me mettrais à douter aussi de ma liberté.





253 commentaires:

  1. Tu exprimes -et tellement bien- ce que je ressens aussi. Je n'ai rien à retirer et rien à ajouter.
    Ce n'est pas dissoner que s'interroger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Bienvenue sur mon totem, Marie Paule.
      Je t'accueille bien volontiers !
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Tu vois, ma belle, je n'ai pas oser écrire sur mon blog à ce sujet mais dans l'ensemble je ressent comme toi des émotions contradictoires. J'ai aimé Paris, ma ville natale et Notre Dame comme le Sacré Cœur ou les grands boulevards… J'ai été attristée mais je n'ai pas versé des flots de larmes comme certains spectateurs vus à la télé. non, mes larmes je les verse sur le Yémen, sur les noyés de la Méditerranée, sur les esclaves en Lybie, sur la misère dans les quartiers, sur les morts dans nos rues. Pour eux je me joindrait aux cagnottes, pour sauver ce qui reste à sauver de notre planète, ses arbres, ses oiseaux et ses abeilles, par pour Notre Dame. Je suis choquée par l'afflux de dons tout d'un coup alors qu'on ne peut soi-disant pas accueillir toute la misère du monde… Je m'arrête là car ma tristesse et ma colère sont mêlée devant des injustices flagrantes. Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que les émotions sont forcément contradictoires dans un tel événement.
      Ce qui m'interpelle, c'est que tu écrives "je n'ai pas osé écrire sur mon blog"
      Mais de quoi, ou de qui, as-tu peur ?
      Au pays de Voltaire et d'Hugo, on ne pourrait donc pas dire tout ce que l'on pense ?
      Je t'embrasse ma Brizou.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Oui, on s'interroge...c'est le moins que l'on puise dire...et tu t'inerrogeras peut-être encore plus, Célestine, quand tu auras lu ça :

    https://fr.sputniknews.com/societe/201904161040766035-mosquee-jerusalem-al-aqsa-notre-dame-paris-incendie/

    La mosquée de Jérusalem en feu en même temps que Notre-Dame de Paris...hum...
    Fortuit, vous avez dit fortuit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de propager quelque chose de surprenant, et plutôt que de glisser de vagues sous-entendus, toujours vérifier l'info : https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/16/la-mosquee-al-aqsa-de-jerusalem-brulait-elle-en-meme-temps-que-notre-dame-de-paris_1721638

      Supprimer
    2. Oui...j'avais lu aussi l'article que tu cites.
      Il s'agissait effectivement d'un début de feu, vite maitrisé...(sinon, on en aurait beaucoup plus entendu parler, c'est évident) mais je trouve cela surprenant quand même (j'ai le droit ?).

      Supprimer
    3. Être surpris n'a rien de critiquable :)
      Par contre, laisser entendre que, peut-être, tout cela ne serait pas fortuit... c'est contribuer à la propagation de rumeurs et autres thèses complotistes. Et la, à mon avis, ça devient critiquable.

      Supprimer
    4. @La Licorne
      J'aurais répondu comme Pierre. Je ne crois pas que l'incendie soit autre chose qu'un hasard malheureux. Et l'aure incendie une coincidence tout à fait fortuite.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. @Pierre

      Je suis ravie de te voir sortir de ton silence, même si ce n'est pas assez souvent à mon goût.
      Dois-je penser que mes autres billets ne méritent pas d'intervention de ta part ? ;-)
      Je plaisante !
      Pour ce qui est de vérifier et de croiser les informations, tu as été un bon professeur.
      Je le fais désormais systématiquement...
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. @ Célestine

      Tu plaisantes, certes, mais cette allusion signifie quand même quelque chose pour toi [et pour moi]. Du moins c'est ainsi que je le sens... et je saisis la perche tendue ;)

      Il n'est bien sûr pas question du "mérite" de tes billets dans mon choix de commenter ou pas (puisque même en silence je lis, ou commence à lire...), mais plutôt de la façon dont « ça me parle »... ou pas. Quand ce que tu écris est trop éloigné de ce qui m'intéresse, m'importe ou me préoccupe, je n'ai rien à en dire. Parfois je ne fais même que survoler quelques lignes, sans lire l'intégralité (he oui...). Parce que c'est alors vraiment trop loin de ce qui m'anime ou me fais vibrer à ce moment-là. Mais tu le constates ici-même, je te suis et sais me manifester quand, au contraire, ce que tu écris me touche :)

      Tu sais, comme moi, qu'on ne peut pas plaire à tout le monde ni tout le temps. L'important c'est que toi tu trouves plaisir à écrire, à aborder un sujet, à élaborer un jolie formulation, à dire-taire à ta guise. Et, évidemment, quand ça plaît aux lecteurs c'est encore mieux. C'est alors gratifiant et bienfaisant :)

      Mais... tout ne plaira pas forcément à tous à chaque fois et, finalement, n'est-ce pas une excellente façon, par cet effet miroir, et les réactions-émotions égotiques que l'on en ressent (car, oui, le regard des autres nous touche), de se trouver soi-même ?

      Je t'embrasse

      Supprimer
    7. D'accord, peut-être que la Licorne s'est avancée un peu trop vite sur un terrain glissant, mais bien que peu probable dans la situation actuelle ce qu'elle dit n'est pas absolument impossible, et cela ne fait pas d'elle une complotiste. Pour ma part, la première chose que je fais lors de tout événement est de remettre la version officielle en question (très sain de le faire d'après moi). Sans qu'il soit question de la situation actuelle, pour une personne s'étant intéressée le moindrement à l'histoire universelle il est entendu que hautes sphères du pouvoir et complots vont de pair. Comment pourrait il en être autrement étant donné que c'est un pouvoir usurpé? kéa

      Supprimer
    8. @Pierre

      J'aurais aimé que tu te souviennes qu'il fut un temps où chacun de mes billets te parlaient, même quand ils ne soulevaient pas des problèmes politiques ou philosophiques...
      J'aurais aimé que tu te souviennes que tu aimais que tes fidèles lecteurs laissent une trace sur tes billets, ce que je ne manquais pas de faire...
      Bref, j'aurais sans doute aimé que le passé se prolonge, mais je sais bien que c'est impossible...
      C'est l'impermanence des choses...
      Je t'embrasse de même
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    9. @Kéa
      Il est vrai que les complots ont existé de tout temps dans les sphères du pouvoir...
      Mais en l'absence de preuves, je préfère parler de hasard...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    10. Hé ! Hé ! Rappelle-toi ce qu'Einstein disait du hasard...
      "C'est lorsque Dieu veut rester anonyme."

      Supprimer
    11. Il n'y a pas de hasard, il n'y a que de rendez-vous... C'est joli aussi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    12. Disons la version poétique...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    13. M. Mouton n'est certain de rien lui : https://www.youtube.com/watch?time_continue=33&v=-i3ftb_u_O8
      kéa

      Supprimer
    14. J’avoue que c’est troublant ...
      Merci kea
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    15. @ Célestine,

      Je me souviens fort bien du temps durant lequel je commentais la plupart de tes billets. Mais il y a moult raison qui peuvent faire que c'est différent aujourd'hui et celle que tu évoques (soulever des problèmes philosophiques ou politique) n'en est qu'une (que, pour ma part, je n'ai pas précisée) parmi tant d'autres. Parmi ces raisons certaines peuvent provenir de ton écriture (tonalité, sujets, forme... qui a pu changer), d'autres de ma lecture ou de mes centres d'intérêt (qui ont aussi pu changer). Faut-il chercher à décrypter avec précision ces changements... ou seulement prendre acte que « rien ne dure » ? ;)
      D'ailleurs je ne crois pas que cette réalité de l'impermanence des choses ait quelque caractère dommageable. Et à mon avis cela ne retire rien au passé ni au présent.

      Tu as raison : j'aimais (ou avais *besoin*, pour continuer à écrire...) que les lecteurs manifestent ce que mes billets leur évoquent. Mais jamais je n'ai souhaité que cela devienne une sorte "d'obligation à commenter", ni même une habitude ou une formalité. Ce que j'aimais lire c'est ce qui exprimait en quoi la personne était touchée et ainsi sentir comment nous étions "reliés".

      Et pour finir sur une note "rassurante" : rien n'indique que la moindre fréquence de mes interventions sur ton blog est quelque chose d'acquis. Je peux tout aussi bien intervenir de nouveau assidument, voire longuement (comme dans ce fil de commentaires...) si je me sens touché de quelque façon que ce soit. Ce qui oriente mes interventions c'est une forme de "vérité", d'authenticité, de franchise... et divers ingrédients dont je ne mesure pas précisément chacune des proportions.

      Espérant t'avoir éclairée, je t'embrasse

      Supprimer
    16. @ Kéa,

      Je ne sais pas ce que tu places derrière le terme "complotiste", mais procéder par sous-entendus en mettant en lien des éléments disjoints, sans fournir le moindre élément de preuve... ça signifie quoi ? Ça veut dire quoi ? Mettre en évidence quoi ?
      Quand on avance quelque chose, soit on apporte des éléments tangibles, permettant à chacun de se faire une idée ou d'aller plus loin dans l'investigation... soit on ne dit rien. Comme tu dis, il est sain de se poser des questions sur une version "officielle" dès lors qu'elle paraît douteuse ou sujette à caution. D'ici à remettre systématiquement en cause toute version officielle en mettant sur un pied d'égalité des versions farfelues émises par on ne sait qui sur la base d'on ne sait quoi... ce serait pousser le doute un peu trop loin, à mon avis. M'enfin, chacun fait comme il le sent, hein ;)

      Pour ce qui est de Mr Mouton, ancien architecte en chef de Notre-Dame, et de ce qu'il présente (sans aucun lien avec les éléments rapportés par La Licorne), je suis un peu étonné par son étonnement. Je n'ai pas ses compétences, par contre j'ai vu brûler de mes yeux la charpente en chêne extra dur d'une ancienne grange et cela s'est propagé à une vitesse étonnamment rapide.

      Supprimer
    17. @Pierre

      Merci pour tes réponses encore une fois détaillées et éclairantes.
      Là encore, je préfèrerais t'en parler en privé, car cela a trait à notre amitié de longue date, si tant est que l'on puisse utiliser le terme amitié pour les relations nouées sur le net...
      Pour ma part, je continue à trouver ce mot adapté à une relation fondée sur la clarté, la confiance, la bienveillance et une certaine fidélité.
      Alors mon ami nous reparlerons de tout cela.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. C'est comme tu le dis un symbole de l'asservissement du peuple par les puissants.
    L'alliance du sabre et du goupillon a toujours bien fonctionné.
    Mais pourquoi bon Dieu faut-il toujours que l'humain baise la main qui le frappe ?

    Au point où elle en est, je propose de la raser de de construire à la place un magnifique parking. Je suis sûr que Vinci fera des prix intéressants :-P

    Les grandes familles vont pouvoir défalquer leurs dons pour la reconstruction. Il feront donc bonne figure aux frais des autres contribuables.
    Ceci dit, rendons à Pinault ce qui lui appartient: Il a décidé de ne pas faire valoir son don sur sa feuille d'impôts. Un exemple à suivre...?

    Ti bacio Cara (et ça, je le défalque intégralement à mon percepteur)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'irais pas jusqu'à vouloir en arriver à de telles extrémités...Un parking...non mais quand même...rhôô Blutchiamo...je vais être fichée S si ça continue...
      J'avoue que je suis assez perturbée ce soir. Et de plus en plus perplexe et mitigée...Je fais une overdose de Notre Dame, elle est partout, à toutes les sauces, c'est surtout ça qui me dérange, ce matraquage médiatique tous azimuts...
      Ti bacio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Avoue que ma solution aurait l'avantage de clore cette overdose de lamento :-D

      Supprimer
    3. J'avoue... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Très fine et profonde analyse, Céleste amie !
    Je n'aurais pas fait mieux (si par impossible j'avais essayé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Boss.
      Ton analyse était plus caustique, mais je l'ai bien aimée aussi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Malgré la gravité de ce magistral texte, je n'ai pas pu retenir mon sourire... oui, il vaut mieux douter comme une truie que d'être une carpe coi ayant la trouille :)
    Au sujets des dons, certaines âmes charitables renoncent à la déductions des impôts... :)
    J'adhère totalement à ton ressenti, j'aurais pu (hum, façon de parler) l'écrire. Merci Célestine d'avoir "osé" !
    Bonne soirée. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Je suis comme une truie qui doute » est un livre de Claude Duneton dont le titre marqué une génération...
      Tu as raison, renoncer publiquement à une déduction d'impôts, c'est bien. Mais qui vérifiera qu'il l'a bien fait sur sa déclaration ? ... ;-)
      Bisous jolie Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. "...qui vérifiera qu'il l'a bien fait sur sa déclaration ?"
      M'est avis qu'il y a bien des observateurs qui ont déjà pris date, en gros et en rouge...

      Supprimer
    3. Moi je pense qu'aucun fonctionnaire n'osera révéler un secret fiscal de ce monsieur...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Procès d'intentions ?
      Doit bien y'en avoir quelques'un qui ont des co.....s, pour que Médiapart et Le Canard, entre autres, obtiennent leurs infos...

      Non ?

      Supprimer
    5. Envisagé sous cet angle...je me disais juste que les fonctionnaires du fisc étaient des gens respectueux du secret fiscal...
      Mais moi je ne fais aucun procès à personne, même pas d'intention... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. Il y a aussi des fonctionnaires syndiqués CGT... :-D

      Supprimer
    7. Les fonctionnaires du fisc sont certainement des gens respectueux du secret fiscal qui est une obligation professionnelle dont l'inobservation est passible de sanctions, mais certains sont peut-être d'abord des citoyens écoeurés des situations qu'ils ont l'obligation de gérer et qui osent prendre des risques dans le sens de l'équité ou de l'humanité. T'en connais pas, toi, des fonctionnaires qui se soient élevés devant l'inadaptation ou la stupidité de certains règlements, de certaines consignes ?
      Et c'est heureux, ceux-là ont sauvé bien du monde pendant la guerre...

      Supprimer
  7. Oui ! Merci Célestine ! Merci !
    Moi aussi, j'ai évalué la chose sous tous les angles et points de vue, et sorti d'un petit pincement au coeur à plusieurs mesures, j'ai surtout été étonnée (et presque fâchée dis donc) des retombées de tout ça...
    J'avais commencé à écrire tout un pavé là dessus, puis parlant d'un monument religieux, j'ai préféré ne pas le poster (j'ai un côté lâche). Bravo de l'avoir fait !
    Tu es la quatrième personne (seulement !) que je vois souligner l'étrangeté du phénomène et s'interroger sur tout ça... mais quatre c'est toujours ça, ça me fait du bien. Merci !
    Et des bisous surtout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la plupart des gens ont des opinions nuancées par rapport à l'événement. Il n'y a que sur BFM TV que l'on nous fait croire que tout le monde pense la même chose...mais c'est impossible.
      J'ose espérer qu'il n'y a pas que quatre personnes en France qui se posent des questions...
      Comme je l'ai dit à Brizou, je suis inquiète que tu te sois auto-censurée... Qu'aurais-tu risqué ? On est en république, non ? ;-)

      Je t'embrasse ma belle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Tout ce que tu exprimes montre que nous avons encore bien du chemin à faire dans les siècles qui viennent pour la promotion de l'humain dans l'humanité.
    À commencer par accepter que nous n'en sommes que là, collectivement, pleinement collectivement, que ce soit en France ou dans n'importe quelle autre pays de la planète, et sur les îles les plus reculées…
    Alors, ne tardons pas, mettons-nous au travail tout de suite… il y a du taf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton commentaire, Alain.
      Oui, c'est vrai, il y a du travail, et c'est le rôle de chacun de s'interroger individuellement et collectivement sur les responsabilités de l'homme dans l'humanité et son chemin...
      Mais aurons nous plusieurs siècles pour cela ?
      J'en doute... (eh oui, encore) ;-)
      Je t'embrasse cher Alain.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Nous avons au devant de nous un temps considérable.
      L'humanité vient tout juste de naître…
      l'humanité est bien plus vaste que les seuls hommes qui la composent actuellement.
      J'espère que ton doute est passager, toi qui es visionnaire…
      Laisse donc cela aux déclinismes et autre pisse vinaigre…
      ça les occupe…

      Supprimer
    3. Tes paroles sont rassurantes et positives ce matin.
      J’ai exprimé mes doutes et j’ai récolté un certain nombre de certitudes assénées qui m’ont vraiment interpellée !
      Alors merci cher Alain d’instiller un peu d’espoir.
      Ce dont je ne doute pas c’est de la force de l’amour même si je passe encore et toujours pour une visionnaire un peu naïve.
      Ton message me va droit au coeur
      ❤️

      Supprimer
  9. À la lecture du commentaire de Landrynne, il me revient qu'hier mon épouse me signalait que mon frère sur son compte FaceBook partageait un commentaire disant à peu près ceci : Victor Hugo remercie les généreux donateurs pour Notre-Dame de Paris, il attend impatiemment leur réaction pour les misérables...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est typiquement le genre d'humour facebookien stupide qui se propage comme une traînée de poudre. Avec des encadrés à provenance douteuse qui polluent le net. Les morts ont bon dos!

      Pivoine.

      Supprimer
    2. Lorsqu'on ne peut pas tout faire, il faut choisir ses priorités et c'est dans ce choix que se révèle la profondeur des individus.
      J'espère que Totor nous informera...

      Supprimer
    3. @Walrus
      Je trouve cette blagounette assez pertinente quant à moi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. @Pivoine
      Je respecte ton opinion, Pivoine. mais je ne la trouve pas si stupide, cette remarque. Comment peut-on simplement encore supporter de tels écarts entre les riches et les pauvres sans se poser de légitimes questions ?
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. @Blutchy
      A moins qu'il ne se retourne dans sa tombe à l'heure actuelle...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. N'étant pas française, j'observe cela d'un peu plus loin mais m'interroge tout comme toi. Notre Dame mérite d'être reconstruite. La France mérite d'être solidaire. La France mérite d'être solidaire tout le temps, pour tout un chacun et non pas seulement pour des vieilles pierres. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que la France « mérite » d'être solidaire, ou se doit-elle de l'être, plutôt ?
      Quand on affiche au fronton des lieux publics la devise idéale « liberté égalité fraternité » ...on se doit d'être solidaire avec les plus démunis. Et ceux-ci me semblent un peu relégués au dernier plan depuis trop longtemps...
      Bisous frangine, merci de ta participation...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Bonjour Célestine. Je te trouve plutôt nuancée. Je suis loin de retrouver dans tes questions les inepties qui circulent sur facebook (ça va de pair avec tous les événements médiatisés à outrance que tu soulignes).

    Je ne me prononce pas sur l'histoire des grandes fortunes... on m'a déjà fait la leçon sur le Grrrand Capital mais apparemment ces personnes ne se souviennent pas que j'ai toujours été de gauche, voté à gauche et que je le ferai encore à moins de m'abstenir.

    J'ai été triste bien sûr. Mais j'ai pensé, vous reconstruirez. Je ne vois pas pourquoi l'on ne donnerait pas un cent pour Notre Dame. Une chômeuse ou une femme classée socialement invalidé et solitaire -un dimanche- peut aller pleurer et méditer dans une chapelle de cathédrale. J'aime bien m'asseoir dans les églises. C'est gratuit et propice à la contemplation. Je n'ai pas encore visité de mosquée , pour y 'tester' ce que je ressentirais, mais je suis déjà allée dans deux synagogues. Et malheureusement je ne puis entrer dans un temple maçonnique ;-) bref...

    Alors les facebookiens qui tout d'un coup aujourd'hui se révèlent scandalisés par ce qui se passe au Yémen me font rire. La semaine passée, personne n'en parlait. Ceux qui se soucient des SDF et pas de Notre Dame n'acceptaient pas non plus qu'on accueille des migrants pour les mêmes raisons... résultat il y a toujours des SDF, des migrants, des guerres et des bombardements et une cathédrale à terre. Celui qui aime un arbre un homme pourquoi n'aimerait il pas une construction humaine ?

    ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton point de vue, Pivoine.
      Mais il me semble que tu fais référence à Facebook comme étant LA référence ultime en matière d'opinion et d'information.
      Je ne vais plus sur Facebook, sans doute pour cette raison. On y trouve des réactions à chaud, des poncifs, des préjugés, beaucoup de vindicte, de haine, de bêtise...
      J'ai essayé d'exposer calmement mon point de vue, nuancé comme tu le soulignes et je t'en remercie.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Cet évènement est une catastrophe quant à la perte du témoignage de ce que les hommes peuvent créer de leur tête et de leurs mains quand la ferveur les transcende, quand au génie de ceux qui ont imaginé, calculé (avec un crayon et une feuille), dessiné, taillé, assemblé, bâti en y mettant tout leur savoir toute leur habileté et tout leur coeur. Mais effectivement, vu sous l'angle d'instrument d'asservissement, ce monument ne mérite à mes yeux aucun égard.
    Et quand dans un même temps un président de la République décide seul et d'emblée que la reconstruction devra se faire en cinq ans (où au passage il démontre son incompétence précipité), sans que soit posée la question du coût qui ne sera estimé que dans plusieurs mois, alors qu'il ne cesse de répéter qu'il n'est pas possible d'accéder aux revendications qui s'expriment depuis des mois, quand les grande fortunes qui ne cessent d'asservir le peuple trouvent soudain le moyen de financer la reconstruction d'un bâtiment pendant que des SDF meurent de faim, ils prennent le risque de réactiver la colère du peuple. Le prochain acte des gilets jaunes risque d'être chaud !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Candide
      Que Micron soit un con pétant ce n'est pas un scoop.

      Si la reconstruction est confiée aux compagnons charpentiers, la facture sera ridicule en comparaison de ce que peut demander Vinci ou Bouygues...
      J'imaginerais très bien l'esplanade transformée en chantier de charpente visitable.
      Ca pourrait même être autofinancé par le prix des visites...

      Supprimer
    2. Ce sont les hommes qui asservissent. Pas les monuments. Je pense que celui qui ignore son patrimoine et trouve qu'il ne vaut pas la peine d'être restauré, le traite de tas de vieilles pierres n'a pas plus de respect pour les forêts les autres le voisin le migrant ou le SDF. Ou la terre qu'il habite. C'est comme cela qu'on a détruit Bruxelles, en raison d'une ignorance et d'un manque total d'estime de valeurs autres que monétaires.
      Vous me faites rire avec Macron. Pourquoi l'avez vous élu?

      Peut-être voter Marion Maréchal Le Pen la prochaine fois ? Ou Fillon et son lot de casseroles qui lui pendent après ...

      Pivoine.

      Supprimer
    3. @ Pivoine :
      Ôtez-moi d'un doute : c'est bien à moi que vous répondez, là ?
      Parce que vous êtes tellement à côté de la plaque que j'en suis venu à en douter ! Mais, non, vérification faite, c'est bien à moi que vous répondez.
      Alors Dame Pivoine, je vous invite vivement, au lieu de fustiger à tort et à travers, à relire avec un peu plus de soin ce qui est écrit. Ca vous évitera des interprétations hasardeuses et des prêts d'intentions erratiques.
      Quant à vos insinuations concernant mes choix électifs, elles sont tout simplement déplacées et n'ont pas leur place ici.
      Je vous invite, une prochaine fois, à tourner sept fois vos doigts au-dessus du clavier, ça ne fera de mal à personne.
      Ou abstenez vous.

      Serviteur, Madame !

      Supprimer
    4. @ Blutch:
      Tàfd'ac pour le chantier de charpente sur l'esplanade, c'est une excellente idée !
      Dommage que je sois si loin de Paris, j'aurais aimé le visiter avec toi, apprécier, poser des questions...
      Et on finirait la journée dans un petit gasthaus du quartier latin où on aurait embarqué la taulière !
      Quelle idée d'être si loin !

      Supprimer
    5. @ Pivoine
      Les églises (toutes les églises) sont depuis longtemps un outil pour asservir le peuple.
      L'association du sabre et du goupillon n'est pas une chimère.

      Je suis bien placé pour reconnaître le côté "magique" de l'énergie qui se dégage des églises anciennes. A l'époque, les bâtisseurs avaient manipulé l'énergie de ces lieux pour en faire un lieu ressourçant. Au fil des siècles, leur usage a été dévoyé dans le but d'une mise sous influence du populo.
      Je ne sais pas si ND de Paris avait gardé actives ces manipulations d'énergies car je n'ai jamais pu l'approcher ni pu y pénétrer par trop de monde.
      Il y a peu de chance que ses particularités énergétiques survivent à une restauration qui sera faite sans conscience.

      Pour moi, le symbole de la grandeur d'une nation est dans le respect qu'elle accorde à ses minorités et l'accompagnement qu'elle offre aux plus faibles, pas dans ses monuments. Sur ce plan-là, la France n'est pas en pool-position.

      Autrement, j'aime les vieilles pierres, mais pas l'usage qui en est fait par le pouvoir.
      C'est moi qui ai parlé du Yémen, car entre le massacre délibéré d'un peuple et un bâtiment incendié, il n'y a pas photo. D'autant plus lorsque la France se fait complice de ce massacre.
      La distance est ravageuse pour les émotions chez la plupart des gens, pas pour moi.
      Le jour du massacre de Nice, au Mali (je crois) un attentat tuait plus de 450 innocents, il y eu qu'un entre-filet dans la presse :-(

      Il n'y a pas d'argent pour les pauvres et les 4 millions de mal logés, mais on aura ce qu'il faut pour restaurer la vitrine de la maison France...

      Tu as une chance énorme de vivre dans un pays qui arrive à se passer de gouvernement durant plus d'une année.
      Le vote majoritaire en France ne donne aux électeurs que le choix entre la peste ou le choléra. Ajouté à cela que 90% de la presse est dans les mains de 9 amis de Micron...
      Je n'avais que le choix du vote blanc.

      Pour ce qui est des casseroles, Micron n'est pas en retard. S'il en a moins que certains autres, c'est qu'il est nouveau en politique, mais rassure-toi, il fait des efforts méritoires pour combler son retard...
      Il y a bien peu de prétendants au trône qui soient nets.
      Ce n'est pas faute d'avoir cherché, mais la droite n'a jamais pu trouver le moindre truc contre Jospin. A part ses histoires de cul et le fait qu'il n'est pas de gauche, Strauss-Kahn a été blanchi de toutes les accusations.
      Maintenant le pouvoir s'acharne sur Mélenchon pour faire oublier les combines à Macron.
      Il sera aussi blanchi, mais toujours trop tard.
      Et pendant ce temps Jupiter foudroie la France en toute impunité.

      Il veut que ND soit restaurée en 5 ans... Il est une fois de plus en plein délire mégalomaniaque.
      Personne ne sait à l'heure actuelle si la construction a ou non été fragilisée dans ses fondations par cet incendie. Il faudra peut-être 10 ans pour consolider la maçonnerie.
      Macron a déjà une année de retard sur le chantier SDF ar il avait promis qu'en une année, il n'y aurait plus de SDF en France...
      Comme disait Chirac: les promesses n'engagent que ceux qui les croient...
      Bises

      Supprimer
    6. Je peux te dire (mais ce n'est que mon expérience) que je fais toujours le plein d'énergie quand je fais le tour de l'intérieur de ND.

      Supprimer
    7. @Cnadide, Blutchy, Pivoine

      Merci pour cet échange nourri et intéressant.
      Je suis heureuse que mon billet puisse ouvrir la porte à des opinions diverses, et en tout cas différentes de celles que l'on entend à longueur de journée dans les médias...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    8. @Dédé
      Moi aussi, je ne mets pas cela en cause.
      La beauté du bâtiment m'a toujours coupé le souffle, la preuve ICI
      Je parlais surtout ici de l'indécence de ce matraquage médiatique, que je ne supporte plus...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    9. @ Blutch:
      Tiens mon Blutchy: bien qu'après trois jours il soit trop tard pour que quiconque voit ce commentaire, j'ai trouvé un argumentaire intéressant concernant la charpente. Bonne lecture !
      https://reporterre.net/Notre-Dame-le-bois-de-chene-de-la-charpente-etait-mediocre

      Supprimer
    10. @ Candide
      Il n'est jamais trop tard our bien faire, la preuve...

      Supprimer
    11. Ben t'étais là mon Blutchy ? Et tu me disais rien ?
      Comme tu vois, trouver 2000 chênes c'est possible, mais il faut encore tailler et sécher (j'ai vu évoquer 8 ans si l'on veut respecter la tradition) car le bois en question est encore sur pied.
      Pour avoir vu de belles choses dans cette technique, j'avoue que l'idée du lamelle-collé m'interpelle quelque part (en français: me semble intéressante)...

      Supprimer
    12. Le seul ennui du lamellé-collé étant qu'il ne supporte pas l'eau. S'il y a une fuite dans la toiture qui n'est pas rapidement colmatée (et sur plus de 1000m2, il y a de quoi en avoir), la colle se désagrège et la poutre est foutue. Bon, tu me diras qu'il suffira alors d'attendre un quelconque 14 juillet ou une Saint-Jean providentielle pour récidiver le coup de passe-moi l'allumette...
      Sérieusement, c'est assez impressionnant de voir une de ces poutres partir en éventail.

      Pour contracter le temps, il est possible de passer les poutres au séchoir industriel.

      Supprimer
    13. Tu as raison mon Blutchy. Je pense cependant qu'avec une couverture en plomb, ou en titane comme il est parfois évoqué, posée par des compagnons, le risque de fuite (tu vois, je mets même pô de pluriel) est plus qu'improbable. Et de plus il est possible d'imaginer des "couples" modulaires et facilement démontables de l'intérieur, ce qui n'est pas une mince affaire avec une charpente traditionnelle.
      J'ai jamais vu mais j'imagine bien la poutre qui fait l'é(pou ?)ventail ! :oD
      Enfin, entre nous et si tu permets, notre accorte hôtesse n'appréciant pas le blasphème, tu aurais pu éviter d'évoquer le séchage industriel. Ca ressemble furieusement à une vraie faute de goût qui me surprend de l'homme de qualité que je croyais voir en toi !
      ;oP

      Supprimer
    14. M'enfin Candide, tu as entendu le Roy ! Il a dit qu'il voulait que ça soit réglé en 5 ans maxi alors tu ne vas pas lui pourrir son calendrier en imposant 8 ans de séchage seulement pour le bois.
      Encore heureux d'ailleurs que ce ne soit pas cumulatif avec le temps nécessaire pour dégorger les fondations des tonnes de flotte qu'elle a reçues de l'intérieur. C'est un peu plus que les trois seaux d'eau que la femme de ménage balance une fois par semaine sur le dallage....
      Alors vois-tu, j'irais encore plus loin en évoquant le bois réticulé, c'est à dire chauffé à haute température, ce qui le rend imputrescible.
      Au prix écologique de la tonne de titane, je ne trouve pas que ce soit une bonne idée, d'autant que sa couleur et son effet miroir risque d'incommoder et de choquer dans le paysage.
      Le plomb est un toxique et je ne sais trop rien des conséquences de sa fusion lors de l'incendie.
      Le zinc, très prisé en France, n'a qu'une durée de vie limitée dans la pollution
      Moins cher que le titane, la couverture en cuivre (si elle n'est pas faite de tôles trop minces)offre un bon compromis. Le cuivre s'oxyde en brun et ça reste superficiel.
      Quelle que soit la couverture, il restera toujours un problème de dilatations différentes entre la pierre, le bois et le métal, d'où des fuites possibles.

      Supprimer
    15. Tiens je passe par là complètement par hasard et c'est un vrai Bonheur de vous écouter parler poutres et titane...
      J’ai l’impression d'être plus intelligente d’un coup ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    16. @Candide

      Même après des jours et des jours, les commentaires sont toujours lus ici...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    17. @ Cel: je sais que TU les lis. Mais j'ai pu constater qu'après trois jours, intervenir perd beaucoup d'intérêt et de portée.

      Supprimer
    18. @ Blutch: d'accord pour le coût écologique du titane, encore que dans ce cas, faudrait peut-être pas savoir quelles quantités sont consommées par l'aviation, le nucléaire et toutes les technologies de haut vol qui ont besoin de solide, élastique ou pas suivant les besoins, et inaltérable. Quant au coup d'oeil, un peu plus clair que le plomb, il ne reflète que s'il est poli (et encore...) et il existe des finitions mates (sablées ou microbillées ?) dont est friande l'aviation militaire. Et te souviens-tu de tes cuichettes de l'armée helvète ?
      Quand au plomb (250 tonnes rien que pour la flèche) j'imagine qu'il doit y en avoir des mares en fonction des chemins d'écoulements. Et il est vrai que le cuivre pourrait être une bonne option, d'autant qu'il doit être possible de contrôler le début d'oxydation pour "orienter" la coloration.
      Quant à la dilatation, de vrais couvreurs savent gérer efficacement.

      Supprimer
    19. @ Candide
      Attends là, tu es en train de dire que c'est surtout pour les autres que tu commentes ?
      M'enfin, du moment que la taulière les lit, l'essentiel est sauvé...

      Tiens ! me vient une idée un peu farfelue: On élève une protestation publique avec un gage à la clef si un commentaire n'a pas de réponse dans les deux semaines (ben oui, il faut laisser à Céleste le temps de rentrer de ses nombreuses vacances...)
      Baci colletifs

      Supprimer
    20. @ Cel: "J’ai l’impression d'être plus intelligente d’un coup"...
      C'est pas compliqué, quand t'as besoin, tu nous demandes, avec zeu Blutch on se fera un plaisir de t'expliquer ! :o)))

      PS pour ceux qui pourraient me trouver suffisant : quand on sait les capacités intellectuelles De Cel et du Blutch comparées aux performances de mon neurone, on comprend qu'il y a là plus lourd d'auto-dérision que de plomb sur les toits de la cathédrale !
      ;oD

      Supprimer
    21. @ Blutch:
      Ben à trois heures du mat' t'es pas encore couché ? C'est là qu'on voit qu'on vit pas sous les mêmes fuseaux horaires, bicôze je suis levé depuis une heure. Et je baille comme une carpe !

      Supprimer
    22. @ Candide
      Il semblerait qu'on commente parfois en même temps.
      En conséquence directe et fortement dommageable pour la compréhension générale, j'ai zappé une de tes réponses.
      Donc, pour y revenir, Au départ, "ils" ont parlé de titane pour la charpente afin qu'elle soit la plus légère possible, ce qui ne me semble pas utile au vu de ce que représente une charpente traditionnelle dans le poids total de l'édifice.
      D'autant plus qu'un mur de pierres maçonnées a besoin d'un lest pour ne pas se désagréger.
      Si tu peux enlever les premières pierres de ses murs, tu démolis un château avec un pied de biche.
      La solution pour bloquer cette maçonnerie consistait à poser un poutre (appelée "sablière") sur le haut du mur et de construire la charpente dessus. Le poids de la charpente assurant sa stabilité propre et celle du mur.
      La tendance actuelle de faire des charpentes légères qui sont ancrées aux murs est une hérésie car ça ne permet pas les mouvements de charpente dus à la souplesse du bois et les contraintes du vent.

      Concernant le plomb, des premières mises en garde arrivent concernant la nécessité de commencer par une dépollution du site et de ses abords à cause des risques de saturnisme. On peut se rappeler que du plomb avait massivement été largué sur le réacteur de Tchernobyl et que maintenant ils ont de gros problèmes de saturnisme dans toute la région.
      Donc ils vont avoir du boulot avant de penser reconstruction. D'autant que le socle géologique du bâtiment se trouve gorgé d'eau et qu'il ne faudrait pas qu'il y ait un hiver rigoureux avant un assainissement des fondations.
      Le bassin parisien est formé de roches sédimentaires qui ne sont pas toutes imperméables à l'eau. Je pense, j'espère, qu'ils feront une étude géologique avant de faire n'importe quoi pour ne pas indisposer Sa Majesté avec des délais bousculés...

      Autrement, je n'ai strictement aucune expérience militaire en Suisse (ni ailleurs d'ailleurs) autre que la comparution devant un tribunal du même bois pour avoir refusé le service militaire.

      Pour le cuivre, la coloration de son oxydation se fait naturellement, il faut juste éviter certains acides qui provoquent une coloration verte.
      Chez-moi (en Suisse) toute la ferblanterie (qui devrait en fait s'appeler la ferrougerie) est en cuivre et je n'ai pas une trace de vert-de-gris.

      Bien sûr qu'il est possible de maitriser les dilatations, mais dans le cas d'une cathédrale, unité de temps est le siècle, ce qui change un peu la donne.

      Ce Sidi, à l'origine, la couverture n'était pas métallique du tout et l'échange d'énergie cosmo-tellurique était plus harmonieux.
      Le changement de type de couverture a modifié la qualité de l'énergie du lieu, mais vu l'usage abusif qui est fait des églises depuis l'Inquisition, c'est n'est pas un mal de voir se tarir ces énergies.
      à suivre...

      Supprimer
    23. Je pense qu'avec les 500 tonnes annoncées de la charpente en chêne, les murs devraient être bien assis !...
      Et c'est bien sûr, tu me rappelles qu'on a en commun de ne pas avoir appris à jouer à la gué-guerre ! Mais comment s'est soldé ton passage au tribunal ? Pour ma part, je n'ai pas dû aller jusque-là, j'ai dit "J'veux pas y aller.", et on m'a répondu "Bonbin rentrez chez vous." Faut dire que j'étais dans une année particulièrement pleine du baby-boom et qu'ils n'avaient pas les moyens d'accueillir tout le monde. Et que je leur avait parlé de ma "tentative de suicide" après le décès de ma mère. Ils ont dû me trouver insuffisamment fiable ! :oD
      Toute médaille ayant son revers, c'est comme ça que j'ai loupé l'occasion de faire chasseur alpin, excellente école pour qui aime crapahuter en altitude. :oD
      Mais du coup, tu connais pas les cuichettes en titane, qué tristezza !

      @ Cel: Didon Cel, on est bien tous les deux là avec zeu Blutch, sais-tu s'il reste des bières au frigo (non que je laisse libre court à mon machisme inné, mais n'étant pas chez moi je n'ose me servir sans demander) ?
      Allez, Bizouillàtous ! <3

      Supprimer
    24. @Candide
      Un macho avec un neurone...tu fais dans l'auto-valorisation je vois... :-)
      Ben non dans le bac à bière il n'y a que des légumes, c'est un frigo de fée...
      Quoiqu'une petite binouze pépouze de temps en temps, je ne dis pas...

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    25. Il est possible de maîtriser les dilatations ? Même celle du cerveau de notre président quand il sauve la France ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    26. @ Céleste
      Ce qu'il est impossible de maitriser, c'est la dilatation de sa connerie.
      Et avec ça, on est bon pour le fichier S++, qu'à ôté de notre dangerosité, Daech, c'est de la petite bière. Tiens au fait Candide peut profiter de se servir...


      @ Candide
      Avec 2000 chênes annoncés, on serait plus sur la base de 3'000 m3 (soit 2'500 tonnes), qui me sembleraient plus correct, vu l'étendue de la charpente et le besoin de stabilité de la flèche.

      Tout en bas, il y a un petit calcul en réponse à MTG.

      Mais comment ça, tu t'es laissé jeter ainsi sans réagir ? Ca doit être vexant qu'ils ne montrent pas plus de persévérance à vouloir te prendre...
      Pour mon compte, j'ai eu droit à 2 x 4 mois de chambre et pension dans un bâtiment d'état, avec en peine additionnelle (à la 2eme condamnation) l'exclusion de l'armée. Oui Môsieur, pour me punir, ils m'ont jeté dehors en peine infamante.
      Ti bacio Céleste et bises au barbutos

      Supprimer
    27. Oui on est des gens très dangerositesques !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    28. Je viens de voir ton histoire de gage...je l'ai échappée belle, j'ai failli le louper!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    29. @ Blutch: Eh bien pour une fois, moi qu'il ne faut pas chatouiller longtemps pour que je démarre au quart de tour, j'ai pas demandé mon reste ! Déjà que le seul fait d'être retenu pendant les 2,5 jours des fameux "trois jours" me rendaient fébrile !... Je continue à regretter les chasseurs alpins: un copain grand amateur d'altitude en est revenu en disant: "Qu'est-ce qu'ils sont cons ! Mais qu'est-ce que j'ai appris (notamment des trucs en matière d'efficacité et de sécurité qu'on n'apprend jamais dans le civil) !
      J'aime beaucoup la peine infamante ! Après, venant de militaires !... c'est là qu'on voit que nous n'avons pas les mêmes valeurs !... ;oD

      Supprimer
  13. Tout à fait d'accord avec toi...du début jusqu'à la fin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie.
      je suis assez dépitée par la récupération tous azimuts de l'événement...On dirait que tout le monde doit aimer Notre Dame...Ça me rappelle les gens qui disaient être « Charlie » alors que certains ne l'ont jamais lu...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Ce monde où tout est médiatisé, exagéré...finit par me fait douter de tout.Je me pose, comme vous, des questions sur l'argent, sur les valeurs de notre République et notre vivre ensemble et sur l'importance de l’événement.
    J'ai besoin de recul et de réflexion, d'analyse , de temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est exactement cela, Françoise62.
      La surmédiatisation fait qu'il devient très difficile de réfléchir posément aux choses...
      Bienvenue, je t'ajoute à mon totem
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. je partage tout à fait ces réflexions!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne, ça me fait plaisir ! :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. J'aime beaucoup votre texte.
    Madame Chapeau, qui ne pense vraiment pas à vous comme à une truie qui doute
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Mame Chapeau qui êtes si rare chez moi...C'est une référence à un titre de livre : je vous rassure, je ne suis pas une truie pour autant...
      :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Tu n’es dans mon entourage ni la première ni la dernière qui exprime ce mélange de tristesse initiale et de colère sourde quant à tout ce qui a suivi mais personne, même les meilleurs, n’arrive à ta cheville pour le dire aussi bien.
    Ou alors peut être exprimes tu parfaitement ce qui se bouscule dans mon cœur.
    Maintenant "la truie qui doute".... ? J'ai l'impression qu'il me manque une référence, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.babelio.com/livres/Duneton-Je-suis-comme-une-truie-qui-doute/89962
      :)

      Supprimer
    2. @Myosotis

      Merci je suis touchée par tes mots. Effectivement ce que j'exprime est résumé par mon titre : on ne peut qu'être mélangé devant un tel maelstrom de ressentis et d'idées qui se bousculent...
      Julie a répondu pour moi à ta question sur la référence ...
      Kisses my sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Je n'ajouterai qu'une chose à tes écrits qui, en grande partie traduisent mon ressenti. Il y avait un office au moment où l'incendie à débuté et nous n'avons à dénombrer ni blessés, ni morts parmi les fidèles les touristes, les ouvriers les pompiers la police....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est important que tu le soulignes, Chinou : on ne déplore aucune mort et c'est quand même jusqu'à nouvel ordre, le plus important dans une catastrophe.
      L'attachement que nous avons aux choses est toujours profondément culturel, donc acquis, induit par notre éducation.
      J'ai tendance a admirer davantage le dépouillement ascétique des moines bouddhistes que les fastes du Vatican.
      Comment prôner les valeurs de partage, d'amour du prochain et de charité en vivant dans des palais et en vénérant des églises emplies de richesses et de dorures...Il y a là une contradiction qui m'a toujours interpellée, voire gênée...
      C'est pourquoi ma préférence va depuis toujours aux petites chapelles nichées dans la nature...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Oui. C'est toute la contradiction du catholicisme, occidental de surcroît. Les images et représentations, bannies dans le judaïsme et l'islam.
      Malheureusement dès qu 'une assemblée de personnes fonde un mouvement un culte ou un parti, l'argent devient le nerf de la guerre... à moins de se faire ermite...

      En passant désolée d'avoir heurté Candide. Mon commentaire se trouvait sans doute sous le sien mais bon... Je ne vise pas une personne naturellement.
      D'autant que nos systèmes d'élections sont loin d'amener les résultats dont on rêve...

      Pivoine.

      Supprimer
    3. @ Pivoine :
      Faut quand même bien avouer que ton com se trouvant dans le pavé "réponse", il y avait de quoi y croire, non ?
      Hors donc je prends acte, je te remercie, et je te paye une bière à l'occasion quand tu passeras par chez moi. Mais prévoies un temps de voyage et oublie pas une 'tite laine.
      Gros Poutoux !

      Supprimer
    4. Comme c'est beau ces réconciliations...
      Vous m'émouvez tiens...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Un peu comme l'écriture, les mathématiques, la philosophie ou la poésie.
    Ça commence par asservir, par forcer, par astreindre.
    Puis, ça libère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas très bien: tu parles de la religion ?
      Tu crois vraiment qua la religion libère l'homme ? ;-)
      Et tu penses que la poésie asservit ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je ne parle pas de la religion, je parle de l'éducation en général.

      Supprimer
    3. J'ai oublié, à propos de Notre-Dame.
      Ceux qui aujourd'hui jouent à celui qui pisse le plus loin à coups de millions d'€uros.
      Eh bien ce sont les mêmes qui, depuis des années faisaient la sourde oreille aux demandes de quelques millions d'€uros qui auraient permis d'éviter l'incendie.
      Ne parlons pas de la sourde oreille à l'injonction commune "payez vos impôts normalement, à proportion de vos gains et de vos fortunes et payez à vos employés des salaires qui leur permettent de vivre !"

      Supprimer
    4. Etre riche rend sourd, si je comprends bien...
      Et si je te disais que j'ai une excellente ouïe, qu'en déduirais-tu ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Je suis amusé de voir la diversité des réactions (je ne parle pas spécialement d'ici) et la variabilité des systèmes de comparaison selon les sensibilités (ou valeurs ?) de chacun. Est-ce que cela a du sens de comparer patrimoine architectural et pauvreté ? Et pourquoi pas comparer avec la santé, la faiblesse des retraite, les armes françaises utilisées contre le Yemen ou quoi que ce soit d'autre ? Dans un des milieux dans lesquels j'évolue, la question de la reconstruction de cette cathédrale se jauge à la dépense énergétique qui serait nécessaire ! Je suis sûr que d'autres, ailleurs, estiment qu'avec l'argent nécessaire on pourrait construire des centaines de kilomètres d'autoroute. Ou sauver des hectares de forêt primaire. Ou construire des hopitaux. Ou embaucher des assistantes sociales ou des juges ou des profs...
    Mais qui se demande combien d'enfants affamés il pourrait nourrir avec le montant de son simple abonnement téléphonique ? Et si son train de vie d'occidental moyen est éthiquement acceptable ?

    Bref, tout ça pour dire que comparaison n'est pas raison ;)
    Personne n'a rien à gagner à ce jeu, qui finit souvent par exacerber les positionnements.

    Cela dit, la question de "reconstruire", en dehors de toute considération financière, se pose quand même pour tout un tas de raisons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je crois que cela a du sens de comparer patrimoine et pauvreté. Beaucoup de sens.
      Parce que tout ce qui est du ressort du patrimoine (les monuments, les châteaux, les cathédrales, mais aussi les grandes oeuvres littéraires, musicales, poétiques, picturales, tout ceci qui serait censé appartenir à tout le monde, eh bien, une grande partie de la population en est tenue éloignée.
      Parce que certains n'ont pas les moyens d'aller au musée, ou à l'opéra, ou au théâtre ni même de contempler Notre Dame ...Parce que la misère, c'est l'ennemie de la culture.
      Alors tu me diras que dans le monde apocalyptique qui se profile, il ne sera plus question de se cultiver, mais simplement de se maintenir en vie...mais ce monde est fabriqué, comme tu le sais, par le capitalisme qui a transformé la planète en immense marché où tout se vend, et tout s'achète, au détriment de toute considération humaniste ou même de simple bon sens. Un enfant de quatre ans peut comprendre que l'on ne peut pas vivre comme sur 4 planètes quand on en a qu'une...
      Alors oui, ça a du sens de dénoncer les agissements des destructeurs de l’humanité que sont les milliardaires, ceux-là mêmes qui se font passer pour des mécènes en donnant des sommes pharaoniques pour sauver le toit de Notre Dame...
      Même si on se sent une fois de plus bien impuissants devant cette machine à broyer...
      Je ne joue à aucun jeu, je me pose simplement des questions philosophiques, et non factuelles...
      Je fais tout pour réduire mon « train de vie occidental », comme je le racontais dans mon billet « sourire aux étoiles » à propos duquel j'aurais vraiment aimé un petit mot de toi...ne serait-ce que d'encouragement...
      Bref, je comprends ton point de vue, mais je ne peux m'empêcher de me sentir un peu coupable à travers tes propos, j'espère que tu ne m'en veux pas d'être sincère. Alors que ceux qui devraient se sentir affreusement coupables, mais il n'en est rien) ce sont les Pinault, Arnaud et consorts à qui on déroule le tapis rouge ...
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Célestine,

      Peut-être que comparer patrimoine historique et pauvreté actuelle a du sens, selon l'angle sous lequel on observe les choses. Mais sous d'autres angles, ça n'en n'a guère. Car ce patrimoine c'est aussi la trace du labeur des générations passées. Des générations de pauvres, ou du moins de modestes, qui ont mis coeur et corps à l'ouvrage. La "forêt" de poutres qui est partie en fumée, c'est toute la trace de savoirs-faire ancestraux qui s'est effacée. Ce sont les vestiges d'arbres centenaires coupés il y a 800 ans dans des forêts qui n'existent plus, donc du bois âgé de mille ans qui s'est consumé. Le travail de centaines de bûcherons, transporteurs de bois, charpentiers dont il ne reste désormais plus nulle trace. Et c'est ainsi pour toute oeuvre, simple ou complexe, grandiose ou modeste : la trace d'un labeur, la trace d'un projet commun, la trace d'une foi en quelque chose : un dieu ou une oeuvre.
      Bien sûr, quand il s'agit d'une cathédrale c'est aussi la trace d'autre chose, fait de volonté de puissance, passant par l'asservissement. Une multitude d'angles de vue sont possibles :)
      Tu dis que ce grand patrimoine est tenu éloigné des pauvres. Je ne crois pas que ce soit le cas pour le monument dont il est question aujourd'hui (à moins que l'entrée soit payante ?). Qui n'a pas les moyens de contempler une cathédrale ? Mais peut-être rattaches-tu à ce monument-là l'ensemble de la culture qui, il est vrai, n'est pas accessible à tous...

      Non, je ne dirais pas que dans le monde qui se profile il ne sera plus question de se cultiver. Bien au contraire, je crois que cela va représenter un défi supplémentaire que de conserver cette dimension culturelle quand les ressources viendront à manquer. C'est un peu ce que j'ai suggéré en parlant des questionnements énergétiques au sujet de la remise en état de ce monument. Une option serait de laisser tout en l'état, comme un symbole d'un autre rapport au monde : laisser cette cathédrale évoluer vers sa "mort" inéluctable plutôt que de tenter de ralentir un processus qui, tôt ou tard, reprendra son cours et rendra à la terre les pierres élevées et maintenues à 50 m de hauteur par le génie humain.

      Oui, je sais le capitalisme. Je sais aussi que "nous" en sommes les heureux bénéficiaires et que "nous" occultons sans vergogne les effets distants de notre confortable et insoutenable mode de vie. Cracher sur le capitalisme c'est à coup sûr recevoir ce crachat dans la figure quand on est, comme nous le sommes tous ici, dans l'indécence des 10% les plus riches de la planète. Si tout se vent et tout s'achète... c'est aussi parce que nous l'acceptons. Sinon il en aurait été autrement, par définition. Tout comme nous acceptons de détruire les dernières forêts primaires, d'exterminer les espèces animales et végétales, d'exploiter les ressources en détruisant les sols, les habitats, le peuples et les cultures millénaires. Ne soyons pas hypocrites ! Nous laissons faire, en toute (mauvaise) conscience et nos enfants nous le reprocheront, avec raison, nous qui entendons sans révolte le cri actuel des pauvres de toute la planète. Je n'aime pas chercher des responsables ailleurs : je préfère assumer ma part de responsabilité... et la mauvaise conscience qui va avec.

      [à suivre]

      Supprimer
    3. « Un enfant de quatre ans peut comprendre que l'on ne peut pas vivre comme sur 4 planètes quand on en a qu'une... » Oui. Donc on le sait et le comprends. Et... ? Que fait-on pour que ça change ? Qui est prêt à revenir en arrière pour vivre avec seulement la part de planète à laquelle il à "droit" ? S'il y en a ils ne sont pas là, parce qu'ils n'ont ni smartphone, ni ordinateur, ni internet.

      Oui, les milliardaires sont destructeurs de l'humanité. Les millionnaires aussi. Les centmilliaires aussi. Nous tous, ici, somme des destructeurs passifs et consentants de notre humanité, mais aussi de tout le vivant des terres, des airs et des mers. Oui nous. Toi, moi, ceux qui nous lisent. Nous sommes les destructeurs en jouissant de la destruction opérée par des milliardaires... et les pauvres qui n'ont pour moyen de subsistance que la destruction de leur milieu de vie pour satisfaire nos appétits de riches tartuffes. Cachez cette destruction que je ne saurais voir...

      Tu ne ressens pas un malaise, Célestine, mon amie, à être dans cette dissonance cognitive permanente ? Moi je le ressens profondément mon malaise... et je ne sais pas quoi faire. Ou plutôt si, je sais, mais je n'y suis pas prêt : renoncer à ma voiture et le sentiment de liberté qu'elle m'offre, renoncer définitivement à prendre l'avion, quitter mon travail à plein temps pour ne gagner que ce qui me permet de ne pas dépenser plus que quelques centaines d'euros par mois, sachant qu'au delà je dépasse ma part de planète puisque tout provient d'une énergie hautement destructrice du vivant : le pétrole. Car il est là l'avenir de l'humanité : une vie sans pétrole ni charbon. Autrement dit : une vie comme avant 1850 en Europe, ou comme maintenant dans une infinité de pays émergents qui ne pourront jamais émerger au même niveau que celui auquel nous avons eu la chance unique, définitivement non reproductible, de parvenir. Mais à quel coût ?

      Alors par rapport à ça, le sort de Notre-Dame...

      [à suivre]

      Supprimer
    4. Oui, comme tu le dis : « on se sent une fois de plus bien impuissants devant cette machine à broyer ». Notre puissance (morale) consiste à renoncer à notre puissance (physique). Des volontaires ?

      Non, Célestine, tu ne joues aucun jeu *volontairement et consciemment*, mais tu fais pourtant partie d'un jeu dont tu es, comme nous tous, l'héritière. Contre cela tu ne peux rien. Par contre tu peux, comme moi, contre sa perpétuation. Et là, oui, la question de notre culpabilité personnelle se pose cruellement. Car nous savons ! Et en n'agissant pas à la mesure des enjeux nous cautionnons et restons complices. Toute tentative de défaussement de notre responsabilité personnelle et collective serait vaine. Mais comment agir ? En sommes-nous capables ? Le voulons-nous vraiment ? Je n'en suis pas du tout sûr...

      Pourquoi n'ai-je pas commenté ton joli billet « sourire aux étoiles » ? Parce que je ne voulais pas blesser ton enthousiasme comme je viens de le faire dans les lignes précédentes. Parce que je ne veux pas te dire que, quelle que soit ta fierté d'aller vers davantage de simplicité (ce qui est louable en soi), celle-ci est encore très loin de l'objectif à atteindre. Tu l'écrivais toi-même : « Mon petit trois-pièces, tel qu'il est, serait un palais pour les Van Gujjar, puisqu’il y fait chaudouillet, que le sol brille et que l’eau sort en abondance des robinets. ». Je ne veux pas tricher avec toi, alors parfois je préfère me taire que de te dire que ce que toi comme moi faisons est très très insuffisant. Et probablement inatteignable tant que les circonstances ne nous y obligent pas.

      Je vais te faire une confidence : je vis depuis quelques années dans une inconfortable dualité. D'un côté je pense avoir une haute conscience de ce qui nous attend (et c'est plutôt effrayant), même si je n'en mesure pas l'ampleur, et d'un autre côté je suis toujours dans cette forme d'insouciance légère qui me fait croire que la vie pourra continuer comme avant, dans cette illusions que grâce à quelques petits accomodements à la marge "on va pouvoir s'en sortir". Sauf que non, on n'en sortira pas sans renoncer dans des proportions inimaginables à notre confort de vie. Et si jamais on a la chance de ne pas avoir à renoncer, alors c'est que d'autres paieront pour nous : ailleurs dans le monde ou dans le temps (nos descendants). Les jeunes générations vont peut-être morfler grave ! Celles à naître ne connaitront tout simplement pas ce que nous aurons vécu, sauf par les vestiges qu'il en restera (qui dureront peut-être mois longtemps que Notre-Dame).

      Non, Célestine, je ne t'en veux pas d'être sincère et j'espère qu'il en sera de même pour toi. Parce que je crois savoir que ma sincérité pourra t'être piquante. Je te remercie même pour ta sincérité... qui oblige la mienne :)

      Et franchement, les Pinault, Arnaud et consorts, je m'en contrefous. Ils ne sont que le bras agissant de ceux qui les servent en échange des largesses qu'ils offrent en détruisant le monde. Qu'ils disparaissent et d'autres les remplaceront... tant que nous n'aurons pas compris quenous devons renoncer à détruire la nature de laquelle nous dépendons. Je commence à rejoindre ceux qui pensent que l'humanité est intrinsèquement condamnée à s'autodétruire. Hélas, malgré tout ce dont elle est capable de beau...

      Mais à part ça tout va bien, le ciel est bleu et la vie est belle :)

      Je t'embrasse, chère amie, en espérant ne t'avoir pas trop bousculée. Et j'aurais largement préféré pouvoir te parler de tout cela de vive-voix depuis le temps que je te le propose :)

      Supprimer
    5. PS : le texte d'Hervé Kempf que tu m'as proposé est très bien. Il a douze ans mais reste d'actualité car en douze ans... quasiment rien n'a changé.

      « C’est à l’ensemble des classes moyennes occidentales que doit être proposée la réduction de la consommation matérielle. ». Mes propos le rejoignent totalement :)

      J'ai lu quelque part que dans certaines sociétés humaines, posséder davantage que les autres devenait sujet d'opprobe sociale. Avec une honte d'être riche. Nous pourrions nous en inspirer ;)

      Supprimer
    6. Je me permets de te proposer un podcast qui pourrait te plaire. Tu pourras prendre le temps de l'écouter et je pense que tu y trouveras pas mal de résonances, à la fois avec ce que tu exprimes et ce que je ressens profondément. Je le conseille aussi à toutes celles et ceux qui seraient intéressé.e.s par ce sur quoi nous échangeons.
      http://podcast.sismique.fr/episodes/25-abandonner-lespoir-pour-le-courage-jean-marc-gancille?fbclid=IwAR1NU2YDeHXpZzkEe6VdtYAwZciscFtiD4JXquIUmbsAH6gxMh3GfbH_3K4

      Supprimer
    7. @ Pierre
      Je n'aime pas beaucoup la comparaison entre la prédation tous azimuts des grandes fortunes et le manque de rigueur ascétique des pauvres.
      Ca me fait penser à cette histoire de l'éléphant et de la souris qui courent dans le désert. La souris se retourne et dit à l'éléphant: "T'as vu toute cette poussière qu'on soulève.)

      De façon plus générale:
      Les grandes fortunes sont toutes faites sur le vol, la dépossession aux plus petits que soi de la part qui doit leur revenir.
      Leur générosité n'est qu'une minuscule rétrocession de ce qu'ils se sont accaparés sur le dos de leur personnel et leurs clients.
      Bernard Arnaud a rendu à la communauté ce qu'il a gagné en moins de deux jours durant les 12 mois précédents. Et s'il fait valoir son don, le reste à sa charge représenterait guère plus d'une demi-journée.
      Pas de quoi s'extasier sur cette "générosité".
      200 millions sur 70 milliards, c'est le prix d'un café pour un épargnant qui à 2000 Euros sur son livret A.
      Je trouve qu'il pourrait avoir le bon goût d'offrir une tournée générale...

      Supprimer
    8. @ Pierre
      Je garde précieusement ces commentaires-fleuves pour le moment où j'aurai le temps d'y répondre de manière complète et constructive.
      J'avoue être dépassée ce soir par leur longueur. Et leur densité.
      Je m'occupe de ma petite fille, et mille idées par seconde tournent dans ma tête, en la regardant...et en pensant à son avenir.
      Je t'embrasse cher Pierre.
      Merci d'avoir pris tout ce temps pour développer ce qui te tenait à coeur.

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    9. @Blutchy
      J'aime bien la souris et l'éléphant...
      Et puis c'est vrai qu'il faut reparler de proportion, et de « reste à vivre »
      Quand on donne dix pour cent de 1000 euros, il reste 900 euros pour vivre.
      Quand on donne dix pour cent de 70 milliards, il reste 63 milliards pour vivre...
      On comprend pourquoi les impôts indirects sont particulièrement injustes...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    10. @ Blutch,

      J'ai dû mal m'exprimer parce que je n'ai jamais eu l'intention de comparer la prédation exercée par les grandes fortunes et le manque de rigueur ascétique des pauvres. Je ne pense par retirer la moindre responsabilité des "très très riches" en mettant aussi en évidence celle des "simples riches" que nous sommes au regard de la population mondiale ayant un mode de vie compatible avec la soutenabilité terrestre.

      Et si « Les grandes fortunes sont toutes faites sur le vol, la dépossession aux plus petits que soi de la part qui doit leur revenir », comment considères-tu la prédation que *nous* (à 99,99%), occidentaux, exerçons sur les milieux et les populations que nous exploitons pour avoir le train de vie confortable (et insoutenable) qui est le nôtre ? Je ne crois pas qu'on gagne à regarder qui est pire que soi, si ce n'est un détournement de notre responsabilité individuelle.

      Mais oui Bernard Arnaud aurait pu verser 10 fois plus... si le monde avait été autrement. Je précise aussi je ne me suis nulle part extasié de sa "générosité" :)

      Supprimer
    11. @ Pierre
      J'ai toujours trouvé insupportable que les gouvernements et les industries occidentales s'accaparent des richesses qui ne leur appartiennent pas. L'Afrique est un continent très riche qui est peuplé par la plus grande misère au Monde.

      Si l'occident est un prédateur pour la planète, il y a bien peu de gens qui peuvent agir concrètement pour que ça cesse. Notre seule façon de pouvoir agir est de stigmatiser ceux qui volent les richesses naturelles.
      Ils sont certainement moins de 1000 dans le monde ces gens qui font crever de faim tout un continent.
      Je ne me sens pas coupable de leurs actions, et pas même complice, car je ne cesse de les dénoncer. L'autoflagellation n'est pas mon trip.
      Amicalement

      Supprimer
  21. Je dissone avec toi Celestine. Je dissone aupres de mes collègues, auprès de ma fille,auprès de tous et chacun.
    Merci pour cete réflexion que j'approuve totalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois que nous ne sommes pas les seules à dissonner, et heureusement.
      Cela veut dire que la pensée unique n'est pas obligatoire...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Je ne crois pas au ciel, pas plus qu'à l'enfer ! Quoique, l'enfer sur terre existe...
    Je ne crois pas au ciel ni à la bonté divine, quoique... ?
    Mais que le "ciel" déchaîne son feu, pile poil pour pourrir le speech de Macron, me fait dire que le "ciel" aurait du bon sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A-t-il pourri son speech, ou bien, comme je l'ai vu écrit avec humour, lui a-t-il permis de « sécher une interro à cause de l'alerte incendie du lycée ? »
      Et en ce cas, on pourrait dire qu'il est béni des dieux...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je n'utilise jamais de grossièreté sur les blogs, mais là, on peut dire qu'il a eu le cul bordé de nouilles. et il n'y a pas de contrepèteries :)

      Supprimer
    3. Dommage, elle aurait été pas mal, la contrepèterie faite avec nouilles et cul... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. @ Xoulec
    En d'autres temps, on y aurait vu la colère de Dieu, et c'est qu'il aurait de quoi, le bougre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ce qui est de « chasser les marchands tu temple » oui, il aurait du boulot, c'est clair... :-DDD
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @ Blutch
      Ah oui... Et pourquoi serait-il en colère ? J'ai trouvé la réponse ici :
      http://karak.over-blog.com/2019/04/la-terrible-verite.html

      @ Célestine
      Peut-être que Dieu ne croit plus en lui :-D :)

      Supprimer
    3. Merci pour le lien, je ne connaissais pas...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Jouissif, Karak, yé !

      Supprimer
  24. @ Julie: merci
    Madame Chapeau qui aime savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame Chapeau, la main au bonnet je vous salue humblement... mais c'est plutôt Monsieur Google qui mérite vos remerciements :D

      Supprimer
  25. Pour moi c'est beaucoup plus que cela Notre Dame de Paris, pour beaucoup de français et d'étrangers d'ailleurs aussi, alors je ne polémiquerai pas Célestine, je ne chercherai pas la petite bête car on peut toujours la trouver, bien entendu !
    Je pense qu'il fait donner pour nos chef-d'oeuvres, pour ces endroits magiques où certains viennent trouver du réconfort, comme dans nos modestes petites églises romanes où l'on trouve silence et paix, mais aussi il faut donner ce que l'on peut pour les enfants, pour les malades, pour les pauvres et c'est ce que beaucoup font sans en parler voilà tout, je trouve que l'on ne se grandit pas en voyant seulement le mauvais côté des choses, nous dépensons tous à tort et à travers, sans nous poser de questions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus je n'ai nulle envie de polémiquer, simplement : non, je ne vois pas seulement le mauvais côté des choses,, ou alors tu me connais mal.
      Et je ne dépense pas à tort et à travers. Et je me pose plein de questions...
      Je fais une différence entre les grandes cathédrales et les petites chapelles romanes, ma préférence allant sans conteste aux secondes, plus simples, plus authentiques, moins écrasantes...
      Je respecte le patrimoine, le travail des gens, les oeuvres d'art. Si on ne me pilonnait pas à longueur de temps depuis trois jours qu'il faut toutes affaires cessantes donner pour Notre dame, j'aurais peut-être donné un peu, oui.
      Mais si le Vatican prenait feu, je ne donnerais pas un centime. Le Vatican, c'est le summum de l'hypocrisie catholique.
      La plus grande fortune du monde, et un palais pour abriter des gens qui vénèrent Saint Martin, celui qui a coupé sa chemise en deux pour la donner à un pauvre...Bref...
      Merci Marine pour ton intervention.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Comme toi ça m'interpelle au niveau du vécu ...

    RépondreSupprimer
  27. J'aime beaucoup ce que vous écrivez Celestine et j'attendais avec impatience un mot sur l'incendie de Notre Dame.Pourquoi j'ai pleuré de voir Notre-Dame en feu et pourquoi je vais donner (modestement) pour sa reconstruction ? Parce que je ne veux pas faire d'échelle du malheur ou des catastrophes .
    Je n'est pas donné cette année aux restos du cœur parce que les gilets jaunes m'ont beaucoup pris la tête (je sais que c'est complètement idiot) et pourtant je suis certaine de mettre la valeur de l'humain avant celle des pierres.
    Pourquoi reproche t'on aux grandes fortunes leurs dons ? j'avoue que ça me laisse perplexe, ...s'ils ont dégainé aussi facilement leurs millions c'est peut être que c'est une habitude pour eux mais que ce n'est pas forcement médiatisé à outrance...je suis peut être naïve mais moi ça m'a fait chaud au cœur.
    Qu'ils défiscalisent un scandale? grand bien leur fasse moi je vais faire la même chose...
    Pour terminer je dirais juste que se balader autour de Notre Dame,admirer les cerisiers en fleurs, se sentir de connivence avec Victor Hugo ( rien de moins) , voir à quelle point Paris est une merveille c'était vraiment du bonheur accessible à tous et ça va beaucoup me manquer.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas qui vous êtes, cher(e) inconnu(e) mais je respecte votre avis même si je ne le partage pas.
      Regardez le film « Merci patron » et dites moi si Bernard Arnaud vous fait encore « chaud au coeur » après ça.
      Je ne crois pas au désintéressement et à la bonté d'âme des milliardaires.
      Quant à l'échelle du malheur, elle existe pourtant bel et bien, puisque les inégalités subsistent et s'aggravent de plus en plus... Et ce n'est pas en mettant tout sur le même plan que l'on règlera les malheurs du monde.
      Entendre dire qu'en deux jours on a récolté quatre fois plus pour Notre dame que pour le Téléthon, oui, ça m'a serré le coeur. Et celui de ma nièce qui se bat depuis sa naissance contre une maladie orpheline, et qui aimerait bien que l'on trouve un remède à son mal qui l'empêche de vivre une vie de jeune fille moderne...Qui pourra l'empêcher de penser que le toit de Notre dame vaut quatre fois plus que sa vie et que sa santé ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆


      Supprimer
    2. Je crois, moi, qu'il existe des milliardaires généreux, tout dépend aussi de leur éducation : mon grand oncle est mort sans descendance (mais il avait des neveux) : il a laissé 20 millions de son temps, une fortune colossale, à sa ville natale pour les hospices. Son oncle avait fait de même déjà. Ils étaient colossalement riches et ont toujours, toujours, oeuvré pour les démunis. Ca, je le sais parce que c'est ma famille (et il y a bien d'autres cas...) mais ces vrais "nobles" là agissent discrètement. Mais ils agissent...

      Supprimer
    3. Je rêve juste d'un monde où on ne parlera plus ni de fortune colossale, ni de démunis...
      C'est médiéval cette construction de la société, non ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. je comprends et je partage tes doutes (enfin, je crois que tu as la gentillesse d'habiller tes réflexions en doute, pour ne risquer de choquer personne) ; personnellement, dans ce vaste tohubohu, ce branlebas dans notre landernau-sur-seine, je garderai le silence ; pas le courage de mêler mon fifre(lin) aux trompettes malsonnantes de la renommédiatique. Le temps de trouver un peu d'espace et de parler d'autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais su être péremptoire...le doute fait partie de ma constitution profonde.
      Je te comprends, et j'approuve ta sage retenue, cher Dodo.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. @ Julie: mais c'est vous qui avez questionné Google.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  30. Ton billet retrace ton ressenti personnel.
    Chacune , chacun d'entre nous reagit selon sa sensibilité personnelle et son humeur du moment.
    Par ton témoignage tu nous entraînes dans une polemique, quand bien même nous n'aurions pas deja eu ce dialogue interieur....
    Cet incendie est un événement dramatique dès lors qu'il remet en cause ( jusqu'à une date imprécise ) l'usage d'un lieu annuellement visite par nombre de personnes.
    Ce drame touche ces visiteurs et le personnel. Le personnel du plus humble (pour l'entretien ) au plus remarque ( organiste ) est atteint dans un aspect non négligeable de son existence.
    En ce sens l'emotion ressentie et vecue jusqu'aux larmes prend sens d'une valeur humaine o combien respectable : elle est ce qui nous distingue d'un robot.
    Nous ne saurions donc en avoir honte ; c'est le sentiment d'appartenance a une meme communauté humaine ; c'est ce que nous devons developper pour rester sensibles et actifs face aux autres drames humains quels qu'ils soient.

    Tant que le bâtiment Notre Dame reste en structure réparable tout ce que je viens d'evoquer garde sens.
    Il importe dans ce domaine de rester sensible aux drames humains qui nous concernent tous quel que soit notre lieu de vie.

    Voila ce que je retiendrai pour ma part pour sortir de la pure polémique comme suggère judicieusement Pierre....

    Mais l'expression de ton ressenti est unanimement saluée comme justement une oeuvre artistique ; comme un des moyens dont nous disposons pour maintenir et développer la sensibilité de l'etre humain.

    En ce sens je m'associe a tous les bravo des autres lecteurs.

    Bises émues

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'expression de mon ressenti est unanimement saluée ? je ne crois pas, mais je te remercie pour ton enthousiasme.
      Je n'ai absolument pas voulu la polémique, mais la confrontation paisible d'idées et de ressentis différents. De là naît la lumière, et non de ce brouhaha insipide qu'on nous sert depuis trois jours sur toutes les chaînes, et qui nous coupe de notre propre réflexion...
      Le mot d'ordre est : donnez ! et là tout le monde devrait obéir à l'injonction sans réfléchir... C'est cela qui est quand même un peu insupportable pour moi...
      Et ne parlons pas des fausses cagnottes qui fleurissent déjà, et sont certains vont habilement profiter pour s'en mettre plein les poches.

      Pour ce qui est des larmes, oui, j'ai eu la gorge serrée quand la flèche est tombée.
      Et puis j'ai eu peur qu'il y ait eu des victimes.
      Mais ce qui a suivi, le gros déballage, le voyeurisme de certains, le goût du morbide et du sensationnel, tout cela m'a vraiment fait réfléchir.
      Bien sûr que certaines personnes vont être au chômage, mais combien s'y sont retrouvées avec les manipulations boursières des milliardaires précédemment cités ? Combien ont eu leur vie brisée par l'ultralibéralisme décomplexé ?
      Est-ce qu'on en a fait une cause nationale ? Non.
      Voili voilou, cher Petrus. Il est temps que j'aille me coucher... ;-)
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Parfois, souvent, je commente sans avoir parcouru les commentaires et je fais bien. Cette fois j'ai eu tort de lire trop de commentaires, et ça me chiffonne grave.

    Reste le fond, un formidable monument a brûlé c'est moche et les discutailles pseudo politiques me navrent. Sinon et comme pour tout le reste le doute m'habite.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouep, moi aussi. Le doute m'habite.
      Mais c'est une grande force de pouvoir l'exprimer.
      Profitons-en, avant que l'on ne nous assène des certitudes sans que l'on ait le droit de les contester...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Bonsoir Célestine,
    Tu as pas mal de questionnements. certains m'ont effleurée aussi.
    Au sujet des anonymes qui ont œuvré sur la cathédrale : cela m'a fait penser aux pyramides d’Égypte, c'était sans doute encore pire , des esclaves sou le fouet, sans doute...
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait...De tout temps, des hommes ont utilisé d'autres hommes pour servir leur toute-puissance. Y compris en leur faisant croire qu'ils servaient la toute puissance d'un dieu...
      J'ai juste essayé de rappeler que rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Et que chaque médaille, comme chaque cathédrale, a son revers...
      Bises chère Mo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Eh bien, en vrac et dans le désordre: je ne suis pas certaine qu'il soit bien utile d'opposer les drames. D'opposer les actions de réparation, voire de les critiquer, comme si une cause valait forcément mieux qu'une autre, comme s'il y devait y avoir direction obligatoire des dons. Chacun fait ce qu'il veut de son argent, simple tirelire ou grande fortune.
    L'histoire nous enseigne que notre pays est devenu ce qu'il est, sur le plan de la nation, sous l'influence des grandes religions. Le nier reviendrait à nier le passé, ce qui ne mène à rien. par exemple, Montmartre s'appelle ainsi parce qu'y a été martyrisé l'évêque Denis, à l'époque des grandes persécutions chrétiennes. Et on sait aujourd'hui que Rouen fut, à l'époque de Guillaume le Conquérant, un des plus grands centres intellectuels d'Europe grâce à la découverte sous le Palais de Justice des vestiges d'une université hébraïque. Par exemple...
    Quant à la Révolution que d'aucuns admirent tant, je ne cesse de m'étonner qu'on oublie si régulièrement de se rappeler qu'elle a pondu l'interdiction des rassemblements professionnels, tant ouvriers que paysans, du compagnonnage, des syndicats, des grèves et des mutuelles. Accouchant, dans la foulée, de la Terreur.
    Pour ND, il me semble, qu'au-delà de l'édifice religieux, qui porte ses 850 ans d'histoire, qui a vu le labeur et la sueur des Compagnons de France, leur géniale maîtrise des savoir-faire, qui recèle de véritables trésors, dont beaucoup d'artistiques, c'est notre culture et sa continuité qui sont atteintes. Plein cœur. Et comme chaque fois qu'il se passe quelque chose de grave en France, le monde entier s'en émeut. Double symbole.
    Lundi soir, on s'est aperçu que ce qu'on croyait impérissable pouvait s'envoler en fumée en quelques deux heures de brasier. De même nous pouvons perdre notre unité, notre liberté, et une paix précieuse dont nous oublions un peu facilement qu'elle n'a guère plus de 70 ans.
    Bien sûr c'est un symbole, mais la portée de ce symbole est immense, tant il dit ce que notre pays recèle de diversité, de complexité, mais aussi de fraternité et de capacité d'esprit de cohésion.
    Victor Hugo, ce grand anticlérical, s'est battu pour la préservation de ND parce que les joyaux architecturaux témoignent de ce que nous étions, de ce que nous sommes, parce qu'il est nécessaire de respecter l'histoire d'une nation ainsi que sa culture, si on veut se donner la chance de la voir perdurer...
    Voilou, tu donnes ton sentiment, je te réponds avec le mien. Je ne prétends pas avoir raison. Mais je sais que l'iconoclasme, partout où il a sévi, a conduit à des persécutions. Alors je m'en méfie. Athée, anticléricale, laïque, féministe, et attachée à mon histoire. A l'histoire de mon pays tout autant qu'à l'histoire du monde.

    (((J'ai supprimé et tout remis, mais avec les corrections qui font que c'est... plus lisible)))

    Bisous







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de te voir revenir, avec toujours la même fougue, et ton expression particulière qui fait que quand on te lit, on a toujours l'impression d'avoir tort... ;-)
      Je ne te suis pas dans tous tes développements ici, notamment historiques : l'histoire...est aussi le reflet d'une volonté politique, c'est à dire que ce que l'on enseigne à l'école n'est pas forcément la vérité, c'est une vérité, qui peut être contestable et contestée, et tu le sais certainement. J'ai moi même connu des variations du programme selon les ministres, c'était assez édifiant...
      Moi non plus je ne prétends pas avoir raison, mais je suis aussi laïque et féministe que toi, en revanche je ne dirai pas si je suis athée ou pas, car pour moi la religion devrait rester une affaire tout à fait personnelle et intime.
      C'est justement ce qui me gêne, dans les marques ostentatoires de religion. Et dans le fait qu'un président de la République s'adresse aux catholiques avant de s'adresser à l'ensemble du peuple français.
      C'est pourquoi j'apprécie qu'une cathédrale soit considérée davantage comme un chef d'oeuvre architectural plutôt que comme un bâtiment religieux appartenant à une communauté... A ce titre, Notre Dame, le Sacré Coeur, ont la même valeur et importance culturelle pour moi que la Tour Eiffel ou les Invalides. Il n'en reste pas moins que le côté gigantesque et écrasant de ce genre de bâtiments soulève des questions philosophiques sur leur sens profond, leur signification symbolique, philosophique, sociologique... L'histoire, depuis toujours c'est quand même un gigantesque Game of Thrones dans lequel les individus lambda n'ont pas beaucoup d'importance, et que l'on envoie au front, au chantier, à la mine sans trop se soucier des conséquences...
      Pour ce qui est de la place, du "rayonnement" de la France dans le monde, là aussi, il convient de se demander quel est-il, et pourquoi. Longtemps, (et je l'espère, encore de nos jours) il a été dû aux Lumières, précurseurs de la Révolution qui, évidemment a engendré des périodes de réaction (et c'était bien normal que les dominants réagissent en se voyant dépossédés de leurs privilèges...)Il n'en reste pas moins qu'elle a quand même posé les bases de la Déclaration des Droits de l'Homme. (et de la femme, espérons-le)

      Quant à la fraternité, fleuron de notre devise, j'y croirai quand il n'y aura plus de laissés pour compte, de mendiants, de SDF, voisinant avec des vitrines dans lesquelles certains objets valent plus cher que ce que gagne un homme dans toute sa vie...
      Voilà, en vrac et dans le désordre, mes quelques réflexions nocturnes. pardon si elles sont un peu mélangées...Le sommeil me gagne.
      Bisous

      Supprimer
    2. PS
      Tous les poètes sont un peu des iconoclastes...Et c'est vrai qu'ils ont été beaucoup persécutés, emprisonnés, torturés dans l'histoire, chaque fois qu'ils remettaient en cause les icônes du pouvoir et de l'ordre établi...
      Heureusement nous sommes en République, et la liberté d'expression existe encore, non ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. "...nous sommes en République, et la liberté d'expression existe encore, non ?"

      Excellente question, vous avez quatre heures...

      Supprimer
    4. C'est marrant, j'entendais déjà ça dans la cour de récréation en primaire... ;-)

      Supprimer
    5. Quant à l'iconoclasme, c'est vrai qu'on a le choix, entre les guerres arabo-byzantines, la Furie protestante, l'art dégénéré du régime nazi et les autodafés culturels de Daech...

      Pour être bien claire, je précise que mon athéisme n'a rien de militant, je me contente d'être convaincue qu'il n'existe aucune divinité ou "esprit" supérieur, et je laisse chacun(e) libre de penser ou croire ce qu'il veut en la matière. C'est le principe même de la laïcité si je ne m'abuse, qui me donne toute liberté d'affirmer ma conviction. Pour autant, si je n'aime pas plus le clergé que le dogme religieux, je n'ai rien à dire sur une foi religieuse (quelle qu'elle soit) qui aide tant de gens à vivre des choses difficiles, sachant que le difficile ne réside pas exclusivement dans la misère.

      Pour les poètes, la part du mythe et de la réalité historique...

      Supprimer
    6. J'étais restée sur une définition beaucoup plus chouette d'iconoclaste...je pensais à Charlie, Cabu, Choron, Boris Vian, Desproges, bref au sens figuré, personne qui remet en cause les idées reçues, les préjugés et l'ordre établi, personne impertinente et irrévérencieuse qui casse les codes...
      Je ne pensais pas être un tel monstre en m'auto-traitant de la sorte... Nazi, daech...rien que ça...Brrr... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    7. @Candide

      Je crois que ma remarque se voulait un peu provocatrice...
      Et je ne suis pas certaine que l'on puisse dire ou penser exactement tout ce que l'on veut, en France comme ailleurs...
      La liberté d'expression est chose fragile...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    8. A voir la régulière montée en puissance du déferlement de flicaille et la façon totalement disproportionnée et irraisonnée dont il en est fait usage, oui, la liberté d'expression est chose fragile.
      Je m'étonne d'ailleurs que personne n'ait encore eu l'idée de mettre des noeuds en crêpe aux frontons des mairies, car qu'il s'agisse de liberté, d'égalité ou de fraternité, je me sens bien en deuil.
      N'est-ce pas, Philippe Lamberts :
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=KvHU6b6twYg

      Supprimer
    9. Excellente intervention !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    10. Ben tiens, toujours heureux de faire plaisir à une Dame de qualité !

      Supprimer
  34. Oops ça chauffe, ici, on dirait ?
    Même questionnement, par contre ce qui m'a affligée c'est que si peu d'hommes de notre siècle ont réussi, en si peu de temps, à bousiller ce que tant d'autres hommes, à la sueur de leur front, ou au prix de leur vie, sont parvenus à dresser, pierre après pierre, ce magnifique bâtiment.
    Je suis juste heureuse d'avoir pu la voir, de mes yeux vus.
    Quant aux fortunes consacrées aux trésors des lieux "religieux", des siècles précédents, cela m'a toujours laissée un goût amer en bouche. ;)

    LOU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça chauffe ? Pour parler d'un incendie, tu as de ces mots... hihi !
      Mais non, chacun s'est exprimé librement, et j'ai essayé de répondre à chacun...
      Tu la reverras, Lou, notre président a dit dans cinq ans... :-)
      Et plus belle qu'avant, telle la Fenice de Venise...
      Toute la question est dans ta dernière phrase, Lou...
      Ces richesses sont des symboles du pouvoir, et le pouvoir asservit...
      D'où l'amertume en bouche...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. Oui c'est triste cet événement sauf que c'est dans l'ordre des choses,.. tout ce qui a eu un début aura une fin et cela ne se reconstruit pas, ce sera une nouvelle cathédrale... en grande partie en tout cas. Je trouve étrange moi aussi l'échelle des priorités. Pour ma part, une seule personne sur terre qui crève de faim, c'est totalement inacceptable et je fais ce que je peux pour aider, à mon niveau. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est bien d'accord, Kea.
      Totalement inacceptable en effet.
      L’argent, puisqu'il paraît que ce soit le nerf du monde, est beaucoup trop mal réparti dans le monde, et que certains trouvent ça normal prouve à quel point le monde va mal.
      Quand le pont de Gènes s’est effondré c'était aussi un accident qui dénotait une négligence des pouvoirs publics concernant des infrastructures vieillissantes.
      La différence c’est qu’il y a eu 43 morts ...
      Bisous Kea
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Quel courage vous avez de répondre ainsi à chacun de vos lecteurs, en étant toujours bienveillante et mesurée.
    Pourtant c'est un sujet assez brûlant, si j'ose dire, puisqu'il touche à des choses sensibles comme la politique, la religion, l'histoire, l'argent et toutes ces choses humaines dont on oublie à quel point elles sont impermanentes...
    Dans quelques années, dans quelques mois, on aura oublié les agitations de ce débat...
    Moi je regarde cela de mon vieil oeil de prof sidéré. Et j'avoue que je suis heureux que vous ayez dit l'essentiel de ce qui me trouble : l'indécent déballage médiatique disproportionné. Deux enfants sont morts dans un incendie ce week-end et pour eux, la vie s'est arrêtée brutalement.
    Je vous embrasse, délicieuse...
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie toujours d'être posée et mesurée dans mes propos, même quand certaines prises de position me sidèrent ou m'énervent prodigieusement.
      La liberté d'expression est sans doute un des joyaux d'un pays dit « libre »
      Pour moi cela reste fondamental.
      S'exprimer et surtout penser par soi-même, sans se laisser influencer par le mouvement général appelé pensée unique.
      Bien à vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. C'est vrai qu'on est perplexe devant de tels "spectacles humains". Mais on ne peut pas tout réglementer de manière logique. Ce qui se passe chez nous, dans notre maison, semble plus géant qu'un tsunami qui se passerait ailleurs, et c'est normal, mais ce sont deux niveaux différents : personnel et mondial, par exemple. On demanderait la peine de mort à qui a tué notre enfant tout en étant contre la peine de mort sur le principe. Selon ce qu'on regarde et comment on regarde, le spectacle n'est pas le même. L'idéal n'est pas le même, ce qu'on aurait dû ou pas dû faire n'est pas le même. Il n'y a jamais qu'une vérité ou un bon droit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ce que tu dis, concernant l'émotion. mais la pensée, la réflexion doivent rapidement succéder à l'émotion surtout quand on est à un poste de responsabilité...
      je dirais même que c'est un devoir de ne pas se laisser submerger par l'émotion et de prendre de la distance avec les événements, quand on gouverne un pays...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. Des interrogations fondées Chèrelestine ( ;-) )
    et je partage à tous points de vue ta très belle réponse quelque 8 ou 9 lignes plus haut incluant le PS des poètes, rassure-toi tu avais l'esprit clair !
    Merci

    RépondreSupprimer
  39. Quand l'émotionnel surgit, il peut être imprévisible t se laisser aller à tout un tas de débordement….
    Quant à Pineau et consorts, oui pour la cathédrale bien sûr!! …..Mais aussi un peu pour les autres. Et le partage alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le partage...une belle idée pieuse qui cadre mal avec la loi du marché...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. Chacun est touché à sa façon, et pour des raisons propres. L'important étant de respecter la sensibilité des uns et des autres, et l'opinion de chacun.
    Personnellement, bien que cet incendie m'ait touchée, j'ai trouvé que d'autres sujets d'actualités avaient été occultés durant plusieurs jours, comme si la planète entière s'était arrêtée de tourner parce que Notre-Dame avait brûlé. Ce n'était tout de même pas la fin du monde... C'est bien triste, bien sûr, mais ce n'est pas un drame, il n'y a pas eu mort d'hommes, et de plus, on sait qu'elle sera reconstruite, elle revivra ! même s'il faudra pour cela plusieurs années. Il faut mettre les choses à leur juste place, il me semble...
    Bisous, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dis avec ta simplicité et ta sagesse habituelles la même chose que moi, finalement...
      Bisous chère belle d'âme...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. J'ai vécu 15 ans pas loin de Notre-Dame et j'avoue que l'incendie m'a touchée, je suis assez d'accord avec toi qu'on trouve plus facilement de l'argent pour restaurer un monument que pour donner au restos du cœur. Toujours innocente, malgré l'âge, j'aurais aimé qu'on partage cet argent avec les associations qui sont à la peine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui...c'est exactement cela...
      Je dois être un peu naïve moi aussi, pour continuer à rêver d'un monde plus juste...
      Merci heure bleue
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. Que tu prends le soin d'écouter... ;-)

    (être riche ne rend pas sourd, ça rend l'ouïe sélective, sourde aux demandes de subsides, fine aux possibilités de gain.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois que c’est une de mes qualités en effet... sans fausse modestie !
      Pour le reste j’avais compris et ma remarque était une boutade ...
      Bisous belle journée Cher goût
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @ Le Goût
      C'est encore plus sélectif en ce qui concerne les subsides et le CICE est là pour le démontrer puisque pour le apital, les subsides sont excellent lorsqu'on les reçoit, mais il ne faudrait tout de même pas que ça fasse vivre la plèbe...

      Supprimer
  43. On observe, on s'interroge... le monde manque d'un moment de silence, au km zéro, il serait peut-être bon d'y songer ? Je t'embrasse céleste Célestine, beau week end de pâques et bons chocolats. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma plume...
      je prends un peu de recul ce week end, auprès de ma petite merveille Sibylle
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  44. Très justes tes réflexions ! On pourrait rajouter aussi les attentats pour la communion nationale.
    1 milliard d'euros pour Notre Dame parait-il !! Cela représente combien de repas pour les enfants qui crèvent de faim ? Et pourtant, on ne peut pas la laisser comme ça !
    Bref, tout le paradoxe de l'histoire et de l'humain !
    Bises !
    Au fait c'est Mind The Gap, suis pas chez moi et je connais pas mon adresse de blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je les ai mis les attentats dans mon billet !
      L'histoire de l'humanité n'en est pas à un paradoxe près...
      Bernard Arnaud et les SDF, c'est pas un paradoxe, ça ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  45. @ MTG
    En laissant faire les compagnons du devoir, on serait très loin du milliard...
    Un peu de math, peut-être ?
    Ils parlent de 2000 chênes de belle taille, soit environ 3000 m3 façonnés. au détail c'est 1000 euros le m3, mais vu la quantité, ça tombe à 700 €, voir moins, soit 2,1 millions de bois de charpente.
    soyons large, le bois auxiliaire 1 million.
    2000 m2 de cuivre de 1mm d'épaisseur soit 16 tonnes à 8 € au détail, donc moins de 6 € vu la quantité, soit 100'000 euros
    On en est à 3,2 millions
    On rajoute un système anti-incendie Sprinkler pour moins de 2 millions.
    Les engins de levage:
    1 grue moyenne durant 5 ans et une grande grue sur une année, montages, démontages et locations 500'000 €.
    Les Compagnons ont estimés qu'il faut 500 ouvriers sur 5 ans.
    Un ouvrier charpentier coûte, TTC, env. 50'000 € par an, soit: 125 millions.
    Tout n'est pas compté, c'est certain, mais on arrive à 131'000'000 €.
    La dépollution du site va coûter quelques millions de plus.
    La restauration des vitraux... soyons fous, encore 1 million.
    La restauration des oeuvres d'art est un travail de longue haleine pour les écoles d'art, mais en coût effectif, ce n'est pas si terrible.
    Même si les architectes, ingénieurs et gratte-papier se gavent, il restera toujours assez pour payer les clous.


    Si on prend le parti d'avoir un chantier visitable établi sur l'esplanade (visiteurs cantonnés sur des gradins faisant aussi palissade) à 100'000 visiteurs à la semaine durant 5 ans pour un prix d'entrée de 10€, ça fait la bagatelle de 250 millions de revenus.
    Donc la restauration de ND peut ne rien coûter.
    Bonne nouvelle pour les Restos du Coeur qui vont récupérer les dons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes calculs ont l'air justes, mais ils me semblent un peu utopiques (100000 visiteurs par semaine pendant cinq ans, ça me paraît beaucoup...)
      Et je n'ai pas compris où on les mettrait...Des gradins ? mais où ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @ Cel : Tsss, tu lis trop vite, maîkresse ! Blutch a écrit "visitable". Comme à Guédelon.
      Tu et les quidams baguenaudez gaiement au milieu des ateliers de traçage, de taille et d'ajustement de charpente et de "zinguerie" (les guillemets parce qu'on est au moins sûrs que ce ne sera pas du zinc), éventuellement guidés par un guide (ben oui !) vous invitant à vous initier au maniement de l'herminette, de la doloire et de la bisaigüe ou à l'installation et l'utilisation d'une chèvre... Il y aurait aussi un magasin de "goodies", un restaurant médiéval et un stand de secouristes...
      Capito ?

      Supprimer
    3. Visiteurs cantonnés sur des gradins faisant aussi palissade ...
      Je n’ai pas rêvé quand même ...

      Supprimer
    4. Dans le com de Blutch juste au-dessus ...

      Supprimer
    5. Tu lis krop bien, maîkresse, wahhh !
      C'est pasque ça manque d'ambitions animatoires que j'ai occulté. C'est d'ailleurs pour ça que ça ne fera jamais 100 000 visiteurs par an ! Pour le coup, notre helvète ami aura manqué d'imagination, et tu voudras bien m'accorder que ma proposition a une autre gueule, d'ailleurs beaucoup plus à même (j'adore cette locution qui fait si sérieux malgré que je ne l'aie jamais comprise !) d'attirer la jeunesse vers les métiers du compagnonnage, pourvu qu'on organise de surcroît un bal en soirée !
      Didon, à pas loin de 200 coms, on est en train de se diriger vers un grand billet, non ?

      Supprimer
    6. Un grand billet je ne sais pas ...
      Un billet d’opinions c’est certain, qui m’a enseigné pas mal de choses sur le plan personnel...et fait réfléchir.
      Mais n'est-ce pas la vocation de ce genre de billet ?
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    7. Ben oui, sur des gradins parce que:
      1° Il n'y aurait jamais l'autorisation de laisser se baguenauder du populo parmi les artisans travaillant avec des outils dangereux.
      2° A Guedelon, ils n'ont aucune contrainte calendaire; les artisans sont même encouragés à arrêter leur boulot pour répondre aux questions des visiteurs, ce qui ne serait pas tellement bien vu dans un chantier de ce type. Imagine un peu la réaction de Micron ! Pour sûr qu'il dénoncerait les coupables pour sapotâche, avec garde-à-vue obligatoire... C'est que Micron a Ben Ali comme maître à penser et qu'il suit à la lettre ses méthodes...
      3° Pour avoir vu Guedelon sous toutes ses coutures, à part le contact direct avec les artisans, il n'y a pas de problèmes à voir le chantier de haut et dans son ensemble.
      4° 100'000 visiteurs à la semaine, c'est juste 14'000 visiteurs par jour, une paille car qui ne voudra pas voir cette reconstruction ? quel amoureux de ND renoncerait à la voir ressusciter ? Je te file mon billet que bon nombre voudront avoir un abonnement pour suivre les travaux.
      Guedelon, perdu dans la pampa, sans enjeu mystique et/ou affectif fait 300'000 visiteurs sur 6 mois d'ouverture.
      Avant son feu de Bengale, ND faisait 12 millions de visiteurs par an sans assurer le stand de merguez, soit 240'000 visiteurs par semaine, je n'ai pris que 40% de ce chiffre, ce n'est pas si utopique que ça. Hè ! tu n'auras que 5 ans pour pouvoir admirer cette résurrection... Enfin 5 ans si ND ne décide pas de déplaire à SM (Toutes façons, elle s'en fout royalement de lui déplaire puisque Castagneur ne pourra pas la foutre en taule.)
      Dans la boutique souvenir, on pourrait aussi acheter un copeau souvenir de la taille de la charpente. C'est y pas géant une idée pareille ???

      Supprimer
  46. Bonjour Célestine, tu dis-là ce que je pense, et mieux que je le pense. Je ne peux qu'approuver, et apprécier la manière dont tu l'écris.

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.