vendredi 12 octobre 2018

Plus bleu que le bleu de mes yeux




Hier encore avait lieu, chez Drouot, une vente aux enchères un peu exceptionnelle au profit de l’amicale des joyeux trousse-chemises du dimanche. Il faut savoir que, sur ma vie d'ma mère, je n’avais jamais perçu autant d’émotions dans une salle des ventes…
 Sur l’estrade spécialement tendue d’un rideau de calicot plus bleu que le bleu de mes yeux, la commissaire-priseure, une rousse incendiaire en tailleur amandine et aux ongles parfaitement manucurés (une de ces femmes à qui l’on ne saurait dire « Tu t’laisses aller ») la commissaire, donc, présenta au public quelques objets précieux ou rares qui envolèrent les enchères : les deux guitares de l’artiste, bien sûr, mais aussi le fameux tableau vendu à Montmartre un soir de bohème contre un bon repas chaud et la fameuse affiche à peine racornie par le temps, celle en haut de laquelle il se voyait déjà.
Parmi d’autres lots remarquables, signalons un rafiot craquant de la coque au pont, un billet d’embarquement pour le bout de la terre, une tortue, deux canaris et une chatte, à récupérer au 29 rue Sarasate, ainsi qu’un lot de cent bougies que l’artiste avait préparées pour qu’on lui souhaite bon anniversaire sur scène le jour de ses cent ans, comme il en rêvait.
Citons encore à la louche une roulotte peinte en vert, des tréteaux, une gondole, des amours mortes, un ou deux plaisirs démodés, des lueurs psychédéliques, un curieux décorum, des lilas à accrocher aux fenêtres, des bigoudis, des bas tombant sur les chaussures et un vieux peignoir mal fermé.
Le clou de la vente a été sans conteste l’oreiller de la Mamma, qu’un dénommé Giorgio emporta après une surenchère acharnée pour une somme astronomique. On peut dire qu’il avait eu la baraka, sur ce coup-là, et pourtant ce n’était pas gagné. On raconte qu’il était plutôt maudit, là-bas, dans le clan des Siciliens…
Pour ma part, je n’aurais pas eu les moyens d’acheter quoi que ce fût de cette prodigieuse collection. Je suis quand même repartie avec un petit flacon contenant précieusement l’odeur d’une rose. Sur l’étiquette ces simples mots : « J’aime Paris au mois de mai… »



 •.¸¸.•*`*•.¸¸




Pour les Impromptus Littéraires, il fallait utiliser une dizaine de titres de Charles Aznavour.

87 commentaires:

  1. Tu nous emmènes au bout de la terre... adieu l'artiste...Merci pour cet hommage coloré, vibrant et tendre. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En regardant des reportages sur Aznavour, je me suis aperçue qu'il aimait beaucoup rire, plaisanter et faire des jeux de mots.
      Je me suis dit qu'un hommage n'était pas obligatoirement triste dans ce cas...
      Bisous et beau week end chère frangine.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. sacré Charles, sacrée Célestine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1.  
      ;-)

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Sacrée Adrienne !

      :)

      Supprimer
  3. Bonsoir Célestine
    Un bel exercice qui ne sent pas du tout l'effort.
    Et joli fourre-tout musical. L'idée de la vente aux enchères est géniale!
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus difficile était de trouver une accroche originale, et là oui, il m'a fallu faire un effort...
      Mais une fois trouvée l'idée, ce n'est que du bonheur !
      Bisous belle jardinière
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Paris au mois de Mai, du quai de la Mégisserie au quai des Tuileries, ça ne sent peut-être pas les Lilas, mais l'odeur des vieux bouquins, a cette fragrance, ce parfum d'antan qui ne me déplaît pas. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...les quais...Paris éternel, les bouquinistes, le pont des arts et tutti quanti...
      Un petit bonheur qu'il faut avoir vécu au moins une fois dans sa vie... :-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. C'est vrai que pour ce qui est de la chanson, il a fait de belles choses...
    Et tu as su les mettre en texte de fort belle façon.
    Ti bacio Ragazza.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazi mille caro.
      Trois mille chansons, quelle verve ! c'est pas mal comme palmarès pour une vie... ;-)
      Baci
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Réponses
    1. 'rci m'dame ! ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Moi j'etais resté dans les bois de Trousse Chemise....
    Mon ile, Belle Ile , c'est Toi et tu Ré sonnes comme autant de sous venir de la belle bleue...La mère qu'on voit danser le long des golfes clairs...
    Oui emmene moi au bout de la terre...
    grace a nos chairs disparues chantant "oui nous nous reverrons un jour au l'autre....."
    Chez Drouot les choses passées reprennent vie grace a la rousse incendiaire ..
    Merci Céleste de nous dresser ce beau tableau de main de maitre...

    Bises parisiennes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me voilà revenue d'un long périple, cher Pétrus...
      Un peu plus disponible sans doute que ces dernières semaines...
      Merci de tes mots qui m'emballent
      Bises de rousse
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Joliment bien vu !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Bel inventaire...non pas "à la Prévert" ,
    mais à l'"Aznavour" ! ;-)
    j'aime ton univers...
    tu arrives à rendre poétique...même une vente aux enchères !

    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Licorne
      Je travaille à mon texte pour toi...patience ! ;-)
      Bisous bon week-end
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Toujours à fond, Céleste ! :)

      Supprimer
  10. Bel hommage, de là haut je suis certaine qu'il apprécie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois que mon blog est lu jusque là-haut miss ?
      Tu crois qu'ils ont la wifi ? ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. C'est un hommage bien original. Que restera-t-il de nos vies ? Tu as eu une belle idée…...Et tu m'en donnes une: Peut être que je mettrais mon cercueil aux enchères, mais je ne suis pas célèbre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu veux dire...avec toi à l'intérieur ?
      Quelle bonne idée, Daniel ! Mouahaha !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Tu nous emmènes "tout au bout de la terre"
    car là
    "Il me semble que la misère
    Serait moins pénible au soleil "
    et puis
    "Je fuirai laissant là mon passé
    Sans aucun remords
    Sans bagage et le coeur libéré
    En chantant très fort"
    et puis
    comme autour de toi la mamma
    "Y a tant d'amour, de souvenirs
    Autour de toi, toi la mamma
    Y a tant de larmes et de sourires
    A travers toi, toi la mamma
    Que jamais, jamais, jamais
    Tu nous quitteras... "
    ***
    Un bel hommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce rappel de quelques unes des plus belles lignes de Charles...
      Bisous Marie
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Ses titres sont déjà si évocateurs que ce doit être un bonheur d'écrire un texte comme celui-ci (te connaissant ^-^) et ton tempo est aussi entraînant que celui de Charles,toute ma jeunesse (une grande partie avec d'autres), il a bien vécu...quel dommage qu'il n'ait pu réaliser son voeu d'aller jusqu'à 100 ans... Je t'embrasse ma belle colombe aux yeux lavande♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma belle brume, c'est toujours un tel plaisir de te voir passer par ici...
      Charles marqué tellement de générations, il est devenu le poète intemporel par excellence...
      Oui, ça aurait eu de la gueule de chanter à 100 ans...
      Je t'embrasse moi aussi.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Tu imagines tout le temps qu'il a passé vers chez moi ?
    Je trouvais très chouette cette façon de s'occuper à Montmartre.
    Retoucher la ligne d'un sein, le galbe d'une hanche.
    Tel je suis, je pensais plutôt du bout du doigt plutôt que d'un pinveau.
    Ça n'a pas la même saveur mais c'est aussi touchant que la salle Drouot dont parle Barbara.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta dernière phrase, cher Goût. je la prends comme un compliment.
      J'ai choisi l'illustration en spéciale dédicace pour toi.
      Bises nostalgiques
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Merci pour l'illustration.
      Si, en plus tu pouvais remplacer "pinveau" par "pinceau" je t'en serais reconnaissant à tout jamais.
      Enfin, peut-être moins longtemps mais le cœur y est. ;-)

      Supprimer
    3. Je n'avais même pas vu que tu avais fait un « clavsus » comme disent nos amis québécois qui ne sont jamais à court d'idées quand il s'agit de trouver de nouveaux mots francophones...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Monsieur est mort.  un bel hommage à cet inoubliable Charles , lui qui avait signé  avec la vie un bail emphytéotique .
     Et pourtant, il une nuit il a dit à la camarde ...Emmenez moi....



    bises chére Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu crois qu'il parlait à la camarde quand il a écrit cette chanson ?
      Un bail emphitéotique, pfiiou ! c'est bien dit, et c'est tout à fait vrai...
      Il lui a manqué cinq ans. ;-)
      Bisous ma chère Jak
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Joli joli mais est-ce vrai que tu aimes les ventes aux enchères ? Je n'ai jamais assisté à aucune !
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais eu l'occasion d'entrer dans une prestigieuse salle des ventes, mais j'ai vu le film "The best offer" absolument fabuleux, je te le conseille.
      Bisous Mindounet
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Réponses
    1. Merci beaucoup.
      Chère madame Chapeau, je suis toujours si contente quand vous passez par ici...
      Vous savez vous faire désirer je crois... ;-)
      Je vous embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Chapeau, madame Chapeau ! :-)

      Supprimer
  18. Touchant hommage! J'étais là, je te cherchais, mais tes beaux yeux bleus n'étaient que pour lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de ton retour, An.
      Je ne t'avais pas vu, tu devais être au fond de la salle... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Bel hommage à un homme qui avait de la tenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la classe, du charisme, et surtout...beaucoup d'humour.
      Un petit sourire de gosse qui a fait une bonne blague.
      J'aime ça !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Réponses
    1. Voui.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆ •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Calicot ou autre, il n'y a rien qui puisse être plus bleu que le bleu de tes yeux. :)
    Je connais pourtant peu la carrière d'Aznavour mais je crois avoir reconnu toutes les évocations de ses chansons.
    Un bel hommage, Célestine.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les titres des chansons étaient plus ou moins imposés par les organisateurs des Impromptus littéraires...
      Il a quand même marqué des générations avec ses titres phares.
      Bises cher Patrick.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. J'ai une copine qui aimait Aznavour et le chante très bien. Moi je connais forcément quelques chansons et j'ai une boîte à musique qui joue la bohème.
    Bravo Célestine.
    Berthoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que toi tu chantes plutôt l'opéra classique...
      Je me suis beaucoup amusée à écrire mon texte.
      Merci ma Berthoise, bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Superbe hommage ! tu t'en es bien tirée...
    Salut l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que tu aurais fait aussi bien, chère bourlingueuse ;-)
      Tu aimes les défis d'écriture non ? je me trompe ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. J'adore la façon dont tu as traité le sujet, c'est vraiment bien trouvé !
    Je ne sais pas comment tu trouves toujours tes idées...
    Et comme j'aimais beaucoup Aznavour (je l'écoute en boucle depuis qu'il est mort) je me suis régalée à retrouver les itres à travers ton histoire.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande moi-même comment je trouve les idées...ça me vient comme ça, au bout d'un moment d'intenses cogitations... lol
      Bises ma belle, et merci pour ta fidélité
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. J'ai bien pris connaissance de la consigne, je m'y suis escrimé et je n'ai rien produit de formi-formi-formidaaaaable ! Aussi, j'attendais ton texte avec impatience et me demandais quel angle tu utiliserais ?
    Petit extrait:
    Tu t'laisses aller me dit mon fils, d'habitude tu es plus prolixe !
    Ben, il faut savoir prendre l'inspiration comme son souffle. Inspirer, expirer, comme lui.
    depuis plusieurs jours, je ne pense qu'à ça, mais rien ne vient, la page blanche.
    Hier encore, je lisais les textes des autres blogueurs, que dis-je, des autres écrivants de talents ! je me disais que j'avais atteint mes limites. Sur ma vie, je pouvais le jurer !
    Jurer sur sa vie, n'est-ce pas une expression un peu démodé, comme les plaisirs du même nom ?

    A la lecture de ton texte, je suis scotché par ton idée géniale (à moi de te le dire) de vente aux enchères, avec cette profusion de titres. chapeau ! beau texte, beau défit, bel hommage au grand Charles, qui était né la même année que maman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu du mal, moi aussi, à trouver une accroche originale, et je ne sais pas comment l'idée de la vente m'est venue...
      Il est très bien, ton petit extrait de texte. Les mots se mettent en place sans effort, c'est fluide.
      Et là où je te rejoins, c'est sur le souffle de l'inspiration. pas étonnant que ce soit le même mot pour désigner le processus qui déclenche les idées de création, et la prise d'oxygène dans les poumons...
      Encore un billet que tu n'avais pas commenté, et qui disait exactement cela:

      « Tu m'inspires », disait-il, en écrivant avec chaleur des mots décrochés de la lune, lancés dans les rivières, pêchés dans les eaux claires d'une mer sauvage.
      « Tu m'inspires, comme on envoie de l'air frais et neuf dans les poumons d'un noyé... »
      Quand on cherche l'inspiration pour écrire, en fait, on cherche, au sens propre, de l'oxygène. S'asseoir au bord d'un de nos paysages aimés, ceux qui touchent aux racines profondes de notre intime, écouter une musique qui fait vibrer nos antennes intérieures comme un archet sur un violon, humer un parfum qui titille doucement notre hypothalamus, se plonger dans les affres sublimes d'un auteur majeur, se perdre dans les méandres de son écriture puissante, s'offrir à un ciel d'été comme une vestale au feu, voilà autant de façon de puiser l'inspiration. Etre connecté, en somme. Et puis il y a les gens.
      Il y a ceux qui traversent votre vie comme des ouragans dévastateurs, des tourbillons de poussière noire. Et il y a certains êtres qui passent comme des brises fraîches sur nos fêlures, pénètrent doucement par nos failles pour changer l'eau de nos poissons asphyxiés. Des enchanteurs de vie.
      Moi, c'est dans ces derniers que je trouve mon inspiration. Et que je sens, en prenant ma plume, ma poitrine se délier comme un ballon d'hélium qui part toucher le soleil.

      Bisous inspirés
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Vous allez bien ensemble tous les deux !

      :)

      Supprimer
    3. C'est vrai, j'avais bien démarré, un bon début d'inspiration. J'ai écrit cet extrait d'une traite, sans surcharges ni ratures (ce qui est un exploit). C'est après que j'ai buté, alors qu'il me restait quatre titres à "caser".
      Même en me retroussant les manches de chemise, je ne savais plus.
      L'inspiration m'avait quitté comme l'on rend son dernier souffle.

      l'inspiration, justement ? Assez inexplicable, cette manière de trouver le bon angle, la bonne idée de départ, les bons mots, ceux qui feront mouche. Savoir presque instinctivement tout ce que l'on va écrire et comment...
      L'inspiration, comme une petite étincelle qui allume une petite flamme, là, à l'intérieur de nous, qui éclaire nos mots, qui mis en lumière deviennent une évidence.
      Ce sont tes textes qui créent souvent une étincelle en moi. Si le sujet me parle, je noircis du papier à tout moment de la journée, une idée en remplaçant une autre, ou s'ajoutant, je note tout ce que je peux. Très souvent même, c'est quand je fais autre chose que les mots me viennent.
      Bises en manque d'inspiration sur l'inspiration ;)

      Supprimer
    4. Ton histoire d'étincelle, là...ça me fait rougir de plaisir...
      Heureusement que tu es là, fidèle Didier.
      Bisous du soir
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  26. Ta céleste étoile sème en nous un vent de printemps, l'ami Charles doit être en joie,il écrit déjà la musique et bientôt va chanter tes mots, BRAVO ! Bisous et douce douce journée Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait ? Peut-être, comme le suggère Sabine un peu plus haut, a-t-il la wifi pour lire mes petites billevesées...
      Merci en tout cas de ton indulgence, ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  27. Pari tenu et un bel hommage pour un grand petit monsieur.... Je l'ai tellement entendu quand j'habitais seule avec maman dans un petit appartement...
    Bisous, ta plume a fait de musicales merveilles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es trop gentille, belle conteuse...
      Chacun essaie de développer ce pour quoi il se sent des ailes...Toi, c'est ton petit peuple de papier, moi ce sont les mots... A quand une nouvelle mise en scène ?
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  28. Ta plume, Céleste, m'enchante et chante.
    Merci pour ce partage merveilleux, en bel hommage teinté des mots et des notes du poète, comme j'aime.
    Douce journée à toi.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Den... Toi seule sait à quel point la poésie me ravit et m'inspire.
      Puisque nous sommes faites de même matière.
      Belle journée douce et belle d'âme
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  29. Je le redis ici : je l'adore, ce texte-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je te le redis comme là-bas:
      Un satisfecit de ta part, et je suis aux anges, cher oncle !
      Bisous avunculaires
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  30. Réponses
    1. Tu le devines, le sourire qui illumine ma face ?:-)))
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  31. Formi formi formi formidable ton texte :) j’adore !
    Plus bleu que le bleu de tes yeux ????!!! Tu es sure ? ;-)
    Bon mardi chère Blue ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ta pêche, chère Cristina !
      Merci pour ces bulles pétillantes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  32. Tu as fait l'impasse sur le devoir de Lakévio. Tu seras des nôtres la semaine prochaine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dépend du sujet...parfois je ne suis pas inspirée...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  33. Réponses
    1. Thank you sister !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Drôlement bien mené.
    94 ans, c'est un âge respectable pour tirer sa révérence.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Merci ma Berthoise.
      Oui c'est un âge où on peut presque le prendre avec le sourire...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. "Sans bagage et le cœur libéré, en chantant très fort..."

    Bisous "forget-me-not" (la couleur très exacte de tes yeux)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne t'oublie pas :-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸♥︎

      Supprimer
    2. Depuis ce jour de mon adolescence où j'ai écouté les Deux Oncles de Brassens. ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Charles Aznavour était un des derniers géants d'une époque révolue, où une carrière se construisait sur le talent et non sur l'argent, ou le "buzz"...
    Vous lui rendez un très bel hommage, drôle et tendre, délicieux en un mot.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fidèle à moi-même, en somme ;-)
      Votre « délicieuse » le restera tant que possible.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Il nous reste ses chansons, sa voix, son exemple.
    Un grand Monsieur qui laisse mon cœur pâteux et mon regard silencieux.
    Bises de bohème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coeur pâteux, belle expression, très imagée, et très vraie...
      Bises, poète
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  38. C'est superbe. Bien trouvée l'idée de la vente aux enchères pour caser tout ça. Un très bel hommage, qu'il aurait beaucoup aimé....

    RépondreSupprimer
  39. Ah ! Je comprends mieux !
    Comme ils disent, comme tout le monde le dit ici, c'est très réussi !
    Bravo et bon week-end, Célestine.
    ;-)

    (c'est bien joli, votre signature fleurie... comment faites-vous cela ?).

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.