samedi 27 octobre 2018

Les pierres blanches


« La vie a une densité explosive. 
Un minuscule caillou contient tous les royaumes. »
Christian Bobin









Ces fameuses pierres blanches. Celles dont nous marquons certains jours exceptionnels du calendrier.
Ce sont ces événements que l'on a vécus comme positifs et constructifs et qui jalonnent toute vie. Il serait bon de les regarder, les caresser, se pencher sur leur tracé de craie fluorescente éclairant l'ombre grise des chemins.
Comme autant de petits cailloux-repères. Comme autant d'étoiles décrochées de là-haut pour scintiller à nos fronts obstinés.
J'aime assez cette idée, suggérée par l'un de vous dans un commentaire qui m'a bouleversée. Un qui, pourtant, a écopé d'un lot de malheurs et de souffrances plus touffu que la moyenne. Vous l'avez remarqué ? Ce sont souvent les personnes les plus handicapées, les plus égratignées par le doigt griffu du sort, qui nous donnent des leçons de joie et de vie. C'est l'aveugle qui nous apprend à regarder, le sourd à écouter. Et le paralytique qui danse comme personne sur le fil ténu de la sagesse. Aérien, subtil malgré ses jambes de plomb.
Oui, j'aime l'idée que nous ne soyons pas seulement la somme de nos échecs, mais aussi, et surtout, le rayonnement étonnant de ce qui est allé plutôt bien.
Parce qu'une vie, ce ne sont pas seulement des blessures, des galères, des déchirures, des pertes. 
Mais aussi de grandes et profondes joies, des constructions solides, des valeurs, des satisfactions. Quand on y réfléchit, une vraie corne d'abondance regorgeant de fruits juteux, comme dans ces tableaux flamands évoquant la mythologie.
Cela fait un an que je visite mes fondations à la recherche de mes failles. Un travail qui a été bénéfique.
Mais savoir prendre la mesure des largesses de la destinée et des cadeaux que j'ai reçus,  voilà sans doute ma plus grande force. 
Je ne cesse d'en dresser la liste, émerveillée comme d'un pli de rosée sur un brin d'herbe. Et vous, quelles pierres blanches brillent au fronton de vos réussites ?



 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆






93 commentaires:

  1. Mes cailloux rejoignent mes étoiles, mes rêves, mes rives luminescentes, mes lacs, mes montagnes. Mes ombres sont devenues autant de joies harmonisées qui rayonnent dans la tranquillité de mes jours, des îles dans la mer tumultueuse. Elle ont intégré ma vie sur son tapis de pierre me permettant à présent de traverser mon jardin, de m'y reposer, d'en contempler sereine, les courbes, les sinuosités, d'en savourer les étapes goûtues, les saveurs sucrées.En pleine gratitude qui rend heureux.
    Merci Céleste.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta façon poétique de décrire ta vie, Den.
      Il est vrai que la sérénité arrive quand on ne voit plus que le bon côté des choses, et qu'on a fait un break avec le passé pour n'en garder que la « substantifique moelle »
      De tout coeur, je t'embrase
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. ...Rabelais qui aimait mêler les nourritures intellectuelles et terrestres et nous invitait à "rompre l'os et sucer la substantifique moelle" dans la célèbre métaphore du prologue de Gargantua....
      de tout coeur aussi.
      Bisou.

      Supprimer
    3. Tu connais tes classiques, chère Den !
      Et moi, j'étais si ardente que je t'ai embraSée au lieu d'embraSSée...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. ...Si peu Célestine.... je sentais ton feu jusqu'ici, mais ne le lisais point......effectivement...

      Bonne journée en joli décalé qui a prolongé la nuit.

      Je t'embraSSe égal-aimant.

      Supprimer
    5. Tu es drôle ! Merci pour cette pointe d'humour, ma chère Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    6. Quel joli dialogue entre deux poétesses !

      :)

      Supprimer
  2. Le jour de la naissance de mes quatre enfants, oui, ce sont quatre jolies pierres blanches.
    Joli ton texte et il fait réfléchir, comme à chaque fois...
    Notamment ce que tu dis sur les handicapés. Les gens en bonne santé qui sont toujours en train de se plaindre feraient bien d'y penser un peu plus.
    Bon week-end ma belle
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que beaucoup de gens sont dans ton cas : dans la vie une naissance est un événement exceptionnellement positif...enfin, je suis prudente, je parle dans une société où les naissance sont plutôt globalement désirées...
      Et je confirme, tes enfants sont de belles réussites !
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Tu as raison on devrait plus souvent empiler nos pierres blanches et les regarder...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans ne faire que ça, oui, c'est important de s'appuyer sur du positif pour aller de l'avant...

      Supprimer
  4. On apprend peu de la victoire mais beaucoup de l’échec, l’échec est le fondement de la réussite. Il permet la remise en question, source de changement profitable. Et si, in fine, nos errances apparentes n’étaient que des poteaux indicateurs, et rien de plus, sur notre chemin de vie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est intéressant comme vision ça : « l'échec est le fondement de la réussite »
      C'est même carrément un sujet de philo. Tu as sans doute raison. Dans la mesure où on réfléchit au pourquoi d'un échec, on progresse.
      J'aime tout a fait ce que tu dis des poteaux indicateurs...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. C'est à dire, à y regarder de près, que si on passe sa vie à regarder derrière soi, les risques de se casser la gueule croissent dangereusement.

    Passer son temps à pleurer sur ses gamelles ou se réjouir de ses succès empêche largement de vivre ce qui suit.
    Et puis c'est quand même oublier que pleurer sur le lait renversé ne l'a jamais fait retourner dans la casserole.
    Se souvenir de l'enseignement tiré de la dernière gamelle avant de replonger les doigts dedans me semble plus profitable…
    Quant au reste, comme disait machin "ars longa, vita brevis" résumé trop bref de « La vie est courte, la science est longue, l'occasion fugitive, l'expérience trompeuse, le jugement difficile.»

    C'était ma minute "vieux con" mais bon, le moment est un peu tristos...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu passes un moment pas très gai..mais tu as entièrement raison, on ne peut pas rester perpétuellement bloqués sur le passé, il faut avancer. C'était d'ailleurs l'objet de mon dernier billet.
      J'adore ta métaphore du lait renversé, je la ressortirai à l'occasion, dans les conversations entre amis.
      Vieux con ? Tu veux dire le type qui a de la culture ? Dans ce monde hanounesque, c'est plutôt une qualité pour moi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Comme disent les Américains, pourtant lourdaux notoires, qui disent de sages choses et font autrement... "count your blessings"... et on en a toujours trop pour les compter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le fameux « faux ami » anglais...Count your blessings, eh non ce n'est pas « compte tes blessures » mais plutôt
      « compte les bienfaits de la vie »...
      C'est vrai qu'ils sont sages, ces grands enfants notoires. En tout cas en proverbes. ;-)
      Baci bella ragazza
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. c'est vrai, quand on travaille sur soi, quelle que soit la méthode, ou les méthodes, l'important est de ne pas coller à un seul aspect de ce que l'on découvre, surtout quand c'est lourd. J'ai mis longtemps à saisir ça, tous les jours je tente de ne pas tomber dans le lourd qui m'encombre encore et de faire croitre les pousses prometteuses , pas simple mais ça vient doucement, notamment la gratitude
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je signe chacun de tes mots, Sylvie.
      Je me sens pleine de gratitude, oui, c'est exactement le message de mon petit billet.
      « Ne pas tomber dans le lourd qui encombre et faire croître les pousses prometteuses » pfffiou c'est beau !
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Je ne sais ma belle si on peut appeler cela "fronton de mes réussites" ou si c'est le temps et sa sagesse mais je me trouve bien, là et maintenant. Pas toujours, pas tout le temps mais très souvent. J'ai mal pour le monde et la planète et m'inquiète pour les générations futures mais moi, Brigitte, je me trouve une chance inouïe d'être là où je suis avec qui je suis… voilà

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, et maintenant.
      Y a-t-il quelque chose à rajouter, en fait ?
      Gros Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Ces cailloux que tu cherches ne sont-ce pas les traces qui resteront de ton passage Petit Poucet perdu dans la grande forêt de la vie ?

    Sandy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tout à fait, Sandy...
      Tout à fait. Les cailloux de Petit Poucet reviennent souvent sous ma plume. C'est une métaphore que j'aime bien.
      Merci de ta présence
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Tiens. En te lisant je pense à la résilience. Et quand je regarde ma vie, je me dis que je suis fière du chemin parcouru. Justement parce que les échecs ont été transformés en force. Et que je me sens mieux que bien des fois dans le passé. Ton texte me parle et me remue. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère frangine. Te parler et t'émouvoir, voila qui à mon tour me fait quelque chose de profond au niveau du coeur.
      je ne te connais que virtuellement mais je confirme notre sororité...
      (Entre parenthèse, pourquoi ce troglodyte, ce sapajou, ce bachibouzouk de google chrome souligne-t-il le mot
      « sororité » comme s'il 'existait pas ? Dites, les modérateurs, si vous m'entendez...

      Bisous frangine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Comme quoi il ne faut pas utiliser Google chrome…
      :-))

      Supprimer
    3. Ben oui, mais je ne suis pas chez moi, et j'utilise l'ordi de mon fils...
      Mais je préfère Safari, et de loin... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Pour ma part je ne parlerais pas de "pierre blanches" ni de "cadeaux" mais plutôt de chance, de pépites, et de moments de grâce. Ce n'est qu'une question de vocabulaire et de représentations, bien sûr, qui ne changent rien sur le fond : il existe des moments, des situations d'exception, qui agissent positivement sur notre existence ou notre perception de celle-ci.
    Je considère, comme toi il me semble, que ces moments-joyaux peuvent contrebalancer très favorablement les épisodes plus sombres et douloureux des blessures profondes. Si ces dernières nous construisent "de force", il nous revient de faire briller de tout leur éclat les premières et les utiliser ainsi comme des phares. Ainsi se grave dans notre mémoire, parce que ressenti au plus profond de soi, quelque chose dans ce genre : « je sais que le bonheur existe ». À nous de faire en sorte que de tels moments se reproduisent :)

    Bises blanches

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai fait que reprendre l'expression : « Un jour à marquer d'une pierre blanche »...
      Mais mes petits cailloux ressemblent fort à tes pépites, au final. (un mot que j'aime beaucoup et que j'utilise souvent)
      Des moments-joyaux, oui, c'est bien dit. Un équilibre sans doute qui fait penser que le bonheur existe, même s'il n'est, pour certains que du « chagrin qui se repose »
      Je crois que notre ami commun, dans son commentaire, voulait surtout parler des choses positives que nous avons accomplies et qui nous ont construits (davantage que des événements extérieurs) Mais bien sûr, les deux forment ces pépites qui nous aident à contrebalancer les blessures.
      Tu es bien placé pour savoir que malgré les difficultés que j'ai rencontrées, je garde une joie de vivre exceptionnelle...
      Merci pour ton témoignage, cela faisait longtemps que je ne t'avais vu par ici, il me semble...
      Bises réjouies
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu ne m'as pas vu parce que je passais en toute discrétion ;)
      C'est ma vraie nature.

      Supprimer
  12. Toutes ces petites pierres qui jalonnent notre vie, comme celles du petit poucet, balisant son chemin ! Autant de petites pépites, précieuses, uniquement pour soi. Disséminées sur un parterre de graviers et nous sommes les seuls(es) à les voir, ou du moins, à les identifier clairement.
    Avec le temps, elles amassent mousse.
    Autant de cailloux, roulés comme des galets pour obtenir cette forme douce et soyeuse, une fois les tumultes de la vie apaisés, ou plutôt, une fois atteinte une certaine forme de sagesse.
    Autant de petites pierres que d'événements marquants ! Le premier amour, le premier baiser, la première fois, la première rupture très douloureuse...
    Une pierre angulaire, blanche, malgré tout. Enfin, quand on réussit à en changer la couleur, comme celle du temps ♫♫♫
    Un repère à partir duquel quelque chose doit changer, quand l'échec est mat, les victoires sur soi sont satinées.
    Ne pas garder ces pierres-là dans ses chaussures, aux risques d'estropier son équilibre interne.

    Heureusement, il y a toutes celles que l'on apporte à l'édifice de la vie, les victoires sur soi et sur soie, les revanches, le simple fait de transmettre ou de donner la vie, la capacité à changer quand il le faut...
    Bref, il semblerait que les petits cailloux m'inspirent... D'ailleurs, à en juger par le nombre d’expressions qui existent, je ne suis pas le seul !
    Parfois, j'aime bien faire d'une pierre deux coups, souvent joindre l'utile à l'agréable, toujours apprendre mille choses en te lisant... Tiens, comme ces citations d'un auteur que tu affectionnes...
    - "être homme, c'est précisément être responsable. C'est sentir, en posant sa pierre, que l'on contribue à bâtir le monde". Antoine de st-Exupéry
    - "La pierre n'a point d'espoir d'être autre chose que pierre. Mais de collaborer, elle s'assemble et devient temple". même auteur
    Une petite dernière : "la plus belle pierre tombale ne couvre qu'un cadavre". Charles Aznavour

    Tiens, me revient ce souvenir de mon fils qui récoltait toujours une pierre sur notre lieu de vacances ! J'en ai une bonne dizaine dans la voiture. Mais la plus insolite est dans une petite vitrine de ma fabrication. C'est une pierre qu'il trouva alors que nous pique-niquions sur le causse Méjean, tout près d'une doline. Parmi toutes ces pierres ocrées, une attira son attention. C'était facile, elle était toute noire, mais il fut le seul à la voir. Après quelques vérifications auprès d'un collègue amateur de minéraux, il semblerait que ce soit une météorite, quelle chance !
    Alors, cette escapade où mes enfants ont découvert la méditerranée fut marquées, non pas d'une pierre blanche, mais d'une noire ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton billet me réjouit.
      Parce que moi aussi, j'aime beaucoup les pierres, leur symbolique de solidité et de mémoire, j'aime les pierres des chemins de montagne, celles qui roulent dans les torrents. J'aime celles que l'on entasse pour former des cairns, celles dont on bâtit les murets et les bories de Provence, les restanques, celles dont on pave les rues et que l'on soulève parfois pour apercevoir la plage.
      J'aime les galets de ladite plage, et les grosses pierres sur lesquelles on s'assoit en haut d'une montagne, pour contempler le paysage et méditer en mangeant du pain et du fromage.
      J'aime les meules des moulins, les cailloux que l'on jette dans l'eau claire d'un ruisseau et qui font quand on les jette des milliers de ronds dans l'eau...♫♫♫
      Et par dessus-tout, j'aime le prénom Pierre, parce qu'il est beau, éternel, intemporel, solide et terrien.
      Mais je n'aime pas qu'on jette la pierre, que l'on lapide les femmes adultères, que l'on en ait une à la place du coeur.
      Garde précieusement ta pierre venue du cosmos, Didier. C'est une chance, en effet, d'avoir trouvé cet éclat d'astre.
      Bises emphatiques
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Que celui qui n'aime pas ce texte te jette la première pierre ! :)

      Supprimer
  13. De gros cailloux sur mon chemin, j'en ai rencontrés. c'était inévitable mais ils m'ont fait aussi grandir. J'ai rencontré aussi des pierres blanches mais me meilleurs réussites, sans doute, se situent dans les petites graines que j'ai pu semer à droite à gauche, à la volée. Certaines ont germé dans les cœurs et d'autres n'ont jamais vu le jour…..Oui, je crois bien que je suis un semeur…..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en doute pas un seul instant, Daniel.
      Tu sèmes la bonne parole partout où tu passes, et je suis sincère. Modeste et droit, tu me sembles correspondre parfaitement à l'idée que je me fais de l'honnête homme.
      Merci pour les petits cailloux que tu sèmes chez moi fidèlement.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. J'aime les pierres comme Jacques aime les filles ....la la la.
    Je suis une pierre parmi les pierres ...
    Je m'etudie géologiquement et m'interroge sur ma formation, mes origines... et je cherche depuis toujours cet empilement harmonieux de cailloux blancs que tu nous offres a la vue.... ces cailloux qui semblent prédestinés a s'associer pour former un tout cohérent et beau.

    Avant de constituer cet assemblage de joies partagées combien de pierres parfois faut il essayer....

    Heureux sont ceux qui réussissent du premier coup et parviennent a maintenir cet equilibre dans la joie et le respect reciproques.....

    Bises d'une pierre geologue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pierres et les filles ne rendent pas tout à fait les mêmes services...mais je comprends l'idée. :-)))
      Tu es Pierre, et tu sais combien j'aime ce prénom, si tu as lu mon commentaire à Xoulec.
      J'aime beaucoup ta métaphore géologique.
      Enfin, je te rassure, tu n'es quand même pas un vieux fossile mouarf !
      Réussir du premier coup ? Tu en connais beaucoup ?
      Bises cher Pierre
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Une petite chanson ...
      https://www.youtube.com/watch?v=doKeQt9MbMY

      Supprimer
    3. Ce Sardou est quand même incroyable...et toi aussi, de me dégotter à chaque fois la chanson qui va bien...
      Merci Didier
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    4. je n'ai pas trop de mérite, je crois que je les connais toutes ...

      Supprimer
    5. Tu as le mérite de les connaitre toutes... :-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    6. Bonjour à vous deux,
      effectivement Xoulec tu les connais toutes, je ne m'en rappelais même plus de celle-ci!
      Bonne journée

      Supprimer
    7. Oui il les connaît toutes...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. C'est un plaisir de te lire, à chaque fois. Merci!
    J'ai gardé des cailloux (pas blancs) sur mon bureau. Chargés de souvenirs. Un en particulier, pour une leçon de sculpture. Triste souvenir: ma professeure est partie. Trop tôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était plutôt un jour à marquer d'une pierre noire, alors... :-)
      Certains professeurs nous marquent à jamais, comme des phares, ils nous montrent le chemin...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Amusant, je suis collectionneuse de pierres cueillies dans les lieux forts que j'ai eu la chance de découvrir, ils sont chargés, je les prends dans mes mains et ils vibrent... Je partage ce que tu dis. Le mois dernier notre route a croisé celle d'un couple, lui a été très gravement brulé, il n'avait plus de visage à lui, on lui en avait reconstruit un et il portait un petit chapeau, ses mains étaient elles aussi très atteintes... et cette homme souriait, s'occupait d'accueillir les autres, avait une passion, sa femme était elle aussi lumineuse... Nous ne l'oublierons jamais et nous l'évoquons souvent quand nous commençons à nous plaindre... Bises céleste Célestine, la vie est une horloge admirable. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, on ne pense jamais assez à tous ces gens qui vivent un véritable enfer sur terre, de souffrance physique et/ou morale...et qui sourient et aident les autres.
      C'est émouvant l'histoire de cet homme, il est clair que l'amour qu'il trouvait dans son couple a dû l'aider à traverser ses épreuves..
      Bisous ma Plume, merci pour ta contribution.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. C’est très touchant ce que tu nous racontes Blue, parce que forcément tu nous parles de nous également, de moi en tout cas ! Je suis la somme de mes échecs, de mes erreurs, de mes joies, mes bonheurs et mes douleurs. Sans cela je ne suis plus rien !
    Chaque jour je « s’aime » un petit galet blanc et quand j’oublie d’où je viens, je reviens en arrière, et je me rappelle et je vais mieux. Alors je réavance doucement sur le chemin de ma vie et je m’émerveille de tout et du rien.

    Merci Blue de tes mots, des petites pierres blanches sur mon chemin ...

    Te souviens tu Blue, dans les années 70 d’une série suédoise avec une petite fille aux cheveux blonds. Elle avait avec elle une jolie pierre blanche qu’elle gardait précieusement comme un secret. Souvent elle se caressait le visage avec et le générique de cette série « Pierre Blanche » était un magnifique morceau au piano ? Mais certainement suis-je bien plus vieille que toi ;-)

    C’est bête mais cette série est un très beau souvenir de mes 8/9 ans ... Une Pierre Blanche !

    Bisous Blue <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh pardon ma chère Cristina, j'ai zappé ton magnifique commentaire...
      Je n'ai pas de souvenir de cette série, mais ça ne veut pas forcément dire que tu es plus vieille que moi... ;-)
      S'émerveiller du tout et du rien, ça me parle.
      Je suis comme ça, tu le sais...et je le serai jusqu'à la fin de ma vie, je crois.
      Blue kisses my friend
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer

  18. Je me réjouis que mes petits cailloux blancs ricochent sur l'onde pure de tes eaux vives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que cette phrase a profondément résonné en moi, depuis que je l'ai lue.
      Comme tout ce que je lis et qui trouve un écho avec mon expérience intime.
      Le billet a jailli de moi dès que je l'ai lu.
      Merci Alain
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  19. Sincèrement, je ne les compte pas plus que je ne les évoque. Ils ont été là. Ils m'ont forgée autant que les cailloux noirs. Les uns m'ont tracé des voies lactées dans mon ciel, les autres m'ont poussée à me surpasser, et m'ont appris que mes limites étaient bien plus éloignées que je ne le pensais.
    Néanmoins, j'espère que dans mes derniers jours, quelque part tout près de mon dernier souffle, je verrai se dessiner une ligne claire, un dessin, des couleurs, quelque chose qui éclaire tout ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le fais juste un peu avant le dernier jour de mon dernier souffle.
      Le commentaire auquel je faisais allusion était très clair : il ne s'agit pas de privilégier les blanches aux noires. Mais plutôt de considérer qu' «il est intéressant d'écrire l'histoire des pierres blanches qui ont jalonné notre existence, pour en comprendre l'intelligence par l'intérieur et par notre expérience.
      C'est-à-dire l'histoire des événements que l'on a vécus comme « positifs et constructifs » de notre personne.
      Il arrive que l'on revienne sur son histoire avec le fil conducteur de « tout ce qui a été mal et raté ». Bien entendu, c'est une approche qui a sa valeur. Ce fil-là nous enseigne aussi.
      »
      C'est en substance ce qui était écrit. Et je crois que tu sais, de l'intérieur, que c'est la ligne que j'ai choisie de suivre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. J'ai bien compris. Je disais juste que c'est un fil que je ne remonte pas. Ni le blanc, ni le noir. Rien de plus...

      Supprimer
  20. Les petits cailloux blancs que nous avons semés, sont une source de joie immense lorsque nous nous rendons compte que nos enfants les sèment à leur tour de la même façon que nous l'avons faite, dans le même esprit : semer du Bon...
    Bisous, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une grande satisfaction de voir que ces pierres blanches nous apportent de la joie à les transmettre. En revanche nous aimerions que notre descendance n'hérite pas de nos cailloux noirs...
      Bisous à toi
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  21. Pierre blanche, rose ou noire le principal étant quelle ne se situe pas dans l'une de nos chaussures, le reste...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis entièrement d'accord ! Tu es la sagesse incarnée...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  22. Belle citation de Christian Bobin.
    La vie est un beau patchwork de souvenirs de notre passage sur la terre, dans la vie. A nous de n’en retenir que ce qui nous plait. Perso, je vais beaucoup mieux depuis que j’ai décidé de rebondir !
    Je me dis que les difficultés rencontrées m’auront aidé à avancer, à aller plus loin. Je crois même que je n’ai pas fini de marcher.
    Ton billet me dit que je vais dans le bon sens.
    Bises d’un caillou blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bonheur d'apprendre que tu vas dans le bon sens...
      Oui, je suis contente que tu aies décidé de rebondir.
      De tout coeur avec toi, cher ami poète
      Bises réjouies
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  23. Me voilà toujours aussi étonné par vous, votre univers, votre plume si fluide qui ne faiblit pas.
    C'est toujours un plaisir de vous lire, même si vos billets semblent rester ces temps-ci au bord de votre vie, sans y entrer.
    j'ai hâte d'avoir de vos nouvelles, de savoir ce que vous devenez.
    Pardonnez mon outrecuidance d'exprimer ainsi un désir un peu égoïste.
    Je vous embrasse sur le front, jeune et délicieuse amie
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je comprends votre demande. C'est que j'étais un peu occupée par ailleurs, mais je vais revenir, c'est promis.
      Et vous saurez tout (ou presque) de ma vie.
      Merci de vous inquiéter de moi, je vais bien, je vous rassure.
      Bien à vous
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. observer l’avancée de son mieux être intérieur , petit à petit les choses se mettent en place. Grâce à des cailloux-repères qui éclairent le chemin. Savoir les distinguer d’autres cailloux plus coupants , ou sur lesquels on peut trébucher.
    Alors les douleurs ressenties , les difficultés vécues s’amenuisent pour laisser place à de merveilleuses opportunités .
    Un phAre a éclairé ton chemin , de petits cailloux blancs déposés par un petit Poucet céleste ont aiguillé le mien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Savoir les distinguer d'autres cailloux plus coupants...c'est tellement vrai !
      Ce tri est indispensable à notre clairvoyance. Sinon on se blesse, et ça fait mal !
      Merci our tes mots, ma Mathilde. De tout coeur avec toi dans la phase que tu traverses.
      Bisous sincères
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Réponses
    1. Oui, tu ne crois pas si bien dire ! Il m'en a fallu du courage pour arriver là où j'en suis.
      Je n'en tire pas de gloire, juste une immense satisfaction.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Je vais commencer par un fait concret, je ramasse des pierres blanches, l'une d'elle est un galet poli par la mer, la seconde une pierre cube et les dernières de minuscules galets dignes d'un Petit Poucet... elles me symbolisent un peu quand on y pense, je suis quelqu'un de doux avec les autres mais dure avec moi même, sinon je n'aurais pu traverser toutes les épreuves que la vie a mises sur mon chemin... Et je sème des petites pierres blanches à mon tour pour rendre la vie plus douce à ceux que j'aime...
    Et ma plus belle pierre n'est pas un diamant mais mon amour de le vie... Profitons des bons moments!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle, moi c'est le contraire: c'est quand j'ai commencé à être « douce avec moi-même » que j'ai trouvé la force de traverser mes épreuves...
      Bisous belle conteuse amoureuse ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Je dirais que les pierres blanches de ma vie correspondent souvent à des moments où j'ai dépassé quelque chose : mes peurs, mes freins, mes habitudes, mon découragement, mes limites, mes croyances...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais pu dire exactement la même chose en fait...
      On se ressemble sang pour sang ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Je ne sais pas si je peux aligner des pierres blanches de réussites, mais celles représentant des cadeaux de la Vie sont toutes des Pas Communes. Dans ces pierres il en et une qui est en fait une géode dont les cristaux sont d'un bleu tendre.
    C'est dans ces pierres que j'ai trouvé réponse à nombre de mes questionnements.
    Molto baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon ami, ça me touche profondément. ;-)
      Tu es une de ces pierres blanches dans ma vie, sois en persuadé.
      Le jour où je t'ai rencontré, le ciel s'est entrouvert comme une possibilité vers l'infini.
      Ti bacio etvb
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Avec toutes les pierres jetées dans mon jardin
    Je pourrais reconstruire le grand mur de Berlin.
    J'ai écrit en vers de douze pieds dès le matin
    C'est ce qu'on appelle je crois un alexandrin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Douze pieds...douze pieds, oui c'est à l'évidence
      La façon de former de beaux alexandrins
      Mais as-tu bien compté ? car certains ont, je pense
      Une pierre de trop tombée dans leur jardin. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Me traiterais tu de pousse caillou ?

      Supprimer
    3. Jamais ! Je n'oserais pas... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. J'aurais bien répondu que mes pierres blanches à moi sont les craies du tableau de l'école mais ça fait trop démago-fayot, non ?

    Alors du coup je partage ce poème-ci de Bernard Dimey sur un thème proche :

    https://www.deezer.com/fr/track/275073

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolie cette chanson nostalgique que je ne connaissais pas.
      Merci de me l'avoir fait découvrir...
      Bisous cher oncle putatif ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Bonsoir Célestine,
    je reviens après quelques jours : je n'avais pas réussi la dernière fois à convaincre captcha que je n'étais pas un robot... ;-)
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant tu n’as rien d’un robot belle jardinière !
      Bisous merci d’etre revenue
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Mes pierres blanches, je dirais d'abord ma vie de famille au sens large, puis ma vie amicale. Ensuite, je dirais l'alliance entre mon métier, mes blogs, mon engagement dans une association d'histoire, qui me permettent aussi de m'épanouir, de trouver ma place dans la société et de découvrir de nouvelles personnes. Bon, ce n'est déjà pas trop mal. Bon mois de novembre à toi, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’aime te voir satisfait de ta vie Petit Belge !
      Il y a tant de gens grognons qui ne sont jamais contents de ce qu’ils ont...ou de ce qu’ils sont...
      Ton enthousiasme me plaît
      Bisous et bon novembre à toi aussi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Avec tous les commentaires qui grouillent pour apporter chacun sa pierre, je n’ai que ces mots pour dire la beauté des choses qui nous surprennent quand la vie pourtant n’est que magie délicieuse, même si ses piques nous rappellent quelque fois ses retournements :
    Je traverse des champs de blé
    J’y cueille des bribes de soleil
    Etalés comme un tapis sur leur toit
    Mais elle, rêve de mes jours
    Me longe des sourires apaisants
    Comme une pluie de bonheur
    Qui filent d’entre mes doigts
    Bises amicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un plaisir étonnant de te revoir là, mon cher Bizak. Cela fait si longtemps...
      Je croyais que tu étais parti loin des blogs... ;-)
      C'est joli les bribes de soleil étalées comme un tapis sur leur toit.
      J'aime beaucoup tes pierres blanches.
      Tu reviens quand tu veux cher poète.
      Bises étoilées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. "Mais elle, rêve de mes jours..." (ma fille aînée) m'a confié, il y a peu, son amour pour une comme elle, que je lui souhaite belle. Rien à voir avec le #Schmilblick, juste une joie de papa. Comme ça...

      Supprimer
    3. C'est beau, les joies de papa...Ça se respecte. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  34. Quel que soit le caillou, j'aime ses ricochets

    RépondreSupprimer
  35. En vrai (pour te répondre), la pierre de Caen... inégalable et répandue jusqu'à Bordeaux (blanc pour moi, merci) ! A l'heure où le ponant lui confère une magique teinte d'or espagnol ! N'est-ce pas fol !!?!! En Normandie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'irai un jour voir ça...
      Je me le suis promis.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.