dimanche 19 mai 2013

V comme Vertige

Madame de Keravel me demanda naguère si je voulais participer à son Abécédaire. 
J'aime beaucoup la lettre V, jolie lettre harmonieuse et équilibrée, symétrique mais pas triste, bras tendus, jambes offertes, ailes d'oiseau.  Le V de victoire. Le V de voyage. Il souffle dans la lettre V un air de vadrouille, de  liberté volage, vibrionnante et vagabonde, qui sent les vacances. 
Mais le plus joli mot, celui que j'ai choisi, c'est le mot Vertige.Une sensation unique.Effrayante et délicieuse. La sensation des alpinistes, des parapentistes et autres défiants du vide et de l'extrême... Peut être une de celles qui donnent le plus l'impression de Vivre, et pas seulement d'exister.














Vertige.

Je m’asseyais au bord du monde, là où les goélands changent de plumage pour l’hiver. Un ciel bas et taciturne charriait ses ombres au vent furieux.
J’aimais plonger mon regard en contrebas des falaises de craie tiède avalées par des rouleaux de mer.
Le vertige envahissait mon âme. Je voulais tomber,comme fascinée par l’appel des galets roulant leur ennui sur une plage vide.
Un lancinant tournis qui durait tant que je voulais, languide et apaisée par les ressacs.
Et pourtant, ce n'était rien. Je n'avais rien vu. Je ne savais rien du vertige avant lui. Avant de serrer mes poings sur cette extrême sensation de manque de lui, avant les soubresauts de ma poitrine au seul bruit de son seul nom. Je l'entends et le sang cesse d'irriguer mon cerveau.
Les chemins escarpés, les ponts suspendus, les vides abyssaux, rien n'égale l'étourdissement que me donne la seule pensée de ses lèvres sur les miennes .
Je chancelle.
Le nom devient verbe. Il me vertige. Je suis vertigée par lui.



Photo: extraite d'un magnifique alphabet kamasutrien chez Alex C.  Vous trouverez ici les autres lettres.

78 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ah!!! les célèbres points d'exclamation!
      Vous devez aimer les bandes dessinées, non?
      C'est purement hergéïen,comme expression.
      J'adore, personnellement.

      Supprimer
  2. C'est joli la transformation en verbe ! J'aime aussi la lettre V et le mot vertige, j'avais écrit un texte avec ce titre d'ailleurs ! ;) Il y a une fascination troublante dans les visages du vertige...
    Bises et bon long week-end !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, moi j'avais envie d'aller le lire ton texte.Alors je l'ai cherché, il est
      "ICI. Tu étais fort bien inspirée par ce mot, toi aussi.
      Bises, et bon lundi! C'est bon, un jour férié!

      Supprimer

  3. Vous écrivez très bien, nous sommes nombreux à vous le dire.

    Votre texte onirique de ce jour rivalise d'audace simple, d'oniriques réalités extraordinairement bien mises en harmonie

    Oui, c'est bien cela un vertige harmonieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher Nuage. Je suis confuse devant une analyse aussi...harmonieuse.

      Supprimer
  4. Joli tour en V.Le V,chez moi,à force de virer,de volter,de virevolter,finit par vriller ma vie de vices et de vertus.Voui,voui,voui...Bravo Celestine,une fois de plus.
    Charleen,ou Charlene,je la préfère un peu plus on the rocks.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sharleen, avec un S comme superbe.
      D'accord avec toi, mais sur mon blog, je ne peux pas décoller la pulpe de mes invités avec "You've got to live a little...sinon tout le monde part en courant.
      Et puis, il faut quand même que la musique colle au thème.
      J'aime beaucoup ta vrille allitérative...

      Supprimer
    2. Didon la fée, ch'uis totalement d'accord pour qu'il faille que ça colle au thème, ça c'est sûr !
      Mais "pas décoller la pulpe de mes invités", où tu vas (Bon dieu mais c'est bien sûr: c'est le versant protecteur de ton instinct maternel qui s'exprime là) ? On n'est pas des guimauves non plus, "You've got to live a little" ça arrache pas les oreilles, quand même ! A moins qu'il ne s'agisse du texte, mais dans ce cas mes oreilles pourries me permettent pas de comprendre en anglois (déjà qu'elles m'aident pas pour le français !)!
      En tous cas je transmets l'adresse à mes copains "The Guests", c'est pile poil leur staïle. Comment, tu connais pas "The Guests" ? Pffff !

      :o)))

      Supprimer
    3. Ah woueh, je suis allée voir sur gougle qui c'étaient les guets....si c'est " the guets only" c'est pas mal.
      Bon quand même faut que je t'explique l'histoire de la pulpe. Bien sur que " you've got to live a little" ça dépote pas comme les Queens of the Stone Âge....en même temps Texas c'est pas Metallica non plus.
      Simplement, pour le bien être de mes lecteurs( c'est pas que les écrits soient difficiles, c'est sur ça se lit mieux que Kant mais bon) tu remarqueras que j'essaie de ne pas mettre des musiques trop rythmées, ou trop rapides.
      De là à supposer que je vous prenne pour des guimauves, il y a une marge que tu franchis allègrement pour le plaisir de m'entendre m'excuser. Donc, pardonne moi, tu n'es pas une guimauve ( bien que j'adore ça moi, la guimauve, presque autant que les fraises tagada) voili voilou
      Et gros bisous mon petit chou.

      Supprimer
    4. Ps dans la première phrase, lire "guests" évidemment. Je tape sur mon tel et c'est pas terrible!

      Supprimer
    5. Bin non, j'ai pas l'heur de connaître ces charmants garçons. Mes "Guests" à moi sont au pluriel, sept, ont plus ou moins l'âge d'être les parents des "...only" et se produisent autour d'une commune de 1000 habitants en Puisaye. Ils jouent rock-pop-folk avec conviction et sérieux sans pour autant se prendre pour des vedettes.
      "...tu remarqueras que j'essaie de ne pas mettre des musiques trop rythmées, ou trop rapides." C'est bien ce que je disais, c'est ton instinct protecteur qui s'exprime.
      "...pour le plaisir de m'entendre m'excuser." Alors là, alors là... tu me prêtes des intention que mes deux neurones endormis n'avaient même pas pensé à avoir, c'est pas beau. D'autant que ch'uis pas comme ça moi, j'ai pas pour habitude de mettre sciemment les gens en difficultés !
      Guimauve et fraises tagada ? Ces trucs pleins de sucre qui collent aux dents ? Berk ! C'est bien un truc de fille, ça !

      :o))

      Supprimer
    6. Tiens, à force de tenir des propos z'oiseux, j'en oublie de te dire combien la sensualité de ton texte me touche, me mélancolise, et que j'aime l'ABCD'air d'Alex, et que tu oses dire que tu l'aimes.

      voili voilou

      Supprimer
    7. Ah ben voilà, je vais rester sur la bonne impression de ce dernier commentaire, pis d'abord, eh ben, tout le reste c'est rien que des trucs zoizeux pour m'embêter !;-)
      Appelle ça de l'instinct protecteur, moi, je dis que c'est du respect pour le lecteur. Et du marketing, aussi(lol) Le choix de la musique d'ambiance, c'est important.:D
      Et pis tu m'as bien dit que je passais mon temps à m'excuser, alors, hein...
      Quant aux trucs de filles, j'en connais qui plaisent aux garçons.. ;-)
      voili voilou :D

      Supprimer
  5. et tu crois que tu l'auras le vertige tout là haut au 4ème étage de notre nouvelle maison ??? nous ça va ! ce n'est pas trop haut ! assez pour voir plein de choses ! et puis y a pas l'as en soeur alors c'est suffisant ça fait les papattes !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'as en soeur, c'est joli ça!
      A quand le déménagement, PSV? Tu sais qu'on est tous suspendus à ta vie palpitante.

      Supprimer
    2. hi hi avec Hutte des Bois on y est là en direct on peut se connecter à une Hotspot ce soir on s'est fait un pique nique sur la terrasse trop bien bon mercredi soir on dort là !!chouette ! allez à plus tard Célestine

      Supprimer
    3. Ah mais c'est géant, la hotspot!

      Supprimer
  6. Le verbe volubilement épuré du texte s'accorde volontiers à la vision versatile de l'image du V.

    RépondreSupprimer
  7. Ouf tout va bien !
    J'ai cru que tes parties de tétris te donnaient des vertiges et ceux-là, ils sont beaucoup moins agréables !
    Elle est belle cette lettre V, en effet et côte fleurs, j'aime les Volubilis. Ce mot chante, je trouve !
    Bonne fin de dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, pas de vertige dû aux jeux vidéos! même s'il faut le reconnaître, quand on est partis dans ce genre de délire, difficile de s'arrêter! Ainsi j'ai découvert le "yahzee" sur IPAD, et le démon du jeu nous prend familialement...Un diabolique jeu de dé pour les longues soirées de cet hiver qui dure jusqu'au 20 mai...Bon lundi de Pentecôte!

      Supprimer
    2. De mon côté, je n'aime pas jouer... par contre, je connais le démon de la lecture et ce n'est pas plus simple à dompter.
      Bon lundi à toi aussi. Ici, il "faut" qu'il soit préparativement efficace... puisque, justement, j'ai surtout lu samedi et dimanche et c'est moins drôle.

      Supprimer
    3. Bon courage alors! Moi j'ai fait le contraire, et je crois que j'ai bien fait, car aujourd'hui il ne fait pas un temps de preps ! C'est ça l'expérience! Lol

      Supprimer
    4. En fait, à mon avis, il ne fait jamais un temps de prep' !
      Bien sûr qu'il serait préférable que je commence par m'en "débarrasser" pour être tranquille ensuite et je n'y parviens pas ! Cigale je suis née et cigale je reste !

      Supprimer
    5. Je fais ma belle, mais en fait j'étais obligée de bosser samedi, parce que je savais que je n'aurais plus le temps aujourd'hui...
      Rien à voir avec l'expérience!

      Supprimer
    6. Mince, je croyais que j'avais un espoir d'inverser la tendance d'ici quelques temps...
      Bon, au final, ce fut :
      Lundi dans le bureau,
      Mardi chez l'ostéo,
      Mercredi encore au repos...
      J'espère que ce sera jeudi : tout est remis !

      Supprimer
    7. Et dimanche, tu montes sur les planches? ;-)

      Supprimer
    8. Ce sera plutôt
      Et dimanche je retrousse mes manches ;-)

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Merci, toi aussi, passe une bonne fête en ce weekend prolongé.

      Supprimer
  9. En voyant l'image, je me suis sermonnée parce que j'avais encore l'esprit bien tourné, mais finalement j'avais raison: il fallait bien y voir ce que j'y ai vu ^^

    Quant au vertige, j'aime cette peur mêlée d'excitation. C'est enivrant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Puis-je me permettre de te dire que si tu n'avais rien vu dans l'image, c'est là que je me serais inquiétée de la tournure de ton esprit. Heureusement, tu as l'esprit bien tourné, à mon sens, de ceux qui ne refusent pas de voir de l'art et de la poésie dans certains gestes harmonieux qu'une certaine morale réprouve...^^

      Supprimer
  10. C'est marrant, je viens de lire ton texte sur le blog et je me disais que tu ne l'avais pas publié chez toi. Et je trouvais ça dommage, c'est très beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Berthoise. J'apprécie au plus haut point. Parce que je sais que tu apprécies les lignes et les interlignes.

      Supprimer
  11. Fièvre ce soir chez Célestine ! J'ai visité ce Kamasutra , en effet, c'est ... étonnant !
    nb : Nous avons bien ri avec ton tétris et y avons joué hier !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'ai fait des heureux, mais c'est merveilleux!
      Ils ont aimé ça, alors, tes chouchoux? Tant mieux.

      Supprimer

  12. Vie : voile voluptueux volant via vallées vertigineuses vers vide vaporeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolie définition! Bravo!J'adore.
      Vide vaporeux...
      Envisagée ainsi, la mort est beaucoup moins implacable!

      Supprimer
  13. Le seul vertige qui me trouble est celui d'être pris entre deux douces parenthèses (*):-)
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu persistes et signes alors? Si Saoul-Fifre passe par là, il va encore faire du mauvais esprit en mettant les parenthèses comme ça: )*(
      Chut, tu ne lui diras pas, mais moi aussi, je préfère comme tu les écris...
      baci

      Supprimer
    2. Les parenthèses vertigent beaucoup plus comme on les écrit.
      Baci

      Supprimer
    3. A quoi ça tient, le vertige! C'est plus convexe que concave, finalement...;-)

      Supprimer
  14. Ton joli texte m'a rappelé qu'il y a longtemps, j'avais écrit V comme Valérie...
    http://samedidefi.canalblog.com/archives/2009/07/12/14373732.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, quelle superbe! tiens je remets "le lien
      C'est un texte magnifique.
      Dis donc, gredin, quand tu ne bottes pas en touche, tu sais manier la plume!

      Supprimer
  15. Tes mots me donnent le " vertige" :-)
    Ton abécédaire très beau, on pourrait même dire " vertige de l'amour" :-)
    Bisou et bonne nuit chère Célestine, quel talent !
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien que ce fût mon abécédaire...enfin, je ne sais si tu parles de celui qui est écrit chez Mme de K., ou de celui qui est dessiné chez Alex C.
      Pour ce dernier, c'est vrai que je pourrais écrire un texte par lettre...mais quel travail!
      Merci pour tes compliments qui me touchent, sois-en certaine!

      Supprimer
    2. Je suis comme ça, entière, sensible, parfois maladroite mis toujours sincère dans les mots que j'essaye d'exprimer au mieux ...
      Je n'écris pas aussi bien que toi mais le coeur y est, c'est l'essentiel, non ?
      Bisous tendres et à plus :-)
      Marie

      Supprimer
    3. Le coeur, il n'y a que ça de vrai, et je sais de quoi je parle!

      Supprimer
  16. Terriblement sensuels ce texte et cette conception du vertige, j'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que tu aimes. Quoi de plus merveilleux que de faire partager cette sensualité à ses lecteurs?

      Supprimer
  17. réparer le haut d'une cheminée d'usine qui a reçu la foudre et y poser un paratonnerre... , un paysage magnifique de là haut !!!

    Bonne journée avec bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est le vertige absolu...il y en a qui ont laissé leur peau a monter ainsi sur les toits!
      Bon lundi de Pentecôte, cher Walter.

      Supprimer
  18. http://www.youtube.com/watch?v=Beac86mN8XM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cher Alain, tu as bien saisi l'idée force de mon billet. Quelle scène vertigineuse, tout est dans le non-dit. Le génie d'hitchcock a l'état pur. J'arriverais presque a m'identifier a l'héroïne, qui, bien qu'elle soit blonde platine, possède une carbonique et sulfureuse sensualité...et je me prends a rêver d'embrasser fougueusement James Stewart, tant sa peau dégage de sex-appeal. Ça reste entre nous, évidemment. :-)

      Supprimer
  19. Oh Oh Vertige de l'amour...j'ai dû réveiller trop fort...
    Etrangement je n'ai pas le vertige en montagne ou dans les plus hauts téléphériques. Par contre sur le balcon d'un immeuble de trois étages, c'est limite.
    J'ai appris hier que Texas avait sorti un nouvel album. J'aimais beaucoup Sharleen spitéri à une époque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un nouvel album de Texas, c'est pour moi une bonne nouvelle. J'aime toujours autant.Toi non? (tu parles au passé)D'ailleurs le morceau que tu entends est extrait de ce nouvel album, en avant-première sur d**zer.
      Sinon, Bashung, j'aime bien aussi...

      Supprimer
    2. Je n'écoute plus trop les chansons du passé (sauf les tubes de la bande FM des années 80...) et je ne savais pas que le groupe Texas existait toujours mais j'irai l'écouter sur Spotify...la chanson que tu proposes est très agréable à entendre...j'aime la voix de la chanteuse.
      Bashung est un très grand mais j'avoue ne pas réussir à pénétrer son univers. La Douce aime beaucoup, elle ne l'as hélas jamais vu en concert.

      Supprimer
    3. Je trouve aussi que Sharleen a une très belle voix. Et j'ai toujours aimé Texas.
      Ah, pas facile, les goûts et les couleurs!

      Supprimer
  20. C'est vrai que le vertige.... c'est délicieusement ébouriffant, mais moi je n'aime que celui de l'amour car rien que de voir une falaise à 30 mètres me fait cambrer les mollets et enfoncer mes orteils dans le sol avec un désespoir stupéfiant. J'ai peur dans les scènes d'escalade au cinéma et en suis malade!

    Je n'ai pas été une araignée dans un autre vie, ça c'est sûr!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, les Belges n'ont pas spécialement de reliefs très abrupts dans leur plat pays, pour s'entraîner à ne pas avoir le vertige...
      Cela dit, je te rejoins, le meilleur, c'est quand même celui au sens figuré!:D

      Supprimer
  21. L'appel du vide... J'ai fait du parachute ascensionnel quelle impression !

    Je connais des falaises semblables à celles que tu décris, s'approcher du vide, défier sa peur afin de se sentir vivant.

    Et enfin le vertige des sentiments... insurmontable parfois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivre est un défi permanent qui peut donner le vertige, même les deux pieds bien sur le sol.

      Supprimer
  22. Bon choix, ça, "vertige"... mieux que "vide-ordure" en tout cas !... Quoique, un vertige subit en se penchant au-dessus du vide-ordure... :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, toi, quand tu parles de poésie, tu es torride! J'adore.
      Et encore, il y a pire que vide-ordure. Y a Vomi. :-D

      Supprimer
    2. Ne vous battez pas, on peut aussi vomir dans le vide-ordure à la vue des vers.....

      Supprimer
    3. oui, et avoir la vérole et des verrues en voyant les vers de viande vomir dans le vieux vide-ordure...

      Supprimer
  23. Vertigineux billet !!
    Eh oui, l'amour et le désir, le désir de l'amour, tout le reste n'est que lots de consolation ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on peut voir ça comme ça. Quel bonheur alors de décrocher le gros lot!
      La vie est une tombola avant la tombe... oh la ! :-)

      Supprimer
  24. petit âne grislundi, 20 mai, 2013

    Abysses


    Au dessus de moi le bleu turquoise, bel accent
    Du ciel azuréen se fondant à l’émeraude d’eau,
    Transpercé en puit, d’un spectre luminescent
    Où les flèches solaires jouent au serpent d’eau.

    Je voudrais plonger, je me suspends, retenue!

    Autour de moi, danseuse, la verte algue se dandine au flux.
    De vifs petits poissons colorés, en curieux malins, me bisent
    Et émus de tant d’audace, dans un éclat d’argent, se sauvent.
    L’anémone aux bras graciles susurre l’appel mortel au reflux.

    Je suis en suspension, je voudrais plonger, retenue!

    Sous moi, les coraux accrochés encore se devinent
    Mais disparaissent dans la pénombre, engloutis.
    Le silence des fonds happe l’image qui chemine,
    L’obscurité ouvre son grand œil au bienveillant iris.

    Je me détache, je plonge, ex-tenu!

    Prisonnier libre d’un vertige frisson, je plane, Dieu!
    En fin du monde, dans le noir abyssal, je te vois.
    Tu m’accroches et m’enveloppes de tes longs cheveux
    Ta bouche, à mes lèvres, me souffle la vie, je bois.

    Je m’immobilise, je stagne, détenu!

    En ventouses délicates, chaque grain de ta peau
    Absorbe mon derme sensible et je me fonds en toi
    Je m’entoure à ton corps sirène, Princesse d’eau
    Dans cet espace des abysses ouverts, je vis en toi.

    Je vertige, en moi je plonge, nu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfiouuu! la consigne t'a inspiré, petit âne gris!
      C'est très beau.

      Supprimer
  25. Vertige de l'amour! Sensation déroutante et enivrante... à deux doigts du bonheur et de la perte de tous repères... au moment soyeux de l'extase abandonnée... Ô vertige de l'amour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de vertige sans verte tige...
      Quoi? ben oui, au printemps, quand la sève monte dans la nature...
      Vous pensiez à quoi? ;-)
      Non, sans rire, merci letienne de ton passage.

      Supprimer
  26. Ah ce vertige tel que tu le décris m'entraîne, m'épouvante et m'aimante. Je l'aime et l'abhorre ce vertige, soeur jumelle de l'amour,amour passion, qui nous entraîne et nous aimante et parfois nous époux-vante. Je t'embrasse Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Épouvante, c'est fort comme mot! Il doit y avoir des choses plus effrayantes en ce bas monde que de se rouler une pelle sur une falaise...:D
      Non, pardon, j'ai l'humeur badine ce soir, j'évacue les tensions avant de reprendre le boulot! Mais je respecte ton ressenti, et je te remercie de ton joli commentaire, chère Malou

      Supprimer
  27. En parlant d'ambiance, pas mal ici non plus :)))
    J'adore la musique de ce soir qui fait des claquettes et fait chanter "le petit soir frileux qui tombe doucement" ...puis il y a tes mots et ces ruptures de rythme, changements de ton ou de manière de se placer ... que j'apprécie beaucoup, dans ton grand art de faire ... dans ton grand air de phare :) tiens la mer et son vertige ... Mais de mon côté, ce n'est pas le vertige que le V m'inspire, le V mais c'est mon nom :) et tu sais, s'il fallait choisir des mots en V ! oui commençant par V, comme le verbe veiller, que j'aime particulièrement qui dit l'état de don dans lequel on se place pour autrui, le mot végétal qui s'ouvre comme plein d'essence et de chlorophylle, le mot virtuose est très élégant mais je ne m'en sens pas proche ( que dirais-tu d'un violon ? ) par contre le mot victoire mais s'agissant non pas de grandes réussites seulement de ces petits dépassements tout personnels et discrets que personne ne sait sauf soi et dont on est fier ...Pour l'image tout en douceur et pose érotique, on va virer le mot virelangue hein ! rires et garder le vol ...la volupté ... le voyage, non ? sourire :)

    RépondreSupprimer
  28. Oh, tu as oublié de me répandre ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la! l'erreur fatale, ma petite chérie!comment j'ai pu laisser un si beau commentaire sans réponse!
      Je suis d'accord avec tous les mots que tu as choisis ils sont magnifiques.
      Mon grand air de phare tu es quand même la reine pour ce genre de torsion des mots, tu ne crois pas si bien dire, outre que je suis une perche comme tu le sais,et que j'adore lamer, surtout quand elle est démontée, je suis un phare à l'école, pour mes moussaillons et mes hommes d'équipage,je montre la voie, et j'ai souvent joué ce rôle dans ma vie aussi, avec mes amis dans la panade.Et les dépassements tout personnels et tout discrets. ça , ça me parle!
      Merci et pardon.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.