jeudi 24 janvier 2013

En bas

L'ange gardien de Célestine est comme qui dirait en "RTT" cette semaine. Il faut bien qu'il récupère de temps en temps. Du coup la môme Célestoche nous fait un p'tit coup de grisou, dites voir...

-Oh la! sérieux?  Dis donc l'Ange, ne te prélasse pas trop sous les cocotiers, elle a besoin de toi...
-Eh, je vous entends, vous savez. Je ne me repose que d'une aile, faut pas croire. C'est une vocation, ange gardien, pas un petit boulot!
-Et c'est une bonne situation ça, ange?
-Oh vous savez, je ne crois pas qu'il y ait de bonnes ou de mauvaises situations...
-Tut tut, ne plagions point ce cher Otis, l'Ange. Reviens plutôt rapidement faire ton boulot!
-Bon, bon, j'entends bien, mais qu'a-t-elle exactement? Elle me semblait avoir la patate ces derniers temps.
-Elle a une sorte de spleen fourchu et griffu.  La fatigue hivernale, l'impression de ne plus avancer, de se noyer dans un verre d'eau. Une grosse semaine au travail, sans coupure du mercredi (il paraît qu'il va falloir s'y faire, et elle ne se fait pas à l'idée)  un vrai moment de flottement professionnel. On lui propose un changement de cap. Elle hésite, elle balance. Elle atermoie...
-A vos souhaits!
-Ne plaisante pas, l'Ange! 
-Ça va! J'essaie seulement de dérider l'atmosphère...après tout, rien n'est grave, et comme dit un ami à moi, la vie, tout le monde finit par s'en sortir...

-Tu es drôle, cher Ange...mais dites-moi, je vous entends discuter sur mon dos, je ne suis pas sourde. Je suis quand même la première concernée non? 
-Alors, dis nous, ça ne va pas, Célestine ? 
-Pfff, je me sens comme une vieille éponge mitée. Je vais me reprendre, hein, mais là, j'avoue, je craque un peu. Je suis dans une espèce de flottement et moi, quand je ne sais pas sur quel pied danser, je me casse la figure. Et puis, je me mets à réagir au moindre mot de travers. Un mot peut me miner une journée entière.Et des sentiments diffus d'impuissance, d'injustice, d'absurdité... En réalité, c'est moi qui prends tout de travers...Et dans ces moments-là, les objets semblent se liguer contre moi. Aujourd'hui, c'était presque comique: les clés n'entraient plus dans les serrures, mon téléphone s'était caché exprès pour m'embêter, la voiture a failli ne pas démarrer, je suis arrivée en retard à un rendez-vous, j'ai oublié mes mitaines, l'antivol de mon vélo. Non mais, un vrai carnaval des objets en folie...
-Il est temps que tu t’assoies pour regarder un peu passer le train de ta vie, avant de te fouler une cheville! comme dit un autre ami à moi...
-Oui, je pense que c'est une bonne idée. Au diable le burn-out.  Je vais me payer un petit weekend complètement déconnecté des contingences matérielles...j'ai besoin de rêve, et d'un grand bol d'air frais.

-Eh bien , foi d'ange gardien, je crois que je vais prolonger un peu mes vacances, il me semble que ma Célestoche sait mettre en pratique mes leçons de vie...
-Euh, ne t'éloigne pas trop quand même, hein, l'ange. Elle fanfaronne, mais sous ses dehors joyeux et rebondissants, elle cache des blessures et une fragilité d'hypersensible écorchée vive.



65 commentaires:

  1. Le sens de la dramatique irlandaise mis en scène par Fellini, ça arrache!
    Dis voir l'Ange, Tu avertis Célestoche de ne pas abuser du grisou pour rallumer la flamme, ça pète méchant dans les mines de charbon. Et pour le côté grisaille, ça s'accorde mal avec le bleu de ses yeux.... Esthète comme je la connais, elle voudra corriger ça au plus vite.
    Tiens l'Ange avant de te poser complètement, envoie lui encore ce message de la môme Piaf.
    http://www.youtube.com/watch?v=oRqKaaGRBPI
    Et fais pas le singe, surtout en cette saison, tu la tiens tout de même à l'oeil.
    Tu lui colles une bise de ma part, je compte sur toi...
    Blutchiamo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fellini, comme tu y vas...c'est plutôt Pasolini aujourd'hui... mais quel bonheur d'écouter la chanson de Piaf, je ne m'en lasse pas, même si , je l'avoue, je l'ai beaucoup entendue dans ma vie. Si ma grand mère m'avait légué les siens, j'aurais entendu celle-là:
      https://www.youtube.com/watch?v=39k4pNjusq8
      Merci de rappeler avec humour à mon ange les règles élémentaires de sa fonction.
      Baci

      Supprimer
    2. Ahhhh Célestoche! Merci pour Django.
      Celui-là, je peux le prendre pour moi;-)

      Les Anges, il faut savoir leur rappeler leurs obligations. Si le mien avait, certains jours, pris ses RTT, je ne serais pas là pour commenter les carences du tien....
      Mon ange est de compétition, champion du monde de lancer au loin des méchants coups du sort et grand niveleur d'écueil devant l'Eternel. Un modèle du genre...
      Molto baci

      Supprimer
    3. J'aime beaucoup la façon dont tu en parles.
      Il me révèle de toi un côté que je ne soupçonnais pas.
      Baci

      Supprimer
    4. Hou là là, tu n'as encore rien vu;-)
      Ca fait 35 ans que je fais le grand écart entre le rationnel et le reste. C'est même mon hyper-rationalité qui m'a ouvert sur la réalité de "l'irrationnel" (j'ai bien été aidé aussi dans cette découverte.)
      Tu es un peu à plat, la couleur rouge est celle de l'énergie, Associée au jaune si tu as l'impression de manquer d'espace...
      Un arc en ciel de bises
      Blutchiamo

      Supprimer
    5. Merci pour cette chromothérapie express.
      Je suis déjà toute rouge de confusion (à mins que ce ne soit la fièvre...)
      Ciao

      Supprimer
  2. Pour le changement de cap, si on te propose une allure au "bon plein", accepte tout de suite, c'est la plus confortable d:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que je souhaite, c'est retrouver le plus vite possible le vent en poupe.
      J'y travaille.

      Supprimer
    2. J'ai senti ton souffle frais et cela m'a fait un bien fou. Merci d'être là.

      Supprimer
  3. J'agrée : un grand bol d'air frais, ça rafraichit la machinerie de l'intérieur ! Autant se prendre en main sans attendre que la volaille gardienne fasse tout pour toi ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon protecteur emplumé a un moment de faiblesse. En parler me fait prendre conscience de mes faiblesses, et du coup, je sens qu'il va rappliquer.

      Supprimer
  4. Mais comment pouvez-vous croire, chère Célestine, qu'à un moment quelconque je vous laisse tomber ? Et ce vilain mot de RTT que vous m'appliquez. Non j'ai toujours été là mais on dirait que vous vous appliquez à ne pas me voir. Vous cherchez ailleurs, en vous même, ou sur les blogs de vos amis (Grr !..) des solutions à vos problèmes. Qu'importe ces mercredis perdus ! D'ailleurs n'avez vous pas voté pour ceux qui vous l'enlèvent ?(on n'est jamais mieux trahi que par les siens ;-)
    Ce qu'il vous faut, cher Célestine, c'est continuer de regarder en l'air, chercher des yeux un mouvement, deviner des déplacements d'air, se dire qu’aujourd’hui sera lumineux ou ne sera pas. Et simplement appliquer à vous même ce que vous appliquer aux autres.
    Et puis vite un sourire ! sinon ces petites têtes blondes ou brunes qui vous verront aujourd'hui se demanderont trop pourquoi elles ont pu peiner leur maitresse.
    Je vois d'ailleurs se lever un petit écolier, qui, sans savoir comment, sans savoir pourquoi sortira peut-être ce matin de sa rêverie, juste pour vous faire un signe juste pour attraper un papillon au vol et le poser sur votre bureau.
    Alors, bonne journée !

    Ps : et puis jetez bien loin ce mot de "burn-out", il est trop vilain. Parlez plutôt de langueur, d'abandon ou de mélancolie, voire de désespoir. Ça ne sera pas moins douloureux mais tellement plus propice à la consolation.

    Angelo, votre ange gardien.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Se dire qu’aujourd’hui sera lumineux ou ne sera pas."
      Voilà une phrase magnifique qui mériterait elle aussi de briller à mon fronton...
      Je l'achèterais volontiers. Mais de nos jours, la cote des citations a encore grimpé.
      Celle-là efface d'un trait de plume toutes les grisailles, les miasmes, les malentendus, les incompréhensions...et les bêtises que l'on dit sans penser vraiment aux conséquences.
      Merci Angelot, je vois que tu veilles quand même.Ça me console de ma tristesse

      Supprimer
  5. Comme le dit Ce diablotin de Beigdeber ; " l'amour est impossible, le bonheur n'existe pas, rien n'est grave...". C'est dur mais assez réaliste et finalement optimiste puisque si l'amour absolu est impossible, les amours sont, elles, possibles. De même, comme tu le dis souvent ici, les petits bonheurs sont quotidiens.
    Je veux pas lasser en parlant toujours de Mylène Farmer mais le mot ange revient toujours dans ses textes. Il y a une chanson qui s'intitule "Ange parle moi " qui me fait terriblement penser à ton article du jour.
    Quant au week-end, si tu veux je te trouve une cabane perdue au fin fond de l'Ariège, sans électricité, ni eau ni voisins...mais il a neigé.
    Au fait c'était Into the wild le film et le livre dont je ne me souvenais plus dans mon commentaire sur ton article " Vous êtes merveilleux". Tu disais, une vieille éponge mitée...Cel t'es pas toute seule...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écouté la chanson de Mylène.C'est exactement cela. Elle m'a transpercée de tels frissons que j'ai cru que j'avais la fièvre.
      D'ailleurs ce soir,je l'ai un peu.
      Merci pour cette découverte, cher Mind!

      Supprimer
  6. Ha j'oubliais : sur You tube, il y a plein de vidéos de météo de Charlotte Le Bon...hyper drôles pour avoir la banane...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un soleil cette fille. Je l'ai toujours adorée!

      Supprimer
  7. Regarde-bien, Petite Célestine: y' a des bourgeons qui apparaissent sur le lilas, les camélias sont en bouton et y' a des trucs qui sortent pour dire que, oui, les pivoines seront là encore.
    Changer de cap - ou pas - ça remue .
    Une vieille éponge mitée ? Je connais des vieilles éponges qui aimeraient bien être mitées de la sorte.
    Un gros bécot sur tes deux joues (mais tu te baisses un peu, hein ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voui, ma Pierrot.Je plie en deux ma grande carcasse même, rien que pour ton gros bécot.
      Oui, tu l'as dit, ça remue! Rhôôô merci pour tes mots pleins de câlins.

      Supprimer

  8. Oui ! Alors avant de s'en sortir, profitons-en ! ;-)

    Signé : un ami à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère retrouver ma joie de vivre habituelle. Je raconterai mes "malheurs" dans un petit billet...
      Merci l'ami d'être passé. Ça m'a fait plaisir.

      Supprimer
  9. Hé l'ange, ne bat pas trop des ailes, fait pas chaud Dedieu ! Pour les bleus à l'âme
    un autre Otis : Otis Redding

    http://www.deezer.com/track/722656

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour Otis Redding.
      Il y en a beaucoup parmi vous qui savent que la musique est un des mes refuges. J'en extrait parfois mes larmes, mais souvent ma force.

      Supprimer
  10. Pour les objets en folie , ce sont des vilains trolls qui les déplacent , ils plaquent des trucs et ricanent dans les coins en nous regardant les chercher, et hop , en douce , les remettent à leur place
    Il faut les photographier , ils détestent ça , ça les calme crois moi , allez , sort ton zifon et dégaine les gnomes !
    Pour la mélancolie , le spleen de Janvier , les susceptibilités , je vois bien ce que c'est , et crois moi , faut pas laisser s'installer ces choses là
    que te conseiller alors ?
    y croire , croire fermement au ciel bleu ,et peut être accepter que tout n'est jamais linéaire
    Je ne peux guère t'envoyer de rayon de soleil parce qu'il est fâché depuis un bon moment , mais je t'envoie une douce pensée de l'Ouest
    et une grosse bise , bien sur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'en ai dégommé un bon paquet des trolls, ces temps-ci.
      mais il y en a encore un qui s'incruste dans mon cerveau.
      Merci pour tes paroles réconfortantes. Je vais croire au retour du bleu. C'est pour bientôt.

      Supprimer
  11. Depuis 2004 j'en ai aussi un, et s'il ne fait pas bien son travail, je lui botte le cul !!

    Alors,il se rebiffe et et m'oblige à crier grâce sinon je me retrouve "relooker" comme le fut Amstrong pour ses tours de France.

    Un ange doit être traiter avec douceur...et à ce moment, il est câlin comme un nounours.....

    Bonne journée Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais comme je sais le traiter avec douceur, cet ange qui me donne tant de bonheur! Promis, je ne me mets pas en colère contre lui.
      Belle journée avec plein de bisettes.

      Supprimer
  12. Suis d'accord avec Angelo, ange gardien, pas de "burn out" please, juste un coup de mélancolie, de vague à l'âme, de spleen. Dit comme cela, cela prend tout de suite une forme littéraire et romantique. Le spleen donne envie de s'y lover, de s'y abandonner, de s'y laisser glisser comme dans un édredon mou et douillet...lâcher prise, ne plus lutter, comme c'est bon. L'énergie, le bien-être reviendra bien assez tôt, cela aidera d'ailleurs à les reconnaître, à les apprécier. Allez, ma chère Célestine, aujourd'hui, j'ai la patate à la différence de ce début de semaine où j'étais en faiblesse....je te souhaite plein de creux et de déliés...une vie vivante, quoi. Et bonjour à l'ange qui fait du si bon boulot en respectant ton rythme de vie. D'ailleurs, son frère jumeau est chez moi. Sourire, Célestoche. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malou, chère Malou, je commence à me sentir bien dans tes mots. Continue à m'apprivoiser comme un petit renard de Petit Prince.
      J'aime "la vie vivante".

      Supprimer
  13. Ah! parce que maintenant les anges gardiens ont droit à des RTT:-)! Mais je rêve !!!
    Ange gardien c'est un boulot 24h/24 et 365 jours par an! Je te conseille d'en changer très rapidement:-)!
    En attendant un petit week-end balneo tu verras c'est super et y'a rien de tel pour se rebooster!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera, en attendant la thalasso, un petit week-end repos dodo...
      Mersi pour ta bonne humeur, elle me requinque.

      Supprimer
  14. L'image que tu as choisie pour illustrer la fin de ton billet et...très parlante.

    Pour ma part elle me dit qu'il faut un juste équilibre dans la vie pour ne pas tomber.

    Parfois à trop vouloir faire abstraction de certains aspects pourtant inhérents à cette dernière... on fini par faire craqueler de fatigue l'aspect que l'on a "trop" voulu privilégier.

    Je te souhaite de retrouver équilibre et harmonie. Apaisement en tout cas et un bon rechargement de batteries, les anges c'est bien mais les des gens comme toi sur terre c'est bien aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement raison, Julie. Je connais bien mes défauts, et je sais que je dois lutter contre un penchant récurrent que j'ai à donner toujours une image lisse et parfaite, alors que je suis pleine d'aspérités, de creux et de bosses comme tout être humain.Mais j'ai toujours cette sensation de n'avoir pas le droit de faillir, de montrer mes faiblesses.
      J'ai été programmée, formatée par mon éducation, tant d'années qu'il n'est pas facile d'envoyer valser: j'y travaille. Il me faut encore lâcher prise. Mais j'ai bon espoir.
      Je te remercie pour ta très belle phrase de fin. C'est un très bel encouragement.

      Supprimer
    2. j'aime bien ta réponse à Julie, chère Célestine...
      oui derrière cette image lisse et parfaite, je préfère de loin voir la Célestine simple et vulnérable que j'ai rencontrée
      J'ai parfois pressenti derrière tes mots aux uns et aux autres, cette nécessité que tu te donnes à ne pas faillir...
      C'est fatigant de nourrir sans cesse cette image forcée de toi-même, tu ne crois pas? Et en effet, tu craques un peu, beaucoup...
      Je te souhaite de recontacter tes vraies forces, qui ne sont pas forcément lisses et parfaites..
      Et je t'embrasse avec toute mon amitié

      Supprimer
    3. Merci Coumarine.
      Dis moi qu'en lisant mes billets tu ressens quand même un peu de ma simplicité et de ma vulnérabilité...sinon je me pends! (L'humour étant la politesse du désespoir, n'est-il pas?)
      Je t'embrasse.
      Fort

      Supprimer
  15. Et oui, même les héros sont fatigués en cette période. je vous souhaite, ton ange et toi, de vous retrouver bien vite pour caracoler gaiement vers de nouvelles aventures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien là le problème:je ne suis pas un héros, mes faux pas me collent à la peau...

      Supprimer
  16. Je ne trouve pas que la symbolique de cette photo te convienne véritablement.. Tu as le droit d'être fatiguée, fragilisée et "maladroite" :) Dans ton "puits" d'énergie, ne te flagelle pas trop hein ? Un câlin au chat rétablira sans doute l'équilibre de beaucoup de choses !:) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mes chats me sont d'un grand secours dans ces cas-là, ils me rappellent le chemin de la sagesse.
      Mais pour la photo,crois-moi, j'ai vraiment eu l'impression cette semaine de me craqueler comme une coquille d'oeuf.
      Je vais essayer de suivre tous les chemins que m'offrent les paroles semées ici pour retrouver mon calme...
      Bisous

      Supprimer
  17. coup de blues ma Cel? toi qui d'ordinaire me pousse a etre positive, a ne pas me miner de trop pour les autres...'suis inquiete moi!
    viens donc boire un café, on refera un monde d'amities, d'ecoute de l'autre et de passience!
    j'suis là! je sais ces dernieres journees ont ete dures...alors .....viens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Demain, je viendrai boire un bon café, ma Châtaigne. Et cette fois, c'est toi qui me prendras dans tes bras.
      Merci ma douce amie.

      Supprimer
    2. trop bien ce gouter! je te tends mes bras, t'offres tout mon soutien et mon reconfort ...mais pas mes microbes!!! ne cogittes pas trop apres cela releve de la torture intellectuelle et par experience ce n'est pas bon...suis ta 1 impression!!!
      on t'aime fort " " comme ça au moins! meme plus mais la case ne serait pas assez grande....

      Supprimer
    3. Merci ma Châtaigne, c'était très bon.
      C'est délicieux d'avoir des amis dans les moments difficiles.

      Supprimer
  18. Un p'tit tour au bord de la mer... se laisser emporter par... le bruit (c'est tout, hein, en cette saison ;-)) des vagues... qui embarque aussi les pensées grises !
    Et... c'est reparti !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle merveilleuse idée! J'ai très envie de me retrouver au bord de la mer, ma grande consolatrice naturelle. Il me faudra attendre encore un peu, mais dès les premiers balbutiements, hop, direction Le Lavandou..

      Supprimer
  19. remarque qu'avec les températures qu'il fait en ce moment vaut mieux se promener en bas que jambes nues !!! rrh c'est nul , je prends un joker je repasserai plus tard , enfin plus tôt car plus tard à 23 h 50 la journée est bientôt finie, oh là là je vais me coucher ça vaudra mieux ;avant je vais border le petit âne pétrifié, douces bises Célestoche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es génial, PSV! tu me fais trop rire, et ça fait du bien.
      Ça permet de relativiser.

      Supprimer
  20. Ce que je vais te dire va peut-être te sembler égoïste mais je suis content de voir que je ne suis pas le seul à qui ça arrive. Je suis en plein dedans actuellement. Des éléments extérieurs qu'on ne maîtrise pas, une perte de confiance, un gros découragement. Tout s'enchaîne et les déconvenues se succèdent. Reste à faire le gros dos, attendre que ça reparte et avoir de la chance. Je te souhaite bon courage et je ne doute pas que tu sauras prendre les bonnes décisions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié de te dire que j'ai beaucoup aimé la musique (Iroise de Didier Squiban)
      Grand merci à toi.

      Supprimer
    2. Bienvenue au club. Allez, un petit défi du samedi, ça te tente plus,histoire de décompresser en écrivant une petite histoire légère.
      Sinon, c'est vrai que tu décris tellement exactement ce que je ressens, que c'en est troublant.

      Supprimer
  21. Alors là, Célestine, ne fais rien surtout, ça va passer tout seul. Mets-toi en boule sur ton canapé, baisse la lumière et observe ton chat !
    Quand tout semble aller mal, il ne faut surtout pas nager à contre-courant. Crois-en ma grande expérience !

    Une fois, j'ai failli t'écrire, dans un com, tu es optimiste et moi je suis fataliste.
    J'ai appris à accepter les coups durs, les baisses de moral donc de régime, les
    revers de la vie et je me force à me dire qu'il y a des gens tellement plus malheureux.

    Un changement de cap professionnel, pourquoi pas ? Se remettre en question pour mieux avancer, pour retrouver la pêche, c'est bien. La routine, dans tout, fiche le bourdon !

    As-tu vu que les jours grandissent, le soir on a gagné une heure de clarté. La Nature se réveille, comme dit PB, et une fois que février sera passé, on y verra plus clair (au sens propre comme au figuré !). J'aime ces fins d'hiver pleines de promesses.

    Je pense bien à toi et te fais de gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis optimiste. Et toi tu es sans doute fataliste. Mais en te lisant, je me dis qu'il n'y a pas tellement de différence entre les deux. Moi aussi je me dis que ça va passer, que le soleil reviendra et qu'il y a toujours plus malheureux que moi.Moi aussi je me raccroche à des petits riens, une heure de clarté en plus, les bourgeons, les promesses du printemps. Moi aussi je regarde mon chat et je me coince sur mon canapé...
      Alors finalement, je suis peut-être fataliste...
      merci de ton long témoignage, Soène. Il m'aide beaucoup.

      Supprimer
  22. Et puis il y a le gris du ciel qui parfois se déchire et laisse voir un bout de bleu tout pâle, tout timide, mais qui ne demande qu'à grandir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et quand on peut tailler dans le bleu de ce ciel la culotte d'un gendarme, c'est gagné," comme disait ma chère grand-mère.Merci Charlotte pour ton message d'espoir.

      Supprimer
  23. Je suis passée hier poser des mots et ils ne semblent pas être arrivés jusqu'à toi... sans doute une mauvaise manip'.
    Trop vidée ce soir, je reviendrai écrire demain. D'ici là, je te souhaite une belle et douce nuit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au club des vidées du vendredi soir...
      Bises, ne t'excuse surtout pas: être venue, c'est déjà très gentil.

      Supprimer
  24. Juste quelques pensées posées avant l'arrivée de ma petite merveille. Ce WE je suis Mamizou... je souhaite le tien gai et apaisé. La semaine de RTT doit être terminée pour ton ange, non? Où puis-je commandé ton livre? Ma commande chez Chapitre a été annulée faute de stock....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci .peux tu m'envoyer un mail à l'adresse indiquée en haut à droite, et je te dirai tout.
      Je vais essayer de passer un bon week-end ressourçant...

      Supprimer
  25. C'est parfois bien fatigant et effrayant de rester simplement vraiment en vie pendant toute une journée. L'hiver spécialement. Une tanière, vite. Un trou profond, que le monde se dispute sans nous, que les choses s'arrangent toute seules, et qu'au réveil nous ayons un bon étirement, un corps presque neuf et des idées nettoyées.

    Courage Célestoche, this too, shall pass....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you madame, je me réveille d'une nuit agitée mais je crois que le repos va me faire le plus grand bien...

      Supprimer
  26. Chère Célestine, je pense à toi , je suis un peu dans le même état: après même pas un mois de reprise boulot, une crève pas possible attrapée auprès des chers bambins, et hop! la voix de nouveau out ....;
    je ne sais pas comment je vais affronter la semaine qui vient..
    Je songe de plus en plus à un basculement d'activités
    je supporte de moins en moins d'avoir à faire musique avec certaines classes où 5 ou 6 gamins odieux et caractériels font la loi sans que l’enseignante y puisse mais ! carrément dépassée , c'est consternant : les pauvres , oui , ils ont de gros problèmes , il ne faut pas les contrarier ...
    courage, ma chère!!
    passe un bon week-end de repos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compatis...perdre ta voix n'est pas anodin: certains abus et comportements nous laissent positivement sans voix. Moi aussi, je suis en pleine mutation professionnelle. Mais ce ne sont pas des décisions faciles à prendre, d'où mon état.
      Prenons soin de nous.
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  27. C'est mauvais les vacances, ça nuit au travail!

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je n'étais pas aussi fragilisée par mon burn-out, je crois que j'arriverais à rire de votre phrase qui est vraiment très drôle! ;-)
      En tous cas, elle remet en perspective mes petits tracas bien dérisoires.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.