jeudi 23 août 2012

Comme le bon pain


Il avait les cheveux blonds comme un champ d’épis ondulant à la brise.
Sa peau était dorée, et croustillante, surtout à certains endroits très précis de son anatomie.
J’adorais enfouir mon nez au creux de sa peau, et m’enivrer de son parfum appétissant de pain au lait.
Ses baisers avaient le goût de ces pralines rouges que l’on trouve au coeur des Saint -GeniX.
Quand il était allongé, tout nu, là devant moi, je me sentais fondre comme un croissant au beurre sous la langue.
Sa petite brioche toute ronde était douce et chaude, et ses petites  fesses ressemblaient à deux belles miches pétries avec amour.
Il était dans ma vie depuis trois mois, et pourtant il était déjà toute ma vie.
Je n’oublierai jamais son odeur de pain craquant sorti du four.

C’était mon premier bébé.




Pour le défi du samedi il fallait s'inspirer d'une photo de pain doré.


26 commentaires:

  1. C'est beau l'amour :-))
    Bisous, Laure

    RépondreSupprimer
  2. Que c'est beau !
    Des bises en retour !

    RépondreSupprimer
  3. tendresse et poésie...
    c'est tout Célestine ça...

    RépondreSupprimer
  4. COUMARINE merci ma douce colombe. C'était un petit intermède en attendant les Plumes en w, x et y...

    CHAB INSTIT je te saisis au vol (j'en profite) mais comment fait-on pour te mettre des commentaires? J'adore ton blog et j'enrage de ne pouvoir commenter...

    LAURE Oui c'est beau. Ton amour n'est pas blond comme les blés mais c'est l'étoile la plus brillante du ciel car elle éclaire ton coeur.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis le pain doré, je porte en moi le monde. Je suis le pain béni. Je suis le fruit de ta douleur, de tes nuits sans sommeil. Je suis le fruit de ton plaisir. Je suis le pain donné. Je serai demain le pain qui demande qui a besoin d'être protégé et qui craint de rassir. Je suis le pain multiplié, distribué, renouvelé. L'odeur que tu trouves si douce c'est celle du sein qui ma porté, c'est celle du sein qui me nourrit.
    Je suis le pain de vie.
    Je suis le fils, le frère, l'ami d'un autre Pain de Vie.....mais c'est une autre histoire.

    RépondreSupprimer
  6. C'est très beau ce que vous écrivez, anonyme commentateur. On dirait un psaume. merci.

    RépondreSupprimer
  7. Et c'est toujours pareil avec les suivants.....

    Belle journée. Bises

    RépondreSupprimer
  8. heureusement, il ne deviendra pas général ni candidat dictateur comme un certain Boulanger...

    RépondreSupprimer
  9. Ouh là! J'ai eu peur quelques instants!... Mais je sais que tu ne manges pas de ce pain là.
    Et oui, 25 ans plus tard quand ils gagnent leur pain et vivent entourés de co-pains, il nous reste de tendres souvenirs de leur enfance. Car bien sûr, on oublie tellement vite combien il a fallu être à la fois au four et au moulin, pour ne garder que les meilleurs instants. Allez biz...

    RépondreSupprimer
  10. Pichounette je ne comprends pas ta première phrase: me connaîtrais tu si mal? Sinon pour le reste tu as raison...

    RépondreSupprimer
  11. JEA excellent! Toujours très documentés tes commentaires historiques.

    Patriarche bien sûr mais le premier c'est le choc total, la révélation de sensations jusque la ignorées...

    RépondreSupprimer
  12. Maman je t'aiiiime
    signé ton petit œdipe qui t'aimeuh !

    RépondreSupprimer
  13. L'odeur de son bébé. Quel bon souvenir.
    Très joli texte, Célestine.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai toujours dit à mon fils qu'il avait l'odeur d'un pain en chocolat et je ne plaisante pas !:)
    C'est son anniversaire ? ;)
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. Juste un tout petit mot: c'est croquant et craquant comme la vie qui émerge!

    RépondreSupprimer
  16. Ouhlala, malheur, tu vas vexer les habitants de St GeniX si tu estropies le nom de leur ville ;)

    Mais à part ça ton texte est tout mignon, tout doux. Parfaitement adapté à ce qu'il décrit :)

    RépondreSupprimer
  17. PIERRE j'ai corrigé! je croyais vraiment que les deux orthographes étaient admises...

    SURUNFILDENCRE merci, un petit mot mais très touchant.

    JANE non, c'était pour le défi du samedi, et j'ai pensé à ça comme ça, je ne sais pas pourquoi...Mais chez moi, c'est un thème récurrent. Et puis c'est vrai que mon premier bébé avait une odeur de pain.

    BERTHOISE dommage que l'n ne puisse pas les mettre en bouteille, les odeurs, ou numériser sur des clé USB comme les sons...

    RépondreSupprimer
  18. ANDIAMO eh oui, il a la peau dure.Comme dit Le Chat de Geluck, pour Oedipe, la saint valentin tombe le jour de la fête des mères...

    RépondreSupprimer
  19. très bel hommage... et le tableau de Picasso (mais oui) est magnifique. Je l'ai sous les yeux dans mon bureau. très bon choix.

    RépondreSupprimer
  20. Merci LILOU j'adore ce tableau en effet! Je m'en sers souvent pour démontrer à mes élèves que Picasso avait d'abord été un classique de genie avant d'être cubiste...

    RépondreSupprimer
  21. cinqpetitstriple.canalblog.comsamedi, 25 août, 2012

    Oui... c'est assez drôle, même très!!! Surtout que ce billet m'est venu par hasard et qu'en lisant ton billet ce matin je suis encore plus surprise par la peinture jointe qui représente celle dont j'ai une esquisse que j'adore à la maison... et qui m'évoque tant la maternité!!!
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  22. MISS ZEN ah la tendresse...

    JULIA cela s'appelle la synchronicité ...

    RépondreSupprimer
  23. Et puis ces petits pieds qu'on grignoterait bien à longueur de journée....

    RépondreSupprimer
  24. Ah! les petits pieds, le petit nez, les petites joues, les petites mains, mais qu'est ce qui n'est pas craquant chez un bébé? On est mûres pour être mamies, tu crois?

    RépondreSupprimer
  25. C'est beau et... bon, j'aurais pû dire cela de mon premier né.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.