vendredi 2 novembre 2018

Dentelles de fer


Photo My little Paris Instagram


Ma bien chère Tour Eiffel



         En feuilletant d'un doigt distrait le grand catalogue de la toile, je suis tombée sans me faire mal sur cette formidable photo de toi,  la Vieille Dame de métal légendaire, et de tes dentelles. Quelle somptueuse merveille tout de même, que tes enchevêtrements de poutres, de traverses et de rivets si harmonieusement disposés... Quel triomphe de la technique et du génie constructif de l'homme, n'est-ce pas ! Par quel miracle ces milliers de tonnes de ferraille ont-ils pu donner cette grâce, cette diffuse légèreté aérienne (et très aérée aussi, atchoum !)
Oui, je sais je ne suis pas très originale, combien d'autres avant moi ont chanté ta silhouette svelte et élancée vers le ciel de Paris, tes pattes solidement écartées comme si tu voulais boire l'eau de la Seine en penchant soudain ton long cou de girafe prodigieuse ?
          Pour autant, je n'irai pas te voir lors de ma prochaine escapade. Tu auras beau te parer de tes plus beaux colliers scintillants qui coûtent un bras aux contribuables, te lustrer la dentelle et me faire de l'oeil du haut de ton phare laser à puissance atomique, je resterai de marbre à tes tentatives de séduction. Ou plutôt de fer. 
Tu es trop demandée, que veux-tu... Trop filed'attentée, galvaudée, parcourue, ascensionnée, arpentée, escaladée, courue en tous sens, nipponement photographiée, flashée, selfiée, facebookée, instagrammée, et déclinée sur toutes les gammes, en une dérive affolante de produits dérivés, T-shirtée in India, peinte in China et sculptée in Taïwan, assaisonnée à toutes les sauces insipides ou amères. Tu n'en as pas marre de ces millions de fourmis besogneuses qui te courent sur le haricot toute la sainte journée ?
         Moi j'ai envie d'un Paris secret, insolite et mystérieux, de découvrir le coeur soyeux d'un quartier méconnu, des venelles étroites, des bistrots modestes, des squares et des bancs où rêver à Prévert, à Brassens, à Fallet, à Truffaut, à Simenon et à Doisneau. Et de petits jardins qui sentent bon le métropolitain. Et des théâtres de poche où l'on sent la sueur et le souffle des acteurs sur son visage ...
         On ira, tu verras, découvrir des endroits dont tu n'as pas idée, coincée dans ton seizième. Paris sera une fête. Ce sera bien. Moi, l'amoureuse du beau, la tisseuse de rêves, j'ai envie de me laisser étourdir par l'âme de la ville. 
Et vous lecteurs adorés, ne me dites pas que c'est moche, sale, bruyant, pollué et insécurisé. Puisque je vous dis que j'ai envie de rêver...Tiens racontez-moi plutôt un endroit inédit que vous avez aimé. 



132 commentaires:

  1. Si tu es sage, je t'emmènerai au bout de la rue Ronsard.
    Là où la rejoignent les rues Andre del Sarte et Charles Nodier.
    Là où un café et une boulangerie se regardaient de toute leur vitrine
    Et tante d'autres choses cachées aujourd'hui.
    Tu verras, je suis sûr que ce sera chouette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note cher Goût. Je note surtout de t'écrire pour te préciser les dates de mon séjour...Des fois qu'on pourrait se boire un coup quelque part...
      Merci pour ces précieux conseils, c'est tout à fait ce que je voulais ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  2. j'admire la photo et je prends note des bonnes adresses du Goût ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as raison, c'est un spécialiste !
      Pour la photo, j'aime beaucoup le site de My Little Paris, ils ont des photos splendides de la ville lumière.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  3. Je dois dire que je te rejoins tout à fait. Je n'ai même pas envie de la traditionnelle photo "landscape" prouvant que j'étais à vue de nez. La pauvre dame de dentelle a été vue et revue et le plaisir en est usé pour moi (j'ai "mangé au restaurant de la Tour Eiffel" quand j'avais 12 ans... et je me souviens de l'atroce vertige en redescendant...). Comme toi j'aime les coins que certes, je ne suis pas la seule à avoir "découvert", mais qui sont plus discrètement parisiens. Le musée de la vie romantique, par exemple... c'est délicieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seule chose que j'aime, à la Tour Eiffel, c'est la vue que l'on a tout en faut...
      Mais franchement, ce qu'il faut endurer pour l'obtenir...
      Le musée de la vie romantique, voilà qui est tout à fait indiqué, merci du tuyau, bella ragazza ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Le musée de la Vie Romantique est chouette mais en été.
      Boire un café (dégeulasse) dans un jardin (magnifique et intime) est délicieux.
      Mais quand il fait beau.

      Supprimer
    3. Tant pis, j'irai quand même, na. :-))
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Voilà une réponse que j'aime : celle d'une femme libre et indépendante qui ne s'en laisse pas imposer :)

      Supprimer
    5. Absolument ! et réciproquement !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  4. En plus c'est hors de prix. J'ai une copine qui y est actuellement avec sa petite fille, c'est 45 euros pour monter tout en haut. Quand tu es 2 ou 3 ça fait grimper le budget... Je connais très mal Paris et je ne sais pas si c'est un endroit inédit, mais j'avais beaucoup aimé le mur des "Je t'aime", écrit dans toutes les langues. Place des Abbesses sur la butte Montmartre. Mais ce que j'aime en général, c'est me balader et découvrir au hasard des rues...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Mur des « Je t'aime » voilà qui me plaît bien... Je note aussi.
      J'ai entendu parler de 25 euros pour monter au sommet, mais je trouve que c'est déjà prohibitif...
      je suis comme toi, j'aime flâner au hasard. Mais profiter des découvertes de quelques ami·e·s quand on n'a pas beaucoup de temps, ça peut être pas mal non plus...
      Bisettes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Il y a des horaires pour le parc du Mur des Je t'aime (il me semble me rappeler qu'il est fermé en décembre)en tout cas quand j'y suis allée c'était comme ça.

      Supprimer
    3. Je verrai bien s'il est fermé, vu que j'y vais en décembre, justement... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  5. Si j'avais ta plume j'aurais écrit ce billet... dur.
    Je ne promène vraiment dans Paris que seul et surtout sans guide et sans horaire, tiens du côté du canal Saint Martin dans le 10 ème et en direction de République un petit tour chez Philippe Libraire je ne me souviens plus du nom de la rue il s'agit d'une librairie plutôt spécialisée dans la BD (moi qui ne suis pas BD, j'ai aimé) c'est foutraque à souhait, rassurant libre et loin du convenu. Une grosse bise et perds-toi bien.
    Un mot pour la vieille Dame en fer, l'essentiel du spectacle n'est-il pas de la voir de loin et en perspective...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ta façon de te perdre dans les villes, et j'aime beaucoup.
      Là je vais essayer mon autre formule, à mi-chemin entre l'impro totale et le « trop programmé »...
      Je te dirai...si ça me réussit autant que pour Bordeaux, où tu m'avais superbement conseillé...
      J'ai noté la librairie bien évidemment. Si tu as d'autres idées, n'hésite pas à revenir...
      Une bise
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Mon Xème préféré, c'est celui au bord du IXème.
      Celui du passage du Désir (note ce nom magique), celui de la cour des Petites Écuries, de la rue de Maubeuge, de la rue d'Hauteville, etc.

      Supprimer
    3. Tu penses si j'ai noté ce nom magique ! J'irai à coup sûr me perdre par là-bas, avec fièvre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  6. Je peux pas t'aider, j'ai bazardé la saga des Malaussène...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel talent !
      Alors là, tu fais fort ! Depuis les grandes heures du défi du samedi tu n'avais pas été aussi fort en bottage en touche...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  7. J’avais dans ma besace une petite histoire de cailloux blancs ramassés sur des chemins de traverse. Je tardais à l’écrire ne voulant pas profiter d’un billet pour y chercher un quelconque avantage personnel....
    Et voilà qu’arrive tout à coup cette dame de fer, solidement ancrée dans le sol parisien. Définitivement fixée sur des appuis solides dans un endroit mouvant.
    Elle semble n’être là que pour sa beauté et pourtant elle est devenue la référence d’une ville, d’un pays même tout entier.
    Comment ne pas faire la comparaison avec cette belle dame, certains disent une fée, qui semble n’être là que par son charme et pour sa beauté ? Solidement elle aussi campée sur ses appuis dans une profonde connaissance du monde et des hommes.
    Mais la grande dame de chair, cette fois-ci, évitera la grande dame de fer. Elle ira se réfugier dans le Paris secret des princes, des poètes, des fous et des fées. Dans les petits échoppes cachées, dans les squares inconnus, dans les recoins oubliés, dans les endroits de vraie vie, qui ne figurent sur aucune carte.
    Bien sûr que nous sommes nombreux chère hôtesse de ce blog à vouloir vous y accompagner, jalousant même ceux qui auront le bonheur de vous y suivre.
    Les plus fous d’entre nous se voient au creux de ces endroits secrets vous prélèveront de ces baisers qui n’existent que dans ces endroits.
    Privés de cette chance, il reste l’imagination, et l’espoir que vous partagerez vos expériences dans un de vos billets.
    Les encore-plus-fous espéreront une photo, un message, de ces je-ne-sais-quoi qui rendent la vie plus douce et les bonheurs plus parfaits.
    Je rêve d’être de ces privilégiés.Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « N'être là que pour son charme et sa beauté ? » J'espère bien que non ! J'ai appris à apprécier en tout premier mes autres qualités plus pérennes, ou moins caduques si vous voulez : ma joie de vivre, mon goût de l'écriture, mon sens de l'humour, j'en passe pour ne pas avoir l'air prétentieuse... ;-)
      Pour le reste, votre imagination fait un tableau très charmant de mon escapade future, mais vous ne me donnez pas beaucoup de pistes de découvertes...
      Merci en tout cas pour votre lyrisme, cher Julien.
      Bises étoilées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  8. Tu sais que Paris est mon berceau, et plus particulièrement Ménilmuch' qui était "le quartier des voyous" où les différents se réglaient au surin quand mon père y naquit. Et à quelques (longues, quand même) années près, l'ambiance de mon enfance et de mon quartier fut celle des allumettes suédoises, celle d'un village qu'on n'aurait alors pas encore qualifié d'urbain (beurk !).
    Il y a fort longtemps que la province m'a adopté et je ne te dirai pas ce que redoute du Paris d'aujourd'hui. Car celui dont tu rêves existe, je l'ai rencontré il y a quelques très courtes années en agréable et lumineuse compagnie. Car pour rencontrer ce Paris-là il faut être accompagné(e), afin de pouvoir partager les découvertes, les étonnements, les surprises, les temps hors du temps. Il y a trop longtemps que j'en suis parti pour me souvenir de lieux ou d'adresses. Mais à toi qui aime la musique et la guitare, s'il t'advient de t'aventurer vers Pigalle avant la fermeture des commerces ordinaires, pousse vers la rue de Douai, " la rue des guitares". Il n'y a (quasiment) que ça: des grandes, des petites, des en bois, des en fer, des neuves, des d'occaz, des vintage, des luthiers et des cliniques amoureuses du beau son... et toute une faune de gratteux passionnés et indolents qui cherchent la belle de leurs rêves ou l'accessoire qui tue.
    Bonnes balades, belles ambiances !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je note la rue de Douai. La rue des guitares ça me plaît bien ça...
      Et je suis d'accord avec toi : pour ce genre d'escapade, une présence agréable et lumineuse est indispensable. Je vais faire pour le mieux pour être lumineuse et agréable alors ;-)
      Merci pour ton témoignage.
      Bisous joyeux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  9. C'est dans les rues après minuit, que je te montrerai mon petit Paris.
    Rue Champollion, des cinémas tout mignons...
    Mais dis voir ? Un petit jardin tout là haut, avec son banc, et au pied de ce banc, Paris la coquette s'étalait impudique, et belle comme le péché... ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est tout toi, Andiamounet !
      J'aime ton Paris, tu le sais...le Paris des bancs publics et des péchés...
      Mon petit doigt me dit qu'on va même peut-être se voir !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  10. Ah Paris, comme elle me manque !
    J'imagine que tu connais, mais dans le doute, promène-toi à la Butte aux cailles : http://www.emmacollages.com/article-promenade-a-la-butte-aux-cailles-120782411.html
    Belle, très belle escapade.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle merveille ta ballade à la Butte aux Cailles ! J'ai noté toutes les adresses..Il me faudra plusieurs semaines si je veux tout voir !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  11. Belle photo, mais comme toi je préfère les endroits plus intimistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé que tu m'en indiquasses un ou deux... ;-)
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  12. Eh ben, tu vois, Célestine, on peut aussi aller voir la "Dame de fer", sans faire la queue et en la redécouvrant ...sous un nouveau jour...il suffit de changer son "angle de vue".
    C'est ce que j'avais fait il y a cinq ans, pendant un bel automne ensoleillé...

    https://fffffoto.blogspot.com/2015/11/
    (voir photos 37 et 38)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment chouettes tes photos.
      La 37 semble truquée, tellement il y a de la verdure ...
      Mais je suis sûre que c'est un effet d'optique. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Comment ça, truquée ??? ;-)
      Fallait juste se placer au bon endroit, je te dis...

      Supprimer
    3. Fabuleuse ta photo non truquée, chère Licorne !!!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  13. La Tour Eiffel c'est le coup au cœur quand on ne s'y attend pas, dans la rame de métro, on en prend plein les yeux avant qu'elle ne disparaisse. Sinon c'est rue des Francs Bourgeois pour L'Entrée des Fournisseurs et un antiquaire spécialisé Art Déco qui a peut être disparu et aussi le Loir dans la Théière pas très loin et ces librairies où je ne sais pas lire et la devanture d'une ancienne boulangerie et .... Ce n'est pas original mais j'ai tant aimé y flâner avant d'aller "papouiller" les fils de soie à broder rue de Turenne.
    Bonne ballade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Loir dans la Théière...Qu'est-ce que j'aime ce nom de librairie !
      J'avais écrit un billet rien que sur les noms de librairies, tu te souviens ?
      Merci beaucoup chère Nicole pour ces précieuses indications. Je note avec plaisir.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Merci pour le lien ! Le Loir dans la Théière est un salon de thé où il es prudent de réserver pour le déjeuner ;-)

      Supprimer
    3. D’accord je n’y manquerai pas.
      Merci Nicole et belle journée
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. La Tour Eiffel, c'est lors d'une première visite de Paris (quoique je préfère déjà l'Arc de Triomphe). Tu nous demandes un endroit peu connu : évidemment, je ne peux que te dire la statue équestre de notre roi Albert Ier qui se trouve dans un coin de la place de la Concorde. La majorité des Parisiens et des touristes passent à côté sans savoir qu'il s'agit du roi des Belges. Et au pied, il y a les blasons des provinces belges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne manquerai pas d'aller saluer ce cher Albert qua d je passerai devant lui. Et je lui dirai que je connais un de ses plus fidèles et méritants sujets.
      Bisous bon week)end !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  15. Coucou. J'allais régulièrement à Paris. La dernière fois que j'y suis allée, c'était le 13 novembre 2015... depuis là, j'ai la boule au ventre rien que d'y repenser.
    J'ai pourtant des amis là-bas que j'aimerais revoir mais je ne suis pas encore prête je crois.
    Mais voici un endroit que j'aime beaucoup: le parc des Buttes-Chaumont. Un petit paradis au coeur de la grande capitale. Bises jurassiennes pour quelques jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais que c'était violent et que ça en a traumatisé plus d'un. Je te comprends ma Dédé. Mes enfants étaient tous les cinq sur une terrasse à République le soir du 13 novembre. Je n'ai pas respiré pendant la demi heure où j'ai attendu de leurs nouvelles.
      Alors je comprends. Mais il y a un dicton qui dit « la vie continue »...
      Bonne escapade dans le Jura, chère frangine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine, je me suis plongée dans tes mots avec bonheur. Je ne connais pas Paris mais je suis certaine que tu seras ravie de tels endroits comme tu les décris. Je te souhaite une belle escapade.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis certaine que si tu connaissais Paris, tu n'hésiterais pas à me donner tes bons plans. Parce que tu es une vraie gentille Denise.
      Merci et gros bisous♥

      Supprimer
  17. Ca m'étonnerait qu'on vende encore des tétines pour veaux dans le passage Choiseul mais à l'époque où je travaillais au 4 de la rue de Louvois, il y en avait.

    Si tu descends à Bourse, que tu prends la rue de Richelieu jusqu'au square Louvois où il y a une jolie fontaine, tu seras en plein pèlerinage avunculaire. Tu feras face à la Bibliothèque nationale de France - qu'est devenue sa salle de lecture aux lampes d'opaline où j'allais hebdomadairement ? -

    Le passage Choiseul s'attrape au bout de la rue de Louvois par le passage sainte-Anne. Tu peux en sortir au Sud rue des Petits Champs, saluer Nestor Burma et l'agence Fiat Lux de ma part, poursuivre la rue de Richelieu jusqu'à la fontaine Molière, aller te rappeler dame Colette aux jardins du palais royal et rattraper la rue de Rivoli.

    Quoi que tu fasses, où que tu ailles, bon séjour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Fontaine Molière ? Celle de la phrase mnémotechnique ?
      La Corneille, perchée sur la Racine de La Bruyère Boileau de la fontaine Molière... :-)
      Saluer Nestor Burma, ça je veux bien.
      Je suivrai toutes tes traces, cher oncle ! Ça va être géant !

      Supprimer
  18. Mes souvenirs parisiens sont assez contrastés.
    En tout cas ils sont excellents en ce qui concerne la tour Eiffel !
    Je n'oublierai pas cette nuit avec elle, assis et enlacés sur les marches du Trocadéro et contemplant la tour Eiffel.
    Je n'oublierai pas ma première et unique visite de la Tour avec un ami qui demeure très important dans mon existence. Et ce que nous avons échangé aussi cette nuit-là d'assez profond, en regardant Paris de là-haut.
    Je pense que c'était un temps où il n'y avait pas des milliers de touristes. Je n'ai aucun souvenir d'avoir fait la queue pour accéder. J'étais dans mes 20 ans… c'était au temps où Paris parissait, comme aurait pu chanter Brel s'il fut parisien !

    Sinon, dans ma deuxième vie parisienne, j'aurais pu t'inviter dans le bureau du ministre de la justice que je côtoyais… on aurait contemplé la place Vendôme et les berlines des milliardaires saoudiens ou autres, qui entraient et sortaient de chez Van Cliff pour faire leur marché, à longueur de journée.
    Il faut bien que le petit commerce du luxe rapporte des royalties !
    Mais je n'y ai plus mes petites entrées… (à la chancellerie… pas chez Van Cliff… là je peux encore aller y acheter quelques bricoles à 150 plaques)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'avais parlé, il y a longtemps, de certain petit restaurant goûtu dont tu devais me donner l'adresse...
      Mais bon, je suis très patiente...
      J'aime beaucoup ton histoire hyper romantique au Trocadéro.
      Et puis cette conversation avec ton ami, en haut de la Tour, digne d'un film de Denys Arcand.
      J'adore.
      Sinon, je sens une certaine nostalgie de ta période pipole... ;-)))

      Supprimer
    2. Tu as trop de mémoire !
      Je ne me souvenais plus de cela. Je pense que j'évoquais un troquet dans une rue perpendiculaire à la rue de Sèvres, mais je crois que ce bistro tenu par une vieille dame qui faisait de la cuisine « comme à la maison » a dû disparaître depuis…

      Ma période que tu qualifies de pipole, oui, j'en ai une certaine nostalgie, de celle que l'on se crée après coup… parce que dans le réel… si ce fut une période passionnante, elle fut également épuisante…

      Supprimer
    3. Oui j'ai une bonne mémoire de surefficiente mentale qui ébullitionne du cerveau, tu sais bien, mon Alain.
      Bon ben dommage, je serais bien allée y faire un tour dans ton troquet traditionnel...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Une journée pluvieuse de 2012, j'ai découvert Bercy village en très charmante compagnie..... :-)
    A part ça, comme Edmée, je te recommande le musée de la vie romantique, l'escalier du musée Gustave Moreau, le canal St Martin, le quartier St Paul et ses brics à brac et tant et tant d'autres petites merveilles.
    Dis-donc c'est une mine d'or ces commentaires, je vais revenir avec un petit carnet ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Myo ! 2012 ! Six ans déjà...je n'y crois pas. Je me souviens de cette journée comme si c'était hier...Le chocolat chez Pouchkine...
      Je retiens Bercy village j'avais adoré. Et tout le reste.
      Reviens oui, quand tu veux.
      Bisous doux sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸♥

      Supprimer
  20. A Paris, je n'ai pas de "petit coin" à te proposer.
    Juste le souvenir particulier, au Bassin de la Villette, d'une balade avec une Pas Commune et une péniche amarrée portant en russe son prénom.
    Un parc (à l'Esplanade des Invalides ?) qui lors de l'expo de 1889 sacra la Dame de Fer (pas Thatcher, l'autre) et exposa, dans sa section coloniale, des Sénégalais comme des animaux de zoo...
    https://www.worldfairs.info/expopavillondetails.php?expo_id=6&pavillon_id=1988
    La description d'époque du village vaut son pesant de choucroute...

    Ti Bacio Carrissima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La scène du village de « sauvages dangereux » exposés à l'exposition universelle a été très bien reproduite dans le film Chocolat, avec Omar Sye, qui raconte l'histoire vraie de ce clown noir qui dut subir toutes sortes d'outrages à cause de sa couleur de peau, au début du XX° siècle.
      Au bassin de la Villette, ce n'était pas moi ...Enfin, je ne crois pas.
      Bon rien alors ? Pourtant je me souviens d'une traversée de Paris en voiture jusqu'à Meudon...
      Baci caro
      •.¸¸.•*`*•.¸¸♥

      Supprimer
    2. Mais nous n'avions pas vu de péniche nommée Célestinovitchia :-)
      Il y a bien un petit troquet sans électricité, mais c'est dans la forêt de Meudon.
      Ti abbraccio

      Supprimer
    3. Je me souviens par contre très bien du troquet. La patronne m’avait prise pour isabelle Gélinas et nous ne l’avions pas détrompée :-)
      Baci carissimo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Bonjour à vous deux,
      ça me fait plaisir, "Blutchy", que tu évoques ce souvenir. Ça me paraît être dans une autre vie. Il est vrai que ce n'était pas non plus hier.
      Je n'oublierai jamais les sensations de ce jour-là (et mon sourire que tu as immortalisé, je ne t'en remercierai jamais assez).
      Plein de bonnes choses pour chacun de vous.

      Supprimer
    5. Il est comme ça, reynald. Il laisse des souvenirs impérissables partout où il passe... ;-)
      Bisous et merci, Ambre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    6. Le genre de souvenir que je peux laisser dépend de la qualité des personnes côtoyées...
      Et là vous êtes, mes chères Pas Communes, au top niveau :-)
      Bisous et baci per tutti due.

      Supprimer
  21. Réponses
    1. Ce n'est pas encore...ce sera en décembre. Mais ça se prépare à l'avance, une escapade réussie... ;-)
      Bisous cathy
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Paris pour moi ce sont deux beaux souvenirs précis !
    la première fois ce sont quinze jours offerts dans un petit appartement dans le 15ème arrondissement au dessus des antiquaires suisses.... un beau quartier évidemment non loin de la Tour Eiffel qui clignotait dans notre chambre à la tombée de la nuit, dans ce Paris déserté de ses occupants, en vacances, plein d'une faune hétéroclite, à la recherche des beautés offertes des grands boulevards ou des rues de traverse.

    La deuxième fois, deux années de suite en 1980 et 1981 où j'étais invitée , parce que grande lectrice, à participer à une émission télévisée "Aujourd'hui Madame" à la rencontre d'écrivains pour la présentation de leur livre.... une journée offerte à partager les plaisirs de cette émission et ensuite, en parler,deviser ... (Michèle Sarde : Colette, libre et entravée ; Jean-Pierre Faye : les grandes journées du Père Duchesne ; Françoise Mallet-Joris : Jeanne Guyon ; Paul-Lou Sulitzer : Money ; Jean Piat : les plumes de paon) puis partir à la découverte des rues transversales, ignorées souvent, des petits troquets terriblement accueillants, ces lieux inconnus regorgeant de discrétion, de cachettes, de recoins mystérieux, de belle architecture.

    De beaux souvenirs.Merci Céleste.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes deux souvenirs sont extraordinaires, ma chère Den.
      Je suis émue d'apprendre que tu as pu approcher tous ces grands auteurs, et cet acteur extraordinaire (et que j'aimais beaucoup) Jean Piat...
      Merci de tout coeur.♥︎
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. ....Jean Piat, d'une extraordinaire beauté .... vraiment... quelle aura il avait ! des yeux d'un bleu....
      et avec tous et toutes de merveilleux souvenirs à jamais gravés dans mon coeur, des rencontres riches en échanges.
      bisous Céleste.

      Supprimer
    3. Oui, je me souviens énormément de ses yeux très bleus, et de son sourire un peu carnassier. Dans les Rois Maudits, il était extraordinaire...
      Bisous ma Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  23. Ah, Paris ! J habite juste à côté. J'aime y aller mais je n'aimerais pas du tout y vivre. Pas de coins particuliers mais une ambiance générale faite de culture , de modernité, de diversité, de monuments magnifiques où la richesse et l'extrême pauvreté se côtoient. Et au milieu de tout ça , la Seine qui se faufile le long des quais, aux pieds de Notre Dame. Et puis ces restaurants, ces petits bistrots où il fait bon se poser et regarder. L'un de mes préférés: les Marches, à côté du musée d'art moderne. Une cuisine bien française et traditionnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris te rend lyrique, cher Daniel.
      Tu dis que tu ne me donnes pas de coin particulier, mais tu me glisses quand même un tuyau sur un bistrot sympa, et pour cela je te remercie.
      Je ne manquerai pas d'aller y faire un tour.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Dis moi quand tu montes des fois que le café , on puisse le boire avec le goût et Heure-bleue, s'ils sont d'accord bien sûr et si je suis dispo. J'ai un agenda de ministre.
    Ceci dit je n'aime pas le café alors pour moi ce sera autre chose.
    J'aime aller manger chez Marianne dans le marais. 2 Rue des Hospitalières Saint-Gervais, 75004 Paris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui oui ! ce sera aux alentours du 15 décembre, je te le reconfirme et j'en parle au Goût et à HB.
      Merci pour l'adresse de Marianne, j'ai bien noté.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Bonsoir Célestine
    Il n'y a rien de tel que d'habiter Paris pour ne jamais rien visiter...
    J'ai dû voir la Tour une fois il y a pas mal d'années et encore parce que j'avais une visite d'amis de province... ;-)
    Le Paris secret que tu voudrais voie existe mais il faut prendre le temps de chercher,
    bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, tu vois, je prends le temps, là. Puisque mon escapade est prévue pour dans un mois et demie.
      Merci Mo.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. je te comprends, les files d'attente sont trop insupportables. Perds-toi dans les ruelles et rapporte-nous de la poésie. Bizzzz des Caphys enfin reconnectés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Promis, je vous rapporte ça, les bestioles !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Je ne saurais mieux vous conseiller qu'en guidant vos pas vers les impasses de la rue des Vignoles, charmantes et bucoliques ruelles, comme celles de la cité Durmar, rue Oberkampf. Une sorte de Paris fantasmé et désuet qui plaira à votre esprit romantique.
    Les lieux de ma jeunesse folle sont trop dénaturés pour que je vous en parle.
    Je vous embrasse belle et précieuse amie.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comblée par vos propositions.
      Vous êtes certain que vous ne voulez pas nous parler des lieux de votre jeunesse folle ?
      Vous préférez nous mettre l'eau à la bouche et rester mystérieux ?
      Bien à vous, cher Lorenzaccio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Je serais incapable de te conseiller, je n'ai fait que les pièges à touristes, et en plus j'aime ça...
    A commencer par EuroDisney !
    Indécrottable je suis :) :) :)
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui quand même...ça c'est un bon gros piège à touristes, et spontanément je n'ai pas trop envie d'y aller !
      Mais je respecte !
      Moi aussi j'ai fait les incontournables la première fois que je suis arrivée à Paris...
      Tour Eiffel, Arc de Trimphe, Champs-Elysées, Sacré Coeur...etc
      Maintenant j'ai envie de découvrir d'autres choses moins galvaudées...
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. D'emblée comme ça moi non plus. Puis j'y suis allée une fois, sans savoir que c'était le premier jour de la thématique "Noël" et j'ai été complètement envoûtée: je suis redevenue une petite-fille . Sans rire, quand tu arrives dans ce parc (ça porte quand même bien son nom) c'est tellement enchanteur avec la petite musique qui va bien, impossible de résister, d'avoir un esprit critique sur le fait que les boutiques dégueulent de made in China, que l'on te pousse doucettement à consommer. J'avoue j'ai tellement aimé que j'y suis retournée deux fois ;)

      Supprimer

    3. Merci pour ton témoignage, Désirée.
      C'est vrai, moi aussi, j'y suis allée avec mes enfants.
      Moi aussi j'ai aimé les dessins animés de mon enfance, et l'univers magique de Disney...
      Mais quand même, le côté mercantile et anti-écologique me gêne vraiment. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  29. La dernière fois ou je suis montée à la tour Eiffel, je devais avoir 20 ans, je la vois de loin, c'est suffisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme une sorte de présence rassurante : tant qu'elle est toujours debout, tout va bien... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  30. "où rêver à Prévert, à Brassens, à Fallet ?" A Prévert je ne sais; à Brassens non plus. Mais affalée on ne saurait mieux vous suggérer que la suite mythique du Raphaël, au sixième étage.
    - Ahhh! Fallait pas ?
    - Pourtant je re-nais, rien qu'à l'évoquer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fallait-il être un peu folle ...Je vécus là un beau rêve éveillé du temps de mon insouciance... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  31. Dentelle de fer pour Dame Tout Eiffel corsetée à la taille pour séduire le temps qui passe et les badauds qui voyagent avec. Quelle élégance !
    Je suis davantage porté sur les broderies végétales… et la merveille qu’est Villandry en est un bel exemple. Rêveries en couleur, petits mélanges subtils qui m’étonnent à chaque visite. Un vrai voyage !
    Là aussi, il y a de l’élégance dans l’air…
    Bises de couturier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends d'autant mieux que je rentre d'un périple ligéen absolument fabuleux.
      Alors, ta Loire brodée à petits points je l'adore !!!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  32. C'est en lisant cette lettre adressée à toi chère sœur, qu'il me vient l'envie de t'écrire, moi aussi, ton grand frère auvergnat. Comme toi, je suis tout de fer et d'acier et mes deux jambes arquées n'enjambent qu'une rivière sans véroniques... la truyère !
    je ne suis qu'un simple viaduc, mais il faut voir mon gabarit ! Très longtemps le plus haut du monde. Seul un viaduc de béton me dépasse, depuis peu.
    Je ne suis pas importuné par les touristes piaffant d'impatience à mes pieds, reposant sur deux socles de pierre... construit par des Italiens. j'ai beaucoup moins de prétendants et "d'indélicats" qui se jappent au nez pour une place dans une file d'attente, d'ailleurs, je ne suis pas "ouvert" au public. Je suis un solitaire et je remplis encore ma mission de faire circuler des trains. Malgré mes cent trente-quatre ans, j'ai encore la ligne.
    Comme toi, j'ai aussi œuvré pour le cinéma. Tiens, comme pour ce vieux film en noir et blanc, où la scène finale se déroule en plein centre de mon tablier : Un homme de trop.
    Ce film fut tourné juste pas très loin de chez Xoulec, un estirgouilleur de neurones à ses heures... Il est souvent venu me voir, seul et accompagnée, il a même pique-niqué en famille à mes pieds et je sais qu'il me garde un peu dans son cœur.

    Je t'embrasse, ton grand frère

    Garabit




    Je ne saurais te conseiller un coin de Paris, vu que je ne connais pas du tout. Je ne m'y suis aventuré dans son centre, uniquement pour travailler.
    Lorsque je suis arrivé dans la capitale, les stripteaseuses étaient rhabillées, les balayeurs pleins de balais... Il était six heures, en plein mois d'aout et je me suis offert le luxe de faire deux fois le tour de la place de la porte de st-cloud. C'était désert et avec mon stagiaire, nous cherchions notre chemin... comme deux provinciaux.

    La deuxième fois, c'était dans le septième arrondissement. Je n'ai pas oublié le nom de la rue, vu qu'il y a un rapport avec tes yeux... rue de Bellechasse, pas très loin du musée d'orsay !
    J'ai le souvenir de deux nuits passées dans une chambre de bonne avec une superbe vue sur les toits de Paris, une autre dans une chambre d’hôtel près du théâtre La Bruyère. Je ne retrouve pas le nom, c'était il y a très longtemps.
    Le souvenir le plus marquant fut lors du déjeuner, dans un bistrot, près du boulevard Saint-Germain, à l'angle de la rue de Beaune et de la rue de l'université : le bistrot de l'université (merci Google-heart) Je n'aurais pas retrouvé sans cela, vu que c'était il y a plus de vingt ans ! Au comptoir, lorsque le patron entendit mon accent, il me demanda :"Ah, un Cantalou, t'es de quel coin du Cantal ?"
    Il y avait, à l'entrée, au-dessus d'une petite porte, une photographie en noir et blanc, avec pour légende :"L'Aveyron". Je compris alors, que nous étions "du pays"...

    Tu ne pourras aller à toutes les adresses que tu récoltes. Va falloir faire un sacré tri...
    Bon, tu l'as compris, je ne suis pas parisien, et loin de la pollution, je vais tondre mes moutons...
    https://www.youtube.com/watch?v=4BkFjd2UmxA





    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Xoulec. rentrant d'un long périple sans écran, je découvre avec ravissement ce long commentaire, un de ceux dont tu as le secret quand le sujet t'inspire....Et dieu sait que le sujet semble t'inspirer !
      J'ai adoré la lettre de ce vieux Garabit, un pont qui a du gabarit !!
      Et puis ton anecdote sur le Cantalou parisien...Paris, c'est un rassemblement de provinciaux en fait...
      Et la chanson de Marie Paule belle qui m'a rappelé de très beaux souvenirs...

      Merci de tout coeur, et je sui heureuse de te revoir, cher Didier.
      Le retour est agréable.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Ben moi aussi, je suis heureux de te revoir ;)

      Supprimer
    3. J'en ai oublié le S à « suis »... d'émotion !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. pffff ! je n'ai même pas fait attention... L'émotion, encore!

      Supprimer
  33. Alors alors, en vrac et dans le désordre...
    La Tour Eiffel, j'aime quand elle s'éteint comme elle l'a fait il y a 4 jours, pour marquer la vigilance de Paris et de la France aux meurtres commis partout dans le monde, ce jour-là ceux des journalistes assassinés àIstanbul, au Mali, à Malte, en Russie, en Bulgarie...
    Et on a une vue époustouflante sur Paris depuis le parvis du Sacré-Cœur, et ça te transporte pas loin des coins de balades préférés du Goût;-) Et puis pour le plaisir de descendre la rue Cortot et la rue de l'Abreuvoir jusqu'à l'allée des Brouillards, pour la poésie du nom, pour Nougaro aussi...https://youtu.be/y6DASWwiCic
    Et puis la librairie spéciale jeunesse "les enfants sur le toit" rue Ramey (métro Château-Rouge)
    La rue des Vinaigriers dans le 10ème parce que j'y ai vécu heureuse, et que ma fille y a été conçue.le passage du Désir est tout près ;-)
    La place de Joinville dans le 19ème parce qu'elle y vit, à côté du canal de l'Ourcq et du Bassin de la Villette, petits restos et bars sympas à foison sur les quais de Loire et de Seine...
    Le quartier Bastille parce qu'y vivent des gens que j'aime et pour la cour Damoye...
    Les passages couverts, ou pas, toujours à découvrir...
    Les squares à traverser, il y en a partout...
    Les alentours de la place de Fürstenberg en plein St-Germain des Prés...
    Beaubourg (encore un endroit sympa pour la vue sur les toits de Paris) et les artistes de rue sur la piazza...
    L'effervescence incessante de Pigalle...
    Les quartiers du Marais...
    Et j'en passe et j'en oublie, de toute façon il est impossible de faire une liste exhaustive si on aime Paris...
    En plus, en ce moment, ça doit sentir la fumée de cheminée très tôt le matin, et le marron grillé dans la journée, au hasard des coins de rues...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu les doigts un peu pressés sur le clavier, du coup il y a quelques défauts :-/

      Supprimer
    2. Ah ! La cour Damoye et sa brûlerie Daval par exemple ou sa fraîcheur et son calme à moins de 100 mètres du tumulte et de la folie, excellent !

      Bleck

      Supprimer
    3. @La baladine

      Eh bien, quel catalogue fabuleux !
      Il me faudra plusieurs vies pour tout découvrir. Quel bonheur d'avoir joué le jeu, merci de tout coeur ♥︎•.¸¸.•*`*•.¸¸✿¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. Je ne connais pas, mais si un jour tu veux me faire connaître...
      Les lieux loin du tumulte, ça me parle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  34. Moi aussi, j'aime la grande dame de fer ! Et dire qu'elle a failli disparaître... J'en frémis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stavinski avait réussi à la vendre à un ferrailleur, en 36, je crois.

      Supprimer
    2. @La Bourlingueuse
      Et tu as raison...c'est quand même une sacrée incontournable, cette vieille branche !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    3. @Blutchy

      Ton savoir encyclopédique a toujours forcé mon respect...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  35. Je ne connais pas Paris sur le bout des doigts, je te citerai deux lieux, des magasins musées d'où ton imagination pourra décoller vers de lointaines contrées : Deyrolle, rue du Bac et Astier de Vilatte, rue Saint-Honoré ou rue de Tournon... le RÊVE ! Des bises céleste Célestine, bon voyage. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma chère Plume, je note précieusement ces deux adresses...de rêve !
      Et merci à toi d'avoir joué le jeu toi aussi.
      Bisous étoilés
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  36. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  37. Mais non Paris c'est magique, il faut prendre son temps, lever les yeux sourire : Le PEtit Palais et ses jardins, le Musée Nissim de Camondo et les allées du Parc Monceau (pour une touche de Downton Abbey à la française), le musée de la vie romantique, les jardins du Ranelagh, le village de Charonne, se perdre dans le Marais, les quais en dessous des ponts et la vue de la Tour Eiffel depuis la rue de l'Alma, juste au dessus du Palais de Tokyo, on la voit de tout près, on peut presque la caresser sans les touristes, la police, les bus…. bon voyage et rêve bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une vraie connaisseuse ma miss, de tous ces petits coins dont tu raffoles ont aussi ma préférence ..
      J'ai tout noté.
      Bisous la belle !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  38. J'ai aimé mon enfance et mon adolescence parisiennes, j'y ai beaucoup marché, beaucoup rêvé, du boulevard Saint Michel au passages couverts du quartier des halles, des escaliers de Montmartre au centre Georges Pompidou, des piscines rococo au jardins romantiques… j'ai aimé la Villa d'Alésia, le parc Montsouris, les grands boulevards… Le grand et le petit palais bien sûr. Je n'y vais quasiment plus, je reste avec mon Paris adolescent et les petits pincements au cœur. Bon voyage ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas du tout que tu avais vécu à paris, ma Brizou. Et tes souvenirs adolescents sont tout à fait charmants...
      La Villa d'Alesia, ça me parle bien ça ! Entre autres bien sûr. ;-)
      Merci belle bretonne, bizou.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  39. Voila ,Célestine, une magnifique et pudique déclaration d'amour à Paris et à sa Vieille Dame de métal légendaire qui ressemble à une girafe géante en effet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument, beau musicien !
      Une girafe qui aimerait bien partir en ballade quand elle s'ennuie toute seule dans son coin... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  40. C'est une vieille dame que les siècles ne plient pas et qui se dresse majestueuse. Si je pouvais remonter le temps jusqu’à l'exposition de 1889 pour la découvrir dans son étonnante naissance... Ce serait un plaisir...;-)
    Bisous et douce journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre que tu saurais retranscrire cette naissance avec tes personnages de papier, belle conteuse...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  41. Je me souviens la première fois où je suis montée tout là-haut.
    J'avais neuf ans, c'était un cadeau de ma marraine.
    J'ai monté les marches, vaillamment, longtemps et là le spectacle.
    Paris !
    J'ai décrété que j'aimerai cette ville, pour toujours.
    Alors oui, elle est beaucoup de chose : bruyante, sale, violente...
    Mais elle est toujours cette ville magnifique, de "lumières", elle cache des coins et des recoins merveilleux qui la rendent toujours éblouissante, à part, unique.
    Le marché des enfants rouges est un magnifique spectacle, le parc Brassens le dimanche est une douce balade, et puis je suis une amoureuse du 14ème... où je vis une (toute petite) partie de l'année.
    Beau et joli voyage ma Céleste Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon père est né dans le XIV°, alors moi aussi, j'ai une tendresse particulière pour un certain Paris éternel...
      Une ville de lumière, ça ne peut que nous convenir, non ?
      Bisous belle amie, ma nuageuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  42. Les galeries sont maintenant au Marais, dans le 3è, et non rue de Seine comme dans le temps.
    Cinémas pas chers rue des Ecoles, mais il faut avoir du temps.
    Place Maubert, pas terrible, mais il y a 5 boulangeries, toutes excellentes, deux prisées, une autre ayant fourni les Elysées tous les jours pendant un an, pour te dire.
    Les cimetières du Père Lachaise, mais il faut bien se documenter avant. Y reposent, tranquilles, toutes sortes de gens, celles que tu aimes et celles que tu n'aimes pas. Certains qu'on a connu de vue et on est surpris de les voir là, tus à vie. Le jardin des souvenirs où les âmes se baladent, toutes zen dans l'éternité des nuits et des jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. St Germain des Prés, librairie La Hune fermée, Ecumes des pages ouvertes, les deux cafés célèbres toujours là. Quand il fait chaud, les jazzmen américains jouent merveilleusement à côté de l'église. Quelques fois, on danse place du Québec, piano et guitares, dessins et pastels à volonté sur planches offertes. Picasso rose et bleu à Orsay, cubistes à Pompidou, , etc, etc...

      Supprimer
    2. Oh la la ! Mon cher tu es une mine de renseignements, toi aussi
      Merci beaucoup pour tous ces petits cailloux qui vont égayer mon chemin de petit Poucet à travers la capitale...
      Je t'embrasse, l'artiste !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  43. Paris, mon Paris
    J’y ai vécu 3 ans et je travaillais Rue de Rivoli. Pas de lieux inédits mais j’ai une certaine tendresse pour le quartier du Marais ou je croisais régulièrement le chanteur Renaud et surtout pour Montmartre, j’y ai un souvenir amoureux très heureux, le musée Dali, ses petits bistrot et la place du Tertre.

    Me voilà en train de voyager ...

    Paris mon Paris
    Bisous étoilés ma chère Blue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une escapade amoureuse est incontournablement obligée de passer par Montmartre...
      merci pour ton témoignage tout doux.
      Baisers blue ma douce amie!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  44. tu as raison, le Paris secret est infiniment plus attirant que la vieille dame en ferraille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas...je suis sûre que vous en connaissez, des petits coins, mes bestioles !
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  45. Ah ah ah ! Méfie-toi ! Ce n'est parce que tu boiras un chocolat au café de Flore ou que tu regarderas les vignes de Montmartre que la vieille dame n'aura pas un oeil sur toi. Rappelle-toi Caïn ! Rappelle-toi que le péché de gourmandise est mortel. Ah bon ? Véniel ? Ouf, j'ai eu chaud, avec tout ce que je grignote !
    Nous avons eu la chance de découvrir certains passages cachés de Paris en ayant comme pilote une vraie parisienne. Oui, madame, il y en a de fausses !
    Bisous, faut que je me prépare, on est invités à midi !
    Hier, des amis s'invitent pour le thé...on a sorti macarons et chocolats (maison bien entendu !). Un 1/4 d'heure après, nos jeunes voisins s'invitent à l'apéro...on a sorti quelques canapés et tutti quanti. Daube à main...Jean a fait des petits gâteaux. Demain, commémoration à Aydius, en vallée d'Aspe, celle des ours, dans le village natal des grands-parents de Jean. Repas offert par la mairie du village. AU SECOURS !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô !!! mais quelle vie palpitante tu as, mariejo.
      Et dangereuse en plus...
      Je compatis, vraiment avec toutes ces tentations, je comprends que tu n'arrives pas à résister...
      Bisous ma belle.
      Je vais essayer de ne pas tomber dans tous les pièges gastronomiques de la capitale...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  46. J'avais oublié que vu de si près, elle est si belle. Je l'ai aperçue de loin dans un taxi parisien il y'a quelques jours pour me rendre à une réunion professionnelle au sein de la capitale. Lors de mon dernier séjour, j'ai été enchanté de visiter un tout petit musée et son jardin à Montmartre… Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quel était donc ce musée, chère Linda ?
      C'est chouette ce clin d'oeil de la Tour, juste avant une réunion...
      Bisous belle poétesse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Je crois qu'il n'y en a qu'un et se nomme Musée de Montmartre.
      Beau prochain séjour à Paris…
      bisous Stella

      Supprimer
    3. Merci d'être revenue répondre...
      Bisous la belle

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。

      Supprimer
    4. J'adore la poésie de ta signature, il est beau ton petit bonhomme magicien.

      Supprimer
  47. Je suis allée à Paris il y a très longtemps, ma visite au Sacré-Coeur et Montmartre reste un beau souvenir. On a grimpé par un petit escalier étroit en haut de la coupole et il y avait une cinquantaine de petits communiants plus bas, tout ça éclairé par des cierges, des gens chantaient, c'était juste somptueux. Quand à Montmartre j'ai trouvé l'endroit adorable et il n'y avait pas beaucoup de monde. C'était une visite éclair qui n'a duré que trois jours, je n'ai pu reluqué que l'entrejambe de la dame en fer: les agents étaient en grève et on n'a pas pu y accéder. Mais je reviendrai, je brûle de voir Versailles même s'il y a foule, j'ai une capacité certaine à faire abstraction des autres pour voyager dans ma bulle.

    Bisouuu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une super capacité que de pouvoir t'extraire dans ta bulle. j'y arrive partiellement, mais mon hyperesthésie m'empêche de le faire s'il y a trop de bruit, par exemple...
      On vit des moments merveilleux à paris, j'en suis convaincu.
      Des moments magiques et somptueux.
      Bisou xxx
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  48. C'est un trésor ce post. A imprimer et conserver précieusement pour le jour où on va à Paris. Merci à tous, merci à toi pour avoir demandé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très joli mot de la fin, Pastelle.
      Mes lecteurs sont merveilleux, je ne le dirai jamais assez.

      BISOUS A TOUS
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  49. Ah ! Paris libéré...,( non je ne me prends pour le General....lol)

    Paris l'eternel Paris , oui il fait rever tout un chacun....
    J'y ai surtout des souvenirs de gosse.
    Et ce matin j'ai eu la surprise de decouvrir au cours de la diffusion d'un documentaire que notre belle dentelle de fer fut a l'epoque de l'exposition universelle la voisine d'une reconstitution historique top peu connue.... Imagine : une reconstitution grandeur nature de la Bastille en differents materiaux (bois, platre.....).

    A la fin de l'exposition , la bastille bis devait , comme la tour disparaitre... La grande Dame tout en dentelles de fer a su atteindre le coeur des gens et nous en sommes tous heureux....

    Mais, quand tu te promeneras a ses pieds, songe au plaisir renouvelé des parisiens de demonter le symbole de l'arbitraire royal.....

    Bonne future balade historique

    Bises

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.