lundi 19 novembre 2018

Germaine la danse





Lakevio nous propose de caler une histoire entre les deux phrases de début et de fin, tirées de Bernanos pour la première et de Robbe-Grillet pour la seconde.








Voici l'heure où commence l'histoire de Germaine Malorthy, du bourg de Terninques, en Artois.
Cinq heures du mat, j'ai des frissons. Germaine part.
C’est fou quand même, le talent, à quoi ça tient...
Voilà un type, un certain Georges B.  qui pond un best-seller mondial, auquel il donne un titre sulfureux propre à déchaîner la presse spécialisée et le Vatican réunis, et qui trouve le moyen d’appeler son héroïne Germaine…allons allons ! ce n’est pas sérieux, monsieur B ! Bon, en même temps, n’est pas Brassens qui veut. Tu veux nous berner, Bernanos.
Pis que ça, il situe son action dans un bled du Pas-de-Calais. Dans le Nord, vous vous rendez compte ! Le Noooord...comme aurait dit Galabru.
Donc Germaine part. Pierre Dac l'aurait appelée Germaine Eloire, ça nous aurait fait rire un brin. Conan Doyle se serait fendu d’une Germaine Moriarty pour nous frissonner l’échine. Avec une Germaine Jackson, on aurait dansé le moonwalk toute la nuit.
Rien de tout ça. Même sans soleil, Satan bouche un coin, c’est comme ça. Un coin de France ou d’ailleurs, quelle importance ? Cette Germaine-là est une femme de chair et de feu. Elle s’en va, parce qu’elle le doit.  Elle se le doit à elle-même. Elle l'a décidé.
Germaine roule. Dos au nord, elle a quitté sa rue et trace la route de sa liberté. Bien à l’abri, dans sa cage de farfadet, protégée d’éventuels petits hommes verts venus l’enlever dans leur vaisseau interstellaire pour lui piquer sa recette de pâtes aux œufs frais. Mais l’eusses-tu cru ?
Non, si Germaine roule, tout le jour, c’est qu’elle part retrouver son amour. L’homme par qui les sandales arrivent. Et les maillots, la mer, et l’insouciance d’un bonheur enfin trouvé. Un soupir déchire sa poitrine.
Elle roule. Elle est bien roulée, Germaine. Carrossée par Pininfarina, châssis parfait, double airbag et phares au xénon. Plus jolie qu’un printemps sur l’Estérel. C’est lui qui le lui a dit. Elle sait qu’il l’attend, là-bas, dans la maison sous les pins. Ecrasée par un soleil infernal qui fait griller les robes, et les cigales comme du popcorn.
Elle roule tout le jour, bravant les barrages filtrants et les péages bloqués, et les mille dangers de la conduite en état d'ivresse amoureuse.
Enfin.
Epuisée, langoureuse, elle se glisse dans des draps frais et des bras brûlants. Les étoiles resplendissent sur le capot de sa voiture et l’eau verte du bassin aux grenouilles. Le soleil de Satan s’est effondré depuis longtemps dans la mer. Dehors la nuit noire et le bruit assourdissant des criquets s'étendent de nouveau sur le jardin et la terrasse, tout autour de la maison.



 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆


76 commentaires:

  1. C'est bizarre (oui, je l'ai dit) cette croyance que le bonheur est dans le sud.
    Alors que le noooord...
    N'empêche, tu t'en tires très bien (qui pourrait penser le contraire ,)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, elle aurait pu le rejoindre à Arras. En même temps, comme dirait l'autre, c'est à cause des criquets...ça fait un peu sud de la France, les criquets.
      De toutes façons, le bonheur est partout, mon Boss. Tu sais bien.
      Et pis c'est juste une fiction. (Quoique...)
      Merci d'être le premier, je te bise célestement.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est dingue cette volonté d'appropriation, même dans mon pays au nord du nooord, on trouve dix espèces de criquets !
      http://www.species.be/fr/browse_taxa.php?selected_taxon=3821

      Supprimer
    3. Alors je te présente (ainsi qu'aux dix espèces de criquets), mes plus plates excuses. :-)))
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Avec le réchauffement climatique, Germaine aurait pu aller à Hambourg, retrouver Gunther et les criquets allemands qui chantent du Beethoven toute la journée. :-) Bises alpines.

      Supprimer
    5. J'ai appris une chose importante: les criquets ont migré vers le nord...
      Le jour où ils sont en Suède, on est mal... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. Alors, nous sommes mal : les criquets, c'est comme les fous : y en a partout !
      C'est écrit : worldwide !
      https://a-z-animals.com/animals/grasshopper/

      Supprimer
    7. Ton Robbe-Grillon aurait peut-être mieux fait d'employer "cigales" :-)
      (Encore que ça fait quelques années qu'elles ont débarqué chez nous, en Gaume)
      https://www.friscris.be/files/338931/2006_Cigale_montagnes.pdf

      Supprimer
    8. Purée, des cigales en Belgique...Tout fout le camp mon bon monsieur ;-)
      Mais c'est vrai que Robbe-Grillon s'est gouré grave.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    9. Il est définitivement Grillet.

      Supprimer
    10. Intéressant ce débat !
      Je confirme que j'ai des cousins un peu partout, et même au Nooooord !
      :)

      Supprimer
  2. J'aime ce glissement progressif vers le plaisir ! Et le bruit assourdissant des robes-grillons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je robe-grillerais volontiers aujourd'hui, mais ils annoncent un froid de sept béries...
      Je te dédie mon texte, mon oncle.
      J'ai eu envie de faire du badin et du primesautier.
      Histoire de faire la nique à la morosité. ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Quelle belle histoire ! elle a l'air vraie.
    J'aime beaucoup "l'état d'ivresse amoureuse"
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cet état aussi ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Si j'etais femme, belle Germaine sans haine, je ne laisserais surtout pas ma robe griller sous le soleil de Sa taon...
    M'enfin Germaine , ou cours Tutu comme ça ? T'as les memes a la maison , chez Leon , le Bo Léon....

    Mais Germaine ne m'ecoute plus : elle a deja pris ses jambes a son clou.....laissant le cri qu'elle glousse envahir l'espace obscurci....

    Bella notte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel formidable commentaire, Petrus.
      Tes jeux de mots sont délicieux, tu progresses de jour en jour si je puis me permettre de faire ma maîtresse d'école deux minutes.
      C'est réjouissant, vraiment.
      Bon prendre ses jambes à son clou, faudrait pas la prendre pour un jambon, non plus, hein... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Trop fatigué pour faire des jeux de mots laids, je ne pourrais rive alizée avec ta prose, ma mienne n'étant qu'une faible brise.
    Ti bacio Cara mia

    PS: (ou FI, si tu préfères) Germaine qui fuit le petit verglas, l'autre Georges ne serait pas content.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, fatigué ? Mais quel est donc le sapajou, l'australopithèque, l'iconoclaste qui t'a ôté tes forces légendaires et nocturnes ?
      Ton post scriptum est trop mignon.
      Reviens quand tu seras requinqué, mon p'tit quinquin.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Lorsque tu viendras en Aveyron, tu saura pourquoi ...
      Molto baci Cara

      Supprimer
    3. Encore un chantier pharaonique que tu as mené tout seul avec tes petits bras costauds ? ;-)
      Prends soin de toi, caro mio
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  6. J'aime votre voyage, mais comme Maitre Walrus, je peux vous affirmer qu'il y a des criquets au nord de votre Nord. J'en ai vu plusieurs à ailes bleues turquoise sur un terril près de chez moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'en suis d'ailleurs excusée platement...
      Mais je me suis fiée au commentaire chez lakévio de notre ami AlainX (Ch'ti notoire) qui ne semble pas partager votre avis, à Toi et à Walrus...
      Mais foin des batailles entomologiques, l'essentiel est que vous ayez aimé le voyage de Germaine...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tout le monde a raison en fait, il ne s'agit pas des mêmes criquets au sud et au nord, il y en a plus de mille espèces.

      Supprimer
    3. J'aime ta conclusion oecuménique, cher Boss ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Je n'ai lu ni l'un ni l'autre des deux auteurs cités.
    Mais j'ai lu AlainX hier et toi ce matin.

    Me voici plus cultivée.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Suzame, c'est dommage que mon commentaire chez Mel ait disparu dans les limbes de la blogosphère, parce que je parlais de toi, et je disais tout le bien que je pense de toi...
      Bisous ma douce amie
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Tes envolées primesautières sont un délice, une gourmandise à lire et à relire, du grand art, à cœur de braise rien d'impossible ! Un seul mot ou plutôt deux : BRAVO et MERCI céleste Célestine, de tendres étoiles vers toi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes étoiles tombent en pluie sur un petit matin piqueté de givre...
      Et le spectacle est magnifique
      Merci ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Génial : riche et fort savoureux ! Que dire ! Merci Celestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de ton enthousiasme cher ami !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Et sous sa Lune, point de grands cimetières ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais un cimeterre, mais ça ferait peut-être un peu prétentieux , non ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Ah oui le bonheur est au soleil, et sous le soleil de Satan en prime... J'ai aimé la carosserie Pininfarina de Germaine :)

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit clin d'oeil à un amateur de beaux châssis de ma connaissance...
      baci bella
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Vous aimez les "road-trips"
    Ce n'est pas la première fois que vous nous embarquez à bord de votre "cage de farfadet" (délicieuse expression)
    Et celui là se termine dans une apothéose sensuelle que ne gâche pas la phrase de Robbe-Grillet, parfaitement insérée dans le paysage.
    Merci pour cette jolie route ensoleillée, en ce matin gris et froid.
    Je vous embrasse en rêvant
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous m'avez bien cernée, mon ami (et non bernée) :-)
      Oui, j'aime les road-trips, j'aime parcourir les routes etméditer au volant (même si j'ai beaucoup réduit cette activité, car j'ai quand même une conscience écologique qui me titille)
      Mais en pensée, et en écriture, on peut se faire plaisir et dévorer des kilomètres sans aggraver d'un gramme son bilan carbone...
      Merci à vous, douces pensées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Ben voilà une histoire qui se termine bien. Et ça c'est chouette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon côté indécrottablement romantique...j'aime les happy ends
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Excellentissime, Célestine! Et j'adore aussi tes jeux de mots.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un vrai plaisir de jouer avec les mots. Et quand ça plaît à mes lecteurs c'est encore mieux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Toute ressemblance avec une personne existante ou des faits réels serait purement fortuite. 😁
    Pas facile de nous faire rire au milieu de ces deux boute-en-train de Bernanos et de Robbe-Grillet. Tu y arrives parfaitement.
    PS : Par contre, je n'ai pas compris le titre.

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ger...maine la danse...mène la danse, oui je sais le jeu de mots est un peu foireux...
      Par contre je suis d'accord avec toi, pas facile de faire rire avec Bernanos et Robbe-Grillet....
      Quant à la ressemblance, je te laisse l'entière responsabilité de dire si oui ou non...
      Bises cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  16. J'ai a-do-ré ton récit plein de verve et de jeux de mots si bien enlevés ! La voilà arrivée à bon port la Germaine, et pour elle la vie va commencer comme aurait dit un rocker bien connu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gwen !
      Espérons-le pour elle ...
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  17. Mais saura-t-on si elle a des cousines Germaine ?
    Et peut-être des sosies à Francfort, du coup ?
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce genre de femme a des cousines un peu partout...passionnées, entières et libres...
      Alors pourquoi pas au pays des saucisses ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  18. J'ai cru un instant qu'en magasin, le rayon des friandises était en rupture de stock... Ouf, j'ai eu peur ! Point de blocage de gilets jaunis, juste un manque de mots.
    Distributeur de friandises n'est pas facile tous les jours. de plus, je ne suis pas automatique et assis au volant de sa voiture, germaine pas large, non-plus.
    Encore une fois la magie opère et j'en suis toujours épaté. Impossible de trouver des mots, hier soir. Et puis ce matin, je prenais des notes à n'en plus finir, enfin si, quand la feuille A4 fut bien remplie. Pas facile facile de relier tout cela, tant c'était décousu.
    "c'est fou, quand même, le talent, à quoi ça tient" ! je suis toujours épaté du tien, de talent.
    Tes références musicales : chagrin d'amour pour commencer, Souchon pour finir : "Quand le soleil s'écroule dans la mer".
    Ton texte est moins "profond", mais c'est un beau roman, c'est une belle histoire... Belle façon de revisiter cette chanson de fugue, hein ? ;) Les textes plus "légers" laissent libre cours à l'imagination et il y a beaucoup à lire entre les lignes, en profondeur...
    cette Germaine-là ne serait-elle pas un peu ta cousine...? ;)
    Quand même, vouloir la kidnapper ! Il faut être gonflé, un peu "fêlé" pour réussir son coup et il n'y a pas deux fêlés dans cette enterprise...;)
    Si je me réfère à ton titre, "Germaine la danse", il ne peut s’agir que d'une java ou bien d'un tango. C'est du pareil au même... https://www.youtube.com/watch?v=lXV_3kZDrkA



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement tu as retrouvé le stock des friandises, et celles que tu me sers ce matin sont excellentes. Enfin je dis ce matin mais je vois que tu les as postées hier soir.
      J'adore t'imaginer en train de prendre des notes sur une feuille A4... oui c'est vrai, d'un coup je me sens comme un objet d'étude littéraire, ça flatte mon petit légo...
      Tu as raison, il y a beaucoup à lire entre les lignes chez moi, et notamment dans ce texte.
      Je crois que c'est cela, la profondeur. Celle dont je pensais manquer. En fait je réalise qu'il m'est impossible de ne pas laisser affleurer des choses profondes et fondamentales, même dans un texte léger. Surtout dans un texte léger. parce que cela permet d'avoir une sorte de détachement, de ne pas garder « la tête dans le guidon » comme on dit quand on pratique le cyclisme...
      J'avais oublié Renaud, et tu fais bien de le citer. C'est quand même un must, cette chanson avec son refrain à la « Maître Kanter »
      Bisous mon ami du soir.
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    2. Je crois que c'est justement quand le texte est plus léger que l'on peut se laisser aller à y ajouter un peu de soi(e), en douceur et profondeur...

      Bises mon amie du soir.

      Supprimer
  19. C'est génial cette idée et ton texte s'y glisse avec maestria !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots me viennent facilement quand le sujet m'inspire...
      Merci ma Miss
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  20. "L'homme par qui les sandales arrivent"
    Tu sais que tu es formidable, toi ? Tu me fais rire dès le matin !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es revenue, chouette !
      Ravie de déclencher ta bonne humeur ce matin...
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  21. Tu vois quand tu veux !
    J'ai bien aimé.
    Surpris que tu n'aies pas évoqué la relation trouble entre le curé et Maimaine...
    Ni le fait que pour le bigot, le diable soit toujours la meuf...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, c'est quand je veux. Parce que quand l'image ou le sujet ne m'inspirent pas, je n'ai pas envie de ramer. je suis une grosse paresseuse, en fait...
      Je me suis éloignée sciemment du texte de Bernanos, de crainte de plomber l'ambiance... ;-)
      Pour les bigots, de toutes façons, le diable c'est toujours cette quiche d'Eve incapable de résister à une pomme bio...
      Ça fait un moment qu'on porte ça sur nos épaules ...
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
    2. Sur les épaules, sur les épaules...
      C'est vite dit... ;-)

      Supprimer
    3. Dans nos gènes ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  22. Réponses
    1. Fi de ce vil sentiment...mais on n'était pas obligés d'en parler, si ?
      La dame elle a dit : Casez ce que vous voulez entre les deux phrases. Alors j'ai casé. ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Elle aurait pu aussi s'appeler Célestine, rapport au fait que subséquemment et corrélativement aux observations de visu avec les yeux, il a pu être constaté par procès-verbal, qui comme son nom l'indique se fait toujours par écrit, une certaine tendance de ladite personne aux voyages tendance amour et badinage artistique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait bien vu, brigadier-chef !
      Badinage artistique, j'approuve conséquemment, et pour faire valoir ce que de droit.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Re-bonjour Célestine, je suis Catherine du blog Emotions de femme. Je vous retrouve sur le votre avec un réel plaisir, parce qu'effectivement nous avons sans aucun doute une façon de voir la vie assez similaire. Je vois que vous attirez du monde et j'en suis ravie pour vous, vous le méritez. Et même si l'on écrit pas particulièrement pour faire de l'audience, la reconnaissance est toujours agréable. A très bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, Catherine.
      Je vous ajoute à mn totem. Je recevrai vos visites avec plaisir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Le bonsoir Dame Céleste, dont j’admire la pugnacité et le talent. Un talent que je lis très régulièrement avec le même plaisir. C’est bien l’un des rares blogs que je visite depuis que j’ai décidé de laisser mon clavier en paix…
    Pour te remercier, un petit poème. Le seul exercice que je m’autorise, avec la lecture depuis plusieurs mois. Bises.
    Rêver

    Une vie à imaginer
    Des horizons éclatants
    Aux reflets entremêlés

    A bannir les lignes droites
    Agonir l’œil inquisiteur
    Embusqué sous les draps

    Caressant l’espoir prochain
    Où les bras de l’étrange légèreté
    M’emporteront au pays des éternités

    Sentant sur la peau
    Le frisson musical de la liberté
    Courant les veines au galop

    Planant au pied de mille étoiles
    Brasillant de mille éclats
    Comme braises dans le noir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bonheur de te retrouver Rod, après cet éclatant silence...
      Et merci vraiment de continuer à me lire alors que tu as délaissé le clavier. je prends cela comme un grand honneur que tu me fais.
      Ton poème est magnifique, et ouvre les champs infinis du rêve comme des steppes sous les étoiles.
      Merci de tout coeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. C'est amusant d'avoir choisi ce thème. :)
    En tout cas tu le racontes bien, et on voyage avec toi. Germaine pardon.
    Si bon de trouver des bras aimants au bout de la route...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le thème s'est en quelque sorte imposé à moi...
      En voyant l'image.
      En lisant le sujet...
      C'est si bon en effet ;-)
      ¸¸.•*¨*• 🦋

      Supprimer
  27. Nan, mais... Ce talent ! J'en ai les yeux tout frémissants. Du coup, me revient à l'oreille, ceci : https://www.youtube.com/watch?v=jUHYLBxmUEw - please, enjoy!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand tu as les yeux tout frémissants...et quand je m'en aperçois quatre jours après... c'est encore meilleur;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Célestine, tu m'épates toujours ! j'adore, j'adore, j'adore ! Je n'ai jamais osé proposer le jeu des Papous jeu des papous, les homophonies approximatives, tu serais géniale !
    Merci pour ce texte éblouissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci maîtresse !
      Ton image et ton sujet m'ont inspirée, ma plume a fait le reste...
      Elle n'en fait souvent qu'à sa tête.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Davantage d'échanges, je souhaiterais (hein ? oui, en mode Yoda, pourquoi pas). Chope mon adresse gmail sur mon "à propos"... Sérieux... Y a rien de vicieux, mais il me plairait qu'on approfondisse, de temps z'en temps, non ? ;)
    Pardon à vous, fidèles lecteurs de Célestine, mais j'éprouve, simplement, le besoin d'un échange particulier sur la lecture et l'écriture (ayant passé quelque vingt ans à lutter contre l'illettrisme), et m'inquiétant, par exemple, de l'effacement de Claude --PONTI-- dans le paysage de la litté J.
    Vala, vala...
    A bonne entendeuse... Euh... Merlu ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, ouverte à toute proposition (honnête) concernant l'écriture, ma passion.
      Bises cher Tiniak
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.