jeudi 3 mars 2016

L'âme enchantée





Une question m'étreint.
Comment faites-vous, au gré d'une balade,  pour résister à l'appel d'une librairie, à l'appel pressant de ces boutiques du diable le soir au fond d'une rue pavée de bonnes intentions ? Moi, quand j'entends le chant suave d'un de ces lieux de perdition, je ne sais pas résister. 

On ne se méfie pas. La librairie est sournoise: elle se pare souvent de devantures très désirables: couleurs vives, noms rivalisant d'inventivité...
Elle attire. Elle séduit. On est comme sous hypnose, à peine le mot a-t-il passé la frontière de notre cortex. Toute volonté de ne pas se laisser happer est annihilée au premier regard. 
La librairie laisse subtilement deviner ses trésors cachés, et n'en dévoile que quelques uns dans sa vitrine. Une aguicheuse je vous dis.
Passé le seuil , vous le savez, vous n'en ressortirez pas indemne. Vous l'avez regardée dans les yeux. Vous l'avez pénétrée, c'est trop tard. Vous êtes chipé. Piégé. Elle vous prendra quelque chose, de toutes façons. Du temps, ou de l'argent. Ou les deux, bien souvent.
Mais là, dans ce saint des saints à l'odeur entêtante de papier neuf et d'encre encore fraîche, vous passez les moments les plus exaltants de votre journée. Vous oubliez le temps. Vous oubliez tout.
Elle le sait. Elle connaît vos goûts : est-ce un hasard si le livre qui vous tend les bras en évidence est justement celui que vous vous promettiez de lire ? Ah, et puis celui-ci...et ce bel album aux pages chatoyantes...
Avec un peu de chance, de surcroit elle sera tenue par un vrai libraire, quelqu'un qui, de mèche avec elle, vous conseillera avec des étoiles dans les yeux. Et là, vous risquez bien d'avoir envie de tout acheter. Et de perdre ce « contrôle de soi » dont vous étiez pourtant si fier.


J'en ai vu tellement... depuis que j'ai appris à lire !
Alors, vous me direz, bien sûr, il y a les consortiums, les grosses boîtes sans âme, et la vente en ligne par le site à la réputation sulfureuse...
Et puis après ? Moi je vous parle de ces petites boutiques d'amour du livre essaimées comme des pétales sur un parvis glacé : des grains d'espoir dans ce monde brutal et insensible.


¸¸.•*¨*• ☆













Afficher l'image d'origine



Afficher l'image d'origine
Proposée par Berthoise


Afficher l'image d'origine
proposée par Nicmo




La même, croquée par Chinou...



Afficher l'image d'origine
Proposée par Pastelle






140406 244
Proposée par Joe Krapov

Afficher l'image d'origine
La Mauvaise Réputation
proposée par Bleck
Afficher l'image d'origine
Pour AlainX, une librairie accessible aux Z'handis.
Afficher l'image d'origine

Proposée par François Lagane
la librairie mythique de "Coup de foudre à Notting Hill

Et ce qu'elle est devenue de nos jours...



Proposée par Françoise


Afficher l'image d'origine

Proposée par l'Homme





Afficher l'image d'origineProposée par Anne**


Proposée par Joe Krapov












99 commentaires:

  1. Ici, la librairie s'appelle" Chez l'ange", parce que le précédent libraire s'appelait monsieur Lange et qu'on allait chez Lange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La voilà dans ma collection, chère amie.
      Quel beau nom pour une sorte de paradis, finalement...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. tu me diras lesquelles sont lyonnaises pour que je m'y perde un jour?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, « le Bal des Ardents » est une superbe librairie lyonnaise à laquelle Pastelle vient de me faire penser. Avec une formidable voûte en livres formant le passage de l'entrée...
      Je suis heureuse de te revoir, Adrienne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Vous pardonnerez Madame au lecteur que je suis l'image un peu hardie que je veux ajouter à votre belle évocation. Oui, le libraire, Belle Dame, est amoureux des livres comme on peut être amoureux des femmes ( mesdames, vous pouvez sans ambages transposer à votre guise ).
    Le libraire aime les livres. Il a eu un moment cet éclair magnifique de la page ouverte. Il a eu l'audace de regarder un peu plus par ce trou de serrure et il a découvert ce mystère qu'est le mot, la phrase, le chapitre, le livre.
    Depuis il a appris à les aimer tous, les beaux, les savants, les coquins, les fragiles, ceux qui font les grandes ventes et ceux qui restent longtemps sur ses éventaires. Il les caresse avec tendresse. Il les feuillette, il les lit parfois. Il connaît leurs vies, leurs auteurs, leurs histoires et s'il ne les connaît pas, il arrive parfois qu'il les devine. Il arrive qu' un d'entre eux soit devenu son préféré mais il n'en oublie pas pour autant les autres. Le libraire est poète, esthète, et s'il trouve le courage de créer sa propre librairie, il se lance. Il n'y fera pas fortune. On ne s'enrichit jamais d'une vraie passion. Au pire il sera quelque temps mercenaire dans une de ces enseignes qui traitent le livre en objet de commerce. Car le livre lui manque et pour vivre avec lui il peut endurer mille sacrifices. Mais là, il souffrira tellement qu'il n'aura de cesse que de vivre une histoire d'amour dans SA boutique.
    Alors, comme dans les beaux écrins que vous présentez sur votre page, il rangera avec tendresse, ou passion, ou les deux, les objets de son amour...les sujets de son amour plutôt.
    On ne saura pas trop ceux qu'il aime le plus. Il taira ses goûts, ses convictions. Le vrai libraire aime la liberté et il ne veut pas faire le choix entre Voltaire et Rousseau, Chateaubriand ou Molière, Jammes ou Prévert. Il accueillera même ceux qu'il ne comprend pas trop. Car ce n'est pas un hasard Belle Dame, si " libre" et "libraire" commencent des mêmes lettres. C'est un clin d'œil plutôt.
    Vous pardonnerez, j'espère, ce trop long commentaire mais votre éloge il faut le dire était bien tentant pour moi qui ai appris à lire caché dans les arbres de mon père au risque des coups de bâton.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique évocation du métier de libraire.
      Vous faites très justement remarquer, cher Julien, la similitude entre libre et livre...
      Il est évident que la lecture libère, c'est ce que je crois avec passion quand il s'agit d'enseigner à des enfants (une passion qui m'a enrichie énormément, mais au sens figuré, bien sûr)
      J'aime beaucoup ce libraire, je le visualise très bien, si vous saviez...
      Oui les livres et moi c'est une histoire d'amour.
      J'aurais pu être libraire...

      Supprimer
    2. En cadeau, une petite nouvelle que j'avais écrite pour un défi d'écriture:

      -Vous avez mal ?
      Ce fut la première chose que Polly entendit quand elle revint de son étourdissement.
      Elle flottait dans un brouillard artistique à la David Hamilton. Elle réalisa que si elle avait perdu ses lunettes, c'était dramatique : sa myopie ne lui pardonnait rien.
      Mais la voix qui avait posé la question était agréable à l'oreille comme une sonate de violoncelle un soir d'été quand la tendresse s'en vient toute seule.
      La silhouette semblait s'inquiéter réellement d'elle, et de la douleur lancinante qui lui avait estourbi le front. Bam ! Un vrai coup de Trafalgar.
      -Laissez moi vous aider à remettre vos lunettes.
      Lors de la brume émergea le visage d'un jeune homme, blond et charmant comme on en rencontre dans les histoires de quat' sous.
      Mais on était dans la réalité.
      Tout revint à Polly et à sa mémoire gommée momentanément par un moment cotonneux.
      L'enseigne de la librairie, les rideaux vert anglais aux fenêtres, les rangées de livres, l'odeur fauve de cuir vieilli.
      Et ce passage entre les deux pièces qui formaient la boutique, un passage étroit et bas de plafond. Sur la pancarte « Attention à votre tête » une petite trace rouge : Polly, sous la violence du choc, avait laissé un peu de son ADN dans le coin en bas à droite.
      -Voulez-vous un peu de thé ?
      En trois phrases, la belle fut conquise.
      Ainsi commença la plus belle histoire d'amour qu'ait jamais connue le petit village de Quilbisham, entre un libraire timide et une lectrice myope.
      Si vous allez dans le Sussex, entrez dans la librairie « Paul & Polly»
      Sur la fameuse pancarte, et dans l'espoir de voir se reproduire le miracle de l'amour, on peut lire l'avertissement suivant :

      «Attention à votre cœur ».
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Bell histoire. Merci de ce partage

      Supprimer
    4. C'est un bonheur de partager...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Si un jour tes envies de beaux paysages t'emmènent à Banon : un tout petit village de Haute Provence , une petite porte "le Bleuet" et là , dans un dédale de petites pièces, une immense promenade.
    Pas de murs pour lui, mais une table pour le colporteur du marché de Briançon (l'été !)qui avec une écriture fine et serrée, commentent ses livres sur de tous petits papiers.

    Merci à toi pour cette jolie chronique qui, une fois de plus, nous fait voyager .
    Belles lectures!
    Nicmo




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais Banon, étant née au pays de Giono, j'ai rajouté ta belle librairie au nom si frais à ma collection. Merci de ton passage, merci pour tes mots.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Tu sais si bien parler des librairies qu'on aimerait pousser la porte de toutes les boutiques que tu nous proposes. Aimer lire avec toi est un vrai plaisir. Tu sais parfaitement transmettre le goût des choses. C'est un don ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'ennuie jamais avec Célestine... hein, hein !!

      Bleck

      Supprimer
    2. @Lauriza
      La passion est un moteur puissant, comme je le dis toujours.
      J'ai souvent déclenché ça chez mes élèves,rien qu'en leur montrant des endroits pleins de livre: il faut connaître cette magie pour la transmettre, et quand elle opère, c'est puissant...
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Bleck
      J'essaie, j'essaie...
      En tous cas on rigole, c'est déjà ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Alors d'abord j'aime tes photographies, la vitrine qui me rend curieux évidemment c'est celle de "la griffe noire", je crois avoir croisé "la courte échelle", pourtant le livre de jeunesse ne me tente absolument pas et j'ai bien tort parce que j'aurais peut être et enfin une possibilité de comprendre les textes et encore ce n'est pas sûr... Mon nom préféré "La mauvaise réputation" elle n'est pas en photographie.
    Bon, les achats de livre sur internet... et pourquoi pas acheter ses maquereaux en grande surface parce c'est 'achement plus facile de se garer tout en postant un billet sur le net afin de se plaindre de la désertification du centre ville.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écrit à la librairie « la Griffe Noire » pour leur demander des explications sur ce titre...ON verra bien s'ils me répondent.
      Tu me fais rire quand tu parles des livres de jeunesse...je suis sûre que tu exagères un tantinet !
      Ton dernier paragraphe est très juste. Mais si ça m'arrive de commander sur Amaz*n, ça reste rare, et ça ne me privera jamais du plaisir subtil d'entrer dans une vraie librairie.
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Elles sont magnifiques ces librairies, c'est du patrimoine, ça me rappelle les vacances.
    Ceci dit, je préfère les très grandes librairies...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a très grande librairie et très grande librairie.
      Je n'aime pas les grandes enseignes, où tout est mélangé, comme C*ltura ou la FN*C.
      Mais j'ai adoré Tropismes, la librairie bruxelloise (il faut dire que j'y étais en bonne compagnie, avec Coumarine) et Gibert ou Eyrolles à Paris.
      Mais quand même, le charme des petites librairies...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Ah comme j'ai envie d'entrer dans chacune de tes photos !!! Ah les librairies mon péché mignon !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends, Manou !
      Ça me fait le même effet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Jolie collection de vitrines variées. Il manque celle du bal des Ardents à Lyon, que j'adore. Et très beau texte bien sûr.
    Merci pour ta réponse concernant la dictée. Je vais voir ça. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, j'ai rajouté « Le Bal des Ardents » à ma collection.
      J'adore l'entrée, comme tu t'en doutes...
      Fabuleuse librairie mystérieuse et chaude comme un antre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS. Rien de plus simple que la dictée vocale, et on gagne un temps fou...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Il ne comprend rien à ce que je dis... Je me suis énervée contre lui, car je perds plus de temps au final. Je dis coucou il écrit caillou, par exemple. Mais je vais lui donner une seconde chance. :)

      Supprimer
  10. Le seul endroit où je ressens de la solennité, le haut lieu des arts, le panthéon des monstres de la littérature, c’est la librairie. J’ai l’impression que je côtoie ces géants de la littérature, Victor, Hugo, Lamartine, Balzac, jeanne Austen... et d’autres et d’autres et à qui je fixais rendez-vous, dans ces lieux magiques. J’ai envie de tout engloutir, leurs paroles, comme si j’attendais un message, une révélation. Le bonheur m’a pénétré avant même de lire quelques extraits ; Quand je rentre dans une librairie, je ne suis plus moi, je suis un personnage d’un roman que je cherche. Mon enfance a été accompagnée de tous ces personnages des romans, dans tous les coins du monde, de tous les âges, de tous les siècles. Dialoguer avec eux, les écouter, les aimer, détester les méchants, les traîtres, les mégères. Je mes souviens d’un libraire pas loin de chez nous dans la ruelle que j’empruntais souvent où il ne se passait pas un jour, surtout dans la fin de l’après midi, où je ne rentrais pas, même s’il n’y a rien de nouveau, sans ressortir un roman dans la main. Mes yeux accaparent tous les rayons de la librairie repassant tout ce que j’avais examinés déjà. La fièvre dans le sang, emporter un livre, c’est emporter des battements de cœur d’un personnage que je vais aimer, d’une histoire qui va m’exalter.
    Merci pour ces belles devantures, qui expriment pour moi, un indéfinissable paradis, le seul lieu où je retrouve mes confidents cachés sous les couvertures d'un livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais bien cette boulimie de lecture. Et tu signes là un des plus beaux textes pour la défense de la lecture, des romans, des histoires et de tout ce qui emporte l'imagination dans sa fièvre.
      Tu comprendras que je sois bouleversée à la fois par ton commentaire, et par celui d'Alain juste au-dessous, qui nous met en face de notre culpabilité et de notre égoïsme insouciant de bien-portants...Pas facile de toujours y penser.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. L'an dernier, nous nous sommes retrouvés fin juin, un peu par hasard, à Cuisery, village du livre. La saison n'était pas commencée. Un peu désertique. Un peu en perdition aussi semble-t-il…
    comme en témoigne cette photo

    De toute façon, il y a longtemps que j'ai dû déserter le genre de librairies dont tu fais état, et dans lesquelles j'aimais me rendre, tout comme toi.
    Mesdames et messieurs, mesurez votre extraordinaire chance provisoire et profitez-en. Suivez les conseils de notre Célestine ! Faites-les, toutes ces librairies d’antan !…. Plus tard, peut-être serez vous amenés à constater que les libraires s'en moquent des Zhandicapés en fauteuil roulant électrique… je n'ai quasiment jamais rencontré une seule librairie de ce genre accessible, et lorsqu'il n’y a pas de marche à l'entrée, la place pour circuler est tellement étroite, que nous comprenons tout de suite le principe du rejet à l'extérieur…
    Après, ils tiennent de grands discours humanistes et tout et tout… pensez donc un libraire ! C’est un type de gauche, ou une nana sociale !
    Ah oui, mon bon monsieur, nous sommes con-patissants, nous sommes vraiment, mais alors vraiment désolés, mais il faut comprendre, vous savez, les travaux que ça ferait, le manque de place, les impôts, le chiffre d'affaires qui baisse, les gros problèmes que nous avons. La mise en conformité avec la loi sur l'accessibilité ? Ah bah ça, bien sûr, nous y pensons… dans 20 ans peut-être. Ah on peut avoir des subventions ? Mais vous savez comment c’est…. Toute cette paperasserie !…
    Et puis, les Zhandicapés liraient des livres ? Avec leur QI d’huitres ?…
    Et puis ici dans notre petite ville des Zhandis, on n’en voit jamais ! Doit pas y en avoir !
    Vous venez d’où ? du Nord ??? Ah ben oui, vous cumulez les problèmes à ce que je vois !
    Vous savez nous sommes des survivants…
    j'ai répondu : moi aussi, et donc je m'en vais acheter sur Amazon !

    Bref, je vais encore m’énerver…
    OK : je sors !
    Et puis qu'est-ce que je viens embêter le monde ici à raconter mes problèmes de marginal dont tout le monde se fout comme de sa première gorgée de… mise en bière…

    Céleste ! Mon amour ! Clique sur « supprimer » ….

    (Tiens si je n’avais pas déjà publié mon book, je l’y aurais bien mis ce commentaire-là…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, Alain, j'ai milité toute ma carrière pour l'accueil des élèves handicapés dans les classes. Ça n'a pas toujours été facile de faire accepter à mes collègues d'aménager leur petit confort dans le but suprême d'adapter l'école à un enfant et non le contraire. Les préjugés ont la vie dure, comme tu le sais. Les peurs, les frilosités...
      Je me suis réjouie à chaque fois que j'en ai eu un dans la mienne, parce que cette année-là, il était tellement plus facile de diriger ce navire improbable qu'est une classe : tellement plus facile de faire relativiser leurs petits bobos aux enfants dits "normaux". De leur apprendre la tolérance, le partage et le pardon.
      Je n'en ai oublié aucun. A chaque fois, Thibault, Lucia, Cameron, Wafa, Rose, vous avez été des soleils, des leçons vivantes, des exemples de courage, de force, de détermination.
      Pourtant, de vos mouvements désordonnés, parfois, il vous arrivait de renverser un pot d'encre noire sur votre dessin que vous aviez mis tant de temps à obtenir, ou pire, sur le beau dessin tout rose de Mélanie ou de Lucas, ces petits cons qui avaient leurs deux bras, leurs deux jambe et leur tête...
      Une grosse tache, amère et brune comme le sort qui s'est acharné aveuglément sur vous. Vous qui ne demandiez qu'à être des petits garçons et des petites filles comme les autres.
      Un gros pâté bien dégueu comme votre vie injuste de souffrance et d'injustice.
      Une merde noire comme l'incompréhension et l'exclusion dont vous êtes victimes.
      Nous n'avions tous alors, dans la classe, qu'une seule réaction : vous pardonner, vous consoler, vous prendre dans nos bras... C'était émouvant et juste.
      Alors oui, cette tache noire, aujourd'hui, c'est ton commentaire, sur mon beau petit billet qui ne voulait chanter que mon bonheur de lire, trop rose, trop lisse, comme toujours.
      Elle est utile, cette tache, indispensable pour comprendre le fossé qui nous sépare, et en même temps cette empathie qui me pousse vers toi quand je prends conscience de ma faiblesse de bien-portante, qui n'a pas su, une fois de plus, accueillir ta différence.
      J'espère que si tu avais mis ton commentaire dans ton book, tu aurais aussi publié le mien.
      Je te demande pardon.
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. PS : J'ai rajouté deux photos pour toi.
      ^^

      Supprimer
  12. J'ai tenu une librairie dans le Lauragais près de Toulouse, l'odeur des livres au petit matin ! J'avais 23 ans... Comme j'aimais conseiller les jolies lectrices avides de culture ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que n'as-tu pas fait, dans ta vie, mon Andiamounet ?
      Tu es un livre ouvert à toi tout seul.
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. ton article et les photos me rendent dingo!!quel bonheur ces librairies photographiées!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sylvie.
      C'est un bonheur de réjouir le lecteur (et la lectrice)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Comme je l'ai dit à maintes reprises, le plus cadeau que l'on puisse me faire, c'est un livre. Et je ne te raconte même pas lorsque j'entre dans une librairie, ou chez un bouquiniste, le temps que j'y passe. C'est simple, je ne vois pas le temps passer. D'ailleurs, je préfère m'y rendre seule, pour ne pas être embêtée par l'impatience de l'autre. Il y a des jours, j'arrive à me raisonner, je me dis : pense à tous les livres que tu as chez toi, et que tu n'as pas encore lus. Mais d'autres jours, je ne résiste pas, je ressors avec un, deux livres, la tentation est trop forte ! En plus des livres achetés, il y a aussi les livres que je prends à la bibliothèque. Tu comprends pourquoi, aussi, je passe moins de temps devant l'ordinateur (sourire).
    Merci pour ce joli billet, Célestine, et toutes ces photos. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un billet qui s'enrichit à chaque instant des propositions de mes lecteurs et trices.
      Oui, je comprends. Moi j'ai tellement de temps, maintenant, que je peux tout faire, et c'est bien agréable.
      J'avoue que je revends parfois de vieux livres qui encombrent ma bibliothèque pour faire de la place aux nouveaux. Je parle de livres qui n'ont pas d'importance pour moi, de petits romans de quatre sous...
      Si tu penses à une librairie que tu aimes bien, n'hésite pas à la proposer.
      Bisous chère Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Un billet qui s'enrichit à chaque instant des propositions de mes lecteurs et trices.
      Oui, je comprends. Moi j'ai tellement de temps, maintenant, que je peux tout faire, et c'est bien agréable.
      J'avoue que je revends parfois de vieux livres qui encombrent ma bibliothèque pour faire de la place aux nouveaux. Je parle de livres qui n'ont pas d'importance pour moi, de petits romans de quatre sous...
      Si tu penses à une librairie que tu aimes bien, n'hésite pas à la proposer.
      Bisous chère Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Voici une librairie que j'aime bien et où je me rends régulièrement, la Librairie ésotérique Reliance, à Saint-Etienne :
      https://www.123mieuxetre.com/librairie-reliance.html#

      Supprimer
  15. Chez nous il n'y a pas de visite à Lannion sans un pèlerinage à Gwalarn. Mais on est tellement envahis de livres qu'on essaie de se cantonner aux bibliothèques. Ca ne nous empêchera pas d'aller à Bécherel pour sa Fête du livre du lundi de Pâques. On ne t'y emmène pas, tu as l'air du genre à ne vouloir sortir d'une librairie qu'à l'heure de la fermeture voire après ! ;-)

    Si tu fais collec' d'images sur ce billet, je propose celle-ci :
    http://joekrapov.free.fr/index.php?post/2010/04/15/La-vache-qui-lit-cafe-librairie-a-Becherel-vu-le-5-avril-2010-1

    et celle-ci :

    http://krapoveries.canalblog.com/archives/2015/02/10/31502314.html

    Sinon en cherchant ces images je suis tombé sur mon Défi du samedi n° 283 (et mort de rire en le relisant-écoutant).

    http://krapoveries.canalblog.com/archives/2014/02/02/29101477.html

    Il y a dedans une image de Plonk et Replonk qui illustrerait aussi ton billet à merveille :

    http://p4.storage.canalblog.com/43/69/657358/93467262_o.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, mon oncle, j'ai rajouté tous tes liens.
      Ils se sont un peu glissés au milieu de autres, mais on les retrouve...
      J'adore "Lis tes ratures" ...
      J'ai bien ri en réécoutant ton Dracula, surtout vers la fin de la chanson...
      Merci pour ta participation à cette oeuvre collective.
      Bises de ta céleste nièce
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine. Je traitais chez moi "le Hasard". Je ne sais si c'est le hasard, mais un jour je suis allé visiter mon fils à Londres et nous sommes allé devant la librairie du " Coup de foudre à Notting Hill". Du moins celle évidemment qui a servi au tournage du film. Votre première photo lui ressemble comme une ou deux gouttes d'eau. Je l'avais mis à l'époque en photo sur un de mes blogs.Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ce film. J'ai trouvé la photo sur le net et je l'ai rajoutée à la collection...
      Pour le hasard, j'ai répondu chez vous.
      Belle journée à vous, François.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci pour la "vraie" photo que j'ai rajoutée aussi...hélas, ce n'est donc plus une librairie ? Quelle pitié...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Magnifiques cette collection de devantures...
    et quelle imagination pour nommer ces lieux...
    Le roi Lire, Lis tes ratures...j'aime bien.

    Ah mon Dieu, que de choix, que de choix !
    J'y perdrais bien...toute une semaine ;-)
    En vacances, je ne résiste pas aux bouquinistes,
    ce qui n'améliore pas mon bronzage, c'est sûr... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais ça diminue tes risques de mélanome...
      La seule chose que l'on risque, en lisant des livres, c'est d'être plus intelligents...
      Comme dit le proverbe:
      « Lire nuit gravement à l'imbécilité »
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. J'en connais deux au moins; La Griffe Noire à St Maure et l'Or des Etoiles à Vézelay. Je leurs souhaite une longue vie malgré Amazon !
    Je ne suis pas du tout lecteur( les romans m'ennuient !)mais j'aime me promener entre les rayons des librairies. D'ailleurs on peut y faire des rencontres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de leur envoyer un mail (à la Griffe Noire) mais leur messagerie sature. Saurais-tu, toi, pourquoi elle s'appelle comme ça, cette librairie ?
      En tous cas, de belles rencontres, ça c'est certain...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est peut être la petite touffe noire( la crête sur la tête à la tintin!) de la chevelure de Gérard Collard!

      Supprimer
    3. Mais oui, tu as raison, c'est tout à fait ça.
      T'es trop fort !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Ton billet me parle bien sûr. Je peux passer devant une librairie sans rentrer. Jamais sans regarder les livres en vitrine. Je parlais il y a pas longtemps de Gueret : il n'y a plus de disquaire, il reste une seule librairie générale. Sinon, c'est le centre commercial, avec des gens qui connaissent très moyennement ce qu'ils vendent. Et donc le contact n'est pas le même. Sinon, il y avait un bouquiniste que j'aimais bien. Mais bien sûr, ça c'était avant, il a arrêté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande toujours pourquoi tout fiche le camp comme ça...
      Mais je suppose que toutes les générations ont cette impression...
      Cela dit, tu ne m'étonnes pas d'aimer les livres. Un poète comme toi...
      bises et belle nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @ Célestine - Le choix, j'appelle ça le choix, celui de dépenser ses 25 Euros là on veut bien les dépenser pour ceux qui ont encore le privilège de pouvoir dépenser 25 Euros en loisir. Le choix de claquer son flouze dans un téléphone 'achement plu bô ou dans ce tichort fournit à la tonne ou ce beurgeur ou dans ces litres de gasoual dans ces millions de trucs, ces compensations personne n'y échappe ou très peu de monde... est-ce qu'on a vraiment le choix, au fait.

      Bleck

      Supprimer
    3. Oups Bleck, désolée j'ai zappé ton comm de ce matin..
      j'adore ta vision des choses... mi narquoise, mi-fataliste...
      Perso, je pense qu'on a toujours le choix.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Celle de Banon, ma favorite pour son emplacement , son côté atypique, son nom et le fait qu'elle est la seule librairie que j'ai croquée. Mais je n'ai pas trouvé l'accueil que j'espérais. Aujourd'hui , surprise, ton blog vit différemment, s'étoffe de photographies et ta nouvelle bannière me parle , m'évoque, me suggère, m’emmène vers un heureux futur proche ......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De temps en temps, je fais un billet photo (rappelle-toi, celui sur les ponts dernièrement...ou celui sur les cabines transformées en bibliothèques...
      Bisous à très bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Jade et l'homme connaissent eux-aussi cette attirance pour les boutiques à bouquins. A Luxembourg, ils sont tombés sous le charme de la librairie "Alinéa", rue Beaumont. Une extraordinaire richesse de titres et de collections...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la rajoute à ma collection...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Très sympa de rajouter les propositions des uns et des autres !
    J'en chercherai pour Alain aussi. Touchants vos commentaires à tous les deux. La Fnac est accessible à Lyon, encore heureux !
    J'avoue qu'il m'arrive aussi d'acheter sur internet, je l'ai fait récemment car je ne peux pas conduire avec le plâtre. Alors on y passe des heures aussi, on lit plein de résumés, plein de 4ème de couverture, plein d'avis de lecteurs, et au final on craque encore plus que dans une librairie ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour moi non plus, il n'est plus possible de me "perdre" dans ces pourtant si mignonnes librairies... mes yeux malades me donnent le tournis
      Alors la plupart du temps, je vais me plonger dans le site A bien connu, faire comme toi Pastelle...et souvent finir par acheter là, même si ce n'est pas ce que j'aurais voulu
      Peut-être que d'autres lecteurs sont "obligés" d'en passer par là...

      Supprimer
    2. Quelle chance, alors, d'avoir la possibilité de commander sur internet, ce qui n'était pas possible il y a quelques années...
      Amaz*n n'est (paraît-il) pas un modèle en matière de traitement des employés (une forme d'esclavage moderne ?) mais il faut reconnaître que c'est quand même, sur le principe, une belle invention.Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc comme disait ma grand-mère qui n'était pas forcément originale tout le temps... ;-)
      Je te prie de m'excuser de n'avoir pas pensé, en écrivant mon billet, à tous les lecteurs qui ne peuvent entrer dans ces petites boutiques si mignonnes.
      J'en suis sincèrement désolée.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. bon, je n'ai pas le temps maintenant, mais je te répondrai plus longuement plus tard

      Supprimer
    4. Pas de souci, Coum.
      No stress !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. tu n'as pas à t'excuser Céleste, "de n'avoir pas pensé, en écrivant mon billet, à tous les lecteurs qui ne peuvent entrer dans ces petites boutiques si mignonnes."
      Ainsi va la vie, il y a des personnes qui, pour une raison ou pour une autre ne peuvent le faire. Et pas toujours pour une question d'accessibilité, comme le déplore Alain plus haut. Pour celles-là en effet, il faut sans relâche réclamer de se mettre aux normes. Mais pour les autres...? Les difficultés, souffrances et autres handicaps font partie de la vie, se rencontrent aux quatre coins de la terre
      Est-ce pour cela que tu ne peux écrire un billet comme celui-ci? Avec toutes ces jolies photos cueillies un peu partout, ou reçues au gré des amitiés?
      La réponse va de soi... on ne pourrait plus rien écrire, si c'était le cas...
      Et c'est pour cela qu'en effet un site comme Ama*zon rend d’énormes services. Même chose d'ailleurs pour acheter sur Internet les cadeaux que l'on souhaite offrir à ses petits enfants par exemple: il y a là tout le choix que l'on veut
      Voila! Je voulais juste spécifier cela

      Supprimer
    6. Tu sais que je suis à fleur de peau, et que je travaille sur moi pour essayer de ne pas voir d'agression personnelle dans ce genre de commentaire. Mais on ne se débarrasse pas facilement de ses vieux démons: manque de confiance en soi, culpabilité, sentiment d'injustice...c'est un combat de chaque jour.
      Mais c'est mon handicap à moi, même s'il est sans commune mesure avec un vrai handicap physique. Une hyper-réactivité , une hyper-sensibilité que je pensais partager avec toi, mais je me rends compte que tu l'es moins que moi. ;-) Sans doute es-tu plus avancée sur ce chemin. :-)
      Je te remercie en tous cas, pour tes mots apaisants.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Je n'achète pas sur le vilain site, mais sur Pri..Min... Ce sont des livres d'occasion, et ils me sont d'autant plus attachants. (En plus d'être nettement moins chers !) :)

      Supprimer
    8. Je m'aperçois Pastelle que, du coup, je n'ai pas répondu à ton commentaire de ce matin...
      Le résumé, c'est que chacun fait un peu comme il veut ou peut... ;-)
      Bisou et courage pour ton bras cassé...

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. @Céleste: tu ne devrais pas être constamment à fleur de peau. Je n'ai jamais senti dans tes propos ou commentaires une quelconque agression bien au contraire, souvent c'est l'inverse qui se passe; Il est vrai que tu as un tempérament hyperactif, mais je doute fort que tu aurais autant de commentateurs et commentatrices si tu n'étais pas conviviale, chaleureuse,tolérante et surtout sympathique.Pour tes vieux démons, il faut les lâcher dans un puits sans fond je t'y aiderais à mettre la trappe.

      Supprimer
    10. Euh...je ne suis pas hyperactive, juste hyper sensible... lol!
      mais je e soigne, chez Bizak.
      C'est gentil à toi de vouloir m'aider.
      J'ai déjà balancé à la baille pas mal de mes vieux démons...je vais y arriver.
      Merci pour tes compliments sincères qui me vont droit au coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    11. J'ai toujours confondu, hyperactive et hypersensible, mais c'est vrai qu'il y'a une différence. Si je me rappelle, c'est ce qu'on appelle l'hyperesthésie.
      Excuse-moi pour cette boulette.

      Supprimer
    12. Non ce n'est rien...D'autant que j'avais dit, dans mon commentaire "hyper-réactive"
      Tu as pu confondre.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Quel bonheur si je vous apercevais, au hasard d'un rayon, en train de feuilleter un livre de Somerset Maugham, dans une de ces charmantes boutiques...
    J'ai beaucoup aimé votre petite nouvelle de Paul et Polly.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...les nouvelles pour dames de Somerset Maugham...
      Vous me rappelez ce cher Souchon ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Mais avec ta belle bannière exposant une femme au soleil, j'ai bien envie de piquer une tête si l'eau est assez profonde au lieu de poireauter dans une librairie même la plus riche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est plutôt un bain de minuit qu'elle va prendre, car c'est la lune à côté d'une étoile, et le phare est allumé...
      On peut donc aller à la librairie l'après midi, et aller se baigner la nuit... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. T'as raison, où est ce que j'avais les yeux?

      Supprimer
    3. J'ai ma petite idée de "où tu avais les yeux" mais bon...je ne dirai rien... hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je la trouve bien trop habillée pour un bain de minuit.... C'est trompeur :-)
      Baci

      Supprimer
    5. Oui mais ça c'est pour les caméras...mais dès qu'elles auront le dos tournée, hop !
      Tu sais bien que "moins que rien de costume" ça s'enlève comme qui rigole...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Excepté pour l'alimentaire, je n'entre quasiment jamais dans un magasin. L'exception notable reste la librairie, notamment lorsque je veux faire un cadeau. En fait les librairies sont les seuls commerces dans lesquels je me sens bien et peux rester longtemps, longtemps, à feuilleter des livres… et presque immanquablement en acheter :)

    Ta galerie de photos est un régal d'inventivité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grâce aux participations des uns et des autres, la galerie s'est étoffée.
      J'avoue que les titres choisis sont fabuleux.
      Rien que pour ça, ça mérite un détour...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Quand on ne peut pas se déplacer, c'est triste, mais il y a moyen d'acheter des livres par internet chez de vrais libraires, sans passer par l'incontournable Amazon. Et au moins, on fait vivre des libraires. Toutes les grandes librairies offrent cette possibilité. Mollat à Bordeaux, Le Furet du Nord à Lille, Kléber à Strasbourg, même La Procure, spécialiste d'ouvrages religieux, vend toute la littérature. Je cite ce que je connais, il y en a plein d'autres. Une chère amie a récemment ouvert à Metz une superbe librairie "Autour du monde". La petite ville de Die, dans la Drôme a une librairie, Mosaïque, lieu exceptionnel. Merci Célestine pour les photos de tous ces lieux magiques.
    J'aime les livres et (presque) tous les libraires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais bien la librairie Mosaïque à Die, qui est un de mes lieux de villégiature estivale.
      j'aurai peut-être un jour la chance de t'y croiser ? Ce serait formidable..
      J'ai choisi le Furet du Nord, pour l'originalité du nom...
      Merci, Anne Etoilée pour ce beau florilège.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Depuis 1976, je suis allée chaque été à Die, mes parents y avaient une maison de vacances, dans un charmant village à 5 km. J'ai bien dû te croiser sur le marché, ou sur une terrasse !

      Supprimer
    3. Anne envoie moi un petit mail en privé (adresse dans contact en haut dans les onglets)
      Ça me ferait plaisir de discuter de ça.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. ...La rencontre entre un amoureux des livres, objets sacrés de tous les plaisirs, des passions, des mots, des écrits, et ce haut lieu des Arts, l'antre, intime et silencieux, propre au travail et au repos, découvert aux détours d'une venelle, d'une rue étroite...dans la vieille ville, le plus souvent, ou près des quais.... j'ai poussé la porte et suis entrée dans ce paradis privilégié, rempli de solennité... à petits pas feutrés... déjà la devanture est belle tentatrice... la phrase picote la page, ... mes yeux gourmands d'imaginaire, de rêverie, de philosophie, d'Histoire,d'histoires ... de nouveaux romans... volent partout.... je feuillette allègrement, gloutonne, les ouvrages à la recherche du bouquin d'exception, du magicien, celui qui me plaira entre tous... et le choisir délicatement, quand il est rangé méthodiquement, ou pas...
    Elles sont magnifiques toutes ces librairies Célestine, à dégoter, à dénicher ... le meilleur livre, celui qu'on a choisi avec amour....quand c'est encore possible.. mais même dans les grandes villes, ces librairies... celles qui ont une âme particulière... disparaissent, et de plus en plus... malheureusement...
    merci Célestine pour cette chronique très sympathique qui nous rappelle ces instants heureux, très heureux..
    Bonne soirée....
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire-fleuve pour dire ton amour des livres, des lettres, des lieux magiques de culture...
      On a presque l'impression que l'on fait partie d'un club un peu fermé, alors que la lecture devrait être une chose partagée par tous, tout le temps, et les librairies devraient être aussi nombreuses que les restaurants...Je sais, je rêve...
      Bisous ma chère Den
      Pas de nom à me proposer pour ma galerie de photos ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Quel bel hommage ! Moi non plus je ne résiste pas et quand je m.y sens bien ,j'achete toujours quelque chose par solidarité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sais-tu bien, chère Miss Zen, que c'est toi qui m'as inspiré ce billet ?
      J'ai adoré ton expression : « mes amants de papier » pour parler des livres...
      J'ai failli la reprendre dans mon titre...mais je n'ai pas osé.
      Merci pour cette belle inspiration, petite miss.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Changement de bannière, changement d'ambiance et/ou changement d'humeur ? Suis sûre que tu vas m'expliquer pourquoi elle tourne le dos aux étoiles, à la lune et au phare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais non, regarde bien : son coeur est tourné vers la mer, mais sa tête est entièrement tournée vers cette triple lumière...
      Le changement de couleur ? Ça me prend de temps en temps...Un besoin de changer d'harmonie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Ben me v'la de retour...

    Je n'ai pas de photo inédite de librairie mythique à te proposer. Juste un lieu au pied de la Montagne Noire, Montolieu, que tu as pu visiter.
    En fait, je vais rarement dans une boutique, qu'elle vende des livres, de la brocante ou tout autre chose, car l'abondance me paralyse le choix. Je ne vois plus que l'ensemble et je ne détaille plus rien.
    Par contre, je suis porté par des "rencontres" avec tel ou tel livre (ou objet). Il en va de même avec les personnes. Certainement ce bon vieux hasard de ce cher Albert :-).
    La faculté de synthèse va à l'encontre de la faculté d'analyser les détails... Rien de parfait dans ce monde...;-)
    Ce Sidi, j'admire le goût et l'inventivité de ces libraires pour leurs cavernes... Et il y a peu de temps, je me suis fait happé par un de ces antres dans la ville de Clamecy...

    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je suis sûr que tu as aimé ça...mais tu étais en bonne compagnie, c'est pour ça...
      Ben t'étais où ? Tu m'as manqué caro mio...
      Je me sentais comme une endive périmée au fond du frigo...
      Buona notte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien sûr que j'avais aimé, d'autant que le programme était bien plus étoffé avec deux conférences-débats sur l'avenir de la paysannerie (bio en particulier), un film sur Manning, un lanceur d'alerte du genre de Julien Assange et des discussions avec les autochtones de cette ville résolument républicaine qui s'était révoltée contre la dictature de Napo III. La mémoire des lieux font qu'il reste un climat de vigilance envers le pouvoir.

      Pauvre chicon, ça va mieux?

      Ti bacio

      Supprimer
    3. Oui, ça va bien mieux, j'ai repris des feuilles !
      Enfin, de la feuille, si tu en crois mon billet sur les cent mots... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Le patron de la Griffe Noire s'appelle Gérard Collard. Il fait un émission littéraire sur France Info. Quant à l'origine du nom, je n'en sais rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Daniel, ne serait-ce pas à cause de sa petite houppette de cheveux en forme de griffe, justement ?
      Comme l'a dit Bizak un peu plus haut ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.