mardi 22 mars 2016

Un jour...couleur d'orange...



La guerre est un fruit de la dépravation des hommes. C'est une maladie convulsive et violente du corps politique. Elle dépeuple les états, elle y fait régner le désordre. Les lois sont forcées de se taire à la vue de la licence qu'elle introduit, elle rend incertaines la liberté et la propriété des citoyens, elle trouble et fait négliger le commerce, les terres deviennent incultes et abandonnées. Jamais les triomphes les plus éclatants ne peuvent dédommager une nation de la perte d'une multitude de ses membres que la guerre sacrifie. Ses victimes mêmes lui font des plaies profondes que la paix seule peut guérir.

 La paix  donne de la vigueur aux empires. Elle maintient l'ordre parmi les citoyens. Elle laisse aux lois la force qui leur est nécessaire, elle favorise la population, l'agriculture et le commerce. En un mot, elle procure au peuple le bonheur qui est le but de toute société. 

Denis Diderot
1713-1784



Dessin Joël Guenoun

52 commentaires:

  1. Je ne reconnaissais pas ton style d'écriture.
    Je saisis toute l'essence même de ton message.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, je ne suis pas Diderot.
      Je regrette simplement qu'il ne soit pas assez lu dans les écoles, les collèges, les lycées...Ah bien sûr, c'est aride, ce n'est pas très folichon...
      Mais...
      Bisous fougueuse amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Une fois de plus la bêtise et l'obscurantisme de certains bipèdes que je refuse d'appeler des hommes a frappé à l'aveugle.
    Et là, je m'interroge...
    Comment l'EI peut-il financer ses guerres?
    Même en imposant de lourds impôts sur les populations qu'il contrôle, il ne peut pas récolter assez d'argent de cette façon.

    Il y a le Pétrole, bien sûr. Mais comment le mettre sur le marché sans la complicité de certains pays "présentable"?
    Sur ce plan, la Turquie joue un double jeu car elle a un ennemi commun avec l'EI: les Kurdes. D'autant que l'islamisme d'Erdogan n'est modéré que sûr le papier...

    Sachant que le pétrole a une composition spécifique à chaque champ pétrolifère, il est possible de tracer celui extrait par l'EI et, dès lors, mettre à ban les pays acheteurs de ce pétrole de guerre. Voir de détruire ce pétrole dans le pays acheteur.
    Une raffinerie qui saute dans un pays qui a financé le terrorisme en achetant du pétrole à l'EI, ça risque de poser des problèmes à l'acheteur et ce ne serait plus une opération financière rentable...

    Sans pognon la capacité de nuisance de l'EI se réduit à une peau de chagrin.
    Plus besoin de financer une guerre qui coûte plus de 1 million par jour et on pourra mettre l'argent économisé pour sortir les banlieues de la précarité, qui est le terreau de la radicalisation et du terrorisme.
    Je voterai pour celui (ou celle) qui présentera un tel programme.......
    Autant dire que je voterai blanc, mais on peut rêver, non....
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On doit rêver. Continuer.
      J'entendais parler ce soir de "l'accoutumance aux attentas", et de l "épuisement de la compassion"
      C'est grave.
      La banalisation est l'ennemie de la conscience.
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est grave d'en arriver là...

      Supprimer
    3. Très.
      Et c'est ce qu' "ils" veulent...

      Supprimer
  3. L'image et le texte disent l'essentiel...

    RépondreSupprimer
  4. Ceux qui planifient les guerres n'ont que faire de nos jérémiades. Nos gouvernants avec les systèmes politiques actuels ne réagissent qu'après coup, ils ne planifient rien, ils n'écoutent personne. Nous savons tous que la guerre du pétrole générée par les Buchs en s'attaquant à un pays, à une civilisation (pas à un dictateur, ce n’était vraiment pas leur but, même si, il avait servi de façade) sur la base de suspicion de la détention des armes à destruction massive par Sadam et qui était un argument fallacieux, n'avait d'autres objectifs que de créer un déséquilibre mondial. Et ceci en raison de la montée des pays concurrents comme les chinois et d'autres pays émergents de l'Asie. Les démocraties surtout européennes aujourd’hui sont complètement dépassées face à la recomposition du monde. Face au terrorisme, on fait des lois au compte gouttes et d'une manière urgente et encore, après des massacres qui continuent malheureusement à se multiplier. En fait les pays européens sont entrain de subir les conséquences d’une catastrophe provoquée par les américains de Buch. Daesh est la conséquence du muselage d’une partie du peuple irakien d'obédience sunnite, en installant un chiite au poste de premier ministre, menant le pays à la catastrophe. A toute action, il y’a réaction ! les sunnites reclus, déconsidérés, isolés, préparaient leur revanche avec la bénédiction des va-t-en guerre, qu’étaient les monarchies du golfe, ennemies des chiites. Et la boucle est bouclée. Le cas de la Syrie, suit le même processus(sunnite contre chiite,Arabie Séoudite et Quatar contre l'Iran chiite, une véritable cacophonie : les sunnites, les chiites, les pro-Assad, les anti-Assad, les kurds, les turcs et les djihadistes.
    Les guerres se nourrissent de cette façon, les complexes militaro-industriels tournent à fond pour le bénéfice des tenants du pouvoir économique et politique. Allez-y maintenant dire que les guerres vont un jour s’arrêter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Trounadisse se leva, amena Tistou devant une
      mappemonde qu’il fit tourner, et posa son doigt au milieu.
      — Tu vois ce désert ? dit-il. Eh bien, c’est là.
      Tistou vit, sous le doigt de Monsieur Trounadisse, une
      tache rose qui ressemblait à une dragée.
      — Pourquoi la guerre s’est-elle mise là, Monsieur Trounadisse ?
      — C’est très facile à comprendre.
      Quand Monsieur Trounadisse affirmait que quelque
      chose était facile à comprendre, Tistou se méfiait ;
      généralement c’était très compliqué. Mais cette fois Tistou
      était décidé à bien écouter.
      — Très facile, répéta Monsieur Trounadisse. Ce désert
      n’appartient à personne…
      « À personne », se répéta intérieurement Tistou.
      — … Mais à droite se trouve la nation des Vazys, et à
      gauche la nation des Vatens.
      « Va-z-y… Va-t’en… », se répéta encore Tistou ; il était
      vraiment bien attentif.
      — … Or voici quelque temps les Vazys ont annoncé
      qu’ils voulaient ce désert ; les Vatens ont répondu qu’ils le
      voulaient aussi. Les Vazys se sont installés sur leur bord,
      les Vatens sur le leur. Les Vazys ont envoyé un télégramme
      aux Vatens pour leur dire de s’en aller. Les Vatens ont
      répliqué par radio qu’ils interdisaient aux Vazys de rester.
      Maintenant leurs armées sont en marche et, quand elles se
      rencontreront, elles vont se battre.
      — Qu’y a-t-il donc dans cette dragée rose… je veux dire
      dans ce désert ? Des jardins ? demanda Tistou.
      — Mais non, puisque c’est un désert ! Il n’y a rien du tout.
      Il y a des pierres…
      — Alors ces gens vont se battre pour des cailloux?
      — Ils veulent posséder ce qui est en dessous.
      — Sous le désert ? Qu’est-ce qu’il y a ?
      — Du pétrole.
      — Pourquoi le veulent-ils, ce pétrole ?
      — Ils le veulent pour que les autres ne l’aient pas. Ils
      veulent ce pétrole parce que le pétrole est indispensable
      pour faire la guerre.
      Tistou savait bien que les explications de Monsieur
      Trounadisse finiraient par être très difficiles !
      Il ferma les yeux pour mieux réfléchir.
      « Si je comprends bien, les Vazys et les Vatens vont se
      faire la guerre à cause du pétrole parce que le pétrole est
      indispensable à la guerre. » Il rouvrit les yeux.
      — Eh bien, c’est idiot, déclara-t-il.

      Maurice Druon

      Supprimer
    2. Ben oui! c'est à peu près ça la guerre, ce n'est pas tellement compliqué.

      Supprimer
    3. C'est la paix qui est compliquée!

      Supprimer
    4. Tout à fait : la négociation est toujours plus difficile que les coups de poings.
      Le dialogue plus que la violence.
      Et l'intelligence des situations, plus que la bêtise épaisse.
      Mais qui choisit la difficulté ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. J'aime beaucoup la citation de Tistou. Enfin, de Druon. C'est comme Saint Exupéry, la vie racontée aux enfants, ça paraît tellement simple. J'ai lu récemment un autre livre dans ce style, ils pourraient être amis tous les trois. Il s'intitule "Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran". Les citations seraient trop longues, et puis de toute façon tout est à lire...

      Supprimer
    6. Ah oui, très beau livre !
      Dans des périodes comme ça, je me rabats sur mes fondamentaux, des lectures simples mais pleines de ce bons sens et de cette magie qui manquent cruellement à ce monde...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Je partage entièrement ton point de vue sur la banalisation. Le Bataclan, les terrasses de Paris, le métro et l'aéroport de Bruxelles, les bombardements en Syrie, les attentats partout dans le monde: l'indignation, le lever de boucliers, la mobilisation des consciences et des forces vives doivent rester intacts. L'inacceptable ne peut en aucun cas, sous aucun prétexte, être accepté. Si la barbarie devient ordinaire, on aura échoué en tant qu'hommes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument.
      l'émotion doit rester la même. Et le sentiment de révolte aussi.
      Bises, cher toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ce soir, je suis triste à mourir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, Myo.
      Je suis dans la même tristesse, comme le 7 janvier, comme le 13 novembre...
      Et je te prends dans mes bras.
      Et je te berce doucement, sister.
      with all my love
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'ai appris cette nouvelle pendant que j'étais à la gym... anéantissement, tristesse. Ne pas céder, jamais.
    Bises Célestine, et merci pour les extraits de livres, dont Diderot mon "philosophe" et tant d'autres choses, préféré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anéantissement, tristesse. Ne pas céder, jamais.

      Tout est dit en ces quelques mots.
      Et céder, en l'occurrence, ç'aurait été de ne rien écrire.
      Bisous ma belle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Dans le monde, c'est tous les jours le 7 janvier, le 13 novembre et le 22 mars, parce que c'est tous les jours qu'il y a des attentats et des morts par la stupidité des hommes se faisant la guerre.

      Je partage presque l'analyse de Bizak. Presque, car il ne faudrait pas oublier le rôle actif de la France dans la déstabilisation volontaire de la Libye et du Sahel.
      Au départ, il y avait le Shah d'Iran qui muselait les intégristes (comme l'Algérie, Moubarak, Ben Ali, Kadhafi, Saddam Hussein et El Assad, tous d'affreux dictateurs qui, accessoirement, préservaient le monde de l'intégrisme.)
      Jimmy Carter ouvrit la boîte de Pandore en faisant tomber le Shah car celui-ci avait des velléités d'être la puissance de référence au Moyen-Orient. Carter pensait qu'entre cinglés de bondieuseries, il pourrait bien s'entendre avec Khomeiny... La rampe de lancement de l'intégrisme était en place et le Moyen-Orient pouvait vivre sous un équilibre de la terreur, savamment entretenu par les Ricains et la France qui livraient du matos à Saddam ou à Khomeiny au gré de l'équilibre des forces afin que la guerre puisse durer.

      George W. est un crétin, c'est peu de le dire, mais il avait un père dans le droit fil de sa connerie. Tous deux ne faisant que continuer les imbécilités de Carter (carter: réceptacle à huile de vidange, il était prédestiné à saloper la Planète...)

      En France, l'essentiel de l'information est dans 3 mains plutôt douteuses:
      - Le Pouvoir.
      - Serge Dassault
      - Arnaud Lagardère.
      Ces deux derniers étant avant tout des fabricants-marchands d'armes...
      Baci Sorellita

      Supprimer
    3. C'est vrai, c'est tous les jours le 22 mars dans le monde.
      Ce soir, j'avoue que la géopolitique me donne envie de pleurer.
      Je vais aller me jeter dans les bras de Morphée, c'est tout ce qui me reste à faire...
      Il a raison, Andiamo, les Martiens sont morts de trouille qu'on les envahisse...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. En cent mots, 366 réels du jour : le bien et le mal ! Truc de ouf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que j'ai écrit ! hallucinant...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Merci Celestine. Un grand texte. Malheureusement, les barbares ne lisent pas ce genre de texte et les textes qu'ils lisent, ils ne les comprennent pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et parmi les barbares, ceux qui sont allés à l'école de la République ...Comment comprendre ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Je pense au film de Bertrand Tavernier "préparez vos mouchoirs" je devrais dire préparons NOS mouchoirs, car à mon sens nous n'en sommes qu'au début !
    Pessimiste moi ? Non, observateur.
    Allez bonne journée tout de même . ];-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je passerai une bonne journée, quoi qu'il en soit.
      Parce que la vie continue et qu'il ne sert à rien d'ajouter du pessimisme au monde, il y en a bien assez comme ça.
      Tu m'emmènes faire une balade sur les quais ? Je cherche un bouquin introuvable, ça s'appelle l'Espoir existe encore... ;-)
      Baci caro

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Sur les quais ? Oui bien sûr, aujourd'hui journée grise, Paris est en deuil ! Je connais pas très loin, rue Saint André des Arts, un pub ! Mais oui Madame, on y mange bien, musique irlandaise en fond sonore... Vous venez Madame ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'enfile un pull (irlandais) et j'arrive. ^^

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je remercie Diderot et les philosophes du 18e siècle d'avoir écrit ce qu'ils ont écrit.
    Et je les lis en classe de FLE.
    Dans la discussion sur ce qui est utile ou pas, je suis plutôt d'accord avec le petit Prince (et pour tout le reste à peu près, avec Michel Onfray)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tistou les Pouces verts ressemble étrangement au Petit Prince.
      Et sa réaction dans le passage que je cite me fait penser à la conversation de Petit Prince avec le marchand de pilules pour la soif...
      Oui, Michel Onfray est un grand philosophe: je le sais parce qu'il n'est pas aimé par les médias...

      Bisous Madame Adrienne
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Lorenzaccio23 mars, 2016

    Merci d'exprimer la peine d'un peuple avec votre manière délicate habituelle.
    Je reviens de Bruxelles et je suis choqué. Terriblement choqué.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends et je compatis cher Lorenzaccio. Vous êtes belge ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Kangourou Agile23 mars, 2016

    Les dessinateurs ont pris leurs crayons en étendards et je trouve cela très bien.
    Sur les réseaux sociaux, ils se sont déchaînés contre la barbarie.
    Pour résister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu en effet combien ils ont été réactifs et inventifs à la fois.
      Merci de ton passage, kangourou Agile !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. C'est pour cela qu'il n'existe pas un pays sur cette terre qui n'ait fait, ne fait ou ne fera pas la guerre !...
    La guerre est comme le fumier, la vie repart sur les déchets ; de plus belle...
    Sourire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux voir un message d'espoir dans tes paroles, et je suis si heureuse que tu sois venu ce matin. Merci Gilles.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Semons des graines, travaillons pour la paix. Ho'oponopono

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sais-tu que j'ai acheté le livre de Laurence Dujardin « Ho'oponopono » ?
      Merci de m'avoir fait découvrir cette philosophie.
      Je m'en vais semer des graines de paix, ma belle rousse.
      Belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je pense qu'il est nécessaire de faire un commentaire critique de cet extrait des pensées de Diderot, si l'on veut notamment apporter une quelconque réponse aux interrogations légitimes de Blutch (« Pourquoi ne pas couper les vivres à cette folle structure criminelle ? ») ……

    Lorsque Diderot condamne la guerre en ce qu' « elle trouble et fait négliger le commerce » il commet une erreur d'analyse :
    Certes, la guerre trouble , voire tue certains petits commerces tenus par les 'victimes collatérales' des 'bombardements ciblés' ; mais la guerre dans ses prémices, dans son essence même, dans ses objectifs occultes développe et renforce les commerces les plus influents ; en plein conflit les lois ne sont pas forcées mais forgées ou réaffirmées pour conforter les commerces les plus juteux.

    Tout le monde connaît le plus juteux d'entre eux : le commerce des armes ; remontons seulement au dernier conflit « européen » : l'absurde de l'absurde des guerres de nationalismes issus du démantèlement de la Yougoslavie , dont le siège de 4 ans de Sarajevo fut le point d'orgue ; pourquoi
    cette longue impuissance du machin onusien à intervenir ? Il fallait que soit nourri le commerce des armes ……..

    Alors, ce pseudo état criminel, pourquoi ne met-on pas les moyens adéquats pour y mettre fin ?
    Pourquoi était-il normal et simple de mettre l'embargo sur l'Irak ou sur l'Iran (producteurs de pétrole) , et pourquoi ne peut-on pas faire le barrage simple que suggère Blutch au commerce du pétrole sur lequel les fous ont mis la main ? La réponse n'est certes pas dans le commerce du pétrole, mais bien plutôt dans celui des armes (j'en mettrais ma main au feu) , des armes et tout ce qui va avec : qui dit armes dit destructions, plus il y a de destructions plus le marché de la reconstruction sera florissant….. (c.f. la guerre d'Irak….) .

    La véritable solution ce serait de mettre universellement fin au commerce des armes ; y penser seulement est encore une utopie : il y aurait encore des insensés pour s'y opposer au nom de l'amendement machin…….

    Petrus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aimerais être Tistou les Pouces verts, qui arrêta une guerre en immobilisant les armes avec des fleurs.

      « Le lierre, la vigne blanche, le liseron, l’ampélopsis des murailles, la renouée des oiseaux et la cuscute d’Europe formaient autour des mitrailleuses, des mitraillettes, des revolvers, un inextricable écheveau, qu’aggravait encore la glu répandue par la jusquiame noire.

      Merci Petrus pour ce témoignage qui sème des graines de paix, comme dit Marie-Madeleine.
      Belle journée et bises

      Supprimer
    2. @ Pétrus
      Il est aisé de réduire au silence Daech, encore faut-il le vouloir...
      L'état d'urgence actuel en France est une aubaine pour les politocards.
      - Plus de manifestations de masse au nom de l'état d'urgence.
      - Une surveillance de tout ce qui peut ressembler à de la contestation.
      - Dans la fameuse liste "S" qui recense les terroristes, il y a aussi d'autres individus autrement plus dangereux pour le pouvoir:
      - des syndicalistes,
      - des anti-nucléaires
      - des écologistes
      - Sans parler d'anars ou de contestataires d'extrême gauche.
      Tous voisins de fichiers avec les terroristes de Charlie, du Bataclan, de Bruxelles, etc.
      Car tous ces gens là étaient fichés et ils ont pu, malgré tout, agir librement...
      La faute à "pas de chance" a bon dos, mais ça ne devrait pas dépasser les limites de la décence, parce qu'on pourrait finir par y voir une forme de collusion pour fermer le caquet du petit peuple et lui sabrer ses libertés.
      Ca se voit que Valls a été élevé dans la bourgeoisie au bon temps et dans le pays de Franco... ( qui était, par ailleurs, ami avec de Gaulle...)

      Le Talon d'Achille de toutes les organisations mafieuses et/ou criminelles, c'est la gestion de l'argent.
      Al Capone était inattaquable pour toutes ses activités criminelles, il fut tout de même condamné à 10 ans d'Alcatras... pour fraude fiscale.

      A méditer par ces temps troublés:
      "Celui qui accepte de sacrifier un peu de sa liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finira par perdre les deux." Thomas Jefferson Pdt des USA.
      Ciao et Baci à la patronne.

      Supprimer
    3. Je laisse Petrus te répondre s'il le désire.
      Ti bacio forte, grazie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Ah ! si tout le monde pouvait avoir la paix dans son cœur....Douce utopie de ma part....Et pourtant nous devons cultiver la paix, chacun , inlassablement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une utopie à semer sans relâche. Elle aide à vivre, et elle est partagée par beaucoup de gens...
      Bises cher Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. évidemment complètement d'actualité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement...
      Le texte a près de trois cents ans mais il n'a pas pris une ride...
      Bisous mes caphys préférés.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. 46 commentaires, sur un texte et un moment essentiels de l'histoire.
    99 pour le précédent.
    121 au 14 novembre.
    Et c'est pareil chez moi.
    51 commentaires pour le moment important de l'histoire.
    71 pour une usine sans intérêt essentiel.
    J'ai peur qu'ils soient là "l'accoutumance aux attentats", et "l'épuisement de la compassion". Dans ces chiffres tout bêtes.
    Et ça me rend très triste...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai, je n'avais pas remarqué parce que j'ai toujours de l'activité sur mon autre blog...mais non, ça ne se bouscule pas au portillon... j'ai peut-être choisi un angle d'attaque un peu trop aride. Diderot, c'est pas forcément très folichon...^^
      Merci d'être là, toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bien sûr qu'il faut encore et encore cultiver la paix, sans relâche... sinon comment pourrions-nous continuer de vivre !! mais je suis très choquée par cette violence. Pourquoi ? j'ai lu les mots de Denis Diderot, Maurice Druon... et heureusement bercée par la délicieuse musique traditionnelle irlandaise du groupe solas, qui permet l'évasion... bien loin...
    Merci encore Célestine, d'être là, d'être toi.
    Je t'embrasse en cette fin de journée de Pâques.... HEUREUSE,(malgré tout)au milieu de mes tous-petits.
    Den

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.