mercredi 9 mars 2016

Et soudain...



Et soudain…
Il aura fallu un échange de mails avec l’un d’entre vous, qui me mette un grand coup au plexus, au point que j’en ai vu des étoiles, pour que je réalise une chose toute bête : c’est vrai que je ne vous parle plus trop de moi…Enfin de ce qui m’anime et me fait vibrer. Ma famille, ma mère, mes enfants, mes passions...
 Pourtant, j’avais l’impression de n’avoir jamais arrêté, d’être toujours de fièvre et de miel, comme avant …Comme c’est bizarre, mon cher cousin…
Que s’est-il donc passé ?
Et soudain je réalise…
Je réalise que je continue à raconter ma vie, mais « là-bas, de l’autre côté ». 
Dans mon  blog « En cent mots ».
Je vous explique. Le 4 mai dernier, je me suis lancée dans une aventure, un marathon d’écriture, appelé « les 366 réels à prise rapide de Raymond Queneau » ou comment raconter chaque jour un peu de sa réalité, tout ça en cent petits mots.
Toute à la passion de mon défi, qui me pompe tant d’énergie, je ne me suis pas aperçue qu’ici, je tombais peu à peu dans le « général ou l’anecdotique » ayant tellement peur de vous gonfler par des redites intempestives…Oh la la...et si mon blog que j'aime tant était devenu un espèce de chronique bobo-intello ?
 J'ai simplement oublié que là-bas, vous n’étiez qu’une poignée d’aficionados à me suivre.
Alors aujourd’hui, alors que je viens de dépasser mon trois-centième réel, il est temps que je vous dise combien je suis toujours la même.
Je vais aller au bout de ce marathon, ça oui...
Et ensuite… vous ne serez pas déçus. D’abord, j’ai pris la décision d’éditer mes trois-cent-soixante-six billets. Pour garder une trace papier de cette aventure. Pour tous ceux qui voudront savoir  ce qui s’est passé dans ma vie tumultueuse pendant un an, et se connecter à mes états d'âme et mes émerveillements de petite fille... 
Pour les pressés, ou les curieux, vous pouvez toujours aller voir là-bas et remonter le fil du courant comme des saumons. J’y suis tous les jours, et presque à toute heure…
Et puis, comme avant, mes mots de fièvre et de miel retrouveront leur place ici. Une place qu’ils n’auraient jamais dû quitter.
Parce que je suis toujours brûlante et fantasque, passionnée et cyclothymique, subtile et bavarde, subtile et étourdie, désirable et inconstante. Une belle emmerdeuse, en somme.
Au bonheur de vous retrouver, ici, là-bas, partout où vous voudrez...

 Je vous aime, mes précieux…
¸¸.•*¨*• ☆

62 commentaires:

  1. Cette mise au point a le mérite de nous montrer une étoile en plein soleil, c'est rare et c'est beau comme l'inverse d'une éclipse.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie mille Blutchiamo.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. En ce lieu je vais et je n'en ai guère l'habitude, écrire en anonyme. Cela m'évitera de remplir les cases.:-).Je pense quand même que je serai identifiable par mon drapeau que je ne quitte jamais. Tout d'abord Célestine il faut savoir que sur un ring, vous parlez de "plexus" ,l'on est toujours deux. Il est rare qu'un des deux soit en train de cueillir des champignons pendant que l'autre reçoive le ou les coups. Donc dans ce cas précis je pense que le seau d'eau doit être tendu aux deux bien qu'il n'y ai pas eu pugilat. Pour terminer ,je pense que l'affirmation de l'avant dernière phrase du texte ci dessus, n'est pas à formuler par vous même. Laissez donc vos visiteurs ou les lecteurs ici ou ailleurs de se prononcer (éventuellement)sur ce point de détail qui n'est ni de votre ressort ni de votre propre jugement.
    .........Quand aux trois dernières phrases vous auriez pu simplement marquer......Je suis une dame. Comme direz quelqu'un que je commence à connaître un tout petit peu....." Don't worry ".Je ne désire pas de réponse a ce commentaire, ou alors en d'autres lieux. Kings Regard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors vous me pardonnerez de vous répondre quand même, cher anonyme, mais je ne vous ai pas reconnu. Il n'y a pas de drapeau reconnaissable, et "Kings Regard" si c'est votre signature, je ne connais pas. Je pense qu'il y a méprise.
      D'autre part, si j'ai envie de me traiter moi-même de belle emmerdeuse, c'est mon droit je pense.
      Enfin, si je ne vous reconnais pas, je me demande comment je pourrais vous répondre "en d'autres lieux" ...
      Pouvez-vous m'en dire plus ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ben moi je te suis assez fidèlement ici mais les réels me gavent copieusement...ouf c'est fini chez Val, Aspho a laissé tombé et Emilie arrive au bout...:D
    Belle photo, le nuage a l'air d'être une météorite et la brune à l'air d'une bombe atomique... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La formule est délicate...Ne pas lasser les lecteurs, quotidiennement, c'est un exploit.
      Mais c'est une expérience qui reste intéressante, car elle oblige à se sortir les tripes chaque jour.
      Je sais que tu es ici un de mes fidèles, Mindounet.
      Une photo explosive alors, s'il faut t'en croire...
      Bisous détonnants
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Une belle emmerdeuse qui est pleine d'amour de compassion et de féminité .....qu'on a beaucoup de plaisir à lire .... et qui apporte toujours de l'eau aux moulins qui ont tendance à se tarir. Belle rencontre virtuelle que cette Célestine. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te retourne le compliment Lauriza.
      Ce weekend je vais concrétiser une rencontre virtuelle, et j'aime beaucoup ça.
      Ce blog est une source d'étonnement et de belles découvertes continuelles.
      Belle journée miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. En tout cas cette photo de toi est fort jolie comme aurait dit ma grand-mère. Je dois dire que j'ai louché et agrandit au maximum des possibilités de l’écran. Je t'ai scrutée, passée au peigne fin et je me suis dit à merde pourquoi n'a-t-elle pas mis une photo en maillot de bains.
    Alors là je me suis dit emmerdeuse elle a peut-être raison : :D
    J'essaie de rattraper : des bisous dame Celeste. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne racole pas moi monsieur. J'ai déjà hésité à mettre celle-là, mais elle est prise sur la terrasse de mes parents et j'ai tellement de bons souvenirs d'enfance sur cette terrasse...Les odeurs, l'ambiance, la vue sur la montagne.
      Et les parties de patin à roulettes, tu sais les anciens à quatre roues, avec les lanières en cuir...casse-gueule comme pas possible...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. ET voilà j'ai mis 10 balles dans le nourrain pour faire avancer le schimili...schilili.. blick.
      Je savais bien que tu allais me filer un coup d'escarpin.:D
      Les patins à roulettes y a longtemps que t'es pas montée dessus sinon ça se verrait sur tes genoux, sauf si tu es aussi maîtresse dans cet art.

      Supprimer
    3. Un coup d'escarpin ? Mais tu aimes ça non ?
      Il était bien gentillet en tous cas, mon petit coup d'escarpin en velours tout doux...
      C'est juste que je me suis représentée en train de publier une photo de moi en maillot de bain...et cette idée m'a fait sourire. Tu veux vraiment que je crée l'émeute ? Muahaha !
      Les patins ? Je n'ose te dire depuis combien de temps je ne suis pas montée dessus...Mais il est vrai qu'on avait toujours les genoux couronnés quand on était petit...
      J'ai oublié de te remercier pour ton compliment. Je sais qu'il est sincère alors merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'ai appris à me satisfaire de ton dessin sur le sable sans en réclamer plus. Tu vois à quel point jusqu'à ce jour j'étais discret. Quand aux patins de l’adolescence ils sont sans doute devenus des patins plus... baveux. Ce n'est pas tout à fait le mot que je cherchais mais comment dire je m'en accommode, c'est fluide.
      Je sors tout seul où j'attends l'escarpin ?

      Supprimer
    5. Demander plus que mon dessin sur le sable ? c'est difficile ! lol
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ce billet résonne comme une évidence, à vouloir trop en faire et trop bien faire aussi, on perd l'essentiel, le surmenage ça n'est jamais bon.
    Ne te perd surtout pas ce serait dommage . ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...surmenage ? J'ai quand même gagné douze heures de liberté par jour...
      Non c'est plutôt que je craignais de lasser mes lecteurs en leur racontant deux fois la même chose. Et un lecteur qui ne va pas sur les cent mots m'a judicieusement fait remarquer que la teneur de mes billets avait changé, ce qui m'a, comme disait Coluche, interpellée gravement au niveau du vécu... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Célestine, une belle personne qui ne laisse pas indifférent.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Touchée au coeur.
      Derrière chaque écran virtuel, il ne faut jamais oublier que se cache un être humain, avec ses émotions, ses aspirations. Daniel, tu es une belle découverte de l'année 2015 pour moi. Et une très belle personne, aussi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. C’est tout à fait vrai la Céleste, notre étoile filante et bouillonnante, que pour nous les quelques aficionados nous avons toujours été à l’affût du moindre de tes mouvements, du moindre de tes mots, nous n’avons pas remarqué tout à fait la différence, ici ou là. Mais il faut dire aussi que ton marathon d’écriture avec Raymond Queneau avait des exigences : raconter en cents mots, un événement de la journée, quel qu’il soit, mais réel.
    Non, mais ici aussi tes billets et les commentaires n’ont pas manqué de fougue, avec des longs développements, sur des sujets autrement importants, tels l’éducation, les aventures de l’alphabet, l’écologie avec la Cop 21,et d’autres sujets très intéressants. Je ne me suis pas ennuyé et Dieu sait que j’ai appris beaucoup de choses et pas des moindres. Non tu ne dois pas sentir une vacation ici, je dirais plutôt que tes sujets sont variés et trouvent leurs chemins selon les caractéristiques, de chaque blog : 1)les Funambulles, pour tes fameux et jolis croquis avec un zeste de poésie qui s’invite. 2)Les cents mots, raconter les événements réels du jours et pas autre chose. 3) pour celui-ci, les sujets sont multiples et touchent à tout. Même si tu dis, une touche personnelle de ton cru est nécessaire pour les non-aficionados.
    Tes blogs sont des délicieux jardins aux multiples senteurs, où chacun peut barboter comme il veut à condition qu’il ne touche pas aux fleurs sauf pendant la période de cueillette des muguets. Ils sont aussi étincelants que cette belle photo où le sourire de la taulière ajoute tellement de bonheur
    Bisous blogotesques infinis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi, le poète de la blogo, aux transports toujours délicats et ciselés.
      Tu as une façon inimitable de dompter les mots comme des chats à qui tu ferais faire tout ce que tu veux, même les plus rebelles.
      Et ta métaphore des jardins, très orientale, m'enrubanne le coeur ce matin.
      Merci de tout coeur
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Et soudain !!!!!
    Je ne te connais pas bien Célestine mais que je te lise ici ou là-bas pour moi c'est toujours un grand plaisir et je trouve que tout se rejoint !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me fait grand plaisir ce que tu me dis. J'ai parfois le sentiment que ma multiplicité ressemble à de l'éparpillement, et ce matin je ressens une paisible impression d'unicité, ça m'apaise.
      Au plaisir de te connaître un jour, Suzame.
      On ne sait pas ce que la vie nous réserve de bonnes surprises, alors pourquoi pas ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Je mets en garde tout le monde : les cent mots, vantés ici par Célestine, c'est une maladie contagieuse ! ;-)

    Sinon, misogynie à part, il va peut-être falloir que j'aille enfin lire le manuel d'astrologie de Gérard de Nerval : "Les filles du feu" ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui je plussoie ! tu es tombé dans les cent mots et c'est une bonne maladie...
      Les fille du feu, un manuel d'astrologie ? Je ne l'avais jamais envisagé sous cet angle...
      Bises célestissimes cher oncle Joe
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Que tu es jolie !
    Mais c'est amusant dans ma tête tu étais nettement moins brune. Peut être à cause de tes croquis sur funambulles. Je vais devoir réajuster mon image mentale. ;)
    A part ça, je préfère les exercices d'écriture auxquels tu joues parfois librement ici que ceux en 100 mots. Je n'aime pas plus les contraintes pour les autres que pour moi. Même si je comprends bien que ça puisse être stimulant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum. Je devrais me relire. "Je préfère à" et non "je préfère que". Trop vilain.

      Supprimer
    2. Merci Pastelle. Je dis souvent que les funambules sont ma part immergée, je dois être un peu blonde inside. ^^
      Raconter sa vie n'est pas vraiment un exercice d'écriture (mise à part la contrainte de longueur) sans doute le cher Queneau savait-il bien ce qu'il faisait : un texte long, ça rebute n'importe quel lecteur...c'est un peu comme les séances de diapositives, si ça dure trop longtemps, tout le monde s'ennuie ça ne fait plus plaisir qu'à celui qui les montre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je pensais plutôt aux textes où tu inclus des mots imposés. Ou autres amusements. :)

      Supprimer
    4. Oui j'avais bien compris. j'adore ça les logo-rallyes...
      J'en ai fait un hier sur le site des Impromptus ...Dix mots sportifs à placer dans un texte...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Je ne partage pas ton analyse lorsque tu dis: "C'est vrai que je ne vous parle plus trop de moi."
    Certes nous sommes, ici, privés des vicissitudes de ton quotidien, genre ongles cassés ou débordement de l'évier, mais en regard de la liste de tes derniers billets, que fais-tu d'autre que de raconter ce qui te tient à coeur...
    A travers l'histoire d'une belle endormie taguée sur du béton, tu nous livres ta vision de devoir de souvenir. Ben si ce n'est pas se raconter, ça.....
    Ti bacio Carissima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai dans un sens, tu as raison, je donne toujours de moi dans mes écrits...Mais je parlais plutôt de mon quotidien, et je sais que certains lecteurs se régalaient de mes aventures à l'éduknatt ou bien en vacances sur ma colline...Quant aux tribulations familiales, n'en parlons pas...
      Bref, je crois que j'avais surtout, tout à coup, un énorme besoin d'être rassurée, et je suis émue de voir qu'à chaque fois, chacun répond présent. Ça m'émeut. Et ça me rend pleine de gratitude.
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      PS Dis voir, ton adresse geobio, elle fonctionne ou bien cette bande de cercopithèques à poil ras te l'ont encore bloquée ? juste pour savoir...
      ^^

      Supprimer
    2. Je suis dans le flou artistique depuis pas mal de temps.
      En fait, depuis que mon ordi principal a été accidentellement formaté. Sur mon viel ordi de secours, la messagerie geobio déconne à plein tuyau. J'en suis à communiquer avec: prénom.nom@gmail.com
      Ti bacio Cara mia

      Supprimer
    3. Ça veut dire que tu n'as pas reçu mon mail ? :-(((

      Supprimer
    4. Bon voilà je l'ai renvoyé sur gmail.
      Je ne comprenais pas pourquoi tu ne m'avais pas répondu...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Maintenant, tu connais le pote aux roses.
      Je dois te dire que j'attends avec une certaine impatience que mon ordi sorte des soins intensifs. Je ne sais encore ni quoi, ni combien, mais il semblerait que le Mc Gyver de l'info a pu me ressusciter des fichiers. Après, il faudra reparamétrer mes messageries et je pourrai bosser sur Linux.
      Mais pour le présent, ça reste au niveau bricolage...
      Ti bacio

      Supprimer
  13. je trouve qu'ici c'est bien aussi! et les contenus me plaisent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie, chère Sylvie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Lorenzaccio09 mars, 2016

    Je ne serai donc plus le seul à connaître vos jolies formes, chère précieuse ?
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais rien de vous, et vous semblez bien me connaître, vous allez finir par m'intriguer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Cela dit il y a d'autres lecteurs et lectrices qui me connaissent très bien...

      Supprimer
  15. Moi, je connais déjà le chemin, c'est d'ailleurs là-bas que j'ai fait ta connaissance. Je viens toujours te lire ici aussi, même si je ne commente pas toujours.
    C'est marrant, je me rends compte que si j'ai fermé (pour l'instant provisoirement) mon blog "Des mots pour le dire", c'est que "100 mots par jour" avait un peu pris le relais, que je me "raconte" désormais sur ce blog d'atelier d'écriture, en quelques mots, mais cela suffit, et du coup je n'avais plus vraiment grand chose à dire sur mon autre blog.
    Belle fin de journée, la belle et attachante "emmerdeuse". Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais garder une unité à ce défi, c'est pourquoi j'ai ouvert le second blog.
      Je n'ai aucun regret, l'aventure est belle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. J'ai découvert "En cent mots" et bien sûr c'est bien... Mais je ne vais pas t'y suivre, sinon te lire va devenir un full time job... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'entends bien, my friend. J'ai un trop grand amour de la liberté pour imposer quoi que ce fût à quiconque...
      Et surtout pas à toi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je suppose que chaque lecteur vient pour des raisons particulières et, bien sûr, ce serait folie que de vouloir les satisfaire tous. Chacun vient, butine le miel qui lui plaît, et revient tant qu'il a bon goût.

    Pour ma part j'aime le nectar venu des profondeurs, imprégné des effluves de l'intériorité. Je me nourris de ce qui exsude, que ce soit ici ou sous la contrainte des cent mots. Parfois il y a abondance, parfois c'est plus frugal. Peu importe : je connais la source et j'y reviens ;)

    PS : un texte long ne rebute pas nécessairement tous les lecteurs, allons ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu quelque part que la bonne dimension pour un billet, c'est quand on n'est pas obligé de toucher la molette de la souris ... Sinon après , le commun des mortels se décourage.
      Mais nos lecteurs ne sont pas le commun des mortels, ça doit être ça... ;-)
      J'aime beaucoup ta métaphore du nectar...


      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour les lecteurs pressés, les 140 caractères devraient pouvoir les combler tout en ménageant leur fragile courage. ;)
      J'avoue que l'injonction à faire court, favorisant le zapping effréné, ne correspond pas à ma philosophie existentielle.

      Supprimer
    3. 140 caractères...c'est juste un tweet !
      Très peu pour moi...
      Cela dit, la concision, ça peut être bien aussi, parfois...
      Bises taquines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Écrire ailleurs, dans un autre univers, avec les mêmes mots mais d'autres choses... Magique!
    Comme moi, tu cherches le papier. Comme quoi il est le seul vrai témoin de nos frasques littéraires. (en toute modestie)
    Te lire en ce moment me fait un bien fou. merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, letienne.
      C'est un très beau compliment que tu me fais là. ^^
      Bisous confus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Reste plus qu'à vérifier si tous les qualificatifs que tu emploies te définissent de façon authentique. certains ne sauront tarder à le découvrir. Bises impatientes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, chère Chinou, qu'en penses-tu, maintenant que la rencontre a eu lieu ?
      Tu confirmes ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Chère cousine,
    Il est parfois des échanges de mails douloureux mais salutaires...
    Ton billet va sans doute diviser les exégètes célestiniens, mais il est vrai que ton présent blog semblait devenir la version fictionnelle des mots de fièvre et de miel...
    Alors je plussois (comme tu dirais) ce retour aux fondamentaux, ravivant l'étincelle qui faisait monter la fièvre et liquéfier le miel...
    Tu pourras trouver ce commentaire pathétique ou vintage (au choix) mais pour le coup, oui, c'était mieux avant...
    Je t'embrasse tendrement chère cousine, tu conserves toute mon affection ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que j'avais un cousin qui lisait mon blog...
      mais je prends note de ce qu'il dit, ce cher homme.
      Tout en étant un peu mystifiée quand même...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Mais que tu es belle sur la photo ! Une belle plante c'est certain ! :) Moi je te suis comme je peux, avec ta plate-forme indigne de ton talent (de tes multiples talents) ! Sans les News, j'ai du mal ! Pour tes réels, je lis mais commente peu mais je les trouve parfaits, ce qui n'était pas toujours le cas de beaucoup quand je les publiais encore... L'intérêt majeur de cette consigne est justement de la respecter pas de la détourner, sinon le "réel" perd toute sa substance et sa raison d'être. TYu as raison de vouloir les éditer, ils sont vraiment bien "dosés" ! Je n'avais pas remarqué que ce blog devenait autre chose, chaque fois je t'y retrouve, avec tes mots, ta "fièvre" et ton "miel" ! Tu varies les sujets depuis que tu as plus de temps et j'aime ça ! C'est mieux que de tourner en rond non ? Bises ma belle amie♥ et j'aimerais vraiment que tout fonctionne bien ici (j'ai essayé de me réabonner mais il refuse vu que je le suis déjà -et sur mes 3 boîtes mail :( Misère ! ) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tourner en rond...C'est drôle, parce que c'est justement ce que m'a reproché parfois ce lecteur, quand je m'épanchais trop sur mes petites tourmentes intérieures...
      je lui a également demandé de me citer des billets qu'il a aimés et il ne l'a pas fait. Je reste donc dans le flou, et je crois que je vais cesser de me poser des questions en écrivant simplement ce qui me fait plaisir à moi. C'est un de mes défauts de trop vouloir tenir compte de mes lecteurs, j'en arrive à me perdre de vue moi-même...
      Pour tes problèmes avec blogger, je suis vraiment désolée. Mais je crois avoir déjà répondu environ cent fois sur ce sujet...
      Bisous belle journée et à tout bientôt
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Pour la photo, je te retourne le compliment, belle plante !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je ne parviens pas à entre dans ces trucs (truc, n'étant pas utilisé là de façon malveillante... hein !) de 100 mots, de ces jeux à faire un billet en y glissant impérativement le mot du jour à écrire absolument CHAQUE jour ou je ne sais trop quoi encore... je ne sais pas faire et je ne sais pas me forcer... parler de moi non plus d'ailleurs bien trop pudique.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Bleck
      Mais c'est tout à fait ton droit...Je ne force personne.
      Mais je trouve que tu te livres quand même sur ton blog, sans le vouloir. Comme tout ceux qui ont choisi d'entrer dans cette aventure de l'écriture publiée. Est-ce de l'impudeur ? ou simplement une belle façon d'entrer en relation avec autrui ?

      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Sous le soleil exac.te.ment, sous le soleil, sous le soleil... De belle brune en belle brune la ritournelle garde son charme, tout comme ce blog! Les contraintes étant parfois bonnes, j'irai tout de même butiner un peu du côté des 100 mots à prise réelle. A quand le défi du récit sans mots?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le récit sans mots n'aurait pour moi aucune espèce d'attrait...à moins que tu ne veuilles parler de dessin, ou de peinture en quoi je suis déjà dedans avec mes funambulles...
      Belle journée, MissA, merci de ta fidélité et de ta confiance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Perdu mon premier commentaire !
    Je disais, peut-être autrement, Célestine, que je connaissais tes yeux bleus, et que maintenant je découvrais une bien belle personne, charmante dans son entier... merci pour ta confiance qui permet de dévoiler un peu plus.... mais avions-nous besoin de voir pour aimer, comprendre, apprécier.... seulement fixer ses yeux dans un regard semblable au nôtre !!
    Mais a-t-on besoin de parler de soi dans les petits détails de la vie quotidienne, pour faire comprendre qui l'on est.. je ne le crois pas...
    on décrypte l'Autre (en l'occurrence, toi, Âmie Célestine) à travers ses mots, exprimés, écrits... ou tus... et j'aime lire tes silences, ta profondeur qui disent beaucoup... entre les lignes, entre tes mots... tes maux... tes joies, tes plaisirs... et quels que soient les sujets... j'aime, même si je me promène dans tes allées sans rédiger mon grain de sel... continue comme tu le sentiras,....et nous on te suivra... quel que soit le chemin emprunté, même de traverse... à tes cent mots...
    Un doux dimanche je te souhaite.
    Den

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.