dimanche 23 février 2014

Premier soleil



















Lors d'une de ces discussions à bâtons de glace rompus dont nous sommes friandes, Olga, Éva et moi, quand les premiers rayons du printemps caressent notre envie de terrasse au soleil, nous nous sommes demandé ce qui nous attirait ou nous repoussait le plus spontanément chez les autres. Les mots fusent: le regard, les mains, le sourire, évidemment. C'est ce à quoi on pense au premier abord.

Au deuxième rabord,  je réfléchis rapidement, tout cela procède de la même chose: l'énergie.
- Pour ma part, chez un être, dis-je, je suis toujours fascinée par le dégagement d'énergie. L'aura en quelque sorte.
- L'aura? Balivernes! Foutaises et billevesées! dit Olga la cartésienne du groupe.
- Mais non,  je t'assure. Je "sens" les énergies , les positives comme les négatives. Certaines sont des trous noirs, des puits sans fond vers lesquels on se sent précipité comme un agrégat moléculaire au fond d'un tube à essai.
- Ça fait flipper! dit Eva
- Tu peux! En revanche, certains êtres ont des auras lumineuses et apaisantes, et tous nos atomes se mettent à vibrer à la même haute fréquence. C'est ce que l'on appelle être en phase, ou sur la même longueur d'ondes. Parfois, je m'étonne moi-même de cette faculté que j'ai développée à deviner les gens. Mon sixième sens.
-Oui, dit Éva en un de ses résumés lapidaires,  il y a des gens qui nous attirent et d'autres qui nous repoussent...tout ne serait qu'une question de physique magnétique, quantique ou  nucléaire, peuh, c'est d'un poétique...
- Ben moi dit Olga, c'est l'odeur. C'est rédhibitoire. Y a des gens que je ne sens pas!
-Ah, c'est malin! Mais tu ne crois pas si bien dire. Les phéromones, c'est du concret, du scientifique, même si c'est très volatil. 
- Oui, surtout chez les oiseaux!
- Muahaha!!
Visiblement Olga n'a pas envie d'être sérieuse. Elle a bien raison, cela dit. Le temps incline à la badinerie. Et son rire communicatif me fait du bien. Je ferme les yeux et je laisse le soleil me pénétrer les pores. Quel bonheur!


Je réalise soudain que cela fait trop longtemps que je vibre à basse fréquence. Que cela n'est pas de mon fait. Et que j'ai terriblement envie de légèreté, d'optimisme, de rire. 
Une énorme boule d'énergie positive est en train de se reconstituer doucement à l'intérieur de moi. Bien sûr, certains événements familiaux m'affectent. Bien sûr, y a la crise et la sinistrose ambiantes. Le  boulot qui me grignote. Le manque de lumière hivernal. Mais je sens quelque chose se remettre à pulser là-bas dedans. Loin loin, profond, tout au fond, à gauche. 
Alors oui, j'aime bien les êtres que je sens comme moi, solides et fragiles à la fois, mais qui possèdent cette faculté de transcender les épreuves et d'extirper de leurs tripes la force d'y arriver. 
On n'est jamais attiré que par les êtres qui nous ressemblent.
 Les contraires s'attirent, mon cul. 
Quoique. Il ne faut jurer de rien.



Sonata L 366 by Scarlatti on Grooveshark

90 commentaires:

  1. Quoique...
    La dame de mes pensées m'attire quelque peu (restons sobre) et pourtant elle me ressemble pas trop.
    Heureusement d'ailleurs. Je me vois mal attiré par un 'tit barbu !

    ;oD

    PS : heureux d'entendre cette sonate de Scarlati.

    Alors comme ça fait beau chez toi ? Suis pas sûr que Port-aux-Français fut un bon choix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il fait un temps sublime aujourd'hui. D'ailleurs je vais aller me caler au soleil comme on dit de par chez moi.
      C'est l'automne dans l'hémisphère Sud, non?
      Un petit barbu? Comme celui qui envoie des cartes postales du bout du monde au père d'Amélie ?

      Supprimer
  2. Voilà une excellente introduction à la PNL !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours agréable d'avoir une bonne appréciation sur son bulletin.
      Chouette alors.

      Supprimer
    2. Et oui, mon comm était à la fois un ressenti, un jugement de valeur et une expérimentation des faits relatés, mais ça c'est plutôt de l'analyse transactionnelle !!
      Allez, va, je ne te hais point !! ;)

      Supprimer
    3. Mon cher Antiblues, que tu manies donc bien cette fameuse litote cornélienne...
      Merci

      Supprimer
  3. Il faut s'appeler Celestine pour me mettre l'eau à la bouche avec agrégats moléculaires et physique quantique. Moi qui suis sur ce terrain classé entre l'huître et le protozoaire. De plus une sonate de Scarlatti ça "sone" super un dimanche matin pour grandes ondes positives. Je t'embrasse, ainsi qu'Olga et Eva.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un protozoaire en physique mais un phénix en cinoche, musique et littérature. Ça fait une moyenne intéressante finalement. Je transmets a mes copines.
      Bises

      Supprimer
  4. Ah, le chant magnétique des aimants d'un soir ! :~)

    Quand tu dis : "les contraires s'attirent, mon cul", tu entends par là qu'il faut se magnet le cul ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faudrait pas quand même se retrouver collés sur un frigo, quand même!

      Supprimer
  5. "...solides et fragiles à la fois..."...
    J'ai fait marrer ma thérapeute en me présentant comme "anxieux optimiste" au début de nos rencontres. Paraît-il qu'en vingt-trois ans d'exercice, elle ne l'avait jamais entendue...

    Bah ?

    Mais c'est vrai qu'y a quand même un truc qui fout le jetons : toi, moi, lui, nos corps, si beaux, nos os les plus durs, nos sucs les plus acides, nos peaux les plus douces, nos yeux les plus profonds...
    nos pensées les plus belles, nos visions les plus profondes, nos chagrins, nos terreurs, nos amours, notre amour, nos plus belles caresses, nos z'yeux dans les z'yeux les plus torrides...

    la ccocinelle facétieuse (salut PSV !) qui visite mon clavier, son ignorance de mes soixante-douze kilos (ce qui assemble ces soixante-douze kilos de barbaque), la vue que j'en ai...

    Physique ou mental, tout, absolument tout se résume...
    à des jeux d'équilibres électro-chimiques ! . . . . .

    Ca fout les jetons !

    Et avec ce si peu, il y a toi, moi, nous... nos pleurs, nos épaules aimantes, nos mains rassurantes et nos regards, étonnés et immenses . . .

    J'ai la tête qui tourne...

    On est beaux, non ?

    :o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, tous ces beaux sentiments se résument finalement a des échanges chimiques.De simples combinaisons d'atomes et de molécules.
      On est beaux? Je vais pas te dire le contraire.^^
      Didon, on est lyrique par chez toi.

      Supprimer
    2. Une muse m'inspire.
      Pis faut bien s'occuper...

      :oDDD

      Supprimer
    3. Oui, d'ailleurs je vais quitter un moment cette aimable conversation, pour aller m'aérer les neurones, comme je l'ai déjà dit.
      Le soleil m'appelle.

      Supprimer
    4. m'appelle agato...pfff! (soupir d'aise)
      il y a encore des poètes!

      Supprimer
  6. Ah la philo des terrasses printanières... Jean Saul Partre et Momone à la terrasse du troquet de Flore :

    -T'as d'beaux yeux tu sais ?
    -Ouaip y'en a des qui m'appellent "Belles Châsses"
    _Koâ ? On t'fait du gringue et tu m'disais laquedé ?
    -Te mouronne pas Paulo, après deux Vittel menthe, j'sais plus c'que j'débigoise..

    Ah ça calme, on se fait une autre idée du couple mythique !
    Charmant tableau que ces trois gisquettes, devisant joyeusement à la terrasse d'un joli café de Provence.
    -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour nous, milord, faites excuses, le troquet de Flore c'est pas dans nos cordes.
      On se contente du café de la fontaine. (voir ici)

      Supprimer
  7. Comme c'est vrai!! Energie, aura, magnétisme, rayonnement... tous ces mots disent la puissance qui dort au fond de nous (cf Le livre de Louise Hay "La force est en vous" qui développe une pensée positive et que je conseille souvent car il est à la portée de tous). Quelle chance j'ai eu de pouvoir m'initier à la PNL, l'Analyse Transactionnelle ou la Somatic Experiencing! Quelle force calme me donne le travail analytique développé depuis de longues années!
    Tu me ressembles Célestine et sauras comme chaque fois retrouver la joie intérieure que tu décèles. La graine a germé, le printemps arrive

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est rien de dire que ton commentaire me donne la pêche.
      Merci pour ces précieuses indications, comme des pancartes de direction sur un chemin de grande randonnée.

      Supprimer
  8. Premier soleil!!!! La réputation du Sud est donc très surfaite...
    Pas étonnant de voir Dame Troussecotte être attirée par Olga Laxie....
    Par contre, j'espère ne pas être concerné directement dans ton amitié avec Eva :-D
    Heureusement que dans les rapports humains le magnétisme et plus déterminant que le papier carbone... T'imagines les deux barbus de ton blog se tirer bras-dessus bras-dessous et te laisser en plan?....
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, j'imagine et cela me met en joie! Trop drôle et pourtant, tout peut arriver. Ça s'est déjà vu.
      Non sérieusement, notre conversation malicieuse parlait des relations en général. Voisins, collègues, copains, amis, et évidemment la tentation est grande de s'arrêter au côté physique ( au sens sexuel)
      Mais la réflexion était sur un autre plan, bien entendu. ( pour une fois)
      Hubert Reeves , par exemple, a une magnifique aura de bienveillance et d'humilité, d'optimisme lucide et d'amour de la vie. Son visage ouvert et sa voix apaisante, doublées d'un humour extraordinaire et d'une intelligence brillante en fait un être extraordinairement magnétique. Mais je ne le demanderais pas en mariage.
      Bacio caro

      Supprimer
    2. B E R K ! ! ! ! ! ! !

      Supprimer
    3. A qui s'adresse ce haut-le -cœur?

      Supprimer
    4. Au fait, Blutchiamo, j'ai pas compris ta troisième phrase...

      Supprimer
    5. @ Cel : "T'imagines les deux barbus de ton blog se tirer bras-dessus bras-dessous et te laisser en plan ?...."

      Non. J'imagine pas. Même pas en rêve ! 8o(

      Je sais que j'ai une sensibilité particulièrement féminine, mais quand même !

      Et que dirais la dame de mes pensées, hein ?

      Tsssssss ! :o)

      Supprimer
    6. Je croyais que tu m'imaginais avec Hubert Reeves! Le pauvre, ses oreilles ont dû siffler!
      Tu me rassures!
      je rigolais évidemment, pour Blutch et toi. Mais cela dit, ne nous moquons pas des hommes qui aiment les hommes. Il y a assez d'homophobie dans ce pays.
      Tu crois pas que la dame de tes pensées dirait la même chose? ^^

      Supprimer
    7. La connaissant un ch'ti peu, je pense qu'effectivement la dame de mes pensées dirait quequ'quchose tout comme pareille.
      Je ne me moque pas des hommes qui aiment les hommes, ni des femmes qu aiment les femmes, et tu me sais respectueux. Etre victime d'une différence est certainement insupportable.

      Mais pour autant ça me tente pas. Pourtant j'suis curieux (cul rieux ?)

      Quant à Hubert Reeves, qui habite à 20 ou 25 km de chez moi et qui propose tous les ans une soirée de conférence aux gens de son village, je t'imagine très bien attentive, curieuse et béate...
      Et je serais surpris qu'il n'apprécie pas les Célestes fées aux belles châsses, c't'homme...
      ;o)

      Supprimer
    8. Ah mais je n'ai aucun doute sur ce dernier point, je pense que je lui plairais...Mais puisque tu as l'air de ne pas comprendre, je serais certainement très attentive, curieuse et béate à son discours, mais lui ne me plaît pas physiquement. Si tu veux, m'imaginer avec lui, ça me fait un peu le même effet que pour toi, de t'imaginer avec un barbu...
      Il habite aux Kerguelen, Hubert Reeves? ;-)

      Supprimer
    9. Ma 3e phrase à trait au patronyme de Dame Eva.....
      Baci Bella

      Supprimer
    10. Ah non, bien sur!
      J'en profite pour te dire qu'un certain Jean-pierre t'a laissé un message sur le billet " un rêve d'hiver" rapport à la chanson de Jean Claude Darnal...
      Molto baci et buona notte

      Supprimer
  9. La lecture de ton texte a agrandi le sourire que j'avais au lèvres depuis ce matin :)

    Comme tout cela résonne en moi et me fait vibrer à l'unisson ! Qu'on l'appelle "énergie", "aura", "magnétisme"… peu importe. Ce qui compte qu'il y a des êtres qui s'attirent (ou nous attirent) sans qu'on sache bien à quoi c'est dû. Pour ma part je suis sensible à un certain optimisme lucide, une capacité à voir et s'émouvoir des belles choses, des plus grandes aux plus infimes. Je suis sensible au rire et à une certaine légèreté, quand elle sait se doubler de profondeur. Et je fuis les pessimisme durable, la morosité chronique, la tristesse notoire, la plainte compulsive...

    Quant aux êtres qui nous ressemblent, j'aime aussi qu'ils aient assez de différence pour que celle-ci m'intrigue.

    Finalement, je viens de résumer pourquoi je viens toujours te lire avec plaisir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement on se ressemble par nos différences...

      C'est beau non? Putain, c'est vrai que je fais du Goldman sans m'en apercevoir...

      :-D

      Supprimer
    2. Fais gaffe, tes chevilles de rêve vont finir par gonfler !
      Et ce serait vraiment dommage...
      :o)

      Supprimer
  10. Je sais avec plus de certitude ce qui me repousse.
    Je fuis les malfaisants et les manipulateurs avec assurance et constance. Du reste, ils ne s'y trompent pas et viennent rarement se frotter à moi.
    Sinon, comment dire, je suis assez tolérante pour vivre auprès de tout un tas de gens bien différents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les malfaisants et les manipulateurs sont les fameux trous noirs qui nous aspirent, si l'on n'y prend pas garde, dont je parle dans mon billet. Les toxiques, les pervers narcissiques, qui phagocytent mieux que des poux.
      Tout a fait d'accord avec toi.
      Pour ce qui est des gens différents, il n'est que de voir la multitude de personnalités différentes qui viennent sur ce blog de leur plein gré. Eh bien je crois, même s'ils sont différents, que j'ai des points comme uns avec chacun.
      J'aime beaucoup ta façon simple de poser les choses. Tu as un côté terrien qui m' équilibre quand j'ai tendance à trop planer. Et puis tu appelles un chat un chat, et une chatte une chatte. Et ça, c'est précieux en ce monde où la langue de bois est reine...
      Bises

      Supprimer
  11. Envie....d'être la table du café de la fontaine et d'écouter ......de sentir m'effleurer ses longues jambes...de les écouter délirer au soleil naissant de février,.....et puis ces rires ! Très bien les rires !
    Mais ce soir, à l'heure de l'apéro j'entendrai les hommes parler d'elles....
    Une autre forme de découverte.

    La fontaine de la place de la fontaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semblait bien que les objets inanimés avaient une âme...

      Supprimer
    2. ...qui s'attache à notre âme et la force d'aimer....

      Supprimer

    3. Fontaine où les pasteurs accroupis tour à tour
      Attendaient goutte à goutte une eau rare et limpide,
      Et, leur urne à la main, s'entretenaient du jour,

      Supprimer
    4. Ce qu'on appelle la réponse du berger à la bergère.... Ou l'inverse😉

      Supprimer
    5. Ou connaître ses classiques? ^^

      Supprimer
    6. *_*
      Un dernier clin d'œil avant une dernière semaine de classe.
      Bonne semaine.

      Supprimer
    7. Il résonne de loin dans mon âme attendrie,
      Comme les pas connus ou la voix d'un(e) ami(e)


      Supprimer
  12. De tout ce texte virevoltant qui m'a emportée loin, loin dans mes réflexions et m'a fait survoler le monde en PNL comme d'autres planent en ULM, c'est la dernière partie que j'aime le plus car elle me dit que la lumière du printemps est entrée doucement, au plus profond de ta célestinitude, là, à gauche ...et c'est bien!
    Sourire d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais nous sommes des ULM toi et moi.
      Ultra Lumineuses Mademoiselles
      (y a pas de mal à s'faire du bien!)
      Bises célestes

      Supprimer
  13. Chacun est unique, personne ne ressemble à personne.
    Sauf peut-être à la superficie des choses....
    Un mannequin anorexique qui défile avec ses jambes en baguettes pour Jean-Paul Gaultier ressemble à un mannequin anorexique qui défile pour Cardin...
    Mais ça c'est pas ma tasse de verveine-menthe...

    Quant à "l'aura", il faut parfois bien du temps pour se rendre compte de sa puissance dans une personne.
    Parfois on se distancie à cause de réactions sensibles qui polluent notre jugement et on passe à côté de personnes exceptionnelles
    J'en ai encore fait l'expérience cette semaine....

    C'est juste pour dire que les échanges superficiels genre café du commerce m'ennuient de plus en plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superficiels? Café du commerce? Mes discussions hautement philosophiques avec Olga Laxie et Eva Tfairfoutre? ;-)))
      Tu charries!
      Bisous célestes

      PS: j'aime bien la verveine-menthe! ;-)

      Supprimer
    2. Tsiiiii ! Ma Céleste ! Tu ajoutes et interprètes !
      Je sais bien que vous vous livrez à une étude comparée entre la pensée de Blaise Pascal qui a dit "La vie est misérablement courte" et celle d'Einstein qui a répliqué : "Plus on va vite, plus le temps est court".

      Supprimer
    3. Oui d'ailleurs, c'est pour cela qu'il ne sert a rien de courir sous la pluie...
      On reste moins longtemps mais on prend davantage de gouttes !

      Supprimer
    4. En revanche, rouler très vite en voiture est sain et protecteur.
      Moins longtemps on est sur la route, moins on a de chances d'avoir d'accident.

      Supprimer
    5. C'est ce que disent les pilotes de voitures de course... ;-)

      Supprimer
    6. On est là en plein théorème de Poulidor qui disait, en regardant Anquetil: "Plus je pédale moins vite et moins j'avance plus fort."

      Pour ce qui est de courir sous la pluie, il faut aussi savoir éviter les gouttes en slalomant.
      Autrement il faut aller en Bretagne car, selon Olivier de Kersauson, il ne pleut que sur les cons...
      Baci

      Supprimer
  14. Grâce à toi, je sais enfin de quoi parlent les filles entrent elles.

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, je ne lève qu'un petit coin de voile sur le vieux fantasme des hommes: "Mais de quoi parlent donc les filles quand on n'est pas là?"

      Supprimer
  15. Toutes ces apparences ne sont en réalité qu'un feu de paille, elles illuminent le temps d'un apéritif et comme l'a si bien dit, Laure Conan: "Aimer une personne pour son apparence, c'est comme aimer un livre pour sa reliure". Et moi j'aimerais bien connaître l'interieur, combien même j'aime la reliure, elle fait "beau" sur ma bibliothèque!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le rêve secret d'être aimé pour son intérieur et pas pour son apparence...
      Comme disait Bruno Salomone dans un de ses sketches désopilants:
      "J'en ai marre qu'on m'aime que pour mon corps! J'ai aussi une bagnole quoi, merde!"

      Supprimer
    2. Quand bien même il a une bagnole...!

      Supprimer
    3. ...mais pour tes yeux, ils ne seront pas sur ma biblio, ils sont constamment ouverts au fond de mon cerveau, ils m'illuminent!..

      Supprimer
    4. Rhoo Bizak! Pourtant je travaille pas pour EDF!
      Merci pour ce beau compliment. C'est grisant.

      Supprimer
  16. La beauté intérieure est tellement plus belle, importante et durable, Célestine.
    Il y a longtemps que je ne me fie plus à l'extérieur, à la coquille, au vernis... J'ai appris à me méfier de ce qui brille.

    Et oui, c'est le Printemps. Hier, sur un panneau, 21° !
    Oh soleil, soleil, là, j'aime quand il brille.
    Se poser sur un banc, prendre son temps, lire ou ne penser à rien, ça redonne l'énergie nécessaire !

    Bonne semaine et bises ensoleillées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai les yeux qui brillent en lisant ton comm! Aie...tu vas te méfier?
      Non je plaisante. Je sais moi aussi que la beauté intérieure est la plus importante.
      Et ce que je lis de toi me fait entrevoir la tienne, je te sais entière et droite et apte aux petits bonheurs.
      Demain? La pluie mais c'est bon pour la nature...
      Gros bisous
      Tu viendras quand même lire mon texte, hein? ;-)

      Supprimer

  17. Ah, l'habile labilité de Célestine...

    RépondreSupprimer
  18. " Mais je sens quelque chose se remettre à pulser là-bas dedans. Loin loin, profond, tout au fond, à gauche". Mais dis-moi, cela serait pas le fameux point G ?? Ha c'est le printemps ou pas?? Alors ne râle pas...tu dis avoir besoin de légèreté alors je fais une vanne légère un peu lourdingue...comme une crêpe à la myrtille avec plein de crème chantilly...miam !!

    RépondreSupprimer
  19. Oui, les manipulateurs, les "faibles'" (ah, quelle force ils ont, ces faibles), les médiocres ont un pouvoir inouï d'autant que lorsque nous commençons à les identifier, très souvent nous nous grondons nous-mêmes : c'est pas sa faute si, la pauuuuuvre avec l'enfance qu'elle a eue, il ne pensait pas à mal... Oui je vois aussi leur aura, ou plutôt je l'entends haut et clair quand on doit faire trop de pirouettes intellectuelles l'une après l'autre pour les "excuser". Je les fuis. Et c'est vrai qu'ils ont une odeur... :-D Mauvaise, bien sûr! Et qu'il faut s'en éloigner parce que notre énergie est un trésor qu'il faut utiliser précieusement. On ne donne pas des perles aux cochons!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fuite est sans nul doute un réflexe salvateur! Il y a des gens réellement toxiques, tu as raison...

      Supprimer
    2. Nous, les pervers narcissiques, sommes incompris.

      Supprimer
    3. Arrêtez, j'ai l’œil qui gerce...

      Supprimer
  20. Intéressantes, ces réunions de chantier, les filles.
    Bof.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouep! Mais sans les casques. C'est encore mieux.

      Supprimer
    2. Chais pas, des cheveux qui dépassent des casques, c'est pas mal je trouve.

      Supprimer
    3. Le chantier, c'est très sérieux. Il n'y a qu'à écouter 'les murs porteurs' de Florent Pagny pour s'en convaincre.

      Supprimer
    4. Allons, allons messieurs! Loin de moi l'idée de dénigrer de quelque façon que ce fût les chantiers et les hommes qui les mènent.
      Je disais juste que le casque, c'est pas forcément très agréable à porter au soleil avec une petite robe.

      Supprimer
    5. Les murs porteurs, belle chanson!

      Supprimer
  21. Et tu ne serais pas aussi ultra-sensible aux émotions, je me demande parfois si tu ne captes pas parfaitement les miennes. Moi aussi malgré les chutes, les mauvaises nouvelles, les peurs, je sens que la sève monte. J'en ai marre du mou-mou. Je veux de la pêche, du jus, du tempo.....et tenir la distance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, Miss! L'énergie printanière arrive en force, on y croit.
      Mais c'est vrai que je te devine bien. Il faut dire que ton blog est un livre ouvert. Et j'adore l'énergie que tu dégages.

      Supprimer
  22. Je suis dans le même cas, le positif reprend le dessus avec le soleil et les envies d'escapades.... je te suis à cent pour cent ma Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras ma sœur, songe a la douceur d'aller boire un pot ensemble....^^

      Supprimer
    2. Au prochain rayon de soleil.... petite douceur accordée....

      Supprimer
    3. Oh oui ma Prudence! tu sais que je vais être en vacances? Ah ben...toi aussi, du coup!

      Supprimer
  23. C'est parlant pour tout le monde ce billet n'est ce pas ?
    qui m'attire chez l'autre ?
    L'humour , la dérision , la sensibilité , la finesse d'esprit ...
    ceux que je fuis , les moroses , les plaintifs , les "poussez vous j'arrive " , les intéressés , les gens de mauvaise fois et donneurs de leçons
    après , on peut être attirés par des personnes , sans savoir pourquoi , un truc chez eux , qui ne se voit pas

    Tiens faut que je fasse un billet sur ceux qui aspirent aussi , les fameux personnages qui attirent même si ils sont bourrus , asociaux et égo-centrés
    billet bien frais Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut être attiré par des personnes sans savoir pourquoi...un truc chez eux qui ne se voit pas: comme tu as raison! C'est le mystère des attirances. Ça ne s'explique pas , puisque c'est au niveau des ondes secrètes qui nous parcourent...
      Merci pour le billet "bien frais".
      J'ai à peu près les mêmes attirances pour les mêmes personnes. J'aime la délicatesse des sentiments, la grandeur d'âme, l'humanité profonde.Et rigoler.

      Supprimer
  24. On sort de la morosité ambiante avec ce joli soleil qui fait son apparition! Ça fait du bien, en effet. Comme quoi la joie de vivre ne s'éteint jamais vraiment, elle hiberne ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une parole optimiste comme je les aime... Merci belle étoile

      Supprimer
  25. Je te lis tu sais, même si les mots ne sont pas toujours présents pour commenter mais j'aime voir évoluer ton personnage.. tu as un coup de crayon aussi plaisant que ton coup de plume

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brizou.Je suppose que ce commentaire s'adresse plutôt à mon billet du jour... (avec le papillon)
      Je sais que tu es une fidèle, Brizou. De toutes façons, je ne compte jamais les comm, quand on aime on ne compte pas.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.