vendredi 7 février 2014

La sagesse des fous





La mélopée était belle et simple, et la voix qui la chantait douce comme une soie.
Les rêves y tremblaient légèrement, comme on maintient le feu d'une bougie à l'abri du vent, un soir d'été, derrière une main translucide.
La chanson sentait le chanvre et le benjoin, l'ambre et le patchouli. Les fleurs dans les cheveux, les cordes de guitare.
Elle parlait de gens qui s'aimaient, et qui marchaient longtemps, enlacés, je les imaginais habillés de cotons indiens et de longues jupes transparentes, les pieds nus dans le sable poudreux d'une route infinie.
Elle parlait d'espérance et de doute, et des mille routes qui réunissent les hommes dans les plus folles utopies.Un carrefour de mille routes ? Il fallait être vagabond, poète sans patrie ni patron, pour imaginer un carrefour pareil !
Elle parlait d'étoile et de flamme, de chemin et de sourire. Et de la sagesse des fous.
Je ne cherche plus ce carrefour du cœur du monde. Je sais qu'il est en moi comme en chacun de vous. 

Pour le défi du samedi, le thème était: carrefour.
Les Mille Routes by Georges Moustaki on Grooveshark

66 commentaires:

  1. Une guitare et une voix, l'essentiel. Come tu as raison, le carrefour est en chacun de nous même si souvent on perd le fil. Je t'embrasse. Beaucoup à dire sur ce thème....Je tembrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup a dire c'est vrai. Mais cet espace est ouvert: tu viens quand tu veux, et tu dis tout ce que tu veux. J'habite sur une colline. Une maison bleue dont j'ai perdu la clé

      Supprimer
    2. Celestine, je crois qu'on y vient à pied, on n'y frappe pas. Merci de l'invite. Je songe à un assez grand article là-dessus, parmi pas mal de projets d'écriture. A très bientôt.

      Supprimer
    3. Rien que la phrase à double sens " on n'y frappe pas" mérite qu'on s'y arrête.
      J'ai hâte de te lire.

      Supprimer
  2. C'est très joli Célestine. mais je ne peux m'empêcher de penser à la tronche que va tirer le G.P.S devant un tel carrefour ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le GPS de l'époque s'appelait "peace and love" .
      C'était pas mal comme guidage personnel de survie, non?

      Supprimer
    2. Qu'est-ce que tu ne comprends pas, Marie-Madeleine?

      Supprimer
  3. En réalité, c'était une époque terrible. Les gens marchaient longtemps, enlacés par une corde de guitare, à la recherche d'un coiffeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, les coiffeurs , se rendant compte de leur inutilité soudaine, s'étaient tous reconvertis en fleuristes, et commettaient leur coupable commerce jusqu'au bout des fusils. Ce qui est contraire à la déontologie.

      Supprimer
    2. Et comme beaucoup de celles et ceux qui passent ici n'ont rien vécu de cette période finalement sans grand intérêt et qui a fait tant jacasser pour ne rien en dire de vrai, on constatera et là c'est du sérieux qu'il y eut de facto bien des hontes au logis.

      Supprimer
    3. C'est vrai qu'une période où l'on parlait d'amour et de paix n'a pas grand intérêt...

      Supprimer
    4. Nuageneuf, je ne sais pas si tu as vécu cette époque, mais, sache que, s'il est sûr que ce ne fût pas une révolution au sens que craignaient les politiques d'alors, ce fût un sacré bouleversement dans la tête et la vie de chacun. D'aucuns ont su en garder "la substantifique moelle" et vivre heureux, ... ce n'est déjà pas si mal !

      Supprimer
  4. Ton carrefour ne serait pas comme le rond-point de Devos...? Toutes les routes y arrivent, mais toutes en sens unique car personne n'aurait la mauvaise idée de vouloir en repartir. Un carrefour de la vie sans limites, et merde pour le GPS à mio Cugino...
    Un pôle d'attraction de tous les faisceaux affectif. Un pôle coeur bien plus chaud que ses homologues Nord et Sud...
    Baci Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai soudain l'impression d'être un peu ce " pôle d'attraction des faisceaux affectifs" .
      En tous cas, je préfère le rond-point de Devos au sommet de Davos.
      Question de point de vue...
      Molto baci

      Supprimer
    2. Cugino : C'est MON GPS je l'ai payé avec MES sous, je le recharge avec du nucléaire comme tout le monde ! Tout le monde se veut écolo, mais dis voir, tu écris avec un clavier d'ordinateur, tu n'as pas de sémaphore dis voir ?

      Supprimer
  5. Tout une époque, symbole de libération des vieux carcans. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vieux carcans reviennent en force, toujours prêts à enfermer, à scléroser, à contraindre.
      Il va nous falloir reprendre les armes, rien n'est jamais acquis à l'homme ( et surtout a la femme).
      Merci a toi Amartia.

      Supprimer
  6. Joli !
    Rafraîchissant !
    J'aime beaucoup, je goûte "La sagesse des fous"
    http://www.dailymotion.com/video/x29uvu_gerard-lenorman-au-dela-des-reves_music

    ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle chanson un peu triste mais pleine de possibles...
      Elle te va bien, je trouve.

      Supprimer
    2. Il ne faut jurer de rien...mais mon sixième sens, c'est de la roupie de sansonnet, peut être?

      Supprimer
    3. Abinvoilà, j'ai pô mi le smiley qui va bien, alors tout de suite tu t'emportes, tss, tss...
      Mézocontraire, ton 6ème sens il a mis en plein dans le mille ! Je ne voulais pas commenter plus avant, craignant que tous ils sachent que j'étais complètement hétérodyné, mais bon, voilà qui est fait !...
      Et finalement les choses étant ce caleçon, peut me chaud qu'ils sachent.

      Candide, upside down

      Supprimer
    4. Moi je m'emporte? Que nenni! ;-)
      Heterodyné, voilà un mot que tu vas être obligé d'expliquer au commun des mortels.

      :-DDD

      Supprimer
    5. Hétérodyné : c'est simple, tu fais copier-coller su Gogole...
      A défaut, je suis ne doute pas que, dans sons immense culture, notre ami Blutch soit capable de nous l'expliquer.

      Pour ma part, j'ai compris que c'est l'histoire d'un mec et d'une fille qui prennent ensemble le repas du soir.
      Plus simplement, c'est toi et moi quand tu oseras enfin m'inviter au resto !

      ;oDDD

      Supprimer
    6. J'ai cherché, mais je n'ai rien compris (trop technique pour moi)
      Finalement, je préfère ton explication...

      Supprimer
    7. C'huis bien d'accord avec toi !
      Et tout-à-fait entre nous (écoutez pas lézôtres), moi aussi je préfère mon explication.

      ;o))

      Supprimer
    8. Didon, tu ferais pas une petite attaque de dyslexie? Les lettres de ton nom n'arrêtent pas de se mélanger...

      Supprimer
    9. dediCan, Cnadedi, diCande...j'en passe!

      Supprimer
  7. "Après le Boom des naissances, le Boom des renaissances", comme dit la pub !
    Le"baby-boom" soigne ses rhumatismes à Barbotan-Les-Thermes, ou à Contrexeville ! (perso je préfère Cognac, et j'en appelle à Bacchus !)

    Et puis, il y a toujours des bonnes nouvelles !
    Tiens, pas exemple, j'au vu Poutine, de mes yeux vus, vaguement commencer à esquisser l'ombre du début d'un possible commencement de sourire après avoir officiellement ouvert les J.O !

    Le 3° âge ne manque pas d'avenir !
    :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc l'ancêtre, moi j'étais au CE2 au moment de Woodstock, alors l'année érotique, j'en ai pas vraiment profité tu vois...et j'ai pas encore trop de rhumatismes, ça va.
      Pour Poutine, tu ne crois pas que ce léger frémissement des commissures n'était dû qu'à un rictus provoqué par une douleur gastrique due à un repas enfilé à la va-vite? Le caviar est tellement frelaté de nos jours...

      Supprimer
    2. Je te rassure, je me suis rattrapée depuis... ;-)
      Et l'ancêtre, c'était juste une référence a Georges ( B, pas M) puisque tu as subrepticement glissé une parole d'une de ses chansons. Private joke ou presque... ;-)

      Supprimer
    3. Ma Célestine chérie, rien ne t'échappe !!! :-)

      Mais pour le 3° âge... je ne parlais que de moi....

      Supprimer
    4. C'est drôle, je ne te donne pas du tout le troisième âge. :-)))
      On a l'âge que les autres nous donnent... (voir plus bas le commentaire de Nuageneuf sur la chanson de Mireille "j'ai changé mon piano d'épaule".)

      Supprimer
  8. Avec quelques jours de retard, je viens te souhaiter un joyeux anniversaire pour les 5 ans de ton blog (personnellement, je fête plus le nombre d'articles, à chaque centaine). Je comprends parfaitement ce que tu écris au sujet de la blogosphère, et n'ai pas l'intention non plus d'abandonner le Journal d'un Petit Belge qui ne m'a apporté que des satisfactions, et rien de négatif ou de contrainte. J'ai découvert ton blog il y a déjà quelques années, et si mes souvenirs sont bons, c'est via celui de Delphine. Merci pour l'hommage à la notre chère petite Belgique. Un mot pour te définir? PASSIONNEE. Passionnée dans ton métier, passionnée dans ta vie de famille, passionnée dans ton écriture, passionnée dans tes coups de cœur et de gueule. C'est le mot qui m'est venu tout de suite à l'esprit.

    Par ailleurs, ayant rencontré Marie-Madeleine à Paris début janvier, elle m'a prêté ton livre "L'orteil d'Apollon" que je vais bientôt lire. Passe un bon week-end Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est gentil, Petit Belge...et tu sais bien qu'il n'y a jamais de retard sur les blogs. Seule compte l'horloge du cœur. Merci beaucoup pour ce mot, qui est à lui seul un résumé.

      Supprimer
  9. C'était quand même bien salissant ces robes blanches.
    Bof. ( parce que des fois, j'oublie de signer )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'en parlez pas mon brave monsieur, même avec persil anti-redéposition et ses petits bras musclés, pas facile de ravoir les couleurs,et le blanc...
      Sinon, tu sais que je te reconnais même quand tu ne signes pas?... tu as un style , que veux -tu...

      Supprimer
  10. Tiens donc, tes amoureux ont changé d'avis, ils ont changé de direction...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non, il a juste changé sa guitare d'épaule, à cause de sa tendinite.
      Purée tu es observateur!

      Supprimer
    2. C'est juste que j'étais tombé amoureux des gambettes de la d'moiselle et terrriblement jaloux du clampin qui tient sa gratte comme une pelle. C'est pas étonnant qu'il fasse une tendinite, et je comprends mieux qu'y soye tout d'bidel !

      ;oD

      Supprimer
    3. En même temps, quand tu n'as qu'une main et que l'autre est (joliment) occupée, tu la tiens comment ta gratte?
      ( C'est juste pour faire bonne mesure que je prends la défense du clampin) ;-)

      Supprimer
    4. J.ai changé mon piano d.epaule est une très belle chanson de Mireille qui évoque la mort qui vient

      Supprimer
    5. Je n'ai pas vu la mort venir dans cette très belle chanson.
      Mais ce qui est vrai, c'est que l'on a l'âge que les autres vous donnent.
      Parfois j'ai vingt ans, parfois j'ai cent ans.

      Supprimer
  11. Tiens ! Pendant que les rêveurs faisaient demi-tour, mon commentaire est tombé dans les feux des barricades. Sacrebleu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? Je n'ai rien vu... Le feu qui m'anime n'est pas de Bengale, ce n'est que de la fièvre.

      Supprimer
  12. Voilà un billet comme je les aime! Et qui parle du cour en plus, de ce centre de notre intime, de nos émotions, de notre féminin, bref de notre centre du monde lorsqu'on
    a la chance de ne pas se laisser bloquer par notre esprit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi sans doute, ça te parle, est ce que tu t'es fait pousser des fleurs dans les cheveux en écoutant Lucy in the Sky with Diamonds?
      ^_^

      Supprimer
    2. Oui bien sur! Et je portais des fleurs dans les cheveux, l'été des grandes robes à fleurs et l'hiver des manteaux de mouton à poils longs. Je dessinais sur le pont des arts et chantais dans les rues de Paris avec la fanfare des Beaux arts

      Supprimer
  13. Comme là-bas, je te dis que c'est beau!
    Comme là-bas, je te dis que ces années-là ont dû charger nos batteries pour des décennies.
    Comme là-bas, je te dis que notre vie est belle!

    Bises d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'ajoute que ta nouvelle bannière est bien jolie...

      Supprimer
    2. Oui, je sais que le vie est belle, Ep! mais c'est bon de le dire souvent.
      C'est
      Pastelle qui a amélioré ma bannière.
      Merci à toutes les deux.

      Supprimer
  14. Et depuis j'ai tenté de retrouver le chemin du carrefour, j'ai posé ma tête sur le sable et j'attends, j'attends!.. j'ouvre ma besace et je vois dedans qu'il m'attendait...je ne savais pas qu'il nous attendait toujours, qu'il suffisait d'ouvrir le sac! il est en chacun, la carrefour, Célestine, je suis sûr que t' as toujours raison!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, je n'ai pas toujours raison...et je serais bien marrie qu'il en fût ainsi, cher Bizak. Je n'ai aucune prétention à être un gourou...enfin une gourelle. lol
      En revanche j'aime bien partager mes ressentis avec des gens que j'apprécie.

      Supprimer
    2. "Toujours raison"! J'avoue que "toujours" est de trop. Maea culpa!

      Supprimer
    3. j'aime ton enthousiasme, c'est charmant, alors tu n'es pas obligé de t'excuser...

      Supprimer
  15. Merci Célestine. Joli texte et moi qui aimait tant Moustaki, je ne connaissais pas... et oui, la vie est belle qui nous offre tant et tant d'émotions, tant et tant de beauté!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a chez tous les chanteurs qui ont fait une grande carrière, des petits bijoux à dénicher...
      Les mille routes de Moustaki, c'en est un.

      Supprimer
  16. Et au bout des rails,
    la jolie maison de Portbail...
    Souvent glissent dans mes écouteurs des notes de guitare, une voix fragile, tendue sur un fil febrile, pret à se rompre...
    Mais je m'égare. ... La sagesse est plus forte que la folie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sujet de dissertation, après une journée de boulot...t'es dur, là! Pfiouuu! Moi je dirai juste qu'il en faut, de la force, pour être sage! Une force inouïe.
      Je suis heureuse de te voir là, cela dit. Tu as loupé mon anniversaire de blog...^^ C'est pas de toi, comme on dit de par chez moi...

      Supprimer
  17. Je crois qu'il faut plus de force encore pour vivre pleinement ses passions que pour être sage mais tant mieux, cela fait que les couples durent...
    Ton texte est très sensuel, un joli carrefour même si parfois le ciel nous tombe sur la tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mind, c'est un compliment qui me touche.
      j'aime bien tes réflexions sur la longévité des couples...

      Supprimer
  18. ... Du fond de mon lit, grippée... je te salue chère Célestine, ajoutant mon grain de sel, si petit soit-il !!..
    Je reviendrai lire ton billet, comme j'aime... Pour l'instant le temps est à la peine..
    bonne nuit âmie.. Demain je retrouverai les mille routes... si je ne me perd pas en chemin.
    Bisous Célestine.
    J'adore tes bannières finement dessinées.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, chère Den, soigne-toi bien, La grippe m'a épargnée mais j'ai d'autres soucis avec ma pauvre petite mère...
      Reviens quand tu veux. Je t'embrasse.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.