lundi 24 mai 2021

Tenségrité

Poster La Joconde



Connaissez-vous la tenségrité ? C'est un principe physique utilisé par les architectes et les bâtisseurs de ponts, selon lequel « une structure a la faculté de se stabiliser par le jeu des forces de tension et de compression qui s'y répartissent et s'y équilibrent. »
Ce qui signifie, par exemple, qu'en reliant des barres par des câbles, sans relier directement les barres entre elles, on arrive à constituer un système solide et cohérent, et en même temps remarquablement aérien et léger. 
Vous ne comprenez rien ? C'est normal. Les explications techniques sont toujours un peu nébuleuses, comme un mode d'emploi de machine à laver made in Taïwan.

Mais sachez que ce week-end, jouant les Philippe Delerm en savourant ma première gorgée de bière depuis des lustres au café Bancel, j'ai repensé à cette notion que je ne connaissais encore pas la veille. On en apprend tous les jours, c'est connu.
La tenségrité...Savant mélange de tension et d'intégrité.  Ah, que la science est une chose belle quand elle touche à la poésie des mots-valises !
 J'ai pensé que nous sommes des structures complexes, nous aussi, sujets à des tensions, des compressions, des tiraillements, et pourtant capables, par le jeu subtil de nos forces intérieures, de nous stabiliser et d'atteindre notre point d'équilibre intègre...

L'ai était frais, doux et empreint de ces prémices d'été qui tournent un peu la tête, comme un vin rosé siroté trop vite : cris stridents des guêpiers fendant le ciel, odeurs grisantes de chèvrefeuille et fortes de poisson grillé, foule gentiment bigarrée, et partout cette joie d'enfants trop longtemps privés de récré...Les enfants que nous sommes tous, au fond. 
 J'avais presque oublié combien c'était beau à voir, des dents blanches illuminant des visages.
J'ai respiré à grandes goulées ce vent d'espoir. Et j'ai senti se dessiner, sur mon visage à moi, mon sourire de Joconde, celui que l'on m'a si souvent attribué : le sourire de la joie pure, jubilatoire. Cette joie de funambule en parfait équilibre.

Sans doute Lisa Gherardini avait-elle découvert, elle aussi, le concept de tenségrité, en farfouillant avec curiosité dans les carnets de Léonardo ...Et sans doute possédait-elle cette faculté de rester sereine malgré les adversités, un mariage précoce avec un vieux barbon de quarante ans, et six gosses à torcher. Tout cela, sans qu'il lui fût impossible, (au Quattrocento, imaginez ...) d'aller boire un pot en terrasse pour goûter aux effets intérieurs de la joie pure. Mais quelle femme, Monalisa !
Je ne vois pas d'autre explication à son sourire mythique.

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆








Pour l'atelier du Goût, on se demandait à quoi pensait la Joconde.




***


Un exemple de tenségrité :
La Tour d'aiguilles par Kenneth Snelson 
au musée Kröller-Müller à Otterlo (Pays-Bas).


D'autres exemples plus simples de tenségrité pour celles et ceux qui veulent s'amuser une après-midi de pluie :
 



 


78 commentaires:

  1. Ce qu’il y a de magique ce sont ces trois petits fils qui donnent à l’ensemble ce bel équilibre. Si l’un d’eux vient à se briser c’en est fini de ce beau défi à l’espace. Il est en ainsi des relations entre les hommes : elle se construisent peu à peu, par un jeu de mouvements passionnés ou sages et sans qu’on ne sache bien pourquoi on est.... à l’équilibre. C’est alors l’euphorie de maîtriser, le temps, de posséder l’espace.
    Notre monde a rompu ses équilibres. Il prend conscience de la vanité des systèmes qu’il avait échafaudé : l’économie, l’argent, les rapports de puissance, la productivité....et même ce qu’il croyait être la science. Ce qui compte pour lui ce n’est plus que survivre ....sans bien savoir comment.
    Sortir, mettre le nez dehors en rejetant le masque, s’asseoir à la terrasse d’un café, rire, parler fort, marcher, cultiver son jardin, écrire comme si rien n’avait autant d’importance, embrasser qui vous voudrez.
    Reconstruire des équilibres, à petites touches, par petits coups. Découvrir qu’il y a les exceptions, les parenthèses, le besoin de serrer dans les bras le corps de l’autre. Oublier cette raison, cette sagesse, savoir profiter de l’instant.
    Rêver d’une terrasse de café, d’un baiser long échangé en silence, et du silence qui suit ce silence....c’est peut-être ainsi que notre monde retrouvera ces équilibres dont il s’apercevra qu’il ignore tout des règles qui le régissent,
    Bon lundi de Pentecôte, chère Célestine.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'es drôle, au début, j'ai lu "trois petits-fils" cela m'a ramené au drame vécu il y a deux ans...C'est vrai qu'un des petits-fils s'est brisé, et que cela a sérieusement entamé l'équilibre familial...
      Pour le monde, c'est pareil. Mais l'équilibre nouveau reviendra un jour, j'en suis certaine. l'histoire de l'humanité est émaillée de cette alternance entre crises et périodes calmes...
      Votre dernier paragraphe est une invitation au rêve, au voyage.
      C'est beau comme du Delerm.
      Bon lundi à vous cher jacques
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. La tenségrité est à la mécanique ce que l'homéostasie est à la biologie.
    Le fruit d'équilibres si subtils que ça ne demande qu'à merder et qu'on se demande toujours comment ça peut marcher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, c'est justement ça, la magie de la chose.
      Cet équilibre subtil qui peut se rompre à chaque instant.
      Mais quand on y arrive...c'est le Nirvâna. Au bas mot.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Oups je ne suis pas sensible à cette curiosité mathématique, en vrai mon esprit s'évade quand j'essaie de comprendre ces choses là et puis j'avoue je n'ai jamais pu faire l'effort, désolée, ça vient sans doute de mon handicap de dyscalculie et ce qui s'ensuit.... Tenségrité le mot est joli en tout cas.
    En revanche, prendre un verre sur une terrasse (pas trop bondée) avec plaisir, surtout si le soleil est de la partie et j'aurai un sourire, pas monalisanesque je ne crois pas...
    Bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux au moins regarder les videos, qui, elles, sont beaucoup plus ludiques que mes explications nébuleuses de début de billet...
      La dyscalculie se porte surtout sur les nombres : elle ne devrait pas t'empêcher d'apprécier cette magie des forces qui s'équilibrent...
      Gros bisous chère Marine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est plus compliqué que ça alors mon problème, je le nomme ainsi ne sachant expliquer ce qui fait "rideau" dans mon esprit, bof, j'ai bien vécu avec cela, alors ça ne m'inquiète pas outre mesure... Peut-être est-ce le début de la déliquescence !
      Bisous Célestine

      Supprimer
  4. Tu m'étonneras toujours, Céleste au bel "équilibre intérieur". Un mot que je découvre, "tenségrité", des tutos extraordinaires qui expliquent si bien. Fascinée ce matin. Quant à la Joconde : j'adore son sourire plein de dents et mieux celui que nous connaissons, plein de retenue.
    Joie.
    Superbe billet. J'adore.
    Merci à toi.
    Reconstruisons nos vies car nous connaissons aujourd'hui plus qu'hier - encore que - ce qu'est l' éphémère....Doux lundi de Pentecôte.
    Bisous.
    Elle est splendide ta nouvelle bannière - bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Den. j'ai mis mes couleurs d'été dans ma bannière. ;-)
      Ravie de t'avoir plu, chère Den. je sais que ton cerveau toujours en éveil aime apprendre, tout comme le mien.
      La vie est une richesse pleine de surprises.
      merci merci merci !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Marrant, d'après Berthoise, son sourire proviendrait du fait qu'elle venait de déguster une succulente pâtisserie. http://berthoise.canalblog.com/archives/2021/05/24/38983916.html
    Vous êtes donc en harmonie : c'est la béatitude (un truc pour lequel tu es très douée).
    J'ai bien aimé ta troisième vidéo où le mec ne se contente pas de montrer comment construire le truc mais explique pourquoi il tient. Le coup du viaduc de Millau est bien aussi, il néglige de dire que le bureau d'études qui a procédé à l'élaboration de la structure, c'est Greisch, à Liège ;-) : https://bulles.agora.eu.org/20041213_viaduc_de_millau
    Bises ma toute belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, la béatitude, qu'elle soit celle du coeur, de l'âme ou des papilles...nous sommes douées, Berthoise et moi.
      Je suis indignée que l'on ait omis ce détail pourtant fondamental : le viaduc de Millau a été conçu par des Belges. Je savais pourtant que ton peuple était un grand peuple, comme dit César à Cléopâtre.
      Bisous mon cher (et unique) Boss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Remarque que c'est peut-être un mauvais calcul : qui vont-ils pouvoir accuser quand il s'écroulera ? :-)

      Supprimer
    3. Un pont conçu par des Belges s'écroulerait ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Tout a une fin, n'est-ce pas, regarde à Avignon ;-)

      Supprimer
    5. Ah c'était un Belge aussi, à Avignon ? 😂

      Supprimer
  6. merci pour ce billet qui met une joie légère au coeur ! Je découvre la tenségrité ,ce concept me plaît beaucoup ...à approfondir , à explorer , à mettre en pratique ... un léger sourire aux lèvres !
    beau lundi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lois de la physique ont parfois des allures un peu magiques, c'est d'ailleurs ce qui fascine les enfants (j'en parle d'expérience) et les grands enfants que nous sommes devenus (enfin, pas tous...)
      Merci de ton passage Anda.
      Et vive le Goût qui permet de belles rencontres entre blogueurs...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Les terrasses; tu me fais sourire d'aise: je suis en Italie. Dolce vita...................Personne dans les rues ou presque; ça vient doucement; il fait beau. C'est doux et bon.
    J'aime vraiment beaucoup ce que tu dis de la tenségrité, la nôtre, celle que nous devrions atteindre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Italie a bien mérité aussi de sortir de ce cauchemar...
      Et en cette saison, ce doit être remarquable !
      Profite bien, en toute sérénité?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. je pense aussi que ça devait être une sacrée bonne femme, cette Lisa ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrément ! Une maîtresse femme, comme on disait à une époque ... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Je découvre un mot et une Joconde plus humaine que celle du Louvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime apprendre des mots nouveaux, tu le sais sûrement car tu me lis depuis assez longtemps.
      Quant à la Joconde, depuis que j'ai lu quelques éléments de sa vie, j'ai une tendresse pour elle...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Je vais aller voir les vidéos...
    En tout cas, très jolie la photo "en étoile"...
    L'équilibre ne tient qu'à un "câble"...:-)


    Ah, la joie de revoir les sourires des uns et des autres...
    Tu as raison, il n'y a pas mieux !
    La Joconde masquée n'aurait pas été la Joconde...
    Il n'y a qu'à un concombre que ça va, le masque...;-)
    Mais à un être humain, à un homme, à une femme, à un enfant, non !
    Pitié !

    Vive la vie démasquée...et vivent nos sourires de l'été !


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu as raison. Ça m'a fait vraiment drôle (au bon sens du terme) de revoir sourire des gens sans masques. J'ai senti, vraiment, une grosse bouffée d'espoir qui m'a réjoui le coeur.
      Surtout pour les restaurateurs et les serveurs qui avaient la banane !
      Bisous ma Licorne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Savoir comment équilibrer son environnement ne peut que mener à la béatitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sachant que ça commence par équilibrer son environnement intérieur...
      Et ça, c'est pas toujours simple !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. La tenségrité ? Ben de mon temps on appelait ça le principe de la clé de voûte !

    Quant au sourire mythique de la Joconde… ce que je connais du tien est beaucoup plus inspirant. Il exhale la paix fraîche de la joie simple, et peut-être ce je-ne-sais-quoi qu'avait Madame Arthur ! ;-)))
    Et dont on parlera encore longtemps…

    Et sinon elles sont sympas les petites vidéos. Il y a des systèmes de compensations symétriques identiques dans le corps. J'ai beaucoup appris cela pour comprendre comment retrouver mon équilibre instable permanent qui m'a permis de remarcher sans me casser la gueule tous les trois pas !
    Je suis dans mon genre un équilibriste haut-de-gamme !
    Oui Madame !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je pense que tu m'as ramenée à mes quinze ans, quand ma grand-mère me chantait « Madame Arthur » et son je ne sais quoi...
      Elle adorait cette chanson, qui définit très bien ce qu'est le charme. Quelque chose qui n'a rien à voir avec les canons de la beauté...
      Je ne doute pas, pour ce qui concerne l'équilibre intérieur, que tu sois passé maître dans l'art du funambulisme de haut-vol...
      Oui monsieur ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Je ne connaissais pas le mot mais je dois avouer que ça me fascine.
    Gros bisous.

    Lydia (https://promenadesculturelles2.wordpress.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que c'est fascinant.
      Et tu fais partie de ceux qui aiment découvrir et comprendre de nouvelles choses.
      Bisous Lydia.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Bonjour Célestine,
    Je ne connaissais pas ce mot, n'étant ni ingénieur des ponts et chaussées ni architecte.
    Tu as très bien amenè progressivement ton explication du sourire de la Joconde, bravo!
    Bises et bonne journée,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais envie de parler de cette "tenségrité" que je venais juste d'apprendre par un ami, et je voulais aussi participer à l'atelier du Goût...
      Alors j'ai cherché le lien entre les deux.
      Bisous belle jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Elle n'a jamais porté le masque, elle !! Un texte subtil, chère amie !
    Le vent de la liberté souffle à nouveau et cela fait du bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon Daniel.
      C'est vrai que nous en avons fortement besoin.
      Et que certains sont prêts à tout pour nous l'enlever...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. La tenségrité est un beau concept ; aussi beau et énigmatique que le sourire de Mona Lisa .
    Peut être est ce le caractère énigmatique de ce sourire à peine esquissé qui fait de la Joconde la référence picturale par excellence.
    Cette femme puissante se retient elle de rire en pensant aux visages masqués des belles vénitiennes ? Est ce l’apparition soudaine de son « barbon de mari » en costume défraichi qui manque de la faire éclater d’un rire sonore ?
    Les écrits biographiques semblent attester qu’ils s’aimaient et que Francesco veilla à ce que sa veuve ne manque de rien…..
    Moi je garderai toujours ce mystère comme un attrait de ce tableau de Léonardo.

    Mais ce sourire peut-il résulter d’un équilibre intérieur ? En tout cas c’est ton hypothèse, puisque tu es toi-même parvenue à ce bonheur d’une douce sérénité.
    Cette douce sérénité qui est en fait une suite de points d’équilibre constituant le chemin, c’est à dire le voyage de la vie.

    La tenségrité ,en dehors de l’architecture, est également étudiée en recherche biologique au niveau des cellules (cytosquelette) et du système musculo-squelettique.

    Mais mes propres recherches de documentation en la matière m’ont fait dériver jusqu’en des réflexions d’ostéopathe sur le rapport entre la palpation (pièce maitresse de l’osteopathie) et la perception des déséquilibres intérieurs à soigner.
    J’en ai retenu le propos suivant :
    ‘L’intégrité
    Nous ne vivons pas en conformité avec les concepts que nous défendons. Cela est très grave parce que cette rupture de cohérence nous ôte toute notre puissance d’êtres créateurs : « Tout système complexe, qu’il s’agisse d’une machine-outil, d’un ordinateur ou d’un être humain, doit être cohérent avec lui-même. Les parties qui le composent doivent travailler ensemble, chacune soutenant chaque action des autres. Ainsi seulement peut-on en tirer le meilleur parti possible. Si les éléments d’une machine fonctionnent simultanément en des sens opposés, cette machine se désynchronise et risque de tomber en panne. Il en va exactement de même pour les êtres humains. Nous pouvons apprendre à produire des comportements plus efficaces, mais si ces comportements ne soutiennent pas nos besoins et nos désirs plus profonds, si ces comportements nuisent à d’autres parts importantes de ce que nous sommes, nous sommes en proie à un conflit intérieur, nous perdons la cohérence indispensable à la réussite. » (Robbins, 1989, 327).’

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cette vision des choses développée par Robbins. C'est ce que j'appelle personnellement "mettre du sens" dans les choses que je fais. Pour moi, il faut que ce que l'on me demande de faire ait du sens, c'est à dire entre en cohérence profonde avec mon corps, mes ressentis et ma pensée.Avec tout mon être en fait. C'est ce que certains chercheurs en psychologie appellent "la congruence".
      Ce texte a été écrit il y a 30 ans, et il entre en résonance avec ce que nous avons vécu (et ce n'est pas tout à fait fini) ces derniers temps.

      Comme toujours, tu es allé chercher, rebondir sur mon billet, et fait ton propre chemin de découverte, ce qui est le signe d'un esprit clair et cohérent.
      Tout est lié en nous, et c'est pourquoi je clame depuis des années qu'il ne sert à rien de soigner le corps sans soigner l'âme, et vice-versa.

      Merci pour ton témoignage, Petrus...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Par ailleurs , ton évocation de la joie du funambule m’a amené à rechercher et trouver un témoignage de joie du funambule :
    « Comment faites-vous pour rester en équilibre sur un fil? »
    Voici sa réponse telle qu’elle est gravée en moi : « Il n’est jamais question de garder l’équilibre ; je ne cherche pas à atteindre un point d’équilibre. C’est justement tout le contraire ! Je garde l’équilibre sur le fil car je joue entre des déséquilibres constants. Ce sont les déséquilibres maitrisés qui me permettent d’avancer sur le câble. Si je cherche à être en équilibre, je tombe !C’est le paradoxe apparent des funambules. Le balancier que nous tenons parfois en main nous aide à amplifier les déséquilibres pour mieux rester sur le câble. D’ailleurs chaque traversée est unique car les conditions extérieures varient et la consistance du câble change aussi selon sa tension. Nous donnons l’illusion de l’équilibre, mais il ne s’agit pas d’un état, ni d’une position statique. C’est un enchainement de mouvements. Et la jubilation de la traversée ne me quitte pas, elle est toujours aussi vive, pas après pas sur ce câble d’acier.Un bon funambule, c’est quelqu’un qui sait provoquer les déséquilibres contraires pour avancer et qui sait se concentrer sur le point unique, le point d’arrivée, sans jamais se laisser distraire.»
    Là encore , plus que le point d’équilibre, c’est la suite de tous ses déséquilibres en vue du bout du chemin qui font l’intérêt, le plaisir, la joie du voyage.
    Alors , comme sans doute Léonardo le fit, à l’adresse de belle Lisa, après la dernière touche sur le tableau, je te souhaite une belle suite de déséquilibres maitrisés pour la suite du voyage.

    Bises funambulesques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là encore, ce texte est intéressant et éclaire d'un jour tout particulier le métier de funambule...
      Bien évidemment, l'équilibre n'est absolument pas statique, et c'est aussi le cas pour l'équilibre intérieur. Sans cesse il nous faut travailler à le maintenir et à le rétablir si besoin.
      Merci pour ces interventions pertinentes, cher Petrus.
      C'est toujours un plaisir de te lire
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Ah, la science comme ça, alors je veux bien. Sinon, je tombe rapidement de sommeil.
    Pour que le sourire de la Joconde soir si parfait, c'est vrai, Léonard a fait des calculs scientifiques de proportion. Tout se tient. :)
    Bises Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacré Léonard !
      Un artiste doublé d'un scientifique, c'est redoutable !
      Bisous cher Patrick
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Je ne suis pas plus savante après avoir lu la définition de la tenségrité qu'avoir observé les vidéos ! Léonard en aurait fait ses choux gras
    Mais je serais surprise que ce soit la Joconde qui torche les gosses... Elle avait le petit personnel pour ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais il faut savoir prendre des libertés avec la vérité historique... c’est le privilège des racontées d’histoires avec un petit h...
      Pour ce qui est du reste, si Léonard en aurait fait ses choux gras moi j’ai plutôt fait chou blanc avec toi mais ce n’est pas grave !
      Bisous baroudeuse.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Et si juste elle retenait avec grand peine un fou rire? Tu peux corriger en bon français, hein, ma petite Celle qui es si mignonne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être bien ! Mais alors qu’est-ce qui la ferait rire ainsi ? Le mystère reste entier.
      Et ta phrase est en excellent français 👍
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu m'as répondu: je t'en sais gré...
      Par contre, je ne sais pas si tu vas continuer à pardonner mes interventions?
      Bon, à la soupe!

      Supprimer
    3. Elle était bonne cette soupe ?
      Mais pourquoi voudrais-tu que je te pardonne de venir me lire et m'écrire ?
      J'adore tes interventions, tu me fais rire, et j'en redemande...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Fascinant la tenségrité ! ce mariage entre le rigide et le souple. Je n'avais jamais réalisé l'utilité des cables dans la structure des ponts ! Je pensais que c'était pour faire joli tout simplement. Je ne verrai plus jamais ces magnifiques ponts suspendus de la meme manière. Et ton rapprochement entre la tenségrité et le sourire de la Joconde est exquis. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kea. C’est un vrai plaisir de te lire aujourd’hui !C’est vrai que, comme toi, les ponts suspendus m’ont toujours fascinée. Comme toutes les constructions improbables au fil du temps... les pyramides et autres dolmens...
      Quant à la Joconde, on m’a dit souvent que j’avais ce petit sourire quand j’étais heureuse.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Il est intéressant de mettre des mots sur un concept que l'on ressent ou que l'on devine sans l'avoir étudié. Le parallèle avec le fameux « sourire » énigmatique est une bonne idée. Je n'ai jamais su s'il d'agissait d'un sourire joyeux, d'un état de plénitude ou d'une pose forcée. Parfois Monalisa me semble sereine et à d'autres moments je me dis qu'elle est assise sur une aiguille mais qu'elle doit garder la pause! Est-ce qu'il y a équilibre?

    Moi qui ne suis pas équilibré, je cherche de quel côté je dois accrocher les câbles et quelles tensions dois-je y appliquer. Tout cela est si mystérieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous me faites rire cher ami : j’imagine Mona Lisa assise sur une punaise et se concentrant pour ne pas hurler :-)
      De là à connaître les mystères de l’équilibre...
      Moi même je me considère depuis toujours comme une funambule de la vie et je suis tombée plusieurs fois... mais je me suis toujours relevée 😁
      Bien a vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. ...ça y est, j'ai pris le temps de regarder les vidéos...

    Oui, c'est passionnant , et dans la droite ligne des "carnets scientifiques de Léonard", qui passait son temps à inventer des trucs plus "fous" les uns que les autres...

    L'équilibre est une notion qui m'est chère...
    Quant au "fil"...c'est carrément une obsession (tous mes blogs ou presque contiennent ce mot dans leur titre) ...alors, l'équilibre grâce aux fils, tu penses si ça m'intéresse !
    D'autant plus que j'ai fait des études...de sciences (maths, physique)...

    Alors, si je résume la tenségrité, c'est un peu "je te tire, tu me tires" et le résultat de nos deux "tiraillements" en sens opposés, ça aboutit à un équilibre...magique.
    Magique, mais fragile...

    Tu vois, je ne suis pas sûre que La Joconde ait vraiment eu l'occasion de penser à tout ça...surtout à son époque où l'on n'encourageait guère les femmes à réfléchir...mais moi, ça me laisse songeuse...
    et ça m'évoque "l'équilibre des contraires", l'équilibre yin-yang...qui est un équilibre entre les opposés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou quelle verve ! On peut dire que le concept t’inspire. Je n’avais jamais remarqué que certains de tes blogs contenaient le mot « fil »
      Comme tous les équilibres celui de la relation entre deux êtres est fragile...mais en connaissant les règles de la tensegrité on doit pouvoir éviter les écueils du déséquilibre 😂
      Le yin et le yang... oui c’est vrai c’est un peu ça !
      Bien vu ma Licorne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est toi qui m'inspire, Célestine...:-)

      Je reviens juste sur le sujet des blogs...
      Fabulo est conçu comme un "fil" ininterrompu (je l'explique dans la colonne de droite), le deuxième s'appelle "Le fil d'Ariane" et le troisième "Fil-igrane"...:-)

      Et puis, si tu as le temps ;-)
      https://filigrane1234.blogspot.com/2016/04/facon-devos.html



      Supprimer
    3. Je me souviens de ce texte à la façon de Devos, du commentaire que j'en avais fait, et du billet auquel j'avais fait référence.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. J'avais aussi écrit cela, dans le même thème.

      Supprimer
    5. Merci, Célestine, pour ces textes exhumés.

      Le fil de l'amitié, c'est le plus beau...:-)
      ...et les mots de Raymond...qu'est-ce qu'ils nous manquent !

      Supprimer
    6. C'est certain ...Et ceux de beaucoup d'autres.
      Le rire manque cruellement dans les médias qui se prennent beaucoup trop au sérieux...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Quand je regarderai une femme, je penserai à la tenségrité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente idée.
      Attention quand même de ne pas te lancer dans des explications trop techniques ! 😉

      Supprimer
  25. Ben moi, je préfère ta nouvelle bannière à la Joconde ! Ce n'est pas une question d'équilibre, mais de point de vue.;-) J'ai aimé les cours de physique, au lycée. La concordance des forces, leurs applications. Le centre de gravité et la base de sustentation.
    La tenségrité, je pourrais te dire que c'est juste une question de point d'application des forces, dont la résultante est quelque part en alignement avec le centre de gravité, sans jamais sortir de la surface de sustentation. Mais ce serait trop simple ! Les vidéos sont assez bluffantes.
    Dans tout équilibre, qu'il soit, stable ou instable, ou même imperturbable, il doit reposer sur une base solide, stable ; un socle.... L'être humain n'échappe pas à cette règle...
    Quand l'équilibre intérieur s'écroule, ou vacille, il n'y a que sur son socle intime, sur lequel s'appuyer, pour reconstruire l'édifice... Je crois que je ne t'apprends rien...
    Parfois, l'équilibre ne tient qu'à un fil, mais un fil magique qui sert à se resserrer ♫♪♫♪♫♪♫♪
    Décidément, ton blog est un endroit magique où j'apprends des tas de choses, une mine d'or dans un écrin d'argent ; une vermeille !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hou! la triple dose de compliments sur la fin ! Je suis rouge vermeil ...😂
      La chanson de Souchon est très belle, je ne la connaissais pas.
      Il y a aussi, avec le même titre, celle de Camille ♫♫♫.
      Pour ce qui est de la physique, j'avoue l'avoir préférée à la chimie, c'est certain !
      Finalement, la psychologie n'en est pas si éloignée, et obéit aussi à des règles.
      Bisous ravis
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Houla, il semblerait que tu te sois emmêlée dans les fils... Ton lien n'est pas le bon. Pas grave, j'ai eu plaisir à relire ce billet, et même mon commentaire de l'époque.
      Je suis étonné que tu ne connaisses pas cette chanson de Souchon ! J'étais presque sûr que c'était le cas.
      Bises matutinales 😊

      Supprimer
    3. La chanson de Camille est .
      Bisous lointains (je suis en vacances)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. 1. Elle est superbe l'image de ta nouvelle bannière :)
    2. Tu m'apprends, non sans surprise, la tenségrité (le correcteur ne le reconnait pas). Surprise parce que dans ma jeunesse j'ai étudié les forces statiques, les ponts, les voutes, le béton précontraint (pour faire tenir les ponts), mais jamais on ne m'a parlé de tenségrité !
    3. Le portrait de Mona Lisa m'a toujours laissé indifférent, aussi "énigmatique" que soit son sourire.
    4. Bien que je puisse apprécier grandement un moment en terrasse en aimable compagnie (et j'en ai quelque souvenance...), j'avoue ne pas avoir ressenti la moindre frustration lorsque ce n'était plus possible. Et n'ai donc pas hâte d'y retourner (sauf si ce devait être en aimable compagnie).
    5. L'équilibre des fils, des forces, des liens... oui, ça me parle. Et établir un parallèle avec la tenségrité me semble tout à fait pertinent.

    Venant de toi, je n'en suis point étonné :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1. Merci. J'avais envie de renouer avec ma tradition célestinienne. Et je trouve que cette bannière me correspond parfaitement. Cette espèce de tourbillon dans lequel tourne la tête du personnage, cette liberté, cette aisance de mouvement, et le côté légèrement coquin.Bref, c'est tout moi. Et puis je sais que comme moi tu adores la couleur turquoise...
      2. Les correcteurs orthographiques ne savent plus où donner de la tête, il y a toujours plein de mots nouveaux ou inusités pour les perturber.Le dictionnaire indique : « Calque de l’anglais tensegrity, mot-valise de tensile et integrity, donc mot-valise composé de tension et de intégrité. »
      Mais je suppose que tu étais allé voir.
      3. C'est vrai : je ne fais pas de folies de ce tableau, à peine est-ce que j'arrive à comprendre ce qui l'a rendu si célèbre...La Jeune fille à la Perle de Vermeer me procure une toute autre émotion, difficile à décrire, mais beaucoup plus forte.
      4. Il y a dans ces « moments en terrasse » bien plus qu'un simple verre partagé. Cela, on peut le faire chez soi avec un ami. Pour moi, les terrasses de café, c'est tout un art de vivre, un symbole de liberté, une culture de l'instant, de la relation vraie et non virtuelle. J'avais écrit un billet à ce sujet, au moment des attentats de Paris. C'est pourquoi, au contraire de toi, j'avais hâte d'y retourner. Sans doute pour m'assurer que c'était encore possible... mais je ne renonce pas au projet de partager avec toi à nouveau un verre, un jour...
      5. Je savais que cela te parlerait, d'établir ce lien entre la physique et la psychologie...Ne sommes nous pas tous fait de la même matière, poussières d'étoiles chères à ce cher Hubert Reeves ?
      J'espère, quand même, parvenir à t'étonner encore. 😉
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. La Joconde, il paraît que c'est un homme, comme Sheila !

    OK, je sors (non sans mettre mon masque) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et Amanda Lear, tu l'oublies ? ;-) ;-) ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Un phénomène de transégrité ? Fastoche : je connais certaines choses capables de se lever par la seule force de la pensée, et ce... Sans aucun apport mécanique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours aussi délicat mio cugino :-D

      Supprimer
    2. Je crois que c'est Oscar Wilde qui disait que c'était l'organe le plus léger du corps humain : une seule pensée peut le soulever...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Et HOP, un nouveau mot à observer sous toutes ses facettes, comme un diamant !!! Étant du signe de la balance avec un ascendant balance, les notions de pont et d'équilibre des forces parlent à mon cœur, le chatouillent avec douceur. Merci céleste Célestine, bonne vie au grand air, sourions-lui de toutes nos dents. Bises ensoleillées. brigitte

    RépondreSupprimer
  30. Le pont Morandi de Gênes est un exemple de tenségrité ratée par manque de tensintégrité des exploitants.
    Les grues de chantiers sont des exemples de tenségrité dynamique avec recherche permanente du point d'équilibre de la structure. J'ai tutoyé ce principe durant 30 ans...

    Quant à la tenségrité des rapports affectifs, elle est encore passablement incertaine par manque de réel pour y attacher les liens virtuels.

    Ti bacio Cara Mia

    RépondreSupprimer
  31. Ben... Si j'en réfère au Faucon de l'Hudson (mémorable 'Hudson Hawk', avec B. Willis et Danny Aiello), il me semble qu'elle avait un tout autre sourire, la donzelle XD
    https://www.youtube.com/watch?v=n7TEnJA81sw

    Là, on est dans du "vive lézard vivant", là, hein ?

    RépondreSupprimer
  32. Tenségrité... Je vais le sortir au prochain colloque. Déjà que mon chef... ne comprend rien, là, il va être carrément largué. Et très contente de mon petit méfait, j'irai ensuite boire une bonne petite bière en terrasse en trinquant en pensée avec toi. :-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
  33. Bonjour Célestine, la Tenségrité serait donc la partie détendue de notre être et qui donne à Mona Lisa son sourire pincé si énigmatique …tout s'explique et crois-moi c'est beaucoup mois complexe que le mode d'emploi de machine à laver made in Taïwan.

    RépondreSupprimer
  34. Coucou Célestine, grâce à toi, j'ai appris un nouveau mot. Il faudra que j'essaie de le placer dans une conversation :-) Merci pour ton texte et les vidéos.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.