vendredi 6 janvier 2012

La Lettre M


Chez Asphodèle, le jeu continue, quelle chance!

matin – mélancolie – mariage – moulin – mausolée – minuscule – marmelade – mauve – mouchoir – mimétisme – miniature – merveilleux – méandre – murmures  – martingale – mélange – misérable.


***
Dernier hommage


Au grand bingo de l’existence, sa martingale était en or. Elle ne l’a trahi qu’une fois. Contre la mélancolie, le malheur, la dépression, le conformisme, c’était un gagnant sans mélange. La mort a eu raison de lui.
Au mausolée des plus grands hommes, il a sa place, assurément: quand il sortait son instrument, son bandonéon miniature, les misérables se sentaient riches et les rois perdaient leur superbe. Il nous rendait  soudain égaux en tartinant de marmelade les petits travers quotidiens, les petits tracas de la vie. Il passait au moulin à poivre nos forfanteries imbéciles et nos absurdes prétentions, balançait des tartes à la crème sur nos  fragiles certitudes.
Quand il dansait nous nous sentions, par un étrange mimétisme, gros et légers tout à la fois, comme un éléphant en tutu. Les méandres du beau langage étaient son chemin de Damas.

C’était un merveilleux acteur, un magicien des matins bleus, l’heureux mariage du rire et d’une immense poésie,  minuscule goutte d’espoir dans l’océan des passions vaines. Rentrez vos mouchoirs, pauvres diables, il n’aurait pas aimé qu’on pleure. Cessez vos murmures affligés, riez, dansez, rêvez les mots, et comme lui, accrochez donc, à votre cœur, cravate mauve et souliers verts.



Après la séquence émotion, je vous propose de retrouver ma coquine et légère participation au défi du samedi.




24 commentaires:

  1. Mon humoriste préféré et de loin !!
    Il aurait aimé cet hommage mêlé à un jeu ...

    RépondreSupprimer
  2. Nous l'aimions beaucoup et, à lire ton texte, nous le re-aimons, Devos ! :~)

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau texte , tout est là , son jeu , son immense talent maniant jeu de mots et mime
    Je l'ai vu sur scène , une vraie chance
    Bravo Célestine

    RépondreSupprimer
  4. Il ciselait le français, comme je taillais la pierre au ciseau....

    J'aimais.... Bises

    RépondreSupprimer
  5. C'est de la haute voltige ! Tu es vraiment douée Célestine.
    Bises et doux week-end

    RépondreSupprimer
  6. En fait l'anonyme, c'est moi ... j'ai tapé trop vite ...

    RépondreSupprimer
  7. Dès les premières lignes j'ai su que tu parlais de ce RAYMOND là... Merci

    RépondreSupprimer
  8. Dernier hommage certes mais bien plus puissant et proche de la personne ! J'ai adoré ton exercice en M !

    Coincoins pour toi et pour Raymond !

    RépondreSupprimer
  9. Bel hommage comme dit Antiblues il aurait sûrement apprécié.

    RépondreSupprimer
  10. Un hommage au point de croix, finement brodé, on le reconnait d'emblée et oui il aurait je pense apprécié à sa juste valeur ton travail de dentellière ! Tes mots m'enchantent toujours autant ! :)

    RépondreSupprimer
  11. Les clowns sont de loin les plus émouvants malgré le rire qu'ils suscitent et arrachent de nos coeurs tout le respect dont ils méritent malgré leur cynisme et leurs éraflures au système et aux autres. Ils nous rappellent nos dérisions, nos futilités, nos absurdités, et en cela, plus que le sourire, les rires, ils nous sont essentiels.. Bon week end ma douce Célestine

    RépondreSupprimer
  12. Joliment ciselé, belle dédicace.

    RépondreSupprimer
  13. Je n'aime pas spécialement les humoristes, mais je suis sensible à ton texte.
    Bonne Année, Célestine

    RépondreSupprimer
  14. Un beau billet pour un homme d'exception.
    Merci Célestine et merci aussi pour ce beau texte sur ce Ventoux que vous voyez au sud et que je vois au Nord. Peut-être que si nous regardons assez fort nos regards se croiseront.
    Bon Week-end

    RépondreSupprimer
  15. Très belle évocation de ce virtuose des mots que j'ai eu la chance de voir une fois en spectacle. Un homour vraiment unique fait de tendresse, d'absurde et de sonorités de mots...

    RépondreSupprimer
  16. Un hommage très bien vu au magicien des mots qui nous manque :-)

    RépondreSupprimer
  17. Oh je crois avoir fait un janotisme sans le vouloir : les mots me manquent et Raymond Devos me manque :-)

    RépondreSupprimer
  18. Un vibrant hommage. :D Très beau texte. :D

    RépondreSupprimer
  19. bel hommage à un homme que j'aime beaucoup aussi !

    RépondreSupprimer
  20. C'est superbement bien écrit, un hommage émouvant...

    RépondreSupprimer
  21. Dis tu sais quoi dire pour les hommages !!!! Très beau, très fin !

    RépondreSupprimer
  22. "Se coucher tard: nuit" !!!!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.