vendredi 21 décembre 2018

Des bulles de jazz





Chaque ville a sa musique.
Celle de Paris est un mélange indicible de notes syncopées, de rythmes lancinants et sauvages, et de douceur amère en mode mineur. Quelques notes claires, obsédantes, culminent comme les ors aux grilles des palais. La basse est donnée par les sans abris, les mendiants, la misère gênante, ostentatoire, agitant son grelot devant les marbres blancs des grands de ce monde, qui détournent le regard.
C'est une ville jazz, une ville blues, et on ne le saisit qu'en marchant, marchant, obstinément, sous la pluie ridée de décembre, au petit vent aigre faufilant ses bouts de laine au hasard des rues grises. Ou sous un soleil pâle et frangé de brume.
En aimant la beauté incroyable des pavés luisants et noirs.
Je n'ai jamais autant marché. J'ai aimé marcher. Beaucoup. Longtemps. C'est ainsi que l'on apprend Paris, reconstituant le puzzle des quartiers et leur partition complexe.
J'ai aimé les haltes entre deux marches.
Un soir, à Montmartre, des musiciens manouches faisaient tournoyer leurs guitares comme des muletas dans l'arène de la nuit. Un jeune homme beau et grave, légèrement ivre, m'a invitée pour une danse. Il parlait avec une candeur que Dalida aurait qualifiée d'infernale, de l'amour éternel qu'il vouerait à sa future femme, jusqu'à la mort. Quelle magnifique innocence ... Il parlait avec vigueur de son métier de vigneron, de son amour du vin d'Anjou. Il avait les mains rugueuses de l'homme qui se bat avec la terre plus qu'avec des mots.
Une Suédoise complètement défoncée qui avait perdu son portable, cherchait à tromper sa solitude et embrassait sans pudeur tous les hommes du bar. Un autre jeune homme à tête de poisson chantait fort et faux son désespoir noyé de bière. Deux filles se regardaient d'amour les doigts enlacés. 
Un samedi soir, sur la terre, où la comédie humaine ordinaire se joue du temps en s'inventant l'espoir. J'y suis restée longtemps.
J'étais bien. L'air m'électrisait doucement. Paris m'avait prise dans ses bras comme dans la chanson.



Musique : Jazz manouche

67 commentaires:

  1. Dans ce Paris des caveaux à musique y as-tu rencontré Boris Vian, Juliette Gréco, Henry Salvador, Moustache et les autres?
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur ombre flottait tellement fort que je les sentais sur moi, me caresser de leur âme envolée...
      premier à commenter, comme au bon vieux temps ?
      Quel bonheur !
      Ti v bene caro

      Supprimer
    2. Ah non !
      Boris Vian, Juliette Gréco, Salvador, ce n'est pas là, c'est plus vers la rue du Dragon, vers Saint Germain des Prés.
      Là, c'est Montmartre, c'est plus Brassens, Patachou, Catherine Sauvage, Cora Vaucaire.

      Supprimer
    3. Mais mais mais, il est bien connu que l'âme des poètes est partout où elle peut se sentir bien... :-)

      Supprimer
    4. @Le Goût
      Ton goût de la précision me laisse pantoise. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. @Blutchy
      Ton goût de la poésie me laisse rêveuse ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Je n'ai connu que deux bars à jazz à Paris, la Huchette et la Cigale, mais c'était il y a très très longtemps...
    J'étais un grand amateur de jazz (mais pas des bars) avant qu'il ne me mène au baroque (qui me va mieux au teint).
    Bises ma toute belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bar Oque ? Où se trouve-t-il ? A Paris ?
      Sérieusement, j'aurais aimé te connaître à l'époque où tu allais à la Huchette...
      Bisous mon boss adoré. Un comm de toi le vendredi soir après minuit, ça me rappelle tellement de souvenirs...Et si je revenais au défi du samedi en 2019 ? chiche ?
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Pour ça, c'est toi le boss !
      Bonne nuit, bonne fin d'année et plein de bonheur pour la suite (je te fais confiance).

      Supprimer
    3. Ta confiance m'honore ! ;-)
      Bises et plein de bonnes choses à toi aussi
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Un voyage a Paris organisé par mon organisme m'a permis de manger au sein d'un piano bar a deux pas du moulin rouge....un souvenir d'une belle soirée
    .. mais ton jazz manouche m'inspire beaucoup...
    La musique de Paris est en effet tres variée ..des couloirs du metro a l'opera bastille ou Garnier...tout un monde plein de contrastes...

    Merci pour cet aperçu
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je livre dans cette série des aperçus, en effet, des instantanés de vie, des impressions et la musique m'inspire toujours énormément.
      Celle des instruments, mais aussi celle des mots, et (peut-être la plus importante) celle des coeurs qui battent... ;-)
      Je t'embrasse
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. La photo est superbe. Chouette rendu d'ambiance. Elle est de toi ?

    J'étais à Paris, il y a peu. J'y ai aussi beaucoup marché. Je suis d'accord pour dire que c'est ainsi que l'on apprend cette ville :)

    Bises noctambules

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien l'avoir prise mais non (quand je mets mes photos perso je le signale)
      J'ai vu que tu étais à Paris, toi aussi. Dire qu'on aurait pu s'y croiser...
      Bises très tardives
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Tu es une fine mouche, madame !

       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Marche et danse aux jours jazz et aux nuits blues, ma Belle. Parisian walkways are made for you. And "dance, dance, dance to...".
    Kissin'you, my Lady, from all these years. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...the end of love ? I prefer the beginning, let me enjoy it. ;-)
      Kisses dear gentleman des plaines.
      Atttttb
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. J'aime bien le jazz manouche mais pour moi, Paris est la ville dans laquelle je vais toujours écouter des concerts de musique classique. J'ai vécu des moments fabuleux à la salle Pleyel et à Notre-Dame. Paris sans musique n'est pas Paris. Bises alpines pluvieuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais tout à fait. Les concerts classiques font aussi la musique de la Ville Lumière.
      Toujours la pluie chez toi ? tu vas avoir des champignons sur la tête ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Une bulle de jazz spécial Noël, pas manouche mais pourquoi s'attacher à ce petit détail quand le plaisir est le même ?

    https://www.youtube.com/watch?v=bFma9B7pk-w

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue ZapPow !
      Et merci pour cet extrait musical. Ce jeune homme est très doué de ses mains !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Ds ruelles, des places, des escaliers, des bancs, on croit vivre des instants uniques, mais en fait l'histoire se répète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, les instants sont uniques, c'est certain.
      Parce que les gens sont uniques. Ce n'est jamais tout à fait la même chose, ni les mêmes cordes qui vibrent.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸🖤

      Supprimer
  10. Je ne connais absolument pas le Paris noctambule, au contraire je me couche tôt et me lève rapidement pour profiter dès potron minet, je suis convaincu de louper quelque chose c'est évident.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait Lao-Tseu, cen'est pas le monde qui appartient à ceux qui se lèvent tôt, mais la moitié du monde.
      l'autre moitié appartient à ceux qui se couchent tard...
      Sacré Lao-Tseu !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Sublime Célestine.
    Les pavés mouillés et la pluie ridée m'ont invitée dans ton texte que j'ai lu avec délectation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je leur trouve en effet une puissante poésie.
      Mes origines des brumes d'Erin sans doute...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Alors comme ça, Paris t'a prise dans ses bras ?
    Pourtant il me semble bien que tu ne t'appelles pas Hélène.
    Mais peut-être qu'il ne s'appelle pas Paris, va savoir...
    HB et moi on a un autre souvenir de ce genre, un soir de Saint Patrick, près de chez nous il y avait un bar irlandais.
    Ça animait la rue, c'est sûr...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahaha ! Pâris sera toujours Pâris, comme disait Ménélas...
      Ah l'Irlande...j'ai prévu d'y aller bientôt.
      Histoire d'animer mes neurones celtes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Tu es passée rue de Lapp ? Mon quartier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'y suis passée, et une petite fille très mignonne m'a parlé de toi.
      Elle chantait une chanson d'Yves Duteil.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ah je n'avais pas lu cette réponse !
      Elle m'intrigue tout en ne me surprenant pas...

      Supprimer
    3. C’etait Une réponse poétique et uchronique.
      Cette petite fille c’etait toi bien sûr ...
      Puisque c’est le quartier de ton enfance.
      Tu sais que je réponds toujours à tous les commentaires ? Enfin j’essaie ...
      Bisous

      Supprimer
  14. Comme Paris me manque !
    (*Soupir nostalgique*)
    une ville définitivement derrière moi.
    Zhandi à Paris, c'est devenu mission impossible (en tout cas pour moi)
    Bon, trèfle de nostalgie, j'ai bien aimé ton texte si évocateur.
    Je me déplace là-bas par procuration, grâce à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en a d'autres de prévu, mon Babar.
      Je te serre dans mes bras, juste pour entendre un autre soupir nostalgique.
      C'est mignon. :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Le bonsoir Dame Céleste. Marcher, marcher dans la ville, jusqu'à ce qu'elle te marche dessus. J'ai beaucoup, beaucoup marcher dans Paris, du temps où j'habitais le 9ème arrondissement, rue de La Tour d'Auvergne, au numéro 36. Et s'il y a du jazz à la clé, que dire ?
    Ben, que c'est top, ma chère Dame ! Et que c'est Merci, Ô Céleste rousse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut cher caillouteur !
      Rue de la Tour d'Auvergne ? C'est pas la Tour d'Argent, certes, mais c'est quand même moins cul-pincé !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Vouloir te suivre à raison d'un billet par jour :
    Paris, risqué
    Paris enjôlé
    Mais Paris sublimé, par ta Céleste plume.

    Paris, t'as donc prise dans ses bras pour te faire danser to the end of love...
    https://www.youtube.com/watch?v=fJ1P3LjkE28

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En bonus, je t'offre celle-ci :
      https://www.youtube.com/watch?v=nXTtA5bKHrM

      Bises provinciales

      Supprimer
    2. Ces deux vidéos sont sublimes, surtout la seconde, d'une sensualité et d'une beauté merveilleuses...
      mais où vas-tu dégoter ces splendeurs ?
      Plus modestement, je peux te proposer cette version bien imparfaite.
      Merci pour la « céleste plume ».
      Je crois que la vie m'inspire, décidément.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. Imparfaite, imparfaite, ça a quand même de l'allure, l'imperfection ! ;)
      Dans l'imperfection, je t'ai ajouté un petit commentaire, imparfait, lui aussi...

      Supprimer
    4. Merci d’etre passé là-bas...
      Bisous tardifs
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Bonsoir Célestine,
    c'est un Paris de rêve que tu as construis là... avec ton regard, il est vrai...
    Bisous
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était comme dans un rêve, c'est vrai, cette soirée-là...
      Bisous Mo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Je prends ce Paris-là. Ce Paris et son grand air et ses bras. Sa musique et l'ivresse légère. Le Paris des pas faits sur les pavés.
    C'est un Paris où j'aimerais me promener.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le Paris des poètes, et de ceux qui ont de la fièvre dans les yeux...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Je m'y suis vue, dans ce bar avec toi...le Clairon des Chasseurs non ?
    J'avais assisté à un concert un peu comme celui-là, il y a deux ans.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement c’etait Le clairon des chasseurs.
      Il snybderoule des tas de concerts sympas pratiquement tous les soirs ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Quel plaisir de te lire Célestine ! J'ai tant aimè Paris aussi et y marcher. Je n'y suis plus depuis longtemps mais je te comprends. Merci, à la musique de tes mots je revis cette époque.
    Amitiés.
    Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est un plaisir chère Catherine.
      Et je sais que pour toi la musique des mots est importante.
      Gros bisous tardifs
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. C'est Paris! Paris cosmopolite, aux rencontres incertaines…..Paris et sa chaleur humaine, son ventre chaud…..Paris qui s'endort quand le soleil se lève !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en parles bien dis donc !
      On sent que tu connais ton sujet...
      Bisous Daniel
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Candide/Jdissa, je sais plus bien...lundi, 24 décembre, 2018

    Tu vois, Cel,
    J'ai lu tous tes billets retour de tes émerveillements parisiens et je n'ai pas compris, ni les coms que je n'ai pu lire en entier.
    Pour moi trop de références culturelles qui m'échappent et m'enterrent. Je perds pied ici désormais et ça m'emplit d'une infinies tristesse...
    Bonnes fêtes à tous !
    Bonne route !...

    RépondreSupprimer
  23. ...ça m'emplit d'une infinie tristesse parce que faute de culture ou de sensibilité, je (re)découvre qu'il est des mondes qui me sont interdits...

    RépondreSupprimer
  24. Mais aussi: que faut-il comprendre à cette affiche où les hommes paient dix fois plus cher que les femmes ?

    RépondreSupprimer
  25. La photo en nb diffuse une atmosphère douce amère, tout comme le texte.
    J'aime beaucoup marcher à Paris, découvrir ainsi l'âme et la vie d'un quartier, y flâner , découvrir et sentir.
    Le jazz manouche me fait vibrer . Nous avons la chance à Strasbourg d'avoir un bistrot (resté sans son "jus" d'autrefois) qui lui est dédié .

    RépondreSupprimer
  26. Paris pour moi c'est le premier et le dernier amour... Autres temps, autres passions, mais je trouve ça bien que ça soit à Paris. Et j'y vais aussi en solitaire, c'est pareil finalement, ça reste la ville de mes amours...

    RépondreSupprimer
  27. J'aime bien la vision que tu as de Paris,nuit, jour, musical, social, montmartrois, différente de la mienne et d'ici peu je vais m'employer à visiter notre capitale en me mettant dans la peau de Célestine,. Affaire à suivre..... Des bises complices

    RépondreSupprimer
  28. Ca alors je te croyais à la montagne…. et tu étais sur la butte !
    Je vais rester un peu à flotter dans cette ambiance et ta belle conclusion.

    RépondreSupprimer
  29. Je crois que, à défaut de nous prendre pour des merluchons et autres poissons pas rouges, tu nous fais un joli pied de nez aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  30. Pink Floyds ou des Rolling stones, et plus tard il allait dans les caves de Saint Germain écouter les grands, il en a tant écouté de ses merveilleux artistes ...
    Quand j'étais jeune j'écoutais "Jazz dans la nuit" une émission formidable, à présent quelquefois on va au Hot-club de Pau, où là aussi il y a des passionnés... Comme au Festival de Marciac !
    J'aime ton texte, Célestine et il me semble que je le vois arpenter les rues de Paname, mon grand Arnaud !

    RépondreSupprimer
  31. Désolée mes amis pour cette facétie de blogger qui vous a renvoyé la newsletter d'un billet écrit en décembre...
    Chinou a raison : Google vous a pris pour des merluchons, et j'en suis confuse.


    ⁀) ✫ ✫ ✫.
    `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
    ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
    ☻/ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* 。 ღ˛° 。* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
    /▌*˛˚ ░G░R░O░S░ ░B░I ░S░O░U░S░ ˚ ✰* ★
    / \ ˚. ★ *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ。* ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ

    RépondreSupprimer
  32. Réponses
    1. Merci Sabine. La facétie de Google t'a permis de le découvrir...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Je les aimais les petits merluchons Chinou, quand à Bayonne (ou Anglet et Biarritz) on s'en régale, là bas on les adore !
    Ben oui c'est ça GG ! PLus de page GG+ il parait, bon on peut s'en passer au fond !
    En plus il me manque un morceau de mon commentaire...
    je disais que mon fils ainé Arnaud a pris cela de moi, car j'écoutais beaucoup le jazz, et donc il est toujours fan de jazz et de blues, même si il a joué, chanté et beaucoup écouté du rock dans ses jeunes années...

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.