dimanche 9 décembre 2018

Atteindre l'aube





« Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit. »

Khalil Gibran





Il est des instants légers, entre deux rives, où l'on se sent suspendu comme dans un souffle divin. Hors du temps. C'est la magie de l'intime communion, de la connexion aux étoiles qui embroussaillent les yeux, la rencontre charnelle avec une certaine éternité. De la splendeur des choses et de la peau de l'Autre.

Ecrire, c'est comme faire l'amour. Avec les mots. Ce n'est pas pour rien que l'on appelle parfois un lit, un plume...Et un sexe masculin, une plume.

Ecrire, c'est une caresse, un baume, une musique, c'est une façon sublime de donner corps à nos instants, sens à nos vies et à nos rêves. Et d'oublier la mort qui guette.

Le café et le pain grillé font frissonner la peau de leurs effluves étourdissants.

Tout devient simple.

Ce matin, je bois l'air vif de décembre, cet air transparent qui vibre d'un silence joyeux. Loin de l'agitation du siècle. Le bonheur s'est posé sur la fenêtre, glissant sur un rayon de lumière, à l'aube. Il avait le goût du blé.

Les mésanges sont là, contenant tout entier dans leur chant le vrai sens de l'existence. Au loin une fumée dessine un trait bleu sur l'ocre des champs roux.



C'est juste beau à crier sans bruit.







 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

118 commentaires:

  1. Après une longue nuit réparatrice, je ressens moi aussi la simplicité des choses.
    Les mésanges et le rouge gorge me disent "profite de chaque petit bonheur".
    J’aime beaucoup ta phrase "" Ecrire, c'est une caresse, un baume, une musique, c'est une façon sublime de donner corps à nos instants, sens à nos vies et à nos rêves. Et d'oublier la mort qui guette.""
    Tes mots sont des caresses qui atténuent les pics et les douleurs de la vie.
    Je t’embrasse.
    Mathilde **

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te connaissant, je sais que tes paroles correspondent vraiment à ce que tu penses, et à ce que tu vis profondément de toutes tes fibres...
      Merci Mathilde pour ce témoignage qui me touche beaucoup.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. C'est beau ce que tu écris frangine. Dans toute cette agitation que l'on nous donne en pâture jusqu'à en être dégouté, la simplicité de la vie, les petits bonheurs quotidiens contrebalancent favorablement ce qu'on voudrait pourtant nous faire croire comme essentiel. Peut-être que la révolution que chacun d'entre nous devrait faire, c'est d'être conscient constamment des infimes bonheurs de l'existence.
    Ce matin pour moi, ce sont deux petites mésanges et 3 accenteurs alpins dans un paysage hivernal, une tasse de café, une biscotte et un doux sourire en face de moi. La vie est belle, il est urgent de s'en souvenir. Bises alpines enneigées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Vive Wikipédia qui m'a appris plein de choses sur les accenteurs. Cela fait plusieurs fois que j'en entends parler et je n'avais pas encore eu la curiosité d'aller voir de quoi il retourne.
      Ces oeufs bleu turquoise sont de toute beauté !
      J'aime beaucoup ta phrase « Peut-être que la révolution que chacun d'entre nous devrait faire, c'est d'être conscient constamment des infimes bonheurs de l'existence. »
      Et aussi : « La vie est belle, il est urgent de s'en souvenir.»
      Je pense que tous ceux qui, comme nous, sont en capacité de trouver la vie belle, devraient s'en souvenir en hommage à ceux qui ont vraiment de terribles existences.
      Bisous chère frangine philosophe.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Et nous avons tant désappris à ressentir cela...

    Bonne journée, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous l'avons désappris ? mais qui mettons-nous sous ce nous général ?
      J'ai essayé toute ma vie de ne pas désapprendre l'insouciance et la joie de vivre...Mais je reconnais m'être sentie bien seule à certains moments.
      Belle soirée cher Aldor
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Je suis d'accord avec ce que tu dis de l'écriture caresse et façon d'oublier la mort, même si je la trouve simple et en même temps pas simple du tout.
    Khalil Gibran, Marylin écrivant, la fumée sur les champs roux, ce texte très zen, tout est beau ici.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout est beau, parce que je vois de la beauté partout, surtout en ce moment, où les orages de ma vie se sont calmés.
      Merci Patrick, pour ton commentaire d'esthète des mots
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Ton billet fait du bien et il est apaisant.
    Fabricante de bien pour autrui, ce n'est pas un mauvais métier…
    Depuis quelques années que je te côtoie je t'ai vue marcher dans la nuit, parfois sombre, parfois claire, sous la lune argentée qui te faisait de l'œil. Annonciatrice que l'on peut faire confiance dans l'Aurore.

    « Atteindre l'aube » : le titre est fort !
    Parce que l'aube c'est quelqu'un. Un être de passage. Dans les deux sens du terme : celui qui vient et puis repart ; celle qui fait passer d'un endroit à un autre.

    L'espoir, c'est l'aube incertaine
    Sur notre but sérieux
    C'est la dorure lointaine
    D'un rayon mystérieux.

    Hugo, Les Rayons et les ombres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mort qui guette, je ne veux pas forcément l'oublier d'ailleurs. Plutôt lui dire qu'elle ne me fait plus peur, que je l'ai acceptée, mais qu'elle se tienne tranquille encore un peu. je n'ai pas fini ma vie.
      Chaque jour je renais comme si c'était la première fois.
      Oui cette promesse de l'aube radieuse, je l'ai tellement souhaitée, attendue, aspirée de mes voeux, elle est là devant moi, et tout est bien.
      Bien sûr que j'ai envie de faire du bien. J'ai envie d'aimer, de choyer, de dispenser du bonheur et de la joie partout autour de moi. Mais si, pendant longtemps, ce n'était qu'un écran de paillettes irisées censée me faire refouler mes peurs, désormais, c'est en pleine conscience que je vibre de cette force universelle, faite de pardon, de gratitude, de joie et de partage dans la simplicité d'un jour naissant.
      Aussi, les mots d'Hugo mêlés aux tiens me disent que j'ai trouvé le chemin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. C'est bien de chanter l'écriture, cet art dont tu es virtuose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le poisson et l'alouette ne sont bien que dans l'eau ou dans l'air...
      Proverbe chinois;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. C'est beau de voir un pareil éveil à la Vie...
    Tu as quitté ta nuit d'orages, je t'ai vue naviguer au clair de Lune, encore incertaine et tu débarques maintenant en pleine lumière. C'est un ravissement.
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te ravir, Blutchiamo.
      Tu m'as ramassée parfois dans des caniveaux peu glorieux et me voilà désormais sur le pont des anges.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Nous sommes sur le chemin de cette aube promise.

    Le retour de la Lumière après le solstice... Je le sens déjà. Cela vibre em moi.

    Le retour de la Lumière dans notre humanité maltraitée par ceux qui ont pris le pouvoir... Je le souhaite de toutes mes forces... Un chef d'entreprise de ma connaissance m'a dit cette semaine que depuis les gilets jaunes il se rendait compte qu'avec 2 000 € net par mois on ne faisait pas grand chose une fois qu'on a payé toutes ses charges. Je lui ai répondu "je sais"... Il a vite changé de sujet... Que dire des smicards...

    Que l'aube arrive pour tous ceux qui en ont besoin. Qu'elle soit douce et généreuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton commentaire chère Suzame. C'est exactement ce que je pense.
      Il y a un fossé, un gouffre, entre certaines élites et l'ensemble du peuple.
      Il s'en suit des incompréhensions et des malaises profonds qui finissent par générer de la violence.
      Mais je crois qu'un jour, l'être humain grandira et sortira de cette adolescence fiévreuse qui se prolonge depuis trop longtemps, pour entrer dans un âge raisonné où les essentiels reprendront leur place.
      Mais nous ne le verrons pas.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Quand les hommes vivront d'Amour
      Il n'y aura plus de misère
      Les soldats seront troubadours
      Et nous nous serons morts mes frères...

      Sacré Félix, il ne nageait pas toujours dans l'optimisme...

      Supprimer
    3. C'est vrai, il avait raison, et pourtant...

      Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
      Un jour de palme un jour de feuillages au front
      Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
      Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

      Et ce poète-là, je l'aime.
      Baci etvb
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Ce sont des instants simples, légers, mais qui, par la magie de l'écriture, ont un parfum d'éternité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bien résumé, cher Antoine. Oui c'est exactement cela.
      Bienvenue sur mon totem, je crois que c'est la première fois que je te vois ici !
      Ravie de ta visite, tu es le bienvenu.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Ça fait toujours plaisir de se rendre compte que le bonheur existe.
    On n'est pas obligé de reconnaître le bonheur au bruit qu'il a fait en partant...
    Ouaip ! Il avait pourtant bien vu ce poète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, le père Prevert a pu se tromper...Parce que moi, je n'attendrai pas qu'il s'en aille pour le reconnaître, ce bonheur que j'ai dans mes mains désormais...
      Bisous cher goût
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Le bonjour Dame Céleste. Un dimanche ! Mais c'est inhabituel chez vous ! Et cela fait l'effet du souffle chaud d'un baiser au réveil. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vraiment d'habitudes, tu sais, cher Rod... J'écris quand ça me prend, quand ça me pète, quand ça m'étreint, quand ça m'urge...
      Merci pour cette très belle métaphore à laquelle je souscris à cent pour cent.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Bonsoir Célestine,
    Tu es une vraie magicienne des mots, il faut dire...
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baguette magique sixième dan, diplômée de Poudlard !
      Bisous pailletés d'étoiles
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Petit passage pour te montrer que je ne t'oublie pas , désolée de ne pas venir plus souvent .
    Gros bisous marseillais .
    Renée (mamiekéké).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil, chère mamiekéké, et je suis touchée de ton message.
      Bisous belle journée
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Caresse, baume, musique, que de douceurs. Beau à en pleurer. Beau à se taire et à goûter. Bises Angel Baby. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se taire...oui sans doute. Mais exprimer aussi, pour entretenir le petit fil doré de l'amitié par dessus les hautes vallées et les montagnes profondes...
      Big kisses
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Ah oui c'est vraiment beau à crier sans bruit :-).
    Un sexe d'homme une plume ? Ah bon ? Je n'avais entendu cela ni même envisagé la chose sous cet angle.
    Mais oui, l'écriture est parfois orgasmique, je suis tout à fait d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'argot, ma Myo...
      Une langue souvent très imagée, et belle de par ses images...
      Je t'embrasse fort, sister of heart
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Écrire n'est pas seulement accoler des lettres les unes aux autres, c'est aussi peindre des mots, en y ajoutant la couleur du temps... Pour faire naître des images.
    Il y a deux façons de crier en silence. La première, n'est pas la plus agréable. Elle sert très souvent à évacuer un trop-plein de chagrin, de douleur ou de désarroi. On crie des maux inaudibles...
    Heureusement, tu as opté pour la seconde. Crier sans bruit, pour te laisser irradier par la mélodie du bonheur, irradié par la magie de l'intime communion ; pour ne pas te citer.
    Écrire, c'est comme peindre ou faire l'amour...
    Quand le bonheur se pose sur la fenêtre, timidement, d'un battement d'elle, c'est qu'il est arrivé à destination. La maturité aidant, on le reconnaît au bruit qu'il ne fait pas.
    Et comme une menuiserie, il se pause en tableau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un battement d'elle ! j'adore.
      Ton commentaire est un poème, un billet à lui tout seul.
      Je suis fière de ton réussissement mon fillot ! (pour ne pas citer Jacquouille la Fripouille, ou plutôt Godefroy Amaury de Malefète, comte de Montmirail, d'Apremont et de Papincourt)
      Et je t'embrasse fort
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Moi aussi, je suis fier de toi... Heu, j'veux dire, je ne suis pas mécontent de celui-ci. Faut dire que ce commentaire fait échos à un autre, sur le grill...
      Et je t'embrasse fort, aussi.

      Supprimer
    3. Oups, désolée, j'ai laissé passer une semaine (tu sais pourquoi) et du coup j'espère que ce grill n'est pas trop carbonisé... ;-) De quel commentaire parlais-tu, au juste ?
      Bisous de retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    4. Pas carbonisé du tout, je l'ai mis au frais... Et ce commentaire faisait écho, non pas à un autre, mais à un autre texte, encore sur le scriban...

      Supprimer
  17. Comme d'habitude tes mots me réjouissent! J'adhère au cri sans bruit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comme d'habitude je me réjouis d'apporter du bonheur à mes lecteurs, par mes simples mots sortis du coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. C'est beau.............................
    Merci Célestine pour ce ravissement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais combien tu es sensible à la beauté des choses simples...toi qui aimes Yves Duteil et sa poésie du bonheur.
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Toujours, toujours la nuit remet les choses en place. Je l'utilise, même, depuis quelques années. Je m'endors sur mes pensées folles et obsédantes, et je sais que la nuit fera le ménage. Le lendemain, ne serait-ce que tout simplement neuf heures ont passé sans que les souffre... je me sens mieux. C'est beau, la douceur avec laquelle tu nous parles de ça???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as parfaitement raison. Nos ancêtres disaient : « La nuit porte conseil » et ils avaient cette sagesse.
      Oui, la nuit bien souvent fait le ménage dans nos pensées, et le matin qui se lève a la beauté radieuse du premier matin du monde.
      Baci dolce ragazza
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Passer de l'ombre a la Lumière
    Quitter le sombre pour la couleur
    Parler de fondre dans le bonheur
    Oser pondre l'objet d'une prière

    Voila ce que m'inspire ton texte qui m'en rappelle un autre.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'osais, je te demanderais quel texte te rappelle celui-là.
      Ton quatrain, en tout cas, est magnifique.
      Merci Petrus, mon ami
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Mais tout simplement le tien ,'Quand la lumière ' , celui que tu as accepté de composer pour moi sur la sublime melodie de Highland Cathedral.....

      Supprimer
    3. Je me permets de l'offrir à mes lecteurs, alors.

      Quand la lumière envahira le ciel
      Et que les hommes auront enfin compris
      Que vivre sur Terre a un goût de miel
      Si chacun fait sa part de colibri
      Lorsque les guerres auront enfin cessé
      Et que le sang ne sera plus versé
      Grands océans et petits nénuphars
      Porteront la vie comme un étendard
      Hommes et femmes
      En harmonie
      Pourront s’aimer
      Dans la liberté
      Aucun drame
      Ni aucun cri
      Ne viendront troubler
      La Paix
      Quand la sagesse enfin triomphera
      De l’égoïsme, et nous tendra les bras
      Sur toute la terre règnera partout l’amour
      Qui rimera enfin avec toujours
      Le monde entier
      S’aimera
      Les couleurs de peaux
      Mélangées
      Le monde entier
      Dans un grand élan de joie
      Aura trouvé
      Enfin la Paix

      Supprimer
    4. comme c'est beau ! Quel dommage que ce poème ne soit pas lu par certains ! "sur toute la terre règnera l'amour" un souhait qui ne se réalisera jamais, j'en ai bien peur ! Mais il faut rêver à un monde meilleur, penser que ces paroles atteindront et convaincront la multitude, autrement...à quoi servirait-il de vivre ? Bisous

      Supprimer
  21. Voilà comme on vous aime aussi: allant chercher dans la simple trace d’un oiseau dans le ciel le bonheur où il se trouve.
    Et nous le servir sur un plateau comme un trésor précieux sur du velours.
    Le matin, entre deux nouvelles moroses, cela fait du bien. Beaucoup de bien.
    Je vous embrasse
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison, cher Lorenzaccio, et vous l'exprimez avec beaucoup de délicatesse, comme toujours.
      Les nouvelles moroses sont trop nombreuses le matin, il vaut mieux se consacrer au bonheur de vivre, simplement, quand on le peut.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. J'aime cette photographie, elle est sensuelle, cette femme est vraiment belle elle n'en rajoute pas des tonnes on est loin du cliché "page centrale" j'aime beaucoup.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, et je me retrouve en elle.
      J'aime l'attitude nonchalante, le pantalon blanc et le pull noir.
      La perfection de la simplicité.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Le bonheur dans la simplicité, c'est peut être ça la recette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'ôtes les mots de la bouche, chère HB
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. J'ai enfin pris le temps de ' abonner à ton blog et je ne le regrette pas ... J'aime tes mots qui coulent tranquilles et plein de force à la fois.
    Amitiés,
    Kathy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage, kathy.
      Je t'inscris sur mon totem.
      « Tranquilles et pleins de force » oui, c'est bien résumé.
      Bises amicales
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Grâce à toi, j'y étais… oui, la douce mésange gourmande, oui le frisson des dernières roses et l'air vif qui rosit les joues… belle semaine ma douce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais bien, Brizou, ces délicats transports des sens lorsque l'on descend au jardin, et que l'on contemple simplement ce que la vie nous offre.
      Merci pour ton passage parfumé comme cette rose qui éclôt au givre de décembre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Tu sais si bien décrire le bonheur, et tu nous prouves qu'on ne le trouve pas, mais qu'on le fait. Il dépend pas de ce qui nous manque mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous possédons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tellement juste parfait ce que tu écris...Je vais l'accrocher sur mon frigo.
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Te lisant, j'ai un peu l'impression que tu as passé une nuit difficile. L'aube est là. Et la plume est là. d'autant plus vibrante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De façon métaphorique, oui, on peut dire que je sors d'une longue nuit, difficile. Mes amis proches le savent.
      Je m'émerveille d'autant plus d'en être sortie en cette aube radieuse.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Boire l'air de décembre...
    C'est exactement cela.
    Qu'il te soit tout doux :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareillement ma douce amie. je suis heureuse de voir que tu reviens, je vais aller faire un tour chez toi.
      Bisous célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Prendre le temps de boire ces minutes si précieuses. Respirer la vie qui passe en tenant son café encore fumant entre les mains. La fenêtre nous ouvre le regard sur le jardin qui quitte son sommeil avec un sourire brumeux. Rester encore une minute ou deux dans ses rêves, après une nuit d’écriture, une nuit d’amour. Suivre la démarche ronde et feutrée du chat du voisin qui, une fois de plus, vient profiter de l’espace libre qui lui est offert.
    Vivre en pleine conscience que le bonheur est niché là, juste là où nous venons le chercher.
    Quelle belle ballade tu nous offre. En la lisant, j’étais blotti dans un épais chandail, la tête posée contre la vitre.
    Merci.
    Bises tendres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es doué pour décrire, toi aussi, ces moments subtils de l'existence où le moindre détail devient goutte de ce nectar de vie si précieux qu'il nous est donné de vivre.
      Je me blottis comme toi contre cette vitre, tes mains dans celles de l'être aimé.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Un petit coucou Célestine pour te dire que je ne t'oublie pas, même si je ne suis pas très assidue actuellement sur l'Etoile....merci pour tes mots, qui ce mât-teint encoeur', éclairent, embaument et nourrissent mon chemin et son empreinte, dans ces temps bien perturbés !
    bisou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah que voilà un message qui me rassure et enlumine ma journée
      Merci chère Den d'avoir fait ce pas jusqu'à moi.
      Bisou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Apaisant, poétique, bien loin de l'agitation du pays…..Un petit instant de paix à savourer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une sorte de méditation de pleine conscience, en somme.
      Parce qu'être heureuse quand on le peut est le premier des devoirs.
      Bisous Daniel
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Ma foi, un peu de joliesse et de délicatesse ces temps-ci, ce n'est pas du luxe...
    Bises gracieuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est même, comme je le disais à Daniel, une sorte de devoir de partager le bonheur quand il est là, et d'être dans la gratitude.
      Je prends tes bises gracieuses en plein coeur chère Baladine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Qu'il est beau ton texte ma Céleste ! Qu'il est bon , comme ça, de vivre suspendue entre deux rives quand ces dernières embaument l'herbe coupée. Et qu'il est bon aussi de retenir ces matins bénis au plus profond de nous, la grâce ne passe pas tous les jours...
    Je t'embrasse avec des baisers arc-en-ciel ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma miss comme c’est bien dit tout cela !
      Ta plume est toujours là même malgré le temps et les épreuves et tu sais trouver dans le quotidien ce qui les transcende, l’espace d’un instant, tout comme moi.
      Je t’❤️

      Supprimer
  34. Bonsoir Célestine, toujours aussi inspirée et passionnée dans tes textes et j'aime beaucoup les lire et souligner certaines passages comme celui ci : "Ecrire, c'est comme faire l'amour. Avec les mots. Ce n'est pas pour rien que l'on appelle parfois un lit, un plume...Et un sexe masculin, une plume." Voila qui laisse songeur. la vie est belle ! Au fait, je reparle de Jean-Jacques Goldman ce mois ci sur mon blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce cher JJG
      Je fonce lire ce que tu en écris !
      Oui écrire c’est comme faire l’amour, une harmonie, une osmose entre soi et autrui.
      Bisous beau musicien
      ⭐️

      Supprimer
    2. Ah d'accord... alors attends : "écrire c'est com...

      EH MERDE !

      Bleck, écriturien précoce

      Supprimer
    3. Merci Célestine ! Douce soirée à toi .

      Supprimer
    4. Aussi , je te souhaite à nouveau une douce soirée !

      Supprimer
    5. Toutes mes soirées ont été délicieuses. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  35. très beau ce texte et comme il est doux

    RépondreSupprimer
  36. Il te parle par sa douceur car tu l’es, douce et sensible aux belles choses ...
    Gros bisous ma belle
    ⭐️

    RépondreSupprimer
  37. "Beau à crier sans bruit"

    Plus d'un poète serait oxymore de jalousie en lisant cette formule !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah excellent !
      Il fallait la faire et tu l’as fait !
      Bises cher oncle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  38. Si joli ce que tu écris...

    Et "Ecrire, c'est hurler en silence", ça le fait aussi.

    Mais écrire, c'est comme faire l'amour, ça me plaît énormément !

    Continue à nous faire l'amour, Célestine. Merci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Célestine continue continue... plus fort, encore...

      Bleck

      Supprimer
    2. Vous allez finir par m’exciter tous les deux ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  39. Réponses
    1. Chauffe Marcel ! Montre œil si ce n'est pas une pub clandestine... Oh le vilain tricheur.

      Supprimer
    2. Rhalala ! Cette société de cons...ommation !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    3. Eh... si c'était un formidable pseudo, laissez-moi le croire !!

      Bleck

      Supprimer
    4. Formidable ! ;-)
      J'enrage de n'avoir pas le même ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  40. ton texte aussi...si beau, me laisse sans voix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peu que tu dis me fait plaisir ma miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  41. Quel joli texte....plein de vérité... Écrire est une thérapie, un moyen de communication mais aussi une expression de liberté ( enfin pas partout)... Écrire c'est libérateur, enchanteur ou enjôleur.... Et quoi de plus beau que les instants simples de la vie...
    Merci pour ce doux texte...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien à rajouter à cette définition fabuleuse de l'écriture, Maryline.
      Seulement qu'écrire m'a manqué pendant ces dix jours et que je suis heureuse de revenir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  42. Tu me rappelles Anne Sylvestre qui chante "Écrire pour ne pas mourir"
    https://youtu.be/w7lHXwW2zOc
    Pour ma part, je vois plutôt l'écriture comme une drogue
    http://asimon.eu/blog/poesie/poesie/
    Mais quand tu dis le bonheur et la beauté de l'instant, je reste sans voix, juste ému, "criant sans bruit"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écrire pour ne pas mourir
      Écrire sagesse ou délire
      Écrire pour tenter de dire
      Dire tout ce qui m'a blessée

      Dire tout ce qui m'a sauvée
      Écrire et me débarrasser
      Écrire pour ne pas sombrer
      Écrire au lieu de tournoyer
      Écrire et ne jamais pleurer
      Rien que des larmes de stylo
      Qui viennent se changer en mots
      Pour me tenir le coeur au chaud


      Oui c'est très beau et très vrai André.
      Ce qui m'a blessée est sorti par l'écriture bien souvent et m'a permis de rebondir.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  43. J'aime ta dernière phrase...bien trouvée !
    Donc tu nages dans le beau si j'en crois cet article ! Que ça dure !! Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crois que je traverse une période faste ces temps-ci...et j'en profite.
      Bisous Mindounet
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  44. Je suis venue voir comment tu allais. Bien j'espère, même si je vois que tu n'as plus publié. je suppose que tu es bien occupée o:) (vais-je terminer aussi platement que par un "bonne semaine Célestine?) bref. J'espère que tout va bien. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Pivoine c'est très gentil de prendre de mes nouvelles. Je vais bien. J'étais en voyage à paris, comme je l'avais annoncé dans mon billet « Dentelles de fer »
      Tout va bien, je reviens tout bientôt.
      Bisous émus
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Oui, oui, je me rappelle maintenant, c'est supeer !

      Supprimer
  45. Chaque petit matin est un éblouissement, celui de réaliser au sortir du lit qu'on est encore vivant et que le chant du monde, le chant des hommes, le chant des mots (de tes mots) nous fait vibrer à l'unisson...
    Dieu que c'est beau !
    Sandy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est l'invasion des Uns, ce pseudo ! ;-)
      Merci pour ton enthousiasme Sandy.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  46. 0_0 magnifique intensité !
    J'ai embrassé chacun de ces mots avec le nez qui me chatouille. Merci Titine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours aimé ta poésie unique, et tu en donnes à chaque fois de nouveaux exemples.
      Merci cher Titi
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  47. Et j'ajoute...
    "Tout devient simple..." parce qu'on y est !
    Encore bravo à toi, ton lien à l'écriture qui t'habite et que tu livres avec tant de rageuses précautions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même remarque ! ces « rageuses précautions » me font l'effet d'un « quoi qu'on die »
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  48. Certaines aubes nouvelles ont un goût de framboises, de jour à la peau douce et au silence joyeux; il suffit de le prendre et de le savourer sachant que ce cadeau vient embellir nos vies, tout en simplicité.
    Un matin, puis un autre, quelques instants encore ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dit en beauté, en délicatesse et simplicité.
      Tout ce que j'aime chère Balaline.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  49. Combien de chemins ils me faut parcourir pour les reprendre en sens inverse et lire tes sublimes billets, que j'ai omis dans ma quête du vide, comme celui-ci. Ecrit simplement, légèrement, mais les mots que tu laisses déployer, sont un chant d'amour et de silence où la musique que l'on entend traverse notre âme et est des plus sublimes.
    La citation de Djibran que tu cites en épigraphe, est une de mes préférées.
    Bises la Muse enchantée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Bizak...Bien évidemment tu ne pourrais remonter tous mes billets, mais c'est l'intention qui compte.
      Je sais que ton absence était sans doute due à ta vie, et personne ne saurait t'en tenir rigueur, ni ici, ni ailleurs.
      Pardon de n'avoir pas vu plus tôt ton commentaire, moi aussi je suis absorbée par ma vie...
      Je t'embrasse mon poète des sables
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  50. « Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit. »

    C'est beau !
    On dirait une citation du cardinal Barbarin

    Khalil Gibran a dit aussi :
    "Celui qui porte sa moralité comme son plus beau vêtement ferait mieux d’aller nu."

    Pour ça que j'ai parfois un peu froid ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie citation, cher ami.
      Un peu froid ? Mais je suis sûre que tu as trouvé des moyens de te réchauffer ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.