mercredi 1 mai 2013

Mind The Gap etc...


Avertissement aux lecteurs: ce billet est truffé de liens dont la lecture nécessite du temps, genre un jour férié pluvieux,  afin de les apprécier comme ils le méritent...Mais le fait de ne pas cliquer sur les liens ne nuit pas à la bonne compréhension de l'histoire...Ben encore heureux, il ferait beau voir, Simone!







Il s'appelle Mind The Gap. Son vrai nom, c'est Mind The Gap Between The Train And The Platform. (C'est un noble, mais avec les particules, c'est élémentaire, il trouve que ça fait trop long). Il aime bien prendre le métro, sûrement parce qu'une voix suave murmure son nom à chaque station et que ça flatte son ego. Il doit avoir la quarantaine sémillante. 
Je le rencontre l'autre jour, dans le métro, Station Rue des Boulets,  justement on allait au même endroit. Il m'a dit: 
- Ola, Célestine, tu veux jouer aux jeu des onze questions?" (C'est le nouveau jeu à la mode,  askiparé)...
- Ok, j'ai dit...Bon au début c'était facile. Du genre "Dis-moi un endroit fétiche pour te ressourcer" tu vois le truc! Fastoche!
-Une falaise au-dessus de l'océan, solitaire et battue par les vents...que je lui dis. C'est sorti tout seul. J'aime la mer sauvage... 

*
Et "le don du ciel que tu aimerais maîtriser à la perfection ? "
-...euh, réfléchissons...j'en ai déjà tellement! Non je plaisante, relax! Bon je vais me répéter (voir ici) mais je voudrais être premier violon dans un orchestre symphonique.
-ah woueh! pas mal! qu'il a fait...

*
-Euh... "la dernière personne que tu as eu envie de gifler copieusement? " hou! alors là, ils sont plusieurs, je vais faire un lot: tous les hommes politiques, de tous bords confondus, qui se sont mis à déclarer leur patrimoine avec des trémolos dans la voix: à les écouter, ils n'avaient tous que des petites "twingo" de plus de cinq ans, sans clim, de tous petits apparts d'à peine 150 m2, un seul compte (joint) au crédit agricole, enfin, ils pleuraient tous la misère, c'tait d'un pathétique! J'ai vraiment eu envie de les baffer, et pourtant, vous me connaissez, j'abhorre la violence!

*
Là, MTG (vous suivez? MTG...Mind The Gap)  était écroulé de rire sur son strapontin. On s'est mis à parler littérature, ça valait mieux que de se passer la rate au court bouillon avec les politicards...On a continué.
-Quel est pour toi LE livre? Purée, ça c'est la question piège...Le dilemme du livre qu'on emporte sur l'île déserte: ça m'a toujours troué le fondement, parce que même en supposant que ce soit notre  livre préféré, au bout de cinq ans, il doit commencer à être chiantissime, non? Bon alors, pour lui faire plaisir j'ai quand même répondu Le Petit Prince à égalité avec l'Ecume des Jours (on peut faire des ex-aequo?) 
*
Ensuite il a voulu savoir "pourquoi écrire?" mais là j'ai dit que ce serait trop long, vu qu'il ne nous restait que huit stations avant le terminus. Pourquoi écrire...autant me demander pourquoi respirer! (Aux dernières nouvelles, il paraît qu'il a adoré cette réponse, des fois, je me demande pourquoi on se casse la tête à réfléchir! ) 

*
Enfin, pour clore le chapitre littéraire, il m'a fallu chercher dans ma pauvre caboche malmenée par les soubresauts de la rame à l'heure de pointe, quelle était, pour moi, la plus belle histoire d'amour de tous les temps ...pffioouuu! C'est un peu comme LE livre, ce n'est pas facile!  J'ai eu envie de lui dire, la plus belle histoire d'amour c'est celle que l'on n'a pas encore vécue...mais ça sortait des clous. Alors  j'ai répondu, comme ça , un peu au pif "Orgueil et préjugés", je l'ai vu arrondir son œil  comme un poisson rouge dans un bocal. Et euh...au cinéma, je dirais Docteur Jivago.


*
Par contre j'ai refusé catégoriquement de lui dire la tenue la plus ridicule que j'aie portée (hors carnaval) nanméo, on a sa dignité, tout d'même? Je n'allais tout de même pas lui dire qu'un jour, je suis allée chez le dentiste avec une chaussure noire et une chaussure bleue...


*
C'est après que ça a commencé à devenir chelou...Il a voulu que je lui révèle un de mes fantasmes. Mais bon, une rapide réflexion sémantique m'a amenée à penser que rien ne laissait supposer quoi que ce fût de sexuel dans cette question. Alors je lui ai annoncé que je rêverais de voler. Mais de voler vraiment, hein, de par moi-même, sans avion, sans ULM, juste comme ça, en me lançant du haut de ma falaise de la première question, et en battant des bras harmonieusement. Etre une heure, rien qu'une heure durant, une mouette prenant le vent...
-ah woueh! super! qu'il a fait...


*
Pour la question suivante( on était à  la station Bonne Nouvelle) mon ami Cédric est tombé à pic. Ecoute ça Cédric: "A quoi devraient servir les hommes? (dans le sens masculin en opposition à féminin)
-Ben, à rien. Les plus belles choses sont celles qui ne servent à rien. Elles sont. C'est tout.
IL est trop fort, ce Cédric! (il prend régulièrement des bains de vinaigre et d'estragon, faut dire...) -Mais ne me croyez pas! qu'il a lancé en disparaissant dans un couloir.


*
C'est quand j'ai répondu à la question "quelles femmes sont des grandes dames à tes yeux?" que Mind est tombé dans les pommes. Je comprends pas, j'avais lancé ça comme ça, Charlotte le Bon (au hasard),  Jane Austen (rapport à Orgueil et préjugés)  et  Mylène Farmer ( parce que je venais de voir son affiche à la station Chaussée d'Antin)... J'ai été obligé de le gifler copieusement, mais c'était pour qu'il revienne à lui...D'entendre les noms de ses icônes, ça lui a fait un syndrome de Stendhal...


*
Pourtant, cinq minutes avant, j'étais certaine de ne pas vouloir changer de réponse à la question des gifles...
A l'arrivée, il m'a remerciée de toutes mes réponses et je lui ai fait promettre de me faire le chameau un de ces quatre.Il a intérêt à être aussi bon que Jean Dujardin!


à MTG. Avec toute mon affection bloguesque.

*

ndlr. Je n'ai fait qu'une partie du "tag des onze",  récurrent sur les blogs . J'avais déjà donné mes confidences dans ce billet là: si vous n'avez pas trop mal aux côtes, vous pouvez aller rire de mes réponses.
Je demande pardon à Soène d'avoir zappé son invitation, je sais qu'elle ne m'en voudra pas...


liebster blog



49 commentaires:

  1. Hello Célestine,
    ohhh là, ça c'est un sacré billet dont tu as le secret !
    non, bien sûr, je ne t'en veux pas... notre communauté amicale est trop petite pour échapper à un tel événement ! c'est celui qui arrive le premier qui gagne ! logique !!!
    comme tu le dis, je reviendrai savourer chaque mot, chaque phrase, chaque réponse aux 11 questions !
    Bon 1er mai et gros bisous d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte que Mind lise mon billet! J'espère que tu as beau temps chez toi, nous ici c'est le déluge...que d'eau que d'eau! Oui, il faut que tu reviennes, voir ce qui se cache sous les liens...a part le tien, bien sur!
      Big bisous

      Supprimer
    2. Tu avoues enfin être l'arrière-petite-fille de Mac Mahon:-)

      Supprimer
    3. tu m'expliques? je cale à l'heure de la digestion...

      Supprimer
    4. OuH la loose! je ne savais pas que c'était Mac Mahon qui avait dit "Que d'eau, que d'eau", une lacune culturelle impardonnable, heureusement grâce à toi, je vais me coucher moins bête ce soir!

      Supprimer
    5. C'était une lagune culturelle :-D

      Supprimer
  2. Tiens, une chaîne bloguesque ? Ça revient donc à la mode ? :~)

    En tout cas, bravo, tu t'en es bien tirée, en évitant de glisser sur les terrains mouvants ! La dernière que je m'étais fait refiler une patate chaude, ça s'était beaucoup moins bien terminé pour moi ! ;~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'engage mes lecteurs, que dis-je, j'exhorte mes lecteurs a aller se poiler en suivant ton lien! J'ai adoré ton histoire j'ai pensé un temps a Nestor Burma mais ça finit trop mal!
      Merci pour ce bon moment! Et désolée pour l'absence récurrente d'accents sur les a, l' iPad est fâché avec.

      Supprimer
  3. Bravo Célestine, tu as brillamment passé l'épreuve.
    C'est sympa, ces questionnaires, il y a longtemps que je n'ai pas joué, je vais peut-être reprendre le tien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai avec plaisir tes réponses! Je sais que tu as dorés les questionnaires...

      Supprimer
  4. Tu as le don, c'est sûr, de la broderie au petit point, de la dentelle et tu sais faire d'une liste un vrai billet plein d'humour... et merci pour les liens qui nous font découvrir toujours plus d'univers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est un vrai plaisir de partager, Brizou, un vrai plaisir!
      Merci d'avoir joué le jeu.

      Supprimer
  5. La falaise battue par les vents... L'océan qui gronde,et pourquoi pas une Jaguar XK 120 pour te balader... Ah ces femmes quelles rêveuses !
    Un p'tit brin de muguet peut-être ? Non tu préfères une paire d'ailes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment obligée de choisir entre les trois?
      http://musique.ados.fr/Freddy/Elles-Veulent-Tout-t202861.html

      Supprimer
    2. Allez je suis le bon génie (sans bouillir) tu avais droit à trois vœux... ça c'est fait !

      Supprimer
    3. Je ne me suis pas vue frotter une quelconque lampe...Tout fiche le camp, les traditions se perdent, les génies apparaissent comme ça, de façon impromptue, y en a même qui font de la pub pour Citroën...

      Supprimer

  6. Je suis l'homme qui tombe à pic, je suis l'homme qui vient de loin et quand je prends des risques ça n'est jamais jamais en vain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent retour en arrière! Ça c'était de la bonne série américaine, pas prise de tête et pleine d'humour décalé...
      Tu tombes a pic, je me demandais si tu verrais que t joués un rôle clé dans cette histoire!
      Et tu allais où, ce jour-là? Tu avais l'air pressé!

      Supprimer

    2. J'avais rendez-vous avec l'imprévu !

      Supprimer
    3. ah oui, moi aussi, je l'adore...on aurait pu y aller ensemble!

      Supprimer
  7. Te suivant dans ce métro je suis descendu à la station "pourquoi écrire?"
    Question que je me suis posé une nuit d’insomnie où je ne supportais plus la froideur des draps.
    Puis je suis remonté à la station "Quel livre pour l’île déserte?"
    Mais c'est bien sûr, celui sur la table à mon chevet!
    En ce temps c'était Annie Ernaux, "Une passion simple"avec"Day dream" d'Andrew Wyeth en couverture.
    Un livre n'est pas forcément le meilleur, c'est un ami là au bon moment.
    Pourquoi chercher plus loin: la beauté, la vérité, étaient là entre les lignes et mon lit flottait dans la chambre tel une île désertée.
    J'ai refermé le livre avec la détresse d'une séparation et j'ai attaqué la réparation.
    Je me suis levé, fais un café et allumé l'ordi pour écrire l'ordinaire avec mon coté lumineux, mon coté féminin.
    "......Il [elle] partirait dans mon sommeil....
    Puis j’écrirais comme on s’expose au soleil brûlant.
    J’ai longtemps cru que le luxe était dans les voyages et les villas en bord de mer. Je sais désormais qu’il en est un seulement : être aimée.
    Innocente et nue, j’écrirais comme on se brûle."*
    De là il m'arrive d'être impudique, cynique et léger avec, parfois, la vulgarité des aigris et l'espoir des perdants.
    A la station "fantasme(s)" et "baffes à distribuer" j'aimerais tout pareil voler (dans les plumes)et ouvrir la boite à baffes pour nos têtes à claques élues démocratiquement.
    * la VO est là:http://dusportmaispasque.blogspot.fr/2011/03/si.html?updated-min=2011-01-01T00:00:00%2B01:00&updated-max=2012-01-01T00:00:00%2B01:00&max-results=50

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le soleil m'appelle, je reviendrai faire une réponse digne de ce nom plus tard.

      Supprimer
    2. Tu as un style, y a pas à tortiller. Et le passage choisi se suffit à lui-même, finalement on se retrouve sur la même ligne: tu écris comme je respire. Après, tout n'est qu'une question de chimie: électrons, ions, atomes, oxygène, on carbure un peu à la même chose, même si les mots pour le dire nous sont personnels.Merci pour ce long commentaire qui me donne aussi l'occasion de découvrir Annie Ernaux, que je ne connais que de loin en loin.

      Supprimer
  8. TB et toi avez définitivement mis les tags dans une impasse. Comment faire mieux? Alors qu risque d e paraître médiocre, l'abstention devient de rigueur:-D
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le génie naturel, sûrement...
      Sinon,les mots impasse et abstention auraient-ils également une connotation politique, cher ami?
      molto baci di maggio

      Supprimer
    2. Un fois n'est pas coutume, je n'envisageais ces mots que dans l'acceptation littéraire.
      Mais c'est vrai que c'est d'une telle actu depuis le grand hold-up de la Phynance que ça prête à confusion et à un taux usuraire.....
      Baci

      Supprimer

  9. Tout, absolument tout lu. Impression d'avoir été essoré dans le tambour d'une machine à sécher le linge : quel sacré tour de méninges. Envolé à mon tour, c'est doit être mon sein drone, destin d'al chimie étrange que ce billet frappadingue ! Que du bonheur !

    JE M'ENJAILLE !

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Alors là ! Cette expression "je m'enjaille" dans votre bouche, c'est surprenant mais surtout très amusant ! :-)

      Supprimer
    2. Comment ça surprenant? Aurais-tu des préjugés sur les gens, cher Cédric?
      moi aussi, je m'enjaille , tiens du coup!

      Supprimer
    3. @ NuageNeuf, donc comme je le disais à Cédric, ça ne m'étonne pas du tout, de votre part. Dans le domaine des mots et de leurs jeux, vous êtes un prince!
      (oui je sais, la Prince elle parle pas à moi!)

      Supprimer
    4. (J'espèrais récolter vos célèbres trois points d'exclamation...)

      Supprimer

    5. + !!!

      (pour espérer me faire pardonner mon retard sachant qu'il n'y a pas de hasard, il n'y a que des retards...)

      Supprimer
  10. ah ça marche toujours du tonnerre, ce fameux truc du "je vous écris pour vous dire qu'il ne faut plus nous écrire" ;-)
    excellent :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cédric tedirait que cela s'appelle de la prétérition...C'est une figure de style très usitée. Chaque fois que l'on dit "je te raconte pas ce qui m'est arrivé, et qu'on le raconte..."

      Supprimer

    2. Une fois encore, on constate que "vous n'êtes pas sans savoir"!

      Supprimer
  11. Alors , promis je reviendrai lire ce billet à rallonge , parce que là .. le soleil dans mon écran de PC devant la piscine , tu vois Célestine , c'est un peu raide , je vois pas bien , mais je te fais une grosse bise du premier mai et à très vite hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben j'espère bien que tu reviendras, et surtout que tu rigoleras comme je me suis amusée à le concocter.
      En attendant, j'espère que tu as fait le plein d'émotions en rencontrant le "monstre sacré"! lol
      je t'attends toujours samedi?

      Supprimer
  12. j'ai déjà été associé à ce jeu des onze questions et une de celles qui m'a été posée était: si tu devais offrir des fleurs à une amie, lesquelles choisiriez vous? (A vrai dire la question de prime abord, m'avait paru confuse. "lesquelles", s'agissait-il des fleurs ou des amies?; Ma réponse était rose et muguet!
    Il me semble Célestine, que pour ton tag, la onzième question, n'avait pas été posée, je suppose donc que si c'était une question sur les fleurs,que tu aurais aimées qu'on t'offre, tu aurais peut être répondu:"le muguet", un jour de mai! Tu as bien choisi, je te les offre ce jour!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, la onzième question de MIND the Gap, c'était: "es-tu sûre de ne pas avoir envie de gifler quelqu'un d'autre?" Une façon de sous-entendre que ses questions m'auraient énervée au point d'avoir envie de le gifler...

      Merci beaucoup pour ton petit brin de muguet, ça me touche.

      Supprimer
  13. Hé bien madame, je m'incline bien bas et vous baise les mains (chastement, sans effleurement...). Merci d'avoir joué le jeu , cette rencontre improbable dans le métro aura peut être lieu un jour...dans le métro de Londres bien entendu a moins que ce ne soit à la station des Abesses
    Tes réponses sont jubilatoires, la forme est ironique à souhait...mais j'ai aussi appris des choses sur toi.
    C'est dingue comme Orgueil et préjugés est apprécié chez les blogueuses que je fréquente, ceci dit je l'ai aussi beaucoup aimé. Mais mes icônes littéraires sont les soeurs Brontë...Jane Austen c'est pas assez torturé pour ma pauvre caboche.
    PS : pour nous , hommes que nous sommes, vulnérables, misérables , pauvres diables...etc...les fantasmes ne peuvent être que sexuels...
    N'essaye pas de voler, j'ai l'intuition que tu pourrais te faire très mal... (je dis cela par rapport aux chaussures chez le dentiste...) ou alors partir explorer les étoiles et l'on ne te reverrait plus...ceci dit les hommes oiseaux sont à la mode, je ne sais pas si tu as vu cela dans des reportages c'est impressionnant...
    Finalement, je savais bien que je prendrais ma claque...hé hé.
    Bises et belle journée, et merci pour ce bon moment...j'ai toujours fui les tags mais depuis celui ci qui m'a été proposé par Syl, j'ai reconsidéré la question...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une réponse à la hauteur de mes espérances, cher Mind! pleine de tes contradictions entre ta sensibilité féminine et la pleine conscience des faiblesses masculines (ah bon, les fantasmes masculins ne sont que sexuels?)...

      Et tu ne veux pas que tes lectrices adorent ton blog, avec ça? Toi qui te "sacrifies" à lire des livres de filles pour le plaisir de ces dames.
      Soit, j'aurais dû placer la scène de mon histoire dans le métro londonien, grave manquement à ma connaissance de l'univers Mindthegapien...
      Je n'ai pas vu le reportage sur les hommes oiseaux, mais j'essaierai de rattraper le coup sur le net.
      Pour ce qui est de voler, ne t'inquiète pas, je ne m'envole que virtuellement, et je reste quand même les deux pieds sur terre,même si j'ai souvent la tête dans les nuages...(d'où les chaussures)

      J'espère que le claque ne t'a pas trop marqué la joue, quand il s'agit de ramener quelqu'un à la vie, je suis parfois un peu brute (de décoffrage)

      Au plaisir de te revoir ici ou là-bas.
      Syl si tu nous regardes, merci pour cet exercice qui m'a permis d'écrire ma petite histoire jubilatoire.

      Supprimer
    2. Non je ne me sacrifie pas en lisant ces livres, c'est comme pour Rébecca, Jude et d'autres, j'aime vraiment ces histoires, j'ironise un peu en disant qu'il s'agit de livres pour dames mais j'ai souvent une sensibilité plus proche de celle des femmes que de celle des hommes, autant le savoir et l'assumer.
      Les contradictions sont souvent un gage de sincérité parce que l'être humain est fait de contradictions justement...après il faut assumer ses contradictions.
      Le métro a tremblé lorsque tu m'as ramené à la vie, tu dois te souvenir de l'arrêt brutal de la rame et de la coupure d'électricité...enfin ma joue s'en souvient encore...
      Bises.

      Supprimer
    3. C'est pour ça que j'avais mis des guillemets à "sacrifies"...

      Supprimer
  14. J'arrive en retard, comme souvent mais bon... Bah alors tu vois, hein quand tu veux !!! C'est un jeu ces tags qui reviennent comme les saisons, il faut les prendre comme tels et ne pas se mettre la rate au court-bouillon !!! Cela dit (et bien que tu aies un peu triché^^) la forme est magistrale d'originalité et le fond... on te reconnaît bien dans tes réponses ! Je pense que tu as un peu fayoté pour les plus belles femmes, lol !!!! Mais Mindounet est en effervescence et ravi, c'est ce qui compte !!! Bises ma copine de récré et avec retard, je t'invite à venir cueillir tout le muguet que tu veux dans mon jardin (je ne peux pas me baisser :( )...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours mal au dos,alors? Je compatis, c'est très douloureux...
      J'ai vu tes photos c'est vrai qu'il est magnifique, ton muguet!
      Bon les tags ne sont pas ma tasse de thé, tu l'auras compris, j'ai fait un gros effort parce que Mind avait travaillé a me concocter des questions personnalisées...
      J'ai néanmoins pris du plaisir a inventer cette petite cette petite histoire...

      Supprimer
  15. Très drôle, très frais, très agréable à lire! Encore un bon moment passé chez toi Célestine :-D

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.