samedi 25 mai 2013

Le temps de vivre


Le vent des magnolias entre par la fenêtre,
 il est printemps il est soleil  et sous mes doigts
 les cordes vibrent
Et le sable du temps qui passe
 emplit de son amère grâce
Le fil de mes pensées perdues
Il est vingt ans, mon bel amour et l'oiseau sur sa branche ploie
sous le poids des incertitudes
Je sens soudain mon âme elle tremble et déchire
de ses ongles fourbus la matière du temps

Pourquoi faut-il partir un jour
me dis-je
A mes muettes larmes
 l'écho du vent répond sans fin 








85 commentaires:

  1. Cent mots qui me laissent sans voix...
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En un mot comme en cent, la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie! ;-)
      Molto baci

      Supprimer
    2. Salut l'artiste !
      On va te rendre hommage à la fête de la musique...

      Supprimer
    3. Au fait Cel, as-tu essayé de jouer "La vie ne vaut rien" ? Elle me tentait tellement que je j'ai essayé. Pas dure : capo2, Do La- Mi Sol / Do La- Mi Sol7, tu fais tourner en rond sur un rythme lancinant.
      Et là, t'essayes de chanter.
      Et là, tu déchantes !
      Les accélérations et les suspensions de la ligne mélodiques sont telles que je m'y suis cassé mon métronome mental intégré à moi qu'il est.
      Déçu le Candide, bouhhh !

      On la met sur la liste de notre concert ?

      :o)

      Supprimer
    4. Bon voila, j'ai relevé le défi! pas facile, cette chanson la Souche!

      Supprimer
  2. Il a eu toute la vie pour s'amuser, il aura désormais toute la mort pour se reposer... :~/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli! c'est une belle philosophie,mais bon, pas facile avec le taf!

      Supprimer
  3. Oui, prenons le temps, le temps d'aimer, le temps de savourer, le temps de rêver aussi... merci Célestine, tes mots sont beaux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aimer, savourer, rêver...belle devise!

      Supprimer
  4. Ben didon ! Moi j' veux bien mourir si tu m' écris des jolies choses comme ça ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais alors, de mort lente, hein, comme disait Brassens...

      Supprimer
  5. Tout fout l'camp ma bonne dame ,tout fout l'camp, c'est le " sable du temps " qui te le dit et il sait de quoi il parle !!!
    Un copain s'en va, ma guitare fait la gueule, mais ... bonne journée quand même !
    Moi je retourne, " sans la nommer " parler d'elle, et c'est un boulot à plein temps qui me va bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me plaît bien ton boulot: je pense qu je fais un peu le même, je sème de petites graines dans les cerveaux de mes petits élèves...

      Supprimer
  6. Salut l'artiste !
    Proche, la fête de la musique sera l'occasion de te rendre hommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est là qu'on fait notre concert? Avé les pizzas et tout et tout? ;-)

      Supprimer
    2. Ca va être dur, je joue déjà les 21 et 22 juin, et quelque chose me dit que tu sera occupée aussi. Au moins tes oreilles.. ;o)
      Pis faudrait p'têt' qu'on récupèpète un peu, non ?

      Mais t'inquiète, les pizzas ont du mouron à se faire !

      :o))

      Supprimer
    3. Didon, tu serais pas une grosse gourmande qui s'assume pas, toi ?
      Se retrancher derrière un hypothétique concert (les Kerguelen, c'est pas la porte à côté !) comme excuse pour manger des pizza ! Je trouve ça petit !

      ;oD

      Supprimer
    4. non mais tu habites vraiment aux Kerguélen?!!?

      Supprimer
    5. Evidemment, c'te question !

      Supprimer
  7. Il faut le prendre... Belle journée avec bises !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est certain, si on ne le prend pas, il ne se donne pas tout seul!

      Supprimer
  8. Une tasse qui fume
    Le soleil chasse la brume
    L'odeur du pain grillé
    Une abeille sur le beurrier...

    (oui, c'est bien moi)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute : Ne changez rien Madame : tout est parfait...
      (oui c'est toujours l'horrible Blogbo)

      Supprimer
    2. L'horrible "blogbo" écrit quand même de bien belles choses!
      Bon les abeilles, en ce moment, elles se les caillent trop pour s'aventurier sur le beurrier. Elle restent coincées à la niche...euh...nuche...euh ...ruche!

      Supprimer
  9. oui,
    il est tant,
    aux sables du temps,
    qui filent et se défilent...

    et moi j'aime bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout l'art consiste à désactiver le sablier de temps en temps.
      C'est ce que l'on appelle faire la pige au temps.
      On glisse alors dans un délicieux hors-temps.
      Même si l'on sait qu'il aura le dernier mot à la fin.

      Supprimer

    2. C'est ambigu. Qui donc aura le dernier mot à la fin ?

      Supprimer
    3. Mais LUI, bien sûr. Celui qui nous échappe...

      Supprimer
    4. moi, pour la pige au temps,
      j'aime bien jouer à pigeon vole,
      de temps en temps,
      et le temps, est-ce qu'il vole, lui ?

      t'envole ?

      'tention au gage...

      sourire un peu cavalier

      Supprimer
    5. Le temps vole et on ne le rattrape pas, surtout celui qu'on a perdu, mais parfois, on saisit une de ses plumes et le temps d'un instant, on s'envole avec lui. Quand on va à la même vitesse que lui, sur un tapis volant par exemple, on a l'impression fugace qu'il s'arrête. Rien que pour nous.Merci Einstein.
      J'ai bon? C'est quoi le gage?

      Supprimer
    6. PS j'ai mis un commentaire chez toi,mais il ne s'est pas affiché...;-)

      Supprimer
  10. Bien beau texte Celestine,et une douce chanson que je possède sur un 33 tours archaïque et magnifique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher ami!
      Un grand pan de ma vie est lié à ces chansons et notamment celle qui passe en boucle.

      Supprimer
  11. J'ai presque honte à le dire... mais le départ de Moustaki ne m'a pas touchée du tout... qui sait pourquoi. Je n'étais pas fan, ni opposée. Et peut-être suis-je en train d'accompagner d'autres personnes plus proches au dernier train, et ça me fait garder la tête tournée vers eux...

    Mais j'aime ton poème... il est d'une tristesse... "gaie"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une tristesse gaie...c'est très joli.Et très vrai,car en fait c'est exactement l'état d'esprit dans lequel je me trouvais quand je l'ai écrit.

      Supprimer
  12. Célestine tu m'as mis la larme à l'oeil avec cette chanson que j'aime particulièrement et ton joli poème! Mais ce ne sont pas des larmes tristes mais des larmes qui font du bien :-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, voilà, c'est la tristesse gaie dont parle Edmée.
      Qui parlera de la bienfaisance des larmes ?

      Supprimer
  13. En lisant les comm, je comprends qu'il s'agit d une chanson de Moustaki,
    Mousta qui ?
    Bon, je ne vais pas te faire un cop/col de mes comm chez Aspho, tu les as lus je crois...
    Il est où, le sac? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'ai beaucoup apprécié tes comms chez Aspho. Je les ai lus attentivement et j'étais assez d'accord avec toi, si ce n'est sur le côté quelque peu "délicieusement provoc", mais je commence à te connaître un peu!J'espère que tu as compris ma théorie sur les deux raisons qui font aimer une musique...Et surtout au fort pouvoir évocateur d'une chanson,même insipide, si elle est liée à un bon souvenir. Mais c'est vrai que, d'après l'excellente Berthoise, l'amour rend con. Je le pense aussi.Mais j'assume.

      Supprimer
    2. POST scriptum: je vais pas me vexer, mais le texte est de moi, quand même.La chanson de Moustaki, c'est le sirop en fond sonore qui a inspiré ma prose...

      Supprimer
    3. Ah OK !! Je ne mets jamais la zik sur le net (j'en connais un autre !!)
      Mais tu vois, pour les paroles, on ne prête qu'aux riches !!! :) Bravo !

      Supprimer
    4. Tu parles de l'inénarrable crist***e?
      On ne prête qu'aux riches? que veux-tu dire? (je fais ma blonde)

      Supprimer
    5. Ben j'ai pensé que c'était l'oeuvre du grand poète regretté par (presque) tous !
      Ne fais pas ta blondasse car sous mes doigts, ces mots qui s'étalent ne sont peut être pas un compliment, damned !
      Pour Cr... oui, je pensais à lui. Ça m'arrive très rarement heureusement ! ;)
      Bon, si, d'accord, il est bien tourné ton billet:D

      Supprimer
    6. Je ne cherchais pas le compliment? juste l'explication... ;-)
      un compliment arraché sous la torture entre deux sacs vomitoires, ça joue pas!

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Merci Berthoise, je réalise que j'ai été un peu laconique avec mon mouif (qui veut dire à la fois oui, et bof) je crois comprendre que Moustak n'était pas ta tasse de thé. C'est gentil d'avoir fait l'effort de venir quand même!

      Supprimer
  15. Quel poème magnifique ! Et avec Moustaki en fond sonore, je ravale mes petites larmes de midinette... ;) Il emmène nos vingt ans avec lui, cette époque bénie et insouciante où le temps s'étirait à l'infini... La nostalgie, elle ne passe jamais quoiqu'on dise ou fasse, elle profite de la moindre occasion pour nous sauter à la figure, sans prévenir ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça qui m'est arrivé.Moi qui n'écoute jamais radio nostalgie (radio vieux comme disent les djeun's) je ne m'attendais pas à la claque du temps en écoutant ce temps de vivre qui a bercé mes dix-sept ans...
      Dix-sept ans, une femme une enfant
      Dix-sept ans
      Des seins de satin blanc
      Semblent narguer le vent
      De leur charme insolent
      Dix-sept ans
      Et prendre encor' le temps
      Le temps de refuser
      Le monde organisé -
      Et faire à l'heur' présente
      Un aujourd'hui qui chante ...
      C'était beau, à l'époque.
      On n' est pas sérieux quand on a dix-sept ans.

      Une petite madeleine de Proust musicale en quelque sorte.
      Même si pour Antiblues, ce fut plutôt une madeleine de prout...hi hi!

      Supprimer
    2. Ah j'ai rien dit sur ce coup là mais si vous me cherchez ... ;)

      Supprimer
    3. On te cherche gentiment, quand même, tu avoueras! ;-)

      Supprimer
    4. Je rajouterais même: "Qui aime bien charrie bien" :-D

      Supprimer
    5. La taquinerie c'est la méchanceté du gentil ...

      Supprimer
    6. rhôô comme c'est mignon!

      Supprimer
  16. il est printemps il est soleil et sous mes doigts les cordes vibrent...

    J'aime beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. J'ai rejoué avec plaisir cette chanson (d'autant qu'il n'y a que cinq accords)Mais sentir les doigts de l'être aimé frôler les tiens quand tu apprends à jouer,et te montrer comment les placer correctement, ça te laisse des souvenirs impérissables. ^ ^

      Supprimer
  17. ben tu vois, pour une fois j'ai écouté toute la chanson :-)
    et j'y ai même ajouté ma voix ;-)
    (cette chanson était sur l'unique 33 tours que j'ai acheté de Moustaki... moi qui n'ai de toute mon adolescence acheté que trois disques, Moustaki était l'un de ces trois...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de gens doivent avoir le même à la maison...Il va commencer à devenir collector!

      Supprimer
  18. Hé bien, en lisant les commentaires j'ai fait face à mon inculture musicale pour les œuvres de Moustaki. Du coup, j'ai été découvrir ce qu'il faisait et ma foi... j'ai beaucoup aimé!
    Alors merci de cette découverte: il n'est jamais trop tard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non il n'est jamais trop tard pour s'ouvrir à autre chose que ce que l'on connaît. C'est sans doute un des secrets de mon énergie. Je la prends à la source.Merci à toi de ta fidélité.

      Supprimer
  19. On sait que l'on naît pour mourir un jour :-)
    Mais je trouve que lorsqsu'on peut exprimer ses convictions, son amour ... à travers la chanson, pour moi c'est merveilleux, car on fait partager tout l'émotion possible, non ?
    Bisous et merci :-)
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu touches là un point important, petite Marie.Que reste-t-il à la fin de la vie, quand la vague du temps a tout emporté? l'écume des émotions. Tout le reste a été dissous. La chanson,la musique, l'art, la littérature, autant de façons de faire circuler des émotions qui nous tiennent envie le plus longtemps possible...

      Supprimer
    2. Il y a t-il une vie après la mort ? Question sans réponse ? Et pourtant je suis presque sûre que tout n'est pas fini ? Mais ... Alors tant que la vie nos tend les bras vivons pleinement les instants présents à fond avec tous ceux qu'on aime, non ?
      Bisous Célestine, d'ailleurs tu as un prénom lumineux, crois-tu en ta bonne étoile :-)
      Marie

      Supprimer
    3. Oh oui, je crois même que j'ai plusieurs étoiles qui veillent sur moi!
      bien d'accord avec ta philosophie: cueillons les instants présents.

      Supprimer
  20. Mort cruelle ! Le feuille nouvelle retombe, inerte;
    L'air doux du soir la fera peut être revivre...
    Non ! les rayons du matin se rient de ma tristesse,
    Le temps pour moi ne refleurira plus.

    (traduction française d'un fragment de poème d'Emily Brontë)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment,je ne rivalise pas avec cette grande dame.;-)
      Tout au plus puis-je dire que, comme elle, mes mots sont sortis tout droit de mon coeur.

      Supprimer
  21. Salut Célestine.

    Je me demande si je vais pas m'habituer à te laisser un mot ou deux de temps en temps. Alors, avec un peu de retard quand même, je profite de ce billet pour répondre à une question que tu nous avais posée début février à La Poule et à moi. Sûr segur que c'était pas facile comme question, mais j'aime effectivement beaucoup Moustaki. Excuse le retard, hein, mais c'est février de cette année là.

    Salut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon je donne ma langue au chat. Je croyais t'avoir reconnu, mais là je nage en plein suspence! donne moi des indices un peu?

      Supprimer
    2. 2 février 2013 chez les Blogbos dans " le plus grand amour de ma vie "

      Supprimer
    3. Moi je n'en connais qu'un qui dit : "sûr ségur" !!! n'est-ce pas Bof ?

      Supprimer
    4. Ah ben oui,cher BOF, mais là si Andiamo nous casse tout le suce panse!
      Bon de toutes façon, la Poule, ça avait fini par faire tilt dans ma tête.
      Mais il se trouve que j'ai un copain qui dit "ségur", et donc, ma réponse à ton commentaire de la dernière fois, où j'ai cité la chanson de Bécaud "merci Beaucoup" ben elle a dû faire un flop mémorable, du coup!
      Bref, mon petit BOF, est-ce que ce serait trop te demander, la prochaine fois, de signer de tes trois mignonnes petites lettres, afin que je ne commette plus d'impair, bien qu'en ce moment ,les impairs soient quand même bien utiles avec le temps qu'il fait...Et merci d'avoir osé venir chez le "dragon", monsieur le timide! Tout va bien? Tu veux un mentos? Tu es ici chez toi, reviens quand tu veux.
      bises
      Célestoche

      Supprimer
  22. Magnifique poème où les mots valent leur pesant d'or! Vil temps sans scrupule qui nous laisse choir quand on a à peine commencer à goûter au printemps, des magnolias!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le temps, je crois, qui vaut son pesant d'or...
      Merci de ton passage, toujours apprécié.

      Supprimer
  23. J'arrive un peu tard ..
    j'ai lu ton billet et quelques commentaires , pas tous , j'avoue

    Georges , les Georges ont un sacré pouvoir à émouvoir , ou à séduire ..
    j'ai écouté Moustaki , un peu , je l'ai chanté aussi , "le facteur " en duo avec un ami
    Son départ me laisse une étrange impression , je ne peux plus écouter , ça me fiche le bourdon , je ne l'explique pas , y'a des trucs comme ça ..
    La mémoire se réactive , et ..laisse une impression mélancolique

    Quand Maxime Leforestier partira , je serai triste , je le crois vraiment

    Il reste l'autre George ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Georges Moustaki , ce n'est pas forcément le chanteur ou la voix, c'est surtout, comme je le disais plus haut, une époque qui me remonte aux tripes.Et j'avoue que c'est de réentendre cette chanson qui m'a fait passer le cœur par la gorge.
      Bisous ma Jeanne

      Supprimer


  24. Légèreté. Pesanteur. Deux termes que tout oppose et qui affleurent et se querellent au long de ce beau poème. Il diffuse cette sensation étrange de naître, un peu éphémère, un peu diaphane, jusqu’à s’achever par le mot « fin » ou à contrario « sans fin ». Dans l’interstice l’espace s’est envahi d’un parfum du temps, de son air et surtout de son âme.

    On ne peut pas ne pas évoquer Kundera et « L’insoutenable légèreté de l’être »
    (On relèvera au passage la fascinante beauté de ce titre)

    Dans ce roman Kundera pose la question-clé de son oeuvre, celle qui va le/la structurer : légèreté et pesanteur, lequel de ces deux termes est le négatif ? Dans « L’insoutenable… », Kundera oppose légèreté et pesanteur à travers les personnages de Teresa, Franz, Sabina et Tomas. Il est dit dès les premières pages que Teresa incarne la pesanteur : "un jour, Teresa était venue chez lui sans prévenir. Un jour, elle était repartie de la même manière. Elle était arrivée avec une lourde valise. Avec une lourde valise elle était repartie." La répétition de "lourde valise" mis en fin de phrase et en début de phrase suivante insiste sur la pesanteur. Teresa incarne donc la pesanteur. Quant à Tomas, "l'absence totale de fardeau fait que l'homme s'éloigne de l'être terrestre, qu'il n'est plus qu'à demi réel et que ses mouvements sont aussi libres qu'insignifiants." Il incarne par conséquent la légèreté. Mais le bon choix est-il la pesanteur, comme Teresa, ou bien la légèreté, à l'image de Tomas ?

    Un autre extrait :

    « [Sabina] dit : - Et pourquoi ne te sers-tu pas de ta force contre moi de temps en temps ?
    - Parce qu'aimer, c'est renoncer à la force, dit Franz doucement.
    Sabina comprit deux choses : premièrement, que cette phrase était belle et vraie ; deuxièmement, qu'avec cette phrase Franz venait de se disqualifier dans sa vie érotique". »


    D’ici-là, attendons sereinement ou « Du vent dans les branches de Sassafras » ou du vent des magnolias de Célestine, pour peu qu’elle veuille bien nous donner plus de poésies
    Pour l’heure, les magnolias des Iles Borromées refleuriront l’an prochain
    Oui ! Il est vingt ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique étude de texte qui aurait pu faire un billet.
      Vous me placez dans la cour des (très) grands et je suis sûre de ne pas en être digne.Mais à votre demande, je me laisserai aller plus souvent à la poésie qui me traverse parfois, quand je baisse la garde de mon optimisme déluré...

      Supprimer
  25. Il faut partir un jour parce qu'on a fini sa vie.
    Simpliste réponse à ton joli poème, mais c'est une réponse unanimement acceptée par mes élèves ou mes kids qd ils me posent la question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai effectivement toujours dit ça, aux interrogations de mes enfants, un peu inquiets: "dis, on va pas mourir encore?" -"Ben non, on n'a pas fini notre vie!"
      Il n'en reste pas moins que cette angoisse subsiste et elle me saisit au collet de temps en temps, quand je baisse la garde de mon optimisme déluré.

      Supprimer


  26. "Il est vingt ans, mon bel amour et l'oiseau sur sa branche ploie"

    Si l'on vous écoutait réciter votre poème, entendrait-on :

    " Il est vain tant mon bel amour et l'oiseau sur sa branche ploient" ?

    RépondreSupprimer
  27. Quand il est mort le poète, tous ses amis pleuraient... mais ses textes restent, ses chansons nous trottent encore dans la tête ! très beau poème ma Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Prudence, oui, c'était un poète.Et une génération qui s'en va, celle de la lutte et en même temps de l'insouciance.

      Supprimer
  28. Je te donne le temps de vivre
    Le ton de mai
    Après la pluie, le beau teint ...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.