mardi 27 mars 2012

Sarah


Sarah a onze ans. Elle promène sa silhouette longiligne avec une nonchalance non feinte. Ses yeux noisettes pétillent sous son front immense. 

 Elle est très douée, Sarah. C'est la meilleure de ma classe. L'orthographe coule en elle comme une source. La grammaire n'a plus de secret pour elle, on dirait. Mais elle est bonne en maths aussi, et très sportive...Elle est atypique. Parce qu'en général, on se représente les premières de la classe sages et bien coiffées, et un tantinet coincées. 
Sarah, elle, rêve de piercings et de maquillage, de strings et de cigarettes. Elle a un côté un peu trash.
Sarah est une jolie lolita qui ne sait pas encore combien les regards se brûleront sur elle comme des papillons à une lampe. Plus tard. 
Pour l'instant, elle a le coeur grenadine et parle beaucoup des garçons sans en connaître le traître mot. Ça ne fait rien. Quand elle écrit ses rédactions, je me marre. Parce que Sarah, depuis le début de l'année, quel que soit le sujet,  s'arrange toujours pour parler invariablement de l'amour, des rencontres, des relations hommes-femmes. Étonnant mélange de naïveté et de maturité,  de rouerie et de candeur...
L'autre jour, en atelier d'écriture, je me suis dit: " Je vais donner un exercice , pour voir,  et vraiment, là, si elle parvient à parler d'amour, je me fais nonne au Guatemala!" 
"Ecrivez une phrase pour présenter une vache d'une manière originale."
Les autres ont eu du mal à sortir de la devinette classique, et à éviter les poncifs sur le lait, la rumination, l'étable ou le cuir.
Et voici comment Sarah a commencé:
" Il est beau. Il est fort. On peut dire qu'il a même un léger sur-poids. Il a de la corne sur la tête. Mais je l'aime.  C'est normal, je l'ai épousé. C'est le boeuf."
Malgré la légère...disons...impossibilité physiologique, c'était quand même très fort!
Y a pas à dire, dans mon boulot, je me marre.

photo:  Delphine Desyeux dans l'Age Heureux, la série culte de mon enfance.

28 commentaires:

  1. J'aime beaucoup quand tu parles de ta classe!On aimerait y être.
    Lisa

    RépondreSupprimer
  2. En effet, tu racontes bien ta classe , et j'aime ta bienveillance !

    RépondreSupprimer
  3. Je vois que tu as mis comme illustration une photo de "L'âge heureux"...ce feuilleton en noir et blanc sur le monde des petits rats de l'Opéra de Paris....ma sœur et moi ne le manquions sous aucun prétexte... te souviens tu de l'épisode où elle se promène , de nuit sur les toits ??
    ta jeune héroïne à la plume prolixe porte le prénom de ma fille..

    RépondreSupprimer
  4. tu ne pouvais pas trouver autre chose que prendre le voile au Guatemala ? Te voilà bien maintenant !

    RépondreSupprimer
  5. MYOSOTIS Eh bien oui, voilà, je prépare mes valises...

    CROUKOUGNOUCHE Si je m'en souviens!mais j'ai adoré ce feuilleton, et quand elles se promènent sur les toits de l'opéra en tutu, c'est une des scènes les plus magnifiques du film (avec la "méchante" qui les enferme et qui fait tomber la clé dans le pot de peinture...)

    HELENE et LISA Merci, on me le dit souvent, que je suis à la fois exigeante et bienveillante. Il me semble que ce sont là les qualités d'une institutrice...

    RépondreSupprimer
  6. :~))))

    Tomber amoureuse d'un bœuf, ça doit être ça, l'amour vache !

    RépondreSupprimer
  7. Nôtre petite fille 14 ans (la seule, tous les autres sont des garçons) a toujours eu 17 de moyenne à peu près. Mais elle fait presque 1 mètre 80, elle est belle mais ne pense pas au garçon. Elle préfère quand ils sont tous là, rester avec nous qu'être avec ses cousins....

    Bonne journée. Bises

    RépondreSupprimer
  8. Sarah aime bien maitriser les notions et les matières diverses à l'école. Le hic, c'est que le monde des sentiments ne s'appréhende pas en claquant des doigts, à force de travail et d'intelligence. Il résiste. Les personnes sont fuyantes, difficiles à manipuler, échappent à la rationalité. L'affectif doit la fasciner, l'obséder et l'énerver, tout à la fois.

    La lecture des livres et des forums ne nous prépare pas aux émois dévastateurs de certitudes et de simplicité.

    RépondreSupprimer
  9. J'espère qu'ils sont connectés les couvents du Grattez-moi là !

    RépondreSupprimer
  10. Elle est belle, Sarah !
    Belle dans son cœur.
    Merci Célestine

    RépondreSupprimer
  11. Je suis qu'elle ira loin cette petite Sarah, si les petits cochons ne la mangent pas comme on me disiait quand j'étais petite!! Quel beau souvenir pour moi aussi ce feuilleton "l'âge heureux"!

    RépondreSupprimer
  12. C'est malin ça ! Nonne au Guatemala, tu lui as dit à ta Sarah que tu pars en expatriation à cause d'elle ! Je n'aurais jamais eu la patience d'être instit, mais j'aurais aimé lire quelques rédactions :)) Heureusement que corriger les copies apporte aussi des moments de joie !

    RépondreSupprimer
  13. Tu as perdu ton pari lolll!
    Sans partir si loin que l'Amérique Centrale, il y a une excellente retraite à nonnes tout près de chez moi !! :)

    RépondreSupprimer
  14. C'est le genre de défi que j'aime lancer à mes élèves aussi. Du coup, surtout ceux d'option européenne espagnol en troisième, ils arrivent à chaque cours en se disant "qu'est-ce qu'elle nous a encore inventé?..." J'adore les voir rouler des yeux, raler un peu, dire que c'est impossible, les mettre dans des situations impensables, puis les voir s'y mettre quand même, et que ça se termine par des rires, de la fierté, parfois des larmes, de l'étonnement d'être allé aussi loin dans la création sans l'avoir imaginé avant.

    RépondreSupprimer
  15. Bob Dylan :

    - "Sarah, Sarah
    Glamorous nymph with an arrow and bow
    Nymphe éblouissante à la flèche et l'arc
    Sarah, Sarah..."

    RépondreSupprimer
  16. Le simple renoncement au pets-de-nonnes aurait pu suffire…

    RépondreSupprimer
  17. Quel pari fou !!!
    difficile à cerner ces petites atypiques ,tu as un regard positif sur tes élèves , loin d'un jugement hâtif , une dose d'humour , et le chemin sera le sien , pourvu qu'elle ne tombe pas dans les griffes d'un loup
    c'est toujours bien raconté Célestine

    RépondreSupprimer
  18. Je trouve remarquable ce début de rédaction
    Cette petite Sarah promet...
    Merci de partager quelque chose de ton boulot!

    RépondreSupprimer
  19. Je suis allée aujourd'hui à un colloque avec Mérieux, Bentolila, Erik Orsenna et d'autres sur l'illetrisme. DEs tas de souvenirs de classe me sont revenus...et j'aime bien ce que tu dis de Sarah. Mes bons élèves dans son style,ça va!

    RépondreSupprimer
  20. Je suis allée aujourd'hui à un colloque avec Mérieux, Bentolila, Erik Orsenna et d'autres sur l'illetrisme. DEs tas de souvenirs de classe me sont revenus...et j'aime bien ce que tu dis de Sarah. Mes bons élèves dans son style,ça va!

    RépondreSupprimer
  21. ah oui on fait un beau métier, je le pensais encore hier soir en voyant un superhomme-manager- de-grosse-boîte que ma vraie place était devant une classe!
    mais viens te faire nonne par chez moi, il y a un couvent juste à côté de l'école :-)

    RépondreSupprimer
  22. Et donc maintenant vous êtes nonne au Guatemala ?

    RépondreSupprimer
  23. Je suis encore en vacances.... Elle m'a l'air effectivement douée ta petite Sarah !

    RépondreSupprimer
  24. Super, elle est super, cette Sarah !
    Bravo à elle, bravo à toi.

    RépondreSupprimer
  25. Merveilleuse Sarah! Elle est d'humeur amoureuse, et voit l'amour où il est et n'est pas. Mais au moins tu n'as pas dû partir au Guatemala avec ton voile de nonette... sous cette chaleur, bouh!

    RépondreSupprimer
  26. Surement s'est-elle mis dans la peau d'une vache...
    Par contre la ballerine n'a pas l'air "trash" :D
    Yolanda*

    RépondreSupprimer
  27. YOLANDA Certes, d'apparence, mais dans son coeur, c'était une rebelle, cette petite danseuse. Et mon élève lui ressemble, mais tout ceci est très subjectif. Il faudrait que vous la connaissiez mieux pour comprendre...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.