mercredi 24 novembre 2021

Quand le temps s'arrête



 


Ce matin.
La fenêtre ouverte sur le jardin laisse entrer l'odeur d'un vieil automne qui craquèle la terre. Une odeur de mousse et d'écorce humide, de lichen et de feu de bois.
Le rideau se soulève sous la houle d'un léger vent frais. Il faut bien aérer, même quand il fait froid.
Soudain... une feuille craque. Un ombre passe...

Ooooh ! Mais que tu es mignon ! D'où viens-tu, toi qui ne sait rien des hommes et de leur monde fourbu ? Que fais-tu là, si près de notre maison ? 
Tu grignotes avec précaution, à côté du rhododendron. Un brin d'herbe ? Un gland ? Tu n'as pas l'air très goulu...

Tes oreilles sont deux paraboles qui captent le moindre son. Ta babine blanche te donne un air espiègle. Tu n'oublies pas de te mettre aux aguets., régulièrement, comme te l'a appris ta maman.  Ne t'inquiète pas : ici aucun chasseur ne pointe vers toi le feu de la mort.  Il y a juste deux imbéciles heureux qui te contemplent sans rien dire. La joie sait se poser sur les coeurs, quand le temps s'arrête. Elle n'a pas besoin de paroles. Le prodige est là, dans l'instant.

Tu regardes vers moi. Le clic-clac de l'appareil ne te fait pas fuir, mais il t'interpelle par moment, il me semble... Ce que tu restes longtemps ! C'est un vrai cadeau que tu nous fais. Ça doit faire cinq bonnes minutes que tu as investi ce coin du jardin, et ta présence lui a donné comme une lumière différente, sous le ciel plombé de novembre. 
Et puis soudain. Pfft ! Tu repars dans la colline. Comme tu es venu. Furtivement, tel un feu follet. Inconscient d'avoir semé tant de gratitude sous ses pattes frêles.

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆






















A Miss Zen, qui se demande ce qui met en joie ses lecteurs en ce moment.

40 commentaires:

  1. Attendrissant ! Ça doit venir de ces grands yeux !
    J'en connais d'autres...

    RépondreSupprimer
  2. C'est le genre de rencontre qui me met en joie aussi, même si les circonstances sont différentes. Les chevreuils de ma région ne fréquentent pas mon jardin de ville.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Et bien voilà... regarde , regarde et vois...n'aies pas peur de ce que tu vous hors de toi et en toi...
    Et c'est un instant de grâce que tu nous offres en partage, du sensible à fleur d'âme...
    Merci chère Celestine

    RépondreSupprimer
  4. Je reprends le terme de Lucile Avril, un instant de grâce, car il n'y a pas d'autres mots pour décrire ce moment et certainement ce que tu as ressenti, Célestine. Moi-même, j'aurais été sur un petit nuage... (sourire)
    Belle journée à toi, bisous.

    RépondreSupprimer
  5. Biche, oh ma biche,… (demande Frank) et si tu nous décrivais l'étonnement de Célestine en te voyant, lorsqu'elle souligne au crayon noir ses jolis yeux de papillon bleu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand je l'ai vue, je n'ai pas eu peur. J'ai tout de suite senti qu'elle aimait les animaux, et qu'elle serait bien incapable de me faire du mal. Tu aurais vu ses yeux : il y avait deux petites flammes à l'intérieur, comme deux feux follets. Elle avait son air de ravie, tu sais...et j'ai compris qu'à ce moment-là, j'étais la chose la plus importante de sa vie. Ça m'a donné la pêche.
      Et puis, ces feuilles de rhododendron étaient vraiment tendres à souhait.
      je pense que je vais revenir, c'est une bonne maison...

      Supprimer
  6. Vous avez du vivre un chouette moment.

    RépondreSupprimer
  7. Instantde grâce, plein d'émotions....On retient son souffle !!

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour chère Célestine,
    C'est une surprise rare et précieuse qu'il faut apprécier...
    Bisous et bonne journée
    Mo

    RépondreSupprimer
  9. Quelle chance cette rencontre ! :-)

    RépondreSupprimer
  10. Tant mieux que les imbéciles soient si heureux! Quel émerveillement quand la nature nous fait de si beaux cadeaux! Bises alpines et merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  11. Ça me rappelle l'école maternelle !
    La biche brame au clair de lune
    Et pleure à se fondre les yeux.
    Son petit faon délicieux
    A disparu dans la nuit brune.

    En fait il est dans ton jardin...
    (ouais, c'est ça les années qui passent, on oublie ce qu'on a bouffé la veille mais on se rappelle ce qu'on a appris à l'école maternelle.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, j'avais appris la même quand j'étais petite...
      Elle me faisait pleurer !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Un pur bonheur, un cadeau céleste... pour Célestine.
    Vous vous êtes reconnus comme deux belles âmes.
    Ça ne pouvait se passer que chez toi...
    Bises émerveillées.

    RépondreSupprimer
  13. Ce qui s'appelle de la méditation.

    RépondreSupprimer
  14. Superbe je n'ai pas d'autre mot.
    Bleck

    RépondreSupprimer
  15. Il est simplement venu voir ce que tu, vous avez planté récemment. Attention, il est possible que ce chevreuil soit gourmand des jeunes pousses de bambou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! c'est vrai, mais en même temps, il paraît que les bambous c'est envahissant...Alors si les bestioles m'aident à les juguler, c'est pas mal...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Quel beau moment de bonheur Célestine. Cette gracieuse biche met le coeur en joie pour la journée et encore plus.
    Bisous et merci pour ce doux partage ♥

    RépondreSupprimer
  17. Récemment, sur le retour de la journée portes ouvertes du verger conservatoire de Puycelsi, le temps a bien failli s'arrêter pour moi, lorsque une "bestiole" à quatre pattes et groin à couper ma route, mais ouf à 25/30 mètres ! Le mauvais sort n'était pas pour ce jour là. Mais malgré tout, instant magique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oops "a coupé", et c'est c'est pas parce qu'il y avait un brouillard à couper au couteau !

      Supprimer
    2. Voilà peu de temps et par une belle nuit d'hiver dans le Médoc et juste à la sortie d'un village nous avons vu dans le balai de nos phares un superbe mâle (pas un Médocain, un cervidé) il broutait quelque chose juste au milieu de la route heureusement nous roulions presque au pas... il a paresseusement levé la tête, la tournée lentement vers notre voiture est resté figé deux, trois secondes et à bondit dans la forêt... un instant magique quelque chose de très impressionnant, nous nous sommes sentis la femme que j'aime et moi assez ridicules face à la majesté d'un tel animal.

      Bleck

      Supprimer
    3. c'est une chouette histoire que tu nous racontes là.
      C'est vrai que c'est majestueux ces bestioles. Le port de tête, sans doute.
      Il y a sur instagram un gars qui poste des photos de cerfs de toute beauté... (eh oui, il n'y a pas que Kim Kardachiante sur instagram)
      clic
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. @Lou
      La rencontre avec un sanglier peut être « musclée » en effet...
      C'est la nature dans toute sa force !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. C'est merveilleux ! De temps en temps, un renard s'arrête dans mon jardin mais je n'ai jamais réussi à l'immortaliser. Doux week-end....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour viendra où tu auras l'appareil photo à portée de main...C'est ce qui m'est arrivé avec ce chevreuil.
      Persévérer et ne jamais renoncer... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. J'adore ces moments magiques et tu les racontes si bien, merccciiii ♡

    RépondreSupprimer
  20. Ohhhhh, mais c'est Boumbi (pour Bambi) dirait ma petite voisine !
    Quand le temps s'arrête... titre juste bien trouvé :)
    Beaux instants d'un moment merveilleux. Et quelle jolie colline... :)
    Agréable fin de semaine, Celestine. Bises.

    RépondreSupprimer
  21. C'est un cadeau qu'il convient d'apprécier en effet Célestine
    J'en ai rencontré à cheval,dans les bois, ils s'arrêtaient, nous regardaient un moment, curieux et magnifiques !
    Bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que tu faisais du cheval…
      Voilà quelque chose que je n’ai jamais essayée…

      Supprimer
  22. Je considère la couleur comme l'élément le plus subjectif du projet artistique et comme une métaphore des interactions humaines.
    En tant qu'expression transcendantale de la lumière, la couleur peut servir à évoquer une humeur qui excède le domaine de la ligne, de la forme, du volume ou du poids.
    J'ai toujours été frappé par la façon mystérieuse dont deux taches de couleur inanimées, placées judicieusement côte à côte, résonnent, comme pour suggérer une troisième couleur dans l'oeil du spectateur  - comme pour "chanter" , si l'on veut, phénomène qui s'apparente à  la rencontre de deux âmes.
    La couleur est enchanteresse."
    STÉPHEN ALCORN

    Cette préface d'un ouvrage sur les théories de la couleur me fit repenser à  la lecture de ton billet....
    Cette biche aux couleurs terre de sienne vint inonder ton present d'une note chaleureuse.
    Cet animal qui vient vous rendre visite sans crainte et se laisse admirer : c'est tout ce dont nous avons besoin pour que nos interactions soient porteuse de joie, d'initiatives positives,  de partage...

    Je me réjouis pour vous d'avoir eu ce vecu .
    Je ne saurais trop te remercier de nous l'avoir partagé.

    Bises aux  couleurs chaudes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant ce que dit ce monsieur sur la couleur…
      Oui il y a une magie de la couleur quand elle survient en harmonie avec son contexte… ce qui est le cas pour le chevreuil et les arbres de la colline.
      Une touche de couleur pour venir souligner délicatement notre bonheur de vivre…
      Merci à toi cher Petrus
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. J'ai fait du cheval beaucoup, longtemps, j'en ai eu, il m'en reste deux, ils vieillissent bien chez nous, de manière professionnelle, j'ai aimé apprendre aux enfants (et aux grands !) à les respecter et puis pour notre plaisir, en extérieur, beaucoup de randonnées, et chaque jour ils embellissent ma vie...
    Bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m’a toujours fascinée le rapport de l’homme au cheval. Enfin quand je dis de l’homme, je veux dire des êtres humains…
      C’est un beau métier que de murmurer à l’oreille des chevaux …
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Mon dieu ! Quelle jolie rencontre tellement poétique !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.