lundi 13 septembre 2021

Nous nous sommes tant aimés





Tu le savais, que je ne résisterais pas à cette photo... Tu savais que l'odeur de la craie, c'est ma madeleine dans le thé. Nous nous sommes tant aimés, mon métier et moi.

***


Ce soir-là, j’ai traversé la cour. Le soleil de septembre éclairait d’une lumière poudrée les cheveux en broussaille des derniers élèves de la journée. Ceux que l’on vient chercher tard et qui ont toujours peur qu’on les oublie. Leurs culottes courtes flottaient sur leurs genoux cagneux, et leurs incisives avançaient en ordre un peu dispersé…
J’ai regardé ces petits poulbots courir après leur balle en mousse un peu élimée. Ils portaient au front toute l’innocence et l’espoir du monde.
J’ai fermé les yeux. Ma maman s’est approchée de moi avec un gros morceau de clafoutis aux cerises. Elle a arrangé mes cheveux en les nouant de rubans turquoise et mauves. J’ai sauté à la corde. J'ai ouvert le portail qui a grincé comme une porte spatio-temporelle. Mes amours...
Mon petit dernier n'avait plus sa barbe. Il me racontait sa journée de classe en croquant dans son goûter. Sa soeur ne conduisait pas sa grosse moto sur la corniche de Monaco. Elle portait deux tresses blondes et donnait la main à son frère aîné, qui soufflait une bulle de malabar géante. Sans se douter qu'il deviendrait architecte un jour, et le papa de deux petites filles adorables.
J’ai rouvert les yeux. J’ai franchi le portail de l’école en faisant un petit signe aux élèves. « Au revoir, maîtresse ! » ils m’ont crié en agitant leurs mains pleines de poussière.
De loin, l’école brillait, comme une orange au soleil couchant. 
Aujourd’hui, Sibylle trottine sur le chemin de l'école. Son petit cartable tout neuf me serre la gorge d'émotion. Son ombre semble me dire : regarde, je vais grandir, vite, vite, si vite...
Tellement d'enfants ont ensoleillé ma vie...et ce n'est pas fini.

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆




Photo céleste


Pour l'atelier du Goût

60 commentaires:

  1. Comme un photographe humaniste, à la Doisneau, tu guettes l'anecdote, Céleste, la petite histoire, "passant patient", tu regardes autour de toi avec tes mots et tes images empreints de nostalgie, de tendresse, et d'humour, à distance, ou sans distance.... j'aime ton va-et-vient entre passé et présent, ce qui a été, ce qui est et sera pour Sibylle si belle, si jolie princesse qui s'achemine vers ce chemin des grands, que tu connais bien. Tu te souviens, et nous nous souvenons avec toi de ces instants vécus par nous-mêmes, par nos petits devenus grands, et leurs tous petits,... et en tout minuscule caché dans cet espace je surprends ce temps si intense pour toi, moi qui te connais un peu, où en franchissant le portail de l'école pour une dernière fois, abandonnant peut-être tes petits élèves tu as aperçu un dernier soleil qui brillait, brûlant, dans leurs yeux laissant une légère cicatrice sur ta peau profonde de maîtresse.. Ton texte joli mêle-l'ancolie vivace au bleu violacé élégant... et nous renvoie à notre enfance à plus d'un titre vécu, survécu.

    Merci du fond du coeur pour cette traversée non oubliée...

    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma grande sensible. Tu dis si bien cette mélancolie heureuse qui empreint mon âme quand je pense à l'école où j'ai traîné tant de cartables...Ça en fait des rentrées des classes...
      Ce qui me surprend, c'est que je n'ai pas oublié la mienne, la première, mon entrée au CP puisque dans le village où j'étais il n'y avait pas de classe maternelle. Je n'ai pas oublié non plus celle de mes trois poussins, et maintenant, je vis, comme dans une mise en abyme étourdissante, celle de ma petite fille.
      Tu connais la Petite Fille. Celle des Alpharêves. Elle est là, tapie en moi. Apaisée, rassérénée. Elle ouvre ses bras à tous les possibles que la vie lui présente. Le bonheur ne lui est plus inaccessible. Et à travers une simple photo d'enfants devant la porte d'une école, elle surgit pour me faire un signe de la main. Elle est moi à jamais. Et je suis Elle.
      Bisous ma belle Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Bon vent à Sibylle ! Qui sait, peut-être suivra-t-elle ta voie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait , oui ?
      En espérant que le métier existera encore quand elle en aura l'âge...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Sybille fait sa rentrée avec un cartable et mon petit-fils a quitté la crèche pour son année préscolaire comme ils disent au Québec! J'ai hâte d'aller le chercher à la sortie de l'école...
    Entre mes rentrées des classes en tant qu'élève et celles en tant qu'instit ça fait 52 rentrées MOUARF ♥
    BISOUS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends...il est quand même très loin !
      Et les premières années sont si importantes pour créer le lien...
      52 rentrées ? Oui, je pense que c'est exactement mon nombre aussi...
      Il était quand même temps qu'on fasse autre chose, hein ma Cathy ?
      Bisous collègue !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Tu ne fus pas ma maîtresse d'école mais cette note me rappelle Mme Comprade, qui vint me chercher au fond de la cour car, occupé à je ne sais quoi, accroupi, j'avais oublié de sortir de la cour et ma mère m'attendait, inquiète...
    Merci Célestine de m'avopir ramené dans la cour de la maternelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais quand même eu du mal à être ta maîtresse d'école. Enfin question chronologique, évidemment...
      Parce qu'un élève brillant comme toi, ça m'aurait bien plu ^^
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Ah... tout cela ne nous rajeunit pas. :-) Sibylle a un très joli cartable et certainement qu'à l'intérieur, elle va amasser des trésors. On espère pour elle qu'elle ait une maîtresse aussi passionnée et bienveillante que toi. Bises alpines et belle rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon souhait. Il y a encore des personnes passionnées dans ce métier, même si ça se fait plus rare...
      belle rentrée à toi, frangine des Alpes.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. c'est exactement ça, et c'est adorablement dit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce doux commentaire, madame Adrienne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. C'était avant, tout cela est bien loin. Je me souviens sulement que j'avais peur le premier jour...Sybille a repris le chemin de l'école et elle va commencer à apprendre les leçons de la vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les fameuses leçons de vie que nous prenons encore, nous, les vieux écoliers de la vie. En essayant de tirer leçon des enseignements de l'existence.
      Y a-t-il meilleure façon de comprendre ce qui nous arrive ? :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Elle est si mignonne, même de dos, que je comprends ton attendrissement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adorable. Mais je crois que nous ne sommes pas très objectives, dans ces cas-là...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. C'est une grande chance d'avoir au delà de ses enfants, des petits enfants qui nous donnent de formidables soleils, de grandes bouffées de souvenirs...
    Comme ils sont beaux ces petits !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont de petits morceaux de nous, des mininous, des minimininous...
      Des grains d'espoir...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Ah lala ! Ton texte m'a tiré des larmes… c'est tellement évocateur de tout ce que je n'ai pas connu. Et cependant ce ne sont pas des larmes de tristesse. Pas non plus des larmes de joie. Inqualifiable peut-être. Juste des larmes humaines, à la dimension de ton humanité de femme aimante, de cet amour qui fit grandir les petites têtes d'enfants dont tu évoques le destin réel. Mêlant subtilement le présent et le passé, ta famille et les écolières et écoliers, et ainsi toucher et saisir ce cahier à spirale où s'inscrit sur des rayures Seyes l'universel de l'aventure de l'humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beau ce que tu écris. Ça me file des frissons. C'est beau ce cahier à spirale universel.
      Ces larmes sont belles, elles puisent dans notre substrat, ce qui nous constitue, la fibre humaine, la compassion, l'amour.
      Merci pour ces mots subtils qui donnent à mon billet une si belle lumière.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Bonjour Célestine,
    Ton texte est très émouvant et ravive tant de souvenirs. Je sui certaine que tu étais une enseignante exceptionnelle après avoir été une élève bien sage...
    Bisous et bonne soirée,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une élève bien sage…certes, même si parfois j’ai eu maille à partir avec certains enseignants abusifs…
      C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai essayé d’être une maîtresse sinon exceptionnelle, du moins extra-ordinaire au sens premier. Pour soigner cet enfant intérieur qui a parfois souffert d’être différente…
      Bisous Mo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Quel joli billet Célestine sur une rentrée de classe de ton côté et de celle de maintenant avec ta jolie petite Sibylle à qui je lui souhaite d'excellents moments. Tes mots me font chaud au coeur. Merci.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est bouleversant de la voir partir avec son petit cartable…
      Et quand je suis bouleversée, j’écris.
      Je t’embrasse chère Denise
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Quel texte émouvant ! La petite Sibylle est adorable et nul doute qu'elle va être bien accompagnée dans sa scolarité, ne serait-ce que par sa mamie, qui veille ! 😉
    Gros bisous !
    Lydia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un peu loin, mais mon coeur est avec elle…sa petite soeur Alba et tous ceux qui viendront.
      Gros bisous Lydia
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Je sens une grosse bulle d'émotion, dans ce texte. La même que je ressent en voyant partir mon fils vers sa vie.
    Ma première rentrée des classes, je m'en souviens encore un peu. Mon père était à la tâche, ça ne bronchait pas. Je n'étais pas du tout impatient d'y aller, ou alors à reculons. Bon, heureusement que les classes étaient mélangées. Cela me permettait d'écouter les cours des classes supérieures.

    Moi aussi, un jour, j'ai traversé le temps... Le temps d'une intervention professionnel dans une petite école communale. Un long couloir m'a accueilli, avec sa rangée de porte-manteaux et un alignement de petites chaussures, sur un petit banc. C'est l'odeur qui m'a frappé ; mélange de vieux parquet javellisé et de craie, les mêmes tables d'écolier, le même tableau vert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta sensibilité te fait éprouver justement l’émotion des autres. Tu as raison : il y a une grosse bulle d’émotion dans ce billet.
      Les enfants nous ramènent immanquablement à notre enfance.
      Et tu verras, les petits enfants, c’est encore plus fort.
      Bisous tardifs
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Rentrée de notre fée Oriane.
    Les mêmes pas, la même émotion.
    Bisous pleins de craie tendresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui. Je n’oublie pas qu’elles ont le même âge. Et que tu es une sorte de frère pour moi.
      Bisous émus en retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. On ne remerciera jamais assez Jules Ferry

    RépondreSupprimer
  17. N'est-elle pas mignonne à croquer, cette petite souris ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et celle là ?
      https://2.bp.blogspot.com/-XWN6iQjgRq0/UiTq_9EOhFI/AAAAAAAAKI8/ITOrTjlHqF8/s1600/Rentree-.jpg

      Bisous oncle Joe

      Supprimer
  18. Si tu savais influencer les rêves
    Si tu pouvais t'inserer dans les miens
    Et me faire cours de manière brève
    Pour m'initier à tout ce que sont les tiens

    J'aurais grande envie de vivre cette rentrée
    Comme tous ces anciens collègues,
    Nombre d'élèves qui t'ont bien appréciée
    Ceux à qui desormais ce boulot tu delegues

    Bises d'un élève putatif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon cher Petrus si tu savais combien tes petits quatrains me touchent.
      Je suis certaine que tu aurais été un élève adorable
      Bisous zemus
      https://2.bp.blogspot.com/-XWN6iQjgRq0/UiTq_9EOhFI/AAAAAAAAKI8/ITOrTjlHqF8/s1600/Rentree-.jpg

      Supprimer
  19. On sent une petite pointe de nostalgie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y’en a !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Autant que de la pomme dans le "bizarre" ?
      Baci Cara

      Supprimer
    3. Tout pareil ! Mais en moins râpeux tout de même…
      😁😁😁

      Supprimer
  20. Non Sybille, ne grandis pas trop vite, prends ton temps afin que ta Grand'Ma profite de nombreuses rentrées scolaires à venir. Notre Sybil avec cet L en moins est arrivée en Maths sup sans crier gare et voilà qu'à son tour, elle accueille ses petits élèves devant la grille de la maternelle. Célestine, tu décris si bien ces rentrées des classes que me reviennent l'odeur du cuir de mon cartable, le chagrin d'être séparée de mon petit frère, de quitter une maîtresse pour en découvrir une autre.....J'étais élève sage, disciplinée, appliquée, mais je suis sûre qu'avec une maîtresse comme toi, j'aurais été "plus instruite". Ton émotion est palpable et je te rejoints dans ce sentiment, mais de l'autre côté de la barrière. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce très beau commentaire ma Chinou.
      Tu as raison, la rentrée des classes est imprégnée de l’odeur du temps.
      A cette occasion on mesure chaque année à quel point les bébés deviennent rapidement des enfants puis des ados puis des adultes, à la vitesse d’une catapulte…
      Alors un seul leit-motiv :
      Profiter de chaque instant.
      A tout bientôt
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  21. A peine voit on ses enfants naître,
    Qu'il faut déjà les embrasser...
    (Jean Ferrat, la vieille Dame indigne)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut-il pleurer, faut-il en rire, fait-elle envie ou bien pitié, je n'ai pas le coeur à le dire, on ne voit pas le temps passer...

      Le film a disparu. Impossible de se faire une petite toile nostalgique.

      Saluti Cugino

      Supprimer
    2. https://www.dailymotion.com/video/xlbvnb

      Supprimer
    3. Merci à tous les trois pour cette magnifique collaboration culturelle.
      Faut-il pleurer faut-il en rire ?
      Pour ma part je préfère me dépêcher d’en rire de peur d’être obligée d’en pleurer comme disait le philosophe …
      Je vous embrasse tous les trois
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  22. Sibylle à l'école, j'imagine ce que ça doit te remuer...
    Ti bacio Cara mia e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me remue au fond des tripes.
      Tu me connais bien.
      Tellement bien…
      Tu bacio caro mio

      Supprimer
  23. Ma première école était belle et sous le soleil d'un autre continent. La seconde, dans l'Est de la France, petite ville inconnue, hiver froid, et école "moche", telle que je l'ai décrite à ma maman. Et premier grand chagrin d'une vie d'enfant a reprendre des repères. Mélancolie, fil rouge d'un coeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est bien vu, Lou: la rentrée des classes est un fil rouge qui traverse nos années en laissant des filaments de nostalgie.
      Heureusement il y a aussi de très bon moments dans cet album souvenir. En tout cas pour moi.
      Mais pour toi aussi j’en suis sure.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Oui, la remise des prix de fin d'année, de beau livres dont j'étais si fière d'obtenir, les fêtes de fin d'année scolaire et le plaisir d'être sur la scène d'un petit théâtre, dansant ou chantant ce qui avait été répété.
      Apprendre et découvrir tant de choses !

      Supprimer
    3. Des souvenirs ravissants, en somme.
      Avec cette petite larme là, juste à côté du coeur.

      Supprimer
  24. Les trois plus beaux métiers du monde : institutrice, mère et grand-mère 😀
    Bises Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est bien vu ! Et j’ai la chance d’avoir fait les trois…
      Bises Patrick, cher poète…

      Supprimer
  25. Merci à toi Célestine de mettre les mots justes sur tant d'émotions universelles....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est gentil cher Zicos
      C’est le propre de l’écriture non ?
      En tout cas c’est ainsi que je la comprends …
      Je t’embrasse

      Supprimer
  26. Les jolis souvenirs qui habitent nos mémoires, nous en sommes riches à jamais. Ici et maintenant, d'autres merveilles à vivre qui deviendront pièces d'or, belle est la vie tout de même !!! Je t'embrasse céleste Célestine, à tout bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, signorina !
      La Vita e bella !
      ♥️

      Supprimer
    2. Je m'aperçois que mon commentaire est passé à la trappe ! J'ai toujours la nostalgie les jours de rentrée quand je me souviens des émotions anciennes. J'ai follement aimé l'école et mes instits comme plus tard mes profs (toutes des femmes en ces temps où on ne mélangeait pas les genres !

      Supprimer

    3. Encore un coup de blogspot !
      Oui l’école a laissé des traces dans le coeur de chacun…pas toujours aussi positives que les tiennes helas !
      Bisous Gwen

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.