lundi 25 janvier 2021

Armand et Zoé











 
Zoé lit et Armand pêche
En ce doux et frais matin
Chacun trouve son chemin
Et donne un sens à sa vie
Lui se tient droit comme un i
Elle, tassée par ce qu'elle lit
Lui dans l'eau du ruisseau, elle
dans l'eau trouble des nouvelles
Armand pêche et Zoé lit

Armand pêche et Zoé lit
Armand suit des yeux sa ligne
Guette le menu fretin
Jolies truites et beaux goujons
Zoé lit entre les lignes
Magouilles de malandrins
Et forfaits de gros poissons
Armand pêche et Zoé lit

Zoé lit et Armand pêche
Armand choisit la nature
S'enivre de chlorophylle
Zoé préfère la culture
Se déclare cinéphile
Elle connaît Cannes par coeur
Elle condamne les pulsions
d'un cinéaste pédophile
Lui chasse la drosophile
Qu'il accroche à l'âme soeur
Qu'il accroche à l' hameçon


Armand pêche et Zoé lit
L'un présent à la vraie vie
Goûtant la joie de l'instant
Soleil gonflé d'énergie
L'une sombrant dans le néant
De l'information frelatée
L'oeil lointain, les mains glacées
les doigts noircis d'encre et de sang
Ceux d'Armand sentent le brochet
l'herbe folle et les genêts
Zoé lit et Armand pêche

Qui a raison de A à Z ?
D'Armand ou Zoé, qui a tort ?
Zoé lit et Armand pêche
La vie de Zoé se dessèche
à trop lorgner ce canard
infesté de foutues nouvelles
La vie d'Armand est un trésor
L'avide Armand cultive l'art
de se moquer du tiers, du quart
Et aussi de la moitié
L'important est de pêcher
perche ablette saumon plie
parmi ajoncs et canards
Zoé lèche et Armand plie

Zoé lit trop goulument
Se délecte de la chienlit
où l'humanité s'enferre
Armand silencieusement
Fait la carpe au bord de l'eau
Pas barbon, plutôt barbeau
Peut-il la tirer de là
L'attirer au bord du lit
vif argent de la rivière ?
Armand pêche par modestie
Zoé lit par vanité
Qu'est-ce qui peut les rapprocher ?

L'amour, peut-être ? Qui sait ?


•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Pour le 65° devoir de Lakévio du Goût.



83 commentaires:

  1. Toujours bluffant, tes écrits ! Il y avait longtemps que tu n'avais pas poetisé de là sorte. C'est juste beau.
    (Petit commentaire écrit sur le pouce, avant de partir travailler). Je reviendrai plus tard...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je me rends compte que j'avais délaissé un peu mon côté poèt-poèt ...
      J'aime bien tes commentaires sur le pouce. C'est bon comme un petit canapé d'apéritif !
      Vivement le plat de résistance.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Un petit rayon de soleil, avant l'aube, en te lisant ce matin. J'ai aimé, et je n'ai pas résisté à poster un commentaire en premier. Une fois n'est pas coutume. C'est la deuxième fois que cela m'arrive, depuis que je fréquente cet excellent blog.
      Bien sûr, j'ai pensé à cette chanson « papa pique et maman coud », mais aussi à ce poème de Guillaume Apollinaire : le pont Mirabeau, avec cette ponctuation qui revient inlassablement.

      « Vienne la nuit sonne l’heure
      Les jours s’en vont je demeure »

      Ton poème est "calé" sur le même rythme. Tes mots pourraient aussi se caler parfaitement sur le tempo de cette chanson de Souchon ♫♫♫ .
      Puis le rythme s'accélère, on est happé par le son des mots, par les rimes. Les mots déroulent si bien le fil de l'histoire, que l'on s'attend à voir Zoé pécher et Armand lire. Magie de tes mots si délicieusement agencés. Bravo !
      Sinon, pas de jeu de mots avec Zoé, mais avec Armand... ♫♫♫

      Supprimer
    3. Le plat de résistance est à la hauteur de mes espérances.
      Tu es malin : ta référence à Apollinaire, outre qu'elle me rend rouge comme un gratte-cul (citation pagnolesque) est fort pertinente.
      En effet, ce sont des heptasyllabes qui donnent le rythme.
      Et comme disait le vieux Verlaine dans son art poétique
      « De la musique avant toute chose, et pour cela préfère l'impair...»
      Souchon lui, écrit dans cette chanson des « enneasyllabes »(9 pieds)
      On reste dans l'impair, et toi, tu as l'oreille musicale à donf !
      Quant à Vassiliu, les grands esprits se rencontrent (voir ma réponse à Pivoine)
      Bisous rassasiés ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. c'est sûr, il faut interdire la lecture aux femmes, et les garder au tricot :-)
    bien joué, Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très drôle :-)
      Mais...ouh la la...malheureuse que je suis ! Quel contresens n'ai-je point induit ... ;-)
      Je voulais écrire surtout contre la lecture à longueur de temps des journaux de prétendues informations, qui, quels qu'ils soient, projettent leur ombre négative sur nos vies. Avec leur soif de sensationnel (de buzz dirait-on maintenant) toujours à l'affût de querelles, scandales et autres scoops ...
      S'informer, certes, mais surtout vivre autrement que par procuration en lisant la vie des autres.

      Mais la lecture, la lecture... c'est tout autre chose...
      Mais ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu es sûre qu'elle ne lit pas un bio-contact ou une revue philosophique ?

      Supprimer
    3. Certes. Mais tout mon argumentaire s'écroule si elle lit quelque chose d'instructif.
      Non, pour moi, elle se gave des derniers potins covidiens. Et pis voilà.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Saisissant de beauté. Tes mots coulent comme l'eau d'une source fraîche et lumineuse à la fois.
    Une grande poésie qui me réveille ce mât-teint avec grand bonheur de l'un à l'une, de A à Z ; tous deux posés là, dissemblables mais pourtant unis par une belle harmonie, l'amour de la Vie.... !
    merci ma grande d'Âme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de poésie dans ce monde de brutes...
      Voilà qui permet d'exprimer les choses délicatement.
      Merci grande âmie.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Y a du rythme, ça me rappelle Trenet !
    https://youtu.be/jGO-CzvvCmM

    RépondreSupprimer
  5. Armand vit la vie.
    Zoé lit la vie.
    Peut-être l'amour, va savoir, les fera vivre la même chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être qu'elle lui fera découvrir les joies de la lecture d'un bon livre.
      Et lui, il lui montrera qu'un petit bonheur présent vaut mieux que la somme de tous les malheurs du monde récités dans le journal.
      C'est ça, la magie de l'amour, et tu sais que c'est mon côté licorne et petits poneys ;-) ;-) ;-)
      Merci pour cette image pleine de fraîcheur, ça change un peu des sombres tableaux urbains de Hopper et consorts ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Lui pêcher un peu moins, elle lire un peu moins, ils ne passeraient pas à côté l'un de l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun faire un peu de place aux goûts de l'autre... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Il y a aussi et surtout du La Fontaine dans ton poème. Il me plaît beaucoup. Plus que La Fontaine d'ailleurs. J'ai souri à l'énumération des poissons :-) diable ! C'est gai entraînant... plein d'alacrite ! Bravo...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du La Fontaine, wouaou. C'est trop d'honneur.
      Du Boby Lapointe, peut-être ? Ou du Vassiliu.
      Enfin quoi qu'il en soit, c'est un plaisir de t'avoir divertie, ma Pivoine.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ah, Bobby Lapointe. J'adore ! Qui l'eût cru ;-)

      Pivoine.

      Supprimer
    3. Un régal !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Zoéliéarmanpech, c'est musical, ça sonne bien à l'oreille, c'est harmonieux ! C'est ce que j'ai entendu en te lisant Célestine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me suis dit en l'écrivant.
      Merci pour cette judicieuse remarque, ma biche !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Maintenant, si tu n'aimes pas le poisson, finis au moins ta page.
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et ensuite, je pourrai emballer mes goujons dans ton papier journal.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Quelle merveilleuse réussite !
    Il y a tous les styles et toutes les audaces dans ce… cette… je ne sais même pas comment qualifier ce texte qui tient de tous les styles.
    Et en plus un petit côté « fable incluse à l'intérieur »
    C'est simple, on va dire c'est « Célestinien » c'est-à-dire unique.
    Et puis quelques perles çà et là :

    Qu'il accroche à l'âme soeur
    Qu'il accroche à l' hameçon

    L'avide Armand cultive l'art

    Peut-il la tirer de là
    L'attirer au bord du lit (Rhoooo!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...
      Mon Alain. Voilà un commentaire unique que je qualifierai d'alainxien.
      Bien sûr qu'il y a plusieurs entrées, corridors, passages secrets dans ce texte à tiroirs...
      Ravie de t'avoir ravi.

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Pas imprimé mon commentaire ?
    Je pense à Papa pique et maman coud, cette jolie comptine ! Un beau tableau de Renoir, bien reconnaissable pour cette petite histoire de gout, bien trouvé Célestine !
    Une bonne friture accompagnée d'un petit blanc sec les réconciliera sur l'oreiller, monsieur apprécie les charmes de la nature (et de la pêche), il a bien raison car les tracas du monde on en a raz la casquette et la capeline !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la...une friture d'éperlans avec un petit vin de sable gris de gris...
      Voilà un préliminaire ravissant et goûtu.
      Tu as bien senti le message caché : foin des news, loin du blues, ôte ta blouse et vive la pelouse !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Peut-être aurais-tu poétiser sur le déjeuner sur l'herbe de Manet :-)
      Ti bacio forte Cara

      Supprimer
    3. Ce n'est point moi qui ai choisi l'image, mais le sieur "Goût" ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Oh quel joli conte chantant et frais comme un gardon, on en redemande !
    Dolce vita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi ici, ma chère Dolce Vita. Quel bonheur subtil !
      Tu as enfin réussi à passer le pont-levis de la forteresse « Blogspot »
      Bravo à toi ! et Longue vie à tes commentaires chez moi.
      gros bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Tu es incontestablement douée pour la poésie... Pas moi !
    Je n'en ai écrit qu'une seule dans ma vie, c'était pour les 40 ans de ma cousine; je l'ai posétée... mais la lettre n'est jamais arrivée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma bourlingueuse !
      La poste a donc perdu la seule preuve que tu étais capable de poétiser...
      Quel dommage !
      Et si tu t'y remettais ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Il pêche des poissons. Elle va à la pêche aux nouvelles......Au moins un mot qui les rapproche !! Superbe texte Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et en réfléchissant, deux ou trois autres peut-être...

      Merci Daniel.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je voyais ça un peu autrement.
      Il pêche, elle lit la dépêche, qu'ils se dépêchent de commettre le plus doux péché...
      Baci

      Supprimer
    3. Pas mal mon Blutchy !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Hé hé ! Tu es une connaisseuse !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Whaoo Célestine. C'est délectable de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Suzame.
      Je te retourne le compliment concernant ton commentaire.
      Gros bisous de fée émue
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Oh ton côté poèt poèt sister a tout pour me plaire. C'est beau, ça balance, et c'est un pur délice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel ravissement. je ne pensais pas toucher aussi juste avec ma petite bluette.
      Kisses sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. J'adore ce poème. Il est magnifiquement écrit. Tu devrais plus souvent. C'est drôle et ça en dit long sur la période et les attitudes adoptées face à elle. Moi, je suis hybride : un peu Armand, un peu Zoé.
    Bises Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis plus Armand que Zoé, mais cela, tu l'auras deviné...
      Merci Patrick pour ton appréciation. Venant d'un poète, ça me touche évidemment.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Armand pêche et Zoé rit
    Arm' empoche et Zoé frit
    Belle carpe que l'homme prit
    Bien Mâle à  Qui ?

    Chère Céleste,

    ton joli poème et le tableau de Renoir m'ont mis en joie et comme tout le monde je viens t'en féliciter. Oui c'est une expérience à renouveler.

    Bises joyeuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Bien mâle à qui » alors ça c'est fort !
      Bravo Petrus pour être entré dans la danse des mots.
      Tu ne saurais me charmer davantage.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Bonjour petite sœur. Comme les autres j'aime énormément ton poème ! En ces temps de disette sociale je suis carrément Armand comme toi j'imagine ? Je me nourris donc d'air pur et de nature qui apaisent le coeur et l'âme.
    Bisous et tendresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disette sociale, c'est une jolie expression pour désigner un drame silencieux...
      La solitude tue davantage que n'importe quel virus...
      La solitude, le mal de vivre, le sentiment d'abandon...
      L'air pur et la nature, comme tu le dis, sont là pour apaiser le corps et l'âme.
      Bisous grande soeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Ce qui les rapproche? L'une semble assoiffée de lecture, l'autre affamé à l'idée d'un filet de truite. Ensuite, peut-être, des envies communes pourraient titiller leur esprit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle le prendra à son filet de voix, il lui montrera sa gaule...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Les initiales d'une histoire A comme Armand et Z comme Zoé.
    Qu'est ce qui distingue Armand des autres hommes et Zoé des autres femmes? L'amour, peut être?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien ne les distingue vraiment des autres. Nous sommes tous un peu Armand, un peu Zoé, des êtres contradictoires, assoiffés de choses différentes, pas toujours complémentaires. Faits d'ombre et de soleil comme toi et moi.
      Mais l'amour...ah, l'amour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. De A à Z, j'ai l'impression que flotte ici un message "subliminal". La lettre A comme amour m'attire plus que la lettre Z comme zizanie dans les infos... Céleste Célestine, la poésie te va BIEN, je te remercie et t'embrasse. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun y lira le message qu'il ressent.
      Le mien est clair: je m'insurge contre la sinistrose.
      J'ai besoin de calme, de sérénité, de beauté, de nature, d'espoir.
      Toutes ces choses que les journaux télévisés ou pas, ne me donnent pas.
      Bisous ma Plume.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Je suis comme Armand, je ne lis plus les infos, ça me déprime trop.
    Je ne pêche pas non plus, remarque. Je préfère jardiner.
    Chouette ton poème !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pêcher ou jardiner...En tout cas, le contact avec la nature...
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je suis comme vous, Angela, je n’écoute plus les informations qui sont par trop déprimantes...
      Je jardine à mes heures et je médite en regardant les arbres.
      Encore une fois notre délicieuse hôtesse touche juste. Ce texte est un petit bijou.
      ~L~

      Supprimer
    3. Merci Lorenzaccio.
      C'est adorable de votre part.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Un poème mâtiné de refrains de la Belle Epoque; un vraie réussite ! C'est chantant, intrigant, le tout avec panache; quant à la morale, chacun en tirera leçon - c'en est bien l'objet.
    Cerise sur le gâteau :
    "Qu'il accroche à l'âme soeur
    "Qu'il accroche à l' hameçon...
    J'ai adoré, aussi Briand qu'Apollinnaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou. Briand, Apollinaire, que du beau linge !

      Merci mon Titi. Cette appréciation me va droit au plexus.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Très joli poème. Un très joli couple aussi, qui m'évoque Pierre et Marthe Bonnard.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être Renoir a-t-il voulu les représenter ? Qui sait ?
      Belle journée, Marie !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Et je n'ai pas même pensé à te remercier d'avoir fait "le devoir"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ai-je pensé à te remercier d'avoir choisi ce tableau ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Mais 'est qu'elle réconcilierait le sauvage inculte avec la poésie, celle-ci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, carrément... :-)
      D'ailleurs est-il vraiment un sauvage inculte, celui-là ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Armand pêche et Zoé lit. Tous les deux dans leurs pensées, leur monde peut-être ? Car même en vivant ensemble, un monde peut séparer deux "amoureux". Mais tant qu'ils savent se dire des mots d'amour, rien n'est perdu...
    Joli poème, Célestine. Belle fin de journée à toi, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai on n’est pas obligés d’avoir toujours les mêmes goûts...ils pourront tout aussi bien se raconter leur journée, elle ce qu’elle a lu, lui ce qu’il a pêché...
      Bisous belle dame, merci d’avoir apprécié
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Parfois on se perd à trop vouloir se retrouver.
    Libre est la liberté de l'autre. Trouble amour qui s’égare même dans les gares. Doux parfums qui s’étalent dans les feuillages sans avoir quitté un corsage. Rires accrochés aux silences de l’étang indolent. Sans se voir peut-on encore, déjà, seulement s’aimer ? Ou simplement laisser le désir s’émouvoir plein d’indolence ?
    Attendre, c’est déjà guetter une promesse. Et ces promesses on-t-elles besoin de bavardages ?
    Bises sous les feuillages discrets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle poésie dans tes mots...
      Trouble amour qui s’égare même dans les gares ... j’ai une tendresse pour ces dernières, c’est la qu’à eu lieu ma belle rencontre avec un bel et sombre inconnu...qui est devenu mon amoureux.
      Attendre c’est guetter une promesse ... c’est joliment dit
      Merci mon cher Etienne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  32. Joli, joli ma belle, bisous, bisous, en cette fin janvier pas encore la saison de la pêche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c’est vrai... et pourtant aujourd’hui les oiseaux chantaient on aurait dit le printemps...
      Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Oh ! mais quelle plume , Célestine ! Armand pêche et Zoé lit et Armand cache des chose sombres au creux de qu'il est convenu de nommer l'amour . Un beau tableau de Renoir, c'est cela ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c’est un tableau de Renoir proposé par mon ami le Goût des Autres
      ...

      Supprimer
  34. Ah non, c'est Zoé qui condamne les pulsions d'un cinéaste pédophile que j'ai reconnu, un truc qui fait du ski ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et, oui, tu as raison il s’agit bien de lui...
      Merci de ton passage cher zicos
      Bises célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. C'est délicieux et si joyeux, je dirais même primesautier : voila un adjectif dont on a bien besoin.
    Merci pour ce joli moment hors du temps

    RépondreSupprimer
  36. Il va bien lui falloir quelqu'un pour vider le poisson avent de le faire frire (il aime pô ça !), non ?
    Et elle, son horoscope ne lui prédit-il pas un bel avenir avec un homme (à) (des) poissons ?

    OK je sors !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.