jeudi 16 janvier 2020

Amour velours


Photo Pastelle




L'amour doux. Le vrai. Celui qui, plein de confiance, laisse le champ libre à l'oiseau. Celui qui n'enferme pas, qui éblouit par son innocence, comme s'il était inventé à l'instant, au carrefour de deux routes de soie vers l'éternité. 
L'amour qui prend soin, qui s'inquiète sans s'angoisser, sans déstabiliser, qui éclaircit, qui nettoie, qui comble. L'amour qui réchauffe quand on a le coeur de givre, et qui rafraîchit la peau brûlante.
L'amour qui transcende, qui sublime, qui respecte. L'amour tendresse. Rembourrage de satin contre les piquants de sel.
L'amour fort, évident. Qui grandit.
Celui qui arrive, irrésistible, après un long chemin mutuel.
Celui qui est là, tapi en nous, comme un écho dans la montagne qui trouve un écho en miroir.
Celui qui donne envie. Qui fait comprendre. Qui désire et qui apaise. Qui propose sans imposer.
Celui qui rime avec velours, avec humour, avec Cabourg...
Celui qui veut le bien de l'autre, parce que ce bien fait du bien.
L'amour qui n'est pas urticant, qui ne blesse ni en actes ni en paroles. L'amour lac. L'amour plage. L'amour prairie. L'amour foyer, sans chaînes ni sans cage.

L'amour doux. L'amour très doux.


***



Merci à vous tous pour vos mots de réconfort, d'amitié, d'amour sur mes derniers billets.
Merci à Pastelle dont j'admire tellement le talent, allez visiter son univers...
Pardon à Emilie d'avoir loupé les premières Plumes de l'année.




Merci à Olivia qui reprend, à ma grande joie, son atelier.

Avec les mots imposés : proposer – rembourrage – givre – Cabourg (facultatif vu qu’il s’agit d’un nom propre) – irrésistible – déstabiliser – foyer – tendresse – éternité

81 commentaires:

  1. Pour moi, c'est l'Amour montagne, car il me fait soulever des montagnes. Je te souhaite ma belle, tout le temps et toujours cet Amour fou, doux, tendre, serein, passionné, passionnant, etc. etc. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu réponds toujours à l'appel de l'amour, et ça, c'est merveilleux...
      Je te sais une grande amoureuse aussi.
      Je pense même que tu atteins des sommets ;-)
      Bises célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Et l'amour tout court, en fait...
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien résumé, Mo...
      L'amour fait couler beaucoup d'encre, et c'est normal.
      Il est énorme quand il se pointe...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. "Et que ne durent que les moments doux
    Durent que les moments doux
    Et que ne doux..."
    ;-) ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli ! Tu es mûre pour un atelier d'écriture ;-) ;-) ;-)

      Pour moi j'en suis persuadée désormais, il n'est que doux...
      C'est quand on le perd que c'est dur...
      Bisous coeurs
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. hé hé ! :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. Ben oui, c'est pas pour rien que j'ai mis des guillemets :-D D'ailleurs je ne fais jamais de citation sans guillemets ou italique, m'enfin ;-)

      Supprimer
    4. @Célestine, encore une fois, je ne suis pas plus faite pour les devoirs que pour les ateliers ou autres consignes. Je ne sais faire que librement. Comme en amour, en fait. Je t'embrasse fort et vrai ♥

      Supprimer
    5. Je plaisantais bien sûr, c'était de l'humour au troisième degré car tu m'as déjà dit plusieurs fois que tu n'étais pas "atelier d'écriture".
      Je n'avais pas vu les guillemets (autant pour moi) ni à fortiori reconnu les paroles de Bashung.
      Heureusement que Didier a comblé cette lacune abyssale.

      Une chose pourtant qui m'interpelle : crois-tu que suivre une consigne d'écriture empêche d'écrire librement ? C'est tout le contraire pour moi.
      Pour moi, la contrainte en écriture libère. Et les textes de mes élèves ont toujours été beaucoup plus riches et imaginatifs quand ils avaient une consigne précise, que dans les fameux « textes libres » qui leur donnaient l'angoisse de la page blanche...
      Tout l'art était de trouver la bonne consigne...
      Bisous de même. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. Je comprends très bien et quand je dis librement, je ne parle que pour moi. Je laisse la mystérieuse alchimie du désir d'écrire se faire en moi sans en chercher l'origine ni aller au-devant. Je n'ai pas l'angoisse de la page blanche, j'ai du désir. Sinon, il y a le papier couleur, aussi :-D
      Bisous

      Supprimer
    7. Un bon remède contre la page blanche... :-)

      Supprimer
  4. J'aime et particulièrement "celui qui veut le bien de l'autre, parce ce bien fait du bien"... Merci céleste Célestine pour cette douce douceur si importante. Bises étoilées. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la nuance la plus importante entre l'amour vrai, et la possession qui n'a que les dehors de l'amour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. L'amour, en un mot !
    Si j'ose dire bien sûr...
    C'est tellement beau ton texte qu'on finit par y croire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, je crois que tu fais l'âne pour avoir du son, mais que tu sais très bien ce qu'est l'amour...
      Merci d'y croire mon Boss.
      Y a que ça de vrai.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Magnifique déclaration d'amour à l'Amour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mérite qu'on le salue quand on l'a enfin trouvé...
      Quelque chose d'inédit, de nouveau, de doux à vivre.
      J'aime l'amour !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. "Celui qui, plein de confiance, laisse le champ libre à l'oiseau." C'est beau, Maitresse.... bonsoir :)
    Après la mort (paix à son âme à ta maman, chère Céleste or pheline), place à l'amour. Et au milieux coule la vie qui tourbillonne.
    Bien dit, merci :)
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quelle tendre photo de Pastelle... je vais repasser déposer quelques mots demain :)

      Supprimer
    2. Pour tout avouer, ce champ libre à l'oiseau répond au chant libre de l'oiseau de Brassens dans la « non-demande en mariage »...
      Un symbole magnifique de liberté.
      La vie, la mort, l'amour sont si inextricablement mêlés, qu'ils étaient bien présents autour de ma maman la semaine dernière... Et j'ai eu envie de rendre hommage à mon amour, qui a été si présent lui aussi dans cette épreuve...
      Merci jolie Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. PS Oui la photo est sublime.
      J'attends tes mots alors... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Bonjour Maîtresse ��
      Cette belle photo de Pastelle me rappelle une scène tendre à la plage l'été passé en Corse.
      Un joli couple d'Allemands dont l'homme la cinquantaine passé allongé sur une serviettes à ras du sable, promène tendrement sa main droite sur le splendide dos nu de sa beaucoup plus jeune que lui compagne en train de se badigeonner de crème solaire une paire de sains lourds dont le galbé ferait pâlir même le dôme de St-Pierre... la basilique hein ��
      Scène d'une rare beauté sensuelle... tiens, on dirait celle imaginée par Candide ��

      Supprimer
    5. J'aime bien que tu sois revenue raconter cette jolie scène érotique et tendre.
      Pastelleme disait en substance à propos de sa photo qu'elle trouvait fascinant qu'accompagnée de mes mots, elle passe crème, comme disent les djeuns...Sans que personne ne soit choqué par son érotisme torride.
      Mais moi, je crois que l'amour fait que beaucoup de choses passent crème... (expression qui décidément va bien avec ton anecdote) mouarf !
      Bisous jolie Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. PS le texte de Candide est magnifique.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Je suis très fière et heureuse que tu aies choisi cette photo pour illustrer ton très beau texte. Cette douce déclaration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je suis heureuse que tu m'aies autorisé à la publier en illustration de mon billet.
      Je t'embrasse fort, ma belle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
    2. Elle est tellement belle votre photo madame Pastelle !

      :)

      Supprimer
  9. Bref, l'amour... ;-)
    Si simple et si complexe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui en fait sa beauté.
      Mais est-ce l'amour qui est complexe, ou bien nous, les êtres humains qui ne savons pas comment nous comporter avec lui ? ;-)
      L'amour est simple comme l'eau d'un ruisseau, quand on le vit sans complexes...
      Bref...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Oh mais on ne se comporte pas, avec l'amour.
      C'est juste un kidnappeur, il te prend et t'emporte et tu es obligé de suivre !
      Comme écrivait je ne sais plus qui "on couche parce qu'on a envie, on aime parce qu'on n'a pas le choix."

      Supprimer
    3. Tu es drôlement romantique en fait...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Un billet plus que beau: juste et poétique.
    J'en reste sans voix.
    Quand à la photo: elle est magique!
    J'adore;
    Merci à toi pour un aussi délicieux cadeau.
    Bises tremblantes et émues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison, c'est un cadeau.
      Celui que je voulais faire à mes lecteurs, si présents, si pleins de sollicitude et de compassion.
      Un cadeau d'amour en somme.
      Je savais que ton âme de poète apprécierait.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Je me trompe, ou bien, tu es amoureuse ? ;)
    L'amour, suivant l'âge à lequel on le vit, est toujours différent. Son goût de velours est inimitable. Celui-ci semble te réussir et cela se lit.

    Point de givre, sur tes mots. Ils ne sont pas froids, ce sont des mots qui réchauffent le cœur, comme ce feu apprivoisé au cœur du foyer de nos vies.
    Des mots d'amour, irrésistibles, auxquels, justement, on ne résiste pas.
    Tes mots d'amour résonnent comme des mots au parfum d'éternité ; amour toujours, amour velours, amour tout court, fussent-ils à Cabourg, Pourquoi pas ?
    Tes mots sont simples et parlent pour toi, tu n'utilises aucun rembourrage de crâne excessif qui risquerait de déstabiliser le commun de tes lecteurs. Bravo Célestine !
    Tu laisses éclater ton cœur de tendresse dans ce texte avec des mots, non pas imposés, mais proposés.

    Bon, tu as vu ? j'ai tout casé...

    Bises de la nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ce n'est un secret pour personne. J'ai toujours été une grande amoureuse...mais là, c'est plus beau, plus doux et plus fort que jamais.
      Je vois que tu aurais pu participer sur ton blog à l'atelier d'Olivia...Tu as placé les mots de façon magistrale, même Cabourg, qui n'était pas évident...
      Bisous d'une fin d'après-midi grise, pluvieuse mais si belle d'être vivante ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est fou, quand j'ai découvert ton texte, et la consigne de l'atelier d'écriture, j'ai quasiment visualisé mon commentaire. Il m'a juste fallu "recopier", en même pas quinze minutes.
      Bises d'un début de soirée, grise aussi.

      Supprimer
    3. C'est ça le talent, cher Didier...
      Un jour tu admettras sans doute que tu en es bourré ! :-DDD
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Je suis émue de te lire... J'avais d'abord lu ce texte, puis le précédent, puis, je suis revenue ici. J'ai toujours envie de dire que je ne crois plus à l'amour. Pourtant, il y a quelqu'un que j'aime vraiment, (et qui je crois m'aime aussi, bien que cela ne se traduise pas en mots, mais en actes), mais ce n'est pas une relation facile... Je le savais et je l'ai accepté, parce que cela en valait vraiment la peine, mais j'aurais quand même bien aimé quelque chose de plus simple... J'admire la fraîcheur et la spontanéité de tes écrits... Je suis incapable d'écrire ainsi, je ne sais pas depuis quand...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable, Pivoine. Je crois que chacun, et chacune d'entre nous mérite de rencontrer l'amour vrai, celui qui ne fait pas mal, celui qui est simple : tout le contraire d'une relation compliquée...
      Souvent nous croyons aimer, et surtout être aimé(e)s mais en réalité nous nous contentons d'une relation moyenne, parce que nous nous croyons incapable d'inspirer autre chose. Ou indigne. Le manque de confiance en soi fait des ravages terribles...
      C'est vrai, mon écriture est spontanée et sans doute assez pleine d'une sorte de fraîcheur un peu naïve...mais je suis ainsi, et j'ai arrêté de me laisser définir ou de me justifier en regardant la pointe de mes chaussures. Je suis fière d'être celle que je suis devenue, et c'est sans doute un cercle vertueux qui m'a amenée à cette rencontre. Et je suis certaine que chacun et chacune en est capable. Toi aussi.
      C'est mon optimisme, et il me fait du bien.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. L'amour est à la fois richesse, profusion générosité ; en même temps que dépouillement, simplicité, dépossession et don.
    Mais surtout il nous déborde de partout, de plus en plus, à mesure qu'on ne le retient pas, qu'on l'offre et qu'il récompense en abondance, surtout quand on n'a quémandé.

    Cela dit, ton texte est très beau, émanation de ta poétique, touchante et lyrique, aérienne et pénétrante à la fois.
    Et comme a dit Xoulec, c'est sûr que tu l'es, amoureuse.
    Baiser de tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j'aime ta première phrase !
      C'est exactement cela que je voulais écrire. Cette abondance, cette profusion de bienfaits qui dévalent en cascade, en avalanche sur nos vies baignées dans ce sentiment universel...
      Et en même temps, la dépossession, le don de soi.
      Bon j'arrête de te paraphraser.
      Bisous d'agapê. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Joli billet, belle photographie, le couple n'est pas le plus moche non plus.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand tu manies la litote, ô grand Bleck.
      Et je suis farpaitement d'accord avec toi...
      ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. L'amour, c'est du morse. Parfois il te mord avec ses longues dents; et d'autres fois, il subsiste en pointillés, plus ou moins courts. Trait long ou très court, il fait parler, crier, trembler, pleurer. Et quand il se laisse traîner en indifférence, il est temps pour lui de sauter sur les rails d'à côté. Ton texte est brûlant de douceur, un vrai baume du Tigre ! Et la photo de Pastelle est parfaite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais participer à cet exercice, ce sera pour lundi, du coup... Merci pour cette découverte que j'aurais pu faire avant, si j'avais enlevé mes oeillères-de-fin-de-textes...

      Supprimer
    2. J'aime bien ta définition, Céline.
      Mais l'amour qui mord, je l'ai bien connu, l'amour qui fait mal, l'amour vache, la possession, et la souffrance qu'elle engendre de part et d'autre...Et je crois que ce sont de nombreux masques auxquels on donne le nom d'amour. Mais en est-ce vraiment ?
      J'aime aussi ton oxymore « brûlant de douceur » et ta métaphore du baume du Tigre.
      Bref, j'adore ton com.
      Bisous la belle
      J'ai hâte de lire ta participation...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Ça doit être beau l'amour comme cela, tout doux, tout velours. Merci de me donner à penser que c'est possible petite sœur 😉
    Je t'embrasse et te fais des Bisous tous doux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y croyais pas moi-même il y a seulement deux ans...Et puis tu vois...Comme une sorte de petit miracle (au sens merveille) une rencontre, et soudain, tout s'éclaircit d'une lueur flamboyante et intense qui consume sans brûler.
      Comme le buisson ardent.
      Bisous grande soeur. Continue d'y croire, ça arrive.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Le sens d'aimer évolue avec la maturité, et alors effectivement l'amour peut être du velours et du miel si on a mûri. Certains deviennent encore plus possessifs et cons avec l'âge, hélas... Bel amore, vivi lo in pieno!

    Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'avec l'expérience, on finit pas savoir ce que l'on ne veut plus...
      Les vieux cons possessifs ont-ils vraiment réfléchi à leur chemin de vie et à tirer enseignement de leurs erreurs passées ? Je ne le pense pas...
      Je compte bien le vivre pleinement, cet amour-là.
      Baci sorella, bella ragazza
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. L’amour, le véritable, demande une autonomie affective qui nécessite une maturité pulsionnelle suffisante ; c’est ainsi que tout relationnel ne se jouera plus en terme de transferts qui d’affectifs deviendraient vite affectés. S’abandonner permet d’accueillir toute expérience qui jaillit de l’intime réconcilié qui ne désire plus, dès lors, l’approbation d’autrui. Ainsi s’abandonner s’accorde-t-il avec s’accepter. Il convient, en la place, de la seule alliance raisonnable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou ! tu dis là de belles choses, miss.
      Je retiens que l'amour s'accorde bien avec la sérénité, la liberté, l'acceptation et l'estime de soi, et toutes ces choses qui deviennent précieuses avec l'âge, quand on travaille à devenir meilleur.
      C'est peut-être de cela que la vie a voulu me gratifier, en me faisant faire cette belle rencontre.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Je ne savais pas que Célestine posait nue pour son amie photographe :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô ! mais je t'avais dit de garder le secret :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Nuits de satin. Jours de velours. C'est bien, le bien. Et tu en parles si bien, du bien. Kisses Miss Velvet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien à rajouter à l'enchantement des mots...
      On sait.
      On ne dit rien mais on sait, non, d'âme à âme ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Ce que m'a apprit la vie: aimer c'est accepter l'autre tel qu'il est avec ses défauts et ses qualités. Derrière l'amour il y a le respect de l'autre, il y a cette façon bienveillante de le regarder vivre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles une chanson de Johnny...Derrière l'amour.
      Derrière l'amour il y a
      Toute une chaîne de pourquoi
      Questions que l'on se pose
      Il y a des tas de choses

      Et surtout, il y a tout ce que tu dis... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Comment ne pas enfoncer des portes ouvertes avec un tel sujet, hein ?
    Tu es arrivée au bout de ta quête obsédante car tu as fini par la trouver, cette inaccessible étoile...
    Ti bacio Sorellita e ti voglio bene

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru la trouver tant de fois...
      Et pourtant quelque chose me dit que c'est la bonne. Un truc qui vibre tout au fond de moi.
      Mais peut-on jamais être sûr ? Ce qui est beau dans l'amour c'est sa fragilité qui n'a d'égale que sa force.
      Ti bacio mio caro fratello
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. L'amour, toujours l'amour... Je fais court, je ne sais pas délayer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit en quelques mots, c'est certain...
      Mais parfois, c'est le thème il convient de broder un peu...et délabyrinther ses sentiments... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. heureusement qu'il existe toutes sortes d'amour :-)
    bises, Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu nous donnes quatre heures ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Par nature l'amour est doux , très doux....
    Parce qu'il est tous ces mots que tu viens d'aligner dans ce texte tres apprécié.

    Cet amour là est certainement celui auquel tout être vivant aspire.
    Alors, pourquoi est-il aperçu comme un miracle, comme une exception ?

    Parce que nous sommes des êtres très compliqués. Parce que nous imaginons qu'il faudrait traverser l'univers de part en part pour peut être un jour enfin l'atteindre..... alors qu'il est sans doute de l'autre côté de notre rue.

    Nous sommes aveuglés par cette idée que l'amour n'est pas premier. Par l'obsession de ne voir d'abord en l'autre qu'un ennemi ou à tout le moins un obstacle potentiel.

    Aujourd'hui une évidence me frappe et m'appelle à dire haut et fort l'urgence d'un changement radical de notre mode de penser et panser l'amour.

    Notre espèce va devoir desormais faire face à des bouleversements gigantesques de nos modes de vie.
    Nous n'echapperons pas à de grandes souffrances si nous gardons l'image d'un amour à conquérir par la force , alors qu'en réalité l'amour est un don réciproque qu'il suffit d'accepter comme tel.

    Nul ne devrait concevoir l'amour comme 'un bien' à acquérir au détriment de l'autre.
    L'amour n'existe que là où deux etres au moins acceptent le bonheur de se donner et se recevoir mutuellement sans à priori.


    Voilà en quoi ton texte m'inspire

    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu mêles habilement les réflexions sur l'amour et celles sur la Terre et son devenir...
      Les deux sont liés, tu as raison. Seul l'amour universel permettra à l'humanité d'avoir une chance de s'en sortir.
      Bon pour l'autre côté de la rue, on est déjà sensé y trouver un travail, d'après le président...Alors si en plus on y trouve l'amour, que demande le peuple ;-) lol
      Plus sérieusement je te remercie pour ce texte inspiré. Je comprendrais que tu aies envie d'en faire un billet... ;-)
      Bisous étoilés
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Ton très beau texte décrit pour moi cet amour parfait que j'ai toujours voulu
    et que j'ai découvert au fond de moi-même.
    À ce moment-là, il peut y avoir un amoureux (ou pas) dans ma vie qui chemine avec moi
    et que j'aime du plus profond de mon cœur et qui me le rend bien.
    Mais l'amour parfait, tout de suite, que je veux
    ne peut provenir d'un être imparfait
    pas plus que dans mon imperfection je puisse aimer parfaitement. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être mets-tu la barre trop haut ? je ne parle pas d'amour parfait. La perfection est un leurre.
      Je parle de l'amour vrai, celui qui accepte les imperfections de chacun.
      Le sentiment qui jaillit alors est pur.
      Je t'embrasse ma Kéa
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je comprends ce que tu dis Célestine. Tu as raison, la perfection n'est pas de ce monde, c'est bien connu ! ce qui ne veut pas dire qu'elle n'existe pas. Bien sûr qu'elle existe et nous en avons une soif incommensurable. kéa

      Supprimer
    3. Elle existe dans la nature, c'est vrai. Nous en avons de multiples exemples.
      Perfection des lignes, des formes, des systèmes écologiques...
      Nous avons tendance à tout gâcher par notre imperfection humaine...
      Mais ce n'est que mon avis. C'est vrai, je te concède que l'amour nous rapproche de la perfection naturelle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Il s'en fût allé, le temps de l'amour fou ...au passé antérieur


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a dû laisser dans le fond de ton coeur une trace superbe, comme une brume sur un lac... ❤️
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ce qu'elle écrit bien notre Célestine, quand même...

      :)

      Supprimer
  28. Il est beau l'amour que tu décris ma belle… trop beau? Je ne sais… j'aime et je suis aimée mais c'est un amour doux plus que fou, il est beau malgré tout et me rend heureuse dans sa certitude et la sérénité qu'il me procure. L'amour fou, celui de la jeunesse m'a souvent rendu malheureuse. Bisous ma belle sois heureuse amoureuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As-tu bien lu, ma Brizou ? Je ne parle que de douceur, de respect...Je ne parle pas d'amour fou. Celui que l'on confond avec la passion dévastatrice.
      Je parle de sérénité et de tendresse. Moi la passionnée, la fougueuse, j'expérimente l'amour doux, et je ne souffre plus...
      Bisous ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Bonjour,
    Quelle belle définition de l'amour ou des amours, puisqu'elles sont plurielles... J'ai dû le relire pour retrouver les mots, tant j'ai été happée par la beauté du texte !
    Belle et douce journée,
    Sandra (de littérature mon amour)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'être passée chez moi, Sandra.
      Je te rajoute à mon totem.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆


      Supprimer
  30. Réponses
    1. Le sujet est inspirant, il faut dire... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.