samedi 1 juin 2019

Bulles d'espoir

A Alain. 
A Pierre-Benoît.








Photo ffnssm








Toi... Toi à qui la vie a donné un si merveilleux sourire et un coeur gros comme ça. Mais qui a oublié de te donner des jambes, ou un bras, ou l'un de ces précieux sens qui la rendent sonore ou lumineuse. 
Ou alors elle te les a arrachés dans un de ces accidents que l'on dit stupides, comme s'il y en avait d'intelligents. Elle t'a déformé le corps, les mains, elle a torturé tes muscles et tes nerfs. Elle t'a ôté une part de toi-même. Elle t'inflige jour après jour un âpre combat contre la pesanteur, les rythmes sociaux, et la difficulté des simples gestes quotidiens auxquels nous ne pensons pas, nous pour qui tout va bien. Mais ton plus dur combat, tu dois le mener contre la bêtise, les préjugés et la méchanceté de certains regards ou paroles. Ou simplement l'inconscience des concepteurs d'escaliers, de rues, de bâtiments...




Photo ffnssm





Bref, tu as dix ans, seize ans, vingt ans, et tu es né, ou devenu « handi ». Et nous, les valides, nous ne pourrons jamais savoir vraiment ce que cela signifie. Tu le sais, et ta sagesse nous impressionne, parce que tu ne nous en veux même pas. Pourtant tu n'es pas résigné.  Tu as décidé de te jeter dans l'action. Tu luttes, et tu veux vivre comme un jeune de ton âge. Tu veux monter sur un podium, et brandir les lauriers de ta persévérance, de ta ténacité.




Photo Céleste

Ce week-end, tu as pu montrer tes immenses qualités dans un grand rassemblement sportif qui s'appelle « Les Jeux de l'Avenir handisport ». Un courage, une joie de vivre, une détermination qui m'ont réjouie et épantelée. 
Je m'étais inscrite comme bénévole à l'atelier « Plongée-découverte ». J'y ai rencontré des gens formidables. J'ai plongé dans l'espoir d'un monde solidaire, battant, allant de l'avant. 
Mais surtout je t'ai vu toi, petit oiseau,  apprivoiser le matériel, le détendeur, le masque, le bloc, la stab, je t'ai vu dépasser ta peur, je t'ai vu apprécier de te sentir flotter dans le silence apaisant du bassin, oubliant quelques instants ce corps qui te fait si mal, oubliant,  pour certains, leur fauteuil garé sur la margelle. Je vous ai tous vus sourire aux anges après votre baptême, et même en redemander. 



Photo Céleste



Vous m'avez donné une sacrée leçon de vie, Léa, Gaspard, Dimitri, Tilotama, Virgile, Joris,  Nawfel, Laurine, Alexandre, Bryan, Fantin, Milan, Shawn, Tony, Lilou, Théo, Kilian et Bilal.
Et surtout toi, Mehdi, joyeux, positif, brillant, toi et ta formidable énergie, toi dont les mains accrochées à tes épaules battaient comme deux petites ailes d'ange. 





Pour en savoir plus :

76 commentaires:

  1. Bénévole, quel joli métier !
    Toujours la même facilité à nous faire partager tes sentiments. Quant aux sentiments eux-mêmes, quelle douce humanité !
    Plus belle encore dedans que dehors (si c'est possible...)
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le difficile, malgré les apparences de facilité, c'est de ne pas sombrer dans la sensiblerie voire la mièvrerie.
      Mais quand on laisse simplement parler son coeur, oui cela vient tout seul.
      merci Boss
      Je t'embrasse moi aussi
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci, mais je crois que ceux qui méritent vraiment des applaudissements ce sont tous ces gosses...
      Ils nous font prendre conscience (si ce n'est déjà fait) de la grande chance que nous avons d'être valides.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Tu es quelqu’un d'extraordinaire, Célestine. mais tu vas répondre que tu n''es pas extraordinaire et que tout le monde devrait être comme ça et tu as sans doute raison.
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne suis pas extraordinaire, et tout le monde devrait être comme cela. ;-)
      Le monde serait plus juste et plus solidaire...
      Bises ma jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Toujours la même Célestine qui sais penser à tout le monde, même aux plus défavorisés dans leur corps, leur esprit, ceux que la vie oublie parce qu'ils sont différents... qui approchent de près ou de loin la blessure, pourtant si déterminés . Merci de posséder cette beauté du coeur, et de te mêler à l'humanité toute entière, à la souffrance même la plus invisible !
    je t'embrasse.
    Den


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous connaissons tous un être qui est différent, qui ne correspond pas à la norme...
      Moi même, je me suis souvent considérée comme une espèce de zèbre extra-terrestre.
      Pourtant, le fil conducteur de l'amour universel peut rassembler, et sans nier les différences, au moins les faire accepter, j'en suis convaincue profondément.
      Gros bisous ma Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Bien vu.
    On ne regarde pas souvent comme ça ceux à qui il manque des morceaux ou des aptitudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de regarder avec les yeux du coeur...
      Et même ceux qui n'ont qu'un oeil y parviennent fort bien ;-)
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Et me voilà bradassé deux fois!

      Supprimer
    3. Oh mon petit Bof ! Pourquoi deux fois ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Et même ceux qui n'ont qu'un oeil y parviennent fort bien ;-)

      Supprimer
    5. Tu n'as qu'un oeil toi ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. Comme tous les pirates, ma petite Celle qui es si mignonne, comme tous les pirates.
      Mais je suis étonné que toi qui en as au moins deux, tu ne l'aies pas remarqué.
      A Diù sias.

      Supprimer
    7. Non je n'avais pas remarqué.
      Tu as donc un point commun avec mon ami Le Goût.
      Bisous mon petit Bof si mignon.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Honneur à ceux qui se battent et espèrent contre vents et marées, contre les regards déplacés parfois contre les mots imbéciles, ils sont si courageux et nous donnent des leçons, alors avec ceux qui souffrent, tout proches de nous, aussi, sourions même si le chagrin nous paralyse parfois, et accompagnons les, autant que nous le pouvons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une magnifique profession de foi, Marine.
      Les politocards feraient bien d'en prendre de la graine... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Les yeux du coeur sont les seuls qui savent "voir" ♥
    gros bisous Célestine

    RépondreSupprimer
  8. De la plongée aux diverses disciplines des jeux paralympiques, ces êtres nous montrent qu'ils sont peut etre 'amputés' de tel ou tel membre mais certainement pas du 'Coeur '.

    Par leur courage, leur dynamisme, leur joie de vivre ils sont porteurs de témoignages de vie qui peuvent servir d'exemple....

    Récemment je fus témoin d'une scène particulière dans le tram grenoblois.
    J'etais encore cette semaine là avec une inquiétude sur les suites de mon opération de l'oeil droit....

    Comme plusieurs personnes a cet arrêt j'avais l'intention de prendre place et je me glissais rapidement dans une rame. Je me suis dépêché de dégager de l'entrée pour laisser place a un 3eme fauteuil roulant . En effet, a l'opposé de cette porte, deux jeunes handicapés avaient déjà calé leurs fauteuils roulant contre l'autre porte. Le tram repartit alors. Dans ma position debout provisoire j'ai pu croiser le regard d'un des jeunes. Apparemment il ne disposait pas de membres inférieurs. Je fus ému de lire dans son sourire tant de joie de vivre, moi qui en cette heure craignais encore d'avoir un oeil droit diminué.....

    Je partage donc complètement cette admiration dont ton billet témoigne pour ces êtres qui ont largement dépassé leur lourd handicap de départ

    Bises solidaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ton oeil va mieux depuis tout ce temps.
      Tu racontes cette anecdote avec beaucoup d'émotions, c'est sensible dans tes mots.
      Il y a heureusement de belles personnes et de jolies choses en ce monde, cela fait plaisir.
      Je t'embrasse cher Petrus
      A très bientôt
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. C'est beau comme tout;
    Nous ne saurons jamais ce que c'est non. Mais ces images et mots montrent qu'on peut y puise des ressources, et être heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu y sois sensible.
      C'est notre part d'humanité qui sauvera justement, peut-être, cet ensemble hétéroclite qui s'appelle l'humanité
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Oui tu as raison il doit être délicat d'être dosé dans sa compassion, pas trop empressé et pas trop "tu peux le faire", pas trop oh le/la pauvre mais pas trop non plus négligent. Ne pas avoir honte d'être entier, et avoir du bonheur à faire se sentir entier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est encore et toujours qu'une question d'équilibre...
      Un fin dosage, comme toujours lorsqu'il s'agit de relations humaines...
      baci sorellita
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Je pense souvent au handicap, à ceux qui ont une perte d'autonomie. Difficile d'être à leur place et je mesure la chance que j'ai. Je suis admiratif de ceux qui arrivent à dépasser leur handicap pour réaliser des exploits ou tout simplement pour tenter de vivre normalement.
    Je pense à cette jeune danseuse au Crazy horse qui a fait de son handicap( unijambiste) un atout !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée voir cette danseuse dont tu parles. Elle est extraordinaire. Elle a transformé un handicap en particularité, en atout de séduction, c'est magique !
      Ils forcent notre admiration, tous ces gens, mais peut-être que nous ferions la même chose, non ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Parfois, ce sont les plus valides qui sont le plus handi...
    Par leurs préjugés, leur regard curieux et tout ce qui va avec.
    C'est une belle leçon d'espoir que tu nous livres dans ce texte. Oui, il y a des gens qui savent se battre... avec leur coeur, leur esprit et leur soif de vivre. Merci et bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a tout à gagner à cotoyer des gens qui ont eu moins de chances que nous.
      Car cela nous donne non seulement de l'espoir, mais aussi, et surtout de la relativisation par rapport à nos petits soucis ben ordinaires...
      Et ça, c'est la base du bonheur
      Bises très celestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Je ne peux écrire un mot de plus, ce serait fade et terne à côté de ce vécu que du décris si sincèrement, émotionnellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Chinou, tu as le don de savoir me faire rougir...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Bravo à toi, à tous ceux qui se bougent le cul.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que certains aimeraient bien se le bouger, mais leurs muscles fessiers ne répondent plus... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Un superbe article, tout en finesse, qui m'a mis la larme à l'oeil et a gonflé mon petit coeur d'amour. J'aimerais que tous puissent voir le monde avec tes yeux, et l'aimer avec ton infinie bonté..
    Douce journée Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil, ma petite Landrynne.
      Je n'ai pas voulu faire pleurer, mais il est vrai que l'émotion se manifeste souvent comme cela, j'en sais quelque chose...
      Bisous ma belle, me voilà de retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Merci Célestine pour ton texte qui me va droit au coeur. J'admire le courage et la force de vivre de ces enfants ou adultes handicapés. Aimons-les.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que sous ta plume, ces mots sont sincères. Parce que je te connais un peu, même si je ne t'ai jamais vue...
      Bisous belle rêveuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Avec des exemples comme ça, comment pourrait-on se plaindre de nos petites misères...
    Tu en a profité pour soigner ton aquaphobie ? :-)
    Ti bacio forte Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, sais-tu que j'ai failli me laisser tenter par un baptême ?
      Mais heureusement que je ne l'ai pas fait, car j'avais une otite séreuse et ça aurait pu être grave pour mon tympan...
      Ce n'est que partie remise...
      Je progresse dans ce sens comme tu n'as pas idée...
      Ti bacio anche, caro mio
      Sono tornata alla casa
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Merci ma belle de nous rappeler que nos petites misères ne sont…. que des petites misères! Merci de nous rappeler que le sourire et la joie sont les plus beaux cadeaux. Merci de nous avoir parler de Léa, Gaspard, Dimitri, Tilotama, Virgile, Joris, Nawfel, Laurine, Alexandre, Bryan, Fantin, Milan, Shawn, Tony, Lilou, Théo, Kilian et Bilal et surtout Medhi. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Mehdi méritait la médaille...
      tant de courage, de joie de vivre, ça m'a estomaquée...
      Je me suis dit que la vie était décidément pleine de (belles) surprises
      Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Que dire de plus ? Ton expérience des enfants aux services des enfants handicapés. La force de ton texte me coupe les mots en herbe sous le pied !
    En as-tu profité pour t’essayer à la plongée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voir ma réponse à Blutchy. J'ai failli.
      La prochaine fois, sans doute serai-je dans de meilleurs dispositions...
      Je t'embrasse, cher Didier
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. "La générosité des natives du bélier n'a d'égale que... la fuite en arrière des natifs du cancer !"

    Joe Krapov, astrologue de comptoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pars en crabe devant la difficulté, si je comprends bien...
      Rhôô mon oncle ! C'est pô bien...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Il y a manifestement une erreur zoologique: le tourteau ne recule pas, il marche de côté.
      A ce propos un tourteau était amoureux d'une langouste.
      Celle-ci lui dit qu'elle est d'accord pour le mariage à condition qu'il marche droit.
      Le lendemain le tourteau arrive vers sa langouste adorée en marchant droit. Ils passent à la mairie et dès le lendemain, le tourteau remarche de côté.
      Véhémente protestation de la langouste, alors le tourteau lui dit qu'il n'allait pas se bourrer tous les jours pour lui plaire...
      Saluti e baci

      Supprimer
    3. Oui, c'était juste pour faire un jeu de mots avec le cancer...
      Peut-être un peu moyen, je te le concède...
      Sympa la blagounette, j'adore.
      Miss you
      Molto baci e tvb
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  21. Lorsque je vois ma belle fille marcher, ça remet bien les pendules à l'heure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, il me manque deux trois éléments pour comprendre...
      Mais je pense que tu as raison, même sans savoir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Ce qui me semble difficile c'est si qq'un a une douleur constante,... difficile d'apprécier à ce moment là ! sinon quelle chance d'etre en vie ! c'est pour cela qu'il y a des personnes handicapées qui sont très heureuses et d'autres sans handicap très malheureuses, comme quoi la chance d'etre EN VIE est sans condition. Les très jeunes enfants savent cela et sont heureux peu importe. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très intéressant, ce que tu dis kéa.
      Oui, je crois que la conscience d'être en vie, et de la chance que c'est, ne dépend absolument pas des conditions de ladite vie.
      Ça fait vraiment réfléchir, et ça m'éclaire sur bien des comportements autour de moi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Une belle expérience et sans doute de beaux souvenirs...des deux côtés ! (participants et accompagnants)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De magnifiques souvenirs, que je viens de concrétiser (enfin) cet après midi, en finissant de remplir et en envoyant nominativement tous les diplômes à ces bambins si géniaux !
      Un travail qui m'a réjouie, rien qu'en pensant à leurs sourires en ouvrant les enveloppes...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Respect, gratitude, persévérance, espoir, humanité. Tout est à faire pourvu que l'on ait l'envie et que l'on nous ouvre le chemin.
    Depuis toute petite il y a eu des personnes handicapées physique à autour de moi. Des personnes vives malgré les difficultés.

    Beau témoignage écrit avec les yeux de ton coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a sans doute dans l'entourage de chacun une personne qui se bat contre une difficulté ou un handicap...
      Mais même si ce n'était pas le cas, nous devrions garder à l'esprit que cela peut arriver à chaque instant.
      J'ai parlé cet après midi avec une amie dont la petite fille de quatre ans a été brûlée au troisième degré par une bouillotte mal fermée...Une vie qui bascule en cinq minutes, des mois d'enfer, et des séquelles irréversibles...
      Bisous douce Suzâme
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. l'ange… angel, c'est toi aussi…

    si

    du tout beau, dit
    et l'avé dit : même pas cap'
    cé trompé, trop coulé
    et toi, toi, tu causes pour les causes
    et ça rend chose
    tout

    des bizzzzz

    en attendant le silence, tu

    loin

    longtemps

    perdu

    à jamais, et si, trop inaccessible…


    j'ai aimé te parler


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime que tu sois revenu me parler, cher cavalier. Aurais-tu repris le chemin de ton magnifique blog ?
      Ou des Impromptus ? Je n'ose y croire...
      Bisous à très bientôt
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Oui du blog
      Pour l'instant
      Des bises et à bientôt là-bas
      Papillon bleu


      Cavalier Zzzzzzzzzzzz

      Supprimer
  26. Tu es formidable Célestine avec ton grand cœur et ton intelligence si bienveillante. Quel beau sujet dont tu parles sans pathos mais avec respect, délicatesse et émotion comme toujours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans pathos, c'est exactement cela, le défi : ces personnes ont le désir absolu de vivre le plus possible sans tristesse, sans apitoiement, dans la joie et l'humour.
      Quand je disais à Mehdi : tu nages drôlement bien, il m'a répondu : les dauphins n'ont pas de bras non plus...
      Bisous ma miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Un sujet plutôt hardi si humainement traité... bravo Céleste !
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le courage n'est pas ce qui me manque...
      Et aucun sujet n'est tabou quand on le traite avec le coeur
      Bisous jolie Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Ah comme je comprends ton émotion et les larmes que tu as dû bien souvent ravaler devant les exploits de ces enfants qui ne seront jamais « comme les autres ». Mais ça veut dire quoi, comme les autres ? Leurs rires, leurs sourires et leur joie de vivre serviraient de leçon à ceux qui, pas handicapés physiquement ou mentalement, se plaignent et boudent à tout bout de champ. J’ai travaillé avec des déficients mentaux. Dans le feu de l’action, il m’arrivait d’oublier leur handicap et je les apostrophais en leur disant : non mais, ça va pas la tête ? Et on riait tous ensemble, la plus bête, c’était moi, bien sûr ! J’ai la chance de pouvoir jouer encore au tennis. Le mardi, le prof de Clément dispense des cours à des jeunes et moins jeunes qui ne se déplacent qu’en fauteuil. Le jeudi à des adultes handicapés mentaux. Je les regarde avec admiration se concentrer sur cette balle jaune qui leur fait très souvent faux bond. Et du coup…je m’applique moi-aussi et j’arrête de râler quand je n’arrive pas à faire ce que je veux !.. Comme quoi, il y a toujours un enseignement à retenir quand on regarde autour de soi.
    Bisous
    PS : la pitchoune va bien ? Elle en est où des areuh-areuh ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien voilà. C'est tout toi, ça, mariejo. Entière, généreuse et n'ayant pas ta langue dans ta poche.
      Et tu as raison. C'est comme cela que nous devrions nous interroger quotidiennement sur les expressions toutes faites comme l'expression « comme les autres »
      C'est comme cela que nous devrions relativiser nos petits bobos en nous disant que rien n'est vraiment grave à côté de ce que certains endurent chaque jour dans leur corps ou leur tête.
      bref, il devrait y avoir beaucoup plus de mariejo de par le monde...
      PS elle va très bien, elle se met debout, et bientôt elle a un an...
      C'est fou non ?
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. ah, je suis revenue voir si tu avais donné des nouvelles de la petiote ! Bientôt un an ! Je rêve ! Déjà ? N'oublie pas de fixer pour plus tard, les moments formidables que vous passez ensemble. Un petit album photos pour qu'elle puisse, plus tard, le regarder avec les copines. Bisous
      PS : non, pas trop de Marie-Jo. (je crois entendre la voix de mon mari ! :D et je ne m'appelle pas Bernadette Soubirous ! maman, j'ai peur )

      Supprimer
    3. En tout cas, tu es drôle et ça, c'est inestimable !
      Pour les photos, fais moi confiance, je la mitraille...
      Merci d'être repassée.
      Bisous doux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Bel hommage à toutes ces personnes.

    RépondreSupprimer
  30. Un billet qui me touche, et tu comprends pourquoi, Célestine...
    Très gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ma belle d'âme
      Je le comprends à cinq cents pour cent...
      Bisous de retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Une belle expérience ces Jeux Nationaux de l'avenir. Un billet avec des belles personnes dedans, dont celle qui l'a écrit. J'admire ton ouverture d'esprit et ton ouverture sur le monde.
    Les personnes handicapées nous donnent des grandes leçons.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, cher Patrick. J'essaie de mériter ce qualificatif de belle personne, car j'en suis fière désormais.
      Et je le dis. J'aime la vie, et j'essaie de transmettre cet amour en me nourrissant de celui des autres.

      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Je reconnais bien là ton grand coeur ma belle
    Bravo pour ton engagement, tu sais comme ça me touche de près... :)
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.