jeudi 21 février 2019

Le chant des femmes





A Rachel et à Kahina







Et l’ombre ignoble de la haine
Sur les bras armés, qui s'étend
Jamais lassée, jamais lassée
Sème le vent et le désordre
Attise le venin des flammes 
La blessure du souvenir
La salissure du sacré
Et dans les jardins de Jaffa
Pleurent les oranges sanguines
Sous un ciel plombé de cobalt
Oh Bethsabée relève-toi
Baise les lèvres de Leïla
Les broderies de tes dentelles
Sont les sœurs de ses voiles bleus
Eclaboussées du même sang
Une collision d’ailes d’anges
Au dessus d’un désert d’acier
De pierres et d’ombres tristes et sales
Et de folles morts inutiles
Arrachez au néant sa plainte
Allumez l’étoile nouvelle
Rêvez d’un souffle conciliant
Le chant des femmes à la fontaine
Est le seul espoir de la terre
Et l’odeur chaude du pain cuit
Combien de printemps de Prague
Combien de septembres noirs
Et de ghettos de Varsovie
Avant que les hommes n’arrêtent
De se haïr de se haïr
Mon cœur pleut des larmes de sel
Le souffle court je désespère
 Devant les tombes profanées
La bêtise en activité
Jamais lassée, jamais lassée
Et dans les jardins de Damas
Pleurent les oranges sanguines
Sous un ciel de cobalt plombé
Oh Leïla relève-toi
Et prend la main de Bethsabée
Ouvrez vos bras
Ouvrez vos bras









Pour l'atelier d'Olivia, il fallait placer les mots
activité – soleil – nouvelle – jardin – souvenir – sacré – broderie – pain – collision – printemps – souffle – rêver


Musique : Avishai Cohen
Arab medley

112 commentaires:

  1. Un très beau texte, vraiment, sur la folie de la guerre, des hommes, de la dévastation et la place à la fureur des animaux... Les hommes s'en drapent ouvertement, là où les femmes s'en voilent délicatement...

    RépondreSupprimer
  2. Il est beau ton poème,Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est une réponse à ma colère devant un reportage où l'on voyait des cimetières dévastés par la bêtise et la méchanceté...Elles n'ont pas de frontières et sévissent partout, mais quand elles reviennent attiser les haines, ça m'insupporte.
      Bisous Aldor
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Texte poignant, photo à-propos... bravo !
    Bonne journée, belle Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le dos magnifique d' Hafsia Herzi, l'actrice du très beau film « la source des femmes »
      Merci Julie pour ta fidélité
      J'ai perdu le lien de ton blog, si tu peux me le redonner...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Ces femmes, pour ce que je sais de tes héroïnes, ne sont pas moins féroces ni moins brillantes que les hommes.
    On savait déjà de David était un cavaleur, bagarreur et à la morale élastique et que Bethsabée avait la jambe légère, appréciait le côté aphrodisiaque du pouvoir et a su faire en sorte que le résultat du royal câlin fut à son tour roi...
    On savait aussi que Kahina, qui eut le sort de Cassandre et pour les mêmes raisons, est prétendue être la première féministe.
    De ça je suis moins sûr, 1.200 ans auparavant, Arêté de Cyrène, philosophe assez indépendante de caractère fit école et me semble, elle, être la première féministe.
    Mais de ça ne soyons pas si sûrs car la mythologie grecque regorge de femmes au caractère bien trempé qui ont tenu la dragée haute aux mâles du moment.
    Les Grecs de l'Antiquité n'étaient pas fous, ils savaient très bien que leurs dieux, c'était eux, avec leurs qualités et leurs travers et montraient que les femmes ne valaient pas moins, ni plus que les hommes...
    Cela dit, tu as fait un chouette devoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avoir un caractère bien trempé et être féministe ne signifie pas forcément devenir violente et se repaître de guerre et d'affrontements...
      Mais porter la vie me semblera toujours plus constructif que de porter la mort.
      Peu importe de savoir qui a été la première féministe. Ce qu'il faudrait vraiment, maintenant, c'est que tous ensemble on se consacre à vivre en paix, et à arrêter de faire surgir les vieilles haines ancestrales.
      Parce que l'urgence est clairement ailleurs...
      Bisous cher Goût.
      J'ai écrit mon « devoir » avec mon coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'aimerais tant que l'on écoute plus attentivement Sophia Aram qui disait "C’est un combat qui nous concerne tous, on ne pourra y arriver qu’ensemble, après avoir enfin compris que l’égalité ne signifie pas retirer des droits aux uns pour en donner aux autres. On a tout à y gagner. Tous à y gagner. "

      Supprimer
    3. je suis absolument d'accord avec elle, et donc avec toi...
      C'est le sens de ma réponse à Rom, si dessous.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Réponses

    1. Merci eMmA.
      Tu emploies le mot juste.
      Le respect est ce qui manque le plus dans notre civilisation.
      Plus personne ne respecte plus rien...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. « Plus personne ne respecte plus rien... »

      Plus personne, vraiment ?
      Dans ces propos désabusés je ne te reconnais pas. Une trace de colère, sans doute ;)

      Supprimer
    3. En l'écrivant, je me suis dit que ce n'était pas ce que je voulais dire...
      Peut-être une colère, oui, en mettant bout à bout toutes les exactions, les incivilités, les petits arrangements avec la loi, les crimes sordides et les violences ordinaires...
      Mais non, Pierre je sais bien qu'il y a encore des gens respectueux ! Et j'en fais partie.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Et TU en fais partie, évidemment
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. Et plein de gens en font partie :)

      Supprimer
    6. Avec tout ça tu ne dis rien de mon poème ... :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Magnifique chant, superbe cri, tout en poésie, mêlant habilement passé et présent (pas très glorieux, hélas)
    Merci, Célestine.

    On m'a parfois affirmé qu'un monde organisé par des sociétés matriarcales ressemblerait fortement au nôtre, en choisissant avec soin les contre-exemples parmi les femmes les plus belliqueuses, assassines ou avides de pouvoir.
    Les exceptions ne constituant pas la règle, je préfère simplement constater des faits, chiffrés.
    Certaines statistiques, révélatrices, balayent de vieilles antiennes machistes
    « En France, 87,7% des accidents graves et 94,4 % des accidents mortels sont imputables à des hommes. De même, 81% des accidents corporels causés par des excès de vitesse et 89,5% des accidents causés par l’alcool relèvent de la responsabilité d’hommes. En plus d’être souvent responsables, les hommes sont également les premières victimes de cette insécurité routière, et représentent 75% des décès de la route.
    Pourtant dans le flux de la circulation -kilométrages et temps de parcours confondus- les femmes représentent 49% des conducteurs, et les hommes 51%. Il y a donc une égalité dans la circulation mais une très forte inégalité dans l’accidentologie et les infractions»
    Bonne journée, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de rappeler ces chiffres, tu ne sais pas comme tu me réconfortes, c'est tellement important de ne pas oublier qu'il y a plein d'hommes respectueux, ouverts, intelligents et féministes et qu'ensemble, peut-être on arrivera à inventer un monde plus juste qui ne sera pas un patriarcat inversé, mais autre chose de plus doux...et de plus égalitaire pour de bon, pas juste pour la galerie...
      Je t'embrasse
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Superbe ma chère Angel Baby. Magnifique. Mais hélas je ne crois plus guère qu'au désespoir. L'ignominie et la bêtise sont sans limites. Je t'embrasse Miss W.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne sais le plaisir que tu me fais, simplement à redonner signe de vie...
      J'attends toujours un message qui est peut-être allé se loger dans les spams... qui sait ?
      Lot of kisses from angel B
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Des mots du quotidien qui donnent un poème touchant, j'aime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Olivia, de ta part, c'est un beau compliment.
      Les mots du quotidien...oui tu as raison, les armes, la haine, la violence sont devenues bien trop quotidiennes.
      Heureusement il reste l'espoir et l'amour.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Whaouuuuuuuuu le talent que tu as ..........J'en reste baba à te lire ! C'est si beau, j'adore......
    Merci pour ce partage, sublime..............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Ghislaine, tu me fais rougir !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Ton chant me touche, je te rejoins dans ce psaume pour espérer malgré tout, malgré la folie des hommes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu as raison, mon poème est une sorte de psaume, finalement.
      Une prière un peu incantatoire, mais le rôle de la poésie n'est-il pas de crier dans le désert ?
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. C'est pas gagné ! (Si j'ose me permettre)

    RépondreSupprimer
  12. Anne ma sœur Anne, si tu voyais ce que je vois venir....la voilà revenue l'historique hystérie... chantait Louis Chedid... Malheureusement quelques années après cette chanson, elle est toujours là... Les horreurs du passé n'auraient donc pas servies de leçon... Tolérance, compréhension, partage, mélange, amour... Ce sont les mots que je préfère véhiculer...
    C'est très triste et préoccupant tout ça!
    bisous et merci pour ce beau texte... Quand les hommes vivront d'amour....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'aurais pu mettre cette chanson en illustration de ce billet
      Elle ressort de sa tanière, la nazi-nostalgie:
      Croix gammée, bottes à clous, et toute la panoplie.
      Elle a pignon sur rue, des adeptes, un parti...
      La voilà revenue, l’historique hystérie!

      Tellement d'actualité...
      Bisous belle conteuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Il est urgent de comprendre que chacune et chacun faisons partie de l'univers.
    Nous sommes un dans l'univers comme autant de vagues sur l'océan de l'existence.
    Nul besoin de chercher a être le plus gros mouvement, la plus belle ondulation de la nature.
    Dans la richesse de nos énergies individuelles se trouvent contenus en germe les plus beaux voyages, les plus belles créations.
    La joie de l'etre réside dans sa capacité à créer les chemins de convergence entre tous les éléments de l'univers.
    Ton texte du jour y contribue poétiquement.

    Bises enthousiastes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si déjà de vieilles tensions pouvaient définitivement s'apaiser, des conflits larvés depuis des décennies, et des luttes dont on a oublié le sens...
      Si déjà on arrêtait de porter l'anathème sur l'autre en l'accusant de tous les maux...
      Si déjà on s'aimait les uns les autres...
      Bises humbles
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Le texte est beau
    à la hauteur de ton talent et de tes dons.
    L'Espérance a besoin de lyrisme.
    J'aimerais aussi lire que ce n'est pas seulement la le chant des femmes.
    Le chant humain est nécessaire dans son entièreté.
    C'est la seule issue, si tant est qu'il y en ait une…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ce n'est pas seulement le chant des femmes, c'est évident.
      Mais ce sont les femmes qui élèvent les enfants dans certaines parties du monde, et qui perpétuent les traditions guerrières à leur corps défendant...Elles aussi, on leur a lavé le cerveau...
      Il y a une issue, c'est certain. L'espérance est un moteur.
      Quant à mon lyrisme poétique , il me permet de canaliser mes trop-pleins d'émotion d'hypersensible qui se soigne pour ne pas prendre en pleine gueule tous les malheurs du monde, comme tu le sais.
      Je t'embrasse fort mon Babar
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'ai tendance à penser qu'on a lavé le cerveau aussi bien aux hommes qu'aux femmes… même si on a utilisé des lessives différentes pour les uns et pour les autres…

      Supprimer
    3. Mais oui, j'ai écrit : elles aussi on leur a lavé le cerveau...comme les hommes.
      ;-)

      Supprimer
  15. Bethsabée et Leïla toutes deux ensemble à voir refleurir le Proche-Orient, un Rêve...
    Un espoir porté par les femmes :-)
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un enfantement, en quelque sorte...
      Mais la gestation est longue, très longue...
      baci caro mio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Je m'incline face à ton talent, à ta capacité à écrire sur le nauséabond le plus répugnant avec tant de grâce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as trouvé le mot exact : tout ce qui se passe en ce moment est nauséabond.
      Une récupération honteuse des événements et un prétexte pour faire ressurgir de vieilles idées de haine qui me sont insupportables.
      La grâce est le seul moyen que j'ai trouvé pour rester élégante et ne pas vomir.
      Bisous petite miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Ton poème m’émeut profondément, tes mots parlent aux cœurs les plus révoltés mais aussi les plus endoloris Ne restent que nos mots pour dire, nos émotions, notre douleur, devant tant de souffrance humaine, à cause des turpitudes et de la cupidité des hommes. Oh! combien faut-il encore de désolation de blessure, pour que naissent enfin les bonheurs attendus, les joies rêvés et l'amour en vrac.
    Mes bises poétesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie est le seul moyen que j'ai trouvé pour transformer les maux en mots...
      Et je sais que tu me comprends, puisque tu es poète toi aussi.
      L'amour viendra, tu sais bien, le grand poète Aragon l'a dit :
      Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
      Un jour de palme un jour de feuillages au front
      Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
      Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche


      Je ne vis que de cet espoir, pour mes descendants, et surtout ma petite princesse ...
      Je t'embrasse cher poète
      Et vivent les défis d'écriture d'Asphodèle, Emilie, Olivia et les autres...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Puisse nos mots être toujours au diapason du temps des lumières et de l'amour pour en faire un credo de la vie. "Un jour pourtant un jour viendra couleur orange": Cette phrase me titille fort dans mes méninges et mes tripes, j'espère que ce jour, fleuriront les rêves les plus éblouis.
      Je te renvoie mes bises aux couleurs de printemps

      Supprimer
    3. J'essaie en effet que mes mots soient au diapason de mon credo à moi : trouver de la beauté au monde malgré sa laideur.
      Ce jour qui viendra, couleur d'orange, espérons qu'il ne sera pas d'orange sanguine ;-)
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Ton texte est plein d'humanité et de douceur.
    Tu as un talent fou, Célestine.
    Certains feraient bien de s'en inspirer en haut lieu...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
  19. Sont beaux tes mots, comme une gomme pour effacer le sale que d'autres ont écrit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. C'est une très jolie image...
      Mais tu es la spécialiste des jolies images, n'est-ce pas ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Bonsoir Célestine,
    Tu as raison de dénoncer la haine et raison aussi d'appeler à l'espoir car à quoi serviraient de vaines larmes?
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La raison et le coeur m'ont dicté mon texte...
      Merci belle jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Tu as toujours les mots justes pour décrire les maux de ce monde, Célestine.
    Pourquoi toute cette violence, pourquoi cette haine envers les autres peuples ? Pourquoi les gens n'arrivent pas à s'aimer ? Bon sang, mais l'Amour, c'est ce qu'il y a de plus beau ! Je suis parfois découragée de voir cette ignorance de sentiments, de constater que les gens préfèrent tuer plutôt que d'aimer. Sincèrement, je ne les comprends pas, je ne comprends pas, et cela m'attriste profondément...
    Très gros bisous, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Françoise: Je crains de devoir constater qu' haïr et tuer demande moins d'effort que de comprendre les vertus de l'amour. Et ceux qui ne l'ont jamais rencontré peuvent-ils seulement s'en faire une idée ?

      Supprimer
    2. @Françoise

      C'est fort et beau ce que tu dis, et je suis dans le même état que toi devant la violence : je ne parviens pas à comprendre, et je n'aime pas ce que je ne comprends pas...
      Je t'embrasse fort ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @ Candide

      L'amour demande-t-il des efforts ? On a quatre heures ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Je ne parle pas de l'amour mais de ses vertus

      Supprimer
    5. @Candide: Je pense que l'homme, au plus profond de lui, a gardé cet instinct de tuer, cet instinct de survie qui remonte à la nuit des temps, c'est tellement ancré en lui qu'il ne sait pas faire autrement. Et si enfant, on ne lui a pas expliqué, on ne lui a pas parlé, on ne l'a pas rassuré, on ne l'a pas aimé, en effet, il n'est pas capable de discerner le mal du bien, la haine de l'amour... Il faudrait qu'il comprenne que les autres ne sont pas forcément un danger, et qu'ils ont le droit de vivre, d'avoir d'autres coutumes que lui, sans que cela n'affecte son identité à lui, sa personne. Je ne sais pas un jour si les guerres, la violence, cesseront. J'ai beau être positive, j'ai vraiment un doute, tant que l'homme n'aura pas compris que l'autre, c'est lui...

      Supprimer
    6. Je crois que le jour où la société comprendra qu'il vaut mieux être bons ensemble que de vouloir être le plus fort tout seul, on aura fait un grand pas vers la réconciliation...
      Bises et Baci à Céleste

      Supprimer
    7. Je suis comme toi, Françoise. Je garde espoir, pour être positive, mais parfois je désespère de l'être humain...
      Merci d'être revenue répondre au « devoir de philo » de Candide
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    8. @ Françoise :
      Je suis convaincu que l'Homme est un animal (tous genres confondus). Sur cette conviction voici ma réflexion :
      L'Homme donc est empathique envers ceux qui lui ressemblent, et hostile (par méconnaissance) envers ceux qui ne lui ressemblent pas. En psychologie, des expériences d'empathie ont été réalisées, et l'on voit des gens ne rien ressentir devant la détresse de personnes de couleur de peau différente. L'agression est un réflexe animal de... peur. Dans l'enfance, je n'ai pas été aimé, rassuré etc ; pourtant, je sais intrinsèquement ce qu'est le bien et le mal. Sinon n'aurais-je pas sombré dans le meurtre des humains ; tous les humains ? Pour les guerres, la violence... Cela est inné à l'Homme. Peut-être est-ce là une "sécurité" programmée dans notre ADN pour réguler l'espèce animale que nous sommes ?...

      @Candide :
      Ceux et celles qui ne connaissent pas l'amour n'ont aucune idée de ce que c'est, pire, cette idée semble être un altération de l'esprit, un délire. Tuer n'est pas simple, et est toujours greffé à l'émotion de colère. Hors l'émotion est néfaste (quelle que soit sa polarité), puisque sans contrôle.

      @ Célestine :
      Tu n'aimes pas ce que tu ne comprends pas... Tu résumes par ces mots l'attitude de rejet. La compréhension chasse la peur (de l'inconnu) et donc le réflexe de violence. Quant à l'amour : oui il demande beaucoup d'efforts et ces efforts sont continuels. Ainsi peu arrivent à soutenir un effort de longue haleine. L'amour est contraignant, intrusif souvent. Comme il est une émotion qui engendre un sentiment, il crée d'autres sentiments égocentriques comme la colère, la haine, la jalousie, la rancœur, etc...

      Supprimer
    9. Je me suis mal exprimée : je n'aime pas ne pas comprendre, voilà quelle était ma pensée. Je ne suis pas dans le rejet, tu devrais le savoir depuis le temps, sinon, tu ne viendrais plus commenter chez moi et me lire.
      Ce que je voulais dire, c'est que j'aime bien comprendre, et pour cela, je cherche, je m'ouvre, je ne juge pas et je vais vers les autres, sans a-priori...Je ne t'ai jamais rejeté. Derrière toute violence se cache toujours une blessure. J'essaie de comprendre la blessure.
      Quant à ce que tu dis de l'amour qui engendre des sentiments égoïstes, je crois que tu te trompes. L' Amour est amour, et s'il y a émotion négative, ce n'est pas de l'amour, mais de blessures narcissiques qui n'ont rien à voir.
      L'Amour est lumière, vie, joie, et en aucun cas colère haine jalousie ou rancoeur.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    10. Célestine,
      Justement je n'en sais fichtrement rien, puisque l'amour que je suis censé voir autour de moi n'est que ce que j'ai décris. Je n'ai aucune idée de ce qu'est l'amour, et malgré mon âge avancé je reste perplexe. S'il est tel que tu es, je ne l'ai jamais observé, et ce n'est pas faute d'observer... Merci d'accepter mes interventions sur ton blog qui ne sont pas toujours tendres, mais sache que je ne te remet pas en question... je suis juste un tantinet provocateur pour tester tes convictions. je ne juge rien ni personne... Surtout quand j'affirme. Pensées amicales.

      Supprimer
    11. Tester mes convictions ? C'est une étrange remarque...Mais ça ne me dérange pas.
      J'ai quelques convictions, et beaucoup de doutes, je suis un être humain parmi tant d'autres...
      Bisous amicaux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Dans l'émotion de tes mots et des situations, ce sont mes mots qui me manquent, et je reste coi.
    D'autant qu'à la lecture des commentaires je comprends qu'il me manque (aussi) quelques éléments de culture.
    Mais qu'il est beau ce poème, comme il traduit tes palpitantes émotions ! Je suis admiratif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas besoin de culture pour comprendre que l'actualité réveille de vieilles haines fondées sur le rejet de l'autre et sur la peur...
      Oui je suis pleine d'émotion, et mon coeur palpite trop fort quand je vois des croix gammées fleurir dans les cimetières.
      Merci pour tes mots, peut-être que certains te manquent, mais tu as su dire l'essentiel.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je me souviens, encore, aux temps lycéens, lorsque j'exposais un sujet en cours d'histoire mon texte sur les camps de concentration. Devant des jeunes élèves, mes compagnons de classe, hilares, peu respectueux comme on peut l'être alors. Et devant leur comportement je me suis emportée et j'ai remis en place ces petits morveux. Déjà, alors, il n'y avait que tristesse et écoeurement en moi, face à ce qui avait existé. Et voilà, que d'autres petits neurones orientés ou pas se remettent à cracher des horreurs. Non, il ne faut pas croire au "plus jamais ça". Ecoeurement et peur en moi, ces jours-ci.

      Supprimer
    3. Je te rejoins, Lou. C'est insupportable toute cette bêtise alliée à tant de méchanceté...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. J'ai toujours beaucoup de mal à commenter ta poésie ! Parce que je suis complétement soufflé par ce talent-là. La poésie pour dénoncer la barbarie.
    Avec cette extrême droite qui s'en donne à Cœur joie ! La fille du borgne riant sous cape. Tout cela m’écœure, me donne la nausée. Quel gâchis ! Je crois que le pire, c'est que nos zigotos politiques ne prennent pas la vraie mesure du problème qu'ils entretiennent, ou du moins je le soupçonne.
    Un serpent venimeux qui se mort la queue.
    En écrivant ce commentaire, je n'avais pas de référence musicale,je ne voulais pas y en attribuer une. Et puis, remontant de ma mémoire, celle-ci, de notre ami commun... encore. ;)

    Elle a la gueule d'un centurion,
    Les yeux d'Hitler ou d'Attila,
    Le masque de la religion,
    Le sourire de Caligula.
    Elle peut sortir d'une voiture,
    Le poing levé sur la fureur,
    Vomissant des torrents d'injures
    En arborant le bras d'honneur.
    Elle a le rictus de la hyène,
    La haine, la haine, la haine.

    Plus meurtrière qu'un cancer,
    Plus sûre qu'une épidémie,
    Elle a ravagé l'univers,
    Mieux que la pire des maladies.

    On parle de la peste noire.
    On meurt devant le choléra.
    On en frémit sans trop y croire
    Mais pourquoi ne le dit-on pas ?
    Elle a la bombe à hydrogène

    La haine, la haine, la haine.

    Fille bâtarde de l'amour,
    De la peur, de la jalousie,
    Elle a engendré à son tour
    La torture et la calomnie,
    La haine.
    Elle met des cagoules qui font peur,
    La djellaba du black mosslem,
    La haine, la haine.

    Regardez-la en Arménie
    Et à Varsovie qu'elle écrase,
    Ecoutez l'écho de ses cris
    Aux portes de la chambre à gaz,
    Voyez ces terribles mégères
    Tricotant devant l'échafaud
    Et la déclaration de guerre
    D'un homme derrière son bureau,
    Qui d'un trait de plume déchaîne
    La haine ! la haine ! la haine !

    https://www.youtube.com/watch?v=9_Gj_ZZrLzI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit dans ce texte, tout en octosyllabes comme le mien. (Là s'arrête la comparaison). ;-)

      Tu dis bien la nausée, l'écoeurement de ce qui se passe en ce moment.
      Un serpent venimeux, tout à fait.
      Merci pour ce beau commentaire
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Ca n'a rien à voir, quoique....
    Une surprise irlandaise parfaite avec une voix d'une pureté... La chanteuse s'est surpassée.
    C'est vers la fin de l'émission. (mais le début n'est pas à jeter pour autant...)
    Je ne la connaissais pas dans ce répertoire, son âme irlandaise est parfaite...

    https://www.franceinter.fr/emissions/very-good-trip/very-good-trip-21-fevrier-2019

    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merveilleuse et magique.
      Ça a tout à voir avec le titre de mon billet...
      J'en ai les larmes aux yeux. Vivement qu'on l'écoute autour d'un feu de camp sous les étoiles...
      Merci de tout coeur
      Grazie caro mio, ti voglio bene
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'ai bien pensé que ses chansons irlandaises te parleraient...
      C'est le truc à écouter en boucle (comme certaines chansons de Mélanie)
      ti voglio bene anch'io

      Supprimer
    3. Joan Baez ?
      Pas moyen d'accélérer la recherche et je n'ai vraiment pas 52 minutes ce matin !
      Dommage, tant pis...
      :o(

      Supprimer
    4. Magnifique ton texte, magnifié par Joan Baez. Merci à toi et à Blutchy pour cette suggestion. Larmes aux yeux. Bisous.

      Supprimer
    5. @Candide

      Moi si j'avais cinquante-deux minutes, je marcherais tout doucement vers une fontaine... ;-)
      Le Petit Prince
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. @Dédé

      Merci !
      Une voix qui a accompagné toute notre vie, quelle vitalité a cette femme...
      Bisous ma frangine.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    7. @ Blutch, @ Célestine, @ Dédé, bref, @ tout le monde,
      J'ai tout écouté. Superbe... Elle est là : https://www.youtube.com/watch?v=_S7ITkoxojI
      Du coup, je savais que cet air-là me disait quelque chose...
      https://www.youtube.com/watch?v=VJtfDCacVEg

      Supprimer
    8. Après écoute, je préfère la version de Joan Baez à celle de Joe Dassin, qui a perdu son âme irlandaise...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    9. Merci Xoulec, je suis totalement incapable de trouver quoi que ce soit lorsque c'est exprimé dans le sabir yankee.... heu la langue de Shakespeare.

      Ben voilà, grâce à toi, Candide va économiser 45 minutes pour marcher tout doucement vers une fontaine.
      Accolade

      Supprimer
    10. Avoue quand même que la version anglaise a plus de charme que celle de Joe...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    11. Au cassecou ce seraitamoi que tu t'adresses, il n'y a pas photos entre la voix limpide et d'une maitrise absolue de Joan et le côté rustique de Joe.
      Lorsque la voix est si parfaite, je fais abstraction des paroles que je ne comprends pas.
      Mais ils/elles sont rares ces voix que j'écoute comme un instrument parfait.
      J'avais pris l'émission en cours de route, sans savoir qui chantait, c'était d'autant plus magique.

      Supprimer
    12. @ Célestine
      Moi aussi je préfère la version de Joan Baez, mais je connaissais d'abord celle de joe. Sans savoir qu'il s'en était inspiré.
      Ailleurs... j'avais trouvé celle-ci, pour toi :
      https://www.youtube.com/watch?v=7EfHZtCKJGY
      Tu te souviens ?

      @ Blutch
      Je ne dirais pas que ce fut facile de trouver, mais presque. ;)
      Accolade itou

      Supprimer
    13. Elle est sublime celle-là...
      La ballade nord-irlandaise de Renaud, non ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    14. Purée, chuis trop forte...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Quel texte Célestine ! Les mots imposés auraient pu te mener vers la légèreté. Cela rend ton message d'autant plus poignant. Bises. Je te lis toujours même sans commenter souvent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie chère Anne**
      Je me demande souvent où sont passés mes lecteurs que je ne vois plus...les commentaires étant ma seule façon de les voir...
      Merci de m'apporter la réponse.
      Et merci d'avoir été sensible à mon texte, quand je l'ai écrit, je me suis dit qu'il allait peut-être plomber le moral des troupes ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Crois-tu qu'un jour ? Rien ne change... en mieux. On régresse, on refait sans cesse, le pire trop souvent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je garde espoir : c'est le lot des poètes...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Je lis et relis ce texte magnifique, et les larmes me montent aux yeux.
    Peut-être parce que je connais un peu cette terre brûlée d'Israël, du Liban et de la Syrie...
    Peut-être à cause de l'immense respect que j'ai pour les femmes.
    Peut-être parce que je mourrai sans voir vu la paix.
    Peut-être parce que vous avez un don...
    Je vous embrasse plein d'émotion
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très émue par votre commentaire, cher Lorenzaccio.
      Je ne serai jamais blasée de lire de telles choses, c'est vraiment extraordinaire.
      Merci du coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Même si je connais peu "cette terre brûlée d'Israël, du Liban et de la Syrie", comme Lorenzaccio, je trouve votre texte magnifiquement écrit.
      Bien à vous.

      Supprimer
    3. Oh merci beaucoup Madame Chapeau.
      J'aime toujours quand vous me faites l'honneur de votre visite.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Rien de mieux qu'un poème pour dire ta colère contre les monstruosités. Merci

    RépondreSupprimer
  29. Tu as raison de farder espoir, il faut des douces rêveuses dans ce monde de haine et de tueries. Hélas, regarde même chez nous avec les gilets jaunes, la haine est le moteur et la réponse à d'autres formes de sentiments humains pas jolis jolis.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un joli lapsus, farder espoir...
      Sans doute la poésie est comme un peu de maquillage pour farder la laideur ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Quel poème! Beau, magnifique, puissant. Qui parle à chaque fibre de mon coeur. Les mots manquent pour te le dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils te manquent, mais ceux que tu as choisis sont déjà très beaux.
      Merci An
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Pas facile le thème imposé. Bravo !

    Et voici une version Rome Antique des Amours de David et Bethsabée :
    Lorsque David vit Bethsabée la première fois, il fit prendre des informations pour savoir qui était cette beauté, et on lui répondit :
    « Mais c’est Bethsabée, fille d’Eliam et femme d’Urie le Hittite ! »
    - Houlà ! Furie Le Hittite ! s'exclama alors David, mais avec un mari pareil, je préfère encore retourner avec Jonathan !

    Version post-moderne qui fit que Leïla ne voulut plus se relever...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Muahaha ! excellent. Tu m'as bien fait rire avec cette relecture iconoclaste...
      David et Jonathan, mouarf !
      Belle journée Well
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Que dire??? Mais dis c'est beau tout simplement… Ok, c'est beau tout simplement, comme un cri d'amour pour les femmes, comme un poème de Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli petit dialogue avec toi-même Brizou.
      J'aime beaucoup !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Réponses
    1. Ça me touche venant de toi ❣️
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.