samedi 21 janvier 2017

Hier encore

« Hier encore, le ciel était l'arène du bruit ; des chars, des cavales aux sabots de fer y passaient dans un grondement de galop et des hennissements de colère. Aujourd'hui, le silence. 
Le vent a dépassé la borne et court de l'autre côté de la terre. Pas d'oiseaux. Silence. 
L'eau, elle-même, ne chante pas ; en écoutant bien, on entend quand même son pas furtif : elle glisse doucement, du pré à la venelle, sur la pointe des pieds. »


Jean Giono, Colline

*









Hier encore, je dévalais les pentes de l'insouciance, mon cartable serré sur mon coeur. Les cailloux du chemins fusaient sous mes souliers en feu comme des flammèches échappées d'un brasier. 
Je buvais l'air à m'en soûler avec cette innocence de ceux qui se croient éternels. 
Parfois, quand je mordais dans une pomme, un morceau de sa peau se glissait entre mes dents. Ça faisait un mal de dingue. Ça me parcourait du frisson de la mort, c'était délicieux. Avec les copains on jouait à mourir. Tu me tuais, je te tuais bang-bang !
Je ne savais pas encore que la mort n'a pas un goût de pomme. Elle n'a le goût de rien, la mort, elle a juste le goût du plus rien. 
C'est la vie qui possède cette odeur fabuleuse, entêtante et mortelle.
Les choses s'enfuient, d'autres viennent. Belles ! Plus belles encore de leur fragilité.
Je bois toujours l'air, mais comme on déguste un grand cru, à petites lampées, laissant couler chaque goutte sur ma langue et pénétrer dans mes veines cet arôme fugace et subtil qu'on appelle la joie.

Hier encore je sentais une bouche avide boire le lait de mon sein, ça tirait là-dessus, mon vieux,  comme pour m'extirper la moelle, t'aurais senti cette vigueur , et je serrais cet être fragile lové contre moi tel un koala tombé de l'arbre. Je devenais la terre nourricière, la source originelle, l'origine du monde.

Enfin, bref,  comme dit je ne sais plus quel grand philosophe
 « Faut l'admettre, on ne peut pas être et avoir tété. »






A mon premier koala qui va avoir trente ans fin avril ...

124 commentaires:

  1. Réponses
    1. C'est gentil et câlin, ces petites bêtes-là. Surtout pour la journée internationale des câlins...
      ____________000000______000000______________
      __________0000000000__0000000000______________
      ________00000000000000000000000000_____________
      _______0000000000000000000000000000____________
      _______0000000000000000000000000000____________
      ________00000000000000000000000000_____________
      _________000000000000000000000000______________
      ___________00000000000000000000________________
      _____________0000000000000000__________________
      _______________000000000000____________________
      _________________00000000______________________
      ___________________0000________________________
      ____________________00_________________________

      Supprimer
  2. On joue son petit Charles ?
    https://youtu.be/HyRF1CjOPQ8
    ... mais beaucoup mieux que lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Charles a-t-il lu Giono avant décrire sa chanson ?
      On ne le saura jamais...
      beaucoup mieux, euh...tu aimes ça me faire rougir ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ah, ça... L'origine du monde, ben après t'es courbé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle était pour toi, celle là. Alors ça m'aurait ennuyé que tu la loupes ! ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. cc..
    parfois elle retire le gout de ceux qui restent..
    ''la faucheuse''
    depuis decembre..
    l 'ageusie..
    m accompagne..
    une conséquence ...
    de compter deux belles etoiles
    de plus dans mon coeur et dans mon ciel..
    merci pour tes jolis mots..
    bzzz
    claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De tout coeur avec toi.
      A pas de fourmi, jour après jour, se reconstruire et reprendre goût à la vie, au propre comme au figuré.
      Kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. 30 ans ! Ah ça, Madame, ça ne nous rajeunit pas. Le mien en aura 26, mais je ne me sens pas plus jeune pour autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non c'est dingue... on les tient dans ses bras et hop, ils ont trente piges.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Début avril mon premier Koko... avril, avril plus beau des plus beaux mois de l'année.

    Hier encore...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que c'est le plus beau mois de l'année, puisque j'y suis née... ^^
      (je suis obligée de la faire celle-là, n'est-ce pas ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. J'adore la chute... de la tétée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! le tout est de ne pas lâcher le bébé ! ;-)
      (ou de ne pas le jeter avec l'eau du bain...)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. c'est un grand et beau koala là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est déjà du bon gros koala, ça madame !
      cent nonante centimètres et pointure quarante-cinq...
      Il ne rentre plus dans la gigoteuse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. J'ai lu et relu. Très, très hachement beau ! Voilà ce que cela me suggère :

    Le roman d’une phrase
    Où la même ligne s’écrase
    D’un bout à l’autre
    Jamais neutre
    Jamais nôtre
    A qui appartient-elle ?
    A vous, à moi, ou bien à elle ?
    Ni à vous ni à moi
    Ni non plus à elle
    Elle est d’une autre sphère
    Où la vie désespère
    D’un autre moi
    Nichant quelque part
    A l’ombre des tares
    Souvent il lui tarde
    De jaser, de courir, de rire
    Mais jamais elle ne s’attarde
    Qu’en vain elle nous échappe
    Si quelqu’un s’en souvient
    Combien sont-ils sans mémoire
    Devant ces lignes noires ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très belle variation sur le devenir d'une phrase que l'on livre au public.
      J'ai conscience que ce que j'écris ne m'appartient plus dès que mes mots se posent sur la page.
      Et ce que t'inspire mon billet est juste magnifique.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Quel talent tu as de savoir écrire comme ça !
    La mort qui a le goût de plus rien... oui, c'est bien ça !
    J'ai perdu mon frère au début de l'été dernier
    il était là et puis... plus rien
    j'ai rêvé de lui... il était là, je savais qu'il était mort
    j'en profitais pour lui poser le plus de questions possible
    je lui ai demandé :
    "Que penses-tu de ceux qui disent qu'il n'y a plus rien après la mort?"
    et il m'a répondu : "Ils ne savent pas de quoi ils parlent !"
    J'ai été étonnée parce qu'il était de ceux qui ne croient en rien
    toutefois cela m'a aidé à accepter sa perte,
    parce que le rêve était tellement clair et net. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore rêvé de mon père. Sans doute son départ est-il encore trop « frais » dans ma mémoire...
      Merci pour ton témoignage qui interpelle.
      Ce n'est qu'un rêve, bien sûr, mais il t'a sans doute aidée , comme tu le dis, et c'est bien cela l'essentiel.
      Pour le reste, je ne me prononcerai pas.
      Bises chère kéa.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Et il se nourrit d'eucalyptus? :-p

    (((Sinon, moi qui étais fan à l'époque de Sheila (j'avais 5 ans, hein, et on a tous droit à une deuxième chance!!), je n'ai jamais pu encaisser cette version de Bang Bang...)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'école est finie, hein, et t'as largement une deuxième chance !!!

      Supprimer
    2. Me voilà bien marrie que cette chanson ait occulté le reste du billet, chère Baladine.
      Je l'aime simplement parce qu'elle est associée dans ma tête à un émouvant souvenir.
      J'aurais peut-être pu mettre la version de Nancy Sinatra, pour ma deuxième chance à moi ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Elle n'a rien occulté! Il m'en faut plus!

      Supprimer
    4. Alors disons qu'elle a attiré ton attention dans tes mots, davantage que le sujet du billet..Mais ce n'était pas une critique, chère Baladine. Juste un constat. ;-)
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. "Les choses s'enfuient, d'autres viennent. Belles ! Plus belles encore de leur fragilité."
    Hmmmm, j'aime !
    Les choses, les rencontres aussi, et les amitiés !
    Je me souviens du désarroi d'un de mes koalas quand (vers dix ans ?) il avait réellement compris que ses parents disparaîtraient un jour. Et j'avais dû trouver les mots pour lui expliquer que c'était le pendant de ce cadeau improbable qu'est la vie.
    Aujourd'hui qu'avec son alter ego frangin il a quelques mois de plus que le tien et qu'il est papa, il me semble que la notion soit intégrée.
    Tu avais écrit un jour de la difficulté d'être femme. Il est heureux que tu aies vécu ainsi la maternité. Donner la nourriture de son corps à un être qui en est le fruit.
    Quelque chose d'intense et d'immense que les hommes doivent se contenter d'imaginer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui heureusement que certaines choses très agréables viennent compenser la difficulté à être une femme que j'évoquai jadis en termes choisis dans ce billet .
      Quant à tes fils, ils ont donc évolué depuis leurs dix ans, tu m'en vois fort aise.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est l’impermanence des choses et des gens qui les rendent si précieux.
      Et nous avons les souvenirs pour leur rendre vie...
      Baci et accolade au barbu

      Supprimer
    3. Comme c'est beau ce que tu dis, avec ce détachement de coeur tendre sous ta barbe ...
      baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Le grand philosophe à mon avis c'est Berurier ! Ça lui ressemble bien ;)
    Punaise, ça t'inspire Giono!
    Pagnol est plus solaire, Giono c'est le côté obscur de Pagnol. Do you agree ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais pas trop Pagnol, mais quand on lit Giono, on entend le silence de la cour brûlée de soleil au fort de l'après-midi, on a les pieds nus mouillés de rosée quand on sort à l'aube, et d'ici je sens l'odeur de la lavande ou celle de la terre chaude après la pluie...

      Supprimer
    2. Jdissa, addendumsamedi, 21 janvier, 2017

      ...et ici, c'est pas là !...

      Supprimer
    3. @Antiblues

      Oui voilà, c'est tout à fait ça. Bérurier, comment ai-je pu l'oublier ?
      J'agree complètement à ta dernière phrase, évidemment. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @Jdissa

      C'est beau quand tu poétises... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. N'est-ce pas ! Et encore, dans le louable but de ne pas trop surexposer vos yeux en vous éblouissant, j'ai pris grand soin de ne pas poéter plus haut que mon...

      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    6. En réalité cette citation n'est pas de Nougaro, mais de Guy Bedos en train de se moquer de Nougaro...
      Qui l'avait d'ailleurs assez mal pris !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. "En faisant Colline, j'ai voulu faire un roman, et je n'ai pas fait un roman:
    j'ai fait un poème !".
    Colline est le drame de l'eau: parce qu'une source tarit, un hameau est
    menacé de mort. Mais l'épreuve - l'incendie qui éclate - recrée la solidarité
    des hommes. Colline est aussi et surtout l'exaltation de la terre, conçue
    comme une personne, non seulement vivante mais sensible. "Toutes les
    erreurs de l'homme viennent de ce qu'il s'imagine marcher sur une chose
    inerte alors que ses pas s'impriment dans de la chair pleine".
    Jean Giono


    Chère Céleste,

    Face à cet extrait de Giono décrivant un hameau qui se meurt
    Et grâce à ton témoignage émouvant de la mère nourricière
    Même si jamais je n’éprouverai comme une femme mère
    L’indescriptible sensation d’un téton aspiré par le nourrisson à son heure

    C’est le merveilleux spectacle de la vie qui m’émeut aujourd’hui
    Et à Colline de Giono permets moi d’ajouter Regain de Pagnol
    Parce qu’au final c’est la même évocation que celle d’un rossignol
    La symbolique de l’amour , l’amour de la vie

    Malgré l’épreuve et les nuages lourds à l’horizon
    Malgré ces retours frileux au repli des nations
    L’amour est le plus fort et la terre nous donne leçon
    Qu’importe nos erreurs, elle restera de toute façon

    Vive la vie sous toutes ses formes
    Vive l’amour , l’amour de la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça, dit avec tes mots à toi, un peu ...lyriques !
      Merci Petrus pour ce beau poème.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Même si les deux oeuvres Colline et Regain sont toutes deux de Giono, pour moi l'enchantement de Regain, je l'ai d'abord vécu grâce au film de Pagnol
    Le second donne encore plus de force et de vie à cette oeuvre magnifique par l'espoir qu'elle exprime

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont deux grands auteurs chers à mon coeur...
      ^^

      Supprimer
  16. Mon premier koala aura aussi trente ans cette année... Et quand les koalas font des koalas, on se dit effectivement qu'on ne peut pas être et se croire encore en été....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si Sister, nous sommes en fin d'été...
      Et c'est la saison que je préfère.
      Kisses ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Mais on peut se construire avec "l'avoir été" pour être....

    Si je devais quitter mes montagnes, c'est au pays de Giono que je me poserais !

    Beau dimanche

    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma dernière phrase était un clin d'oeil, chère nicmo.
      C'est mon pays, et je l'aime depuis l'enfance.
      Très beau dimanche aussi à toi
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. - Trente ans déjà ? C'est koala ? Mère d'alors !
    - Sheila vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas rivaliser, mon oncle.
      J'ai trop bu de Châteauneuf ce soir... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bonjour la mère nourricière.😊un bel extrait de Giono et cette pomme qui croque sous la dent me fait frissonner.

    Les koalas ont des yeux très doux et aussi de petites oreilles et ils sont très doux. Est-ce vrai pour le tien? 😊 beau partage sur ce billet. J'aime cette vie dans tes mots. Tu l'insuffles à ton koala et à tes lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas rire, mais mon fils a de toutes petites oreilles très mignonnes...
      Et il est très doux. Sans rire.
      merci Dédé, d'être ainsi attentive à mes écrits.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. C'est fou comme le temps et sa perception sont choses relatives!
    Hier encore,tu étais une petite fille, en photo sur ton billet précédent,et aujourd'hui,tu as un koala de trente ans!Que se passe-t'il entre les deux? Ben,c'est simple!tu traverse la vie en buvant son air...

    dans ton jeune temps,tu n'voyais pas
    tout c'qu'on faisait pour t'faire plaisir
    tu croyais que le plaisir était là
    et qu'il suffisait d'te servir...Linda Lemay

    sais-tu que...heu,ben non,tu ne peux pas savoir!
    Quand j'étais enfant,dans mon village,il y avait une dame qui,disait-on,avait été l'institutrice de Sheila...dans sa jeunesse.Cela nous laissait perplexes!Non pas qu'elle le fut,mais nous avions beaucoup de mal à imaginer cette dame: "jeune".
    Quant à la véracité de la chose? Nous n'avons jamais pu le vérifier.
    Pour l'illustration de ton billet,tu as choisi la chanteuse "adécouette".
    Oui, bon,j'en suis pas très fier ,mais cette blague à deux balles avait déjà cours dans les années septente.

    Difficile d'utiliser cette chanson d'Aznavour:"hier encore"!Un peu trop facile,et déjà cité par Walrus.
    Mais faire d'une pierre deux coups,je ne suis pas contre!(pour un ancien"fan" de ...)
    J'aime bien la "pirouette" de la fin du billet;comme s'il pouvait nous arriver,d'être et ne pas avoir été? https://www.youtube.com/watch?v=S3WhXpgmeWg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en reviens pas moi même, sais-tu...
      La vie est une gerbe d'étincelles et hop ! Même quand on est très jeune au moment d'avoir un bébé, et que l'on se sent toujours aussi jeune ensuite, il arrive toujours un moment où ce bébé a trente ans. On ne peut arrêter le temps, Alors prenons-le.
      Une chanteuse adécouette, alors là, tu as fait très fort ! muahaha !
      Quant à la chanson de Sardou, elle est très belle et je ne la connaissais pas !
      merci beaucoup cher Xoulec.
      Bises de la nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. oups! dans les années septante.
      Les miens de koalas ont tout juste trente ans...à eux deux!
      J'imagine bien que tu n'en reviennes pas toi-même... L'aîné(de mes koalas) est déjà plus grand que moi,et n'est pas encore prêt de s’arrêter.
      Quant à Sardou,il a beaucoup de chansons méconnues.Je les connaissais quand j'étais fan.Depuis,je suis passé à d'autres...
      Je me rend compte que je n'ai jamais lu ce livre de giono!Je vais y remédier dés que possible.

      Supprimer
    3. Tu ne seras pas déçu.
      Si tu aimes les choses terriblement bien écrites...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Merci de m'en avoir donné l'envie,cher enchanteresse des mots.

      Supprimer
    5. rhooo!chère enchanteresse des mots.

      Supprimer
    6. Bonne lecture alors. Tu me diras ?

      Supprimer
    7. Merci,j'essayerai,en tout cas!
      belle nuit à toi,Célestine.

      Supprimer
    8. C'est un tout petit livre, il se lit en un jour.
      mais quelle merveille !
      belle nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Jdissa, le retourlundi, 23 janvier, 2017

      "Dans chaque vieux, il y a un jeune qui se demande ce qui s’est passé."
      Terry Pratchett

      Et toc ! (private joke)

      Supprimer
    10. Pas mal ! j'aime assez ...je la ressortirai à l'occasion.
      merci ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Une fois de plus Cel, pas si éloigné de mes derniers mots. Les mots de Giono sont admirables, me ramènent au cholera destructeur du Hussard ou au village désert de Baumugnes.
    En ce temps là, je ne crois pas que tout était délicieux. Mais tout était promesse. Comme tu dis bien la mortalité de la vie. Texte magnifique, ce qui est bien, bouleversant, ce qui est mieux.
    Bises de ton lieutenant, Angel Baby. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui était délicieux était l'enfance, et sa promesse de devenir, tu as raison.
      Les grands textes se rejoignent tous dans cette beauté et cette force arrachée aux mots pour nous emmener dans les passions humaines. Buzatti/Giono, frères en littérature.
      Merci de tout coeur.
      Kisses
      and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Hier semble hier en effet, si proche, si net encore, et pourtant on ne s'y reconnait jamais tout à fait... hier était l'aujourd'hui de qui nous étions, en devenir de celui du jour... Ca passe si vite mais si bien, aussi, ça nous donne tant de choses, pendant que nous vivons le présent alors qu'il glisse vers le passé et puis que son enseignement, sans bruit, nous pénètre pour nous ensemencer...

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dernière phrase d'Edmée est sublime et je ne rajouterai rien pour qu'il n'y ait ni passé ni futur. Je fais durer l'instant.

      Supprimer
    2. @Edmée

      Je suis d'accord avec Lauriza, tu as une manière exceptionnelle de sublimer les instants de vie, de faire du passé la glaise qui a sculpté notre vie pour donner au présent cette allure de statue en devenir. C'est exactement mon sentiment.
      grazie e baci la mia sorella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Hélas le jeu du sein est million ressemble aux promesses de la générale des zoos, il te coupe un jour le rot minet...fini les caresses et le ronronnement du zeppelin sur lequel tu refais le monde en toute innocence. Tiens si à l'adulte-âge y avait pas la compensation d'un retour aux nichons-nous en corps, p'têtre qu'on s'f'rait mourir tout de suite d'ennui à l'idée de tout le laid répandu...Vas savoir, bien qu'en fait je crois que je sais, par expérience et pas par oui dire, que tand le nid barre pas on suce sans que j'ai entendu parler d'overdose...ne le cache, Célestine, montre-le moi ce fruit de l'Arbre de Vie, il embellit tout ce le moche envahit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a que les tartuffe de tout poil qui veulent cacher ces fruits sous les voiles de la fausse vertu.
      Pour ma part, fière et sans tabou, je prône la beauté des corps et bénit les yeux des artistes qui savent les sublimer, en chanson, en peinture, en photographie, en poésie, ou dans le simple éblouissement d'un regard, un matin où j'ouvre ma fenêtre pour m'étirer au soleil.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Tu as à peine vu le temps passer, tu n'as pas fait de bilan et tu te retrouves grand'mère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps ne nous demande aucune permission. Autant faire avec, et chérir chaque événement ponctuation de la vie comme un cadeau. De toutes façons, cela ne changera pas la destination dernière alors autant y aller gaiment.
      Sans s'effrayer des mots.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est comme le dit Georges:
      S'il faut aller au cimetière
      J'prendrais le chemin le plus long
      J'ferais la tombe buissonnière
      J'quitt'rais la vie à reculons....

      Quoique il avait aussi une autre solution:
      "Et même, à la grand' rigueur, ne pas mourir du tout"

      Supprimer
    3. La tombe buissonnière, il avait des expressions quand même pas piquée des hannetons, le grand Georges !
      Ne pas mourir du tout, bon là il reconnaissait lui-même qu'il en demandait peut-être beaucoup...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. En demandant beaucoup, parfois on l'obtient.
      Regarde en 36 avec les congés payés; C'était juste une idée en l'air, histoire de pousser le bouchon un peu loin, rapport à la négociation sur l'horaire hebdomadaire de turbin.
      Et les patrons ont accepté de payer les gens à ne rien faire... Et maintenant, sans moufter, les laborieux acceptent de bosser le dimanche et les jourss fériés.
      entends-tu ce sourd grondement.... C'est Léon, Jean, Emile et Karl qui n'en peuvent plus de se retourner dans leur caveau...
      L'ère de la sociale-merdocratie précède de peu celle du socialisme nationalliste.
      Mille baci
      Georges aurait peut-être du y croire un peu plus à son idée d'immortalité. il aurait eu de quoi négocier avec la Camarde...

      Supprimer
    5. C'est ma foi vrai...j'en suis encore toute retournée, de ce sourd grondement...
      Mais quand même, demander un CDI à la vie, avec tacite reconduction...je ne sais pas, j'ai un pote qui me dit toujours que dieu ne l'a pas programmé pour lui survivre...
      Dis donc, juste en passant comme ça, tu t'es aperçu que j'avais écrit un nouveau billet ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Oui mais t'es-tu aperçue que je fus 2 jours sans connexion et que tu en as lâchement profité pour tirer tes billets en rafale.
      Du coup, je fais ce que je peux et tu as de la chance que j'aie pu décoincer ma connexion internationale... Ben oui, je suis encore du côté du château hanté à réparer ma maison.
      Ti bacio Carrissima

      Supprimer
  25. La vie est si fragile. Nous sommes comme des funambules qui marchons sur un fil. Ce file peut casser à chaque instant. Nous devons en avoir conscience....Et c'est cette conscience qui rend la vie magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai depuis toujours cette conscience d'être une funambule.
      Une « Fune » en bulle, une funambulle comme j'ai nommé mes dessins oniriques...
      Mais tu les connais, Daniel, toi qui me suis assidument...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. "Maintenant c'est la nuit. La lumière vient de s'éteindre à la dernière fenêtre. Une grande étoile veille au-dessus de Lure" (à l'ombre froide)"de la peau qui tourne au vent de nuit et bourdonne comme un tambour, des larmes de sang noir meurent dans l'herbe" (J. Giono - Colline)

    Dans son 1er roman paru en 1929 - qui est de toute beauté - Giono imprime avec ses mots la communion entre les hommes, les Bastides Blanches,où l'on vit paisible sa vie paysanne... et la nature sauvage, le pays du vent qui dépasse les arbres, le silence qui apaise les feuillages...

    et à partir de là, Célestine tu traverses la vie, tu reviens sur ton chemin sur la pointe des pieds,... ton ciel prometteur, nourricier, vers toi, si vivante, si insouciante, comme nous l'étions tous,tu rebrousses sentier, quand tu te saoûlais avec la force du vent.... oui, nous pensions avoir l'éternité pour nous pour nos nôtres,... hélàs, la vie n'est pas ainsi.... elle nous lâche en route... mais notre allume-hier éclaire notre jour d'hui, nous donne la force de découvrir d'autres bonheurs, la vie, quoi.... même si l'absence, dont on ne connaît pas vraiment le goût, rôde.....
    merci pour le plaisir permanent de te lire, Célestine, un grand bonheur !
    doux dimanche à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La langue de Giono nous pénètre, nous enveloppe et entre en nous comme un élixir vivifiant qui donne au coeur une leçon d'émerveillement. La beauté de ses mots me coupe le souffle.
      Mon texte, à côté, n'est que le reflet embrumé de cet astre.
      Mais je suis heureuse de te donner du plaisir, à toi, la poétesse.
      Bisous émus
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Qu'est-ce que j'aime Giono, il faut que je le relise cet été, Giono est une belle lecture d'été non ? ;) Ton texte juste après est éblouissant et supporte la comparaison (je n'en doutais pas, c'est juste frappant (et émouvant) ici) ! :) Ton koala va avoir 30 ans ? Le mien aussi mais fin octobre... Que le temps passe vite ! Notre enfance nous semble encore si proche que déjà il est l'heure de partir (sur la pointe des pieds ou pas)... Mais la joie sourd entre les mots et ton émerveillement nous réconforte. Gros bisous ma Céleste aux rivières de mots qui coulent, cristallines et libres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli, ça, les rivières de mots cristallines et libres...
      De là à supporter la comparaison avec ce génie...mais je sais que tu es sincère et j'aime tes émerveillements sensibles et proches des miens.
      L'heure de partir, comme tu y vas...Je me sens encore bien dans la vie et j'espère que toi aussi. Ne brûlons pas les étapes...Après cinquante ans, le moral pèse autant que le physique dans la sensation d'être jeune, et l'emploi de certains mots nous laisse sur la rive de la jeunesse ou au contraire nous embarque vers la sclérose du cerveau plus rapidement qu'un avion supersonique.
      gros kiss ma belle copine
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. J’aime beaucoup le texte de Giono, qui parle de ce qui a été et de ce qui suit la perte.
    J’aime aussi ton texte. Entre les yeux de ton père qui se sont fermés et ceux de ton fils que j’imagine grand ouverts sur la vie, pleins d’appétit et d’énergie, il y a ton regard, ton regard comme maillon intermédiaire. Des yeux curieux, des yeux attendris, des yeux attristés, des yeux imaginatifs. Il est important, ce regard-là. C’est important d’assumer le fait qu’on devient pour nos enfants un rempart entre eux et la mort. Ils en ont besoin. Ça exige de l'expérience, du courage et un fort savoir vivre (attention ! je n’ai pas dit : savoir-vivre ! Nadine n’a rien à voir là-dedans).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien cette idée de « maillon intermédiaire » entre mon père et mon fils...Oui c'est exactement cela. Tous les prodiges de l'enfance sont encore en moi, et j'ai déjà en moi la saveur de la vie que donne l'approche de la mort.
      Comme dit Brassens, je « balance entre deux âges »
      Savoir vivre, oui, c'est quelque chose de plus difficile que de tenir une tasse de thé...
      merci pour ton com profond et drôle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis en train de me rendre compte que je ne suis plus un intermédiaire et que je ne devrais même plus prétendre balancer entre deux âges.
      Faut oublier les tas si vils et en rester à l'âge de ses sentiments. Du moins, Samaranche de le penser...
      Ti bacio Sorellita

      Supprimer
    3. Samaranche ? comme le franquiste reconverti dans le sport de haut niveau? Nan ?
      Ah...c'est peut-être par association d'idées avec les tas si vils... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. oui mais ... pourquoi elle dit bing bing ou beng beng et c'est écrit bang bang ? Faut l'admettre, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle prononce à l'anglaise, en fait...
      C'est vrai que ça interpelle au niveau du vécu !
      Enfin je crois.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Toute sa vie on croit tenir..
    On tient un enfant par la main,
    On tient quelques femmes dans ses bras
    On tient un bon boulot
    Et puis vers la fin de sa vie, on se rend compte qu'on tenu que du vent...
    Answer is in blowin !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paroles de sagesse à la Gabin...
      Mais doit-on s'empêcher de tenir certaines femmes dans ses bras sous prétexte qu'elles ne sont que du vent ?
      That's the question...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Le vent a parfois un goût de miel, ce miel qu'on ne trouve qu'en Provence, et dont on fait rapporte la légende, un nougat si délicieux, qu'on en oublie le nom de sa mère... Peuchère !!
      Baci all' miele.

      Supprimer
    3. D'autre fois, le vent a la force du mistral qui dévaste tout sur son passage comme une furieuse tempête...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Hier encore, j'avais 20 ans...dit un autre chanteur quasi mort...quelle haine de vieillir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quasi mort ? C'est pas très sympa pour le vieux Charles !
      Oui, on peut avoir la haine de vieillir, mais la haine est un sentiment si négatif...
      Et puis, est-ce utile puisque tout le monde y passe ?
      ne vaut-il pas mieux préserver sa santé le plus possible et accepter ce que l'on ne peut pas changer ?
      Bon je dis ça, mais c'est vrai que voir la vie qui diminue, c'est pas top tous les jours... ;-)
      Allez, tu as encore de belles journées devant toi, Mindounet ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mourir cela n'est rien, mais vieillir.... disait Brel
      Cette enflure a choisi la facilité à 49 berges, comme Dimay, comme Debronkard...
      Quant à moi, je les aurais bien vu se tanner le cuir encore quelques décennies....
      Ti bacio

      Supprimer
    3. C'est vrai que ça fait jeune pour partir...
      Alors que certains malfaiteurs de l'humanité arrivent à un âge (de décomposition) avancé(e)...
      Y'a pô de justice !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. C'est vrai ça.
      Si le Malfaisant et Flamby avaient eu la bonne idée de claquer à 49 berges, tu imagines l'économie de merdouilles qu'on aurait....
      Baci Cara

      Supprimer
  32. Très beau texte très belle plume ! A chaque fois tu m’emportes avec tes souvenirs, tes maux, et puis tes aquarelles un vrai régal pour les yeux et le cœur.

    Bonne soirée Jolie blue-Célestine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emporter ou ravir, est-ce que ce ne sont pas des synonymes ...
      Merci pour tes jolis enthousiasmes, chère Cristina
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. "Hier encore ", je faisais comme si la vie repoussait les limites.Aujourd'hui, je me dis "pourvu que je puisse encore longtemps accompagner ma petite koala de 7ans,ma première petite fille qui me tire vers le bonheur des jours !
    Merci Célestine pour tes mots,ceux de Giono et la vie qui s'enroule, se déroule, se fête,s'écrit en joies, en partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de dispenser des mots de poésie comme on saupoudre un gâteau de sucre: afin de l'enjoliver et de le rendre encore plus délicieux.
      Et longue vie à ta koalette.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Tu croyais donc être devenue "grande" en pensant à toutes ces années passées ? La perte d'un être cher et la faille est là, insidieuse, déstabilisante et tout est remis en question. Tu étais grande mais la petite de quelqu'un. Se retrouver en première ligne, sans rempart, nous oblige à regarder en arrière, à appréhender notre vie différemment ; et les regards qui s'attardent avec une tendresse étonnée sur notre progéniture nous la fait découvrir autrement. Quoi ? Déjà 30 ans le premier koala ?
    Je ris et je comprends : pas plus tard que tout l'heure, les cheveux poivre et sel de mon Xavier (43 ans) et les tempes légèrement dégarnies de mon second Guillaume (39 ans). Les photos que je trimballe dans mon portefeuille depuis leur naissance ne leur ressemblent plus du tout ! Et pourtant, je sais bien que c'est eux que j'ai serrés très fort contre moi. C'était quand déjà ?
    Gros bisous petite maman, profite bien de tes koalas. Notre bien le plus précieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils poussent et nous poussent disait ma grand-mère.
      je ne me sens pas "poussée"
      Je me sens très proches d'eux, est-ce parce que j'ai été une jeune maman, toute ma vie, avec ma fréquentation des élèves, cela aide à garder un esprit jeune et à rester proche des préoccupations des jeunes.
      Alors je profite, je profite et je suis comme toi: en émerveillement constant devant les cadeaux de la vie, et tu as raison, les enfants sont notre bien le plus précieux.
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Le temps d'un jean et d'un film à la télé / On s'retrouve à vingt-huit balais, dit Souchon dans S'asseoir par terre. Jours, semaines, années, vies passent si vite, on est déjà le 22 Janvier ... Alors oui pourquoi pas s'asseoir par terre ? Mais on peut aussi continuer de marcher ...
    Ton texte est beau, Celestine. Il coule sous mes yeux comme l'eau de son pas furtif de celui de Giono.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va pas encore s'asseoir sur le trottoir d'à côté, on n'est pas fatigué...
      Ecrire, oui, encore et encore, pour chanter le chant du monde.
      Tu es partant, toujours, Patrick ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Hier encore j'avais 20 ans..."Sans compter sur mes jours
    Qui fuyaient dans le temps". C'était hier, le monde était un peu plus joli dit celle qui a 40 ans se désespère de ce monde qui se bat, se débat, se fane...
    Quel bel hommage à ton grand fils (30 ans, le bel âge ;)
    Douces pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde est toujours beau, Cloudy. Les arbres, le chant du ciel et les vagues qui roulent. Nous devons juste y penser à chaque seconde, pour ne pas les perdre.
      Ne désespère pas.
      Je veux garder le sourire en face de celui de mon fils, pour qu'il ne désespère jamais lui non plus. ;-)
      Pensées affectueuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Votre plume est toute imprégnée de celle de ce grand poète de l'éternel, le poète du Chant du Monde.
    Celui de Baumugnes et des Bastides...
    Et votre texte m'émeut profondément, délicieuse.
    Vous êtes l'éternel féminin, celui qui ne vieillira jamais.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tombée dans Giono dans un éblouissement, comme lorsque l'on sort d'une maison fraîche et sombre et que l'on se retrouve en plein soleil de midi à cligner des yeux, étourdi par tant de lumière.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. J'aurais aimé savoir écrire aussi bien que toi, peut-être n'ai-je pas assez lu tous ces grands auteurs dont tu t'es nourrie ?
    En tous cas, j'aime comment tu parles des choses sérieuses en gardant toujours ton petit sourire.
    C'est trop beau !
    Bise d'Angela :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que lire beaucoup aide, ce n'est pas à toi que je l'apprendrai...
      Quant au petit sourire, je l'avais déjà à sept ans, si tu te rappelles la photo de mon dernier billet...
      merci ma belle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Hier encore, je faisais comme si je ne mourrai jamais...
    Très beau billet et chute délicieuse!
    Bisous chère fee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne vas pas mourir, tu vas décéder. C'est moins violent ;-)
      hihi !
      Parole extraite de cet excellent sketch que je revois toujours avec grande jubilation...
      Bisous ma luciole.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Oh le joli cri du cœur d'une maman koala ! C'est si beau de savoir se dire je t'aime, c'est une richesse inouïe et éternelle il me semble... Des bisous sincères céleste Célestine (j'ai lu ton précédent billet avec super minois de tes 7 ans, trop mimine !!!). brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la plus belle chose au monde, chère Plume.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Merveilleux billet Célestine où tu fais couler tes mots avec tant de tendresse. Merci pour Giono dont je lis avec bonheur ses poèmes. C'est beau de voir grandir ses enfants, les souvenirs d'eux petits sont en nous et rien de nous les enlèvera. Nos enfants grandissent mais le coeur d'une maman reste le même, toujours ouvert.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il est des souvenirs tellement ancrés en nous (j'allais écrire encrés, comme à l'encre indélébile) que personne ne peut nous les enlever...Les seuls souvenirs qui ne paraissent jamais lointains...
      Bisous chère Denise-Eugénie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. « Les choses s'enfuient, d'autres viennent. Belles ! Plus belles encore de leur fragilité. » Oh oui, et comme j'aime ces mots, Célestine. A chaque âge de leur vie, de notre vie, il y a de si belles choses à partager avec nos "petits", car ils resteront toujours nos petits, n'est-ce pas ? (sourire)
    J'aime beaucoup ton billet, Célestine. Merci ! :-)
    Belle fin de journée, gros bisous.

    RépondreSupprimer
  43. Ah Françoise, comme tu as raison.
    Je te réponds un peu tard mais ce n'était pas volontaire.
    Oui, bien sûr qu'ils restent toujours nos petits...
    Belle fin de journée à toi, même si ce n'est pas la même ^^

    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  44. Didon notre hôtesse,
    Tu pourrais lui chanter ça pour son anniv' à ton koala:
    https://www.youtube.com/watch?v=z9iYK91IKMU

    ...'fin moi, Jdirien !...

    RépondreSupprimer
  45. Quand il était petit mon fils, qui lui aura 32 ans en avril, n'avait pas de doudou, et ça me perturbait un peu. J'ai tenté diverses peluches pourtant, ce n'est pas ce qui a manqué. Jusqu'au jour où ses yeux se sont éclairés devant l'une d'elles, il a tendu les bras et il a dit "Mimi". Comme s'ils s'étaient reconnus. C'était un koala, alors depuis j'ai une tendresse particulière pour eux. Mimi est toujours là dans l'étagère, un peu usé un peu abîmé mais tout doux encore, et quand je le regarde, j'ai 30 ans de moins.

    RépondreSupprimer
  46. https://www.youtube.com/watch?v=lWs_gSx-taI

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.