mardi 23 avril 2013

Ordre et beauté


Marcher, rêver, méditer, apprécier, s'extasier, écouter, humer, respirer, contempler, toucher, cueillir...
Entendre le calme écho d'un monde immuable résonner entre les grands arbres, vertes cathédrales érigées sans gloire et pourtant pleines de majesté, et jouir de l'instant, du luxe de la solitude consentie, de la volupté de sentir ses racines originelles qui affleurent en soi, lorsque la vacuité de l'âme débarrassée des miasmes superflus, laisse enfin toute la place à l'ordre et à la beauté des choses.

En un mot comme encens, je kiffe grave les vacances.



54 commentaires:

  1. Ravie pour toi
    j'aime les vacances de Printemps , les plus douces , quand on a la chance de pouvoir en profiter

    ne te prive pas de ce bonheur là , ressource toi pour encore mieux repartir Célestine
    bises douces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est faite d'accélération et de freinage...J'ai levé le pied, et ça me fait un bien incroyable...

      Supprimer
  2. Z'y va trop grave le bifton... Bravo belle nature un peu comme devant chez moi : tractopelles, marteaux-piqueurs, et autres grues ! On nous installe un tram (il n'est pas nommé DESIR)
    Veinarde belles châsses profite bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si, il est nommé désir. C'est parce que tu n'as pas bien regardé.Ne sera-t-il pas un moyen rapide et sûr de rejoindre Paname, la ville de tous les désirs?

      Supprimer
    2. Bien sûr je plaisantais, un arrêt prévu devant chez nous, le tram, le métro , et de là je vais dans le monde entier... Paname pour un ticket à 1€ et des brouettes. Vivent les champs, le sactos et la Seine, voir la Seine et mourir... de plaisir ! Ah le bon air du parc Montsouris)(c'est juste pour faire râler les pédzouilles)

      Supprimer
    3. Les pedzouilles ont leur parc Montsouris devant la porte, ce qui leur laisse tous loisirs de laisser la joie des tracto-pelles, marteau-piqueurs et grues de chantier aux Parigots ;-) Pour celles de Pigalle, il y a les mêmes en province, mais en couleurs plus.... pastelles. Dans la foulée, avec le prix du ticket, le pedzouille se paie un caoua en terrasse.
      Ciao Cugino

      Supprimer
    4. Moi, j'aime bien la ville, et j'aime bien la campagne...vous disputez pas, hein, sinon ça va me rappeler le boulot!

      Supprimer
    5. Ma ! Célestina ! Lorsque tu entends des cris sur la plazza et qu'il y a de grands gestes menaçants, ne va pas croire que c'est le jour où l'on égorge le cochon ou que tu assistes aux prémisses d'un homicide. Ô que non, ce sont juste deux ritals qui discutent tranquillement du match de foot de la veille ou des qualités respectives de leurs bagnoles ...
      La comédia del'arte, c'est rital :-D
      Baci per te
      et ciao per il cugino

      Supprimer
    6. Heureusement que tu n'as pas inversé cugino ... Baci per Celestina e ciao per il cugino ! J'embrasse pas les mecs, j'peux pas !

      Supprimer
    7. @ Célestoche
      hai visto come vai la commedia con due italiani
      Baci ragazza

      Supprimer
  3. Je n'avais encore jamais entendu un tel lyrisme sur une piste jaune !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute dû au fameux mystère des femmes, de trouver de la poésie au détour du moindre G.R...
      La couleur jaune me rend lyrique et je dirais même légèrement euphorique, par le fait que ce simple coup de pinceau est un rappel de la couleur des plumes du verdurin à poil ras de Poméranie qui pullule dans cette forêt, mais que l'on n'aperçoit que les soirs de nouvelle lune, et encore, si l'on est équipé d'une frontale.

      Supprimer
    2. Faites attention Célestine, je vous en conjure ! Si le verdurin à poil long a désormais le poil ras, c'est qu'un barbier grec sévit dans ces bois.

      Supprimer
    3. N'ayez crainte, je ne sors jamais sans mon allume gaz ni ma bouteille d'eau de fleur d'oranger, qui comme chacun sait sont les antidotes parfaits aux barbiers grecs de première génération.

      Supprimer
  4. Ma grand mère aurait dit profites, tant que tu peux.
    Je dois avouer qu'elle me parait de moins en moins immuable la beauté de la nature...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Certes. Mais de par chez moi, elle a de beaux restes. Alors j'en profite.
      Du coup, on doit avoir eu la même grand-mère...;-)

      Supprimer
  5. Comme quoi, qui fait rien kiffe tout ! :~)

    RépondreSupprimer
  6. Déjà que par chez-moi c'est une forme de quotidien, avec des km de forets qui viennent me courtiser là, juste au bout de mon champ; je reviens de surcroit d'un paysage digne des origines du monde autour d'un gour auvergnat. Je comprends d'autant mieux ton lyrisme envers dame nature...
    Baci cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'invites quand tu veux dans ton bout du monde, hein.
      Moi tant que j'peux être lyrique, ça me va bien...non, parce que dans la série " t'as raté l'événement du siècle" je crois que je commence à comprendre...

      Supprimer
    2. Crévindiou, j'espère bien que ce ne soit pas celui du siècle... déjà que du printemps c'est bien assez conséquent :-) Je t'ai fait un rapport circonstancié par courriel.
      Tu as manqué dans la chorale ;-)
      Pour la visite, c'est toi qui dit, parce que:
      Honneur aux dames
      Honneur aux travailleurs
      Alors tu penses, une dame travailleuse....
      Molto baci

      Supprimer
    3. Mouais enfin, à en croire mon cher Walrus ( dont je ne dirai aucun mal vu que c'est le boss du " Défi du samedi" et que je n'ai pas envie de me mettre mal avec le boss) donc a l'en croire, la dame travailleuse serait tout le temps en vacances... Il paraîtrait même que j'abuse...

      Supprimer
    4. Je peux le dire parce que ce n'est pas mon boss, que je cours vite et que de toutes façons il ne sait pas où j'habite... Donc je peux dire que c'est certainement la jalousie.
      A contrario, je trouve que tu as trop d'obligations, même que ça déborde sur les vacances....
      Baci Ragazza

      Supprimer
    5. Ah bon? Je ne vois pas de quelles obligations tu veux parler? Familiales, peut-être? Celles-là, elles sont assez incontournables, je pense...

      Supprimer
  7. Bonnes vacances Célestine!
    Les miennes débutent vendredi soir....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez courage, plus qu'une demi semaine...Le temps passe décidément trop vite, mais que faire? Surtout ne pas se lamenter, ça perd du temps pour rien...

      Supprimer
  8. Que c'est beau !

    De mon côté, pour cette semaine, c'est jouer, s'accorder, répéter, essayer, accélérer, s'écouter pour trouver une harmonie.
    Des journées fatigante et tellement reposantes pour la tête !
    Moi aussi, "je kiffe grave ces vacances".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La musique est ma deuxième façon de me laver la tête... Et je ne pars jamais sans ma guitare... Bonnes vacances ma belle!

      Supprimer
    2. Par contre, je me rends compte que je ne sais plus écrire.
      De mon côté, ma clarinette ne m'accompagne pas toujours en vacances. Cependant, cette semaine me rappelle combien la musique me fait du bien. La semaine prochaine sera bien différente et, pour une fois, deux semaines de vacances ! Vraiment. Enfin, presque, ce soir, il faut que je travaille pour mes stagiaires.
      Bonnes vacances à toi aussi !

      Supprimer
    3. Même pas vu la faute! Je suis en vacance orthographique aussi!

      Supprimer
  9. chataigneraie58mardi, 23 avril, 2013

    tres beau paysage! demain c'est a notre tour...il faut que je m'affole pour faire les bagages!
    bonnes vacances! respires! ressources toi...a fond!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne fais que ça... Et jouer au yatzee... De folles parties le soir, en famille...

      Supprimer
  10. Jouir de l'instant, voilà le plus beau présent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli! Chaque jour que l'on vit est un cadeau, c'est pourquoi cela s'appelle le présent...

      Supprimer
  11. Encore des vacances ! Y en a qui abusent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Walrus, cher ami, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu et encore moins grossière, l'homme de la pampa parfois rude reste néanmoins courtois, mais la vérité m'oblige a te dire que les gens qui me disent que j'ai trop de vacances commencent à me les briser menu!

      Libre adaptation d'une réplique culte du film non moins cultissime " les tontons flingueurs" dont, connaissant ton grand sens de l'humour et l'immensité de ta culture cinématographique, tu ne sauras me tenir rigueur.
      Du moins je l'espère, sinon, je n'ai plus qu'à réciter trois paters et deux Ave pour me faire pardonner...

      Supprimer


  12. Très beau texte qui appelle avec bonheur et Cyrano et Baudelaire


    Mon enfant, ma soeur,
    Songe à la douceur
    D'aller là-bas vivre ensemble !
    Aimer à loisir,
    Aimer et mourir
    Au pays qui te ressemble !
    Les soleils mouillés
    De ces ciels brouillés
    Pour mon esprit ont les charmes
    Si mystérieux
    De tes traîtres yeux,
    Brillant à travers leurs larmes.

    Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
    Luxe, calme et volupté.


    Ca, c’est le début de l’Invitation au voyage de Baudelaire.


    Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais... chanter,
    Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
    Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
    Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
    Pour un oui, pour un non, se battre, - ou faire un vers !
    Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
    À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
    N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
    Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
    Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
    Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
    Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,
    Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,
    Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
    Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,
    Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
    Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !


    Que serions-nous sans nos maîtres et nos maîtresses qui ont su nous transmettre l'approche des grands textes qui fort heureusement nous restent à jamais ?

    Décidément, la vacance vous va bien.


    ps : excellent, votre "en un mot comme encens" !




    Ca, c’est pour la fin de la tirade des Non merci ! de Cyrano.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour l'invitation au voyage, qui est quand même mon poème préféré parmi les préférés, je reconnais avoir placé dans mon petit texte les mots sublimes de son refrain.
      Cyrano m'a sans doute inspirée inconsciemment ( c'est souvent le cas) quant à la jolie phrase " en un mot comme encens" j'avoue que c'est une friandise que j'ai dû voler dans quelque coffret mystérieux en promettant de la remettre en place, un peu comme un enfant qui demande: Tu me prêtes un bonbon?
      Le propriétaire du coffret me pardonnera cette audace, je l'espère...
      Merci pour cette minute culturelle, cher Nuage.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. C'est vrai que si on nous les supprime un jour, ça va être dur!
      Bonnes vacances en attendant... ;-)

      Supprimer
  14. BONNES VACANCES CHÈRE CÉLESTINE!!!!

    Ici encore quelques jours de labeur qui se traînent en langueur,
    quelques jours ensoleillés plein de sourires d'enfants, de petits galops,
    quelques jours de convalescence pour un cœur vaillant en train de cicatriser
    Un jour ou deux ou trois et une escapades dans un château.
    Un château et son labyrinthe !
    - Est-ce qu'il y aura le minotaure?
    Mais mes petits élèves auraient-ils peur des légendes?
    - On amènera le fil d'Ariane !
    Voilà que la culture, le beau, le sublime se mêlent à la réalité comme dans un rêve éveillé.
    Voilà encore quelques jours de labeur qui ont un avant goût de vacances!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau ce commentaire! Un talent fou pour me parler d'école sans que ça ait l'air de me rappeler le boulot!
      Bonne fin de semaine Melodie !

      Supprimer
  15. JE dirais même plus, je surkiffe les vacances !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah quel joli temps que celui des vacances...

      Supprimer
  16. Belles vacances et bon Kiff alors... tu les vis si bien et si joliment!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles un livre qui s'appelle " 3 kifs par jour" moi en période de vacances, je dois en être a cinquante par jour, je frôle l'overdose ou le syndrome de Stendhal... Merci d'être passée Brizou.

      Supprimer
  17. les vacances, pour moi c'est déjà la fin. profite, Célestine, elles passent très vite. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ne m'en parle pas! elle passent aussi vite que les semaines d'école, c'est dire!

      Supprimer
  18. Bonnes vacances Célestine !
    Merci pour tes doux passages que j'apprécie ...

    La forêt
    L'ordre
    La beauté

    ( Nous en avons besoin pour tisser, air-tisser nos âmes ... )

    Le chemin qui se dessine
    à l'or
    Parfum danse
    En ce temps
    de l'art
    et ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'apprécie d'autant plus les tiens qu'ils sont toujours très beaux et doux comme des pépites de chocolat posées dans une brioche.
      De l'art et... J'aime ces points suspendus au-dessus du vide. Je me garderai bien d'y ajouter quoi que ce soit qui briserait cet instant fragile...

      Supprimer
  19. Je suis d'accord avec toi même si les forets ont tendance à m'oppresser. Je recherche davantage les nids d'aigle avec un large panorama et les falaises au bord de l'océan. Mais les bois sont des endroits légendaires, peuplés d'êtres que notre esprit imagine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a forêt et forêt...celle la était légère, avec de larges trouées de ciel et une ascension vers le somme, promesse de panorama délicieux et imprenable.
      Certaines forêts sombres et inquiétantes peuvent m'oppresser aussi, surtout par la peur de m'y perdre.
      Mais ici, j'avais les marques jaunes( voir plus haut mon échange avec Fernand chocapic)
      Bonne journée cher Mind. C'est chouette de te voir la.

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.