vendredi 12 octobre 2012

Jeanne

Je crois qu'il est tombé au bon moment, ce texto. 
Sa douce petite musique a résonné comme une salutaire sonnerie de récréation. 
Il était 22 h 29 et je comatais* entre la télé et mes copies à corriger... Qui dira la solitude du prof devant son tas de copies doubles, le soir au fond des bois?
C'était un texto de Jeanne. Nous nous sommes mises à essemesser* comme des petites fofolles. Echanger des riens, échanger des tout...
Un jour, je lui ai donné mon numéro de portable en semant des indices sur son blog. Et comme elle est malicieuse, elle a trouvé tout de suite ma géniale astuce: les numéros des départements...Un truc que je tiens de ma chère grand-mère...
Soi-disant qu'il y aurait une vie "virtuelle" et une vie réelle! Ce n'est pas vrai: à ce moment précis, Jeanne est bien plus réelle que certaines personnes qui se disent de mes amies et qui ne donnent signe de vie que lorsqu'elles ont besoin de moi... 
 Magie des nouvelles technologies! Je suis en train de papoter avec quelqu'un qui se trouve à...814 km si l'on en croit Sir Google Earth*,  et j'ai l'impression qu'elle est assise à côté de moi sur le canapé. A moins que je ne sois sur le sien...
M'enfin, la vie virtuelle nous ferait trembler, nous ferait palpiter, nous ferait rêver, et ce ne serait pas la vraie vie, ces battements de cœur?

On rit, on s'échange des photos, des applis* de smileys*. On parle de nos points communs: trois enfants dont on est si fières, le même genre de boulot (pompant mais passionnant), nos chats, notre sens de l'humour...Ah! l'humour, ce remède imparable au désespoir!
Et comme une femme peut faire plusieurs choses à la fois, nous tchattons* en même temps,  avec nos filles respectives...
J'essaie juste de ne pas m'emmêler les pinceaux entre les lol* et les mdr*, et de ne pas répondre à Jeanne que je lui ai viré 200 euros pour payer son trimestre de danse. Nos filles sont étudiantes, belles et loin du nid. Trois points communs de plus.

Et on décide d'écrire ce billet à deux mains...Une idée subtile de Jeanne! J'ai hâte de voir comment elle a vécu ce moment de partage... Je trouve qu'elle me ressemble. C'est une fille avec un coeur énorme.
Elle s'appelle Jeanne et on s'est promis qu'un jour on se rencontrerait...


* si vous ne connaissez pas la signification de ces mots, tant pis. Désolée, vous n'aurez pas votre Brevet Informatique et Internet, (B 2 I) appelé aussi bédeuzi. Et donc, bien que vous ayez plus de douze ans, vous redoublerez votre CM2. Na!

58 commentaires:

  1. C'est sympa de copiner ainsi. Et ça fait du bien.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, et je n'ai pas résisté à l'envie de venir voir, même si ce n'est pas mon heure, ce qu'elle avait écrit...Avant d'aller au boulot c'est sympa! Bonne journée, Berthoise!

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Célestine,
    En allant chez Jeanne (je suis addict :lol:) je vois tes yeux, ton nom... Je me dis ??? ... !!!
    Prudente, je lis le billet de Jeanne, je commente, car le soir je comate dès que j'ai fini de dîner ! et je clique sur sa traboule
    C'est Toi :lol:
    C'est drôle, je ne pensais pas que vous vous connaissiez si bien virtuellement !
    Vous avez passé une belle soirée et ce matin vous partagez avec nous, merci, ça fait du bien :lol:
    Antiblues va être content de ces liens rapprochés !

    Tu sais que je ne prends pas le temps de te lire de A à Z, mais j'aime ton écriture et cette découverte d'Amitié me fait chaud au coeur, vraiment.

    Bonne fin de semaine & bisous d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Soène de ton passage. Nous avons déjà eu l'occasion d'échanger virtuellement par mail, tu te souviens?

      Supprimer
    2. Bien sûr que je m'en souviens, j'avais été surprise du contenu de ta réponse, même.
      Comme quoi, on se fait des idées fausses juste avec un blog :lol:
      Bises d'O.

      Supprimer
  4. Je vais aller voir chez Jeanne...j'aime quand tu parles de l'intime avec la sincérité de ton coeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime quand, de temps en temps, on se découvre des sororités avec des blogs...Tu en sais quelque chose, non?

      Supprimer
  5. vu que je suis au terrier , faute de retour de voix, je peux donc te lire tranquille!! moi, les sms, suis pas cap encore ...
    au fait, la toile en tête de ton blog est sublime!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment désolée pour toi: c'est un coup dur pour une chanteuse de perdre la voix!
      Es-tu allée voir les autres toiles de cette artiste? (j'ai mis le lien en haut dans 'bienvenue chez moi). Elle EST sublime.

      Supprimer
  6. Vous avez fait les "fofolles" les filles :-))
    Je vais aller voir chez Jeanne du coup !!
    Bises, Laure
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a-t-il plus doux plaisir que de faire les fofolles entre copines? C'est vrai que c'était un bon moment.

      Supprimer
  7. Ah que cela fait du bien ces moments là ! C'est mieux que de corriger des copies ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'exercice demande une petite récréation de temps en temps...Je ne t'apprends rien...(sauf si tu es en maternelle...)

      Supprimer
  8. C'est plus que nécessaire pour tenir le coup parfois...

    Belle journée avec bises

    PS- merci pour la chanson...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! patriarch ça me fait plaisir que tu aimes ma chansonnette. Ce n'est pas la version de Mouloudji mais je l'ai trouvée jolie cette version, pour faire une déclaration d'amitié...

      Supprimer
  9. Bonjour Célestine amie de Jeanne... Tu as raison d'écrire qu'elle a un coeur énorme, je la connais un peu...
    J'aime beaucoup la peinture bannière de ton blog, j'apprécie aussi ta façon d'écrire... Je reviendrai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que tu es passée par ici il y a longtemps...Je n'avais pas la même bannière, c'est vrai qu'elle est belle... Tu reviens quand tu veux.

      Supprimer
  10. C'est un peu comme Oizo Jaune et Petit Singe Vert (ou Zazounette et Cathy), ils se comprennent tout de suite et pourtant ils ne se sont rencontrés que par écrans interposés ! Et c'est plus fort que certaines relations de voisinage ou de proximité !

    Bisous à toi et à Jeanne que j'ai mise aussi dans mes "favorites" depuis quelques jours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, l'histoire d'amour entre Oizo Jaune et Petit Singe Vert est très émouvante...Merci Cathy pour tous ces moments de bonheur que tu me donnes à lire ton blog.Merci pour Zazounette et pour Hutte des Bois.

      Supprimer
  11. Vous étiez faites pour vous trouver. C'est fait, grâce au web !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. WALRUS Je me souviens que tu avais commencé à dresser la carte de ton blog...Qui est arrivé en premier, par l'intermédiaire de qui? On n'en sait rien, et finalement, quelle importance? Tu es venu chez moi un jour par hasard et depuis tu es un de mes plus fidèles lecteurs...Et pour cela je te remercie.

      Supprimer
  12. Je pense comme Warus que vous étiez faites pour vous entendre toutes les deux! Avec tous ces points en commun!!
    Moi je ne suis pas du tout sms... je m'emmêle les pinceaux
    Je préfère les mails et/le tél pour garder contact

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais ma Coum. Je t'envoie un mail dès que je peux.
      Je t'embrasse fort!

      Supprimer
  13. http://www.deezer.com/track/5896318

    Et la version de Marcel hein ?

    La Jeanne TA Jeanne elle marche peut-être avec une cane ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ANDIAMO Déjà que je me suis fait allumer par certains commentateurs de Jeanne parce que j'avais mis de la musique automatique sur mon blog, et pourtant je trouvais cette version assez douce...Si j'avais mis la voix de Mouloudji, qu'est-ce que j'aurais pris! Cela dit, cool le jeu de mots. On a dû le lui faire souvent à Jeanne, le coup de la cane...

      Supprimer
  14. Déjà je suis rassurée je ne redoublerai pas mon CM2:-)! Et pourtant je ne suis pas du tout addict aux SMS, n'utilisant mon téléphone portable (une antiquité) qu'en cas de nécessité extrême!
    Et puis impossible de tricoter et d'essemesser en même temps:-)!
    Mais mon mari lui n'arrête pas en regardant la télé à mes cotés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien, Mammilou, tu te tiens au courant des dernières trouvailles sémantiques...L'habitude d'une longue fréquentation de collègues de bureau de moins de dix ans, sans doute...
      Cela dit , c'est sans doute pour la raison que tu évoques que je ne suis pas une tricoteuse...j'aime trop les sms!

      Supprimer
  15. Tu sais pas ? et ben , cette chanson , nous la chantons cette année a capella à la fin d'un medley valse , c'est beau !!!!!!!!!!!!!!
    Merci pour ça , cette douce folie , complicités de femmes , qui se ressemblent , qui se trouvent
    échanges spontanés , blabla gratuits
    Je suis certaine que nos filles sont heureuses de nous voir vieillir dans cette vie là , que même loin d'elles nos vies sont belles , entourées nous sommes , rassasiées de messages , de pensées , d'affection
    Peu importe la méthode , c'est la spontanéité qui compte
    En me réveillant ce matin , j'avais hâte de te lire , beau billet , j'aime ces hasards de la vie , je ne m'en lasse pas ...
    voilà , on se rencontrera , quelque part , n'importe ou , guidées par le hasard ..
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Jeanne. C'était merveilleux de découvrir ton billet ce matin au saut du lit. De voir que sans rien se dire, nous avons fait des choses très similaires et pourtant différentes. La photo surtout m'a impressionnée: c'est de la pure synchronicité d'avoir, sans nous concerter, eu la même idée pour illustrer nos billets. J'ai été un peu déçue par certains commentaires chez toi, qui se sont focalisés sur la musique que j'avais choisie, et n'ont même pas lu ce que j'avais écrit. Mais je suis ravie quand même de cette expérience qui prouve encore une fois que les relations humaines obéissent toujours aux mêmes règles immuables: coups de foudre, affinités, atomes crochus...Une histoire de phéromones qui marchent même à distance, A TRAVERS LES MOTS...
      Bonne soirée Jeanne!

      Supprimer
  16. Et sur son blog, le pendant de ton billet !... Sympa, le copiner/coller ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TANT BOURRIN? je ne te le dirai jamais assez, tu es un génie des calembours! Je t'adoooore!!!

      Supprimer
  17. à 19 h 49 seize commentaires pour Célestine 17 pour Jeanne qui va gagner ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne risque pas de rivaliser avec Jeanne! Elle a un fan-club sur-dimensionné.
      Je suis juste très heureuse d'en faire partie.
      Comme je suis heureuse que tu fasses partie du mien.
      c'est cool ce que tu as dit sur moi chez elle.

      Supprimer
  18. J'utilise assez souvent le SMS, mais en français académique. Un jour, pour faire d'jeun, j'ai utilisé le jargon texto... la réponse a été immédiate et lapidaire : "Oh non, papa ! Pas toi !!! Franchement tu me déçois !"
    Je suis donc revenu à mon français traditionnel mais je maîtrise et comprends très bien l'argot texto, la preuve : "ta d'bo yx tu C !" ;-)

    RépondreSupprimer
  19. C'est vrai que c'est un peu de la magie quelque part ces "nouvelles technologies"...
    Les moins de vingt ans ne peuvent pas comprendre; enfin si, ici:
    http://www.youtube.com/watch?v=vPZLXZxpzwY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellentisime Zouc! Merci pour ce souvenir...j'ai vingt et un ans, c'est pour ça que j'ai compris... ;-)

      Supprimer
  20. Ah! mais bien sûr que c'est la vraie vie!
    belle rencontre, à suivre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te souviens-tu que nous avons failli nous rencontrer, l'an dernier, en Belgique...
      Je te garde toujours dans un coin de mes projets (et de mon coeur aussi)

      Supprimer
  21. Géniale et vivante Célestine ... Quant à la solitude du prof face à son tas de copies, pour moi c'est tôt le matin (lol). D'ailleurs ce matin j'interromps une excellente copie pour te faire coucou (lol). je t'embrasse (lol). Merci pour tes petits cailloux qui me font l'effet d'une amitié réelle - et peut-être plus profonde que le "ça va?" superficiel de l'amie voisine qui n'a pas de temps vraiment pour la réponse à la question ) lol) Alors oui je partage ton texte, complètement ...
    Bise bise (lol) Je t'envoie un RIB pour le trimestre sport de mes loups (mdr ..lol... :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te fais le virement tout de suite!
      merci en tous cas de ton passage ici.Cela me fait toujours grand plaisir.

      Supprimer
  22. J' ai bien ri quand Jeanne m' a fait voir ta photo avec tes bébés: je te voyais dans une petite quarantaine , pas très grande (de taille) et plutôt châtain! Je ne vais plus oser t' appeler "petite Célestine " !!!
    Quant à ma Jeanne, je vais pas t' en dire du bien, je manque d' objectivité, c' est ma copine.
    Ta chansonnette, je la chantais avec mon p'tit voisin dans les années 60 ...........
    Bonne journée, Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais j'espère bien que tu vas continuer à m'appeler comme ça, malgré mon mètre septante cinq!Quant à l'objectivité, c'est un peu emmerdant comme concept. je préfère la subjectivité du coeur...

      Supprimer
  23. Trois petits tours...et puis s'en va.
    Le ciel était gris le matin, mais gris comme en Provence, avec la certitude que dès le milieu de la matinée, il allait s'éclairer. Il savait bien que ce n'était pas très bien ce qu'il allait faire. Il allait faire l'école buissonnière. Oh! Rassurez -vous, par pour musarder le long des chemins. Non ! Il allait juste sortir de sa vie pour retourner sur les bancs de l'école, la vraie, la petite école avec une seule maîtresse et trente tête blondes ou brunes attentives ou étourdies mais tellement attendrissantes. Il avait repéré l'école. Il avait choisi la classe. Il avait choisi parmi les maîtres et les maîtresses, celle qui semblait le mieux convenir au rôle, au souvenir, à l'envie. Il avait repéré une place vide. Là, au troisième rang, un endroit neutre comme ceux qu'il aimait autrefois. Une vue sur le "dehors" où le regard aimait à s'absenter. Curieusement personne ne s'était aperçu de sa présence. Il semblait à sa place. Bien sûr, il s'était fait tout petit, et lorsqu'on est tout petit on est partout à sa place. Il était ému des odeurs, des couleurs. On lui avait dit que tout avait changé. Il ne trouvait pas. Bien sur quelques objets nouveaux avaient trouvé leur place et d'autres avaient disparu. Mais pour le reste, l'essentiel, l'esprit était bien là. Ainsi des années de restrictions, de réformes, de décisions et de contre décisions, rien n'avait réussi à chasser de l'école le plis important son âme.
    Les matières s'étaient succédés comme dans son enfance, n'y laissant pas assez de souvenirs pour qu'il pût, le soir, se passer de revoir ses leçons.
    Il se souvenait de ces figures, tracées par la maîtresse sur un tableau qui n'était plus noir. Il se souvenait aussi qu'ils avaient appris a chanter une merveilleuse chanson où il était question d'un extraordinaire jardin.
    Les heures avaient coulé comme autrefois. À la récréation il avait repris sa place dans les jeux. Et le soir hélas était venu. Il était retourné à sa vie simplement comme il était venu, comme après une parenthèse. Il conservait le souvenir des odeurs surtout des odeurs. Ah ce parfum de la maîtresse ,ce corps qui semble planer entre les rangs et son sillage magique.
    Il était le temps d'un jour, redevenu le "petit nouveau"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un enfant très sage, la maîtresse avait failli ne pas le voir parmi les autres enfants. Sage et attentif, avec ses grands yeux étonnés qui partaient parfois très loin dans son rêve...Heureusement qu'il s'était rappelé à son souvenir.Heureusement. Parce que la vie passait trop vite et que les jours tourbillonnants emportaient souvent malgré elle la maîtresse loin de ses rêves.

      Supprimer
  24. Désole...ça n'a rien a voir avec le sujet du jour. Mais j'avais envié de l'écrire.
    Signe : le peti nouveau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas ,petit nouveau, c'était un texte magnifique...

      Supprimer
  25. quelle belle rencontre, je file découvrir ta Jeanne !
    bises et bon we

    RépondreSupprimer
  26. Depuis quelques mois déjà je te lis ainsi que Jeanne !!!
    J'aime quand des liens se tissent grâce aux blogs. Je te souhaite que cette belle rencontre se poursuive.

    RépondreSupprimer
  27. ah les liens de l'internet...
    bises du soir...ranges tes copies c'est samedi soir:pause!

    RépondreSupprimer
  28. CO DE CONTES, BRIGOU, COTE DILETTANTE,

    Oui, je persiste à croire qu'internet ne diffère pas de la vie "réelle": on y fait de belles rencontres ...

    RépondreSupprimer
  29. Célestine, CA MARCHE !!! Enfin pour aujourd'hui, il m'en faut de l'acharnement !!!
    Pour te redire ce que tu sais déjà ! J'y crois très fort à ces rencontres qui prennent ou pas d'ailleurs, mais quand la greffe prend c'est pareil que dans la fameuse "vraie vie" ! Et on peut avoir une complicité plus grande encore qu'avec certains proches ! Vos billets respectifs étaient émouvants, on sentait justement votre émotion ! Continuez surtout... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de t'être acharnée... Bisous!
      Des idées pour ton prochain défi d'écriture?

      Supprimer
  30. La frontière virtuel réel est très théorique, ce qui compte c'est ce que l'on échange ou partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que nous sommes sur la même longueur d'ondes: tu es quelqu'un que j'aimerais mieux connaître, et avec qui je ferais bien sauter la "barrière théorique" pour échanger quelques textos...

      Supprimer
  31. J'aime bcp ce message plein de joie, de peps et d'amitié au milieu d'un tas de copie en effet surement un peu pompant !

    RépondreSupprimer
  32. oh oui je vous le souhaite ! et dis tu nous raconteras ? :-)

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.