dimanche 27 mai 2012

Un rite initiatique

Entre deux séances d'astro, les activités de plein air occupaient intelligemment le temps.
Les petits citadins d'aujourd'hui ont besoin de mettre les bouchées doubles pour apprendre la campagne,  la montagne, l'herbe, les arbres, les oiseaux et les fleurs. Je m'en suis aperçue au cours d'une randonnée avec un intervenant sur le thème "lecture de paysage". 
Au bout de dix minutes de montée, on entendait déjà soupirer, râler, gémir, pester contre la chaleur, la pente, les mouches. Arrivés sur le site d'observation, l'homme leur dit: 
"Je vais vous demander quelque chose de très difficile, je ne sais pas si vous allez y arriver!" (technique connue pour motiver un galopin de dix ans en titillant son amour-propre)
"Vous allez quitter vos chaussures, vos chaussettes, vous allonger dans l'herbe en mettant votre sac à dos sous la tête, et ne rien faire pendant dix minutes."
Je ne sais pas vous, mais moi, ce genre de consigne ne me semble pas si difficile... m'allonger dans l'herbe en écoutant le vrombissement des insectes dans un rayon de soleil, m'emplir des odeurs de résine et d'herbe sèche, le tout aux côtés d'un jeune homme, ma foi, assez bien fait de sa personne, je m'attendais à une épreuve plus terrible.
Eh bien, il n'en alla pas de même pour mon groupe de 14 enfants, plus de la moitié eurent des difficultés (pour ne pas dire de la répulsion) à seulement poser les pieds nus dans l'herbe.  Beaucoup ont eu du mal à se taire, à écouter, à fermer les yeux ou à ne pas bouger,  certains se sont mis à éternuer ou à pleurer, ravagés par une subite crise d'allergie, bizarrement toutes les bestioles qui piquent allaient sur eux,  et au final, seuls trois enfants ont démontré qu'ils avaient l'habitude du contact avec la nature. Des enfants qui font de la rando avec leurs parents, que l'on n'accompagne pas forcément en voiture à l'école, qui ne sont pas enrobés dans du coton, qui savent encore grimper aux arbres...
Pour les autres, privés de leurs repères habituels (pantoufles, console de jeu, canapés,téléphone portable, dessins animés, sortie du dimanche chez Ikéa, ) la tâche est énorme: en juin, je vais essayer de leur raconter la vraie vie d'aventure que j'avais, enfant, quand je courais dans les champs avec mon père à la recherche de petits trésors naturels...
Leur faire étudier, peut-être, des passages héroïques de Pagnol, de Pergaud ou de Mark Twain.  Dans chaque enfant de 2012, sommeille un Tom Sawyer ou une Fifi Brindacier. Bon, là, ils sont bien enfouis, il faut creuser! Utopie? Sans doute, mais j'aime bien rêver, de toutes façons.

33 commentaires:

  1. il faudrait peut-être réhabiliter les habits de scaphandriers pour sortir dans la nature ces gosses enfermés sous tant de chapes...

    RépondreSupprimer
  2. Un bien joli rêve que tu as !
    Dis-toi qu'il n'est pas irréalisable.
    Ils ont confiance en toi, ça devrait le faire.

    RépondreSupprimer
  3. ah!! je vois d'ici la scène!! ces maudites allergies, c'est hallucinant comme les enfants en sont affublés de nos jours.
    c'est le côté trop aseptisé , la crainte des microbes etc ..qui a rendu l'être humain plus vulnérable ..va savoir.. Bon courage pour la ré-éducation à la Nature!

    RépondreSupprimer
  4. Surtout continuer. Surtout leur redonner le vrai sens des choses et le sens des vraies choses. C'est fou ce que vous m'avez manqué !
    Signé : Le petit nouveau

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai, ils sont trop couvés aujourd'hui....

    Bonne journée avec bises

    RépondreSupprimer
  6. Un retour aux vrais plaisirs simples de la vie...
    Nous ce w.e avec Stella on a couru dans l'herbe pieds nus... c'était si bon !!!!!!!!!!

    Bisous ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  7. Faire de jolis bouquets avec mes petits enfants afin de les offrir à Mamie, ou ramasser des jolis galets sur la plage, les pieds dans l'eau. Mettre des "gendarmes" dans une boîte pour en faire l'élevage (bien sûr, Papi relâche les pôvs' bête à peine petite fillotte partie) ! C'est tout de même mieux que les D S et autres consoles à la c... ];-

    RépondreSupprimer
  8. Pourtant qu'est ce que c'est bien de se prélasser dans les grandes herbes

    http://4.bp.blogspot.com/-bhqP7EbFosc/T6VXyFpbT7I/AAAAAAAAKXc/Z3UE8k7a98U/s1600/DSC07575.JPG

    RépondreSupprimer
  9. sutout dans les très très grandes herbes


    http://3.bp.blogspot.com/-T-usDjso728/T6VVgWb8PII/AAAAAAAAKXM/UteT9rIBNfg/s1600/DSC07707.JPG

    RépondreSupprimer
  10. C'est quand même assez inquiétant... même si, heureusement, dans ces moments-là, on sait tout à coup pourquoi on est là ;-) Cela me fait penser à l'une de mes découvertes de l'année : de très nombreux élèves de ma classe de 6e (je précise qu'ils vivent en milieu dit "rural") ne connaissent pas les noms des petits des animaux, un agneau par exemple... si si, véridique :-((

    RépondreSupprimer
  11. Ils ont grandis comme des arbres dans la ville et là, ils se retrouvent comme des pylônes de béton à la campagne !

    Bonne chance dans ton rôle de prof de péquenologie ! ;~)

    RépondreSupprimer
  12. chataigneraie58lundi, 28 mai, 2012

    il est revenu avec une seule idée:continuer a regarder les etoiles et apprendre le monde qui l'entourre..pas effarouché ni par les randos,ni la collectivite ni la pluie..il a franchi une autre etape hier, celle de la communion!la tele ne lui a pas manque..c'est vrai qu'on est pas du style a vouloir se garer au plus pres de l'ecole, voir dedans si certains pouvaient..oui, Cel y a du bouot pour detourner les citadins de ce carcan qui leur empeche de voir les choses de la vie..mais avec une instit comme toi, le pari est en bonne voie! bravo pour cette semaine!

    RépondreSupprimer
  13. La vie citadine n'aide pas , les parents noyes dans leur soucis... Ici le décor de Pagnol est planté là , il aide à être Tom et Fifi.
    Ceux que j'ai en classe ont encore cette capacité d'émerveillement, il n'y a pas à creuser bien loin, ils sont plus jeunes et vivent dans le décor eux aussi . Mais en CM2, je suppose que ça se corse drôlement surtout à partir du mois de mai...
    J'aurais adoré cette classe verte en tout cas!

    RépondreSupprimer
  14. C'est sans doute effrayant mais cela perdure à 18 ans, je confirme : les randos sont imposés parfois dans ce but là, et j'ai aussi beaucoup travaillé sur des auteurs tournés vers la Nature cette année, Pagnol, Jack London. On a aussi travaillé sur le film "Into The Wild", sans compter mon discours anti-consumériste toute l'année !:p ;)) Bisous, et on y retourne demain hein ? ;)) Bonne nouvelle, mon dossier de formation avance.. :)

    RépondreSupprimer
  15. ELLA Je suis toujours perplexe devant certaines conceptions "molles" de l'éducation. Je ne crois pas être de ces maîtres qui traumatisent leurs élèves, mais je suis pour les pousser un peu dans leurs retranchements.Je suis pour le dépassement de soi, la prise de risque, le goût de l'effort. Suis-je pour autant ringarde? Je ne pense pas. A force de les enrober dans du coton, on va finir par faire de certains enfants des poules mouillées. Et le monde de demain fonctionnera comment avec ces adultes-là?
    J'adorerais qu'on se retrouve ensemble sur un projet commun...

    RépondreSupprimer
  16. HELENE Certes , je comprends que certains parents de la ville se noient dans leurs problèmes, et n'ont plus le courage d'éveiller leurs enfants en les emmenant en balade en forêt.Mais je parle surtout de ceux qui n'en voient même pas l'intérêt. De ces citadins pur jus qui détestent la campagne parce qu'il y a trop de silence et que l'herbe ça pique. Ceux qui traitent les autochtones de "bouseux" et hurlent s'il n'y a pas de connexion à moins de cent mètres...

    RépondreSupprimer
  17. Je me demandais ...faudrait peut être coucher les petits dans la foin en compagnie de chats pour éviter les allergies non ???
    Ton billet évoque plein de souvenirs , ces jours de grand beau où notre instituteur disait " allez , on va dans les bois " et hop , une partie de foulards qui durait tout l'après midi et ...tout le monde revenait sain et sauf
    le gout de l'effort , ça m'interroge aussi , le sens de l'adaptation , de se déposséder de quelques habitudes
    Pour tes élèves , c'est certain , l'expérience sera forte
    Je me rassure quand je vois ma fille passant des heures à butiner dehors , et sans DS , crois moi
    Bonne reprise , tu n'es pas ringarde Célestine , crois moi !

    RépondreSupprimer
  18. CHATAIGNERAIE le tien faisait partie des trois "extra-terrestres" qui s'éclatent dans la nature...aucun problème d'endormissement, toujours content, émerveillé, joyeux, les joues rouges, les gambettes en action!Le vrai petit aventurier!

    TANT BOURRIN prof de péquenologie, ça me plaît bien... Le début de ta phrase me fait penser à la chanson de MLF "Comme un arbre dans la ville" Je pense que je vais la leur faire écouter.

    MARGOTTE oui, tu as trouvé le mot: c'est inquiétant.Voilà, oui, il faut s'inquiéter raisonnablement de l'avenir de ces futurs adultes handicapés de la vraie vie, qui ne connaissent plus rien à la terre, aux plantes et aux valeurs ancestrales , celles qui perdureront même quand tout le reste sera détruit... Tu as raison, on sait pourquoi on est là!

    RépondreSupprimer
  19. PETIT SINGE VERT ah, mais tu connais ça, toi, le bonheur de se rouler dans l'herbe, les petites joies simples de la nature, les fleurs, les oiseaux...tu aurais adoré ma classe de découverte!

    RépondreSupprimer
  20. JEANNE oh comme ton commentaire me fait du bien! Tu sais qu'une des composantes de ce métier, c'est le doute, qui prend à la gorge, de temps en temps...S'interroger, se demander si ce que l'on fait ou dit est bien ou mal, bref, parfois, je me demande si j'ai raison de les pousser...et puis, je regarde leur sourire épanoui et je me dis que finalement, j'ai bien fait.

    RépondreSupprimer
  21. ANDIAMO Je suis sûre que tu as eu, tout jeune, ton brevet d'aventurier: avoir les genoux couronnés, grimper aux arbres, escalader, nager, pêcher les écrevisses à la lampe de poche, et enfiler des pailles dans le cul des mouches trempées dans l'encre violette...

    LAURE je la vois, ta petite étoile, avec ses petits pieds nus dans l'herbe aspergée de soleil...

    PATRIARCH tu l'as dit, ils sont vraiment trop couvés!

    RépondreSupprimer
  22. La majorité des parents n'endosse pas leur rôle de parents et attend trop de l'Education Nationale.

    RépondreSupprimer
  23. PETIT NOUVEAU tu aurais dû être là, tu aurais adoré découvrir dans le ciel les trois belles de l'été, la Lyre, le Cygne et l'Aigle. Tu aurais adoré patauger dans la terre glaise à la recherche de fossiles, ou observer les trous des arbres faits par les pic-verts...Tu m'as beaucoup manqué, toi aussi.

    CROUKOUGNOUCHE j'irai même jusqu'à penser que tout cela est voulu (oui je sais , ça fait un peu théorie du complot) Mais les lobbies médicamenteux n'ont-ils pas intérêt à ce que les gens deviennent mous du genou, faibles, allergiques, privés de force et de défenses naturelles? Alors on bourrine dans la tête des consommateurs des idées reçues, on leur donne des conseils débiles (débiles parce que tombant sous le sens!): "il fait froid, pensez à mettre un pull", "lavez-vous les mains" "mangez des légumes" et peu à peu, on instille dans leur cerveau l'idée que la maladie et l'accident nous cernent quoi que nous fassions... Les enfants c'est encore pire, on les surprotège jusqu'à en faire des handicapés. Bon je sais, je rabâche mais je suis tellement affligée par moment!

    RépondreSupprimer
  24. SKLABEZ tu es optimiste, ça fait un bien fou. Je suis affligée mais j'y crois encore, en fait!Je ne me sens pas près de lâcher!

    JEA ou leur apprendre qu'ils ne risquent rien à respirer le bon air de la montagne, à marcher dans l'herbe et à se baigner dans les ruisseaux, comme quand nous étions petits...

    RépondreSupprimer
  25. CATHNOUNOURSE tu as raison, même s'il ne faut pas généraliser quand même. Peut-être que notre rôle est aussi de rassurer les parents: "mais oui, vous pouvez les laisser grimper, courir, sauter, nager, cueillir des fleurs et caresser les vaches sans vous sentir obligés de paniquer, ou vous croire des parents indignes parce que vous ne mettez pas des protections en mousse partout dans la maison!"
    Peut-être faut-il leur apprendre à déstresser et à faire confiance à leur progéniture...

    RépondreSupprimer
  26. Sans oublier le lancer de petit suisse à la cantoche !

    RépondreSupprimer
  27. S'ils avaient pu sortir le smartphone ils se seraient peut-être allongés 10 minutes pieds nus, sans difficultés.

    RépondreSupprimer
  28. ANDIAMO ben voui, et ne parlons pas des cabanes dans les arbres et des concours de "qui pissera le plus loin"...

    JEAN-CHARLES Peut-être...mais la maîtresse en avait honteusement interdit l'usage...

    RépondreSupprimer
  29. Se demander pourquoi on attend certains commentaires avec impatience et pourquoi on les déguste avec tant de bonheur.
    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  30. Bonne nuit cher petit ANONYME que je connais pourtant bien...

    RépondreSupprimer
  31. Je trouve ça dommage et triste que les enfants ne connaissent plus ces bonheurs tout simples. Je suis bien contente de voir que ce ne sera pas le cas de mes petits-fils:-)!

    RépondreSupprimer
  32. MAMMILOU oui, il y a sur les blogs des papis et des mamies, et aussi des parents, qui sont bien convaincus de l'importance de la chose...mais à côté de ça, combien de pauvres enfants laissés à vau-l'eau devant leurs écrans... Ça m'afflige vraiment!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.