mercredi 12 octobre 2011

Je voudrais écrire l'ineffable

 
Je voudrais écrire l’ineffable. Je suis comme un peintre qui veut saisir sur sa toile une odeur, un désir, un élan, toutes les choses vitales et évidentes, mais inaccessibles .
                       J'aime l'ineffable. La vie en est pleine, pour peu que l'on y prenne garde. 
Cette joue , ce velouté avec laquelle joue le soleil à contre-jour, dans l'or du soir.
Le dessin brillant du trajet d'un escargot sur la vitre, qu'il a laissé, dérisoire trace de lui-même, allégorie de nos perpétuelles prétentions d'importance.
                       Un pétale de rose qui tombe sans bruit, comme au ralenti, brisant d'un coup  la belle ordonnance d'un bouquet que l'on croyait éternel.
                        Éternel...Éternité...Sentiment d'éternité.
Tiens, oui, ce sentiment d'éternité, si fugace, qui nous serre la gorge. Car inextricablement mêlé à notre sentiment de finitude. On regarde un arbre,centenaire, en contre-plongée, splendide frondaison, on se sent grand et petit, éphémère et immortel à la fois. On se demande: "Et si demain ?..." Demain...Notre voix se casse à l'énoncé de cette simple question. Vertige existentiel. 
                    La crinière au vent d'un cheval de Camargue, trois notes de guitare et mon esprit bat la campagne. Un homme. Il est beau. Il pleure. Sa grande carcasse de muscles est pliée de chagrin. Les larmes d'un homme. Indicible émotion.
                   Ce parfum de vétiver s'entête à me poursuivre. Images subliminales. Battements de paupières. Gorgées de thé à la menthe. Yeux en amandes. Ciel d'orage.
Je voudrais écrire l'ineffable.Mais il ne fait que me frôler, et j'ai à peine le temps de l'effleurer qu'il s'est changé en fumée.

La photo est de Gilbert Garcin, un photographe que j'aime beaucoup.

27 commentaires:

  1. L'ineffable est comme l'eau : on croit la saisir au creux des mains, mais le temps de la porter à la bouche, elle a filé entre les doigts...

    RépondreSupprimer
  2. Mais frôler l'ineffable, c'est déjà une chance ! Pas donnée à tout le monde... Je dirais que par nature même, il se traque mais ne se laisse jamais attrapé...
    As tu vu le film "Poetry" ?

    RépondreSupprimer
  3. Tu y es. Tu as dit l'ineffable.
    C'est un très beau texte.

    RépondreSupprimer
  4. Ecrire l'inneffable. Voir Dieu. Comme les hébreux le pensaient seul la mort pourrait suivre.
    Surtout oubliez de mourir. Sage résolution.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. sans doute ne sait-il pas s'écrire.
    C'est très beau.

    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  6. Très beau texte.... tu viens de d'atteindre ce que tu cherchais...

    belle journée.

    RépondreSupprimer
  7. Et si, justement, il nous fallait renoncer à ce vouloir-là ?

    L'ineffable s'éteint dès qu'on cherche à le posséder.

    C'est comme Dieu…
    C'est comme l'antinomie entre croire et voir…

    Pourvu que l'ineffable continue à nous échapper
    c'est le grand bien que nous pouvons nous souhaiter !

    RépondreSupprimer
  8. Ineffable

    Il est tes cheveux
    Il est cascade
    Il est voletant
    Il est ton oreille
    Il est creux
    Il est lobe
    Il est tes yeux
    Il est profondeur
    Il est bleu
    Il est ton sourire
    Il est intense
    Il est lèvre
    Il est rose
    Il est ton cou
    Il est nid
    Il est gracieux
    Il est ton épaule
    Il est fluide
    Il est légèreté
    Il est ton sein
    Il est perle
    Il est blanc
    Il est tes reins
    Il est chute
    Il est écrin
    Il est ta fesse
    Il est rebond
    Il est pommé
    Il est ta jambe
    Il est galbe
    Il est douceur
    Il est ta cheville
    Il est souple
    Il est mince
    Il est ton pied
    Il est courbure
    Il est fluet
    Il est ta peau
    Il est grain
    Il est soie
    Il est ta silhouette
    Il est élancé
    Il est finesse
    Il est ta démarche
    Il est élégance
    Il est chaloupé
    Il est ton cœur
    Il est harmonie
    Il est pulsation
    Il est ta respiration
    Il est souffle
    Il est chaleur

    Il est ton charme

    Que ne puis-je me résoudre à l’évidence,
    Que tant de beautés, que tant de trésors,
    Au fond de l’infini puits de mes nuits,
    Je ne puis, qu’au rêve doux, l’évanescence!!!

    RépondreSupprimer
  9. Tu n'as pas seulement d'beaux yeux tu sais...
    Tu as une belle plume aussi, bel oiseau !

    RépondreSupprimer
  10. Ton texte est ineffablemment super. L'insomnie va bien à ton inspiration.
    Amicalement. dinosaure80.

    RépondreSupprimer
  11. Je vois l'ineffable en tout, l'insoutenable légèreté de l'être est l'ombre qui m'empêche d'oublier de respirer quand le ralenti de l'indicible me submerge.. ♥

    RépondreSupprimer
  12. C'est beau et doux, sensuel comme toujours dans tes poésies.
    Bises !

    RépondreSupprimer
  13. Les instants de bonheur, les gestes d'amour et les moments volés ont une part d'ineffable....comme le bonheur de te lire. Je verrai les escargots de mon jardin de manière différente à l'avenir. J'ai toujours pris soin de leur rendre leur liberté quand ils se faisaient piéger mais maintenant je les observerai mieux...

    RépondreSupprimer
  14. L'ineffable....c'est exactement ce que je ressens là-haut sur l'alpage face aux monts enneigés

    RépondreSupprimer
  15. le grand désir de tous les poètes, sans doute...
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  16. La photo illustre parfaitement ces gouttes d'éternité partagée - "ineffable" est de ces mots qui caressent l'imagination.

    RépondreSupprimer
  17. Ineffable est un mot que j'aime particulièrement. Tu sais lui donner l'ampleur qu'il mérite... N'est-il pas le versant inachevé de nos vies en mouvement vers...l'indicible ?

    RépondreSupprimer
  18. l'ineffable n'est-il pas la quête de tout poète? Tu exprimes si bien cette tension, chère Célestine.

    RépondreSupprimer
  19. L'ineffable est partout, pour peu qu'on ouvre les yeux. Et chaque jour, je bénis ces instants où j'en prends conscience.
    Célestine, tu écris divinement.

    RépondreSupprimer
  20. MYOSOTIS c'est le secret de la sagesse, prendre conscience des beautés de l'existence.Merci tu me fais rougir...

    DELPHINE je dis souvent que j'écris sous la dictée d'une petite voix intérieure.

    ASPHODELE C'est très bien dit!

    RépondreSupprimer
  21. TANIA ce photographe est vraiment génial, si tu as le temps, suis le lien de son site...

    K.ROLE j'aime te voir passer, comme une étoile filante,comme une comète plutôt, à intervalles réguliers. J'espère que tu vas bien.

    MARIE MADELEINE dis bonjour à les chères montagnes de ma part.Elles me manquent.

    MIND THE GAP Lire ton commentaire est aussi un bonheur, cher ami!

    RépondreSupprimer
  22. ZENONDELLE la poésie est ma deuxième respiration...

    ELLA comme c'est bien dit, ma belle, et comme tu exprimes bien toi aussi l'indicible. Es-tu lu le chef d'oeuvre de Kundera?

    RépondreSupprimer
  23. HENRI Je suis un papillon de nuit, j'aime la profondeur du silence de la nuit propice à la création...

    ANDIAMO rhooo! que tu es flatteur! Et ce que j'aime ça...

    PETIT ANE GRIS merci pour ce long poème, un peu exagéré à mon sens...

    ALAINX tu es la voix de la raison...il me faut donc renoncer à palper l'impalpable...

    PATRIARCH je l'ai atteint...l'espace d'un instant.

    NAT oui, je pense qu'il ne sait pas, il faut l'aider un peu...

    RépondreSupprimer
  24. JACQUES Je vais m'appliquer à vous obéir, et je pense que cela ne me sera pas trop difficile...

    BERTHOISE Merci

    ANTIBLUES j'ai adoré ce film, mais tu t'en doutes, non?

    TANT BOURRIN Une fraction de seconde, on peut mettre ses mains en coquillage et recueillir quelques gouttes enivrantes...

    RépondreSupprimer
  25. L'ineffable est une grâce, un saisissement.
    Abandonner cette magie à elle-même
    est peut être le seul moyen de la préserver....:))

    RépondreSupprimer
  26. L'ineffable nous submerge, il atteint dans tes écrits une puissance de sublimation.

    RépondreSupprimer
  27. Merci Pâques, ton commentaire me touche.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.