lundi 30 mars 2009

Vous avez dit "Comptez" ?

Je n'ai jamais su compter. J'entends par là tenir des comptes chichement. Ratiociner, pinailler , ergoter de façon mesquine. Tenir la liste des invitations, des cadeaux faits , des services rendus. La générosité, c'est justement ne pas savoir faire cela. Je me dépense sans compter depuis des années, et je n'aurais jamais eu l'idée de me transformer en apothicaire pour, justement, tenir un compte d'heures de travail précis, si mes chefs ne me l'avaient pas demandé.
Pas de pointeuse à l'école, pas de rendement, pas de cadences. Seulement des hommes et des femmes en face de leur conscience. Des fonctionnaires soucieux
ou pas de l'intérêt des enfants, et de la hauteur de leur mission.
Et voilà que soudain, on nous demande de compter nos heures. Ce que nous faisons, avec plus ou moins bonne grâce. Mais nous le faisons. Les enfants travaillent moins, ne vont plus à l'école le samedi, mais les adultes doivent toujours leurs heures: pour une année, tous ces samedis matins équivalent à 108 heures précises.Nous devons ces heures à l' Administration? Pas de problème, nous les ferons. Comptons , donc.
L'ennui, c'est que nous arrivons fin mars et que les 108 heures se sont envolées depuis lurette. En réalité, ce à quoi n'avaient pas réfléchi nos supérieurs, c'est que lorsque personne ne comptait, lorsque régnait la confiance, lorsqu'un climat de suspicion ne s'était pas encore installé partout, nous en faisions certainement deux fois plus, gracieusement, au sens propre du mot, c'est à dire sans être payés. Quel ouvrier, quel employé accepterait de faire des heures supplémentaires pour les beaux yeux de son patron? C'est pourtant ce qui arrivait quotidiennement: nous n'étions pas payés pour recevoir les parents (avec ou sans rendez-vous) et les écouter patiemment une heure après la classe,
pas payés pour emmener les élèves en sortie pour une journée, ou en voyage scolaire, et les surveiller pendant le repas de midi. Pas payés pour partir en classe de découverte une semaine, et pour ,24 h sur 24 , les surveiller, les soigner, les consoler, les faire manger, veiller à leur hygiène, leur chanter une berceuse et veiller sur leur sommeil. Pas payés pour attendre jusqu'à midi qu'un petit en pleurs retrouve sa maman qui l'avait oublié, parce que notre conscience nous soufflait de ne pas le laisser seul dans la rue. Pas payés pour être à l'école dix minutes plus tôt pour surveiller l'accueil, pas payés pour ranger la classe, afficher les dessins, corriger les cahiers, préparer les cours.Pas payés pour le temps du déplacement aux conférences pédagogiques, à peine indemnisés pour le carburant.
Bon j'arrête cette liste indigeste, parce que je me fais peur: je deviens une vraie comptable.Finalement, je vais peut-être suggérer l'idée d'installer une pointeuse à l'école: ce sera moins fatigant et plus ..."rentable"!

4 commentaires:

  1. Bonsoir Célestine,
    Ca me fait plaisir de vous lire ce soir, surtout de lire le contenu de votre billet. Hier en effet (nous fêtions les 3 ans de notre dernière tête blonde), nous parlions du fait qu'un enseignant (surtout en maternelle et en primaire) ne pouvait pas avoir une mentalité de fonctionnaire. Leur job, c'est la formation des enfants et, bien plus que leur formation, leur épanouissement. Alors, merci de ne pas trop compter vos heures ou de les compter sans compter... Les miens doivent tellement à des instits qui se donnent à 150%. Et nous leur sommes très reconnaissants vous savez. Continuez surtout!
    A demain, où j'espère trouver le temps de parler du rôle de l'architecte, étant donné qu'Amaury n'en a pas le temps. Et après-demain, si tout va bien, j'annonce une bonne nouvelle :-)
    Douce soirée Célestine.

    RépondreSupprimer
  2. Célestine Troussecottelundi, 30 mars, 2009

    Je les compte sans compter, vous avez tout à fait raison, on ne se refait pas. Mon billet était-comme chaque fois- un billet d'humeur (qui n'est jamais très loin de l'humour pour moi)et il ne faut pas me prendre trop au sérieux. Cela dit nous vivons actuellement en France un "haro sur l'enseignement public" sans précédent.Le dévouement et la passion des maîtres d'école sont mis à mal, et je crains le pire quand on verra débarquer de nouveaux enseignants formés (ou déformés?) à la nouvelle sauce libérale. Ceux-là, il y a gros à parier qu'ils compteront leurs heures sans états d'âme, hélas.La foi laïque des hussards noirs de la République chers à Pagnol aura déserté complètement les bancs de l'Ecole et nos chères têtes blondes risquent de ne plus avoir la chance de tomber sur des instits "à 150%"

    RépondreSupprimer
  3. Post scriptum
    chère Delphine
    Merci pour vos encouragements, j'attends avec impatience votre post sur le métier d'architecte qu'embrasse mon fils aîné, et surtout la bonne nouvelle d'après demain!
    bises

    RépondreSupprimer
  4. ...M'en parlez pas... ma brave dame, m'en parlez pas !

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.