mercredi 21 octobre 2020

Vie et mouvement







L'autre jour, Sibylle dansait. La joie parcourait son petit corps souple de deux ans. Gracieuse par nature. Sérieuse dans son geste, et pourtant irradiant de bonheur. Et dans cet éclat de joie pure, j'ai eu l'expérience concrète que la vie est dans le mouvement. Et que le mouvement est la vie. Même s'il floute les photos...

Rien ne reste jamais en place. Tout bouge, tout change. Tout le temps. Même imperceptiblement. Un paysage semblant immobile ne l'est jamais totalement. La vie se charge de faire rouler un caillou, d'agiter les feuilles, de changer les ombres de place. 
Ne pas l'accepter, c'est ankyloser son être, scléroser ses neurones. C'est se réduire, se priver d'évoluer, de connaître, d'apprendre, de ressentir profondément les choses. C'est refuser l'inéluctable cours des planètes. Un peu idiot et totalement contre-productif, à mon sens.

Bien sûr, parfois les mouvements que nous imprime la vie ressemblent davantage à des secousses, des saccades du destin, des essoreuses à salade, qu'aux arabesques délicates d'une danseuse. On se retrouve tremblotant sur la rive, sonné, orphelin, entamé.
Bien sûr parfois, notre corps est entravé, immobilisé...On se sent comme un vieux chou bouilli au fond du frigo. Mais l'esprit prend le relais, fort heureusement, développant ses formidables facultés.
C'est comme pour ces deux rivières, ayant soudain redessiné version trash le village de mon enfance, le prenant dans leur étau de boue, et laissant deux larges cicatrices blanchies dans la verdure violentée. Il m'aura fallu deux semaines complètes pour réaliser que ce qui était, n'est plus. Assommée, j'étais. Tétanisée. Privée de réaction.










Et puis, tout doucement, la vie s'est remise en marche. Une fêlure, une blessure, un trou béant, tout se répare. Tout se comble. Tout s'adoucit. On peut bien sûr s'asseoir et se lamenter des années durant devant ce que l'on a perdu. Au lieu d'essayer de voir ce que l'on pourrait avoir gagné dans cette sorte de « reset » émotionnel. Telle ma cousine, qui n'a plus de maison, plus de voiture, plus de vêtements, plus de souvenirs matériels, qui me dit qu'elle a une famille et des amis merveilleux, et qui sourit en méditant à ce que l'univers a voulu lui signifier. Une chance ? Un nouveau départ ? Une leçon de vie ? Respect !
Là-bas, les gens retroussent leurs manches. Les engins de chantier modèlent des routes de fortune, la vie reprend le dessus, la solidarité s'organise. Un jour, ce qui est aujourd'hui ne sera plus, il y aura d'autres maisons, différentes, une meilleure gestion de la rivière sans doute. On peut l'espérer. On aura tiré la leçon de ce soubresaut tellurique. Peut-être...

Dans ma dernière méditation, ce matin, un exercice consistait à visualiser les énergies négatives sortant de mon corps sous la forme d'un flux sombre et visqueux. Je vous entends, les amateurs de blagues scatologiques...mais au fond, est-ce que ce n'est pas un peu cela ? Faire sortir de soi les scories, les déchets nauséabonds du passé avant qu'ils ne s'incrustent ? Purifier les vieux schémas, les conditionnements, dans un grand mouvement d'eau et de lumière ...Se sentir neuf, comme l'oiseau qui vient d'éclore.

Ou comme Alba, ce petit ange qui n'était pas, et qui EST, maintenant, dans toute la beauté de la vie renouvelée. Merci à vous tous pour ces beaux messages de bienvenue sur le billet précédent. Allez, je me bouge, la vie m'attend.

54 commentaires:

  1. Tu parles de mouvement avec une légèreté volubile, communicative.
    La vie nous porte, nous transporte. La vie nous fait bouger.
    Même si un coup de poing nous met KO, nous continuons de bouger en tombant.
    J’aime ton courage et je l’envie.
    Bouger c’est vivre et pourtant je me sens lourd...
    Je te chaparde un peu de ton mouvement pour que cesse mon inertie.
    Bises en action.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime communiquer mes émotions Cher letienne.
      mais tu le sais...J'y trouve une joie profonde et c'est ma manière d'être au monde.
      Mon courage se nourrit d'énergie, de contemplation, de résilience, de petits bonheurs simple.
      Et de cette certitude que m'a donnée mon père : on s'en sortira toujours.
      Je t'envoie mes meilleurs ondes positives.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Mais c'est une fée. Bon sang ne saurait mentir, comme on dit... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Tes lecteurs aussi t'attendent, bien sagement et patiemment car ils te savent heureuse malgré tout.

    C'est impressionnant ce ravage de l'eau sur Saint-Martin...
    Rien a dire devant tant de ruines et de désolations.

    En cherchant une maison, j'ai toujours cherché de la distance avec l'eau (10 mètres plus haut que les crues centenaires). Pourtant... dans la maison du Sud, il bien plus que ça comme marge de sécurité et nous avons découvert un puits sous un mur extérieur. Un puits qui déborde par grosses pluies et qui noie les fondations de la maison.
    Mais ce n'est qu'un incident qui sera réglé.
    Ta cousine fait preuve d'une grande philosophie et d'un lâcher prise exceptionnel.
    Ti bacio forte Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes lecteurs sont des gens charmants, attentionnés, délicats, patients, et c'est un vrai bonheur que ces rendez-vous avec vous, même s'ils sont plus rares qu'avant.
      La maison familiale n'a pas souffert des ravages de l'eau. Sans doute mon grand-père possédait cette sagesse des anciens quand il l'a construite.
      Mais il va falloir s'habituer à ce nouveau paysage. Heureusement comme toujours, le temps fera son office...
      J'espère que tu résoudras ton problème de puits, caro mio.
      Ti bacio forte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Oh mon dieu ! Les deux photos sont impressionnantes ! Un vrai fleuve a remplacé la petite rivière, comment est-ce possible ? Vous avez dû avoir très peur au moment de l'orage non ?
    De tout coeur avec toi, j'ai envoyé mon obole à la caisse de solidarité.
    Quant à tes petites filles, ce sont deux trésors précieux.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce dont j'ai eu le plus peur, c'est que la tombe de mes parents ait été emportée. mais le vieux cimetière a tenu le coup. C'est le nouveau qui est parti dans les flots. Je me mets à la place des gens qui ont perdu la tombe de leurs proches. C'est terrible.
      Pour ce qui est des trésors précieux, je confirme.
      Je t'embrasse ma belle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Quand nous vivons l'insouciante période de l'enfance, comme l'inaugure Alba , comme le danse  gracieusement  Sibylle,  tout est perpétuel et joyeux  mouvement de la découverte du monde.

    Mais, lorsque devenus adultes, après quelques concessions nous  pensons avoir atteint une apparente stabilité, nous aimerions fixer cette image rassurante.

    La nature elle n'a pas cette préoccupation,  elle est depuis toujours dans le changement perpétuel.  Malgré les drames de ses excès périodiques, heureusement qu'elle est là pour nous rappeler que nous faisons partie du tout qui suit le cycle infini de la vie : naissance,  apogée,  déclin,  naissance,  etc , etc.

    Comme je l'ecoutais tantôt exprimé par Geneviève Delpech : " Notre vie s'organise autour de deux principaux sentiments, l'amour et la peur.

    L'amour est le meilleur des choix. Si nous nous laissons saisir par la peur ( de l'autre, du changement,  du lendemain.....) nous ne pouvons éviter les catastrophes.

    Alors je choisis comme toi, comme tes petits bouts de vivre intensément et joyeusement poussé par l'amour , l'amour de ce passionnant cycle de la vie.

    Entrons dans la danse initiée par Sibylle

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Petrus, pour ce beau commentaire lyrique et si vrai.
      Choisir de vivre...pas toujours facile, évidemment, mais pour nous qui avons l'essentiel, certainement plus facile que pour ceux qui subissent l'horreur, le dénuement, la faim...
      Les enfants nous donnent l'exemple de la joie insouciante.
      Suivons leurs pas de danse, et aimons la vie de toutes nos forces.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      C'est une source d'énergie bienfaisante extraordinaire.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. quelle ravissante petite fée!
    heureuse Célestine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, tu ne l'as pas vue avec sa baguette magique.
      Un vrai bonheur.
      Merci Adrienne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. "un vieux chou bouilli au fond du frigo" ! Où diable as-tu bien pu trouver ma dernière photo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf ! Tu sais que tu es drôle, boss.
      Mais oui, tu le sais. Evidemment.
      Surtout quand tu pratiques l'autodérision.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Oui, Célestine, la vie attend même si elle fait parfois mal cette vie. Elle est mouvement comme ta si jolie Sybille et sourire et tempête aussi. C'est bien parce qu'il y a la furie de la mer que l'on apprécie son calme sous le ciel azur. Mais je te fais confiance pour prendre la vie à bras le corps entourée comme tu l'est de ceux que tu aimes. Bizoux de Brizou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Satanée dualité des choses...le bien, le mal, le haut, le bas...
      Comme disait Bedos dans son fameux monologue « La vie est une comédie italienne
      Buena sera , signore , signori
      La vie est une comédie italienne
      Tu ris , tu pleures , tu pleures , tu ris
      Tu vis , tu meurs , tu meurs , tu vis
      Comediante
      Tragediante
      C'est ça , c'est ça , la VIE. »

      J'adore ce texte.
      J'aime la vie parce que c'est un film italien aussi.
      Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. carnetsparesseuxjeudi, 22 octobre, 2020

    bienvenue à la vie qui vient !
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon dodo !
      Tu as vu sa tête dans le billet précédent ?
      Je fonds !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Coucou. Je suis sûre, en côtoyant nombre de gens dans la difficultés, que l'être humain est doté de ressources dont parfois il ne soupçonne pas l'existence. Quand je vois ces reportages sur Saint-Martin, je me dis que c'est une catastrophe. Bien sûr, c'est une catastrophe mais émergent des solidarités, des gens qui retroussent leurs manches et c'est beau, malgré la laideur de la rivière brune qui rugit en arrière fond. Un peu comme ces énergies négatives et visqueuses qui sortent de ton corps. :-) La beauté côtoie la laideur, ainsi est la vie. Les bonheurs, les malheurs qui se succèdent mais l'énergie qui est la nôtre reste belle, en toutes circonstances. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ta vision du monde, frangine.
      L'optimisme est une vertu splendide, qui permet de rebondir mieux qu'une balle.
      Et tu as raison. Après le choc de la catastrophe, tout le monde s'est mis en route : et la solidarité a joué à fond.
      Quand il le faut, l'humain sait imiter manchots
      Et ça réchauffe le coeur et l'âme.
      Bisous de mon sud
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. La Vie est Majuscule et écrit la beauté, l'incompréhension, souvent, la passion : assurément. Ta petite aînée est magnifique comme est Alba sa petite soeur ; Energique tu es, et le temps calmera l'ouragan.
    Merci Céleste pour tes mots qui offrent ta force d'âme et nous en-couragent.
    Bisous.




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime cette idée que la Vie est Majuscule.
      Et que nos petits problèmes, en regard de ce grand mystère, sont plutôt minuscules...comme ces maisons que l'on croit solide et qui partent comme des fétus de paille avec la force gigantesque du courant.
      Oui, l'ouragan va se calmer peu à peu, au village et dans mon coeur.
      je t'embrasse chère Den
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Que de bouleversements pour vous tous Célestine, une partie de votre enfance, de votre jeunesse balayée, arrachée, des images perdues, et tout ce qui comptait de souvenirs, c'est bien difficile de remonter à la surface, mais la vie est là,comme ta petite Sybille, adorable et qui danse et réjouit les coeurs !
    je pense que c'est bien de tenter d'expulser ce qui nous fait du mal, mentalement.
    je t'embrasse fort Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la méditation est essentielle et devrait être enseignée dès le plus jeune âge, comme dans les pays d'extrême Orient.
      Savoir garder le bon et rejeter le mauvais, voilà qui donne de la force. Je m'y emploie quotidiennement.
      Je t'embrasse aussi, chère Marine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Tant de blessures, de déchirements, de tristesse après cette tragédie. Je pense souvent à ceux qui ont tout perdu, à leur famille et comme toi qui a pu voir de loin et comme nous, impuissants. C'est terrible. Il faut du temps pour s'en remettre mais les enfants nous font de merveilleux cadeaux de par leur innocence et présence, leur joie de vivre. Leur contact fait le plus grand bien. Profite chère Célestine de tes deux merveilleuses petites-filles, c'est la vie. Je suis de tout coeur en pensées avec toi.
    Je t'embrasse fort ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta sollicitude et ta sagesse me touchent beaucoup, tu le sais, chère belle rêveuse.
      Sans doute la vie c'est cela : un mélange de lait et de fiel, de malheur et de bonheur.
      tendres bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Une belle photo où Sybille exprime le mouvement, la joie et l'ardeur du vivre. J'ai même cru que le flou était volontaire !
    Et puis plus bas la désolation d'une nature pourtant vivante, bougeant sans cesse, la pluie, l'eau, sans qui la vie ne serait pas sur terre, voilà qu'elle dévaste. Et les hommes porteurs de vie recommencent encore et encore pour réparer, assainir, changer de manière de faire et d'être.
    Et puis ta cousine qui a tout perdu, sauf elle-même, ses amis, ses relations et le désir de revivre qui l'anime. Je sais ce qu'il en est de ce désir-là de revivre et de repartir malgré les dévastations. Je l'ai expérimenté dans ma chair.
    Alors, Respect à toi aussi, pour qui tu es et demeure au milieu de tout cela, animée par la vie qui se renouvelle sans cesse, que l'on vienne d'y débarquer, ou que l'on marche encore pour longtemps avec les forces de son âge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour tout te dire, j'ai accentué le flou de ma photo grâce à un petit logiciel merveilleux.
      L'eau, à la fois source de vie et porteuse de mort, voilà bien un oxymore naturel extraordinaire, et philosophique.
      Tu connais mon rapport tumultueux avec cet élément...Les derniers événements ne vont pas dans le sens de ma réconciliation avec l'aquatique, c'est certain...Et pourtant, je tente d'accepter les choses, justement grâce à cette philosophie des « hommes porteurs de vie »
      Voir naître la petite Alba au milieu de ce chaos est plus que symbolique. Et j'aime beaucoup l'idée que rien n'arrive jamais par hasard.
      Mon côté mystique...
      Je t'embrasse cher Alain. Merci beaucoup.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Quelle sagesse, quel calme, quelle confiance tu parviens à communiquer. Cet équilibre que tu trouves toujours entre les vallées de larmes et les vallées de rose. Tu me donnes envie de danser, de valser.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vallées de larmes et les vallées de roses...C'est beau ! je pourrais en écrire un poème.
      Danse ma belle, petite miss. La vie est une valse, un tourbillon, une merveille malgré tout.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine,
    elle est tout simplement adorable, Sibylle!
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Et encore tu n'as pas vu la video...
      Elle est géniale (et je suis bien sûr, complètement objective comme tu le supposes !)
      Bisous ma jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Cette petite est dotée d'une allure élégante et gracieuse.
    Quant à ces villages dévastés,, il n'y a aucun doute, ils revivront, la pulsion de vie est très puissante.
    Et c'est heureux car avec toutes les épreuves traversées au cours des âges, il n'y aurait plus un chat sur Terre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfois la sagesse d'un vieil indien, mon ami.
      Et j'aime tes mots simples et vrais.
      (surtout quand tu parles de ma petite-fille) mouarf !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Qu'un mot : P'itain...
    les 2 photos, bien sûr !
    Quelle beauté ce petit être rose !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça craint ! Mon village ressemble maintenant à ces bourgs de l'Hérault ou du Gard, dans lesquels la rivière, sujette à des sautes d'humeur cévenoles prodigieuses, est laissée définitivement à son lit majeur, qui se résume la plupart du temps à un immense champ de cailloux au milieu desquels serpente un filet d'eau...
      Petit être rose, dragée, bonbon, candeur, douceur, oui, ça lui va bien.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Le mouvement, c'est la vie ! Dis donc, tu ne voudrais pas, par hasard, adhérer au mouvement "en marche" ! J'rigole :)
    La vie, c'est comme sur une bicyclette, dès qu'on avance plus, qu'on ne bouge plus, on tombe. Je crois que c'est un célèbre Albert qui a dit ça.
    Il t'a fallu deux semaines complètes pour réaliser... Tu étais donc atone, mais pas alitée :)
    Cette catastrophe, à l'échelle de la terre, n'est rien. À l'échelle humaine, c'est une catastrophe. À l'échelle de celles et ceux qui ont tout perdu, c'est terrible. Je n'ai pas de mots.
    Paradoxalement, le fait de savoir que l'on a plus rien à perdre, donne parfois une énergie nouvelle et inconnue de soi. Prendre conscience que nous ne sommes pas grand chose, dans ce grand tout.
    Ce n'en est pas pour autant moins difficile.
    Pourtant, la vie est là, la vie simple et tranquille ♫♫♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand Verlaine et Lama s'y mettent à deux...ça donne tout à fait du sens à mon billet. Il fallait un Xoulec pour dénicher cette chanson-là. Très belle chanson sur le mouvement, le changement, et toutes cette sorte de choses qui permettent d'avancer.
      Tes mots sont ceux que l'on a envie d'entendre quand on s'est pris de plein fouet ce genre de cata, et que l'on est, comme moi, hypersensible.
      Merci, mon ami fidèle du soir et du matin, de moire et de satin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Pardonne-moi mon ignorance et mon inculture, mais je ne vois pas où j'ai bien pu faire une référence à Verlaine, ou alors serait-ce dans ton texte ! Et dans tous les cas, elle est ou serait totalement involontaire et indépendante de ma volonté. Selon la formule consacrée.

      Supprimer
    3. Le ciel est, par-dessus le toit,
      Si bleu, si calme !
      Un arbre, par-dessus le toit,
      Berce sa palme.

      La cloche, dans le ciel qu’on voit,
      Doucement tinte.
      Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
      Chante sa plainte.

      Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
      Simple et tranquille.
      Cette paisible rumeur-là
      Vient de la ville.

      Inculte, non je ne dirais pas ça. En revanche, Lama est un peu plagiaire sur ce coup-là ! ;-) ;-) ;-)

      Supprimer
    4. les chansons sont mon fil conducteur et me mènent, grâce à toi, à la découverte de la poésie.
      Merci !

      Supprimer
  20. Tu as le bonheur de voir grandir Sibylle et Alba et ça, ça n'a pas de prix! ♥
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord. je suis riche de ça et ça ne s'achète pas, comme dit le grand philosophe du XX° siècle, J-J Goldman.
      Bisettes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Bonjour Célestine, que la petite Sibylle est craquante ! Elle danse et libère ainsi du haut de ses deux ans les ondes négatives pour faire venir à elles les ondes positives. je ne savais pas que tu pratiquais la méditation (tu as du en parler mais j'ai oublié ).J'ai lu les écrits de Louise Hay et j'ai adoré. Oui, les récentes inondations ont été une catastrophe pour beaucoup et cette image que tu as visualisé pour les chasser de toi sous la forme d'un flux sombre et visqueux pour faire venir un bel arc en ciel ! Comme Alba , la vie est belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'insigne chance de trouver la vie belle malgré les épreuves. C'est sans doute une grande faveur que m'a fait l'existence, et je reconnais que tout le monde ne l'a pas.
      Louise Hay ? Tu m'intrigues, je vais aller voir de quoi il retourne.
      Merci de ton passage tonique, cher zicos
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. La vie, l'amour, la mort...
    Parle-t-on d'autre chose dans nos vies ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles ma pro de français du lycée...
      Elle disait exactement cela...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Elle est bien mignonne ta petite fille, j'espère que plus tard Sybille, à défaut de faire des ravages de coeur chez les hommes, étonnera sa grand mère car le bonheur c'est une histoire en mouvement...

    RépondreSupprimer
  24. Oui bien sûr, la vie est mouvement. Nous bougeons sans cesse, même dans notre sommeil, sur une terre qui tourne autour du soleil, lui même évoluant dans l'univers. Ton texte me fait penser à mon petit frère ... Il a perdu l'usage de ses jambes suite à une opération du dos ratée à l'âge de 15 ans. On l'a privé de cette faculté de se mouvoir. Évidement cela a été un choc pour lui au début, et puis petit à petit le mouvement est devenu pour lui celui d'un fauteuil roulant. Et la joie de vivre à repris le dessus. Il a travaillé dans des assoc pour handicapés, montrant à tous ces jeunes désespérés que la vie peut être belle. Il dansait sa vie, Il etait une lumiere. Il s'est éteint le 16 octobre 2016 brutalement, beaucoup trop tôt. Pourquoi je te raconte cela ? Parce que même sans ses jambes il etait ce mouvement de la vie.
    Je t'embrasse petite sœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très émue par ton témoignage Catherine.
      Merci de tout coeur pour cela. Et pour être toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  26. Sur les grandes chaînes nationales, on ne parle plus de ce qui s'est passé là-bas, hélas... On en parle sur les chaînes locales. Les montagnards sont des gens courageux et solidaires. Des valeurs exemplaires.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  27. La vie est faite de joies et de peines. Tout se transforme constamment rien n'est jamais acquis. Apprenons à ne pas retenir, à laisser passer car tout passe.......Introduisons de la fluidité dans nos comportements at apprenons à nous régénérer.

    RépondreSupprimer
  28. Quand la vie nous donne des avertissements, respectons les; lorsqu'elle nous assène des coups de massues, relevons la tête et lorsqu'elle nous offre l'innocence et la beauté comme celle de ces petits êtres qui viennent agrandir ta famille, sachons la remercier. Ne serait ce pas là ta philosophie ?

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.