jeudi 21 mars 2019

Sourire aux étoiles






« La perfection est atteinte, non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à enlever. »

Antoine de Saint-Exupéry







Photo Céleste


Toute l'existence des Van Gujjar tient dans un sac posé sur un âne.
Ils n’ont rien, et pourtant, ils sourient.
La joie coule, telle une onde bienfaisante, dans chacun de leurs gestes…
Ce peuple berger vit au cœur de rudes contrées himalayennes, parmi les buffles et les chevaux, accrochés entre l’ubac des torrents fougueux et l’adret des verts pâturages cernés de sapins noirs. Ils dorment dans la poussière, serrés autour du feu. Le soleil éteint la lumière chaque soir, et la rallume le lendemain.
Leurs ciels de nuit sont époustouflants…
J'ai regardé « Terre Inconnue ». Je me suis régalée, une larme émue aux cils, d'assister à l’immersion de cet homme occidental, beau, souriant et tout pétri d’émotions, dans cet univers singulier, dépouillé, loin de tout repère, et surtout loin des réflexes consommateurs de notre monde fou…
J’aime cette émission. Ses détracteurs crient peut-être à la mise en scène, à la manipulation d’images, aux bons sentiments. Je les laisse aboyer leur amertume et leur mépris.

Ah, les facéties du hasard… il se trouve que dans le même temps, un ami à qui je faisais visiter, en quelques photos choisies, mon havre de simplicité, s'étonna :
« Mais tu n’as rien ! »
Moi, je n'ai rien ?
Qu’en penseraient les Van Gujjar ? Ils seraient sans doute surpris par la relative élasticité du concept de « rien »…
Cela m’a néanmoins titillée au niveau de l'hippocampe. J'ai l'impression d'être immensément riche, à côté d'eux. J'ai conscience de cette chance. Mais tu as raison, mon ami, j'ai réussi mon détachement.
Je me suis séparée des choses inutiles, encombrantes. Je me sens riche de choses impalpables, subtiles, profondes, et mon univers familier s’est allégé du superficiel, du futile, de l’anecdotique. J’ai choisi la fluidité sobre, plutôt que la pesanteur pâteuse du superflu et de l’envahissement matériel.
Je ne pourrais imaginer un retour en arrière. Mon petit trois-pièces, tel qu'il est,  serait un palais pour les Van Gujjar,  puisqu’il y fait chaudouillet, que le sol brille et que l’eau sort en abondance des robinets. 
Mais c'est un palais idéal comme le paletot d'Arthur : où que se pose mon œil, la sobriété des lignes me réjouit l’âme. Chaque chose a un sens. Une histoire. Quelques objets à valeur sentimentale, des cadeaux, deux trois photos auxquelles je tiens. Mes livres fétiches. Quelques ustensiles indispensables. Peu de meubles. Beaucoup de lumière.
Mes chamades sont d’une autre essence désormais. Mon cœur ne vibre qu'à Être, loin de la passion obsédante de l'Avoir.
C’est sans doute mon grand point commun avec ces gens du bout de la Terre :  nous sourions aux mêmes étoiles et cela nous rend heureux.
Et ce soir, de surcroît, l'énorme super lune nous éclaire de toute sa beauté et réjouit nos cœurs. L'Amour, la Vie, les étoiles. Que demander de plus ?

 


Musique: Adagio Trio - Wayfaring







Pour l'atelier d'Olivia, il fallait placer les mots:

ubac – fluidité – aboyer – berger – geste – feu – poussière – onde – retour – éteindre – chamade. 

119 commentaires:

  1. Je me suis promis de faire du tri, à ma retraite, pour que mes enfants n'aient pas à la faire... oui, je vais m'y mettre, j'ai déjà idées d'ouvrages pour écluser toutes mes laines et tissus, alors j'en ai faits quelques uns... mais le soleil est arrivé tôt cette année, alors je me suis mise à tailler la haie à hauteur d'homme et ramasser les feuilles aux pieds des arbres et des murs pour que tout soit bien dehors ;-)
    Il est beau ce texte, on ne voit pas les mots, et on croirait plutôt que l'on se parle, j'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « On croirait plutôt que l'on se parle » comme c'est joliment dit !
      Tout est bien dehors ? Tu vas pouvoir t'occuper du dedans. Chaque chose en son temps, comme disait ma grand-mère...
      Bisous Cath
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Et quel ordre dans ce peu de choses !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ordre et beauté, luxe calme et volupté, c'est ma devise !
      Comment ça, c'est déjà pris ? 😃
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu es en pleine forme, sister ! 😃
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. vivre bien avec peu, j'essaie aussi :-)
    bel exercice, je ne l'ai pas fait parce que je n'avais pas envie de caser le mot 'ubac' sans qu'il fasse sens, chez toi il fait sens!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le défi était qu'il fasse sens, et en même temps de ne pas axer toute son histoire sur la montagne...
      Pas facile, mais je suis sûre que tu t'es sous-évaluée !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. "J'ai trouvé ma devise - deux verbes auxiliaires : être vaut mieux qu'avoir." Marina Tsvetaeva. DEVISE laquelle devrait être universelle.

    Superbe texte dont la première partie me donne envie de regarder cette émission en entier... car, il me semble avoir vu (en zappant) que ces braves gens commençaient à cultiver leurs champs et me suis dit que le nomadisme était en "danger".

    Quant à la deuxième partie... tu dois avoir un nouvel ami pour lui montrer ton sobre mais très accueillant chez toi ;)
    Bonne journée, Célestine. Bisous printaniers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ta devise, tu trouveras ICIde très belles citations sur le minimalisme et la sobriété heureuse.
      C'est là que 'ai pris celle de Saint-Ex.
      Je ne peux que te conseiller de regarder l'émission, c'est un grand moment humain et émouvant. la Télé comme je l'aime, loin des inepties d'Hanouna et consorts...
      Quant à ton dernier paragraphe, ce n'est pas l'ami qui est nouveau, c'est l'appartement...
      Bisous fleuris chère Julie. Peux-tu me redonner le lien de ton blog que j'ai égaré. J'aimerais retourner te lire.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Mon blog est axé photo, je n'écris pas :)
      Bonnes vacances Célestine !
      Bisous floconneux.

      Supprimer
    3. Merci pour ton lien, je l'ai ajouté à ma blogroll pour ne rien perdre de tes photos...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Jusqu'à cette belle émission, Rendez-vous en terre inconnue, j'ignorais tout des Van Gujjar. Cependant, j'y ai constaté tant de similitudes avec les Narikurovars et une ressemblance frappante entre la jeune Kovaisarala et l'épouse courageuse de l'un des deux éleveurs de buffles, que l'émotion m'a gagnée.
    En fait, ces primo-habitants de l'Inde, nomades, qui n'ont pas d'état civil, donc pas d’existence aux yeux ni de l’administration indienne ni même de leurs congénères, sont de la même origine. Sauf, que ceux que nous connaissons ont déjà été chassés de leurs terres et sont donc privés de leur mode de vie proche de la nature. La déforestation a eu raison de leur mode de vie et du coup, ils ont gagné peu à peu les villes (ou plutôt les décharges publiques des villes) où ils vivotent, boivent trop pour beaucoup, mangent peu pour la plupart, n’ayant pas d’autre solution que de vivre à la rue et d’imposer à leurs enfants la mendicité dans la plupart des cas.
    L’école pour leurs enfants ? Ils ne la connaissent que rarement et sont rejetés de partout, d’autant qu’à présent le gouvernement indien refuse l’aide provenant de l’étranger.
    C’est un crève-cœur.
    Et j’imagine que les Van Gujjar suivront le même chemin. Un chemin que l'on peut avoir un jour la chance de croiser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que cette émission te parlerait fort.
      Bien sûr qu'il y a des similitudes. Et la question se pose : qu'ont-ils fait de mal, ces gens, pour qu'on les persécute de la sorte ?
      C'est affreux et je ne m'y ferai jamais. la bêtise et la méchanceté me révolteront toujours. Mais que faire pour eux ?
      Ils vivent en harmonie avec la nature, ils ne polluent pas et ne cherchent pas à nuire aux autres. Ils sont pour moi l'exemple parfait de ce que pourrait être la vie sur terre si chacun respectait son voisin...
      Bon je sais, c'est utopique.
      Bisous émus, chère eMmA
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Ah j'oubliais ! Les primo-habitants de l'Inde, nomades, rejetés de partout, ont progressé peu à peu jusqu'en Europe où nous les nommons tour à tour les Romanichels, les Bohémiens, les Tziganes, les Gypsies, les Gitans et autres noms d'oiseaux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu fais bien de le rappeler...en ces temps où la haine revient à grand pas dans le monde.
      Et sur le seuil de notre porte, pas la peine d'aller très loin...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Je me dis chaque jour qu'il y a trop de bazar dans ma maison, des trucs qu'on a accumulés, mais pourquoi tant de choses ?Pourquoi dix cuillères en bois alors que une suffirait ?
    Bref, j'ai du boulot et ton petit nid tout propret me fait envie.
    Allez, je me mets au grand nettoyage, c'est le jour rêvé.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sage résolution, Angela.
      Il y a assez de choses dans les maisons pour faire vivre cinq fois plus de gens que ce que la France en contient....Et il y a plein de logements vides...
      Où est l'erreur ?
      Bises ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Nous avons tant à apprendre les uns des autres.
    Je vois la lumière dans votre chez vous et je trouve que c'est ce qu'il y a de plus beau, l'espace pour que la lumière entre. Quand il y a trop de choses, la lumière n'a pas de place, elle se heurte à tout.
    Il a fallut une expérience de vie pour que je saisisse l'importance des choses, celles qui ne s'achètent pas.
    Merci et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon chemin est passé aussi par des expériences de vie bousculantes, deuil, séparation, changements, et mon seul guide a été cette recherche de lumière.
      Elle est là, bien présente, et éclaire mon bonheur tout neuf.
      Bienvenue sur mon totem, Marie.
      Bisous célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Je ne regarde jamais cette émission mais en zappant l'autre jour, je suis tombé sur une séquence où une charmante indigène disait au visiteur "Si tu ne sais rien faire, pourquoi tu es venu ?".
    Ça m'a fort amusé !
    Pour le reste, si tu pouvais faire un saut par ici pour nous coacher, ça ferait de la place dans nos armoires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...c'est tout un art de vider ses armoires et de faire de la place pour l'être au milieu de tous ces avoirs...
      Tu sais que j'ai pas mal désengorgé aussi es armoires mentales, l'an dernier...
      mais je veux bien te donner quelques cours !
      Et franchement, tu devrais regarder cette émission, elle est géniale.
      Bisous Boss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Comme tu as raison, Célestine, l'essentiel n'est pas dans nos possessions.
    J'aime tout particulièrement cette phrase : "Mes chamades sont d’une autre essence désormais."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais ce qui fait battre mon coeur...et ce ne sont pas les achats de fringues en soldes...et ça ne veut pas dire que je n'aie pas être élégante...Ça veut juste dire que la superficialité des achats compulsifs ne sont pas ma tasse de thé.
      Bisous Olivia.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Quelle joie pour moi que vous partagiez un peu de votre intimité, de votre lieu de vie.
    J'aime beaucoup la lumière qui entre à flots. C'est apaisant et réjouissant à la fois.
    Et puis ce que vous dites de ce peuple nomade, c'est tellement en harmonie avec votre philosophie que l'on sent affleurer dans chacun de vos mots.
    Merci pour ce " havre de simplicité " comme vous le dites si bien.
    Je vous embrasse, délicieuse
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai choisi cet appartement pour cette lumière, et les bonnes ondes que j'y ai ressenti la première fois que j'y suis entré...
      Et je ne l'ai pas regretté. Apprendre à écouter mes ressentis, voilà qui m'a bien aidée !
      Merci cher ami.
      Je vous embrasse en retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. J'aime être au bord de la mer pour les mêmes raisons, une lumière extraordinaire dans le petit studio et... Que le strict nécessaire... Et la mer ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me souviens de cette luminosité magnifique de la mer du Nord...ou de la Manche, je ne sais plus...
      En tout cas, le désencombrement matériel permet de mieux apprécier ce qui est essentiel, je suis bien d'accord !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ah il me semblait bien, mais je n'étais pas sûre... :-)

      Supprimer
  13. Je suis une adepte du minimalisme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis persuadée que nous devons arrêter de produire des objets inutiles en trop grande quantité...
      C'est la seule chance de survie des générations suivantes...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Je rêve de ce dépouillement. Si tu voyais le nombre de livres que j'ai sur le sujet :-). Mais c'est sûr un déménagement, un bouleversement dans son quotidien, ça aide au délestage.....
    C'est très zenoli (un mot valise s'imposait dans ce contexte :-)) ce petit bout de chez toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci C'est mignon « zenoli »
      Tu as raison, changer de vie, ça aide beaucoup à faire le tri. Mais on peut aussi le faire en restant dans sa maison...C'est une affaire de longue haleine, mais c'est possible. j'ai une amie qui l'a fait...
      Gros bisous sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Lumière, désencombrement et simplicité c'est entendu et partagé 5/5. Maintenant, le minimalisme à outrance avec espace gigantesque et trois objets sublimes et prétentieux... merci, c'est sans façon.

    Je n'ai pas regardé l'émission de télévision j'étais devant un grand écran où l'on projetait "Rebelles" ça pourrait te titiller le titillon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire le genre snob qui se la pète ?
      Pas mon style. Ce genre de chose, si c'est juste pour « faire genre » et que ce n'est pas accompagné d'une d"marche spirituelle (en tout cas intellectuelle)ça ne marche pas...
      En parlant de trucs que tu m'avais conseillé de voir, j'ai vu « Ni juge ni soumise »
      Un régal
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. "La chute de l'empire américain" est à voir également... mais pour la franche déconne et la tambouille façon Dupontel mâtinée de Tarantino : "Rebelles" !!

      Bleck

      Supprimer
    3. Ah génial, j'avais tellement aimé les deux premiers volets "les Invasions Barbares" et " le déclin de l'Empire américain..."
      Je vais y courir.
      Mais va pour " Rebelles ", tu es de bon conseil !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Excellent film en effet ! Je recommande :)

      Supprimer
  16. Pour l'émission, je n'ai rien à en dire car je n'ai pas de TV (et pas le temps de rechercher en vision différée.
    Le ménage que tu as fait dans ton cadre de vie n'est rien comparativement à celui que tu as fait avec Alpharêves...
    J'approuve, même si je ne suis pas encore dans cette démarche car privilégiant l'autonomie énergétique et l'autosuffisance alimentaire.
    En attendant d'y arriver il y a un tas de bidules et de machins dont j'ai besoin.
    Ti bacio Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais ta démarche. Elle est extra.
      Tu as raison, j'ai fait un gros ménage.
      Mais je n'étais pas seule à tenir le balai...j'ai été aidée.
      Tu verras comme ce sera bien quand tu n'auras plus « tout un tas de bidules et de machins » parce qu'ils seront devenus inutiles...
      baci caro
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Gemini cricketjeudi, 21 mars, 2019

      C'est quoi, " alpharêves " ? ;)

      Supprimer
    3. Une expérience thérapeutique que j'ai menée sur un blog disons plus confidentiel...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. L'émission en question, je ne l'ai pas vue. En revanche un ami m'a offert un magnifique grand livre (format grand atlas) dans les années 1980 sur les royaumes de l'Himalaya, très bien illustré. Je le regarde parfois comme une invitation au silence et à la contemplation. Le nomadisme est une sorte de vie de prière en action continuée.

    J'aime bien les intérieurs dépouillés. À condition bien sûr qu'une chaleur humaine y rayonne.
    Pour ce qui est du désencombrement, je poursuis, lentement mais sûrement, mon grand délestage. Toutes ces choses inutiles auxquelles je croyais tenir. En réalité ce sont bien souvent elles qui nous tiennent. Et puis je ne désire vraiment pas laisser tout un fatras à mes enfants. J'ai trop vu ce qu'il pouvait en être dans mon entourage. En revanche, à mesure que j'avance je vois l'essentiel de ce qui doit demeurer chez moi. De ce fait cela prend un plus grand relief. Et c'est tant mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Le nomadisme est une sorte de vie de prière en action continuée. » C'est très juste.
      Cela donne à ces bergers une dimension extraordinaire...Tu verrais ces sourires...c'était fabuleux de les voir.
      Il règne une grande chaleur humaine dans mon intérieur, aux dires de mes amis, mais pourrait-il en être autrement ?
      J'aime bien ce que tu dis de tes enfants, et de cet essentiel que tu veux leur léguer.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Tu dis si bien les choses ma belle amoureuse des étoiles… Je m'y mets doucettement et j'enlève peu à peu, petit à petit. Il y a des fouillis auxquels je tiens mais il n'ont de valeur que sentimentale car il y a longtemps que nous n'achetons plus que très rarement du neuf. Même les livres je les donne de plus en plus. Et c'est bon. Bisous bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doucettement, c'est joli cet adverbe...
      C'est vrai qu'il faut prendre son temps, dans ce genre de démarche, ne pas aller trop vite...
      les livres sont faits pour circuler (connais-tu le livre voyageur ? c'était aujourd'hui la journée internationale...
      mais tu peux télécharger les étiquettes toute l'année, et déposer tes livres dans les endroits de ton choix)
      Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Oui je connais et j'en ai déposé… sans avoir jamais de nouvelles. Dommage. Le seul que j'ai trouvé était en gare de REnnes et tout en anglais, je ne l'ai pas pris… alors, je donne. Biz

      Supprimer
    3. Doit-on vraiment attendre des nouvelles de ce petit voyageur que nous confions au hasard ? Si on n'en reçoit pas, est-ce qu grave. Se dire simplement qu'il a fait des heureux...
      Moi rien ne m'empêche de continuer à semer mes petites graines, ma Brizou...
      Telles des bouteilles à la mer.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Je regarde très peu la télévision, mais je vais regarder cette émission en "replay"....
    Ah se désemcombrer, s'alléger , j'en rêve sans le mettre en pratique. En retraite depuis 8mois , je me laisse aller à faire ce que j'aime ( randonner, lire, suivre des cours, voir des amis, faire des photos...) en laissant de côté le grand tri dans toute la maison. Mais j'y arriverai !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, tu y arriveras, parce que, simplement, ça fait du bien: on y voit plus clair, on fait moins de ménage, on retrouve ses affaires, et on respire large...
      Une vraie cure d'air pur.
      Bienvenue au club des éternels vacanciers...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. C'est bien joli chez toi...lumineux et reposant...

    Ton billet tombe à pic...
    Je suis justement dans une phase "grand débarras"...cela m'a prise par surprise , il y a deux semaines environ , et je constate, une fois encore, que ça fait vraiment du bien de se délester de choses qui encombrent l'espace...et, mine de rien, l'esprit.
    (Je suis peu attachée aux objets matériels, mais j'ai une certaine tendance à accumuler les papiers...et les livres, ce qui me conduit, tous les quatre ou cinq ans à une sorte de "crise" de nettoyage )
    Allez, hop, que le vent de printemps emporte tout ça...et que vienne la saison de la légèreté et des cieux étoilés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, et puis, dans le même élan, je me suis mise, hier soir, à désencombrer ma boîte mail en effaçant tous les messages anciens et oubliés...(la pollution numérique, ça s'appelle...et il paraît que tous ces messages stockés inutilement sont une cause non négligeable de gaspillage d'énergie).

      Supprimer
    2. Tu es donc en phase de simplification toi aussi. C'est fou ce que l'on peut avoir entassé, au cours d'une vie...et dans son habitation, et dans sa tête...
      Bisous et merci pour ton passage et ton témoignage.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. L'Amour, la Vie ; Les Etoiles
    La sérénité, illustree par une belle melodie...
    J'aime la lumiere qui exprime chez toi l'espace dégagé parle depouillement.
    A défaut du depouillement de mon habitation, je cherche celui de mon âme pour laisser passer la Lumiere, comme un vitrail...


    Bises sinceres, depouillees de superflu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu aies écouté la musique. Je trouve qu'elle est elle-même très sobre, calme et sereine, à l'image de mon intérieur.
      La lumière est très belle l'après midi. Elle me réjouit.
      J'aime beaucoup ta dernière phrase, elle aussi très belle.
      Je t'embrasse mon ami
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Tu sais quoi, Célestine ? J'ai reconnu immédiatement ton appartement que je n'ai jamais vu ! J'imaginais assez des murs blancs.
    Je vois donc que tu n'es pas prisonnière des choses, que les choses ne t'ont pas prisent... Difficile d'échapper à cette folie de surconsommation, mais pas impossible. JJG l'a dit, et je l'ai utilisé chez toi, il y a peu...

    https://www.youtube.com/watch?v=Ed_lygOJb-I

    Si j'avais, si j'avais ça
    je serai ceci je serai cela
    sans choses je n'existe pas...

    Elle est terrible cette phrase !
    Tu as peu, mais tu es riche de ce qui ne s'achète pas ;) Belle philosophie !
    Parfois, il suffit de presque rien pour être heureuse/heureux. Un toit pour s'abriter des intempéries n'est déjà pas si mal, l'eau fraiche coulant au robinet et ce "truc" dont tout le monde a besoin, ce truc impalpable, si léger et si grand, qui fait sourires aux étoiles, des clins d’œil à la lune, qui transporte tel un ballon d'hélium les rêves d'enfant...
    En version xxl...
    https://www.youtube.com/watch?v=kYRZxaC6psk

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me régale de te voir manier la métaphore, cher Didier.
      « l'eau fraiche coulant au robinet et ce "truc" dont tout le monde a besoin, ce truc impalpable, si léger et si grand, qui fait sourires aux étoiles, des clins d’œil à la lune, qui transporte tel un ballon d'hélium les rêves d'enfant...
      En version xxl...»
      J'aurais aimé écrire ça...
      En deux chansons, tu résumes exactement le problème que j'évoque ici. Enfin, quand je dis problème...Ça n'en est pas un pour moi.
      Je suis heureuse aussi que tu aies « reconnu » mon appartement. cela prouve qu'il me ressemble, et ça me fait plaisir, car j'y ai mis beaucoup de coeur.
      Bisous de la nuit, cher lecteur noctambule
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Dès que j'ai vu la photo, j'ai su que c'était chez toi ! Une grande baie vitrée irradiant de lumière, un petit meuble peint pour une deuxième vie, un dessin d'enfant, beaucoup de clarté.
      Je suis assez fier de savoir que tu aurais aimé écrire ça... C'est une forme de reconnaissance, pour moi et je suis touché...
      C'est vrai que parfois, j'ai des coups de génie...en toute modestie, bien sûr ! :) (je surveille mes chevilles !)
      Bises de la nuit




      Supprimer
    3. Je suis très fière de mon petit meuble repeint par mes soins...
      le dessin d'enfant, en fait, n'en est pas un. C'est un petit tableau que mes enfants m'avaient offert pour la fête des mères. Ils l'avaient fait faire par une artiste sur internet, qui peignait sur une vraie toile « à la manière des dessins d'enfants »
      Quant à ta dernière phrase, oui, oui, je confirme, tu as des coups de génie.
      Et tant pis pour tes chevilles.
      Bises sous la lune🌙
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Moi qui suis un grand jettophile abonné à la déchetterie de mon coin, j'ai pu observer la mine de constipé des "jetteurs" à leur arrivée et les mêmes quelques minutes après avoir "fait la chose" nouvellement équipés d' un petit sourire légèrement confit au plaisir discret mais sévère de l'acte accompli.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien observé. Il y a une certaine culpabilité à jeter, c'est sans doute pour cela que ça les constipe, les types...cela dit, jeter n'est pas la seule solution. On peut donner, à des amis à qui ça fait plaisir, à Emmaüs, au secours populaire...On peut transformer, recustomiser, repeindre (tiens le petit meuble bleu qui est dans mon entrée n'était pas bleu. C'était un de ces meubles des années 90 en pin vendus chez "Mouche" ou chez le Suédois...
      On peut revendre sur the good corner bref, il y a de quoi faire...

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. C'est beau (et sain) d'avoir cette capacité de retour à la cellule monacale, de refuser le superflu qui bouffe la vie, de jouir du peu des choses. Par rapport aux Van Gujjar je pourrais ouvrir une boutique d'antiquaire (quoi qu'ils verraient ça sans doute comme du bon bois bien utile à brûler et des vases peu pratiques car sur le feu, va savoir pourquoi ils explosent bêtement...) mais il m'arrive souvent de dire ah non,je ne veux pas trop de choses, je veux pouvoir marcher sans me cogner partout, je ne veux pas d'autres étagères... Et c'est encore trop, mais bien peu pour certains qui s'étonnent que je n'aie pas de CD ou CVD player, radio etc... Ne parlons pas des machines Senseo, hein!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cellule monacale, n'exagérons pas...Mais pas une boutique d'antiquités, ça c'est certain, les vieux objets m'angoisent un peu, au sens propre (je suis allergique à la poussière)
      Se cogner partout, ça m'est arrivé dans mon ancienne vie, et je crois que c'était le symbole qu'elle était devenue trop encombrée, trop exiguë, en fait, je me cognais à ma vie.
      Désormais je respire large et mon horizon est panoramique !
      Quant au café, rien ne vaut la cafetière à piston : pas de filtre, pas de capsule, rien que le bon goût du café fort, doux et brûlant comme l'amour.
      Baci bella
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Ce que j'aimerais en arriver à cela ! Ça me fait vibrer puissance dix ! Très joli billet, très chouette appartement. En plus, il y a du bleu, et c'est lumineux ! ☺

    Je tends, tout doucement, à aller comme toi vers cet essence(-sans)-ciel, mais c'est long.
    C'est difficile de "vider". Déjà avec moi qui aies longtemps "manqué" alors je garde beaucoup. Et puis avec un Superman qui a bien du mal à "voir" et comprendre tout ce qu'il y a "au-delà" de la consommation.
    Je ne désespère toutefois pas d'y arriver. Il le faut de toute façon : je me sens submergée par les choses, elles m'étouffent. C'est pire d'année en année.


    Terre inconnue, je l'ai regardé plusieurs fois, des sensations similaires au creux du ventre.
    S'il n'y avait les déplacements et tout le bazar, si c'était possible, je pense qu'il faudrait un stage obligatoire dans ces communautés pour tout le monde... histoire de voir leurs sourires au moins. Les plus beaux sourires brillent dans la sobriété heureuse.

    Bisous de lumière chère Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel beau commentaire.
      C'est vrai que pour passer par une phase de simplification, il faut avoir entassé, consommé, donc n'avoir pas connu le manque. C'est d'ailleurs ce qui est difficile à faire comprendre à des gens qui, après des périodes de galère, ont acquis une certaine aisance financière: comment leur expliquer que la vie, ce n'est pas posséder des tas de choses ?
      Comment éviter qu'ils ne prennent cela comme une injonction à se serrer la ceinture, ce qui leur rappelle leur passé douloureux où ils manquaient de l'essentiel. Mais on voit des gens modestes gagner au loto et devenir fous, ou sombrer dans la dépression. Pour au final, tout dépenser et se retrouver plus pauvres qu'avant.

      Cela dit, je comprends tout à fait ton sentiment d'être submergée par les choses. Physiquement. je l'ai ressenti combien de fois...
      Superman a un chemin à faire, et il ne sert à rien de le brusquer. Nous avons tous une responsabilité dans cette addiction à la consommation, qui est la névrose numéro Un de notre société.
      Mais il ne sert à rien de se flageller, le passé est le passé, et l'essentiel est la prise de conscience de nos erreurs, pour essayer de s'améliorer dans l'avenir.
      En revanche, savoir et persévérer dans l'erreur, voilà qui interpelle. Malheureusement combien voit-on de gens pester contre les multinationales déshumanisées et polluantes, plaindre les pauvres orangs-outangs, s'indigner de l'obésité infantile, et continuer tranquillement à acheter du nutella ou du coca...
      Bref, le chemin de la sagesse est long et pavé d'embûches. mais il vaut le coup !
      Bises lumineuses.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Oui, je pense que j'ai eu besoin de cette phase "écureuil" quand j'ai commencé à vivre. Là on s'en sort pas trop mal, donc j'ai déjà donné beaucoup de choses. Juste pas assez à mon sens ! Quand mes placards seront bien aérés, je serais satisfaite ! ☺
      Je respire mieux dans les espaces sobres. Et quitte à "décorer", j'espère un jour avoir la main verte, et mettre des plantes partout !

      Je ne crois pas qu'il y ait quelque chose à expliquer, c'est à ressentir. Quelqu'un voulant être heureux, s'il s'arrête pour réfléchir un instant, verra bien que la possession ne le fait pas se sentir mieux, et que du coup il en demande toujours plus. Il suffit d'accepter qu'un besoin moral ne se comble pas par du matériel.

      Rassure toi, je ne brusque pas Superman. Il est déjà très patient comme ça !(et bon courage à qui voudrait l'obliger à faire quoi que ce soit !) ☺

      Bises ★

      Supprimer
    3. Un besoin moral ne se comble pas par du matériel...
      Tu as parfaitement raison.
      Pour les plantes, une juste mesure me semble intéressante. Il m'est arrivé de ne plus pouvoir respirer et de me sentir envahie par trop de plantes vertes...mais ce n'est qu'un ressenti personnel.
      Quoi qu'il en soit, tu es sur le bon chemin.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Je ne suis pas d'accord avec Saint Exupéry.
    La perfection, c'est il y a toujours un petit quelque chose à améliorer.
    Sinon, la perfection c'est chiant.
    Donc imparfait...
    (de là à se dire que la perfection réside dans l'imperfection, hein...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La citation n'est pas forcément à prendre au pied de la lettre.
      Elle donne simplement un sens : enlever plutôt qu'ajouter.
      Mais tu sais bien que la perfection m'emmerde autant que toi. Et d'ailleurs, je n'ai pas envie, comme je le disais à Edmée, de vivre dans une cellule monacale.
      J'ai une télé, des livres, un ordinateur, un smartphone, plein de choses inutiles et indispensables pourtant à mon équilibre... Je ne prône pas le retour à la grotte. Ça fait trop mal de se faire tirer les cheveux par son homme de retour de la chasse au mammouth.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Mais non, mais non Céleste, Cro-magnon n'était pas un imbécile, au lieu de tirer sa femme couchée parterre (as-tu déjà essayé de déplacer 50 kg en le trainant par terre ?), il préférait la voir debout à porter le gibier qu'il venait de chasser... :-D
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Ben oui mais ça aurait été moins drôle pour ma réponse au Goût...;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Oh merde alors, je t'ai cassé un effet comique, mais je suis sûr qu'il y a un tas de choses que tu ne voudrais pas partager avec Mme Cro-Magnon, comme le doux velouté d'une couche de roche concassée, ou la gestion du feu de camp parce que ce faignant de Cro-Magnon n'a pas encore inventé la gazinière à gaz de pets de mammouths..

      Supprimer
    5. Muahaha ! Tu m’as peut-être cassé un effet comique mais tu m’as bien fait rire !
      Une couche de roches concassées c’est beau comme une contrepèterie. Un contrepet de mammouth bien sûr !

      Supprimer
  27. Je pense que c'est chez nous que Saint Ex a trouvé cette phrase. Zoé nous a appris l'autre jour que c'était classé dans les pathologies, cette peur du vide. C'est le syndrome de Diogène et Margotte est atteinte à la fois de la forme aigüe et chronique.

    C'est vrai que la Lune était énorme hier soir ! Un sacré popotin, à Marseille on parle de "tafanari" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la lune était capiteuse et pulpeuse, hier soir. C'est son périgée qui la rend énorme...Ça a l'air sexuel dit comme ça.
      Pour ce qui est du syndrome de Diogène, je respecte. Vous êtes quand même encore loin de la syllogomanie sévère. Ta bibliothèque est pour moi un chef d'oeuvre poétique et surréaliste, ne change rien surtout.
      Je ne parle que de mon propre ressenti, et en aucun cas je ne juge les gens qui ne vivent pas comme moi.
      Mon foisonnement intérieur a besoin d'espace pour s'exprimer, voilà tout. Et pour faire de l'espace dans un trois-pièces, il ne faut pas avoir trop de choses...
      Bisous cher saoulf
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. C'est vrai que la lune était énorme au-dessus des montagnes hier soir et ce matin, toujours ancrée dans le ciel, après sa petite promenade nocturne. Se dépouiller des choses inutiles demande de l'entraînement, de la sagesse, du lâcher-prise mais plus on se déleste des choses matérielles et plus on laisse de la place pour les choses les plus importantes, celles qui remplissent notre cœur. Merci fée du bonheur. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais aimé voir ce spectacle étourdissant : la super-lune au-dessus de tes montagnes...
      Pour le reste, tu résumes parfaitement ce que j'ai voulu exprimer dans ce billet.
      Merci belle frangine des Alpes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. J'ai eu cette même impression lors d'un voyage dans le désert marocain, dans un campement berbère ou j'ai séjourné une semaine. Le premier jour, j'ai été prise de " panique" ... Pas une étagère ou une armoire dans la petite maison en pisé, ou ranger mes affaires. Et puis j'ai lâché le matériel pour profiter du désert, du sourire de ses hommes, de leurs chansons chaque soir au bord du feu et sous les étoiles ... Là est la vraie richesse, et je me dépouille du superflu comme toi. Merci pour ce beau rappel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli témoignage, Catherine.
      Nos réflexes occidentaux nous font parfois paniquer pour des choses matérielles toutes bêtes. et puis, nous croisons l'essentiel. Et nos petites peurs nous paraissent dérisoires...
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. De l'espace pour bien vivre, de la légèreté ! Pourquoi donc s'encombrer, s'alourdir, vouloir posséder à tout prix….Juste l'essentiel, simple, confortable. L'énergie doit toujours bien circuler et pour cela il lui faut peu d'obstacles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très Feng Shui, ta dernière phrase. J'aime quand l'énergie circule, quand rien ne l'empêche de passer et de dispenser généreusement son fluide.

      Bisous Daniel
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Cet appartement lumineux, épuré et accueillant te ressemble, Célestine.
    Je n'ai pas regardé le dernier "Terre inconnue", je ne regarde pas toujours en fait, et pourtant chaque fois que je le fais, je suis séduite par ces personnes si différentes et si attachantes, qui n'ont pas besoin de grand chose pour apprécier la vie, qui vont à l'essentiel de la vie. Et quelque part, je les envie...
    Très gros bisous, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me sens à ma juste place dans ma vie. Et mon décor fait partie de mon équilibre. Ma vie se promène dans des lieux paisibles et lumineux, c'est exactement tout ce qu'il me fallait pour retrouver ce fameux équilibre ...
      Je t'embrasse de même., douce Françoise.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. L'encombrement me rends mal à l'aise. Chez-moi c'est une maladie... J'élimine, j'élimine. Je trouve toujours que j'en ai trop. Au moins physiquement c'est possible et plus facile à réaliser mais quand il s'agit d'éliminer le brouhaha de la folle du logis c'est pas mal plus difficile. Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est le plus difficile : faire taire le bruit mental, et désencombrer ses pensées...
      Je te souhaite d'y parvenir comme j'y parviens de mieux en mieux désormais.
      Bisous
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. "Mon cœur ne vibre qu'à Être, loin de la passion obsédante de l'Avoir."
    Il était temps, non ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vieux motard que j'aimais...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Tu es encore loin du minimalisme, sourire... Mais c'est lumineux et on respire. J'aspire aussi à cela, mais j'en ai pour 3 ans de tri avant d'y arriver. Et je le ferai. Petit à petit... Il se s'agit pas "d'avoirs" mais de souvenirs. Alors il faut prendre chaque objet un par un et se poser la question de son importance réelle. Souvent, elle n'en a plus aucune. Mais elle reste là. Et il faut vraiment un gros choc pour faire bouger les choses, changement de vie ou de priorités... Comme tu l'as fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça tombe bien, parce que je n'ai pas envie d'arriver au minimalisme...les extrêmismes m'ennuient et m'effraient.
      j'aime le juste milieu.
      Trois ans...c'est le temps qu'il m'a fallu aussi, tu sais, depuis le départ de mon père qui a tout déclenché...
      les souvenirs, bien sûr que j'en ai gardés. Plein. Dans des boîtes dédiées.
      Mais j'ai dû me séparer aussi de beaucoup de choses devenues soudain lourdes et empêtrées ...
      Ça m'a fait beaucoup de bien.
      Je te souhaite de réussir ce projet.
      Bisous doux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Un trois pièces! quelle chance tu as. Chez moi aussi il y a juste le nécessaire, sauf une chambre dans le sous-sol où se trouvent des cartons. Bizarre à quel point cela ronge mon énergie. Va y'avoir un ménage d'ici peu... le superflu est une hantise pour moi. Je suis un peu malade sans doute. kéa

      Supprimer
    3. Juste pour pouvoir recevoir mes enfants le temps d'un week-end...
      Je préfère ta « maladie » à la syllogomanie...
      Bisous Kéa
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. Comme beaucoup, je voudrais bien m'alléger, mais c'est vraiment très compliqué (j'en ai aussi pour plusieurs années... Des livres, des papiers, des dessins, des vêtements, de la vaisselle...) Trop de tout ! Bravo pour ce joli intérieur. Ce qui me frappe c'est le bleu de l'armoire qui fait penser au bleu de tes yeux et qui va bien avec le prénom Célestine o:))) Bleu lumineux... Beaucoup de bonheur dans ton nouvel appartement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pivoine. Ça me touche. C'est plein de positivité ce que tu me dis.
      Oui mes yeux sont exactement bleu turquoise comme ce petit meuble, que j'ai peint moi-même, et j'adore cette couleur.
      Le bleu, c'est le ciel, la mer et une certaine idée de la sérénité...
      Bisous belle nuit
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Le superflu est absolument indispensable, je me suis détachée des objets de force, ils ont été emportés par la tempête de 1999, je ne regrette rien sauf les livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je comprends..Mais quand je parle de superflu, je ne parle pas des livres, mais plutôt du dernier épluche légume électrique, de la dernière cafetière ultra sophistiquée avec capsules en aluminium et autres gadgets parfaitement inutiles de la société de cons...(ommation) ;-)
      bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Un chat qui sourit. Admirant un papillon s'élever.
    Une porte. Deux fenêtres. Sans rideaux.
    Un tapis volant au repos. Dans le soleil d'une belle journée.
    Un tableau vert clair. Trois enfants. Maman on t'aime.
    Un petit meuble. D'un autre vert. Moins ouvert. Plus foncé.
    Quatre tiroirs bien fermés.
    Dans chaque tiroir. Un mot.
    Comme un cri.
    Un poème.
    Moi, Aussi, Mes, Chéris.

    La perfection est atteinte.
    Il n'y a plus rien à ajouter.
    Ni plus rien à enlever.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau et très touchant ce que tu écris là. Une description toute en douceur et en tendresse.
      J'aime beaucoup.
      Et les petits mots cachés dans les tiroirs, quelle jolie trouvaille.
      Merci beaucoup, Well. Tu portes bien ton pseudo.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. "« La perfection est atteinte, non pas quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à enlever. »"
    Je viens de relire cette phrase.
    J'en retire finalement que la perfection c'est le vide, autant dire rien.
    Mais bon, on est dimanche matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois avoir compris que cette phrase te perturbe...
      Alors pour toi (mais rien que pour toi) je t'offre une citation de Fénelon :
      “C'est une perfection de n'aspirer point à être parfait.”
      Voili voilou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Ça, ça me parle !
      Merci Célestine !

      Supprimer
    3. Je le savais...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  39. Je ne peux que partager ton avis évidemment.
    Et cette phrase le fait réfléchir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Val. C'est vrai que cela rejoint quelques préoccupations qui sont bien dans l'air du temps... (écologie, gaspillage, recyclage, réduction des déchets...)
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. Dans cette perfection, ne rien demander de plus... Le ciel est vraiment un nid douillet. Bises céleste Célestine, à tout bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as bien raison, ma Plume !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. Que demander de plus ? Que les animateurs-trices d'ateliers d'écriture me fichent la paix avec le mot "ubac" ! Je n'ai rien à dire à son sujet et je ne dirai rien, même pas en présence de ma robe d'avocat (qu'on m'a vite retirée, du reste !). ;-)

    J'admire ta zénitude. Tout cela, c'est à dire ce petit rien, est très très beau.

    Nous on est plus du genre empilement de bouquins et d'instruments de musique mais on fait des efforts : je sens que très bientôt Marina B. va me ranger dans un placard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surtout pas, malheureuse !
      Que ferais-je avec mon oncle enfermé dans un placard ...
      Moi aussi j'en ai empilé des livres et des instruments... J'ai gardé les meilleurs d'entre eux dans mon petit chez moi...
      Bisous cher oncle putatif
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. Être dans le simple est un grand voyage.
    Le simple sait être chaud, généreux, protecteur.
    Il faut aller à l'essentiel qui nous emporte sur le chemin de la sagesse.
    La richesse de l'âme n'est pas dans la possession des choses, mais dans le regard que nous avons sur les choses.
    Bises toutes simples.
    Ça fait ud bien de te lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, j'ai plaisir à te lire Etienne
      Serais-tu sorti de ta tempête ?
      Bises ravies que tu me comprennes si bien.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  43. C'est amusant, en lisant tes premières lignes, je pensais à cette émission, sur laquelle j'ai zappé et dont je n'ai pu me détacher, les bergers tout comme l'homme qui participait à l'émission et contemplait la vie avec un regard d'enfant m'ont émue... Il y a différentes façons d'être heureux, chacun a ses priorités, ses endroits ou il se sent bien, ses madeleines de Proust... J'ai mon univers de ma maison au jardin!
    Merci pour ces réflexions...
    bisous et douce journée!

    RépondreSupprimer
  44. Que des sujets qui me tiennent à cœur ! Et quel beau texte tu en as fait : splendide.
    Mais dis-moi Célestine tu ne te serais pas laisser tenter par l'appel des cimes ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais carrément !
      Et tu sais quoi ? j'ai aimé ça... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  45. Un jour , il y a longtemps, on m'a dit, "tu n'es rien, tu n'es qu'une bulle", des jours ont passé et puis j'en ai fait un poème et je m'en suis réjouie au final...

    De plus en plus j'ai envie de faire le vide de tant d'objets inutiles...

    Sur ton commentaire aujourd'hui tu me parles de Brizou mais je ne la connais pas.... Mystère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Brizou est une de mes lectrices (tu trouveras son lien dans ma blogroll)
      Elle parlait des fleurs de son jardin, comme toi. C'était chouette.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.