mardi 20 août 2013

Concert d'été






Le saxophone a déchiré l'air du soir d'une première plainte. Un son chaud, une longue note tenue. 
Je laisse exhaler un "wouaou" admiratif. La soirée va être sublime. Un air doux souffle sur la ville,le vent est à la mer et le spectacle va tenir les promesses de l'affiche. Qui annonçait un vrai concert. Pas une simple musique d'ambiance que les gens subissent d'une fourchette distraite. La mienne est restée suspendue en l'air, suspendue à cette note magique, entre mon assiette et mes lèvres entrouvertes. 
Les musicos sont juste devant moi, j'ai évidemment l'impression qu'ils ne sont là que pour moi. J'ai toujours cette impression là. Où que j'aille. Depuis toujours. Par une sorte d'égocentrisme musical surdimensionné. Je suis comme ça. Je vis la musique intensément. Pas vous? Le monde disparaît dans une espèce de brume fade, les serveurs ne sont plus que des ombres glissant entre les tables, sans épaisseur. C'est comme si les notes de musique envahissaient complètement mon espace intérieur. 
Dans la bande, il y en a toujours un qui joue encore plus particulièrement pour moi. C'est celui qui a repéré que je connais certaines chansons par cœur, il doit savoir lire sur les lèvres...Bon, tant qu'à faire, c'est le plus mignon. Il a de petites lunettes rondes, une mèche qui revient constamment dans son œil vert ou marron, je ne vois pas bien, (vous pensez bien que par coquetterie je ne vais pas mettre mes lunettes) et un faux air de chanteur de Police sous son tee-shirt noir et la lumière des projecteurs. Il joue sublimement bien de la guitare (oui, tant qu'à faire (bis) j'ai choisi  le guitariste) et je suis intimement persuadée, au moment où il attaque un standard de blues, Traveling Riverside version Eric Clapton, avec une voix veloutée comme un arabica, qu'il ne doit pas être du genre à s'inquiéter d'être sur la scène pendant que d'autres font danser les filles. Depuis la nuit des temps, le piège à filles fonctionne. La magie opère. 
Je m'aperçois que je n'ai rien avalé depuis dix bonnes minutes, plongée dans ma contemplation béate. Entre deux chansons, de Johnny Cash à Chuck Berry en passant par les Wings et Chet Baker, je jette un sort à ma nage de noix de Saint Jacques.Et à la daurade qui me regarde avec des yeux de merlan frit. Histoire de parfaire ce moment de pure fête des sens, où les saveurs, les images et les sons se répondent avec une précision baudelairienne. Comme toujours. 
Every breathe you take, I'll be watching you. Alors, là, je frôle l'apothéose ataraxique. L'orgasme diatonique et même chromatique, ne lésinons pas! Une chanson de mon idole, n'en jetez plus, mon ami. Je vous l'avais dit, que le binoclard sexy se la jouait  Sting. Et il la chante divinement, en plus l'animal. Il me regarde derrière sa mèche fatale. Je respire plus fort.

Les concerts d'été, c'est tout ou rien. Parfois, on a des Nique Jagger qui se prennent pour Mick, et ça énerve les nerfs...mais parfois, parfois, on a de la chance, le chanteur tutoie les anges. 



112 commentaires:

  1. Et alors !... Ça a fini comment tout ça ? Rhôôô, on veut connaitre la suite ;-)
    Bizzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, non, y a pas de suite...c'était la vraie vie, pas un défi d'écriture. Du coup, la fin est moins glamour.Il aurait fallu que je brode, et ça n'aurait pas semblé naturel ;-)

      Supprimer
  2. Une musique qui m'a plus dès les années 45.... Bonne journée Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ta prime jeunesse, on savait faire de la bonne zik!

      Supprimer
  3. Je crains que le dernier concert de jazz auquel j'ai assisté soit celui de Count Basie à Charleroi dans les années soixante...

    Ah non, en y réfléchissant, notre fils nous avait filé des places gratuites pour un Toots Tielemans au début de ce siècle-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deux concerts en quarante ans, tu n'as pas abusé! :-))

      Supprimer
    2. Je parlais de concerts de jazz, j'ai aussi subi quelques classiques et dernièrement Misia à l'AB et même un concert privé de Gilles Chabenat chez mon fils. Mais ça n'en fait jamais qu'une bonne dizaine. Effectivement, je n'ai pas abusé.
      Marrant que l'illustration musicale soit un morceau de Chet Baker, j'ai une trompette avec laquelle il a joué lors d'un bœuf surprise à Ostende...

      Supprimer
    3. Dis donc, c'est une vraie richesse, une trompette *collector*.
      Alors comme ça, tu "subis" la musique toi? Je n'aurais pas cru ça de toi...
      :-P

      Supprimer
    4. Sans doute parce que j'ai en tête ce concert où me trouvant au premier rang j'entendais mieux les inspirations-reniflements du violoniste que le son de son crin crin.

      Supprimer
    5. Ah, oui, les fameux borborygmes corporels qui tuent l'amour... ;-)

      Supprimer
  4. Très proche de toi, comme très souvent, Celestine. D'ailleurs "A chaque fois que tu respirais, je te regardais".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'était toi! il m'a bien semblé te reconnaître parmi les spectateurs: tu tapais le rythme avec ton pied ;-)

      Supprimer
  5. Heu oui, vais-je te surprendre...;-) mais pour moi tu parles chinois....
    N'entravant pas une bribe de la langue de j'expire, je ne m'intéresse pas à la chanson anglophone. Rhô-linge-stone ou by-Tell's etc me laissent froid (J'étais trop occupé (et le suis encore) par Brassens, Ferré, et quelques dizaines d'autres...)
    J'ai bien relevé quelques noms connus: Sting que j'aime bien à dose raisonnable, idem pour la country de Johnny Cash, parce que j'intègre leur voix dans le rayon des instruments de musique (comme pour Mélanie (Ah celle-là, un cas à part...)), sans me préoccuper de ce qu'ils disent.
    Pour le reste et pour le nouveau jazz, je suis plus "réservé"... Parle-moi de Ragtime, de New-Orléans, de Louis, de Claude Luter et quelques autres du même tonneau, ça d'accord.
    J'aime les boissons fortes, pas les sirops... La palme de ce que j'insupporte le plus allant à Michel Legrand. Au point de ne pas aller voir un film dont je sais qu'il a fait la musique.

    Je n'ai pas remarqué que ton guitariste était spécialement doué. Il ne chantait pas si bien que la choriste... la 3e depuis la gauche, mais si, la noiraude aux yeux bleus....
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Noiraude, noiraude...je t'ai déjà dit que ça faisait un peu vache...
      Je parle Chinois quand je décris mes émotions? c'est nouveau. D'habitude, je suis assez lisible dans ce registre ;-)
      Sinon, en lisant bien,ce n'est pas si négatif ton bilan...ton cas est grave mais pas désespéré!
      Mélanie...c'est qui?
      Et si Chet Baker c'est du nouveau jazz, il est quand même né en 1929, ce jeune homme, et parti manger les pissenlits par l'autre bout il y a déjà 25 ans...
      Molto baci

      Supprimer
    2. Tu nommes comment une fille qui a les cheveux noirs? dans mon pays, c'est une noiraude.
      Tu parles chinois lorsque tu parles anglais. Autrement, bien sûr que tu es lisible en parlant de tes émotions. C'est même plus que ça, tu es partageuse.
      C'est Mélanie qui m'a fait comprendre que la voix est aussi un instrument de musique.
      Tiens, celle-là je me la passe en boucle, sono à fond ;-)
      Sur la photo, tu as une idée du gabarit de la fille et en plus, elle chante assise...
      http://www.youtube.com/watch?v=AwM0gGJoAg0
      Après, tu suis les liens et tu te fais un sacré concert....
      Pour Chet Baker, lorsqu'il joue un slow et que je suis bien accompagné sur une piste de danse, j'entends surtout un duo de batterie..... et là ça swing ;-)
      Ti bacio ragazza

      Supprimer
    3. Dans mon pays, c'est une brunette piquante, ou une belle brune (si elle pique moins)mais une noiraude c'est plutôt ça. Je dis ça, je dis rien...
      :-)))
      Merci pour les liens.
      J'aime bien ta conception de la musique, finalement...
      Molto baci

      Supprimer
    4. Et lorsque la dame a les cheveux bruns, c'est comment?
      Les cheveux blonds, c'est une blonde, OK
      pour moi, une brune a les cheveux bruns (Je sais, en France, ça fait un peu spécial d'être logique :-D).
      Ce serait finalement plus simple si on avait gardé l'appellation de nègre, comme Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire le revendiquaient.... On pourrait alors sans quiproquo parler de noire pour la détentrice de cheveux d'ébène (sans que sa peau soit du même bois...)
      Pour moi, le "ça" en question, ça s'appelle une holstein (en France) ou une fribourgeoise (en Suisse)....
      Je sais, ce n'est pas pour rien que l'horlogerie est suisse, il y faut de la précision :-D

      La bonne musique, c'est celle qui fait vibrer les émotions, et là, je suis sûr qu'on est d'accord.
      Bacissimo

      Supprimer
    5. Je ne savais pas que la Suisse était aussi le pays des coiffeurs, pour ce qui est de couper les cheveux en quatre! ;-)
      De toute façon, je suis brune,pas ébène. Et la prochaine fois que tu m'appelles noiraude, je meugle.Et je boude pendant au moins dix minutes.
      ^_*

      Supprimer
    6. Là, tu as botté en touche... ;-)
      Baci

      Supprimer
    7. J'aime bien avoir beauté en touche...

      Supprimer
    8. Au fait, je ne faisais que parler de la choriste. Tu l'as bien vue, la brune aux cheveux noirs. Impossible de ne pas voir ses yeux, aussi bleus que les tiens ... ;-D
      Autrement et pour ma part, je préfère être en touche avec une beauté.
      Baci

      Supprimer
    9. Rhôôô! la mauvaise foi! On dirait Raymond Devos au mieux de sa forme!

      Supprimer
    10. C'est juste la démonstration que chacun voit ce qu'il veut dans ce que l'autre dit ou écrit... Je n'ai fait que te laisser supposer qu'il pouvait s'agir de toi. Un petit coup de "noiraude" par la dedans, et tu pars bille en tête ;-).
      Même si c'est en rapport avec la mauvaise foi, c'est un bel hommage de la comparer à du Raymond Devos... Après une allusion à de l'Audiard, je suis comblé :-). Si mes provocations débouchent sur de tels compliments, je risque de récidiver :-D
      Baci bella ragazza di fuoco

      Supprimer
    11. Tu sais ce qu'elle te dit la noiraude aux yeux bleus? :-)))

      Supprimer
    12. Elle je ne sais pas, elle est partie après le concert, mais la grande brune aux yeux d'azur, j'imagine... *_^
      Baci

      Supprimer
    13. Bon, ça va tu t'es bien rattrapé! Molto baci.

      Supprimer
  6. c'est le summum de l'été , ton tableau raconté: on y est vraiment , comme dans un film,
    je sens même la petite brise nocturne qui fait frémir la cime des palmiers au fond, le long de la promenade . est ce que tu avais pensé à prendre une légère mousseline pour draper tes épaules bronzées ? Mais tu n'as pas du en avoir besoin , finalement.
    Qunt au répertoire anglo saxon, c'est celui que je préfère , comme magique philtre auditif, je ne comprends pas les paroles , mais , justement, finalement , j'écoute peu de chanson française , car alors, le texte vient trop au premier degré et je suis essentiellement sensible à la musique . l'exception pour Bashung et ses univers surréalistes qui permettent l'abstraction..
    Belle fin d'été à toi et encore bravo pour ta nouvelle primée!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quelle jolie participation, Crouk! c'est adorable. Merci merci merci! Je suis exactement comme toi, plus sensible à la musique qu'aux paroles, mais justement, moi le texte me dérange tellement peu qu'il y a certaines chansons françaises dont j'ai découvert les paroles alors que cela faisait trente ans que je les entendais!
      Pour la nouvelle, je ne savais pas que tu étais au courant. Je la publierai un de ces quatre ici.
      Bisous

      Supprimer
  7. Drôlement éclectique et touche à tout ton groupe !! Faut voir ... enfin "entendre" ...
    J'ai déjà eu de belles surprises sur scène puis être déçu (même très déçu) par les enregistrements studio des mêmes groupes ...
    La magie de la scène, celle-là même qui t'a transportée, ne peut se transposer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé le moment,et sa magie,cependant c'est vrai que ce n'étaient que des reprises, certes excellentes,aucun intérêt donc de les avoir sur CD!
      Éclectique, oui, mais le fil rouge, c'était quand même la qualité. Pas une faute de goût.C'est rare.
      ^_*

      Supprimer
  8. C'est un grand bonheur, lorsque notre voisin égrène des notes sur son saxophone . Il s'entraîne, il égrène, il susurre, il nous enchante : gratuitement... Pas aussi bien que cet air musical mais pas loin, mais pas loin.
    Sur un air de saxo, mon premier slow d'AMOUR ! qui dure encore... ;) (pas le slow, l'histoire...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôôô un voisin saxophoniste,ça c'est cool!
      C'était quoi, ton premier slow (que je me mette dans l'ambiance)
      :-)))

      Supprimer
    2. Dexter Gordon...
      Cet après-midi : concert gratuit !!!! ;)

      Supprimer
    3. Body and soul? Très beau en tous cas...

      Supprimer
  9. Quand la musique suspend le temps... Quel enchantement!

    Ça a du être un magnifique moment.
    Merci de le partager avec nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit. Je ne peux que plussoyer.^^

      Supprimer
  10. Super ambiance, bien rendue, tu m'as invité à ta table... Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La musique est si conviviale...Merci d'avoir accepté l'invitation!

      Supprimer
  11. alors là, je te rejoins à 100%. Moi aussi j'arrête de manger dans ces cas-là et je me demande même pourquoi on doit manger en même temps. Je suis tout entière dans la musique et je dévore les musiciens des yeux (c'est pour ça que je n'ai pas faim d'ailleurs). Et la conversation des convives à ma table m'insupporte au plus haut point. C'est à la limite si je ne leur tourne pas le dos pour mieux être au milieu des instruments.... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras ma sœur!
      Hein? je te l'ai déjà dit? Ben oui, mais bon, tu es ma sœur de blog!
      Mon rêve: me retrouver un jour à la même table que toi...pour écouter de la musique. On y croit?
      *_*

      Supprimer
    2. A mon avis, ce sera plus facile pour moi que de voir une étoile filante... ;-)

      Supprimer
    3. Petit clin d'oeil à Myrosotis... Je suis comme toi, toujours les yeux du mauvais côté... :-)

      Supprimer
    4. Et bien je me sens moins seule du coup, Blutch. Parce que touuuuut le monde a déjà vu une étoile filante.... Pfffff !

      Supprimer
    5. Remarque, si tu m'appelles Myro sotis, ce n'est pas innocent.... ;-)

      Supprimer
    6. Non non, ce n'était pas une faute de frappe.
      Scusi, mais c'était irrrrrrrésistible:-)
      Bises

      Supprimer
    7. Mes ptits loulous l'an prochain je vous emmène voir les étoiles filantes vous m'en dirai des nouvelles. Si vous me tenez bien la main, ça devrait le faire.

      Supprimer
    8. Tu seras la canne blanche (ça va te changer de couleur... . Wouarfffffff) de Myro-sotis et Myro-blutch :-D
      Baci

      Supprimer
    9. Après la vache noire, la cane blanche, il ne manque plus que la souris verte pour faire bonne mesure...
      ^_*

      Supprimer
    10. La souris verte était une nouvelle de mio cugino... bien noire, comme il les aime. Je ne l'ai pas retrouvée, mais il pourra rajouter la référence.
      Baci

      Supprimer
    11. Oui, Andiamo c'est le moteur de recherche de Blogbo...^^

      Supprimer
    12. Et la veuve noire dont les toiles filantes font mouche à tous les coups...

      Supprimer
    13. Alors la question se pose à nouveau, chère Myo, de savoir à qui s'adresse cette remarque spirituelle.A Blutch ou à moi? ...

      Supprimer
  12. Comme c'est bien raconté , je serais incapable de faire ça si magnifiquement côté public
    Tu vois , c'est marrant ,quand on se trouve de l'autre côté , scène , je capte ce que tu écris si justement , des regards complétement hypnotisés , des larmes , de l'émotion
    toucher celui qui reçoit , vibrer intensément en offrant
    c'est la magie du live , ce grand voyage qui souvent ne se raconte pas ..Se vit avec son coeur et ses tripes

    un concert en mangeant , j'ai beaucoup de mal , beaucoup ..
    Une très belle soirée pour toi alors , je m'en réjouis Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les émotions côté scène je connais déjà chaque année avec mes élèves...Je n'ose imaginer ce que ce serait si comme toi, je partageais ce plaisir avec des adultes plutôt que des enfants ^^...Je ne dis pas que je n'y goûterai pas, d'ailleurs, à force de te lire, ça me donne des fourmis dans les jambes!
      Merci de ta fidélité.
      *_*

      Supprimer
    2. "...ce grand voyage qui souvent ne se raconte pas ..Se vit avec son coeur et ses tripes...", je connais un peu. Mais les larmes, l'émotion, je n'en suis pas là. C'est toi Jeanne, qui joue de la clarinette je crois. Il faut déjà une belle maîtrise pour offrir son coeur au point d'obtenir ces réactions, mais alors en effet quelle émotion en retour !...

      Supprimer
    3. Si je peux me permettre, Candide, je crois que Jeanne chante dans une formation chorale magnifique.il ne me semble pas qu'elle joue d'un instrument.mais elle te le dira mieux elle-même si elle revient par ici...

      ^_*

      Supprimer
  13. J' ai du mal avec la musique dans les restos...le bruit des fourchettes, des conversations, la valse des serveurs ...bouh !!!
    As-tu vu ce très beau film sur Chet Baker ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne boudons pas le plaisir, là, c'était vraiment différent de la musique d'ambiance des terrasses d'été. D'ailleurs, plein de gens étaient venus écouter sans s'asseoir à une table. Ce qui est quand même un signe.
      Non je n'ai pas vu le film.Mais si c'est celui de 1988, je vois qu'il est disponible sur youtube. A l'occasion...

      Supprimer
    2. oui, c' est celui-là. Mais au cinoche, dans le noir et sur grand écran, c' est ................

      Supprimer
    3. Ah ben voui...évidemment, comme dirait France Gall...
      Mais ici la municipalité qui a une politique culturelle au ras des pâquerettes, ne pensera jamais a programmer ce genre de bijou...il faudrait que je travaille au corps le directeur du cine arts et essais qui est un mou du genou...

      Supprimer
  14. J'imagine ce doux moment que tu as du vivre à travers ce merveilleux saxophone :-)
    Merci Célestine de nous faire partager ce moment magique, mon corps le perçoit presque ;)
    bisous et bonne nuit ...
    Marie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Marie, tu es bon public, c'est génial! Grâce à toi, je perçois le bonheur ineffable d'avoir des fans inconditionnels...

      Supprimer
    2. J'aime m'enrichir à travers les connaissances des autres ... et là grâce à mes blogamies, je peux dire que je suis gâtée ... que du bonheur au quotidien ! merci pour ce bien être que vous m'apporter mes chères "étoiles"

      Bisous de Marie

      Supprimer
    3. C'est un régal de commencer la journée comme ça, par des paroles si positives! Merci petite Marié!

      Supprimer
  15. Très belle évocation. Tu m'as comme invité à ta table et l'ambiance m'a porté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, il y avait du beau monde ce soir à ma table!
      C'est un bonheur pour moi de faire jaillir les évocations rien qu'avec ces petites choses extraordinaires que l'on appelle les mots.
      Un bonheur et un plaisir quand c'est partagé.

      Supprimer
  16. "on a des Nique Jagger qui se prennent pour Mick, et ça énerve les nerfs.."
    :-)))
    toi, j't'adore !!

    Le Saxo est l'instrument le plus sensuel qui soit....
    Son inventeur est belge... comme quoi le belge est chaud lapin !
    (bon... je sors... amis belges bonjour....)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui quoi, c'est vrai, il me t'a énervé, ce trou de balle, et toi qui étais tout pantois de zenitude dans mon précédent billet, je t'ai senti tout tendu a cause de ça...
      Sinon, j'adore la minute culturelle d'Alain X le matin au petit déj. ( oui je sais, je déjeune a onze heures c'est po bien.) je ne savais pas pour le saxo... ( pour les belges, ça ne m'étonne pas, mais je n'en connais que deux ou trois est ce que ça suffit pour faire une statistique fiable...)
      Bises enconfiturées

      Supprimer
    2. Ouais, AlainX, c'est la devise des Belges "Sea Sax and Sun"

      Supprimer
    3. Permets moi d'émettre un léger doute sur le troisième terme... :-)

      Supprimer
    4. Tu connais mal nos agences de voyage alors !

      Supprimer
    5. T'as raison Walrus !
      Union belgo-ch'ti !
      vive le Sun régénérant !

      Supprimer
    6. Ok, vous vous liguez contre moi! D'accord...lequel m'invite pour que je teste son solarium? ;-)
      Sun régénérant: muahaha! très fort...

      Supprimer




  17. Art Troussecottique

    De la musique avant toute chose…

    Si on pense à la chose, la chose de l’abbé de Latteignant dans son poème mémorable « Le Mot et la Chose », alors bien d’accord en effet : « De la musique avant toute chose… » Mais si possible pas pendant la chose. Pendant la chose, c’est trop prenant, et on risque se disperser la libido façon puzzle. Profitons tout simplement de la musique des cœurs. Puis, là d’accord : « De la musique après toute chose… »
    On s’résume : avant et après, oui. Pendant, non.



    Art poétique ( et Troussecottique)

    De la musique avant toute chose,

    (…)

    C'est des beaux yeux derrière des voiles,
    C'est le grand jour tremblant de midi,
    C'est, par un ciel d'automne attiédi,
    Le bleu fouillis des claires étoiles !

    (…)

    Eparse au vent crispé du matin
    Qui va fleurant la menthe et le thym...
    Et tout le reste est littérature.


    Paul V.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors, moyen de contraception absolu, ni avant, ni après mais à la place
      !!!

      Supprimer
    2. Plus sérieusment, c'est trop gentil de me faire jouer dans la même cour que Verlaine, et peut-être un peu exagéré...

      Supprimer
  18. Encore la tête dans les étoiles !
    C'est-y pas malheureux de laisser refroidir la nage de St-Jacques et de risquer de se planter une arrête de daurade dans le gosier, à regarder sans fin les musiciens !
    Auras-tu pu quand même tout apprécier à sa juste valeur ?...
    Je te taquine, Célestine !
    Gros bisous de ma tour d'où je peux enfin contempler le soleil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, ma Soene, aurais-tu oublié que nous, les femmes, on peut faire plusieurs choses en même temps?
      Bisous et bon courage dans ta tour... Tu restes en haut finalement?

      Supprimer
  19. Bon comme tu le sais, je ne connais que Katy Perry, alors je ne te donnerais pas mon avis mais j'aime la musique d'ambiance, pas vraiment celle ci enfin celle qui est en fond musical sur cet article, je ne parle pas du concert auquel tu as assisté...
    Profite de mes congés pour tourner une petite vidéo dans ta baignoire avec ton smartphone tes mains et ton pied gauche...mais attention , comme tu l'as vu dans le teaser, elle n'utilise pas son chat dans la baignoire, c'est trop dangereux...warf et re warf. Non le saxo n'est pas l'instrument le plus sexy , c'est vraiment la guimbarde...bises et à bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis donc, Mindounet, tu n'abuserais pas un peu des cocktails exotiques pendant tes congés? T'es sérieux pour la guimbarde?
      Euh...pour la vidéo, si je mettais mon chat dans la baignoire je pense que les voisins l'entendraient miauler à 1 km!
      Donc en gros, tu viens me dire en commentaire que tu ne peux pas faire de commentaire...c'est cool, ça!

      Supprimer
    2. Voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais je suis d'accord pour la guimbarde : j'ai réussi à en jouer (je dois encore en avoir une qui traîne dans un coin), tandis que le saxo....

      Supprimer
    3. Alors alors, donc, comme tu as réussi a en jouer, ça en fait un instrument plus sexy que le saxo? :-)

      Supprimer
    4. Je ne vois pas très bien ce qu'on peut trouver de sexy à un tuyau tout tordu et rempli de boutons...

      Supprimer
    5. Hi hi très drôle, évidemment envisagé sous cet angle...l'instrument le plus sexy c'est la guitare avec ses belles hanches pleines et arrondies...

      Supprimer
  20. Moi je trouve que Blutch "y sait" parler aux femmes ! Appeler Célestine la noiraude et la comparer à une holstein ! ça c'est pas courant bravo cugino tu te places !!!!
    Allez belle journhée dans tes verts pâturages il mio cugino ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Blutchiamo, dis quelque chose!

      Supprimer
    2. Ben j'ai essayé et mon com. s'est perdu.
      Je disais que je suis victime d'un double amalgame dont je ne suis même pas responsable tant ils ont été faits à l'insu de mon bon droit, et voilà encore en plus que le rital de pantruche en fait une interprétation tendancieuse.
      Ca va devenir dangereux de se promener dans tes étoiles.
      Tu veux me changer en poêle à frire sous les applaudissements de Candide et maintenant c'est la solidarité mafieuse...heu de la famiglia qui vole en éclats...
      Avis à Andiamo:
      Tu sauras que dans mes verts pâturages français, ce sont des charolaises et dans ceux d'outre-Jura de mon passé, ce sont des Simmenthals qui paissent. Et que je vis en paix même sans m'occuper de les traire, Na! Mais ça un pantruchard ne peut pas comprendre, pour lui le lait pousse dans des berlingots. Et il n'existe qu'une seule traite, celle des blanches.....
      Chui vraiment pas aidéééééééééééééééééééééééééé...... snif
      Baci

      Supprimer
    3. Ouais, en même temps Blutch, on va pas te plaindre, hein ! C'est quand même bien toi qu'étais tout fière de savoir pourquoi les hommes adoraient être changés en poële à frire, non ?
      Faudrait savoir... et assumer !
      Mais on t'en veux pas va, on t'aime comme t'es...

      :o)))))

      Supprimer
    4. Me voila encore victime d'une interprétation tendancieuse....
      Je vais finir par signer Caliméro!
      Savoir une chose ne veux pas forcément dire l'aimer. Un exemple? Tout le monde sait que se faire pincer les doigts dans une portière de bagnole, ça fait mal, d'accord? Pourtant il ne sont pas nombreux ceux qui en redemande.
      Etre changé en poêle à frire peut avoir quelques agréments passagers, mais très insuffisants pour remplir une existence...
      Alors, j'assume de savoir :-D
      Pour ta dernière remarque; ça vaut mieux pour toi, car je ne vais pas non plus me changer en soucoupe volante :-)
      Ciao altro cugino

      Supprimer
  21. La seule musique qu'il entendait était le chant des cigales. Ça valait bien tous les orchestres de la terre.
    Il venait de passer à c. Une table de prince.
    Il s'arrêta. Il ferait la sieste avant de reprendre son travail.
    Un rêve dans la tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chant des cigales est une musique envoûtante, il est vrai. De ces musiques qui vous mettent la tête à l'envers.
      Ma voisine trouve qu'elles lui cassent les oreilles,elle n'est jamais contente! moi elles me brisent le coeur parfois, dans les moments de nostalgie.
      Surtout en fin d'été, quand le temps nous échappe, qu'on s'aperçoit que les ombres s'allongent déjà et que l'on relit Verlaine.
      Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
      Simple et tranquille.
      Cette paisible rumeur-là
      Vient de la ville.
      -Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
      Pleurant sans cesse,
      Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
      De ta jeunesse?

      Supprimer
  22. Pauvre Verlaine. Pleurer du temps qui passe. Et si le temps ne passait pas. Si simplement il laissait dans la vie des pauses entre les bras arrondis d'une parenthèse. La parenthèse explique l'avant, parfois l'après de la phrase. La parenthèse reste quelque part suspendue dans le temps. La déception vient trop souvent de cela : confondre la parenthèse avec la phrase toute entière, lui donner un sens qu'elle n'a pas et on perd tout le bienfait de cet instant d'exception...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime assez cette conception de la grammaire cosmique...

      Supprimer
  23. 21 juin, fête de la musique. Le groupe de musique traditionnelle auquel je participe est invité à la scène ouverte de l'école de musique de la communauté de communes. Nous aurons la lourde tâche d'être le clou de la soirée, rien que ça !
    Les fêtes des écoles de musique, on sait ce que c'est : chaque cours présente le travail des élèves, c'est donc long, voire fastidieux. Mais nécessaire, et même indispensable pour permettre aux élèves de tous âges de présenter les fruits du travail de l'année. C'est un acte de reconnaissance valorisant, et aussi l'occasion de se frotter à la scène pour apprendre à se présenter au public, ce qui n'est pas toujours une mince affaire.
    Evidemment, pour le public majoritairement composé de proches des élèves mais pas nécessairement mélomane, la succession des débutants est, soyons réaliste, plutôt longue et pas toujours enthousiasmante : devenir artiste est un long, très long chemin...
    Heureusement, la bonne humeur et l'enthousiasme sont là, et en seconde partie, de petits groupes présentent quelques chansons issues du répertoire de variétés, avec des bonheurs divers. Ainsi ce pianiste qui a accompagné très honorablement plusieurs chanteurs, mais dont la voix n'a pas la virtuosité des doigts sur le clavier : quelle tristesse de le voir naufragé dans cette chanson après nous avoir enchanté au piano...
    Le temps passe, la nuit approche. Deux heures de retard sur le programme : encore une chanson et c'est à nous, ouff !

    Vient Marie-Andrée. Discrète, silhouette anonyme, regard clair et droit.
    Marie-Andrée je la connais, c'est une collègue et c'est elle qui a eu l'idée de nous inviter.
    Pas bien grande, un peu gauche et mal placée, accompagnée par les copains elle entonne une ballade bluesy dont je ne sais rien. Mais qu'importe : les conversations s'arrêtent, les gens se tournent vers la scène : instant suspendu...
    C'est la baffe ! Collé au mur (et ça faut l'faire parce que le mur qu'est derrière moi est loin, vraiment très très loin, de l'autre côté de l'Yonne...) !
    Du cristal ! Une mélodie pas facile, avec des altérations parciparlà, mais elle est d'une justesse rigoureuse, calée dans le rythme elle joue avec le tempo, "groove" en accélérant, ralentissant avec à-propos...
    Elle s'installe dans sa ballade, prends de l'asurance, jouant d'une voix chaude et vibrante, vivante, palpitante d'émotion...
    Parlons-en de l'émotion : je suis scotché, le cœur au bord des yeux, des frissons me parcourent les épaules...

    Et Marie-Andréee chante... On est sous le charme et on voudrait que ça ne finisse pas, mais les dernières mesures approchent... et comme elle se sent décidément bien, là, elle part dans des vocalises façon tadedidedadodbidoudabada, elle joue, elle ondule... Elle ondule tellement que j'en viens à penser :" 'tain non Marie-Andrée, non, fais gaffe au trapèze volant, tu vas te planter, tu vas tout casser !..." Bien sûr elle ne m'entend pas, continue encore quelques instants, et puis comme faut bien que ça finisse un jour et que "cépatoussa mais y'a Candide et ses copains qu'attendent la place", nous pose une jolie pirouette, se rétablit sur une altération et se pose en douceur pile-poil dans le tempo et le ton, dans une belle note qui vibre rond...
    Silence...
    Et les applaudissements qui enflent...
    Et Marie-Andrée, étonnée, qui nous regarde de l'air de pas comprendre, façon "ben quoi, j'ai dit queq'chose qu'y fallait pas ? J'ai un bouton sur le nez ?"

    Emotion !

    Quelques minutes plus tard elle passe par là alors qu'on s'installe. Je lui dis mon émotion, lui pose des questions... Oui, c'est la première fois qu'elle chante en public. Non, elle n'a jamais appris...

    Euuuhhh ? ! ! ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon avis, Marie Andrée, c'est la femme de ta vie... Je dis ça je dis rien...
      Mais qu'est-ce que tu racontes bien, trêve de plaisanterie...c'est dommage de coincer cette belle histoire au commentaire 93 d'un billet obsolète...
      C'est que je me dis que tu devrais avoir un blog, un petit espace rien qu'a toi pour raconter tes belles histoires et on viendrait te mettre de beaux commentaires, tout doux et magnifiques pour te rendre un peu la pareille...parce que là, j'aurais presque honte!

      Supprimer
  24. Ménon, ménon, c'est pas parce qu'on est baba devant sa voix qu'on est gaga d'la nana (qui reste au demeurant quelqu'un de fort sympathique, de ces personnes pour qui la vie coule simplement).
    La femme de ma vie, plus j'y pense plus je me dis qu'elle ressemble furieusement à une sorte de fée qui commanderait un paquebot...

    :o))))))))))) <= sourire de béate satisfaction : j'ai oséhéhéhé !

    ;oDDDDDDDDDDD


    Ahem... Bon, remettons-nous, un peu de sérieux lààà, Môssieur Candide. Tssssss !...

    Binhoui j'arrive un peu tard, mais je t'ai déjà dit qu'activer mes deux neurones est un travail de Titan, que je tape comme les z'éléphants, avec deux doigts et que composer m'est laborieux...
    Alors quant à avoir un blog...
    D'autant que tu sais ce que c'est, faut trouver des sujets. Et moi des histoires, j'en ai quatre ou cinq. Allez' six peut-être... Alors je me sens bien comme ça.
    Rien ne t'empêche de mettre cette histoire en évidence. Pour la voix de Marie-André. Parce que ce que je ne dis pas, c'est qu'une amie commune, grande mélomane (qui doit être sa prof de saxo), et qui donc est habituée aux grands moments d'émotion musicale, nous disait : "C'est à chaque fois pareil, quand Marie-Andrée chante, j'en ai des frissons...".

    En revanche, si tes compliments me vont droit au coeur, je veux remercier notre amie Coum' chez qui, depuis 2006 je crois, j'ai appris à mettre des mots au bout les uns des autres, ce qui n'était pas gagné, puis toi auprès de qui j'ai aussi tant appris en te lisant.
    Toutes les deux, vous êtes des éléments déterminants d'un épanouissement qui est en train de m'envahir doucement, ce qui n'a rien, vraiment rien de désagréable...

    :o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, mon cher Candide, cette petite vapeur qui s'échappe de mon commentaire? C'est le rouge de la confusion qui embrase mes joues...
      je transmets à Coumarine le passage qui la concerne.
      Merci pour tous ces compliments, j'espère les mériter.
      je t'embrasse affectueusement.

      Supprimer
    2. "Merci pour tous ces compliments, j'espère les mériter."

      CELESTINE : je mets le mode DECONNE sur "ON" :


      Bien sûr que non, j'écris ça pour faire bien dans le paysage et me faire mousser. Tu penses !

      C'était le quart d'heur "DECONNE" de Tonton Candide.
      . . . . . .

      Hé ? Comment ça, j'me moque ?
      M'enfin !...

      ;oDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD

      Supprimer
    3. Ceci étant, mode déconne "OFF", j'apprécie à sa juste valeur l'affectueuse embrassade, que je goûte avec grand plaisir !

      :o)

      Supprimer
    4. Plaisir partagé...
      Mode ON/OFF...ne serais-tu qu'une remarquable machine électronique? :-))))
      Il m'a pourtant bien semblé entendre battre un cœur la-dessous... ;-)

      Supprimer
    5. oups! Célestine m'a avertie de ton commentaire...
      Si j'ai pu mener quelqu'un vers le chemin des mots, tu m'en vois ravie, car c'est bien ma VOCATION!!
      alors lisant Célestine, je comprends que tu atteignes un sommet!!!
      Je t'embrasse, Candide...

      Supprimer
  25. Comme j'aime ton écriture mais comme tu nous donnes des regrets de n'avoir pas été présents pour vibrer de concert à cette musique!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oups je n'ai pas signer.... bisous de Brizou

      Supprimer
    2. Brizou, ma réponse est tardive...mais comme les vendanges du même nom, elle n'en est que meilleure...
      Merci d'être fidèle.

      Supprimer
  26. Tiens, c'est bien la peine que j'me fende d'un compliment, y'a plus un chat dans la turne, pfff !

    ;o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Longtemps, je fus ainsi, à attendre quelque chose...mais cela me procurait de la souffrance...j'essaie de donner sans rien attendre en retour, car cela m'apporte beaucoup de joie et de sérénité.Lorsque quelque chose de bien arrive alors qu'on l'attendait, c'est de la joie. Mais si quelque chose de bien arrive alors qu'on ne l'attendait pas, c'est de la pure félicité.

      Quand à la turne, elle fut un peu délaissée aujourd'hui pour cause de reprise de boulot...Miaou :o)))

      Supprimer
  27. Tu es une sage !
    Ca m'arrivera peut-être un jour, va savoir . . .

    :o))

    RépondreSupprimer
  28. Note quand même que j'avais pris soin de mettre un triple sourire, hé !

    ;o)

    RépondreSupprimer
  29. Déformation professionnelle, sans doute: même pour dire les choses les plus sérieuses, j'arbore toujours un triple sourire...

    :-)))

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.