dimanche 6 mai 2012

Un vent de légèreté

Demain, les Français "d'en-bas" se réveilleront comme tous les matins, à la sonnerie aigrelette du réveil-matin, qui leur rappellera que la vie continue. Ceux qui ont la chance d'avoir un travail se donneront du courage en se brossant les dents, ceux qui n'en ont pas vont poser un pied devant l'autre pour se rendre au pôle emploi, l'âme un peu grise. Certains se réveilleront sur leur carton plié, dans la rue.
 En apparence, rien n'aura changé pour les petits, les obscurs, les humbles. Pourtant le peuple est souverain, et il a choisi. Pourtant un espoir, un tintement cristallin, résonne ce soir dans les consciences, que le nouveau président devra entretenir comme une fleur fragile. Et ce n'est pas gagné! Il lui en faudra de la constance, pour tenir le cap qu'il s'est fixé, pour ne pas se laisser intimider par les requins de la finance, et les extrémistes tapis dans l'ombre... 

Je n'ai pas aimé vivre en Sarkoland. Je peux le dire maintenant. J'ai choisi de ne pas me laisser abattre, pendant cinq ans, j'ai choisi d'être résolument optimiste, mais au quotidien, c'était lourd. C'était très lourd. Je réalise que j'ai senti, comme un couvercle sur mes épaules, le poids quotidien de l'austérité, de l'injustice, du mépris, du racisme ordinaire, enrubannés de tout ce détestable bling-bling. J'ai vu se déliter les valeurs éternelles de la France Terre d'Asile, la France des Lumières, le pays de Voltaire et d'Hugo. J'ai vu des politiciens décomplexés se gausser des lois républicaines, distiller un venin xénophobe jusqu'à ce qu'il devienne banal, j'ai vu des familles démantelées, des enfants arrachés de l'Ecole par des policiers en armes. 
J'ai vu fracasser, pilonner, l'Ecole que j'aime au nom des "économies", au nom de la rentabilité, et s'installer la politique du "chiffre". J'ai vu les élèves transformés en saucissons découpés en tranches fines par des évaluations à tout crin.
J'ai lutté à ma manière en restant fidèle à mes principes, en fermant la porte de ma classe à la sinistrose et la facilité, et en continuant à faire de mon métier ce merveilleux engagement que vous me connaissez.

Cette légèreté que je sens soudain flotter dans l'air, c'est du soulagement.  La crise est là. 
Bien sûr, il faudra être vigilants,  plus que jamais, ne pas céder sur les exigences de davantage de justice, de davantage de morale, et sur la sauvegarde de la laïcité, des services publics, de l'école comme maillons essentiels de notre République. Liberté, Egalité, Fraternité, des mots qui, je l'espère, reprennent tout leur sens.  
Mais ce soir, je retrouve un peu d'espoir. Ce soir, plus que jamais, je veux être une institutrice, et pas une institutriste.

33 commentaires:

  1. oh Célestine tu as écrit là un morceau d'anthologie!
    j'ai bien envie de le faire lire à mes élèves de Terminale!

    RépondreSupprimer
  2. ADRIENNE ce serait un grand honneur pour moi.Merci de ton enthousiasme.

    RépondreSupprimer
  3. Champagne mon amie ! Champagne ! La victoire est un plaisir qui se dilue, monte progressivement, tant l'autre nous avait endormis dans un fatalisme sans fond. On a du mal à réaliser, pourtant c'est vrai, le Sarkoland est disparu. Demain le réveil sera plus léger, plus joyeux !! Chez nous ce soir, c'est la fête !
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. Je trinque avec vous très volontiers! Moi aussi je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  5. Ce soir je suis fier de mon pays. La démocratie s'est exprimée et la transition se fait dans la dignité et le respect.
    L'espoir est là, retroussons-nous les manches pour l'entretenir, il reste tant à faire.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, un vrai vent de légèreté... Alors qu'il y a cinq ans, c'était une autre acception du mot "vent" qui m'était venu à l'esprit ! :~)

    RépondreSupprimer
  7. Je ne t'ai pas dit l'essentiel, dans l'émotion ... Ton texte est puissant !!
    Bises et Bon Jour

    RépondreSupprimer
  8. Barbara :

    - "Regarde :
    Moins chagrins, moins voûtés,
    Tous, ils semblent danser
    Leur vie recommencée.

    Regarde :
    On pourrait encore y croire.
    Il suffit de le vouloir
    Avant qu'il ne soit trop tard.

    Regarde :
    On en a tellement rêvé
    Que, sur les mur bétonnés,
    Poussent des fleurs de papier..."

    RépondreSupprimer
  9. Tu dis joliement ce que sous sommes nombreux à penser sans le verbaliser. Merci pour ces mots et tout de même,ce lundi permet de commencer la semaine le coeur plus léger (à l'ouvrage il a toujours été,notre coeur, mais ces dernières années il fut lourd..lourd..)

    RépondreSupprimer
  10. Restons mobilisés pour les législatives il faut lui donner les moyens de Gouverner. Imagine l'horreur : la cohabitation avec nico premier ministre.

    RépondreSupprimer
  11. Alors si cette semaine commence pour toi sous de nouveaux auspices - de bons auspices - j'en suis ravie. J'espère que bientôt tu verras se rouvrir des pages fermées.

    Bonne semaine et... bonne présidence!

    RépondreSupprimer
  12. Une très belle note. Une jolie bannière. Sur mon blog il y a du champagne à partager. :)

    RépondreSupprimer
  13. J'avais voter Mitterrand alors que je ne l'estimais guère (déjà trop marqué ....), alors que pour Hollande c'est tout le contraire, j'ai voté avec conviction. je crois en lui..même s'il nous demande des efforts, du moment que tous participent c'est juste... Ne pas oublier le patronat et les banques....

    Je pense qu'il va entrer assez rapidement dans le vif du sujet....

    Bises et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  14. Institutriste... Je retiens l'expression ];-D

    RépondreSupprimer
  15. jE Pense qu'il sera un bon Président, après il faut voir le gouvernement, le parlement.
    Je n'ai pas le succès triste mais j'ouve que je préfère ne pas trop m'emballer personnellement.

    RépondreSupprimer
  16. Comme une lumière, l'espoir rend léger...

    RépondreSupprimer
  17. Ce matin je me sens mieux! J'aime beaucoup ta dernière phrase:-)!

    RépondreSupprimer
  18. J' aime tes mots. Arrêter de casser l' école, la Justice, l' Hopital ..........un bel espoir! On va l' aider.

    RépondreSupprimer
  19. Bien sûr je suis content, et puis je pense à Blanche qui aurait tant aimé vivre ce moment là d:-( mais ... j'ai un peu de mal à m'enthousiasmer : Hollande est avant tout un pur produit du sérail. Enfin, s'il modifie un poil les règles de la Vième (justice plus indépendante, un soupçon de proportionnelle, président moins intouchable...) ce sera bien.

    Et il a l'air vraiment motivé pour redonner des moyens à l'école primaire qui nous est si chère !

    RépondreSupprimer
  20. Figure-toi que j'ai pensé hier soir à toi en voyant les résultats et j'étais certain de trouver aujourd'hui un article sur le sujet! Je souhaite à ton nouveau président et à ton pays plein de bonnes choses. Passe une bonne semaine. Gros bisous de Belgique.

    RépondreSupprimer
  21. Moi aussi, comme PB, j'attendais ton billet content aujourd'hui... :-) . Ca me console des réactions dépitées de certains collègues ce matin !

    RépondreSupprimer
  22. Je suis contente et pourtant je suis Belge !
    Nous avons partagés votre bonheur, hier jusque tard dans la nuit :-)
    Il faudra^rester vigilant pour les législatives pour que ce bel espoir continue à grandir.

    RépondreSupprimer
  23. Même réaction de ma part que dans l'ensemble des commentaires: je me réjouis. A noter que le saucissonnage des élèves dans les évaluations est une galère que deux auteurs avaient déjà dénoncé dans un ouvrage chez EPO sur l'école. Dont Hubert de Sélys et ... Nico Hirtt. Cela et d'autres mesures venaient d'asbl, de centres d'influence européens (et pourtant, je suis européenne), je dirais même plutôt, de courants libéraux qu'il faudra toujours combattre ...

    RépondreSupprimer
  24. J'ai bien aimé votre texte que je trouve sincère et émouvant.
    Merci de votre passage sur mon blog.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  25. Juste un petit merci, hors sujet, pour un petit mot qui m'aurait bien manqué si, ce matin, e ne l'avais trouvé.
    signé : Moi, bien sûr.

    RépondreSupprimer
  26. En relisant ce billet, je me suis dit "c'est un bien beau billet qu'elle a écrit là!" Bizzzzzzz

    RépondreSupprimer
  27. de l'espoir d'un mieux , j'ose y croire
    je suis admirative du parcours de François Hollande , j'ai confiance en cet homme là
    la confiance , un sentiment assez rare à cultiver me semble t'il

    ton texte est juste et modéré Célestine

    RépondreSupprimer
  28. C'est un très beau texte qui met en mots, ce que je n'arrive pas à formuler, parce que je suis dépassée par tout cela, mais pas désintéressée, lin de là. J'aime de ce fait, celles et ceux (en-dehors des journalistes qui mettent la confusion dans ma t^te) qui écrivent sur ce sujet avec un subtil mélange d'intelligence intellectuelle et celle du coeur. Merci!

    RépondreSupprimer
  29. Ton billet est superbe, empli de sagesse et de tolérance ! Bien sûr j'adhère à tout et je souhaite que la confiance retrouvée soit un moteur pour nous aider ! J'adore ta nouvelle bannière !!! :)

    RépondreSupprimer
  30. Merci chère ASPHODELE. Je suis d'autant plus fière de ma bannière que c'est moi qui suis l'auteur de la photo!

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour Célestine,
    Une lectrice de mon blog vient de me signaler que quelqu'un a fait un simple copié-collé de mon dernier billet "silence des galaxies".
    En regardant le blog de cette auteure afin de comprendre sa démarche (si on peut nommer ainsi l'acte de copier...), j'ai découvert un texte qui est un simple copié-collé de ton billet que j'avais tant apprécié.... Voici le lien:


    http://merciervallet.canalblog.com/archives/2012/05/06/24200628.html#comments

    Que faire?

    RépondreSupprimer
  32. Oui, je viens de recevoir différents mails à ce sujet. Est-ce toi dont les initiales sont C.C. ?
    J'ai signalé l'abus à canalblog, car la voleuse n'en ai pas à son coup d'essai: elle a pillé chez toi, chez moi , chez Zenondelle, et certainement chez plein d'autres. Bref, il est temps qu'elle comprenne que l'anonymat ne protège pas de tous les abus. Je pense qu'ils vont agir rapidement. De toutes façons, les seuls commentaires qu'elle reçoive sont des gens indignés par ses manoeuvres honteuses.Mais quand même, c'est pitoyable!
    Bises

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.