samedi 13 août 2022

Les gens







 La maison sur la colline vibre doucement des nombreux passages qui ont émaillé l'été. 
Le bruit reste encore suspendu entre les feuilles, tels des acouphènes légers.  Cris d'enfants sous les arroseurs dans les maïs, sourires et pleurs de bébés, verres qui s'entrechoquent, éclats de rire et de fourchettes. Confidences et confitures. Ami ricoré. Et cette importance des repas, quand on est nombreux, comme si la vie n'était plus rythmée que par la valse des assiettes et des victuailles colorées englouties par des estomacs jamais rassasiés. Des montagnes de melons,  de tomates,  de poulet froid, de sorbets et de basilic. Des rivières de boissons glacées, des stères de pain. Des monceaux de tian de légumes et de salade de riz aux crevettes.

Le calme est revenu. Les cigales arrachent le sec de l'herbe, l'air est tremblant. Le chaud s'est insinué partout. Les après-midi retrouvent la fraîcheur des persiennes closes, on gît sans énergie comme des lions avachis sous leur baobab. Devant quelque épisode de série policière que l'on suit d'un oeil torve.
On repense à tous ces gens qui ont fait de belles escales sous le chêne centenaire. Les amis, les enfants, les cousins, les neveux, les frères et soeurs. Toutes les générations de 3 mois à 99 ans.

C'est fascinant, les gens. Les observer. Creuser leurs particularités, trouver ce qui les meut, ce qui les émeut, et ce qui les laisse indifférents.
Je me régale à étudier les personnalités, affirmée ou en devenir. Avec une passion d'entomologiste. A découvrir, par exemple, comment de jeunes couples pourtant proches peuvent avoir des conceptions  si différentes sur l'éducation. Les écouter échanger, en se gardant d'intervenir. Ou alors juste pour apporter un éclairage différent, discret, tout en nuances, de la part d'une qui a un peu cerné le sujet pendant quarante ans...
Suggérer sans affirmer, proposer sans imposer, car les gens sont chatouilleux quand il s'agit de leur progéniture. 
C'est fascinant, les gens. Un rien fatigant, aussi.
Mais entre deux passages d'oiseaux migrateurs, retrouver la solitude choisie et le silence, la tendre complicité d'un seul être, tel le murmure du ruisseau qui s'enroule sans fin autour d'un galet, c'est un luxe. Et c'est ce luxe qui me fait aimer les gens. 

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆





61 commentaires:

  1. Surtout ne pas donner de conseils mais écouter, suggérer,accompagner. Bien communiquer est tout un art !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tu es passé maître en la matière, daniel !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Je ne donne pas de conseils, je ne suggére, enfin presque rien, je suis la première à ne rien écouter, en plus, je suis contente de me retrouver en tête à tête avec le Goût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil, finalement ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tout pareil, finalement ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Voyons, Célestine !
    Tu sais bien que les gens sont les êtres les plus intéressants qui soient !
    Tu plus c... au plus brillant (l'un n'empêchant pas l'autre), du bandit à l'innocent total, des filles aux femmes, des garçons aux hommes, des jeunes aux vieux, tous ont quelque chose à dire.
    Suffit d'écouter.
    Tu vois bien que toi aussi, comme bien d'autres, tu as "le goût des autres" !
    Et c'est super bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours adoré ton pseudo.
      Et rien ne vaut, pour avoir le goût des autres, que de les écouter dans un bistrot, à Montmartre...
      Pour ça, tu es le boss incontesté.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Oui, c'est toujours très gai ces réunions avec des gens (et particulièrement avec la "gens" au sens latin) et ça aide à apprécier mieux encore le calme qui les suit... t'as tout bon ! D'ailleurs, t'as toujours tout bon ! Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le mieux, c'est quand même d'alterner...sinon on pète vite un plomb.
      Dans un sens comme dans l'autre, d'ailleurs...
      Bisous tardifs, mon Boss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Oui, c'est exactement cela ! Je vibre à l'unisson ! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. En te lisant aujourd'hui j'ai l'impression de retrouver quelque chose de mon passé. J'aurais pu écrire quelque chose d'une tonalité similaire il y a quelques années. Même genre de fascination contemplative devant "les gens" et leur diversité, la richesse des moments partagés.

    Aujourd'hui je ne ressens plus les choses de la même façon. Je peux assister à des séquences telles que ce que tu décris là, mais je me sens un peu "ailleurs". J'ai l'impression de voir se vivre quelque chose... qui n'est plus. C'est difficile à décrire. Comme si j'assistais au spectacle de l'insouciance (apparente) en sursis. Comme si je pressentais que cette insouciance n'allait pas durer. C'est une impression étrange et je ne suis pas sûr que chercher à en parler soit pertinent...

    Je te souhaite la pluie ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pluie est arrivée depuis ton souhait.
      Je comprends ce que tu veux dire, l'ayant vécu. Bizarrement, cette sensation de retrait que je pouvais éprouver dans des réunions de gens a disparu depuis quelques années.
      Peut-être parce que je me sens mieux dans ma peau.
      Cela ne m'empêche pas, de temps en temps, de penser que cela ne durera pas...Puisque rien ne dure jamais vraiment dans nos vies de mortels...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. D'avance pardon Celestine,
    Vais-je faire un brin puriste, en regrettant que tu aies choisi ce terme générique " les gens " qui indifférencie , en inadequation me semble-t-il avec précisément cette attention particulière que tu portes aux uns et aux autres ?
    De la même façon " individu" est passé ds le langage courant de façon un peu péjorative, cf "le larcin commis par un individu."
    Alors pourquoi pas " les êtres" ?
    Eternel "To be or not to be "
    Cependant bienvenue à ton retour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Célestine fait parti des gens qui aiment les personnes… c'est déjà pas si mal…

      Supprimer
    2. Je crois chère Lucile, que j'ai utilisé sciemment le mot "gens".
      Je ne lui mets pas de connotation négative. Je le trouve même assez sympathique, dans la mesure où nous en sommes tous, des gens. Je comprends le sens de ton intervention lexicale. Mais le mot « êtres » n'aurait pas eu le même effet dans mon texte. Il fait trop allusion à des choses profondes et spirituelles. là, je voulais simplement parler des gens, des hommes, des femmes, des enfants dont nous croisons la route.
      Bises
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Que c'est triste, les maisons qui ne vibrent plus, quand l'ami Ricoré s'en est allé vers d'autres horizons ! Mais qu'est-ce donc qui fait vibrer ces lieux, si ce n'est la personnalité des occupants ; enclins à accueillir, à cueillir ces moments fugaces comme des fruits bien mûrs, que l'on conserve en confits denses.
    Les vieilles pierres gardent en mémoire les moments heureux que les hommes et les femmes de bonnes compagnies savent entretenir en les nourrissant de leurs ondes positives. Simplement en faisant que les gens heureux s'y baladent. ♫♪♫♪♫

    Des bises, de ma campagne enfin arrosée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Julie, mais l'autremardi, 16 août, 2022

      C'est vrai, c'est trop triste une maison qui ne vibre plus, qui est endormie. Pour ça, quelle satisfaction, même si on est triste, de la voir tomber dans des mains qui la feront revivre et décideront de ne pas en faire une maison de vacances où l'on ne va qu'une ou 2 fois/an.

      Supprimer
    2. @Xoulec
      L'ami ricoré a marqué toute une génération de publivores...
      C'est vrai que c'était sympa, ces petits déjeuners parfaits sur une table bucolique... Qu'est-ce qu'on a pu se marrer avec mes frères, à pasticher la chanson...L'ami des petits jets de nez...
      Confits denses : excellent jeu de mots ! c'est de toi ?
      Quant à la ballade des gens heureux, je lui préfère la version de Christophe Maé, n'en déplaise au grand Bleck... ;-)
      Bisettes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @Julie
      C'est exactement ce qui est arrivée à ma maison de famille...
      Elle a été reprise par des gens sympas !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. @ Célestine
      J'emprunte parfois quelques paroles de chansons, mais depuis mon tout premier commentaire, je peux te certifier que tous mes jeux de mots postés sur tes pages sont de mon cru.

      Supprimer
  9. La nuit tombe tout doucement, l'air se rafraichit et certains des invités sont partis. il ne reste qu'un petit nombre pour prolonger un plus longtemps la discussion. ces discussions qui arrêtent le temps. Et j'étais là pour évoquer l'heure bleue. J'aime ton billet tout en sensibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=1uUBKmBM1GI

      Supprimer
    2. J'ai beaucoup aimé cet extrait. Merci beaucoup, je ne le connaissais pas.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. OUi oui oui , cet extrait est super, je vais essayer de voir ce film ......ah, c'est chouette !

      Supprimer
    4. Ravie de te revoir Marco !
      Éric Rohmer un grand classique !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. Ben moi aussi, ravi de revenir te lire, après ces vacances d'été qui furent famille famille !

      Supprimer
  10. Vive les gens heureux et ceux qui apprécient d'être en leur compagnie !
    Merci Maîtresse pour ce rayonnant billet remontant de moral.
    Douce nuit, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regrette de ne pas avoir pu répondre plus tôt à tous ces beaux commentaires... merci Julie, c'est adorable.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Ah non, pas Christophe Maé !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, Christophe Maé ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. "...C'est fascinant, les gens. Les observer. Creuser leurs particularités, trouver ce qui les meut, ce qui les émeut, et ce qui les laisse indifférents."...
    Sorti de l'aveuglement, comprendre enfin à qui on a à faire... ;o)) <3

    RépondreSupprimer
  13. Francis/Candidelundi, 15 août, 2022

    Tssss, me suis encore laissé avoir par le numérique : le commentaire "anonyme" précédent est de Francis/Candide, qui ne l'est plus. ;o)) <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello you ! ça fait longtemps que tu n'étais pas (re)venu traîner par ici. Quel plaisir ineffable...
      Oui, tu as raison, on passe une grande partie de sa vie à être aveuglé, et un jour, on ouvre les yeux.
      Ça fait beaucoup de bien !
      Bisousss ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸<3

      Supprimer
    2. Francis/Candidemardi, 23 août, 2022

      T'es gentille !...

      Supprimer
    3. Non j’ai oublié d’être gentille, maintenant je suis vraie. :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Hier après-midi, j'étais à une tablée de 18 personnes, tous des cousins ou cousins par alliance. Quel beau moment chaleureux et comme je me sentais bien au milieu de tous ces gens ! J'aime la solitude, mais j'aime aussi ces moments où je suis si bien entourée. Bonne fin de journée, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'essentiel est de pouvoir jongler entre les deux...C'est une chance de pouvoir le faire.
      Bises belle d'âme
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Que c'est bien raconté ! Je m'y voyais, tellement même que ça a fait remonter bien des souvenirs, comme il y a un an. Je suis toujours surprise de voir qu'on est capable de se "rabibocher" autour d' un repas pris en commun, quand, le reste de l'année, on se fait souvent "la gueule"...Quoique, attention, si le repas dure trop, l'alcool chauffant le cerveau, ça peut déraper aussi vite fait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la magie de l'être humain : il est versatile...

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Julie, mais, l'autremardi, 16 août, 2022

    L'anonyme précédente, c'est une autre Julie. Je ferais bien de reprendre Juliette de V...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juliette de V...ah oui, c'est tellement chouette comme pseudo, et puis ça ne prête pas à confusion, au moins...
      Moi je m'y perds dans toutes ces Julies...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. La chanson de Christophe a l'avantage de mélanger pêle-mêle les Jambons et toutes sortes de situations humaines occasions de rencontres, de découvertes de ces Autres qui ne sont pas moi.....

    Sans avoir besoin de me retrouver naufragé sur une lointaine ile déserte pour apprécier la richesse d'une rencontre toute simple, je comprends à la fois le besoin que l'on peut ressentir de partager des moments avec d'autres et celui par ailleurs d'apprécier un moment de solitude choisie ....

    Se connaître, et se reconnaître différent de.... par saine individuation voilà qui n'elimine en rien la joie de la découverte des Autres dans leurs richesses propres.

    Je regrette que l'actualité récente , en dépit de Jacques BREL, soit venue porter une sorte de discrédit sur le vocable des Gens....
    Oui il y a les Gens d'ici et les Gens d'ailleurs, mais nous sommes toutes et tous Gens riches de notre histoire particulière.  La bien connaître et y reconnaître ce qui résulte en positif comme en négatif de notre volonté consciente, voilà ce qui autorise notre évolution vers un chemin de rencontres fait de joyeuses découvertes en partage.

    Voilà ce qui un jour m'a permis de faire ta connaissance, chère amie Celeste.

    Merci à toi et à toutes les synchronicites qui ont rendu cela possible.

    Bises en joie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la fascination que j'éprouve pour les gens, il y a aussi celle des rencontres. Ces bizarres hasards qui n'en sont pas vraiment, et que l'on appelle les synchronicités...
      Tu as raison, le mot « gens » a été galvaudé, c'est ce qui a fait réagir Lucile aussi.
      Et pourtant, c'est un joli mot, tant qu'on y met l'amour.
      Bisous tardifs
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Les gens, dont nous faisons partie intégrante peuvent nous étonner, comme nous étonnons, mais le plus important est bien sûr de savoir écouter, s'enrichir de ces différences qui nous enluminent car comme toi je suis fascinée par les autres, autres. J'aime le métissage, le croisement des espèces.... Merci Céleste pour ton optimisme communicatif qui ne te quitte pas, et remplit déjà notre journée, de gaité et de bonheur !
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te retrouver, malgré mes présences assez intermittentes dans le monde des blogs...
      Et comme toi, je pense que l'écoute est une forme d'amour.
      Merci pour tes mots, belle amie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. L'essentiel est dit , Célestine, e qui fait aimer les gens c'est la vie, l'envie et ce "je ne sais quoi" d'humanité qui ressurgit lorsque les cigales arrachent le sec de l'herbe et que soudain, l'air est tremblant. La vie nous sourit , chat c'est chouette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie nous sourit, chat c'est chouette.
      On dirait les paroles d'une chanson de Jerry Ox...
      Bisous cher zicos
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Joli récit rempli de quiétude et de bonheur partagé.

    RépondreSupprimer
  21. L'amienquestionjeudi, 18 août, 2022

    Il y a des gens comme tu les décris si bien et comme le chante C.Mahé . Et il y a aussi ce bonheur chanté par le même Christophe, ces magnifiques repas pique-niques passés à la postérité sous le pinceau de Renoir, Monet, Manet, Caravaggio et tant d'autres. Avant tout cela il y a le plaisir des courses, des préparatifs, suivi par l'après-réception, la vaisselle que Monsieur Bosch n'a pas pu avaler, le rangement, les restes et la fatigue, celle qui a , aussi , été chantée par de belles voix. Ils tous présents ceux qui apprécient ces soirées d'été, aiment les partager chez les autres sans penser à faire de même chez eux. , Cela peut donner lieu à une nouvelle toile intitulée "fin d'été chez les gens". Voici un commentaire écrit entre deux vagues, la première est partie mardi et laisse place au flux de samedi midi.......J'aime les marées .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un commentaire très pictural, chère amie.
      Et musical à la fois.
      Comme le bonheur. Il est où ? Mais là, tout près. même pas dans le pré. Juste là, au creux de tes doigts...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. "Il faut prendre les gens comme ils sont, il n'y en a pas d'autres" j'adore cette citation d'Adenauer et je me la répète souvent ce qui me fait petit à petit mieux prendre le bon des gens, laisser le moins bon et aussi leur donner de quoi rester liés mais pas à l'excès pour ne pas s'oublier ni se perdre en s'intéressant de trop près à leurs problèmes. C'est judicieux de les guider un peu sur leur manière d'éduquer leurs enfants. Ils manquent de repères et se laissent télé-guider par... la télé, justement. Il faut avoir un chêne centenaire auprès de soi pour que ses propres racines soient fortes et transmettent leur énergie aux jeunes pousses! Quand les gens sont parties, il y a les autres êtres, ceux de sève et d'écorce avec tous leurs occupants, il y a les astres et les nuages et l'âme soeur, alors revient la paix qui n'a de valeur que lorsque l'agitation a eu lieu et que l'on sait qu'elle reviendra à coup sûr.

    Tu as une écriture merveilleuse! On est totalement transporté dans ton univers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très beau et profond ce que tu dis, Euterpe.
      La télé est-elle toujours un "guide" ? Je crois qu'internet l'a remplacée mais c'est la même chose.
      Les astres, et les nuages et l'âme soeur...Je n'aurais pas su mieux dire.
      Au plaisir de te revoir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Les gens font du mal, ou du bien, c'est selon.
    Les rires ne sortent pas du silence, ni de la solitude.
    Les bavardages non plus.
    Il faut de belles tables pleines du bonheur de l'amour, de l'amitié, pour se sentir dans le silence comme dans un cocon.
    Comme un poisson dans l'eau.
    Ton texte bat la juste mesure des choses, une fois de plus.
    J'aime.
    Bises d'un "gen" qui s'en va voir la mer, il en a besoin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est toujours plus difficile, pour les gens ultrasensibles comme toi et moi, de supporter le bruit. Et c'est valable aussi pour le silence. Il nous faut sans cesse composer avec nos sens.
      Alors je comprends ton besoin de mer...
      Je t'embrasse, mon poète.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. En lisant ces mots sur ton été, en mettant ton vécu en parallèle avec le mien qui est d'une autre nature, je me dis que je deviens de plus en plus favorable au calme bienfaisant. À la rencontre du un à un. Au silence méditatif avec un petit nombre. À la douce musique du silence qui révèle la relation plus loin que les envahissements de mots.
    Je vieillis… c'est certain !
    Bien entendu cela ne m'empêche pas de me réjouir de tout ce que tu as vécu de bon et je n'en conteste pas la moindre minute, évidemment..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet portant sur les réunions de famille, j'ai pu laisser penser que ça n'avait pas arrêté de l'été. En réalité, il y a eu deux sessions de quatre jours, une en juillet et une en août, en quelques invitations d'amis. Le reste du temps, j'ai apprécié, tout comme toi, la douce musique du silence sur ma colline, où l'on s'entend si bien que même parler est inutile.
      Je t'embrasse fort
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je comprends bien. C'est souvent la limite de nos billets « les effets condensés et raccourcis temporels ». Alors merci pour cette réponse au commentaire. J'aime beaucoup ta dernière phrase.… Enfin l'avant-dernière… et la dernière, je prends, je prends !

      Supprimer
  25. Ben oui l'été , les grandes tablées , la famille ça fait du bien, être ensemble ça chauffe le coeur . Voilà , ils sont partis maintenant , ben c'est la rentrée. Le moment des bonnes résolutions, aller à la journée des associations du village , pourquoi pas programmer un peu de sport ou je ne sais quoi, il faut s'occuper pour un an, mais moi j'adore les repas familiaux , recevoir mes enfants et leurs chéri(e)s et maintenant petit-enfants , c'est super top !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.