vendredi 8 octobre 2021

Rome était dans Rome







Si je devais retenir un moment, un seul, de ce voyage à Rome, ce serait l'arrivée en taxi, depuis l'aéroport, cet instant magique où l'on quitte le monde actuel pour pénétrer au coeur de l'Histoire. Je ne saurais décrire précisément l'émotion qui m'a saisie en découvrant l'extrême poésie de ces ruines antiques. Mais c'était fort. C'était étreignant, là, au niveau de la gorge.
La ville a tenu les promesses de mon rêve : à chaque détour de ruelle ou d'avenue, une merveille architecturale, un prodige, une oeuvre d'art. C'est fou. 
Devant ces prouesses antiques, on est forcément pris d'interrogations existentielles sur l'humanité, ses grandeurs et ses décadences. Enfin, en tout cas, c'est ainsi que je fonctionne. L'esprit en fusion.
J'ai vu la saleté, les herbes folles sur les trottoirs, les verrues qui gâchent les prises de vue, les tags, les papiers gras, les mégots, les poubelles qui s'entassent. La campagne électorale et son cortège de compromissions et de tripotages pas très nets. La révolte qui gronde sous les drapeaux des manifs. 
Mais j'ai voulu regarder surtout la Beauté, les marbres rutilants, les coupoles, les colonnades, les pavés, les façades ocres, et partout, ces pins parasols géants qui sont pour eux comme nos platanes. Tutélaires, séculaires. Magnifiques.
Je ne vous ferai pas le reportage complet de nos pérégrinations pédestres à travers la ville éternelle. Une moyenne de quatorze kilomètres à pied journaliers, pensez donc ! Et puis j'aurais l'impression de paraphraser Miss Zen, qui a si bien raconté ses vacances romaines un peu avant moi.
Je garde au fond des yeux, du coeur, des dizaines de regards, de sourires, de parfums, et cette langue qui chante et coule comme la Fontaine de Trevi. 
La majesté époustouflante de San Pietro, le mystère feutré de la Chapelle Sixtine (que j'imaginais beaucoup plus grande) Les bersaglieri et leurs chapeaux à plumes noires, sur la Piazza di Spagna. Les perruches de la Villa Borghèse, le Tibre sauvage et calme, les religieux de toutes les couleurs voisinant avec les Ferrari rouge sang, partout dans les rues du Vatican.
Incorrigiblement romantique, serrer dans mes bras l'homme que j'aime, sur chaque pont, devant chaque fontaine, et goûter à l'amour, comme on rit, cheveux au vent sur une vespa. La petite guêpe mythique qui fleurit dans mon coeur d'Audrey Hepburn devant son Gregory Peck. 
Et l'extrême bonheur de partager avec mes amis, férus d'italien, des conversations charmantes dans ces petits restaurants typiques au coeur du vieux Rome. Rencontrer les gens. Rire. S'émouvoir. S'émerveiller. Réfléchir à la vie.
N'est-ce pas le propre des voyages ?

*****


En route ! Cliquez sur les photos pour les agrandir.



Le marché du Campo dei Fiori, coloré et parfumé

Le plafond d'or de la Galerie des cartes au Musée du Vatican

Le Colisée au couchant

Et plus tard dans la nuit

Les extraordinaires pins parasols encadrant la Colonne de Trajan
 et le dôme de l'église Santissimo nome di Maria al Foro

Le Mont Palatin vu du Circus Maximus

Ce qui reste du Circus Maximus

Une ruelle et l'un des 11000 restaurants de la ville



La fontaine de Trevi


Une perruche sauvage dans le parc de la Villa Borghèse

Un hymne au Limoncello

Et un autre à la Pasta

Une vespa

Une façade au bord du Tibre

Le bel Antinoüs

L'escalier en spirale du musée du Vatican

Saint Pierre de Rome aussi belle à l'extérieur...

...qu'à l'intérieur


L'ancien et le moderne à chaque carrefour

Les fameux « Tonarelli cacio e pepe »

La "Bocca della Verita" qui tranche la main des menteurs...




Rome vu de la Villa Medicis


Le Tibre sauvage et calme

La révolte gronde...


Le temple d'Aurélien et Faustine sur le Forum




Et pour finir…
Je vous emmène faire un petit tour
en fiat 500, ça vous dit ?
😉









67 commentaires:

  1. P... ! Ce ciel !
    Je n'en ai jamais vu d'aussi beau !
    Si, peut-être à Saint Jean d'Acre où, dès qu'on arrive, on dit "Oh la vache ! Un ciel d'Italie !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le ciel est en effet d’un bleu splendide, que les bêcheurs appelleraient céruléen…
      Ah le ciel d’Italie… quel connaisseur tu fais!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Merci Célestine pour ce partage.
    Rome pour moi c'était il y a plus de dix ans un mois de février. Beaucoup marché aussi sous un ciel bleu étincelant et une température glaciale. Cette ville est d'une très grande beauté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’avoue que j’ai aimé la découvrir par des températures d’une douceur extrême…
      Tu as raison, c’est d’une indicible beauté.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Je comprends ton émerveillement à visiter la città eterna au coeur chantant, remplie d'histoire, du Colisée mythique, symbole de Rome, au Forum romain, la fontaine de Trévi, le plafond d'or au Musée du Vatican, son escalier en spirale. Tu as visité aussi St Pierre de Rome, le temple d'Aurélien,.... et tous ces souvenirs, ces belles photos, j'imagine qui interrogent encore, posent question sur le monde passé, présent, ses beautés et ses grandeurs.
    Merci Célestine pour ce beau partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui on sent à la fois l’éternité et la fugacité des choses humaines.
      Et puis c’est très impressionnant de se dire que Jules César a foulé les mêmes dalles de la via sacra…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Quelle civilisation! Quels batisseurs ces romains !! Un peuple que j'aime bien, raffiné à la langue douce et chantante !! Bon en ce moment à Rome, c'est pas le pied. Tout le monde est en effervescence. Va-t-elle être réélue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui m’a choqué c’est que la petite fille de Mussolini se présente… je sais bien que l’on n’est pas responsable des exactions de son grand père mais quand même, ça doit être lourd à porter un tel patronyme…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Le problème n'est pas qu'elle s'appelle Mussolini, mais qu'elle se revendique fasciste.
      Ti bacio Cara

      Supprimer
  5. Hummmm ! Tu me donnes envie d’y retourner ! Merci pour ce voyage 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis donné à moi même l’envie d’y retourner mais aurai-je le temps, avec tout ce qui me reste à découvrir ? 😉
      On arrive à des âges ou on ne peut pas faire deux fois le même voyage…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. c'est tout à fait ça!
    ma première fois aussi, j'ai eu cette impression immense, en taxi, et le chauffeur qui l'avait deviné: è la prima volta? si!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon chauffeur avait le bagou de Roberto Benigni, il ne tarissait pas sur sa ville…
      Je ne l’oublierai jamais.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Donc tout s'est bien passé ! :-)
    Y-a-t-il toujours des pates en entrée dans les menus ?
    Les italiennes et italiens sont-ils toujours aussi élégants ?
    Pourquoi veut-on nous faire acheter de grosses voitures hybrides électriques ou électriques hors de prix alors que la fiat 500 de base est suffisante ? Oui, je pose la question !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pâtes sont plutôt en « primi platti » après, justement, les antipasti qui portent bien leur nom…
      Les italiens ont toujours cette sprezziatura indéfinissable, nonchalance de bon goût inimitable.
      Je me suis régalée à les regarder…
      Quant à la fiât 500, elle incarne un rêve…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Souvenirs de vacances à Paestum ;-) Les pâtes, hum ! Que c'était bon :-)

      Supprimer
  8. Ah, j'ai oublié de t'avertir pour les poubelles !
    Désolé... ;-)
    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est malin ! Tu n’imagines pas le choc…😁
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Tu as réussi à caser tes gambettes dans la Fiat 500 ?
    Autrement, le Pape des pauvres est assez bien logé, semble-t-il :-)
    Je ne suis jamais descendu dans la botte plus bas que Bologne. Tu donnes envie de combler ce manque. Ce sera à voir lorsque les baillons seront tombés...
    Ti bacio forte Cara.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis assez souple de nature …
      Le pape croule sous l’or en effet… et les pauvres le sont de plus en plus.
      La crise des bâillons n’a rien arrangé.
      Baci caro mio

      Supprimer
  10. "La sagesse commence par l'émerveillement " Socrate
    Tu es sur le chemin ...À la vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alla Vita ! Si même Socrate vient commenter mon blog alors…😁
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Ton billet est merveilleux Célestine et j'imagine ton bonheur d'avoir visité cette belle ville surtout avec ce beau temps. Grâce à toi, je découvre ces beaux endroits car je ne connais par Rome. Merci pour tes belles photos.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce beau commentaire ma Denise !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Una maraviglia quest'articolo, Cara Mia. J'ai vu Rome, seul, il y a trente ans. Tu sais bien que moi, l'Irlalien, c'est mon second pays de cœur. Seul c'est pas mal aussi et ça ne m'a jamais fait peur. Ma un viaggio amoroso c'é tanto bello anche. Toutes tes photos me touchent. C'est décidé, je rachète le scooter de Gregory Peck ou celui de Nanni Moretti (Journal intime, faut que tu voies ça) 🛵 et j'y retourne avec toi. Bacci Angela Baby. 🌸

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles à une Irlalienne convaincue.
      Et je vais de ce pas louer « journal intime » en VO.
      Ti voglio bene mio amico
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Bonjour Célestine,
    Je comprends ton émotion même si je n'ai jamais mis les pieds à Rome... En tout cas, tu exprimes si bien les tiennes qu'on les partage...
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Partager c’est le sel du voyage !
      Bisous ma jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Rome est comme Venise : une ville qui se visite avec un amoureux. Superbe photo que celle où tu tentes de " voler" ce topolino à la couleur si discrète. Le titre de mon premier livre d'italien : "Topolino si sposa” .... à méditer. 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Topolino ça veut dire petite souris ?
      C’est imagé !
      Mon père appelait ça un «  pou du ciel »
      J’ai cru longtemps que c’était son vrai nom…
      C’est vrai que visiter à deux, ça multiplie par 10 les sensations !
      Les mathématiques du voyage sont bien particulières
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'était juste un clin d'oeil. Pour tout le reste nous en parlerons de vive voix, oui mais quand?

      Supprimer
  15. Je voudrais bien aller en vespa avec toi revoir quelques uns de ces endroits fabuleux que vous avez pu visiter, admirer ces beautés et passer une soirée dans un de ces petits restos puis revenir à la nuit dans les lumières de la Ville...
    je pense week end à Rome d'Etienne Daho
    Merci Clémentine, j'ai apprécié !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon illustration du billet précédent est tirée d’une bande dessinée en quatre volumes qui a pour titre «  une nuit à Rome »
      Assez fabuleuse sur le plan graphique , si tu as l’occasion. Il faut que je réécoute les paroles de Daho…
      Bisettes de Celestine ( encore un bug de téléphone portable ?)😁
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Coucou. Que j'aime l'Italie et ces contrastes. Il y a, il est vrai, la beauté mais d'un autre côté, un pays qui se remet difficilement de ces mois de pandémie où tout s'est arrêté. Qu'importe, on fait confiance aux Italiens pour relever la tête et repartir d'un bon pied, en célébrant la vie aux pieds des vieilles pierres. Tu as fait comme eux, tu as su profiter de la vie et c'est si bon de manger des pâtes et de boire un bon rouge. Je retiens les pins parasols que j'adore et le Colisée au soleil couchant. Mais aussi, la petite jaune à quatre roues. Bises alpines et merci du partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cette petite jaune fait couler de l’encre…
      Merci dédé de t’être promenée dans mes souvenirs photographiques…
      Je sais que tu aimes beaucoup l’Italie. J’avoue que c’est un pays où je me sens bien.
      Mes racines me parlent.
      A presto, bella
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Je regarde attentivement tes splendides photos et m'imagine là-bas en ces lieux que tu décris si bien en peu de mots. C'est un rêve éveillé.
    Merci Célestine. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai eu pendant une semaine cette impression de rêve éveillé.
      Cela fait un bien fou à l’âme et au corps.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. salut à toi divine Céleste. De retour de Crète nous envisageons un périple en Italie et tu nous en donnes l'envie.
    Bizzz bretonnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les caphys ça faisait si longtemps que je ne vous avais pas vus traîner vos antennes par ici !
      Ça fait plaisir !
      Alors bon voyage sous le ciel d’Italie…

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Joli reportage photo !
    L'essentiel est que tu sois heureuse de ton périple.
    Ça semble être le cas avec la Fiat 500 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très heureuse.
      Comblée même!
      Et pas qu’avec la Fiat 500…
      Bisous mon fidèle ami. 😘
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Que de jolies choses qui embellissent tout.

    Et à ce propos ; es tu arrivée, avec si long corps, à entrer dans cette si petite voiture ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est très souple en fait, les sauterelles 😁
      Bises cher Aldor
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Je sens que tu as bien profité de ton séjour. Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ton esprit de déduction et ta perspicacité m’esbaudissent.

      •.¸¸.•*`*•.¸¸😁

      Supprimer
  22. Merci de me ramener un peu là bas ! Et merci pour la belle photo d'Antinoüs (-as-tu lu "Les mémoires d'Hadrien" -merveilleux) et un merci pour le lien 😘
    Moi aussi j'ai souvent pensé à Audrey et Gregory :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n'ai pas (encore) lu les mémoires d'Hadrien. Mais tu me donnes envie.
      Merci pour ton reportage photo plus complet que le mien, et qui m'a bien aidée pour mon périple.
      Bisous ma miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Même si j'ai fait le tour du monde et mis le pied en Antarctique, je ne suis jamais allée à Rome et aujourd'hui c'est trop tard pour moi hélas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ça trop tard ma bourlingueuse ?
      Il n’est jamais trop tard !
      Je te souhaite de réaliser ton rêve.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. una passeggiata romantica a Roma è chic!
    Joli voyage! Jolies photos!
    Le bonheur te va bien!
    Pizza Bianca, Carciofi alla Romana, Ciambelle al vino… Oh ! Oui, quel beau voyage !
    J’aimerai tant l’Italie…
    Baci pieni di sole!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est fou comme ce pays inspire les poètes et tu ne fais pas exception à la règle.
      Baci il mio poeta
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. L’Italie semble te réussir. « Toi te es gaie comme une Italienne quand elle sait qu'elle aura de l'amour et du vin » ♫♪♫♪. Mais au fait, tu as tout cela, et le limoncello en plus !
    Un billet au parfum d'Italie. Ah, l’arôme en kit, c'est fabuleux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’arôme en kit, c’est génial.
      Tu sais que tu es génial ? Je te l’ai déjà dit ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Très souvent ! Cette petite phrase me fait toujours plaisir. 😉

      Supprimer
  26. Voyage  , voyage....

    Voyage, voyage
    Plus loin que la nuit et le jour (voyage, voyage)
    Voyage (voyage)
    Dans l'espace inouï de l'amour
    Voyage, voyage
    Sur l'eau sacrée d'un fleuve indien, (voyage, voyage)
    Voyage (voyage)
    Et déjà  tu reviens.....

    Deux fois sept kilomètres par jour
    Et combien de pas ?

    Dans mon entreprise de vidage de l'appartement familial je n'en fais pas tant de pas...... et pourtant je suis parti visiter le Bosphore avec les photos de mon grand-père maternel lors de cette guerre que Georges préférait.....

    Et autour d'Ugine j'ai retrouvé les parents de Pépé...... tant de bons souvenirs et d'évocations de passé antérieur à mon existence.....

    Il est vrai que tous les chemins mènent à Rome.....et vinrent sous mes yeux ces photos du temps où mon frère aîné,  mes parents et moi nous parcourumes ces lieux que tu évoques,  le Fo et le vrai Rhum...

    Rome qui ne m'a pas vu naître mais que mon.coeur adore....

    Je vous imagine lui et toi, toi et lui dans le bonheur de vivre ces moments merveilleux.
    Alors je te dis à très bientôt pour en parler en dégustant pourquoi pas du Lacrima Christi ????

    Bonne fin de journée
    Bises enjouées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah cher Petrus
      Tu es la preuve, s'il en était besoin, que l'on peut voyager sans bouger de chez soi...
      Et c'est tellement bon !
      Comme tu le sais, je l'ai souvent fait dans ma vie, près d'un être trop différent qui avait peur de l'avion et de sortir de sa zone de confort.
      mais depuis que j'ai rencontré l'Amour, j'ai une envie de croquer le monde, de voir de mes yeux les mille recoins de cette planète si petite et si vaste pourtant.
      Va pour une rencontre autour d'un Lacrima Christi.
      Je te souhaite encore plein de courage dans les épreuves que tu rencontres : pour y être passée, je sais qu'il y a des moments de grande solitude...mais tu verras, le soleil finit toujours par triompher.
      tendres bises
      v•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. 'tain ça marche ! Deux ans peut être que je ne t'ai pas laissé de commentaire...

    (oui, je veux bien un tour de Fiat pour aller jusqu'au resto, j'y crois encore)
    (Sinon, j'ai égaré ton numéro de téléphone ça ne se fait pas mais c'est comme ça, si tu veux m'appeler un de ces jours)

    Bleck

    RépondreSupprimer
  28. Ce qui est bien à Rome, on peut tout faire à pieds. Hormis la fontaine de Trévi, le musée à ciel ouvert et les quartiers typiques de l'autre côté du Tigre. Ce n'est la ville qui marque l'esprit mais bon toujours agréable de partir qq jours en bonne compagnie.
    L'idéal c'est de faire avant le séjour romain une partie de l'Ombrie.
    Au mois de mai, les champs de coquelicots à perte de vue...Et au sommet de la colline les villages typiques.
    (Concernant les vœux pour la fontaine de Trévi pièce jetée par dessus la main gauche et si possible le jeudi car c'est le jour qui porte bonheur pour toute rencontre et chance amoureuse)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai que j’en ai du faire 100 les en une semaine … je ne sais pas comment je n’ai pas attrapé d’ampoules !
      C’est ton téléphone qui a fait rugir le Tibre ?
      C’est amusant.
      Merci Laurent
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Une ville magique, si on s'en imprègne à partir du cœur, les évènements magiques se succèdent, c'est unique et incroyable !!! Tiens, il y a une bouteille de Frascati au réfrigérateur, ce sera peut-être l'apéro de ce soir ? Bises céleste Célestine, tu dois être sur un petit nuage.... brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis redescendue de mon n’uage pour remonter sur celui de la mamie gardeuse de petites-filles …
      Et me voilà enfin !
      Bisous ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Faire entrer trente commentateurs-trices dans une Fiat 500 ?

    L'optimisme des natives du bélier me surprendra toujours ! ;-)

    Merci pour les photos du voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui je suis d’un naturel optimiste !
      Et ta facétie me ravit !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Bof, il y en a bien un qui a mis 4 éléphants dans une Dauphine à toit ouvrant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, d’habitude des qu’on dit Bof il rapplique …
      Tout fout le camp ma brave dame !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.