lundi 2 novembre 2020

Retrouvailles







Ils sont tous venus au rendez-vous. Tous. Même Laurence, toujours en retard, le cheveu en bataille.
Tous ceux de ma bande de copains de la terminale A2 du Lycée Des Moulins. Quarante ans après. 
J'étais arrivée la première. J'ai toujours aimé arriver en avance. M'asseoir. Observer le monde avec cette calme attitude de ceux qui voient loin. J'ai toujours aimé observer le monde, oui, et ça ne m'a pas quittée. Surtout en ce moment. Mais je m'égare.
Je n'ai pas de mal à voir loin. Mes parents m'ont affublée d'une paire de cannes ressemblant aux échasses d'un berger landais. Mes yeux de lynx nécessitent désormais une paire de carreaux pour presbytes, mais je n'en ai pas perdu mon incomparable acuité intellectuelle. Comment ça, je me vante ? Parfaitement, je me vante avant d'être complètement éventée. C'est une question d'hygiène mentale. Y a pas de mal à se faire du bien comme disait Dany à vingt-cinq ans.

Je portais mes vieilles clarks et mon sac en mouton retourné. Comme au temps du lycée.
Je me suis assise en haut des marches, sous les imposantes colonnes doriques du Panthéon.
 Et l'ombre des grands hommes est venue me caresser l'âme. Zola, Hugo, Jaurès, Jean Moulin, Simone Veil et les autres. Que diriez-vous de notre époque, messieurs-dames, de cette machine qui s'emballe, de ces étranges échos ? En ririez-vous ? En pleureriez-vous ?

Puis ils sont arrivés. Séverine, Eric, Marco, François, Gégé, Marion, Bruno, Evelyne... Il ne manquait que Patrick, retenu à Las Vegas. Le lâcheur. On a comparé nos vies depuis la dernière fois, il y a trente ans. 
T'as pas changé ! t'as une petite-fille ? Moi j'en ai deux...Ils m'ont demandé si je me marrais toujours pour rien. J'ai dit oui. Même que ça m'a plutôt réussi, jusque là. 
On s'est redonné rendez-vous en 2030. Même jour, même heure, même pommes.
On y sera.
Enfin, si on ne s'est pas tous fait covicider avant.



Pour l"atelier du Goût, il fallait s'asseoir sur des marches.



94 commentaires:

  1. C'est bien emballé, mais je t'ai vu venir dès le début. Ceci dit, ce qui peut se rajouter à mon esprit de déduction n'enlève pour autant rien à ton talent. Mais comme tu peux le lire souvent, ça fait un peu banalités. Alors banalisons... J'aime mieux ta version que celle de Bruel :-)

    Si on enlève du décompte tous ceux qui sont surtout morts d'autres choses, le risque d'être covicidés se résume en fait à peu de choses.

    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne sait plus que penser, tellement le jugement est altéré par des polluants politiques, sociétaux, financiers...C'est fou ce qu'une petite bébête microscopique révèle le malaise de toute une société.
      Personne ne peut rien vérifier, tout le monde s'emballe, et on a l'impression que plus personne ne réfléchit tranquillement. Ça me laisse rêveuse.
      Rêver à un monde meilleur, est-ce tout ce qu'il nous reste ?
      Baci caro
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Nous ne sommes pas si dépourvu que ça de contre-intoxication.
      Je ne sais pas si tu a lu mon billet en 4 épisodes (posté sur blogbo afin que tu ne t'embourbes pas sur Fesses-bouc), j'y relève nombre d'avis de scientifiques n'étant pas sous influence financière des labos, et le festival est plutôt optimiste.Il a fallu tout un bouquin au Pr Perronne pour énumérer les "erreurs" qui ont été faites dans cette crise sanitaire.
      Sur 2300 morts quotidiens, le Covid ne fait pas le buzz. Il est loin derrière les cancers, les pathologies respiratoires dues à la pollution, les erreurs médicales et les intolérances médicamenteuses, sans parler de la clope et de l'alcool.
      A part ça, ça fait des années que les hôpitaux sont saturés en début d'hiver avec la grippe, dans le silence assourdissant des gouvernements successifs. Ont-ils eu peur de catastropher les comptes des caisses de retraites en rendant l'hôpital réellement opérationnel ?

      Tout ça m'amène à un constat réjouissant: Le virus n'a rien à voir avec la dangerosité de la peste bubonique, ni même le paludisme.
      Les gens en bonne santé générale vont y survivre, le Covid n'étant qu'un facteur pouvant être aggravant des pathologies mortifères déjà en elles-mêmes.
      En Europe, la moyenne d'âge des décédés est de 84 ans.
      Pour quoi Olivier Véreux ne publie-t-il pas ce chiffre en France, si ce n'est pour alimenter l'anxiété générale (qui en elle-même est mortifère).
      Et selon le précepte de Pierre (non, l'autre):
      Vivons heureux en attendant la mort.

      Supprimer
    3. Ah, un peu d'optimisme, ça fait du bien !
      Oui mais ces médecins qui ne parlent pas le discours officiel passent pour de dangereux conspirationnistes...Des sommités médicales réduites au rang de bouffons disant n'importe quoi.
      C'est triste.
      Cela dit, si les gouvernants de tous les pays se souciaient réellement de la santé du peuple, ça se saurait, depuis le temps. Et il y a belle lurette qu'on aurait pris des décisions en ce sens concernant la pollution par les pesticides et autres joyeusetés qui nous mitent les éponges.
      Vivons heureux.
      Ti bacio forte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Tu connais mon sens de la synthèse... j'ai tout résumé dans mon dernier article chez Blogbo. en 10 pages A4 j'ai fait le tour de la problématique, y compris en comparant le Covid avec la farce de la grippe H1N1. Ce sont les mêmes méthodes totalitaires :
      Les labos ont infiltré l'OMS et la plupart des Sinistaires de la Santé (ou faut-il dire Ministaires de la Maladie ? ). Ils imposent leur manière de faire et la valetaille politique obéi. Toutes les têtes qui dépassent doivent être coupées, comme il sied dans toutes autocraties qui ne respecte plus rien, pas même eux.
      Leur angoisse est de voir la population s'auto-immuniser par fournées de 50'000 par jour pour un reliquat stable de 3'000 malades hospitalisés.
      Sans ce confinement, ils pouvaient dire adieu à leurs vaccins et 70 milliards de chiffre d'affaires annuels.
      Bien sûr que le Covid participe à des décès, et parfois même, il y arrive tout seul, mais rapporté à 67 millions d'habitants, ça reste très marginal.
      Je suis un peu surpris que ça n'étonne personne qu'aucun chiffre de sur-mortalité ne soit publié... C'est peut-être qu'il faudrait qu'elle existe, cette surmortalité. Avec une moyenne d'âge de 84 ans pour les victimes en Europe, ce serait difficile à la faire admettre.

      Il ne reste plus qu'à faire preuve d'inventivité pour exploiter au mieux les attestations dérogatoires :-D

      Ti abbraccio forte (sans peur de covidécéder, malgré mon grand âge :-) )

      Supprimer
    5. Merci pour cette synthèse de synthèse.
      On n'a plus qu'à attendre et voir, comme disent les grands Bretons...
      Baci e tvb, caro mio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Nous l'avions fait après vingt-cinq ans, nous n'avons pas fixé de nouveau rendez-vous, il allait falloir commencer à décompter, même sans virus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ba ba ba...tu nous enterreras tous, Boss.
      Tu marches à la Wonder, non ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Toi, tu as lu le commentaire du Goût chez Alain X ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. mince! et vous ne vous êtes pas fait verbaliser?
    un groupe de dix personnes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! On avait coché la case « rendez-vous médical » sur l'attestation.
      Parce que ça fait un bien fou de revoir des potes...Mieux qu'une cure de thalasso.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Je n'ai croisé des copains de lycée qu'à la fac.
    Il y en a un qui est mort à trente ans... Il avait mal vécu son engagement politique et s'était égaré...
    Je le revois encore. Jeune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Punaise ! mais il est mort de quoi, ce brave type ?
      Tu m'intrigues...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Il y a tellement d'occasions de ne pas rire qu'il est réconfortant de rire pour rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les petits riens chers à Gainsbourg...Sourire à la vie. Vivre légèrement, sans se plomber le bulbe inutilement...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Ça doit etre chouette de retrouver des amies du lycee ou fac .....quand on y a été ...😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais des copains, on s'en fait partout, pas qu'à la fac ou au lycée.
      C'est humain. Profondément.
      A moins de vouer à ses semblables une effroyable haine, tel Alceste.😊
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Un covicide, il fallait l'inventer celui-ci ! Il n'y a que Célestine pour l'inventer :-)
    Après que son état se soit subitement dégradé, un copain de fac de mon mari se trouve actuellement en réa après 8 jours de mise sous oxygène à la clinique. Et pourtant aucun facteur de risque connu. Une histoire de génétique ? Il n'y a plus que les prières maintenant.

    Sinon le sac en mouton retourné de cette jeune femme m'a évoqué nos boges des surplus américains. Comprendre besaces :-) . C'était la grande mode, c'était moche, les cahiers et classeurs n'étaient pas très à l'aise là dedans. Ma mère détestait cette mode ! Pour être "branchés" au collège il fallait obligatoirement, sous peine de passer pour un ringard, arborer une boge militaire américaine de couleur vert kaki :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les fameuses besaces vert kaki...avec un drapeau américain dans le coin...
      Les modes lycéennes ont toujours été ravissantes.
      Désolée Biche pour l'ami de ton mari.J'espère qu'il s'en sortira aussi bien que Trump ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Dès la première phrase, évidemment, on pense à la chanson de la fin.
    En voilà au moins une version féminine qui vaut mieux que celle de Patrick !
    Paaaaaatriiiiiiiiiiiiiiiick !!!!!!!!!!

    (Je réalise que jamais, au grand jamais, je ne voudrais vivre un truc comme ça… revoir les =$#@£*& du lycée ? Pouah !!!! J'ai tiré un énorme trait rouge et noir là-dessus… ma vie a commencé à la fac…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai bien aimé mes années d'Ecole Normale. J'en aide meilleurs souvenirs que du lycée.
      Mais là, c'était une fiction, cher Alain, même si je mets toujours beaucoup de moi dans celles-ci.
      Merci pour ton appréciation de ma version féminine.
      Un trait rouge et noir ? Si je comprends bien, tu es plus Jeanne Mas que Bruel ... 😃
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. La place des grands hommes et la lettre à Jaurès et c'est plié avec le covid qui aura notre peau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ton optimisme, chère Heure Bleue.
      Tu sais que la place des Grands Hommes n'est pas à Paris mais à Bordeaux ? Je l'ai appris en écrivant ce billet.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Après tant d'années , les conversations se ressemblent : t'es mariée ? Ha bon divorcée !!! "T'as pas changé ! t'as une petite-fille ? Moi j'en ai deux...".
    Pour moi, ces rencontres sont devenues stériles et je leur préfère celles ci : Bonjour, je suis Célestine, je vais jouer de la guitare non loin de chez toi.....pouvons nous faire connaissance ,
    Ou rebonjour, je suis toujours Célestine, si nous allions à Montpellier ensemble ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Ce n'est que dans les chansons et les ateliers d'écriture que l'on arrive à se dire des choses intéressantes quand on ne s'est pas vus depuis quarante ans...
      mais pour ta proposition, je te trouve hardie de me la faire juste au moment où l'on n'a plus le droit de sortir de chez soi. Tu crois que je pourrais invoquer un motif médical pour venir te voir ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Célestine, ton récent grade de gran'ma te fait perdre la mémoire. Montpellier remonte à Juillet 2016 !!!

      Supprimer
    3. Ah bon ? Parce que donc, quand on est allé quelque part en 2016, on ne peut plus y retourner en 2020 ?
      Je m'en souviens très bien, notre hôtel, nos balades à Saint Guilhem, tout...Et c'est pour ça que je rêve d'y retourner... ;-)

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Alors,je suis ton homme

      Supprimer
    5. Rendez-vous au premier décembre alors... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. L'eau a coulé sous les ponts, on a tous bien changé mais la vie est là, si précieuse, si fragile...
    Faut pas attendre trop... je crois...
    C'est toi avec tes vieilles clarks ? Ya longtemps que je les ai balancées...
    On ne savait pas ce qui nous pendait au nez en tout cas...
    j'ai souri avec toi Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les clarks, il y a un moment que je les ai bazardées...Mais dans le cadre d'un atelier d'écriture, on a tous les droits n'est-ce pas. Et surtout celui de mettre un peu de légèreté dans l'air bien lourd...
      La vie est là, et je la chante à pleins poumons.
      Merci pour ton sourire, ma douce Marine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. J’aime votre regard positif sur le monde.
    J’ai beau chercher je ne trouve pas votre pareil : vous me réjouissez à chaque lecture. Et c’est un vrai bonheur.
    Merci de garder le moral à une époque où tout nous incite à nous morfondre. Vous êtes délicieuse je ne le dirai jamais assez.
    Bien à vous chère enfant.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A une amie qui me parlait (à propos des tests) de « faux négatifs » j'ai répondu : « Moi je suis une vraie positive »
      Ça l'a fait rire.
      Merci pour vos mots toujours bienveillants, cher vieil ami.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. J'aime l'idée d'un rassemblement lors de ce nouveau confinement 😉
    Et j'aime toujours autant ta belle plume chère Célestine. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de caresser l'âme de mes lecteurs du bout de ma plume.
      Et quel bonheur quand j'y parviens, ne serait-ce qu'un tout petit peu.
      Tendres pensées, sister
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. J’ai bien aimé m’assoir sur ces marchés avec toi , tu m’as fait sortir un peu. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le voyage en pensée, en imagination, est une formidable façon de se sentir libre quand on est empêché de l'être.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Quarante ans après !
    ...ça fait quand même un bail...

    Enfin, je dis ça...mais si je compte,
    ça fait pile quarante ans que j'ai eu mon bac !!!!
    (et il y a une heure, je viens d'aller faire refaire mes lunettes "pour presbytes")

    OUinnnnnnnn!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a le même âge alors ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Comment, il reste un peu d'humanité dans ce monde, un peu de partage, de joie, de rencontres ? Merci céleste Célestine, tu nous montres le chemin, il nous faudra trouver les bonnes marches... Bises du lundi, éclairées par la luna. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lune « bleue » superbe, qui m'a rappelé un livre que je lisais quand j'étais enfant : les contes de a Lune bleue...
      Oui, il reste beaucoup d'humanité, surtout sous les décombres de mon village, où les montagnards résistent à la morosité et retroussent leurs manches pour reconstruire leur vie brisée.
      Bisous ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Ils ont bien raison de plus attendre 30 ans avant de se revoir, car s'ils auront survécu au virus, leurs neurones seront dans quel état ?
    J'ai bien aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que la joie de vivre, l'espérance, l'énergie, la solidarité, sont d'excellents protecteurs naturels des neurones ?
      Peut-être que l'amour protège mieux que les médicaments ?
      Peut-être qu'on devrait réfléchir à tout cela ?
      Merci d'avoir aimé, Gwen.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. J'aurais aimé revoir mes amis d'adolescente... mais je ne vis plus à Paris, plusieurs sont déjà partis pour l'au-delà, les autres? Les autres, je les ai perdu de vue (même avec mes lunettes double foyer). Tant pis, je pense à eux en écoutant Simon and Garfunkel, je me dis que c'était vraiment bon notre vie, nos petits cafés, nos boums, nos marches dans Paris et nos discussions passionnées. Bises ma belle et gros câlin aussi!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Simon et Garfunkel...Queen, les Wings, Gerry Rafferty, Supertramp...
      Quelle jolie époque.
      Gros bizouxxx tout douxxx
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Bonjour Célestine,
    ton texte est rempli de tendre cocasserie et d'espoir, peut-être? Oui, on va dire ça...
    Bonne soirée à toi
    et gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ne pas garder espoir en regardant mes deux adorables petites fées ?
      Merci Mo pour ta fidélité malgré es absences
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Observer le monde en folie en ce moment demande beaucoup d'indulgence et d'altruisme. Parce qu'il n'est pas beau, le monde. Et ça ne s'arrange pas. Pessimiste, moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monde est comme on le voit. Et je choisis d'en regarder les bons côtés...Optimiste moi ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. J'espère, Célestine, que tout ça, c'est des histoires et que tu n'es pas venue au Panthéon sans m'avertir, moi qui en suis voisin !

    (Sinon, la semaine dernière, un message se reduisant à "A" a été laissé sur un de les blogs par un nommé Celestin qui arborait le même oeil bleu que toi.

    As-tu été piratée ?)

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était qu'une fiction, là encore je te rassure.
      Je ne viendrai pas à Paris sans te voir, promis.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Cette chanson, c'est un fantasme. Revoir, savoir ce que sont devenus ces gens avec qui on a passé de si bons moments pour peut-être essayer d'en retrouver quelque chose. J'ai aussi un Gégé. Un Steph. Un Fab. Manu ne pourra pas venir ...
    Je connais cette Place des Grands Hommes de Bordeaux. Quand on y est, difficile d'imaginer la chanson de Bruel.
    Bises Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a marqué une génération, en tout cas.
      Peut-être parce que je me sens proche du dénommé Patrick B...au moins au niveau de la date de naissance...
      Je ne connais pas la place de Bordeaux, mais tu m'as donné envie de la connaître.
      Bisous Patrick R ❤️
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. En passant au bas de cette volée de marches, je vous ai reconnue. Mais vous ne m'avez pas vu, ni même regardé. Alors, je vous ai demandé ♫♫♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Erreur, c'est vous qui êtes passé sans me voir...Enfin, je vous aurais reconnu, tout d'même !
      D'ailleurs je vous ai chanté cela 🎶
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Zut, Patrick m'a "piqué" ma référence musicale ! ;)
    Mes yeux ne sont peut-être pas aussi de lynx que les tiens. Cependant, affublés de carreaux pour astigmates, il me semble voir que ce n'est pas des clarks que tu portes, mais des tennis en toile !
    Bon, j'ai tout de suite identifié l'ombre de Bruel qui planait au-dessus de ton texte. Alors comme ça, on n'attend pas Patrick... ? :)
    Figure toi, que cet été, j'y étais, place des grands hommes ! Le cagnard tapait fort. Heureusement le parc arboré diffusait une ombre bienfaitrice.
    Hormis la chanson qu'un certain Patrick m'a honteusement dérobée, je n'en ai pas d'autres sous la main.
    Grrrrrrrrrr. Si je l'attrape, celui-là ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Didier, tu aurais pu me chanter celle-ci, assez rigolote dans le thème...
      Mais c'est qui ce Patrick ? Je me le demande... ;-)
      Bisous de minuit
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Tu as raison, j'aurai pu... Mais je ne la connaissais pas. bien sûr, je l'ai trouvé sur le net, mais je mets un point d'honneur à n'utiliser que des chansons que je connais.
      C'est qui ce Patrick... ? il y aurait comme un air de ressemblance... ! ;-)

      bisous du soir

      Supprimer
    3. C'est vrai qu'il te ressemble beaucoup, ce Patrick, jusque dans sa façon d'utiliser les notes de musique pour les liens... ;-) ;-) ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Je voulais aussi que tu puisses l'identifier facilement... ;)

      Supprimer
  25. Bonjour Célestine, j'ai aimé ton texte. C'était de belles années, libres et joyeuses avec nos amis. Ces temps-ci, sachons prendre les jolis chemins de traverse en chantant, pourquoi pas. Cela fait le plus grand bien. Je te souhaite tout le meilleur Célestine.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La jeunesse est toujours un peu nimbée de merveilleux...
      Mais j'aime l'instant présent et je n'échangerais pas ma place contre aucune autre...
      Bisous doux chère Denise
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Des retrouvailles.....

    Cela fait toujours plaisir de retrouver
    un ami, une amie que l'éloignement physique estompe de nos pensées ....

    Je me rappellerai toujours avec émotion de ce jour de juillet 2018 au matin duquel cet ami, ce copain du Lycée, devenu chirurgien cardiaque réputé, vint me chercher comme futur patient, me sortant de mes pensées tournées vers le passé, par cette joyeuse expression "Oh Pierre, tu n'as pas changé.....!"

    Et pourtant ce n'était pas 30 ans, mais bien 50 ans qui s'étaient écoulés depuis nos derniers moments passés ensemble....

    Alors je comprends ce que tu as vécu que tu exprimes si bien...

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens de ton émotion quand tu l’as rencontré.
      Et il n’a pas fait que discuter, il t’a aussi soigné et ça c’est merveilleux.
      Je me souviens même que c’est en voyant une photo de moi à 25 ans que tu as pensé à ton ami Jean.par quelles facéties la vie nous surprend-elle parfois ?
      En tout cas ça fait plaisir de retrouver un vieil ami, quelles que soient les circonstances.
      Bisous tardifs

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est en effet là que la notion de synchronicite m'est apparue dans toute sa merveilleuse réalité : dès que ton regard sur cette photo m'a fait souvenir de celui de Jean, tout s'est enchaîné positivement jusqu'à la réparation de ma valve mitrale....
      Et tout est parti de là : j'avais ce fort souvenir de Jean parce que son regard sur le camarade de classe que j'étais différait de celui des autres. C'était tout simplement un regard respectueux, amical et dépourvu d'envie ou de mépris.
      C'est pourquoi j'ai soudain été saisi par le desir de retrouver Jean. Et le hasard (?) fit que Jean était devenu celui qui était le mieux à même de répondre à mon questionnement depuis plusieurs années : quand le problème cardiaque complexe de ma fuite mitrale allait-il etre portable ?
      Et reconnaître en Jean chirurgien l'etre que 50 ans plus tôt j'avais apprécié pour ses qualités humaines, voilà quelle fut ma plus grande joie.
      Cette joie créatrice qui m'inspire pour réaliser des portraits.... comme tu sais

      Amicalement

      Supprimer
    3. C'est très émouvant, en effet, de se savoir à l'origine de cette belle transformation, même si je n'ai rien fait pour, consciemment.
      Je suis heureuse de constater chaque jour ton évolution, cher Pierre.
      Bises amicales
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. Se retrouver, s’embrasser, se toucher, comme un rêve aujourd’hui…
    Retrouver mes vieilles connaissances, ce n’est pas une aventure qui me tente.
    L’adolescent que je fus, je ne le regrette pas.
    Je laisse mes amours et mes emmerdes dormir au fond de mes secrets.
    Le passé a fait ce que je suis aujourd’hui, aujourd’hui fait ce que je serai demain. C’est comme ça que j’avance. Seul l’avenir me tente.
    Bises du temps qui passe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’était qu’un exercice d’écriture avec pour base un tableau auquel j’ai adjoint la chanson de Bruel.
      Une chanson mythique tu as raison.
      Un fantasme que je ne partage pas forcément, étant comme toi davantage tournée vers demain, en te étant d’apprécier aujourd’hui.
      Mais il y a comme une sorte de curiosité à se demander ce que sont devenus ses amis ( comme dit Rutebeuf)
      Bises du soir tard
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Joli texte, on dirait que je suis là, au bout de la rue, à observer ces retrouvailles, et j'entends les rires, les questions, je vois les accolades, les sourires et les petites larmes d'émotion.
    Il y a quelque mois, une camarade de lycée, d'il y a 50 ans, m'a retrouvée via FB. Nous avons échangé, par écrit, au téléphone, nous envisagions de nous rencontrer cet été... et puis un jour elle a "pété un plomb" car je n'avais pas commenté une de ses publications sur FB !! J'ai compris que nous n'étions pas sur la même longueur d'onde et les retrouvailles se sont arrêtées là, je pense que l'on n'a pas évolué de la même façon... finalement nous n'avions pas grand-chose à nous dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les surprises ne sont pas forcément bonne dans ce genre de rencontre.
      Pour ma part, je ne suis pas certaine que je n'aurais aucune mauvaise surprise, à revoir des gens que je n'ai pas vus depuis si longtemps...
      Ce n'était qu'une fiction, tu l'auras compris.
      bisous Praline
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. C'est très émouvant et , cela me fait penser à l'émission de Patrick Sabatier "Avis de recherche" qui a inspiré plus tard , Patrick Bruel pour sa célèbre chanson "Place des grands hommes" que tu donnes à ouïr ici ce jour.Cela dit , tes vieilles clarks et ton sac en mouton retourné, çà devait avoir fier allure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais un look de l'époque, quoi...
      Pas certaine que j'aie encore envie de les porter.
      Bisous mon zicos
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. çà devait bien t'aller. Bonne fin de semaine , Célestine . je te réserve un exemplaire du disque ? bien hâte que tu le découvres !

      Supprimer
    3. Non, j'ai déjà acheté ton disque sur bandcamp.
      Pas de souci !
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. ah ! super ! et çà marche bien ? c'est la première fois que je le vends ainsi .. j'espère que le disque t'a plu , Célestine ?

      Supprimer
  31. C'est bien tourné, dès le départ on a la ritournelle en tête et c'est amusant de lire la version d'un autre personnage. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Olivia.
      Heureuse de te voir passer par ici. Il faudra que j'aille voir ce que tu proposes, j'ai un peu de temps en ce moment, confinement oblige...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je prends le temps de revenir lire les jolis blogs positifs. :)
      C'est une nouvelle formule d'atelier, et j'ai créé hier un groupe FB pour rassembler les participations, afin de faciliter les lectures et les échanges autour des textes écrits d'après les consignes. :)

      Supprimer
    3. Merci pour le compliment, Olivia. Je fais ce que je peux pour donner de la joie.
      Parfois, c'est difficile...:-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. C'est beau l'amitié entre femme et homme,

    RépondreSupprimer
  33. En tout les cas , foi de J@k-Octo, je te donne rendez-vous en 2030.
    Milles bisous ma très chère Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y serai, et je t'attendrai de pied ferme !
      Gros bisous ma Jak ! Prends soin de toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Une belle histoire de retrouvailles telle qu'on aimerait qu'elle se passe (sourire).
    Mes deux amies d'enfance, je ne les ai jamais perdues de vue, c'est assez exceptionnel. L'une vit à quelques centaines de mètres de chez moi, et l'autre à une centaine. Nous nous voyons régulièrement.
    Belle fin de journée à toi, Célestine. Bisous doux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet assez peu commun.
      Je n'ai pas gardé d'amie d'enfance, si l'on excepte ma cousine (celle qui a perdu sa maison dans la rivière) nous étions très amies quand nous étions enfant.
      Ma plus vieille amie date de mes 17 ans, je l'ai rencontrée en entrant à l'Ecole Normale.
      Bisous ma belle d'âme. Prends soin de toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  35. C'est toujours réconfortant de passer par chez toi, Celle-leste !
    Et tu as bien raison, ta parole est tellement liée au regard que tu t'offres de poser ça et là, sur le monde, qu'il fait bon l'affirmer, même - et surtout ! jusque sur la margelle du puits...
    Cadeau...
    https://youtu.be/CFEXVWvzG0U

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon Titi. Nous avons une frange en commun avec Sigrid...
      Et sans doute une grande sensualité, mais ça tu le sais.
      Bisettes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Exellente chute en forme de néologisme ! Ou quand Homi, Elu et Tru sont tombés du bateau, qui est-ce qui reste ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il reste Parri, Insecti, Géno, et plein d'autres. La famille est hélas assez grande !
      Bisous tardifs, mon oncle !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Coucou. Je pense que c'est super de se marrer pour rien! C'est une excellente qualité qui permet de passer dans cette existence en riant pour un certain nombre de choses, là où d'autres ne souriraient même pas. Je te souhaite encore 10 ans et plus de franches rigolades! Bises alpines riantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va plutôt dire trente ans !
      Sinon j'ai l'impression d'être vieille d'un coup !
      Et je t'en souhaite tout autant !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.