mardi 8 octobre 2019

Petites flammes dans la brume


Sous-titre : Souriez, vous êtes vivants !









Claire






Dans l'ambiance feutrée d'une jolie librairie, elle s'avance Claire, parée d'un turban et d'un sourire lumineux, droite, fière comme les femmes qu'elle dessine dans ses contes avec sa voix.
Des femmes de pays lointains, d'époques lointaines ou proches, en proie à l'adversité, aux prises avec leur féminité et le temps assassin qui galope. Dans les steppes. Sur les montagne ou la banquise. Partout. Elles n'ont pas le temps de mollir. Elles y vont.
Ses mots roulent comme des perles, des cristaux de givre, des grains de mil. Ses phrases tricotent des contes d'Afrique, d'Inde ou du Groenland.

Et parce que j'aime écouter des histoires, en lire, en raconter, m'en inventer, j'ai aimé ce moment suspendu aux lèvres de la conteuse. Claire Bonnaz, c'est son nom.










Lucile





Plus tard, l'on se retrouve autour d'un verre. Des habitués, des habités, des habitants, et moi qui ne connais personne encore (ou presque). 
Tiens, on me présente à une jolie femme très souriante. 
- Je vous connais, vous êtes Célestine Troussecotte, et je lis votre blog assidument.
- Wouah ! rosis-je d'émotion. C'est la première fois que je rencontre par hasard une de mes lectrices. Cela me fait tout drôle qu'elle sache autant de choses sur moi, alors que je ne sais rien d'elle. A part qu'elle s'appelle Lucile Avril, un pseudo de rêve, un nom d'aventurière, de poétesse, d'héroïne fière et rayonnante comme un printemps.
Je te remercie, Lucile, pour ce sourire doux et cette bienveillance que j'ai lue dans ton regard. Tu permets que je te tutoie ? Je tutoie toujours les étoiles, et les gens que j'aime.
Cliquez sur la photo pour découvrir sur quel billet Lucile est apparue ici pour la première fois. 







Laurent







Un autre jour, dans un salon du livre, il est là, parmi des auteurs très très sérieux, présentant des livres très très tragiques qui parlent de choses très très noires. 
Lui a un visage rond et franc et un sourire d'enfant un peu lunaire. Il tranche. Il dénote. Ça fait du bien, soudain, un peu de feel good  dans ce monde brutal !
Quand je lui demande s'il a fait une école d'art, il me répond avec humour :
« Je suis comme Guy Degrenne, depuis tout petit je dessine dans les marges de mes cahiers ». 
Chacune de ses dédicaces est une véritable création, qui lui prend un temps infini. C'est beau à regarder, cette application, on s'attendrait presque à le voir tirer la langue en dessinant, comme un gosse. Et en même temps quel talent !
Il s'appelle Laurent Bret. Dit Lolo. Il publie pour les enfants. Les petits. Et aussi pour les grands enfants que nous sommes toujours, vous et moi.
Et surtout, surtout, il sourit. 


91 commentaires:

  1. Finalement, nous ne sommes faits que de rencontres !
    Je le sais : je t'ai rencontrée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les rencontres sont toujours uniques, et le fruit de tellement de hasards que cela donne le tournis...
      Sur le net on ne sait plus comment, un matin, on s'est retrouvés à discuter avec l'un ou l'autre. Il en reste que les amitiés sont les mêmes que dans ce que l'on appelle la « vraie vie » et souvent même, beaucoup plus gratifiantes. Peut-être parce qu'on y parle d'âme à âme.
      Tu es mon Boss et tu sais que pour moi, c'est un mot d'amour.
      Kisses
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. C'est beau toutes ces rencontres. Cela nous fait grandir. Mais alors pourquoi est-ce que j'aime autant ma solitude? Tiens, je vais y réfléchir. :-) Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu poses là un sujet philosophique qui me tient à coeur.
      Tu aimes la solitude comme je l'aime, c'est à dire choisie, et en toute conscience d'être aimée et appréciée. Tu ne manques d'ailleurs jamais de parler de ton amoureux dans tes billets...
      Un besoin fondamental de se ressourcer, d'être seule à seule avec soi-même, dans le doux et le feutré d'une méditation contemplative, voilà le secret de l'équilibre. C'est la solitude de l'artiste, mais les rencontres viennent nourrir la création tout autant.
      C'est une richesse de savoir apprécier les deux.
      Chaque jour, j'apprends à m'en réjouir, et à alterner les phases de fusion et les phases de repli.
      Bises célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est bien cela: être bien avec soi-même, s'en réjouir avant d'être bien avec les autres. ;-)

      Supprimer
    3. Un équilibre quasi parfait !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. C'est chouette, hein, de rencontrer des gens qu'on ne faisait qu'imaginer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est super chouette. Je n'oublierai jamais ce petit bar montmartrois, le comptoir luisant et la buée sur les vitres. Il faisait un temps de chien, mais j'ai senti la chaleur humaine à travers ma peau, et c'était bon !
      Tendres pensées et doux souvenirs...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est vrai que c'est bon les belles rencontres ! Les vraies, celles où l'on sent au travers de toutes nos cellules l'Humain. Ça fait bien longtemps que cela ne m'est pas arrivé ... Il faudrait que je sorte d'avantage.
      Bises tendres Célestine.

      Supprimer
    3. Oui j’aimerais te rencontrer grande soeur ...
      Un jour de printemps à Paris ... pourquoi pas ? 😘
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Les étoiles, bien sûr, qu'on les tutoie. Mais pourquoi s'obstine-t-on à les représenter avec des pointes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une pensée de poète qui ne déparerait pas le livre de Franck Prévot : «Des pensées sans compter »
      Et tu as parfaitement raison.
      D'autant qu'avec leurs pointes, elles risqueraient de crever l'oeil de la nuit, le fameux oeil de la nuit que parfois, on n'arrive pas à fermer... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Il arrive que lors d'une rencontre la vie se met à pétiller, ça fait tellement de bien Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma vie est un pétillement, ça fait pshhhhh ! et j'aime ça.
      Mais avant-tout c'est un état d'esprit. je pars toujours le coeur au vent, ouverte aux cadeaux et aux rencontres. Il est bien rare que je ne fasse pas mon miel de chaque découverte.
      Et si ça ne pétille pas, je n'insiste pas.
      La vie, c'est des coups de coeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Très jolie page-hommage à ces trois artistes. Ils ont bien de la chance de t'avoir comme lectrice, spectatrice, admiratrice !
    Les rencontres "en vrai" nourrissent l'élan vital et la reconnaissance du coeur et de l'esprit.
    Comme c'est beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chance est partagée. le monde est rempli de gens intéressants, riches de coeur et d'âme.
      Même si on essaie de nous faire croire le contraire...
      J'ai été touchée par le billet de mon amie Sabine, parce qu'elle exprime ce ras-le-bol du négatif, du moche, du dur, du sombre.
      La vie est belle et pétille. Laissons-nous aimer...
      Bisous mon eMmA
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Puisque la beauté est rencontre,
    toujours inattendue,
    toujours inespérée,
    seul le regard attentif
    peut lui conférer
    étonnement, émerveillement, émotion,
    jamais identiques.

    François Cheng

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup les pensées de François Cheng.
      Elles se tournent vers la profonde beauté de la vie, plutôt que vers sa laideur.
      C'est rassérénant.
      La vraie beauté est élan même vers la beauté, fontaine à la fois visible et invisible, qui jaillit à chaque instant depuis la profondeur des êtres en présence.
      Merci Marie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Le sourire, arme de séduction massive.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas le sourire en boite qui comme le rire en boite façon émission de télévision à rire obligatoire me donne des envies de meurtre, massif.

      Bleck

      Supprimer
    2. Ah non, surtout pas de carton-pâte, de figé, de contraint, de factice, de botoxé, d'hypocrite.
      Rien que du naturel, palsambleu ! ;-)
      Chouette quand t'es là, grand Bleck.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Que serions-nous sans ces rencontres qui raniment la flamme de notre âme comme on ranime celle qui ne s'éteint jamais sous l'Arc de l'Amour artistique.
    Heureux ceux et celles qui ont des artistes–créateurs dans leur entourage. C'est-à-dire beaucoup d'entre nous, qui ont l'art de cultiver le singulier de leur être. En le partageant avec d'autres il devient pluriel, pour la grandeur d'âme de l'humanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ce que tu dis. C'est simple et universel.
      L'art de cultiver le singulier de leur être...Quelque part, tu m'as montré le chemin de cette formidable activité.
      C'est doux et espérant.
      Ça fait du bien...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
  10. Quelle belle manière de raconter la vie, les rencontres, ... cette poésie dans l'émotion de chaque mot si bien choisi... bravo Céleste pour cette découverte plus particulièrement Claire Bonnaz qui me touche car elle se souvient de ses trésors éparpillés. A suivre. Claire de Peau, Inuk.... merci pour toute cette symbolique qui nourrit notre âme en ces temps difficiles dentelés de pleurs sur un front silencieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as l'occasion d'aller écouter ses cinq contes de femmes, tu apprécieras sa gestuelle, sa voix veloutée et parfois déchirée d'un morceau de caillou, ses yeux qui illuminent la scène.
      J'ai flashé sur elle, moi aussi.
      Pour d'autres raisons, j'ai apprécié le dessinateur, et bien sûr, de manière encore différente, j'ai beaucoup aimé rencontrer Lucile, peut-être parce que je sais que je la reverrai. Le libraire, qui est un homme pétri de bonté et d'intelligence, va nous organiser une rencontre autour d'un repas, ce sera bien.
      j'espère que ta dernière phrase ne cache pas trop de mal être. Tu mérites tellement de souffler un peu, ma Den.
      Je t'embrasse fort
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
    2. Merci Célestine. Moi je vais le mieux possible, mais nous avons un gros souci de santé pour Ber... l'un après l'autre .... incroyable. Moi je suis sortie d'affaire... pour Ber nous attendons et nous accrochons.... espérons !
      bonne soirée.
      Moi aussi je t'embrasse fort ❤️.

      Supprimer
    3. La loi des séries... 😔
      Je pense fort à vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Ils font du bien tes portraits; ils réchauffent : on sent que tu les aimes les gens enfin ceux qui scintillent tendrement comme les étoiles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai une particularité : j'aime les gens. Sans a-priori. Même ceux qui ne scintillent pas.
      Mais il est vrai que ceux qui me font du bien ont une place de choix dans mon paysage affectif.
      Comme toi, ma petite miss
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Les rencontres, certaines nous accompagnent toujours, parce qu'il y a eu ce je-ne-sais-quoi d'intime et d'intuitif, qui fait frissoner de joie : non non, ce n'est pas une rencontre, c'est une trace.

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une trace comme de la poussière cosmique, oh oui, que c'est bien dit, ce frisson de joie, oui c'est ça.
      Merci sorella, tu as toujours les mots parfaits !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Oui, je peux sourire car si j'ai mal à mes genoux (ah j'aime tes genoux, comme la chanson), si mes mains me rappellent à l'ordre, si mon dos ne couine pas depuis peu, c'est que je suis, donc, vivante ! Et souriez, que diable !
    Un peu comme je l'aurais souhaité pendant ma cure de tous ces curistes, mal-appris, grognants, orgueilleux, tous de ma tranche d'âge voire plus. J'allais alors vers ceux qui affichaient un doux sourire, patients, et aimables et qui répondaient à mon "bonjour". Comme me l'a dit une dame âgée (83 ans), congolaise : "ils ont oublié ce qu'ils ont appris..." en parlant de tous ces seniors. J'ai croisé, durant cette cure, des êtres que j'aurais souhaité retrouver dans mon cercle d'amis.
    lou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait mon père avec son humour habituel, « à partir d'un certain âge, si un matin tu te réveilles et que tu n'as mal nulle part, c'est que tu es mort »
      Les Africains ont gardé une sagesse par rapport au temps qui passe, un certain fatalisme que notre société a peu à peu oublié...
      On fait le tri entre les grincheux et les aimables, et finalement on garde les seconds, parce que ça fait du bien !
      Bisous chère Lou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Vous êtes un blog «  feel good » et cela fait un bien fou.
    Vos nouvelles du monde sont agréables et j’aime me réveiller et trouver un nouveau billet de vous.
    J’aimerais, un jour, vous rencontrer par hasard comme votre lectrice.
    Mais mon coeur ferait de tels bonds dans ma vieille poitrine que ce ne serait pas raisonnable .
    Je vous embrasse ma précieuse
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui sait peut-être un jour vous me verrez et vous me reconnaîtrez : moi pas, puisque je ne vous ai jamais vu.
      Ou alors nous garderons à jamais nos mystères respectifs, et ce sera bien aussi.
      Bien à vous, mon fidèle ami
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Nous sommes faits de rencontres, pour le partage.
    Une vie comme une aventure, en prenant le temps de prendre son temps, de regarder les autres, de boire leurs différences jusqu'à l'ivresse du bonheur d'être simplement ensemble.
    La vie que j'aime!
    Bises en partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vie que nous aimons, parce que nous aimons LA vie tout simplement.
      Alors on saisit chaque opportunité de vibrer à des choses nouvelles qui apportent de l'air frais à notre quotidien.
      Bisous cher poète
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Bonjour Célestine,
    Tu es lumineuse, chaleureuse et, j'espère, heureuse...
    Cela ne m'étonne pas que tes rencontres fonctionnent bien, tu dois y être pour beaucoup.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie à tous ces qualificatifs en -euse
      Et curieuse, amoureuse, joyeuse, délicieuse et sérieuse comme le plaisir!
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Comme toi, j'aurais aimé ces rencontres. J'aurais aimé la voix de Claire, les yeux de Lucile et le sourire de Laurent. Comme toi j'aime les passionnés, ceux qui aiment, les histoires, la vie, les dessins, l'écriture, la poterie ou la cuisine, et qui savent partager, comme toi!! Bises à toi Célestine étoilée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est pareilles toutes les deux.
      Voilà pourquoi j'aime te lire.
      Bizou ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Bonjour Célestine, ton billet fait du bien et j'imagine ton bonheur de parler avec ces personnes. Hier, par exemple, lors de ma promenade en quête de couleur, j'ai parlé avec un jardinier dans un petit parc public. Il était agenouillé en train d'enlever les mauvaises herbes tout en m'expliquant ce qu'il allait replanter. Un mot en entraînant un autre, il me dit qu'il attend que les arbres prennent de belles couleurs pour descendre en bateau avec son fils sur le Rhône, ce qui est une très jolie balade pour l'avoir faite. On se dit au-revoir et bon après-midi. Puis plus loin, près d'une église, je vois une dame d'un certain âge planter des bruyères pour égayer le coin, me dit-elle et nous parlons un moment.
    Ce sont des instants qui illuminent une journée. Merci pour ton billet chaleureux.
    Gros bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes des êtres éminemment sociaux, et nous avons besoin les uns des autres. Les gens qui disent qu'ils n'ont besoin de personne me font bien rire.
      Ce sont sans doute des gens qui ne mangent pas, ne boivent pas, ne tombent jamais malades, ne trébuchent pas, ne lisent pas, ne conduisent pas... la liste est infinie !
      En réalité, à chaque instant de notre vie, quelqu'un est intervenu pour que nous puissions vivre cet instant...
      Prendre un peu de temps chaque jour pour aller vers les autres, c'est rendre un peu de ce que l'on nous donne au centuple.
      Des cendre le Rhône en bateau, voilà un projet qui me plairait bien...
      Bisous ma rêveuse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Comment Fée Lestine pourrait-elle ne pas faire des rencontres extraordinaires...? :-)
    Ti bacio forte Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une de mes rencontres les plus extraordinaires...
      Je n'arrive pas à me dire que j'aurais pu ne pas te rencontrer...
      Ti bacio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est quoi ce bonhomme tout rouge dans ma glace de salle de bain?
      Une rencontre de ce genre est extraordinaire sur ces deux faces.
      Au temps d'Alpharèves, nous avons quelque peu revisité une certaine parabole, pour (je l'espère) notre plus grand bien réciproque...
      Ti voglio bene Cara

      Supprimer
    3. Je me prends à regretter parfois ce temps...juste fugacement, quand tu me manques trop...
      Tu es là, toujours, et tu es unique au monde, comme le Renard du Petit Prince.
      Ne rougis pas, mio amico, tu sais bien que tu le mérites.
      Ti voglio bene anch'io.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
  20. J'adore ces rencontres inattendues qui nous mettent le coeur en ébullition. Moi, cela m'arrive plus souvent encore quand je vais quelque part avec des pieds de plomb et que j'en reviens avec des ailes. A tel point que quand je pars sans envie, je me sermonne en pensant à tous ces retours ailés....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais c'est vrai, j'ai ressenti cela toute ma vie : on va dans un endroit en se disant que ça va être ennuyeux, (mais de moins en moins) et puis la magie opère...
      Big kisses sister❤️
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. J'ai surtout retenu de ton texte que tu aimais les rencontres littéraires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant que libraire je suis sure que tu comprends.
      Mais j’ai fait aussi des tas de rencontres non littéraires et tout aussi intéressantes !
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. de surprise(s),
    et bien oui d'abord cette petite cabane au détour d'une route vagabonde dans le Vercors cet hiver,dont nous avons étonnement partagé l'instant poétique,
    et quelques mois plus tard , " en vrai" ...

    en sourire(s)
    je paraphraserais volontiers cette jolie pensée de Christian Bobin " tu ne peux pas sortir comme cela , toute nue sans t'être habillée d'un sourire",( en attendant de la retrouver in extenso )
    et prochainement donc
    petite suite en sororité pour les mots écrits ,lus, écoutés et à venir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Surprise de trouver ton commentaire ce matin, hier j'étais en vadrouille dans un endroit (encore un) extraordinaire que tu aurais aimé !
      Des vignes, des lavandes, quelques oliviers, et une transparence de l'air exceptionnelle, sans les ondes qui certes, permettent de belles rencontres, mais qui empêchent parfois la communication tactile.
      Là, pas de souci : nos hôtes étaient pétris de cette humanité terrienne si essentielle, une connexion à la terre qui va plus loin que les effets de mode des citadins venus se mettre au vert.
      Quelque chose d'authentiquement...authentique !
      j'adore Bovin, autre point commun !
      Bises célestes, chère Lucile.
      Reviens quand tu veux, la porte est toujours ouverte et tu parles de qualité.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. La Rencontre

    Jeudi passé je rentrais d'Annecy.
    La veille au soir je venais d'apaiser ma soif de rencontre en savourant celle toute fraîche de deux jeunes, de 'Deux Moi', ce film que j'ai bien aimé....
    Ce jeudi soir donc, reprenant le train, je m'étais installé à l'étage, en cet espace ouvert de 5 places propice aux rencontres.

    Deux Rumiliennes se sont assises temporairement à côté ou en face de moi.

    J'ai apprécié d'abord la fraîcheur des propos de cette jeune fille de 18 ans. A cette époque où la violence semble devenir l'ordinaire de certains de nos contemporains, je fus stupéfait d'entendre qu'elle ne regardait aucun film mais plutôt la série 'Plus belle la vie' , car elle "redoute de se fourvoyer en recevant la violence des films interdits aux moins de 12 ans...."

    L'autre femme , une Quadra tres sympathique, me captivait, elle, par son active consultation de documents et sa consciencieuse prise de notes.
    Le stylographe qu'elle laissa un instant tomber au sol me donna l'occasion d'engager la conversation.
    De manière naturelle elle entreprit de me répondre en m'expliquant qu'elle et son mari prenaient part à des séances de jeux de rôles. Elle se préparait à celui du week-end, qui allait rassembler pres de 60 participants, chacun devant se préparer à assumer un rôle et une série d'enquêtes au sujet d'un meurtre.....

    Comme toi, Céleste, j'adore ces rencontres inopinées. Je n'habite qu'en proximité de petites communautés . Je n'ai pas au contraire de toi l'occasion d'assister à des rencontres littéraires.
    Aussi je cultive le regard ouvert sur le spectacle ordinaire de la vie.
    Mon rêve de dessinateur en cours de perfectionnement est de pouvoir témoigner par le crayon d'aussi belle manière que toi avec ta plume poétique...

    Chaque jour je célèbre avec joie celui de notre rencontre.

    Merci pour tous tes partages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà deux rencontres qui auraient fait le miel d'un billet sur les rêveries du Petit Prince, non ?
      Non que je ne sois pas ravie de les voir figurer en bonne place dans mes commentaires : le tien démontre, s'il en était encore besoin, que l'on est loin du « bonjour-bonsoir-merci » et que la réflexion et la philosophie sont les invitées de marque auxquelles je tiens par dessus-tout.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Un nouveau billet sur mon petit blog ? Pourquoi pas.... Il est vrai que ces deux rencontres m'inspirent des réflexions qui demandent encore à mûrir un peu....justement pour permettre au Petit Prince de guider mes pas...

      Merci pour la suggestion
      Bises

      Supprimer
  24. Ah, les rencontres….C'est la vie. J'aime beaucoup connaître, découvrir, écouter….Je suis curieux des autres. Je crois qu'il n'y a pas de hasard dans les rencontres. Ce sont souvent des petits cialloux qui indiquent le chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous faisons partie de la même espèce d'homo sapiens : ceux qui s'intéressent, sous la croûte austère parfois des apparences, à ce qui se cache en profondeur sous les êtres.C'est souvent plus palpitant qu'un polar... ;-)
      Bisous cher Daniel
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. pour la justesse des mots de Christian Bobin
    " d'abord commencer par le plus urgent : vous ne pouvez pas sortir ainsi, sans aucune âme à vous mettre, sans aucun rire au fond des yeux..."
    tellement plus subtils !

    ce pourrait aussi être des éléments de portrait pour celles(s)qui s'y reconnaitrai(en)t...une fois ainsi (vêtues)....sourire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'y reconnais, je t'y reconnais avec bonheur. L'âme affleurante est un fil rouge à qui sait regarder...
      Merci d'être revenue préciser la (magnifique) citation de ce grand poète.🖤
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Ce sont de bien belles rencontres! Merci pour ce partage ♥
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, Cathy, et je sais que tu y es sensible.
      Elles méritaient bien un billet...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Cette Lucille-là n'était pas très gentille !
    Elle devait s'appeler Lucille Novembre...
    https://youtu.be/F08faw-qP48

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Dolce Vita
      Je te rajoute à mon totem avec plaisir.
      Tu as raison, cette Lucille était-elle la soeur de Tom ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Les petites flammes dans la brume ont le pouvoir de scintillement qui va au-delà de notre perception. C'est pourquoi les rencontres ne sont pas toujours fortuites.
    Les belles rencontres arrivent très souvent aux bons moments, parce que nous y sommes disposés. Sans cette disposition, on peut passer à côté, purement et simplement.
    Il a a aussi des personnes qui ont le contact facile ; je crois bien que tu en est une.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me rappelles un billet d'alpharêves sur le dieu Kairos...
      Te souviens-tu ?
      Il est un dieu grec dont la chevelure ondule au vent des mers profondes, un dieu furtif que l'on risque de ne pas apercevoir si on garde la tête vers l'ornière du sol.
      Il passe, en silence feutré. Mais on peut le saisir aux cheveux, c'est tout l'enjeu de ce moment unique, opportun. La décision doit être rapide car il n'attend pas. C'est une bonne fortune qui surgit et s'évanouit aussitôt.
      Ce dieu mystérieux, inquiétant, c'est Kairos.
      Le croiser est une félicité...et savoir prendre sa chance, repérer l'occasion favorable de changer de cap, de virer de bord, de donner un souffle à sa vie, une vraie gageure.
      Je réalise combien fugace a été l'instant où tout a basculé pour moi.
      Cette minute ineffable où le pied a quitté le plongeoir.
      Je réalise à quel point j'ai eu de la chance.

      Merci et bisous mon ami du jour comme de la nuit
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je ne me souviens pas de tout, c'est pourquoi je conserve sur un coin de mon bureau Louis XVI, un précieux aide mémoire...
      Je me suis tellement investi dans ces billets-là, libre rencontre avec soi-même, que je me demande parfois si je serais encore capable de commenter ?
      Du coup, je suis retourné lire. Effectivement, mon commentaire d'hier ressemble à celui d'avant hier...
      Je suis donc bien moi 😉

      Je t'embrasse

      Supprimer
  29. C'est fascinant, tous ces gens qui content, qui écrivent, qui dessinent, qui lisent, qui rendent la vie agréable.

    Je crois que c'est ça que je vais faire, comme métier, plus tard ! ;-)

    PS. Tu es bien, toi aussi, comme journaliste, Céleste nièce ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu conscience, en écrivant mon billet, que ce que j'ai considéré comme un peu exceptionnel était en réalité ton quotidien.
      Et tu as bien raison, c'est fascinant.
      Merci à toi de m'avoir donné le goût du reportage, mon oncle.
      Bises de pigiste
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Des petites flammes dans la brume, des étoiles dans le cosmos qui entretiennent vaillamment le feu de la création !!! MERCI la vie pour ces cadeaux qui viennent à nous, merci à toi céleste Célestine. Doux doux week end. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, ma Plume.
      J'aime ton enthousiasme et tes émerveillements.
      Bisous ravis
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Quelle star tu fais...tu es plus connue que la jolie dame qui te connais par ton blog si ça se trouve. Guy Degrenne, je ne sais pas si cela existe encore, on n'en entend plus parler mais je me souviens bien de la publicité de l'époque...
    Bisous du jour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Star, n'exagérons rien...Disons que ma longévité sur les blogs finit par me faire connaître...
      Je ne sais pas moi non plus pour Guy Degrenne. Cette pub était bien faite en tout cas...
      Bisous du lendemain !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Je suis quasiment sûr d'avoir vu des articles Guy Degrenne en vitrine, chez moi;)

      Supprimer
    3. Eh bien oui, il existe toujours et pas que dans ton coin perdu... :-P
      Bisous l'ami
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Mon coin perdu !!! C'est quand même une capitale, depuis cinq siècle !

      Supprimer
    5. C'était de l'humour, hein... :-P

      Supprimer
  32. Ces rencontres sont des petites touches de couleur dans notre vie, elles font chaud au coeur et elles sont bienfaisantes pour l'esprit. Tu as eu la chance de croiser ces personnes et elles ont eu la chance de te croiser, elles aussi. (sourire)
    Merci pour ce joli billet, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chance, c'est souvent une question d'opportunité...et lorsqu'on les multiplie, on a plus de chances de faire de belles rencontres...
      Merci pour ce joli commentaire tout plein de ta gentillesses, ma Françoise
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. j'aime aussi écouter des histoires. Beau dimanche Céleste, ici il pleut

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La pluie est un bienfait du ciel !
      Bisous les bestioles, merci de passer de temps en temps
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. Cela me rappelle ta rencontre avec une sculptrice belge que tu as tout de suite tutoyée ainsi qu'avec une actrice française qui, disais-tu, se "la pétait" et ne savait même pas ce qu'est un blog. Il faut certaines rencontres pour que d'autres nous paraissent encore plus belles et riches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens tout à fait de ces deux rencontres...L'une pleine de soleil, et l'autre noire comme un cul de basse fosse... ;-)
      J'aime bien ta dernière phrase❤️

      Supprimer
  35. Le sourire est un don qui ne coûte rien et peut ensoleiller une journée....Ce sont 3 belles rencontres que tu as faites là et c'est toujours agréable de se trouver face à des gens intéressants et simples.
    Belle journée et merci pour ce partage!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le sel de la vie, et je suis avide de ce genre d'expérience humaine.
      C'est sans prétention, souvent sans lendemain (quoique...pas toujours) mais ça met du soleil dans les coeurs...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  36. Voilà de bien jolies rencontres qui donnent le sourire, et plus encore lorsque c'est toi qui les décris ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci belle Landrynne.
      Je sais que tu es sincère et ça me touche
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.