jeudi 20 septembre 2018

Curiculum











J'ai été réparatrice en ailes de papillons et libellules. Je travaillais à mon compte, bien installée sur une feuille de nénuphar. J’ai dû parfois parcourir des lieues afin de me réassortir en poudre pour Morpho Cythéritis, le roi des Lépidos. Ce bleu si splendide, irisé et magnétique ne pousse pas sous le sabot d’un cheval, hélas, mais plutôt sous celui d’une licorne. Et de nos jours, c’est une galère pour en trouver…
Plus tard, j’ai été allumeuse de vers luisants et de lucioles en ligne, en ligne directe avec la pleine lune bien sûr. C’est là que j’ai bifurqué un moment vers le métier de tisseuse de rayons argentés. Mais cela me donnait des migraines ophtalmiques, et j’ai dû renoncer.
Alors, je suis devenue épousseteuse de souvenirs, délicat travail d’orfèvre, qui nécessite le maniement adroit d’un plumeau spécial en poils d’âme nésie. C'est tout un art de chasser les mauvais souvenirs sans toucher aux bons !
Mais à force de me chatouiller les narines, cette poussière d’images anciennes un peu frelatées me provoqua des rhinites terribles, et une nouvelle fois, je dus changer d’orientation.
Je répondis à une annonce qui recherchait une empêcheuse de tourner en rond. Mais mon profil altruiste ne convenait pas. En revanche, pendant quelque temps, je fus distilleuse de larmes de saules pleureurs, très utiles dans la confection d’élixirs de joie. Mais les saules arrêtaient de pleurer en me voyant, et se fendaient le tronc : ce fut un fiasco.
C’est là que j’ai enchaîné les expériences professionnelles : rouleuse de R, metteuse de point sur les i, passeuse de rêves, dompteuse de puce électronique, peigneuse de girafe, tourneuse de pages et cireuse de bottes de sept lieues. J’ai même été raccommodeuse de vaisselle pour scènes de ménage : ça marchait bien !
Aujourd'hui, j'ambitionne de devenir doreuse de pilules, mais la formation est ardue. Et vous ? Un métier vous tente, dites ?



Pour les Impromptus Littéraires, sur une idée d'Andiamo : les petits métiers d'antan.
Dessin d'Anne Montel.

119 commentaires:

  1. Excellent CV ! Je crois que je t’embaucherais tout de suite !
    Pour ma part j’ai souvent été enfonceuse de portes ouvertes mais c’est un métier fatigant mine de rien...
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, il y a aussi pourfendeur de moulin à vent, mais c'est déjà pris par Don qui shoote...
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ah ! Je peux t'aider !
    Je connais plusieurs professeurs susceptibles de t'enseigner la dorure de pilue !
    Le plus connu et le plus efficace reste le candidat à la députation ou à la présidence de la République.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lesdits candidats sont aussi très forts comme rouleurs dans la farine.
      C'est un art subtil qu'ils pratiquent de main de maître... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Coucou Célestine. Ton texte se lit comme une petite sucrerie que l'on mange pour agrémenter le café du matin. Doux et suave, glissant sur la langue, fondant ensuite, c'est un petit bijou de rêveries.
    Dès les premiers frimas, je me transforme en tenancière de restaurant pour les petits oiseaux transis. Je leur offre le gîte et le couvert et j'apprends leurs petites chansons. Je leur chantonne également des airs et au printemps, nous faisons un petit concert d'adieu lorsqu'ils retournent dans les arbres pour y construire leur nid. C'est un beau métier! Bises alpines et belle journée.

    P.S. Est-ce toi qui a fait le dessin qui illustre ton texte?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien que ce soit moi qui aie dessiné...mais c'est une dessinatrice talentueuse qui s'appelle Anne Montel...
      Je suis contente d'avoir ensoleillé ton petit déjeuner ce matin, avec mes rêveries poétiques.
      Et j'aime beaucoup ton métier d'enlumineuse d'oiseaux.
      Bisous ma frangine des Alpes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Alors tu devrais éditer un livre avec elle. ;-)

      Supprimer
  4. Aujourd'hui, aspirateur de retraite méritée, je me garderai bien de priver un jeune d'emploi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais cher Yves, c'est très altruiste cette position !
      Je plussoie ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Que c'est rafraichissant, un texte pareil au réveil... je vois que tu n'as jamais hésité à changer de casquette, tu devrais trouver un nouvel emploi in a jiffy!
    Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie sorella, rafraîchissant oui, frais, léger.
      In a jiffy je me suis sentie bien en écrivant ce billet.
      J'adore mes petits délires poétiques...
      Baci bella ragazza
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. J'ai adoré ton CV, une merveille!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais plaisir, Marie.
      Je file voir ton actualité.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Joli CV. Empêcheuse de tourner en rond me plait bien comme reconversion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Heure Bleue
      Oui, je pense que ce métier te va à ravir ;-)
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Moi je suis poseur de rêves, je me glisse en catimini (et en pantoufles du Docteur Jeva), dans la chambre des jolies Dames, j'effleure de ma bouche leurs jolies lèvres, et leur insuffle des rêves câlins.
    Messieurs quand vos épouses se réveillent le sourire aux lèvres, ne pensez pas que c'est votre "bachotage" sur l'oreiller de la veille qui les rend épanouies, dites vous que je suis passé par là ! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai senti un léger souffle passer cette nuit ...C'était donc toi ?
      Bon j'en suis restée un peu aphone, mais j'accuse injustement le courant d'air venant de la fenêtre laissée imprudemment ouverte...En réalité le poseur de rêves était passé par là. ;-)
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Si la nuit dernière j'étais passé te voir, crois tu que je serais reparti ?

      Supprimer
    3. C'est dans la charte du poseur de rêves, ça ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. je frétille devant ton texte que je trouve très beau!
    pour moi, ce sera "liseuse tout haut et en marchant" hihi
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras intérêt à t'associer avec un aplanisseur de chemin pour liseuses qui ne regardent pas où elles mettent les pieds... ;-)
      J'aime te voir frétiller chère Sylvie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Bon CV, mais n'oublie pas de traverser la rue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol ! je crois que ça va le poursuivre longtemps, cette erreur ...que dis)je ? cette bourde monumentale...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Quelle merveilleuse Céleste.... tes mots goûtus coulent le long de ma colonne verte-et-brale et glissent en petits sauts guillerets en vitae à l'italienne et je palpite pantoise sous la guitare bambou savoureuse qui pêche l'inaccessible rêve qui passe en demi-lune.. comme un parfum d'enfance en corde et bois en sons si mélodiques m'entraîne prest'aimant ...
    Merci ma chère d'Âme !...
    ..peut-être cueilleuse d'or-aure et d'aube naissante.....

    bisou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cueilleuse d'or-aure c'est étonnant et tout à fait toi, chère Den.
      Et comme tu tresses les mots comme jamais, je te nomme ma tresseuse de mots officielle.
      Bisous étoilés

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'aure.... je voulais dire "l'avant-brise du matin" (expression empruntée à Châteaubriand) teintée d'or sur le rebord de l' horizon..
      ...tresseuse de mots, ça me plaît Célestine... merci.
      Bisous retournés vers toi.
      Bon we...

      Supprimer
    3. Merci douce amie
      Passe un beau week-end toi aussi, au pays des cistes et des lavandes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Poseur de lapin. Alors je sais bien que ce métier n'est pas très cool. Mais il y a poseur de lapin et poseur de lapin, selon que celui-ci est blanc ou pas.
    J'adore ta petite autobio "carrollienne".
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé hé ! tu me connais bien Patrick. Tu connais mon goût pour la philosophie Alicienne...
      Poseur de lapin, j'adore !
      enfin, tant que ce n'est pas à moi que tu les poses ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Mon second fils vient de me dire : "Arrete de te faire dorer la pilule par tous ces vendeurs de sables mouvants qui s'entetent a rechercher des pourquoi au lieu de se concentrer de tomates a rechercher les comment"...

    Ben moi j'ambitionne quand meme d'exercer le beau metier de gommeur de pensees negatives.... Pis avec mon copain Tistou le fleureur d'amour je transformerai tout ça en vibrations affectives et respectueuses de tout etre..

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ce que dis ton second fils. il a de l'humour en plus...
      Gommeur de pensées négatives et fleureur d'amour : je te reconnais bien là, cher Petrus !
      Deux très jolis métiers
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Merci Adrienne, ton enthousiasme me touche
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je n'ai fait qu'amuseur pour ma plus grande satisfaction ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mon Boss, c'est le plus beau métier du monde...et un gage de succès, comme tu le sais , femme qui rit est à moitié dans ton lit... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Surveillant de grande aiguille
    Avanceur de schmilblick
    Tireur d’épingle du jeu
    Changeur de fusil pour épaules
    Serrurier pour clé des champs
    Veilleur de jour
    Fabricant de plats pour pied
    Rentreur de gonds

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es d'une polyvalence incroyable, cher K ;-)
      J'adore « avanceur de schmilblick » et « serrurier pour clé des champs » ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Pour moi ce serait défaiseuse d'images
    comme dans la divine chanson ci-dessous :
    https://www.youtube.com/watch?v=5vTNP1p6lwo
    kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sublime en effet. Merci beaucoup pour cette découverte.
      C'est vrai qu'on se définit beaucoup trop par rapport aux autres. C'est sans doute au terme d'un long chemin que l'on peut dire « je suis » sans rien ajouter après.
      Merci kéa, j'apprécie vraiment
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Je me suis reconvertie quelques années avant la retraite : je suis chercheuse en vie meilleure et je n'ai jamais regretté cette reconversion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends chère mathilde.
      Et c'est une activité qui fait beaucoup de bien.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Oh que j'aime :)
    Je reconnais ta douce et chantante poésie
    Quel vaste panel de compétences, transférables en plus !
    Tu es retenue !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Venant de toi, dont es ressources humaines sont la source, cela me touche vraiment
      merci ma CloudY;
      Bises émues
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Joli portrait !

    Moi j'ai toujours voulu être négociant en virages mais je n'ai pas pu : je file droit, même les mauvais cotons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Négociant en virages, mouarf !
      Je reconnais bien là ton humour, mon oncle putatif !
      Et si tu files droit, tu ne seras jamais friseur de correctionnelle ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bonsoir Célestine,
    remarque : tourneuse de pages (de musique), ça existe pour assister des gens qui jouent du piano.. J'ai vu un film ou l'une d'entre elles était en vedette.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comment ?😊 Tu insinuerais donc que mes autres métiers n'existent pas ? Rhôô ! 😁
      Le film « la tourneuse de pages » avec Karin Viard: une merveille !
      En fait, je penser aux pages que l'on tourne dans la vie...
      Bisous belle jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. C’est trop mignon ! Moi après avoir sauvé des coccinelles dans les piscines et les escargot du goudron je me tenterai bien à déposer mon cv pour allumer les étoiles.
    Douce Blue-Célestine ta poésie me ravit
    Belle nuit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime te ravir, Cristina.
      On a grandement besoin de rallumer les étoiles, depuis qu'Apollinaire l'a dit...
      J'appuierai ta candidature
      Bisous blue

      Supprimer
  23. Pas de problème, je t'embauche!
    J'ai besoin d'une personne de confiance pour colorer mes rêves qui s'obstinent à rester en noir et blanc.
    Bises amusées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Colorieuse de rêves ? Oui, c'est une mission qui me plaît, cher Etienne.
      Le noir et blanc, c'est joli pourtant...mais parfois c'est vrai, un peu triste.
      Bises joyeuses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Quel CV enchanteur!
    Ma reconversion? ...souffleuse de bulles de petits bonheurs quotidiens
    gros bisours

    RépondreSupprimer
  25. Je vais me lancer dans la politique.
    Je serai poudreur de perlimpinpin
    je me sens appelé à une grande carrière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons, cher monsieur, dans ce domaine, tout un choix de petits métiers lucratifs: retourneur de veste, sculpteur de langues de bois, tisseur de fausses promesses et bien entendu, le fameux poudreur de perlimpinpin, en effet.
      Bonne chance dans votre carrière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je me verrais sherpette, petite bestiole un rien chtarbée mais dotée d'une résistance à la douleur et à la fatigue hors gabarit, un peu badass, quoi ;-)

    Tu le sais, je ne suis pas fan des thèmes imposés, mais tu as fait de celui-ci un petit bijou de sucre bien joliment zesté de mélancolie.

    Bises conquises



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Badass ça veut dire « mauvais cul» ? 😮 c'est étonnant les glissements sémantiques de certaines expressions idiomatiques.
      Sherpette c'est mignon.
      Les thèmes imposés sont les gammes indispensables pour garder la souplesse du poignet du virtuose...
      Mais c'est ton droit de n'être pas fan.^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Badass en gros ça veut dire balèze, je crois qu'au départ ça visait les bad boys aux US. Une fille badass étant une fille qui ne s'en laisse pas compter ;-)

      Tant pis, je ne serai donc jamais une virtuose de la plume.

      Supprimer
    3. Oh alors, si ça veut dire ça, je revendique d'être badass moi aussi. ;-)
      Je ne prétends pas non plus être une virtuose. Je voulais dire simplement que c'est une manière amusante d'entretenir sa plume...et je suis sûre que tu y prendrais plaisir...:-)
      Je t'ai écrit.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Conter, c'est mieux! Quand on oublie de se relire...

      Supprimer
    5. Avec compter ça marche aussi...combien de femmes ne sont que de la monnaie d'échange ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Comme j'aimerais en lire plus souvent des curriculums comme le tien, comme il est joli, doux, poétique, humaniste, loufoque. Tout ce que j'aime ! Et bien voila Mademoiselle Célestine, vous êtes engagée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah formidable !
      J'étais certaine que je m'étais bien « vendue » comme on dit dans l'entreprise
      Joli, doux, poétique, humaniste, loufoque...tu vas me faire rougir.
      Bisous ma miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Semeuse de rêves, distillatrice de bonheur, jardinière de rires, guérisseuse....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es merveilleuse, Suzame.
      Et ces métiers-là te vont à ravir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Décrocheuse de lune...j'aimerais bien...
    mais faut gravir les échelons ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé ! Tu me sembles taillée pour l'aventure, ma Licorne !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Sacré curriculum ! Pourquoi avec un seul R ?
    Je vois que tu as roulé ta bosse... J'aime bien cet emploi d'épousseteuse de souvenirs avec un plumeau en poils d'âme nésie... C'est la meilleur qualité ! Le métier de consolateur de saule pleureur est un métier à plein temps.
    Quant à doreuse de pilules, je crains que tu t'achemines vers la basse saison, j’espère que la pilule est dorée à souhait, jusqu’à la saison suivante.

    Pour ma part, après de brillantes études à HEC (hautes études communales), j'ai ambitionné le dur métier de cultivateur de plants sur la comète. Hélas, la comète s'en est halley...
    Suivant un conseil qui n'avait pas encore été inventé, je traversai la rue et fis la connaissance d'un décrocheur de lune. Re-hélas, il n'y avait qu'une seule lune à décrocher...
    Je n'avais encore jamais rempli de CV et pour ce faire(à dix sous), je devins éstirgouilleur de méninges, métier prenant et passionnant.
    Je travaillais alors sur des textes écrits par une fée à la pilule dorée. Chaque billet de sa composition, tout doucement, insidieusement, me virent cumuler l'emploi d'émerveilleur de nuit.
    J'étais séduit...
    De fil en aiguille, en allant plus loin que l'autre côté de la rue, je me mis à parcourir la France comme un compagnon de devoir, sans les contraintes. Je suivis donc ma copine Margot à Millau... où je devins écornifleur en bouquet, puis décoinçeur de bulles.
    J'appris ensuite le métier exotique d'allumeur de rêves berbères, déguiseur de jolies vaches à Honfleur, pêcheur de congres à Tulle, vendeur de wok à Sion. Je franchis pour l'occasion quelques frontières... Au hasard d'une rencontre, je fus musicien dans un orchestre, trois fois hélas, je fus licencié, car j'enchaînais trop de canards, sans café...
    je m'étais donné du mal, pourtant ! J'avais même pour l'occasion changé mon nom. Rémi lassol,accordeur de violon d'ingres. Dingue, nom ? Cela en jetais sur ma carte de visite !
    Je me reconvertis donc comme soigneur dans un marineland à Antibes. Emploi qui fit jazzer, là- bas. En plus, je faisais flipper les dauphins...
    Je m’essaya, comme toi à distilleur de larmes, mais de crocodiles, dans une ferme drômoise. Ces bêtes-là me faisait peur et leurs larmes ne sont pas très saines...
    Vint ensuite la basse saison où je pus exercer le métier de débardeur de charmes, dans une forêt de tronc-hais, un métier à tomber... mais aussi pourfendeur de bûches, à noël.
    parallèlement, j'aimais beaucoup ces petits boulots, de plieur de rire, brouilleur de cartes, agitateur de bocal, juste avant de bifurquer vers une autre place : grossiste en fourberies d'escarpins. C'était le pied, même pas nickelé...
    Bon an, mal an, je faisais comme mon père, trente-six métiers, trente-sept misères, qu'il disait ! Ma vie était devenue une pépinière d'entreprise, où la rêverie n'était pas cantonnée...

    Dans ma vie, je n'ai rédigé que trois "CV". Le premier, aurait pu s'apparenter à celui-ci, tant il était peu conventionnel, je ne savais même pas comment faire, j'ai décroché le poste.
    Le deuxième, plus classique, demeura introuvable le jour où je me présentai à l'entretien, j'ai décroché le poste. Le troisième, le voici, et je ne convoite pas de poste. C'était juste pour le plaisir. Ah oui, j'oubliais, je suis très souvent blanchisseur de pages...

    Merci Célestine de me fournir matière à estirgouiller... Inutile de te dire que je me suis régalé de ton texte qui m'a beaucoup inspirée.
    J'aime bien aussi être commentateur chez toi...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toc, toc
      - Oui ? entrez.
      - Euh...mademoiselle Célestine, pour votre appel à candidature, je crois être tombé sur la perle rare...
      - Que me dites-vous là, mon cher ?
      - Eh bien vous devriez jeter un oeil à cet extraordinaire currrrriculum ! (qui ne manque pas d'R) En tant que DRH, j'en ai rarement vu de semblable
      - Montrez-moi ça ... Ah mais oui, c'est fort intéressant, et élégamment troussé ! Fin et spirituel. Un vrai feu d'artifice. Qui en est l'auteur ?
      - Un charmant jeune homme répondant au nom bizarre de Xoulec...
      - Un Polonais...ah le charme slave !
      - Euh...un Polonais du sud de la France alors, enfin pas tout à fait, disons le sud-ouest... Une région pleine de belles vaches bien grasses donnant excellente chair (et chaire, donc)
      - Un Limousin ?
      - Peut-être bien? En tout cas, ce jeune homme me semble particulièrement polyvalent et extrêmement doué. Vous devriez l'engager.
      - Je vais me laisser tenter, sur vos conseils avisés, cher grand vizir. Il est vrai que cet estirgouilleur de neurones me bradasse l'occiput de ses trouvailles géniales. Il semble modeste, de surcroît...faites-le entrer !
      - Euh...Il est reparti, très discrètement...mais je pense qu'il reviendra demain, enfin je l'espère.
      - Décidément, il a toutes les qualités...N'a-t-il pas laissé son téléphone ?
      - Même pas ! Si ça se trouve, c'était un poète et nous l'avons laissé filer...
      - Un magicien, plutôt. mais vous savez bien que les magiciens disparaissent par magie, et réapparaissent de même, c'est le principe.
      - Attendons alors... la nuit porte conseil.
      - A demain...
      - A demain...

      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Clic, clac... Juste le temps d'aller poinçonner un lilas ou deux et me voilà.

      Je suis poinçonneur de lilas
      Le gars que l'on attend pas
      pas là où l'on croit, en tout cas !
      même pas là où je croyais...
      La vie de magicien n'est pas de tout repos, j'ai souvent peur de ne pas réapparaître...
      - L'inspiration, me direz-vous ?
      - Oui, mais pas seulement. l'assemblage des mots entre eux, le choix des assemblages, le choix des pièces, leurs affleurages, leurs chevillages justaucorps forment sur mon établi des embuches de tailles !
      - Parce que cela se taille, les embuches ?
      - ben, un peu ! Quand elles voient de quel bois je me chauffe, elles disparaissent, elles se taillent...
      Poseur de commentaires devient plus aisé, surtout quand le sujet inspire, respire, transpire en moi.
      D'ailleurs, au petit matin de ce jour anniversaire, une petite perle d'émotion est venue enluminer ma journée. Merci pour tes mots, que de compliment !
      Je ne sais que dire, sinon que j'ai adoré ta réponse, cette réponse sous forme de conversation confidentielle, que j'aurais surpris au gré d'un errements d'oreilles.
      Une conversation dont je suis le sujet, le verbe et aussi le compliment.

      Merci Célestine, tu ne peux imaginer (enfin si, je présume) le bien que tu me fais...

      Supprimer
    3. Poinçonneur de lilas...j'adore 😍

      Supprimer
  31. Ton curry culum est excellent et celui de Xoulec ne manque pas de panache (blanc) non plus...
    Heuuuuuu! là, j'hésite...
    J'aurais bien voulu essayer donquichottier mais j'aime bien les éoliennes.
    Coupeur de cheveux en quatre ou peut-être synthétiseur de fêtes diverses, d'oeuf et divers, d'effets d'hiver, de faits divers... (Je savais bien que j'y arriverai.)
    Si la SPSER* ne me met pas des tibias dans les roues je me verrais bien, dans un proche avenir montreur de fantôme. Et peut-être même Guy de Ma passante.
    * Société Protectrice des Spectres Et Revenant.
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai que ton curicul homme n'est pas de la petite bière, il ne manque donc pas de panaché...
      J'espère bien que tu te feras montreur de fantôme, c'est un peu pour ça que je vais braver les escarpements alpins...
      Guy de ma passante, c'est trop mignon...
      Baci caro e buona notte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. @ Blutchy

      Merci, je suis touché !

      Supprimer
    3. @ Xoulec
      Mais pas coulé, j'espère :-D

      Supprimer
    4. Rhôô ! à mon avis, ce n'est pas le genre de la maison Xoulec...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    5. @ Blutchy
      "Je suis touché", je voulais juste remercier pour le "celui de Xoulec ne manque pas de panache (blanc) non plus..."
      Pas coulé, mais cool, hé !

      @ Célestine
      Pas le genre de la maison, du tout !

      Supprimer
    6. Lol! tu fais bien de préciser ;-)
      Blutchy n'a pas d'humour, c'est bien connu... muahaha!
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    7. @ Blutchy
      Une forme de protection, une façon de s'amuser de tout et de son contraire, une façon de séduire, d'amuser les autres, d'agacer parfois. Bref, quand on l'a, on peut le mettre en veilleuse, le perdre, l'exacerber, le developper, le, le, le... Bref, c'est une sorte de Schmilblick...

      Supprimer
    8. Un cours avec Minux et Papi Mougeot ? C'est pas ordinaire !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    9. Ouais,ça va pas être facile ! Faudra dire à Zézette qu'elle aille directement chez René, parce que j'ai paumé les clefs du camion...Etc, Etc :)

      Supprimer
    10. Ouais, c'est bien beau tout ça mais on ne peut pas tirlipoter le Schmilblick tout seul dans sa tAnte...

      Supprimer
    11. ...A moins d'être coiffeur à Cajarc...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  32. Utopiste. C'est un beau métier, on peut tout faire ….Ou bien semeur d'idées…..Ou bien allumeur d'étincelles !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des métiers qui te vont bien, Daniel. Et les débouchés sont sans doute inespérés dans ce secteur... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  33. Ah quels beaux métiers vous avez exercés là, très chère et précieuse enfant !
    Ma foi, tout ceci pourrait se résumer en un mot : vous êtes une fée. Et vous enchantez avec panache les moments de vos lecteurs.
    Personnellement, un métier qui m'aurait tenté, c'est celui d'arrêteur de temps. Mais je crains de n'avoir pas des bras assez musclés pour cela.
    Je vous embrasse
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est vrai que c'est un métier qui a de la gueule...mais difficile, ah ça oui.
      Sans doute peut-on seulement le ralentir un peu, dans des moments merveilleux et privilégiés.
      De là à l'arrêter...
      Bises affectueuses
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  34. Brodeuse d'écume, pour les longues soirées d'hiver...
    Et j'ai même l'illustration qui va bien (Rublon)
    https://ahp.li/193d39b7d06db4419394.jpg
    C'est une jolie idée que tu as eue là, si poétiquement déclinée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que c'est joli, brodeuse d'écume...
      Et l'illustration me botte !
      Merci ma douce Sophie
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  35. j'hésite entre fabricant d'arc en ciel...ou rentier !
    Mais sinon, pendant très longtemps je voulais être conducteur de train ! Tchou Tchou ! Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fabricant d'arcs-en-ciel ça me plaît beaucoup...
      Merci d'avoir joué le jeu, Mind.
      Rentier...ça fait moins rêver, mais je peux comprendre... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Heu ça dépend...époux d'une rentière alors, mais cela dépend de la rentière tu me diras !!

      Supprimer
  36. Que tous les métiers que tu as exercés sont beaux ! Il en reste encore de nombreux, mais ma mémoire n'est pas assez vive et fertile sur l'instant pour que j'en énumère quelques uns.
    Un me vient quand même à l'esprit : " fabricante d'étoiles" pour briller au firmament afin de montrer qu'il y a une vie aussi en haut. Il faut savoir rêver .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut rêver, c'est même recommandé par l'académie des fabricants d'étoiles, dont je suis membre actif depuis quelques années. ;-)
      Merci Lauriza
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  37. Que de jolis métiers tu as exercés, je ne sais lequel choisir.... j'aimerais bien être dénicheuse de mots anciens oubliés, mais à condition de les trouver dans leur nid d'origine, ou alors puisqu'il pleut, créatrice d'élixir de bonheur perpétuel ou de parfum de gaité intense... j'hésite!
    beau dimanche
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu proposes deux très beaux métiers, et je comprends que tu hésites, chère conteuse...
      Faire les deux à mi-temps peut être une solution ?
       Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  38. J'adore !
    En ce moment, moi ce serait plutôt colleuse de quintes, de sixtes et j'en passe…
    Ah me direz-vous, Monique (euh, Célestine), changer de métier c'est tout un art !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand tu colles aux quintes, c'est difficile...
      Bisous eMmA
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  39. ding ding ding ...j'ai cru voir passer la fée Clochette ! J'ai laissé filer de ma tête Mary Poppins qui est bien moins jolie quoiqu'on en dise ! Tu as dû être formidable en tisseuse de rayons argentés. Quel beau métier que celui-là ! Je l'aime bien alors que, paradoxalement, je suis d'une nullité sans pareille dès que j'ai une aiguille dans les mains. Je me serais bien vu en Maya l'abeille, puisqu'on parle d'aiguille. Pour piquer plus ou moins gentiment ceux qui ne veulent pas avancer droit et j'aurais du boulot à plein temps. Je rêve des pièces d'or que j'amasserais avec toutes les heures supplémentaires que je devrais faire ! Ces pièces d'or, je te les donnerai et tu les distribueras à tous ceux qui en auront besoin. "Besoin" et pas "envie" ! Condition sine qua non ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...maya-mariejo, je vois bien tes petites pelotes de pollen accrochées à tes pattes, comme autant de pièces d'or à distribuer à ceux qui sont dans le besoin...et pas dans la cupidité, j'ai bien compris le message
      Bisous étincelants
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  40. Coucou Célestine, ton billet est une petite merveille que je viens de lire à l'instant. Ton CV se lit avec bonheur et le sourire aux lèvres tout en admirant le très beau dessin.
    Aujourd'hui, je me suis surprise à compter les moutons tout là-haut dans le ciel et je les ai trouvé passablement indisciplinés ne voulant pas rester en groupe ce qui fait que j'ai recommencé à compter :-)
    Bises chaleureuses ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serais-tu compteuse de moutons professionnelles, Denise ?
      Ça t'irait bien...
      Bises très chaudes aussi aujourd'hui
       •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  41. Euh... "Remetteur de pendule à l'endroit d'où elle n'aurait pas dû quitter sa veille" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfuuu ! métier très difficile et exigeant !
      Mais tu as le profil ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  42. J'ai longtemps (trop) fontaine. Mais depuis, les fabricants de mouchoirs de fil ou de papier font faillite à cause de mois. ;)
    Récemment, je suis devenue "testeuse" de banquette. Oh, cela n'embolise pas mes jours, car deux heures au quotidien : cela reste raisonnable. Et ceci gratis, voilà bien qu'il ne faudrait pas qu'on me taxe ma misérable pension de retraite ! :lol:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bis repetitae
      J'ai longtemps été (trop) fontaine. Mais depuis, les fabricants de mouchoirs de fil ou de papier font faillite à cause de moi. ;)
      Récemment, je suis devenue "testeuse" de banquette. Oh, cela n'embolise pas mes jours, car deux heures au quotidien : cela reste raisonnable. Et ceci gratis, voilà bien qu'il ne faudrait pas qu'on me taxe ma misérable pension de retraite ! :lol:

      Supprimer
    2. Je ne connaissais pas le verbe « emboliser »
      Merci pour cette découverte !
      Testeuse de banquette ? J'ai connu métier plus fatigant !
      Bisous chère Lou
      Merci de ton passage plein d'humour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  43. Bravo Célestine, toujours aussi inventive.
    Ma plume a du plomb dans l'aile en ce moment.
    Et c'est là que ça se passe.
    http://toutvenant.canalblog.com/
    Berthoise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton blog a changé, mais on te retrouve quand même.
      Résiste, ma Berthoise !
      Bisous compatissants
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  44. Tes pilules homéopathiques, ma Célestine o;) (j'enfonce le clou) - quel adorable texte! Tu es vraiment douée pour le conte et la poésie o:)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Pivoine, comme tu me fais plaisir !
      Pour le clou : même pas mal, il doit être à la girofle... :-)))
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. Épousseteuse de souvenirs et passeuse de rêves... voilà des métiers qui me plaisent bien, l'univers est si vaste, il y a de quoi faire ! Merci pour ces jolis textes enchanteurs céleste Célestine, à bientôt, des bises ensoleillées. brigitte

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.