mardi 4 avril 2017

Canopée






Les toits de Paris sont un monde à part qui a son propre écosystème. Il s'y déroule une vie autonome, comme suspendue entre terre et infini, un infini rendu laiteux par la pollution. Un monde hors du temps trépidant de la rue, dont les bruits parviennent diffus, assourdis. Au loin, la ville gronde et gémit constamment.
Les chats arpentent leurs gouttières avec des grâces feutrées.
Que se passe-t-il derrière ces lucarnes ouvertes comme leurs yeux d'ambre jaune sur la pénombre de la ville ? Chiens assis pour chats sur pattes, qui longent les faîtières en funambules sans jamais tomber.
Tiens un homme en tricot de peau étire ses biceps vers le ciel, en se décrochant la mâchoire d'un long bâillement. Un sportif...Ah...non, il allume une clope, sportif du dimanche qui va trotter au parc pour se donner bonne conscience entre deux piles de dossiers noirs. Le bout incandescent de son mégot troue la pénombre par intermittence.
Sa voisine se déshabille derrière sa fenêtre, rejouant à mon oreille une chanson de Renan Luce, où il est question d'ombres chinoises qui ondulent sur les volets, et de bas sur les mollets. 
Il ne la voit pas, mais moi je distingue ses formes épanouies, lascives, et j'imagine les histoires d'amour et de sang qui ont bousculé et ébloui cette femme un peu lasse. Pourquoi est-elle seule désormais ?
Un air de jazz monte dans la nuit, comme des bulles de limonade : c'est l'étudiant du sixième qui tète son saxo avec des houles, des vagues de sons superbes et généreux. J'ai le coeur en écharpe.
Sur le balcon d'à côté, la petite vieille coiffée de neige, celle qui vit sa vie par procuration, donne du vieux pain à des pigeons idiots.
Tout en haut, les cheminées s'alignent tels des pots de fleurs renversés, coiffées de leurs mignons chapeaux chinois. Perchée sur l'une d'elle, une mouette observe de son oeil brillant ce monde de tôle et de zinc peuplé de rêve et de solitudes juxtaposées.
Personne ne dort donc, à minuit passé, dans la canopée de la capitale ?

¸¸.•*¨*• ☆


A mon fils, qui a quitté sa chambre 
de bonne pour la douceur angevine.














Musique : Night and day, piano and saxophone, Maximo Spodek

111 commentaires:

  1. le bonheur de tes mots, Célestine, très tôt ce matin, pour commencer la journée.
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne ma chère Anne, c'est un bonheur de te revoir après ton périple indien.
      Et de te voir plonger dans mes fantaisies scripturales avec délices en est un encore plus grand.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. La ville est au-dessus des toits comme pendillée, belle et calme, comme la vie déposée là, de nuit s'y déroule, ouatinée, cotonneuse, pas encor' endormie.
    La lucarne est en chien assis et se cache près d'autres fenêtres, jolie demoiselle retroussée offerte aux heureux propriétaires noctambules déambulant de ces lieux en ces lieux...les chats de maisons sont des ombres fugitives qui glissent sur le versant droit des cheminées de la capitale.
    Le monde est occupé et vit sa vie, comme tout un chacun, dans les bras de Morphée, ou de son canapé....
    La nuit attend son matin, comme j'ai attendu le jour.
    Merci Célestine pour la joie de lire tes mots encoeur'.
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle jolie déclinaison de mon texte tu nous offres, Den. Le matin t'inspire des mots charmants et doux, comme pendiller, tellement évocateur de ce monde suspendu.
      Merci Den et belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Pourquoi est-elle seule désormais ?

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pourquoi ? Déçue par l'amour, peut-être, trop confiante, ou au contraire trop indépendante ? Ou acariâtre ? A moins qu'elle ne le soit pas et que son homme soit tout simplement parti acheter un petit en-cas, puisqu'à paris tout est toujours ouvert tout le temps ? Ils ont eu faim après l'amour ? Ils auront faim après l'amour ? j'aime ré-inventer la vie des gens, un vieux réflexe d'écrivaillonne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. on ne peut voir une fenêtre sans imaginer toute une vie derrière, alors bien sûr, mille et mille fenêtres... :-)
    (mais je pense que ton fils n'a pas perdu au change, en s'installant dans la douceur angevine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non il n'a certes pas perdu au change, c'est moi qui ai perdu mon pied-à-terre parisien...Ou devrais-je dire mon pied-à-ciel ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oh non, plus de virées parisiennes :-( ?

      Supprimer
    3. Oh mais si, ma Myo, t'inquiète pas, et d'ailleurs il faudra qu'on s'en programme une quand on aura le temps.
      Mais après six ans dans sa chambre de bonne, mon grand avait envie d'ouvrir ses ailes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Avec grand plaisir, ma jolie :-)

      Supprimer
  5. Ce matin je me suis retrouvée à la fenêtre observant les toits et imaginant des vies...Merci pour ce moment ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imaginer des vies...Je ne suis donc pas la seule ? ;-)
      Ce fut un plaisir partagé, petite Manou.
      Merci à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu peux m'ajouter à ta liste....
      C'est un petit plaisir que je vis souvent, mais pas en solitaire…
      dans ma jeunesse c'étaient avec mon père : assis aux terrasses des cafés, ou au restaurant, on inventait la vie des gens qui passaient ou qui étaient là.
      Actuellement, je fais cela avec ma compagne de vie ou plutôt nous le faisons ensemble.
      On s'amuse comme des petits fous ! C'est à celui qui inventera le plus plausible tout en étant le plus improbable…

      Supprimer
    3. C'est un plaisir très littéraire mon cher Alain... cela stimule l'imagination, et quelque part, l'observation fine du genre humain.
      Dans le train, je fais ça très souvent.
      Mais les fenêtres éclairées le soir, qui laissent entrevoir des morceaux de vie, c'est vraiment cela que je préfère.Je me dis que j'ai toujours aimé contempler de l'extérieur les maisons éclairées. Les parcelles de vie que me laissent entrevoir les fenêtres stimulent mon imagination toujours galopante.
      J'aime apercevoir de beaux meubles lustrés, le moelleux d'un canapé , le haut d'une horloge. J'aime entrevoir des enfants qui jouent, un mari fourbu, une femme mélancolique, un vieux monsieur qui somnole. Tout un théâtre. Des pans de décor pour des bribes de l'éternelle tragi-comédie de l'existence.
      La nuit, on sent palpiter le ventre de la ville, comme si elle se parait pour un rendez-vous secret.
      Il a raison, Richard Bohringer. "C'est beau une ville la nuit".
      Tu vois, je m'emballe...et pourtant je ne suis pas toujours un cadeau !

      Kisses mon Babar
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ben voui, Paris est une ville extrêmement vivante mais elle dort.
    Je le sais, elle dort entre deux heures du matin et à peu près quatre heures et demie.
    C'est un moment très particulier de la nuit à Paris.
    Je pourrais en tartiner des pages sur ce moment, ayant passé pas mal de nuits au boulot et étant revenu à la maison vers ces heures là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle dort d'un peil, alors, comme les chats.
      Parce qu'il m'est arrivé d'entendre gueuler dans la rue à trois heures du matin (et quand je dis gueuler, c'est exprès) à se demander si celui qui s'arrachait ainsi les cordes vocales savait qu'il n'était pas tout seul.
      Et puis il y a toujours ce bruissement, cet espèce d'acouphène géant, comme la respiration d'une grosse bête assoupie...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. D'un oeil, bien sûr...Un glissement de doigts sur le clavier et hop ! on invente un nouveau mot ! ;-)

      Supprimer
    3. un "peil" c'est pas mal non plus ...
      peil : n.m. - Désigne l'oeil fermé de la personne qui ne dort que d'un oeil : contraction de "oeil au pieu"

      Supprimer
    4. Ah oui, pas mal !
      D'où l'expression, ne pas fermer l'peil de la nuit...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ah ! Toutes ces fenêtres qui s'éveillent à la nuit venue et qui racontent mille histoires. C'est un des charmes de cette ville.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, un charme et un réservoir infini d'inspiration pour les poètes et les musiciens...
      Merci pour ton passage, et bienvenue sur mon totem .
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Dessous, dessus, dans, Paris reste une merveilleuse source d'inspiration. Elle offre sa part de rêve aux noctambules, aux touristes et aux artistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as enlevé les mots de la bouche, ma Chinou !
      C'est tout à fait ce que je ressens, mais sans doute faut-il avoir l'âme un peu vagabonde pour en ressentir les effets...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Paris ne dort jamais ! Des mouettes dans le ciel parisien ? Mais oui, ma fillotte habitait près de l'Avenue Daumesnil et le soir on voyait effecrtivemeent des goélandss zébrer le ciel de leurs ailes d'argent !! (on dirait du Célestine)
    Bises maritimes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Andiamounet faisant du Celestine...ça vaut son pesant de cacahuètes grillées...
      J'ai été étonnée la première fois que j'ai vu des mouettes (ou des goélands) à paris.
      mais tu sais que je m'étonne d'un rien.
      On m'avait expliqué à l'époque qu'elles suivaient les bateaux depuis le Havre... Vrai ou faux ?
      Profite bien de tes longues plages tranquilles, touriste, va. :-)
      Mille baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est beaucoup moins bucolique Céleste rousse, en fait elles viennent se nourrir sur les tas d'ordures ménagères, enfin elles venaient, car maintenant tous ces déchets sont soit incinérés, soit enfouis immlédiatement.

      Supprimer
    3. Oui effectivement c'est d'une poésie exacerbée ! ^^
      Mouarf

      Supprimer
  10. Ton joli billet empli de références variétesques m'a fichu un coup de blues. Paris me manque, sa rumeur même en plein nuit, ses toits, le rai de lumière de la Tour Eiffel, l'atmosphère unique..."
    Par ailleurs, le mot "canopée" me revoit immanquablement vers Alain Bashung et sa Vénus".
    J'ai aimé ton joli billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, le blues n'est jamais loin de ce bonheur diaphane à contempler une ville la nuit...
      j'espère que ce n'était pas trop tristement quand même, chère eMmA.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non, juste ce qu'il faut...

      Supprimer
  11. "Personne ne dort donc, à minuit passé, dans la canopée de la capitale ?"
    Non, tout le monde attend Mary Poppins ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chem, cheminée, chem cheminée, chem chem chéri !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Les chambres de bonne me filent le vertige !
    Les bonnes aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et alors une bonne dans une chambre de bonne, surtout si elle est bonne...je t'en parle même pas ^^
      Tu veux des sels, chimiste ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ce n'est que fabulation : y a plus de bonnes dans les chambres de bonne, tout le monde sait ça...

      Supprimer
    3. Tu es d'un pragmatisme consternant aujourd'hui.... ha ha ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. S’il m’arrive de me casser une jambe, chère Célestine, et me retrouver immobilisé devant ta "Fenêtre sur cour", j’accepterai, certes, que Lisa Fremont, jouée par Grace Kelly, vienne me distraire, le bras passé sous l’anse d’un panier de chez Maxim’s, mais surtout je guetterai le facteur qui m’apporterait tes histoires.
    Des toits de Paris aux ardoisières de l’Anjou, le fil de l’eau, ici, m’enchante.
    Et puis, c'est étrange. Comme la palinopsie relia deux de nos histoires, par ailleurs fort différentes, voici un lien vers la canopée : http://miletune.over-blog.com/2014/06/insomnie-bricabrac.html (je n'ai pas l'habileté de Julie F. !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un très beau texte, il y a de quoi s'identifier, pour une fille, à ce personnage sensuel et mystérieux qui passerait par la lucarne un soir de lune rousse...Et si en plus elle a les yeux bleus, alors...
      Et quelle étrange coïncidence cette canopée...C'est en tous cas le mot qui me vient pour
      En tous cas merci d'être si bon public pour mes petites billevesées au fil du temps, au fil de l'eau.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. C'est tout à fait ça. Une vie perchée, en contact avec les étoiles....Une vie secrète.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vie de chat...Connais-tu ce très beau film d'animation qui se passe sur les toits de Paris ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Non je ne connais pas. A vrai dire je ne suis pas du tout cinéphile !!

      Supprimer
    3. C'est un dessin animé de grande qualité produit par les célèbres studio Folimage , que je connais bien puisqu'à une époque, ma soeur habitait juste en face de cette ancienne cartoucherie où ils se sont installés.
      Ils ont produit des succès comme Tante Hilda, Mia et le Migou, la Prophétie des Grenouilles ou encore l'Enfant au grelot.A montrer d'urgence à tous les petits enfants...
      Bisous Daniel
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Superbe billet Célestine si bien accompagné par ce magnifique morceau musical! J'ai toujours aimé regarder les toits et le soir, les fenêtres où est diffusée une douce lumière. J'imagine des familles, des personnes seules et je me raconte des histoires. Je vois des lumières plus belles que d'autres.
    J'aime tes mots chère Célestine :-)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un jeu très amusant, finalement, de rêver à la fenêtre, et j'aime que tu l'aimes.
      Merci pour tes mots chère Denise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Il était minuit passé! Tu ne me voyais pas ? Fenêtre à l'extrême gauche, à peine éclairée. J'écoutais Chet. C'était le meilleur moment pour écouter Chet. Sa musique languissante remplissait les toits de Paris. Paris pleine de mystère, de grâce, de force, d'énergie, une bête féroce qui à cet instant là, somnolait....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt un gros chat tapi dans l'ombre qu'une bête féroce...
      Ah c'était toi que j'ai aperçu, à l'extrême-gauche, derrière tes carreaux luisants sous la lampe ?
      Merci d'aimer Chet comme moi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je connais peu les toits de Paris, je connais mieux ceux de Lyon que j'ai eu l'occasion de fréquenter pendant plus de vingt ans ! :-)
    Moi, c'est lorsque je traverse en voiture (ou en train) une ville endormie, la nuit, ou le matin très tôt, que j'aime m'imaginer, en regardant les fenêtres allumées ou éteintes, toutes ces personnes. Certaines dorment, rêvent, ronflent..., d'autres ne trouvent pas le sommeil et tournent et tournent dans leur lit, d'autres encore se lèvent, s'étirent, et vont déjeuner, se préparent pour aller au travail car ils commencent très tôt, ils sont du poste du matin, etc, etc. Il y a tellement de vies si différentes derrière ces fenêtres. Cela m'attendrit toujours de penser à toutes ces personnes inconnues mais pourtant si proches.
    J'aime beaucoup ton billet, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est sans doute pas un hasard si tu aimes la même chose que moi, et que notre ami commun AlainX
      C'est un plaisir dont certaines personnes n'ont même pas idée. Mais toi, je sais que tu aimes ça, parce que c'est toujours une joie de contempler la vie, surtout quand on doit essayer de débrouiller les fils du mystère pour comprendre ce qui se passe.
      Merci beaucoup pour ton engouement, et gros bisous ma belle d'âme.

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Lorsque je suis à Paris et que j'ai pour seule vie les immeubles parisiens (tandis que chez moi pointent les montagnes) je m'invente des histoires (que je ne partage pas avec mon époux).
    Ainsi, j'ai construit une folle lignée à la petite dame qui vit seule en face de chez nous et une descendance pas folichonne au jeune homme d'en face qui lit souvent sur son canapé (seul aussi). Peut être qu'il me faudrait les réunir ?
    Merci pour ce partage : j'adore !
    Douces bizettes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce penchant que beaucoup d'entre vous semblent avoir, comme moi, explique sans doute le succès du film "Fenêtre sur Cour" ainsi que des histoires qui se passent dans un immeuble, genre "Mes chers voisins" ou "chacun cherche son chat" le fabuleux film de Cédric Klapish.
      Je la vois, la petite dame à la folle lignée...Et comme j'imagine bien aussi le jeune homme romantique qui lit... chouette, une romance !
      Merci ma Cloudy.♥︎
      Gros bec
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Et tu n'as pas vu Bébel, à bout de souffle et une mallette à la main, courant sur les toits pour aller rejoindre Jean Seberg ?
    - Non.
    - Alors ce n'était pas à Paris.

    Ti bacio Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je n'ai pas vu Landolfi, non plus... c'est désespéré, je ne suis résolument pas allée à Paris...
      Mais Jean Seberg...oh la la... je vois d'ici les yeux de l'Ancêtre qui frisent. (mais chut ! il se baigne)
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Les toits de Paris et les ponts de ce même Paris sont une belle chanson...
    J'aime particulièrement la deuxième photo.
    Je m'en vais quelques jours du net et tu en profites pour nous enchanter avec des textes faits mains, cousus avec finesse. Merci.
    Bises de fin de jour, ou de début de nuit. Enfin, je ne sais pas: je dors si peu en ce moment!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis partie du net presque une semaine ...alors si j'ai profité de quelque chose, ce n'est certes pas de ton absence.
      mais plutôt de toutes ces étoiles que mon voyage ont mises dans mes yeux.
      Essaie de dormir, poète, ou les yeux vont te sortir de la tête...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Coucou Célestine. J'aime Paris mais pas trop longtemps. Parce qu'elle ne dort jamais, qu'elle grouille toujours, je la trouve un peu altière et elle m'assourdit de ses mille bruits. Mais quand j'y suis pour quelques jours, j'aime observer les gens que je rencontre. Dans l'endroit où je crèche habituellement, il y a une petite cour intérieure et c'est en observant les fenêtres des façades que j'invente aussi des histoires.
    Elles n'ont souvent ni queue ni tête... comme la vie de beaucoup de gens finalement.
    Bisous de bonne nuit. Je ne vais pas tarder à aller dodo car la journée a été pénible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ta journée de demain le sera moins.
      Merci pour ton témoignage : je comprends qu'une montagnarde comme toi, si amoureuse des grands espaces et du silence, ait du mal à se faire à la Capitale et à sa fièvre.
      Moi je l'aime sentimentalement...si j'ose dire. ;-)
      Bisous passe une belle nuit chère Dédé
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Vous êtes décidément très en verve, chère délicieuse.
    Les voyages vous vont bien au teint, je le suppose, et pour ce qui est de la plume, j'en suis certain.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que vous avez raison, pour ce qui est de mon envie d'écrire, elle s'est multipliée après mon petit sevrage temporaire...
      Pour le teint, il faudra encore quelques semaines...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Chère Céleste,

    Les toits d'Annecy ne valent pas ceux de Paris, et pourtant
    Pourtant , à l'âge où s'amuser seul ne suffit plus, je m'amusais
    A courtiser la canopée de ces immeubles étoilés qui devant ma chambre brillaient
    Quelle que fut l'heure nocturne pendant laquelle je les regardais le nez au vent

    A n'importe quelle heure un spectacle mystérieux ils m'offraient
    Particulièrement cet immeuble baptisé "la maison de la jeune fille"
    Imaginez cet adolescent à la recherche d'une silhouette qui brille
    De voir apparaître à sa fenêtre une fée il rêvait

    Mais ce n'est que bien plus tard au hasard d'un blog étoilé
    Que je vis apparaître avec sa baguette une fée
    Elle était Céleste et amie rêvée
    J'y suis arrivé


    Bises reconnaissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Annecy quelle jolie ville !
      Il y a, au milieu de cette ville, un endroit que je ne connais pas, et pourtant je l'ai dessiné au pastel quand j'étais jeune fille en me servant d'une carte postale. Cela représentait une sorte de chapelle ou de petite forteresse entourée d'eau.
      Je crois que ça s'appelle la petite Venise, non ?
      J'aimerais y aller un jour.
      Bisous de fée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. J'adore!
    Ainsi je ne suis pas seule à laisser courir mon imagination devant une fenêtre éclairée la nuit!
    en lisant ton texte, j'ai vu de l'autre coté:
    - assis sur la gouttière
    un chat avec un col Claudine
    Egaré et rêveur
    Interroger la petite lucarne du Ciel, la lune
    sans son rideau nuageux et
    Particulièrement éclairée ce soir.
    pour dire que là-haut, tout là-haut
    les anges n'ont jamais été aussi beaux!




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non tu n'es pas la seule, chère poétesse, à laisser courir tes rêves et ton imagination devant les fenêtres allumées, toujours un peu mystérieuses...
      Et j'ai très bien vu ton chat à col Claudine, se promener sur la gouttière en zinc sous les étoiles.
      Et j'ai adoré ta petite fantaisie qui vient entrechoquer la mienne comme deux verres de champagne.
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Minuit passé,personne ne dort,pas même toi!Ton imagination vagabonde est partie par-dessus les toits de paris,avec un petit détour dans le passé:ça existe encore un homme en tricot de peau? Curieuse,amusée,intriguée tu inventes une histoire pour chaque fenêtre,chaque lucarne,chaque recoin que ton œil perçoit.
    Y compris un jogger du dimanche,habillé ad hoc en "clope sportif".

    Ton fils laisse les toits de zinc pour les toits d'ardoise pour profiter de la douceur angevine ,dans un bled du Maine-et-Loire.
    Avec ces spécialités à Lapointe de la technologie.
    D'ailleurs,y a un institut d'Angers qui opère sans danger.On peut presque tout changer,excepté ce qu'on ne peut pas:Quelle avanie!
    https://www.youtube.com/watch?v=-Fjq8qh7R1g

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle avanie, en effet...Les enfants nous en font voir de belles. Ma fille heureusement a quitté Antibes ça me mettait pas à l'aise de la savoir antibaise...moi qui serais plutôt pour.
      J'ai bien aimé "tricot de peau"...Ça fait partie des mots qu'on n'utilise plus, préférant maillot de corps ou tee-shirt.
      Pourtant cet homme-là avait une tête qui allait bien avec le mot tricot de peau.
      J'ai adoré réécouter Boby.
      Merci cher Didier.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. oh tu as trois sourcils ? Tu es un mutant ? ^^
      hihihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Je débute avec les émoticônes!(^_^)

      Supprimer
    4. Je plaisantais, j'espère que tu ne m'en veux pas.
      Eh bien voilà, elle est très bien comme ça !
      ^_^

      Supprimer
    5. Moi,t'en vouloir! mais de quoi? d'avoir trois sourcils?^_^

      Supprimer
  26. tu sais observer ces moments là qui échappent à des yeux moins vigilants. Bizzz Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela s'appelle la présence. Ou la pleine conscience.
      Et c'est réjouissant et magique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Une chambre de bonne à Paris, on la garde pour observer le ciel, les voisins et venir voir les blogueurs à Paris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crois moi, j'aurais aimé la garder...mais question budget, je ne suis pas assez riche...
      Ça ne m'empêchera pas de venir te voir à paris, chère Heure-Bleue ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Je n'ai jamais vécu dans un endroit où on voyait vivre les autres, jamais de vues sur cour ou fenêtres, et ça m'a toujours fait rêver... Parfois invitée chez des copains avec plein d'appartements en face, je passais mon temps sur le balcon à observer. Par contre quand j'étais petite, dans un petit village, les gens regardaient tout derrière leurs rideaux, et ça c'était très énervant ! Surtout quand ils rapportaient à ma mère qu'ils m'avaient vue avec un garçon. :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mignon ce témoignage, j'adore : j'imagine bien les commères du village derrière leurs rideaux, en train de regarder si les filles ne parlaient pas aux garçons...
      On est un peu voyeurs, tous, non ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Toi aussi, tu aimes regarder par la fenêtre la vie des gens et des chats ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui...moi aussi, tout comme toi, je présume...
      Mais est-ce un défaut, ou une remarquable qualité que de s'intéresser à la vie des gens ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. C'est beau, une ville qui vit, la nuit. Les lumières, les couleurs forment des tableaux changeants. Et puis, ça stimule l'imaginaire, de s'inventer les histoires des gens, à partir de leurs silhouettes, de leurs espaces entraperçus. C'est comme au cinéma, mais en mieux, parce qu'on peut créer davantage d'histoires. Le jazz convient merveilleusement à ces moments-là.
    PS : l'expression "le coeur en écharpe", tu l'as inventée ? Ou bien elle appartient à la langue française ? Belle, douce soirée à toi! D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah ! Porter son coeur en écharpe... C'est une vieille expression familière. Et sentimentale. C'est avoir un chagrin d'amour. mais à l'ancienne... Comme les romantiques. On ne l'emploie plus guère depuis 1925 je crois... Hou là là ! Je suis désolée, j'ai répondu à la place de Célestine !

      Supprimer
    2. @Dad
      Tu reprends avec bonheur le titre du livre de Richard Bohringer : « c'est beau une ville la nuit » ...
      Et il est certain que le jazz se marie merveilleusement avec les imaginations citadines nocturnes...
      Pour l'expression, Pivoine t'a répondu.
      Bisous Dad
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @ Pivoine

      Tu as bien fait de répondre, j'étais honteusement absente ce soir, et c'est merveilleux d'avoir une secrétaire !
      je t'embrasse bien fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Ma doué que c'est beau,la poésie de la vie ! Un regard suffit pour imaginer des planètes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a que ça de vrai, la poésie de la vie. Les planètes, les étoiles, tout un monde clignotant et superbe sous nos yeux ébahis.
      du coup pas de poème ce soir ? Tu restes sans voix ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Impardonnable ! Erreur corrigée. Je n’ai que ceci à offrir au réveil :

      Errance

      Le clignotant des paupières
      Saisit la trame des rêves errants
      Pont invisible natté dans le vide
      Le rétroviseur aux ombres mouvantes
      Caresse le plaisir des pulsions avides
      Passager de l’instant fugitif
      Le cliché des corps enlacés ramène aux lèvres
      La saveur des baisers arrimés au souvenir
      Sur la dentelle échancrée des océans inquiets
      L’onde écume la crête des rochers
      Danse sans arrêt, roule sur les galets
      Un défilé d’algues en guise de collier
      Dans sa courbe invisible l’horizon dérive
      S’évanouit par-delà son galbe indistinct
      Que l’azur entoure tendrement de ses bras
      Le rayonnement du couchant
      Nous entraînant vers son inaccessible destin

      Supprimer
    3. Ce poème est splendide, je ne sais comment tu trouves l'inspiration, mais elle est comme une rivière qui coule sur les doigts comme une fontaine.
      Merci beaucoup, Rod !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Délicieuse canopée. Ca m'évoque forcément Les Aristochats, Un Américain à Paris, Les 400 coups, etc...Le Paris qu'on aime. Ta plume se porte bien. Je t'embrasse Miss W. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle ne va pas trop mal, je te remercie.
      Encore que cela dépende des circonstances...
      Ne serais-tu un peu Antoine Doisnel, à tes heures ? ;-)
      Kiss you
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel Antoine Doinel
      Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab Edualc Eeguab
      C'est un de mes personnages de référence. J'ai déjà fait une conférence sur la saga d'Antoine. Tu as une fois de plus raison. Bises pré-dentiste (ça c'est une info, non?). ATTB Miss W.

      Supprimer
    3. Je me souviens très bien de cette scène culte où Jean-Pierre Léaud répète son nom de façon compulsive...Doinel sans "s" où avais-je la tête ?
      Et celle où il fait croire à Claude Jade que "les attendait une call-girl bien excitée" alors que c'est "une collation bien mérité" Ils écrivent vraiment n'importe quoi dans le journal !...
      Courage pour le reste.
      Kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Je veux bien cheminer avec toi si tu viens voir mon blog à la page :
    http://daddyrogers.canalblog.com/archives/2007/01/11/3663892.html
    j'avais pas eu beaucoup de succès à l'époque avec cette photo, pour ne pas rester fanny , j'avais été obligé de me laisser un commentaire LOL !
    Quand même un grand merci pour nous faire rêver avec ta plume céleste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, le succès est venu peu à peu, comme pour tout le monde...
      Je suis allée entrouvrir ta fenêtre. Une bien jolie photo, Daddy.
      Belle journée ensoleillée et venteuse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Hooo, joli texte. J'avais fais un peu ça à une époque en imaginant les vies des gens dans un avion.
    Il doit se passer ce que tu évoques, c'est certain.
    Pour la pollution, les abeilles se portent mieux sur les toits de Paris que dans nos campagnes...c'est dingue non ?
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est dingue...Des abeilles qui préfèrent la pollution au gaz de carbone, plutôt que les saloperies épandues dans les champs par Monsanto et Bayer les nouveaux assassins de l'humanité...
      Bisous et merci d'avoir apprécié mon texte, Mind
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. C'est beau Célestine.

    Je suis fascinée par les toits. Dès que je peux prendre un peu de hauteur et qu'il y a des toits, et que j'ai mon appareil photo sous la main.. Clic, clac... Mais c'est rare par chez moi.
    A Cancale je connais un endroit, mais rien à voir avec Paris.
    Sinon il faudrait que je m'invite chez des gens : "Dring, permettez Madame, Monsieur. Pourriez vous me prêter une fenêtre juste le temps d'une petite photo ?"...

    Belle journée à toi Belle du Sud.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère belle de l'ouest !
      C'est vrai que les maisons par chez toi sont magnifiques et pleines de charme.
      Il faudrait, oui, que l'on ait cette audace-là...
      Mais voilà, il est des choses qui restent dans le domaine du rêve ou du fantasme, et c'est mieux ainsi.
      Bisous célestes chère Suzame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Kangourou Agilejeudi, 06 avril, 2017

    Les toits et les gouttières sont le royaume des chats.
    Parfois des chattes quand ils sont brûlants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé jolie référence cinématographique mon ami !
      Qui se marie bien avec l'ambiance de ce soir-là...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Comme dirait Aragon : "Que serais-je sans toit... ?" ;-)
    Les toits de Paris, la vie des gens...
    c'est joli, le soir, la nuit...quand tout ça reprend un peu de mystère...
    Mais le jour, je préfère, sans doute aucun, les petits villages, les vieilles pierres, les chemins, les forêts et les lacs...bref, les charmes de la campagne.

    Vive la douceur angevine ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les deux, définitivement amoureuse des contrastes et des différences.
      Pour les petits villages, les vieilles pierres, les chemins, les forêts et les lacs, tu es allée un billet trop loin. Il fallait t'arrêter sur mon jetlag...
      Quant à la douceur angevine, j'irai la découvrir à l'Ascension...Avec grande impatience, tu t'en doutes...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. "La nuit je mens
    Je prends des trains a travers la plaine
    La nuit je mens
    Effrontément
    J'ai dans les bottes des montagnes de questions
    Où subsiste encore ton écho
    Où subsiste encore ton écho..."
    C'est le texte (et la voix) qui me sont venus à ma première lecture... Mais tout à l'heure, quand j'y suis revenue, j'ai entendu le "Clair de Lune" de Debussy... Mais le jazz, c'est évocateur aussi.
    Très joli billet...

    RépondreSupprimer
  39. Bashung le grand...Il a des accents de Thiéfaine dans cette chanson.
    J'aime beaucoup. Et c'est vrai que la nuit, là haut sur les toits, a quelque chose de profondément musical qui parle à l'âme...
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
  40. Ça me fait plaisir de voir que ton fils est parti de Paris, même si ton billet va peut-être lui donner des regrets.
    A côté du romantique des toits, paris c'est beaucoup de stress et de pollution.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Angela. Il est ravi. C'est moi qui regrette mon pied-à-terre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Une bien belle image "la canopée de la capitale", ces toits sont magiques et tu le décris parfaitement. Connais-tu les aquarelles de Izys qui peint ces toits avec la même magie que tu les décris? Je me permets de te laisser le lien vers son album des toits de Paris sur toile, mais elle les a aussi peint sur papier
    http://isabellezyskind.canalblog.com/albums/aquarelle_sur_toile___paris/index.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Cathy.
      Ces aquarelles, partant d'une photo, sont vraiment superbes, et elles me parlent beaucoup.
      Belle journée et merci pour ce cadeau lumineux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Bonsoir Célestine,
    J'ai du retard de lecture (trop de jardinage et de bricolage, sans doute et peut-être un peu de distraction le soir ? ;-) ) J'ai même dû rater quelques articles.
    Ton texte est empreint de poésie urbaine et me rappelle le temps où nous habitions Paris dans le XIIe, Marc et moi. Nous avions un appartement avec un balcon au 8ème étage donc avec déjà une belle vue sur les toits et en prime, vue sur l'ancienne voie ferrée qui est devenue coulée verte maintenant. Que de souvenirs de jeunesse qui revivent grâce à ton article!
    Merci
    et bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis très heureuse d'avoir ranimé en toi des souvenirs de jeunesse, Mo.
      J'ai découvert la coulée verte l'an dernier, et j'avais vraiment adoré cette balade à hauteur de toi, avec toutes ces plantes judicieusement arrangées dans des massifs et des bacs.
      Très joli, vraiment.
      Bisous Mo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.