lundi 25 mai 2015

Les moulins de nos coeurs...



De mon sud...


...au nord d'AlainX





















J’ai toujours aimé les moulins. Le mot est doux. Il emplit la bouche très sensuellement, comme une liqueur, en donnant une belle forme arrondie à la langue et aux lèvres. C'est pourquoi, même si je comprends métaphoriquement tous les combats perdus d'avance des Don Quichotte de tous poils, (j’en ai mené moi-même beaucoup ! ) jamais je n’aurais fait de mal à un moulin.


Tu es si symbolique, cher moulin, au croisement cardinal de quatre éléments vitaux…C’est l’eau qui coule, le vent qui souffle, le blé qui lève, le pain qui nourrit. C’est la ronde régulière et cosmique des ailes et de la meule qui tournent sans fin comme les planètes. Comment ne pas y voir une des fondations profondes, un des piliers de ce qui nous constitue et nous relie à la nature, à la terre et à l’air, un gardien tutélaire de notre humanité, de notre histoire, un témoin, une sentinelle veillant sur nos débordements insensés…
Enfant, je me réfugiais au milieu des lapins de Fontvieille, lisant et relisant le premier chapitre des Lettres de Daudet, me délectant de ses descriptions déjà très écologiques de l’auteur, qui se réjouissait de s’être retiré loin des noirceurs parisiennes pour y respirer un bon air plein de thym et de farigoulette…J’en ai gardé une tendresse pour ces boules de poils et leurs petits derrières blancs, et l'amour du pays de Giono et Pagnol.
Le moulin de Jemmapes des lapins…je fus un peu déçue d’apprendre, plus tard, que Jemmapes était en Belgique, et le théâtre d’une bataille. Pour moi, cela se trouvait forcément en Provence, quelque part entre Aubagne et les Baux…

Je me serais bien vue, si j’avais été riche,  retaper un de ces géants déchus devenus inutiles, castrés par l’industrialisation, aux ailes muettes et déchirées, pour lui redonner une vie et m’y blottir les jours de tempête intérieure. Et y écrire le chant du monde.
En écoutant la chanson de Michel. Michel le Grand, le bien nommé. Le talent fait homme. Les moulins de mon cœur. Trop entendue, bien sûr, décriée, détestée, sans doute, mais moi, comme je l’aime, ce poème d’amour splendide, intemporel. Ces violons caressants, ce rythme languide sans être mièvre, et surtout, ces mots inimitables dans leur simplicité somptueuse et leur triste gaité. Chaque vers y est une perfection. Chaque note un rendez-vous.
« Comme un manège de lune avec ses chevaux d’étoiles…comme un tambourin qui pleure sous les gouttes de la pluie… »

Ah la la ! Être un jour, un jour seulement, la femme à qui ces mots s’adressent. Et puis mourir…


¸¸.•*¨*• ☆


95 commentaires:

  1. Jemmapes, c'est le nom du département 86 attribué par la France révolutionnaire à ce qui correspond aujourd'hui à la province belge du Hainaut. Le patelin de la bataille se nomme en réalité Jemappes.
    Ceci bien sûr n'enlève rien au romantisme des moulins, qu'ils soient à eau ou à vent, les deux ont existé à Jemappes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions géo-historiques, cher Boss
      Je vois que tu as quand même goûté à la substantifique moelle de mon billet...
      Gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est que le mot m'avait intrigué : mon frère cadet est né à Jemappes !

      Supprimer
    3. Aaah Walrus, mon pote, je te savais déjà un puit de sciences et de sagesse mais à présent je découvre aussi un puit d'Histoire... C'est clair, faut pas te raconter des histoires, hein :-) Respect, man...

      Supprimer
    4. En fait, dans Wikipétruc, les deux orthographes sont admises. Ça dépend si on "m" un peu ou si on "mm" beaucoup !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ha, te revoilà, je me demandais où tu étais passée ! Nouvelle bannière, nouveau post justifient ton silence.
    J'ai eu la semaine dernière l'occasion de visiter et de dessiner le moulin Omer (à Cucugnan) mais surtout la boulangerie juste à côté où le boulanger cultive lui même les céréales dont il fait un excellent pain. Les moulins du XXI ème siècles s'appelleraient ils "éoliennes" ? un auteur compositeur autre que ce grand Michel que tu aimes (et moi pas) parviendrait il à composer un "tube" sur ce thème? Les moulins sont très souvent rénovés et font partie du patrimoine, d'autres font penser à un oiseau blessé (je pense à celui de St Chinian dans l'Hérault dont les ailes gisent à terre depuis trop longtemps)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli mais c'est triste cette image d'oiseau blessé dont les ailes sont à terre...
      Ton moulin de Cucugnan, en tous cas, est vraiment beau.
      Pour le tube sur les éoliennes, je connais quelques blogueurs doués en pastiches qui pourraient s'y coller...
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. D'un autre côté, je suppose aussi qu'on n'entre pas dans ton coeur comme dans un moulin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que nenni. C'est tout un protocole, il faut un laisser-passer et un mot de passe, et la clé est dans un coffre en Suisse. Evidemment. ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Si tu aimes tant les moulins tu ne peux pas passer à coté de celui qui est pas bien loin de chez moi...
    Le moulin des Olieux : construit en 1743.
    LE SEUL ET UNIQUE AU MONDE moulin à huile sur pivot....
    Toujours en activité.... enfin il produit parfois de l'huile...
    son envergure de 26 m en fait les plus grandes ailes de France....

    Les ch'tis ne sont pas Giono, ni Daudet ni Pagnol....
    On suppose que tout ch'ti est fils de gueule noire... et ne sait que faire tourner les roues des chevalets des mines....
    C'est clair : "Les lettres de la Fosse 14" d'Alphonse Demesmaeker .. Ça va pas l'faire.....
    " La bique de Monsieur Deconinck"
    " Le secret du Maitre Porion"
    " Le curé d'Erquinghem-le-Sec"
    " La bistouille du vicaire de Saint Folquin"
    et autres "Carriole de Beaukaire"
    on est loin du compte....
    :-(

    Mais ce sont mes terres de solidarité, de fraternité, d'adversité, de luttes sociales, de victoires prolétariennes, de rudesse du temps, de fumées d'usines, de mur de briques, et surtout de chaleur humaine indéfectible....

    Et là Nord et Sud réunis nous ré-écrirons le Chant du Monde ...

    Tu viens quand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh la ! il ne faut pas me le dire deux fois, ça...Tu viens quand...je viens toujours quand on m'invite, surtout de si jolie manière.Je ne doute pas que ton moulin soit aussi beau que celui de Fontvieille...
      En tous cas, je crois qu'ils apprécient de se faire la causette : auront-ils jamais été aussi proches l'un de l'autre ?
      Bises de Céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. _Petit Sucre_jeudi, 28 mai, 2015

      C'est drôle, j'aurais pu être la première commentatrice de cet article mais je n'ai pas osé depuis que je sais que la généalogie ne t'intéresse pas trop...
      Si j'avais écrit ce premier commentaire, je t'aurais dit que je suis la descendante d'une longue lignée de marchands d'huile, propriétaires de moulins sur plusieurs générations dans un petit village de l'actuel Pas-de-Calais. J'ai ainsi découvert ce métier ancien que je ne connaissais pas du tout, en même temps que son appellation (oellieux) que je ne connaissais pas non plus
      Bisous

      Supprimer
    3. Je n'ai pas dit que la généalogie des autres ne m'intéressait pas. J'ai juste parlé pour mon cas personnel...Je ne suis pas tentée d'aller gratter dans mes racines.
      Mais tu es la bienvenue avec tes moulins, et je suis heureuse que tu puisses en parler en toute liberté. Olieux, de "oleos" qui a donné oléagineux ... Tu vois il y a une généalogie que j'adore, c'est celle des mots...
      Bisous celestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Le premier qui essaie de te parler de chevaux d'étoiles sous la Lune et de petit tambour coincé sous la flotte, je le bâillonne, non mais!
    C'est comme "voir Naples et mourir" que nous serinent tous les Ritals. Voilà bien une ville où je n'irai jamais. Je ne veux pas calancher avant d'avoir épuisé ma curiosité pour la vie et ce jour-là, je n'aurai plus rien à secouer des beautés de la Baie de Naples...

    Mais tu as raison, c'est beau un moulin.
    Les ailes des moulins à vent sont majestueuses, elles ont le geste amples et la grâce d'une libellule géante qui s'expose au souffle du vent.
    Dans mon coin de pays, les moulins sont à eau, ils se font discrets, ils se cachent au fond d'un vallon.
    Ils ne courtisent pas les caprices d'Eole, ils se font plus fidèles par la force des eaux.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes moulins te rendent lyriques...et un peu injuste pour les Ritals dont tu fais partie, quand même. Bon c'est vrai que rien n'est si beau que l'on doive mourir juste après, je te le concède.
      mais quand même, la Baie de Naples...ce doit être beau...
      Mais j'ai quand même noté que tu ne veux pas que je calanche tout de suite. C'est gentil.
      baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Mais non, mais non, je ne suis pas dur avec les Ritals, juste réaliste.
      Ils ne sont pas nationalistes, juste chauvins. Un chauvinisme qui tient de la foi du charbonnier.
      L'Italie est le plus beau pays du monde... qu'ils connaissent. Alors forcément qu'en l'absence de point de comparaisons....
      Faut dire aussi que l'Italie a bien été servie par la nature et par les arts.
      En plus que l'exubérance ritale s’accommode très mal avec l'objectivité :-)
      Tanto baci

      Supprimer
    3. L'Italie est comme l'Irlande. Elle me fait rêver.
      Et rien que pour ça, elle mérite un peu d'indulgence, non ?
      ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Andiamo va pas tarder à rappliquer sur ce billet, lui qui nous a écrit une ode magnifique aux moulins divers : http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2009/10/11/1240-les-moulins-a-vent#co

    J'ai remarqué qu'il aimait bien les symboles phalliques (phares, mats de bateaux, moulins...) mais pas les éoliennes en face du Tréport ;-) Je ne peux lui donner tort et je suis d'accord avec toi Célestine, je trouve un tel charme aux moulins provençaux que j'ai étudié le sujet et retrouvé une nouvelle inédite (visible au Muséon Arlaten) de notre cher Alphonse :
    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2009/10/17/1247-l-inedit-retrouve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime vraiment beaucoup cette nouvelle bucolique en diable...
      ce Daudet quand même, quel homme ! Et le pressage des olives est original, il plaira à mes lecteurs z'et trices, j'en suis persuadée.
      Andiamo avait fait un magnifique exposé, à la riche iconographie personnelle et dont je ne connaissais point l'existence, étant née à blogbo bien après son édition. Heureusment que tu es là pour parfaire mon éducation.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. _Petit Sucre_jeudi, 28 mai, 2015

      en même temps les éoliennes, comme symbole phallique ya mieux ! ;-)

      Supprimer
    3. J'ai jamais trop compris pourquoi les éoliennes à axe vertical avaient si peu de succès en Europe. Blutchiamo va peut-être pouvoir me répondre mais le seul avantage que je vois à ces drôles d'hélices en porte-à-faux c'est qu'on les voit tourner de très loin. L'axe vertical est beaucoup plus "mécanique" et résistant.

      http://www.archiexpo.fr/prod/vencopower/petites-eoliennes-axe-vertical-onshore-rotor-savonius-62275-1514379.html

      Petit sucre, ce modèle t'émeut-il un peu plus ? En prime, il doit être très propre : son nom est "Savonius" d:^)

      Supprimer
    4. Très mignonne ton éolienne, on dirait une robe de soirée JP Gauthier...

      Supprimer
    5. @ SF
      La conception des éoliennes à axe vertical est plus complexe, donc plus chère.
      Il y a d'énormes difficultés à gérer les paliers de l'hélice. Pour les petites unités, c'est gérable, mal pour les grandes.
      Sur la photo, une éolienne verticale à Martigny. Je crois qu'elle est abandonnée en raison des difficultés rencontrées pour le palier inférieur. Il en était question dans les années 2000. Je ne sais pas si, depuis, un génie a trouvé une solution. (en tous cas, ils ne m'ont rien demandé :-) )
      http://www.jjkphoto.ch/pics_sm/martigny.jpg
      Pour celles à axe vertical: En cas de coups de vent violent, il n'y a pas de neutralisation possible.
      Pour les éoliennes à hélice classiques:
      Le petites ont une dérive: au delà d'une force de vent, la dérive pivote automatiquement et l'hélice se positionne dans le vent, n'offrant à sa poussée que la tranche du plan de rotation de l'hélice, évitant ainsi une rupture du mât ou un emballement de l'éolienne qui pourrait la détruire. Bien évidemment que dans ce cas, elle ne produit plus de jus.
      Pour les grosses, elles sont positionnées face au vent avec une motorisation. Au delà d'une certaine force de vent, l'électronique de contrôle la fait tourner de 90° pour les mêmes raisons que les petites, et pour le même résultat.

      Pour les petites éoliennes à axe vertical:
      L'avantage premier est qu'on peut les confondre avec des antennes relais de téléphonie, ce qui fait que les anti-écolos ne vont pas gueuler dessus. Elles peuvent aussi utiliser des vents plus faibles que celles à hélice.
      Donc, pour résumer:
      les éoliennes à axe vertical sont:
      - plus chères.
      - plus délicates
      - plus caprichieuses
      - mais peuvent produire avec moins de vent que les hélices.

      Les éoliennes type Western à multi pales sont faites pour tourner lentement. En général, elles sont couplées sur des pompes à eau à piston.

      Voilà, pour la prochaine leçon, vous présenterez une dissertation sur le thème:
      Les politichiens n'aiment pas les éoliennes car elles leur font concurrence dans le brassage d'air.

      Supprimer
    6. Blutch< Je me disais bien qu'il devait y avoir de bonnes raisons. Moi j'en suis resté à un N° de "Système D" où ils en faisaient une avec un bidon de 200 l (on garde les 2 fonds, on coupe le tour en 2 et on ressoude les morceaux en les décalant...) le principe est utilisé en haut des mats des bateaux.

      Célestine< Waouw ! C'est le modèle pour aller faire son jogging ;-) ?

      Supprimer
    7. Blutch< Avec ce modèle là, les paliers ne souffrent plus du tout :

      http://blog.pierreverges.fr/developpement-durable-2/energie-2/a-toutes-et-a-tous-merci-on-continue-et-on-ne-lache-rien-retrospective-2012-aout-energie-renouvelable-les-pistes-interessantes-de-leolienne-verticale

      Supprimer
    8. Zont pas osé mettre le prix...
      4,5 kWh pour une éolienne de 18,5 m de haut.... Soit il y a une erreur dans l'article, soit le rendement est à chier. Dans le 2e cas, il vaut mieux retourner au système fût d'huile. C'est moins cher et plus performant.
      Comparativement, pour produire 4,5kWh, il faut un rotor de 6 m de diamètre.
      Plus sérieusement, les plus grosses éoliennes arrivent à 7-8'000 kWh pour un rotor de plus de 160 mètres de diamètre. Impossible à gérer ça en axe vertical.


      Supprimer
    9. Ah que j'adore cette conversation eoliennesque ! C'est technique tout ça ! moi je me suis laissé dire que les éoliennes, finalement c'était pas si écolo que ça, rapport à leur matériau, leur non dégradabilité et à l'énergie qu'il faut pour les fabriquer et surtout au défigurage du paysage que cela occasionne...
      mais qui vat-on croire de nos jours où on lit tout et son contraire ?
      Saoul fifre : mettre une robe de soirée JPG pour aller faire du footing,bon courage !
      Bises à tous les deux. ùerci pour ces développement du plus grand intérêt.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Tu écoutes la propagande cachée des nucléaristes... :-)
      Comme en toutes choses, il y a de l'énergie grise dans les éoliennes.
      Mais en quelques mois de production cette énergie est remboursée.
      Pour ce qui est des déchets:
      A part ce qu'il y a dans les circuits électroniques, aucune matière dangereuse.
      C'est du béton pour le socle matériau inerte et recyclable à 100%
      De la ferraille (beaucoup) parfaitement recyclable
      des métaux non ferreux, de l'huile.
      Pour les pales, c'est soit de l'alu, de la fibre de carbone ou des matériaux composites. Dans ce dernier cas, c'est un peu ennuyeux, mais c'est incinérable.
      Bien planifié, en 4 semaines il n'existe plus rien d'une vieille éolienne.

      Au bilan du nucléaire, c'est 140 grammes de CO2 par kWh produit. Il faut des années de production pour qu'une centrale restitue l'énergie qu'elle à prise. En fin de vie, RIEN est recyclable. Tout, matériel et bâtiments, est à traiter en déchets spéciaux.
      Temps pour la démolition.... Et personne pour accepter ça dans son jardin.
      SuperPhénix a été stoppé en 1998. EDF n'a pas encore touché au réacteur.
      A Brennilis, EDF voudrait attendre encore 2 siècles avant de s'attaquer au réacteur. Parait-il pour que la radioactivité se réduise, en fait pour refiler la patate chaude à d'autres car personne ne sait comment faire... et en plus y a pas les sous pour ça.

      Une chose est sûre, je préférerais voir une éolienne s'écraser dans mon champ plutôt qu'un remake de Fukushima.
      Ce qui enrage les nucléaristes tient en un constat, simple et rédhibitoire:
      Le prix du kWh éolien est maintenant plus bas que celui qui est projeté pour l'EPR de Flammanville.

      Supprimer
    11. L'EPR de Flammanville, et les autres aussi d'ailleurs, leur prix définitif n'est pas encore connu, avec toutes les malfaçons et fentes diverses. Et on n'en est même pas à intégrer le coût du démantèlement dans le prix de revient, personne ne l'a jamais fait. T'imagines le prix du kwh rétroactif à Tchernobyl ?? Alors la propagande anti-énergies renouvelables, hein, c'est aussi objectif que celle anti-juifs à l'époque nazie (ça y est, j'ai atteint le point Godwin !)

      Supprimer
    12. SF merci pour les éoliennes Savonneuses, je n'en avais jamais vues de telles;-)
      Pour le coup ce ne sont plus des symboles phalliques mais des symboles de sex toys :D

      Supprimer
  7. Mourir juste après avoir entendu des mots d'amour ?
    Ton moulin va trop vite !
    Tu vas rater le meilleur... !
    ;-)


    P.S. ...la montée de l'escalier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouè bon, c'était une métaphore...ou une périphrase...faudra demander à Tonton Audiard.
      Mais rassure-toi, j'ai pas trop envie de mourir tout de suite, quand même !
      Pas avant d'avoir monté encore quelques... escaliers
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tonton te réponds ici:
      http://www.dailymotion.com/video/xgzk93_metaphore-ou-periphrase_shortfilms
      Baci

      Supprimer
    3. On ne s'en lasse pas...^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Ici, les moulins sont plutôt à eau. Farine, foulon, tannerie, brosserie, scierie, les moulins fournissaient l'énergie pour l'industrie. Il en reste quelques uns très impressionnants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins Berthoise, autant que je me souvienne les moulins sont à eau... j'ai connu des moulins à voile sur une ou deux collines dans le nord-ouest, mais si j'ai été impressionné c'est par les moulins à aube (d'ailleurs je ne sais même pas si "aube" s'écrit de la sorte...)
      Je m'aperçois que le moulin ne m'évoque pas grand chose, c'est curieux d'ailleurs, je n'avais jamais prêté attention à ce non-sentiment...

      Bleck

      Supprimer
    2. C'est beau, les moulins à eau. C'est pourquoi j'en parle aussi dans ce billet. C'est l'eau qui coule et fait tourner la roue du destin, de la fortune ou du temps qui passe. Tout aussi symbolique que les moulins à vent.
      Je ne désespère pas de te faire apporter un peu d'eau à mon moulin... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Cette chanson me fait chavirer, me berce...... Un souvenir de mon enfance me revient : une promenade quotidienne avec ma grande mère pendant nos vacances de Pâques à la mer, elle nous menait toujours jusqu'a deux vieux moulins et moi je chantais toujours " Meunier tu dors, ton moulin" .....moins romantique que la version de Michel mais j'etais une enfant espiègle. La mélancolie m'etait alors étrangère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meunier tu dors, belle chanson traditionnelle que malheureusement les enfants ne connaissent plus.Le meunier aussi me fait penser au chat botté, et surtout à cette fable de la Fontaine "le meunier son fils et l'âne" qui veut prouver que qu'on fasse et quoi qu'on dise, on aura des détracteurs.

      «Je suis âne, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue;
      Mais que dorénavant on me blâme, on me loue,
      Qu'on dise quelque chose ou qu'on ne dise rien,
      J'en veux faire à ma tête»


      J'aime savoir que tu étais une enfant espiègle...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. La chanson est très belle et les moulins de ton coeur me vrillent joliment le mien, de coeur. Moi je suis plus d'un pays de moulins à eau, chaque village possède une rue du Moulin. Et je te renvoie à ce poème écrit il y a longtemps quand chez un ami qui vivait et vit toujours dans un moulin nous avions organisé des soirées poétiques et musicales enchantées puis désenchantées. J'avais écrit une toute petite pièce de théâtre pour une comédienne amateur, et,tu me connais, un court moment j'étais Bergman avec Ullman, Federico avec Giulietta, Woody Allen avec Mia Farrow, incorrigible. Je t'embrasse des quatre points cardinaux et de toute la force du courant. ATTB.

    Ici (c''est le titre du texte)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incorrigible, mais qui te demande de te corriger quand c'est ainsi que l'on t'aime.
      Je suis allée lire le poème.
      merci pour ce partage, ô capitaine, mon capitaine...
      Attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. le Moulin a mal tourné.Voici les clefs. Bises.

    http://eeguab.canalblog.com/archives/2006/12/03/3333716.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il tourne toujours bien dans ta mémoire...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Toi aussi tu fais dans les chanteurs morts et moribonds maintenant ?? Warf !
    J'aimais bien les moulins avant...
    On en a des jolis aussi dans le Sud Ouest.
    Bises et belle semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que Michel Legrand n'a pas le charisme de Maître Gims, le grand poète vivant du XXI° siècle...
      Quant à ses vers, j'avoue que ça ne vaut pas:

      J'me tire dans un endroit ou j'serai pas l'suspect
      Après j'vais changer d'nom comme Cassius Klay
      Un endroit ou j'aurai plus besoin de prendre le mic
      un endroit ou tout le monde s'en tape de ma life


      Je te taquine, Mindounet.Mais c'est toi qui as cherché !
      Bises mutines
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu sais que Gims est de retour en plus...dans une autre chanson, il rend hommage à Brel : " laisse moi être l'ombre de ton iench...".

      Supprimer
    3. pfffff !!!!! ^_^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. lues et relues les lettres de mon moulin, aux enfants et petits enfants ! Leur préférée ? La mule du Pape !

    Bacino Célestinouchou )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, comme ça, on avait écrit un beau billet par dessus les moulins ?
      Quel petit cachottier, heureusement que Saoulf a cafté !
      Bisous chouchou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Comme tes mots répandent la douceur de vivre et j'en suis le premier à m'extasier. Ton vivier spirituel est aussi plein de mots magiques que ton coeur de tendresse, d'amour, d'amitié. "Les moulins de nos coeur" comme c'est joliment dit! Mais pourquoi devrais-je m'étonner, chère Célestine, toi qui étends tes ailes dans les airs et te laisses planer au gré du vent en semant des gouttelettes de ton nectar de miel sur nos cœurs affamés. (vois-tu avec toi, je me laisse tourner au gré du vent pour semer quelques mots comme ton moulin de nos cœurs) Merci de la joie que tu nous donnes ma Muse, notre Muse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée du "vivier spirituel"comme si mes mots étaient de petits poissons d'argent qui frétillent en tous sens...
      Mais j'aime surtout ton enthousiasme inconditionnel. Tes mots me servent de fard à joue.
      "Les moulins de nos coeurs", c'est quand même une variation sur le thème de la chanson de Michel Legrand. Mais c'est agréable de se sentir une Muse.
      Merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah! bon, fard à joue? j'aimerais que mes mots scintillent juste sous tes battements de cils!

      Supprimer
    3. Tu me fais rougir de confusion, voilà ce que je voulais dire...

      Supprimer
  15. Hé hé:

    http://tatinic.typepad.fr/myosottises/2013/09/le-moulin.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle merveille, la photo que tu as choisie... C'est en Grèce ?
      Merci pour ce rappel, ma Myo. Un joli écho à mon billet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. C'est une belle chanson, je l'aime aussi beaucoup. J'aime nos moulins du nord, tu vois, dans lesquels j'imagine la vie dure et froide, faite d'endurance... Les armes de ma famille ont comme symbole l'anille d'un moulin :) : les premiers à être devenus de "petits seigneurs" avaient un moulin à eau ici tout près!

    Baci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'anille...comme j'adore apprendre des mots nouveaux, Edmée ! Merci pour cette anille qui enjolive mon "vivier spirituel" comme dit Bizak.
      Ta famille a des "armes", un emblème, un écusson...wouaou!
      Tu es une princesse, je l'ai toujours su. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Quelle jolie chanson .... Au Portugal au dessus de Nazare, jolie petite ville en bord de mer (va voir sur internet) il y'a de magnifiques moulins bleus et blancs ... Merci de me rappeler de si beaux souvenirs !
    Bisous tendres et bonne soirée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allée voir, marie, comme ils sont jolis tes petits moulins du Portugal...
      Merci pour ce partage ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. C'est bien joli ces histoires de moulins à vent, à eau, à voile et à vapeur, mais moi ce qui retient surtout mon attention c'est le dernier paragraphe…

    Un jour seulement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour seulement c'était pour paraphraser la chanson de Brel "Etre une heure, une heure seulement..."
      Mais si l'idée le prenait de continuer au delà d'un jour, je ne dirais rien... ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Bon.
    Disons que je n ai pas lu la fin de ton billet... ML pour moi c'est encore pire que Juju !!!
    Question moulin, Daudet m a souvent fait rêver quand j etais enfant. Et la chevre de m Seguin raconté par Fernandel, un pur bonheur !!!
    Mon préféré, coté visuel, reste "le vieux moulin", dessin animé de Walt Disney en 1937 ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si j'étais poète,...
      Si je pouvais trouver un éternel sourire,
      Voile innocent d’un coeur qui s’ouvre et se déchire,
      Je l’étendrais toujours sur mes pleurs mal cachés
      Et qui tombent souvent par leur poids épanchés.
      Renfermée à jamais dans mon âme abattue,
      Je dirais : ” Ce n’est rien ” à tout ce qui me tue...


      Mais je ne suis pas MDV.
      Le souvenir de Fernandel heureusement me fait sourire. ^^
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
    2. J aime bien aussi la fin de ce poême et pourrais en revendiquer le réalisme fataliste si elle n'était teintée de mysticisme ...

      Supprimer
    3. Mysticisme...certes, je dirais même religion. C'est ce qui m'a empêchée de recopier le texte en entier... Je fais preuve parfois d'un certain réalisme humaniste, non ?
      gros kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Pas "parfois", mais (presque) toujours !! :)

      Supprimer
    5. Wouaou, c'est un peu comme un bon point, alors ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. en écoutant la chanson, je pensais tout le temps à sa version anglaise, puis j'ai compris pourquoi, c'est l'anglais la V.O. (écrite par Alan et Marilyn Bergman, vérification faite ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The windmills of your Mind est effectivement la chanson originale, mais la musique en est bien de Michel Legrand. Il a simplement mis des paroles françaises sur sa propre musique...
      Merci pour ces précisions Adrienne.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Je n'ai pas les mots qui volent comme la plupart d'entre vous, pourtant je suis la fille d'un moulin, pas un moulin à poèmes, non un vrai, à eau, qui ne fonctionne plus depuis si longtemps..... les moulins, ça me parle toujours puisque mes aïeux y ont travaillé ...... mais autant de poésie autour de cela, je ne connais pas.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fille d'unmoulin, c'est déjà de la poésie cela...
      Ne crains pas de porter sur toi-même un regard bienveillant. Oui tes mots peuvent voler aussi. j'en suis persuadée.
      Et dis toi que je vois de la poésie partout, c'est mon défaut...et on me le reproche souvent !
      je t'embrasse petite violette
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. comment reprocher à quelqu'un trop de poésie ? y a trop de gens qui l'ignore. Au point que je ne parle même pas de mes ateliers d'écriture tant ils n'y comprendraient rien ..... quel dommage !

      Supprimer
    3. On peut reprocher trop de poésie à quequ'un quand on met le réalisme au coeur de sa vie. Tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à une fuite du réel, que ce soit la fantaisie, le rêve, la chanson, le romanesque, le fantasme ou l'imagination, (la folle du logis, comme on dit) est forcément suspect aux gens réalistes. Alors la poésie...qui est un peu tout cela à la fois...ne trouve pas grâce à leurs yeux.
      Bises mel. Continue tes ateliers d'écriture !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Gardons nous de toute généralisation, démarche qui potentiellement amorce les conflits !
      Il y a quand même en chacun d'entre nous une part d'enfance, plus ou moins importante :)
      Alors le "forcement suspect" c'est ... forcement suspect !! ;) ;) ;)
      Quoi?? Hein??? Mais non, je ne cherche pas la polémique :))

      Supprimer
    5. Paul et Mick sont toujours là où on ne les attend pas...
      mais je comprends ta position, moi qui déteste les généralités.
      Je ne parlais que de mes ressentis...un jour où je me suis ramassé le couvercle de la "boîte à délires" un peu fort sur les doigts...:-))
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je ne regarderai plus les moulins avec le même œil... et chez nous, il y en a beaucoup.
    Le plus près de ma maison est bleu. Je le vois de la fenêtre de mon bureau. Bleu, c'est une couleur pour être heureux...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un beau compliment que tu me fais, mon ami.
      Je regarde les choses avec mon oeil tendre et un peu ironique parfois. Mais il est bleu.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Il y a longtemps que vous faites tourner les cœurs et les têtes comme des moulins....

    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...et ça nous a aidé à moudre et trituré bien de nos idées restées en jachère!

      Supprimer
    2. Jachère...comme tu y vas, mon Bizak ! Disons que vos cerveaux sont des terres fertiles et arables. ( arabes aussi, oui, c'est vrai ! lol) je ne fais qu'y semer des étoiles...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Ce sont les lapins qui vont être étonnés de voir autant d'animation sous les ailes de leur moulin ! Depuis le temps qu'ils voyaient la porte du moulin fermée !
    Eolienne le défi me tente !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le défi de la chandson, tu veux dire ?
      Allez, je t'encourage !
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Les moulins attirent notre attention, on ne peut pas passer à coté en les ignorant. Malgré le temps qui passe, ceux qui restent sont beaux, élégants. On n'a pas eu l'occasion, ou si peu, de les voir tourner leurs grandes ailes qu'ils réveillent notre imaginaire.
    Quand je regarde un moulin, je me sens apaisée, il me ressource. Il va chercher dans mon inconscient quelque chose de rassurant ( peut être sa robustesse), de lointain (qui viendrait de mes aïeux), de chaleureux ( le blé, la farine qui nourrissent) et pourtant la vie n'était pas facile pour ceux qui les faisaient tourner...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu tout cela que j'ai voulu exprimer, en effet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Ah non : pas mourir !
    Le ptit moulin, il est dans ma tête en ce moment (vi-ve-ment les vacances ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'était juste une fçon de parler...genre: voir Naples et mourir.
      Mais je vais pas partir maintenant, alors que je vais attaquer une nouvelle vie, ce serait trop bête...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Bonne nuit, blottie dans une aile de ton moulin, à regarder le ciel, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Mart.
      Regarder le ciel, ça me connaît ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Ah ! Fontvieille.. j'connais ! les moulins !! magnifiques... au pays de Giono et de Pagnol, chers à mon coeur !
    pas si loin, à tire d'aile.....(s) merci Célestine de continuer à réveiller le rêve en nous !! bonne fête demain, mOman !! - amitiés. Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réveiller le rêve, qui peut rêver d'une mission plus exaltante ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. tu sais que j'habite au "Moulin de la Perche"...

    RépondreSupprimer
  30. Ah la la ! Trouver un jour, un jour seulement, la femme à qui ces mots s’adressent. Et puis mourir…
    Bises en passant...........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher jacques,

      Cette femme existe forcément quelque part...peut-être qu'elle a attendu juste de trouver comment te faire savoir qu'elle existe. Peut-être qu'elle s'est dit "il est pas mal, ce Jacques" mais qu'elle n'a pas su comment te le dire ? ;-)

      Supprimer
  31. Je n'aurais pas pensé à poser le moulin de maître Cornille sur la même image que ceux du cœur, et pourtant la trame romantique n'est pas si éloignée, tu as raison.
    Cette chanson est sublime...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tout à fait sublime, c'est le mot...Elle me tourne en boucle dans le coeur depuis que j'ai lu ton billet...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.