vendredi 20 décembre 2019

Mettre du feu







Il arrive, elle le voit, elle le veut
Et ses yeux font le reste
Elle s'arrange pour mettre du feu
Dans chacun de ses gestes
Francis Cabrel







Maître du feu ...


Mon père disposait le papier journal, le petit bois, les pommes de pin, les branches mortes. J'avais l'insigne honneur de craquer l'allumette. Je l'approchais doucement du papier, le doigt tremblotant de plaisir, jusqu'à ce que la première flamme apparût. Rapidement, le brasier enflait comme un monstre grondant et soufflant un air brûlant. Les flammèches léchant les arbres étaient autant d'étoiles filantes.
Sous les monceaux de feuilles humides, les volutes de fumée âcre lançaient des jets d'aiguilles dans la gorge, les yeux. Mais le feu triomphait à nouveau et enguirlandait l'espace. C'était beau dans le crépuscule flou de décembre, beau comme un morceau de soleil échoué sur le sol. Je n'aurais échangé ma place pour rien au monde.
C'est sans doute dans ces premiers automnes de feuilles mortes et de braises qu'est née ma fascination pour le feu. Ce frisson de lumière qui me parcourt avec toujours autant de force et de fièvre. Bélier, signe de feu. 
Symbole de l'énergie primale, et aussi du burn-out. 

Symbole de mon tempérament incandescent, de mon caractère strombolien, et de ces étincelles qui constellent ma vie.
 Ecouter vibrer la belle voix d'Olga et les guitares de Fred et Christou. Chanter en duo avec Mina, mon ancienne élève tellement émue de me retrouver. Découvrir les oeuvres d'une sculptrice splendide qui modèle la terre comme de la chair vivante. Manger dans un bouchon lyonnais avec mon fils, regarder les yeux d'étoiles de son amoureuse parler de l'Irlande et m'offrir une Claddagh Ring. Emotion encore.  Voir au musée des Terreaux l'exposition sur le drapé dans l'art. Suffoquer de beauté.
Arpenter le vieux village de La Laupie, entièrement réhabilité par la passion de ses habitants, un délice de vieilles pierres lovées contre une chapelle à la cloche d'airain. 
Décider de me perfectionner en guitare, aller boire un verre au golf, rêver des rivages turquoises de l'île Maurice, et livrer mes pieds aux mains douces d'une réflexologue. Lâcher prise.

Remercier Mathilde qui m'a fait ce beau cadeau. Ouvrir de grands yeux quand la praticienne me dit qu'elle sent de la tristesse dans mes pieds. Repenser au petit Prince parti trop tôt. Penser à ma mère qui est entrée à l'hôpital, dans la nuit de samedi. M'inquiéter tout bas. Penser à mon ami Hugues qui est parti deux jours avant, sans que j'aie pu le revoir. A la douleur de sa famille.
Mais sentir tes bras autour de moi comme une écharpe d'amour, écouter tes mots de tendresse et sourire. 
Remettre du feu dans mes gestes. Sourire toujours. 
Tristesse et joie nouées comme des lianes inextricables. 
Comme l'eau, comme la terre, comme le vent, comme toute chose ici-bas, le feu c'est la vie, et c'est la mort aussi. L'accepter. Sourire encore.

•.¸¸.•*`*•.¸¸

Le vieux village de La Laupie
Pour l'atelier d'Olivia.
flou – caractère – tendresse – burn out – lâcher – cloche – enguirlander

96 commentaires:

  1. Réponses
    1. Le partager avec toi, c'est un bonheur, car tu es ouverte à cela. ;-)

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Ecrire et écrire encore, laisser couler la douleur, l'extérioriser, l'exorciser et en faire un texte à offrir à tes lecteurs qui n'ont qu'une envie te tendre la main, te prendre dans les bras pour un gros hug de réconfort, il n'y a que toi, Célestine, qui saches mener ce combat et en sortir vainqueur. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai mené des combats... A présent, j'ai compris que la vie n'est qu'une succession de hauts et de bas, et que la souplesse de l'équipage permet de passer ces creux et ces bosses avec le moins de désagréments possibles.
      Moi aussi, je t'embrasse fort
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Beau texte. On ne peut dissocier, oui, la vie et la mort.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dans tout, le beau dans la laideur, le triste dans la joie, et toute cette sorte de choses.
      Merci bonheur du jour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. et oui tout est tellement lié...
    (voyons si ça marche ce coup-ci)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien oui, Allelluia ! ça marche ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Et j'aime beaucoup ce que dit Suzanne :-)......
    Encore et toujours s'efforcer d'entretenir la petite flamme, voir la ranimer quand le souffle vient à manquer.
    Et puis comme disait l'autre: Sentir le vent qui se déchaîne, Battre le sang dans nos veines,Monter le son des guitares, Et le bruit des motos qui démarrent.... et allumer le feu. Et vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est de l'or, ce que tu dis, little sister.
      Et l'«autre », comme tu dis, avait des textes magnifique, et celui là en est un.
      VIVRE ! y a-t-il un mot plus beau ?
      Kisses
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. "la praticienne me dit qu'elle sent de la tristesse dans mes pieds"
    Avais tu vraiment besoin d'une praticienne pour savoir que quand on a le pied triste, c'est pas le pied ?
    Au moins tu as une chance insigne : Tu ne connais pas la solitude.
    Tant que tu aimes quelqu'un et que quelqu'un t'aime (si possible le même, évidemment...), la vie vaut le coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je n'avais pas besoin d'une praticienne, mais il se trouve que cette séance de réflexothérapie m'a été offerte par une amie très chère, et j'y suis allée parce que voilà, c'était un cadeau, et les cadeaux ne se refusent pas...
      Oui, j'ai une chance insigne.
      J'en suis persuadée chaque jour depuis plus d'un an... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Oui, la tristesse et la joie sont nouées comme des lianes inextricables, mais les plus belles lianes, ce sont des bras autour de soi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui...douces, pas enfermantes, rassurantes et fortes...
      ❤️

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Laquelle ? Celle d'en haut est prise sur le net, celle d'en bas est de moi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. En ces temps funambulus où l'on marche sur la corde, ton feu plein de splendeurs invisibles réchauffe l'atmosphère mouillée ; tes mots brodés sur l'écran de l'air attisent ces moments de laine et de braise en des sourires heureux d'autres fois. J'atteins le ciel à te lire et retrouve les é-toiles filantes, toi qui ressens le tout si profond'aimant. Tu gommes et peins toutes les couleurs de la vie dans ton sang, les belles les sombres et les chagrines ; elles t'habitent jusqu'à ton plus profond et s'expriment dans ta poésie qui dit si bien la pluie et le soleil qui chante.
    Je pense souvent à toi nous qui nous ressemblons tant en tout et vibrons à chaque instant chaque seconde.
    De jolies fêtes partagées avec les tiens. Je ne t'oublie pas.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je sais que tu ne m'oublies pas ma chère den. Et je suis particulièrement touchée par ton commentaire, qui m'enveloppe de bien-être en pointant ce que j'ai de plus cher : les mots, leur vibration, et la force de leurs messages.
      J'adore « ces moments de laine et de braise ».
      Moi aussi je pense à toi, et je réponds le plus vite possible à ton mail.
      Bisous de coeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Tout ce qui naît est destiné à mourir, les seules choses qui durent ne vivent pas.
    Au fond, quand on y pense bien, c'est un peu comme si, plutôt que la naissance, c'était la mort qui nous donnait vie...
    Et la tristesse, primaire, naturelle, qui nous envahit dans la perte, je crois qu'elle est salutaire. Qu'il faut l'éprouver, la vivre, l'exprimer. La laisser nous traverser, c'est se donner le temps nécessaire à renoncer à ceux qui meurent, qui partent, à tout ce qui n'existe plus ailleurs qu'en soi-même.
    Se vider de son chagrin, jusqu'au retour des bonheurs, de la joie... Apaisée, différente à jamais, mais vivante :-) ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ressens cela comme un sac et un ressac bienfaisants, un éternel tango entre joie et tristesse. Le chagrin part, le bonheur vient, le bonheur part, le chagrin vient...Et parfois, dans l'amour, les deux peuvent coexister et s'exprimer en même temps...
      J'aime beaucoup l'expression « tout ce qui n'existe plus ailleurs qu'en soi-même »
      Merci pour ce beau commentaire.
      🌸❤️🌸

      Supprimer
  11. Quel beau texte, tout en pudeur et mélancolie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Olivia, tes mots m'ont inspirée...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Je t'envoie ma petite flamme, qui vacille mais tient bon. Je n'ai rien d'un feu follet mais si je peux entretenir un peu le foyer. Je sais qu'il y a ceux qui sont partis, toujours trop tôt, parfois scandaleusement trop tôt. Il y a ceux qui sont en partance, certains déjà un peu absents.Il y a ceux perdus de vue, qui nous manquent. Il y a le feu sacré qui dodeline dangereusement. Il y a l'amitié... et des lianes indéfectibles. Le meilleur pour toi et tes proches, Miss W. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher et indéfectible ami.
      Je note que le feu des mots et de leurs jeux n'est pas encore parti de toi, et ça me réjouit.
      Ta petite flamme et là, et je pense très souvent à toi.
      Merci d'être là, dans un joli coin de mon paysage intérieur. Il y fait bon, et doux, il y a des bernaches et un banc pour la conversation.
      Kisses from your angel B
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Bivouacs et feux de camp, t'aurais dû "faire" éclaireuse !
    En fait, tu le fais et parfois même, ta lumière nous éblouit !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'offrirai une belle paire de lunettes de soleil pour noël 😁💋
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. S'installer devant une cheminée allumée a toujours un côté réconfortant, tu te sens mieux et même si c'est passager, c'est toujours bon à prendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Carrément ! Et je ne te dis pas ça parce que je suis devant la cheminée... muaha !
      Un grand réconfort quand le vent souffle au-dehors, et une grande chance, j'en suis consciente
      Bisettes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. J'irai peut-être marcher dans tes pas à La Laupie pas loin d'ici, quand le vent et la pluie se seront calmés, pour m'apaiser de la mort et du feu moi-aussi...
    Belles fin d'année Célestine ;-) tu me ravis par tes mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais c'est vrai que tu habites pas loin de moi ?
      Dans la Drôme ? L'Ardèche ?
      Bisous voisine ! Hier, j'ai parlé avec une patcheuse... Et je lui ai parlé de toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Oh my god ! Je pensais qu'une claddagh ring était une bière !!! :-) Mais non, mais non, il s'agit d'une bague !
    « Let love and friendship reign »

    Célestine, tu écris "Remettre du feu dans mes gestes. Sourire toujours.
    Tristesse et joie nouées comme des lianes inextricables."
    C'est tout un processus alchimique que tu évoques. C'est cela la vie.
    Et la cerise sur le gâteau : Mais sentir tes bras autour de moi comme une écharpe d'amour, écouter tes mots de tendresse et sourire.
    Oui, sourire malgré tout :-)
    Inutile de préciser que j'adore ton texte ; si il faut le préciser ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que j'aime ton enthousiasme, Biche !
      J'aime beaucoup l'alchimie, je trouve que cela donne beaucoup de poésie à notre monde froid et trop cartésien...
      Quant à la cerise sur le gâteau, elle est merveilleuse, je te le concède.
      Merci merci !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Le feu vivant - vibrant de tes mots.
    Comme c'est beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci marie !
      Ravie de te revoir par ici 🌸
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. C'est la vie avec ses joies , ses peines, ses épreuves, ses rencontres ! Vie si fragile qu'elle en devient un miracle quotidien ! Ah j'ai toujours aimé les rencontres: les vraies, les inattendues, les baroques. Le feu du partage coule en moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ce feu coule en beaucoup d'entre nous, ici, dans ce lieu magique que l'on appelle la blogosphère.
      Et ça réchauffe le coeur !
      Et les rencontres baroques, c'est quoi au juste ? ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Des marginaux, des rêveurs, des originaux. J'en ai rencontré pas mal dans les milieux spirituels. Je me souviens d'une femme chamane qui me cassait des œufs sur le corps pour me soigner !!

      Supprimer
    3. Ah oui, je comprends mieux...Je pensais à la musique, et je ne voyais pas le rapport !
      Bisous Daniel, merci pour ton explication. Des oeufs sur le corps, ce n'est pas courant en effet !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Oui, voilà comme le dit Marie, c'est juste beau tes mots ! Il fait beau chez moi aujourd'hui, le ciel est d'un beau bleu limpide, de ce bleu lavé par l'orage de la nuit. Moi j'ai encore des bleus à l'âme, vrillés dans mon corps. J'essaie de rallumer cette petite flamme dont tu m'as parlé, certains jours j'y arrive, d'autres jours je sens un grand froid m'envahir et les ailes de la mort me frôler de trop près. Mais je n'abandonne pas, je m'accroche parce que oui, il y a le feu vibrant de la vie qui quelque part m'attends patiemment. Alors merci pour ce beau texte, qui rallume cette petite flamme que l'on appelle l'espoir. Je t'embrasse affectueusement petite sœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, n'abandonne pas, car tu es sur un beau chemin de lumière et de vérité, et ce serait vraiment dommage de renoncer à te découvrir, si belle et si pure malgré les épreuves qui ont pu instiller en toi l'idée contraire.
      La petite flamme de l'espoir, je la garde précieusement pour toi, et celles et ceux qui, de temps en temps, sentent le froid intérieur et l'aile de la mort les frôler...
      Plein d'affection pour toi, grande soeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Merci pour ton message concernant mon texte sur Dieu. J'ai bien aimé et t'ai répondu. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut un plaisir, cher Daniel.
      Le sujet était intéressant.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Que c'est bon, ton feu! Feu d'amour, feu des chagrins, flammes dorant la chair, flammèches tremblant devant les fenêtres, étincelles des souvenirs... Braise et ... wouf!

    Baci sorellita...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouf ! Nous sommes des êtres solaires, n'est-ce pas, sorellita...
      On se comprend à demi moore... hihi !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Moi plutôt Verseau, un bon signe d'eau, je n'eus jamais cet insigne honneur de craquer l'allumette qui allait embraser nos nuits et nos vies .....

    Mon père disait.....
    C'est le vent du nord
    Qui fait tourner la tête
    Et qui fait qu'nos filles
    Ont l'regard tranquille....

    Elle était si jolie
    Que je n'osais l'aimer
    Elle était si jolie
    Je ne peux l'oublier
    Elle était trop jolie
    Quand le vent l'emmenait
    Elle fuyait ravie
    Et le vent me disait

    Il a neigé sur Yesterday
    Le soir où ils se sont quittés
    Le brouillard sur la mer s'est endormi
    Et Yellow Submarine fût englouti
    Et Jude habite seule, un cottage à Chelsea
    John et Paul je crois sont les seuls
    À qui elle ait écrit
    Le vieux sergent Peppers a perdu ses médailles
    Au dernier refrain d'Hello Good Bye
    Hello Good Bye

    Mais mon père jamais ne disait :
    Allumez le feu......

    Alors avec Cabrel bien vivant se poursuit la chanson .....
    Ils se parlent, ils se frôlent, ils savent bien
    Qu'il va falloir qu'ils sortent
    Ils sont obligés de se toucher
    Tellement la musique est forte
    Après, c'est juste une aventure

    Voilà ce que m'evoque ton beau texte :
    rien que des chansons qui parlent de la vie.....

    Bises musicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh my god un signe d'eau ...Mais heureusement ton eau n'éteint pas mon feu !
      Merci pour ce joli patchwork de chansons qui parlent de la vie... Y a-t-il des chansons qui parlent d'autre chose ?
      La vie, l'amour, la mort...
      J'aime beaucoup !
      Bisous cher Petrus
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @ Pétrus
      Errare humanum est:
      Le verseau est un signe d'air (eh oui) il peut donc souffler sur le feu Céleste.
      Accolade et baci à la patronne

      Supprimer
    3. Toi tu es un signe d'eau, mon Blutchy.
      L'eau que j'apprivoise chaque jour un peu plus, moi le feu...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. J'aime beaucoup cette chanson "Samedi soir sur la Terre".
    Tu es pleine de feu mais aussi de sagesse Célestine.
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sagesse n'empêche pas l'enthousiasme, la fièvre et l'amour de la vie...
      Il me semble même que la première des sagesses est d'aimer avec feu la vie pour ce qu'elle nous apporte quotidiennement...
      Je t'embrasse ma jardinière
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Toute ma compassion pour la perte de ton ami... heureusement que tu entretiens ta flamme intérieure, ça aide à garder la chaleur.
    Tu es une belle lumière à laquelle je souhaite de pouvoir vibrer librement aussi longtemps que possible. Douces pensées pour toi Célestine; Porte toi bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Landrynne comme c'est sincère et beau ce que tu dis.
      Je souhaite que ma lumière continue à t'éclairer autant qu'elle m'éclaire, j'aime ton chemin de vie, même s'il est complexe, et pas toujours facile, et je garde un grand espoir pour toi.
      Je t'embrasse fort.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Lire de la tristesse sur un visage, dans une posture, d'accord ! mais en massant un pied ?! je ne l'aurais jamais imaginé ! Il faut sans doute en avoir palpé des milliers ! Pourtant, que ton corps soit imprégné pour toujours du petit prince, j'en suis bien certaine. Ton texte est magnifique. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les techniques chinoises sont tellement ancestrales et vraies, que rien ne m'étonne vraiment, lorsque l'on a bien en tête que tout ce qui nous arrive est un mix savant entre nos pensées, nos sensations physiques et nos émotions...Quelle merveilleuse machine complexe qu'un être humain...
      Et les points réflexes, les chaines d'acupuncture, etc...tout cela établit une carte précise et détaillée de ce mécanisme extraordinaire où tout est lié...
      Pourquoi rougit-on quand on a honte, ou quand on est ému ?
      Merci kéa pour le texte magnifique.
      Je suis touchée par ta fidélité indéfectible à mes écrits.
      Dire que je ne sais rien de toi...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Tout est dans tout. J'aime bien dire ça.

    Les sentiments provoqués par la Vie elle-même nous font basculer du bien-être à l'angoisse, de la force à la vulnérabilité, de la joie à la peine.

    Je vis cela, vos mots expriment ma réalité, mieux que je n'aurais su le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que tous les êtres doués de sensibilité éprouvent cela, plus ou moins intensément.
      J'ai conscience d'exprimer souvent des choses universelles (sans fausse modestie)
      Peut-être est-ce ma « mission céleste » que d'utiliser ainsi mon don d'écriture ?
      Merci mon ami pour votre passage.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Bonjour ma fougueuse frangine. Tout comme toi, j'avais la délicate mission d'allumer le feu. J'ai toujours aimé l'odeur du feu, elle me rappelle justement mon enfance, dans le chalet en bois là-haut sur la montagne, où le feu crépitait dans l'âtre. Et puis des croûtes au fromage dans le grand plat posé sur le feu, arrosées généreusement de vin blanc par la main un peu lourde de mon papa.

    Ton texte est beau, mêlant la joie, l'amour, la tendresse, les amis, ceux qui sont là et ceux qui partent et puis cette inquiétude pour ta maman. C'est cela la vie, il y a toujours un grain dans les rouages. Et c'est peut-être justement pour cela qu'il est si important de regarder chaque étincelle de notre feu intérieur. Bises alpines affectueuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh pétard, tu me donnes faim avec tes bonnes odeurs de gruyère fondu sur la braise et de vin blanc qui fume...
      Ça sent le chalet de bois, les longues soirées au coin du feu, et les hivers crépitants près du chat angora...
      Il y a toujours un grain dans les rouages, mais sourire aide à mettre de l'huile pour que ça grince moins...
      Bisous alpine frangine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Il y a une chose certaine, précieuse amie. Vous mettez le feu à votre blog chaque fois que vous écrivez un nouveau texte...
    Et cela, c'est un bonheur. Jamais de mièvrerie, jamais de complaisance, tout en fougue et en profondeur.
    J'aime beaucoup ce texte, sans doute parce que vous y mêlez avec votre habileté habituelle sentiments et pensées, aux gestes simples de la vraie vie.
    Je vous aime. C'est Noël, j'ai le droit de le dire, non ?
    Affectueusement
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez le droit de tout dire ici, monsieur, tant que cela reste dans les limites de l'audible...Et même si ce n'était pas noël...
      Ça me touche, vous êtes un de mes plus fidèles commentateurs, et à ce titre, je dirais presque que vous avez tous les droits... Mais ce serait peut-être un peu exagéré non ?
      Bien à vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Comment écrire un commentaire sur le feu, sans trop emprunter à mon texte encore sur le grill... ? L'homme a découvert le feu depuis tellement de temps, que ce feu, outre le fait de réchauffer le corps et le cœur, fait partie intégrante d'une multitude d'expressions ; à chaque fois pour en renforcer l'image, l'appuyer, la rendre plus explicite.

    Quand elle n'écoute pas pousser les fleurs, au milieu des bruits de moteur, elle s'arrange pour mettre du feu dans chacun de ses gestes.
    Et toi, oui toi, Célestine, tu mets du feu dans chacun de tes textes et le plus souvent, tu m'enflammes l'inspiration...
    Comment dois-je faire avec mes cinq brouillons devant moi pour ne faire ressortir qu'un seul commentaire ? Bien sûr, une chanson pourrait me venir en aide ; mais il y en a trop...
    Je n'ai plus de mots !
    Écrire un commentaire, au pied levé, vite fait sur le pouce, m'est impossible.

    Qu'il soit marin,
    qu'il soit grec ou égyptien,
    plat ou creux,
    nickelé ou d'argile, c'est fou ce qu'il peut se loger dans un pied ?
    Voute céleste ou voûte plantaire, même combat !
    Point de tristesse dans la plante.

    Lorsque j'étais plus jeune, suite à quelques problèmes de santé, j'ai dû porter des semelles orthopédiques. Le professeur que j'avais consulté m'avait envoyé chez une pointure, si j'ose dire ;) Un Monsieur qui m'expliquait, tout en faisant des relevés, des tracés, des mesures sur mes pieds, qu'avoir de bons appuis au sol est primordial, pour un bon équilibre, et pas seulement physique... Je ne t'apprends rien si je te dis que chaque zone interne du pied correspond à une autre partie du corps, que tout est lié...

    pfiouu, quel commentaire, Xoulec !!!

    Que dire de plus, sinon de parler du feu qui entre en soie, lorsque, par inadvertance ou par hasard, on pose ses yeux sur la croupe incendiaire d'une professeure de, de, d'Espagnol, qu'elle avait mis le feu en moi et que j'avais avalé la lumière... Elle aurait pu même, enflammer la pluie ♫♫♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou ! si en plus tu me pique mes répliques, il me reste quoi ?
      «pfiouu, quel commentaire, Xoulec !!!»
      Que veux-tu dire d'autre ? C'est du grand toi. Cinq brouillons, rien que ça ... et une belle illustration musicale, avec Adèle, ce qui ,'est pas habituel chez toi. Je m'attendais au surveillant de Sardou, vu la référence à la croupe incendiaire...
      Ton paragraphe sur le pied, c'est le pied.
      Avais-tu lu mon billet qui en parlait ? Un vieux billet de 2015...
      J'attends avec impatience ton billet sur le feu, après celui sur l'automne...
      Bisous chauds
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Dès que j'ai lu ton billet, je me suis dit :" là, je ne vais rien trouver à dire... Tant pis, je vais attendre, des mots vont sûrement arriver..."
      Et puis, ils sont arrivés. Hier donc, j'avais disposé tous mes brouillons, des feuilles volantes en attente de recyclage, devant l'écran de l'ordi, sur le clavier, à côté, un peu partout. J'ai "pioché" ici et là, des idées, quelques mots. D'où mon exclamation à écriture haute...
      Pour finir, je me suis dit qu'un petit pied de nez pourrait être de circonstance... :)
      Je t'embrasse

      Supprimer
    3. Et quel pied de nez !

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
  30. J'ai un peu peur du feu. Je ne sais pas en faire. J'aime bien une cheminée flamboyante si je ne m'en occupe pas. Et le four électrique est mon ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je me souviens bien, tu es gémeaux, un signe d'air...Le feu a besoin d'air pour brûler, mais il lui bouffe tout son oxygène, alors je comprends que tu n'aimes pas trop t'en approcher... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Chaudoudoux à volonté ( ͡ ͜•ʖ ͡•) hugs de mes N'Ours! ก็็็็็็็็็็็็็็็็ʕ•͡ᴥ•ʔก็็็็็็็็็็
    Ce sera ton premier Noël avec ton N'Amoureux, profitez de votre bonheur ♥
    gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Cathy ❤️🌸⭐️
      On va profiter promis !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Cadeau :

    https://www.francemusique.fr/emissions/musique-emoi/musique-emoi-du-dimanche-22-decembre-2019-78943

    C’est devenir un objet que d’être quelqu’un pour tout le monde.
    Jean Grosjean

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli cadeau merci l'ami !
      Je crois que je vais demander le livre au Père No...
      Et j'aime bien la citation aussi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  33. Merci pour ce moment d'émotion. Jolie façon de parler de la vie et de la mort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Guillemette
      Merci. je sais, j'en parle sans doute trop...Mais les circonstances m'ont bousculée au-delà du raisonnable cet été...
      Alors j'évacue par l'écriture...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @Bleck
      Euh... Tes commentaires sont aussi courts, que tes billets sont longs, je tente d'y déceler une logique ?? la moyenne, peut-être...😛
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. Certes, et en même temps je reconnais le bien-fondé du (pas grand) commentaire de la petite Guillemette, et on a tous besoin de reconnaissance, et puis elle est mignonne la petite Guillemette, il était bien son commentaire mais un peu discret vois-tu ainsi j'ai un peu contribué à le mettre en valeur, en lumière, le commentaire de la petite Guillemette hein... hein !

      Bleck

      Supprimer
    4. Formidable !
      Tu es trop chou de défendre la guillemette et l’orphelin ... ;-)
      💕

      Supprimer
  34. Toutes les spiritualités confèrent à l’élément Feu une importance initiatique essentielle. Bien qu’ambivalent par son aspect à la fois créateur et destructeur, il n’en reste pas moins source de vie par excellence. À la fois présent dans les entrailles de la Terre, constitutif de l’existence de toute créature et rayonnant au plus haut des Cieux en tant qu’astre solaire, son mystère n’en finit pas de fasciner l’Homme en quête de sagesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'eau a le même pouvoir créateur et destructeur, source de vie et en même temps danger de mort, et son histoire d'amour avec le feu est compliquée et orageuse...
      L'orage jette a la fois l'eau et le feu...
      Il me fascine, et m'est indispensable.
      Merci Miss pour cette parenthèse spirituelle.


      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
  35. Ton évocation du feu dans ton enfance m'a propulsé dans la mienne. J'étais fasciné par le feu, que je pouvais regarder longuement à la nuit tombante, lorsque je faisais brûler les feuilles mortes. Le jour s'éteignait et je rentrais à la maison imprégné de cette odeur de fumée...
    Aujourd'hui cette pratique est interdite, car trop polluante et émettrice de particules fines.

    En ce moment-même c'est encore un feu qui, dans un poêle ronronnant, chauffe ma maison. Je l'alimente le matin, le ravive le soir. Il est comme une présence vivante.

    Mon feu intérieur, quant à lui, ressemble à une bougie. Une petite lumière animée, qui ne chauffe pas beaucoup, mais danse fidèlement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'évocation de ton feu intérieur, et je suis ravie de te voir là.
      Tu te fais rare, et cher, donc...
      Présence vivante du feu, du foyer, ronronnement, crépitement, le feu de bois est le plus ancestral des moyens de chauffage humain.
      Après la tempête qui a décimé les arbres de la région, le Préfet a exceptionnellement autorisé les feux de feuilles. J'ai pu ainsi retrouver ce souvenir d'enfance, je n'avais plus fait de feu à l'extérieur depuis une éternité...

      Je t'embrasse cher Pierre. Chaleureusement.

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
  36. Bonjour Maitresse feu follet :) que de sages résolution dans ce beau billet assez facile à tenir.
    Continuer à mettre le feu partout où vous passez... soyez l'allumeuse de vôtre "unique" vie ;)
    Bisous tendres Célestes. Bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je mets le feu sans brûler heureusement...enfin, je pense il faudrait demander à mes anciens amants ils ne seront peut-être pas d'accord...
      Belles fêtes à toi, élève Julie.
      A tout bientôt

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
    2. Anciens amants ? ce sont donc les "feus" de l'amour que vous "allumez" Maitresse :D (rire tendre)
      Oups Maitresse, le mot juste serait "rallumeuse"... le "r" apparement l'ai écrit à l'encre sympathique :)
      Somme toute, mieux vaut "allumer" que de passer inaperçu... si si ;)
      Bisous Célestine, belle journée festive.

      Supprimer
    3. Va pour rallumeuse ! d'étoiles, de feu, de bonheur, d'étincelles...
      Je vibre !!!
      Joyeux Noël one more time ma Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  37. Mon enfance a baigné dans le feu utilitaire. Nécessaire. Le feu de la cuisinière à charbon.
    Le feu de la chaudière à charbon qui trônait dans la véranda. Je descendais à la cave remplir la charbonnière, avant de déverser « l'anthracite » dans l'âtre. Le feu du poêle à bois en fonte chez mon oncle qui chauffait les deux pièces centrales de la maison.
    La cheminée d'agrément je l'ai connue chez mes parents, dans leur Ardèche de retraités au centre de la tour en pierres d'un ancien relais de chasse des seigneurs de Crusol érigé au XIV ou XVe siècle.


    Le feu comme un essentiel à la vie. Sa chaleur variable, parfois trop intense, parfois défaillante, la nécessité de la bonne distance avec lui. Les joues chaudes, et le froid dans le dos. Et surtout l'entretien constant.
    Peut-être y eut-il là ce qu'on appelait à l'école « des leçons de choses ».
    La vie, avec sa chaleur, ses froideurs… et parfois le feu éteint, au matin, et tout ce temps qu'il fallait pour le rallumer, et encore plus pour que la chaleur revienne…
    la vie, en quelque sorte !… Celle qui nous réchauffe… mais qui parfois nous glace…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce long commentaire mon Alain. Je sais que tu es pas mal occupé en ces temps de fêtes familiales, et j'apprécie que tu sois venu poser ton étincelle à mon feu de joie.
      J'aime beaucoup l'image de ce petit feu éteint du matin, qui repart en soufflant sur les braises.
      Ainsi va la vie, métaphorique, symbolique et belle, si belle !
      Le château de Crussol, ça me parle tellement...
      Quant aux leçons de choses, c'est beau comme du Prévert !
      Joyeux noël, mon Babar;
      Je réponds dès que possible à ton courriel.

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Je t'm

      Supprimer
  38. Et moi j'aime toujours autant venir me lover chez toi, reprendre mon souffle, prendre un peu de distance et repartir avec un peu de ton feu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que cela dure le plus longtemps possible, ma miss !

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
  39. bon feu de Noël !!

    les jours rallongent, preuve que même le soleil suit ton exemple !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! Sage observation.
      Il est grand temps que notre grosse étoile sorte de sa léthargie hvernale !
      Bon noël à toi mon Dodo

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Un bisou céleste pour toi

      Supprimer
  40. Comme toi, je rêve de bras qui m'enlaceraient tendrement, sans a priori; d'un câlin qui m'étreindrait sans m'éteindre. Mais je souhaite de jolies fêtes à tous les inconnus malades que je croise dans mon bureau, en ne ressentant rien pour moi-même que ce grand vide de sens. Noël, j'ai du mal à mon coeur. Je te souhaite de profiter de ces beaux moments si chauds, si enflammés que tu décris si bien, même dans la tristesse des départs trop-vite-trop-tard. Et je te remercie pour tes morceaux d'étoiles filantes, je crois bien en avoir reçu un éclat dans l'oeil, là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Un câlin qui m'étreindrait sans m'éteindre »
      Comme c'est bien dit ! Longtemps je l'ai cherché et là, je l'ai trouvé...
      L'amour, c'est ce que je te souhaite du plus profond de mon coeur.
      Et je t'embrasse très fort.

      ✫ ✫* *
      ✫ ✫ ✫.★**
      `⋎´✫¸.•°*”˜˜”*°•✫
      ..✫¸.•°*”˜˜”*°•.✫
      ☻/ ღ˚ •。* ღღ ˚ ˚✰˚ ˛★* °ღ ˚ • ★ *˚ .ღ 。
      /▌ *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰* *˛˚ ˚ ✰*
      / \ ˚. *˛ ˚ღღ* ✰。˚ ˚ღ*。 ˛˚ ღ ღ 。✰˚* ˚ ★ღ。
      ღ˛°* ღ ღ Avec toute ma chaleureuse affection

      Supprimer
  41. Le feu pour brûler nos angoisses, nos chagrins.
    Le feu pour renaître, le cœur ardent et les yeux grand ouverts.
    Le feu pour vivre, surtout vivre et vivre encore.
    Tes mots me font le bien d'un gros feu de cheminée qui aurait cheminé de mon enfance jusqu'à aujourd'hui.
    Merci pour cette chaleur gonflée de poésie.
    Bises allumettes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poème brûlant et réchauffant comme un bon feu de bois...
      Merci l'Etienne
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. J'ai été étonné par la présence du mot "burn out" dans le texte d'une infatigable !

    Et après j'ai compris : c'était un mot imposé !

    Bon "Entre deux fêtes", Céleste nièce !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.